Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Types et compétences des structures domestiques

Les trous de combustion

Texte intégral

1. Approche d’une typologie

1Il se dégage des inventaires et des études par sites qui précèdent une image multiforme des trous de combustion. La difficulté majeure pour cette structure de combustion est d’en préciser la destination sans tomber dans un flot d’hypothèses ethnocentristes faciles. Il nous paraît très utile dans cette approche de « traiter momentanément l’information exhumée comme du « jamais-vu » auparavant et de provoquer sa mise en question permanente » (Leroi-Gourhan 1943-1971 b). Depuis quelques années des binômes découverte-interprétation sont apparus (plus ou moins nettement) dans la littérature préhistorique pour qualifier les trous de combustion : fosse, combustion sans pierre = four enterré ; fosse avec blocs rocheux = four polynésien. Ce qui suit va tenter de montrer la complexité de l’interprétation de ces structures de combustion et le danger d’une simplification.

La typologie du paléolithique

2C. Perlès a établi, il y a quelques années, un inventaire typologique des foyers en dépression. Sur un graphique (fig. 43a) nous avons différencié les trous de combustion avec et sans pierres prises comme éléments de la construction du foyer. Le premier cas est un foyer simple en cuvette (fig. 43a, 1). Ce type très commun se trouve en habitat à Terra Amata, Vertesszölös, etc. Nous remarquerons que parfois, à l’abri de Font-Juvénal et au Roc-de-Dourgne, nous avons qualifié certains dispositifs de foyers à plat surcreusés. Ces derniers pourraient morphologiquement être dénommés « en cuvette » si rien ne montrait que la cuvette s’est formée durant le fonctionnement du feu.

343 — a. Typologie des foyers en creux du Paléolithique (d’après C. Perlès) — b. Typologie des trous de combustion de la Préhistoire récente.

4Les foyers « en cuvette à paroi verticale avec dépressions remplies de terre » (fig. 43a, 2) sont assez proches des « foyers en cuvette avec dépression latérale remplie de cendres et de charbons » (fig. 43a, 3). Les foyers « à évent » ou en cuvette dissymétrique (fig. 43a, 4) sont également nombreux dès le Paléolithique inférieur.

5Certains foyers sont partiellement construits de blocs rocheux. Ce sont les foyers à cuvette dallée (fig. 43a, 5), les foyers protégés par une dalle dressée (fig. 43a, 6), les foyers construits avec paroi et fond dallés (fig. 43a, 7). Certains dispositifs (fig. 43a, 8) ont été qualifiés du terme de four (ici un exemple de La Combadel Bouitou, Noailles, Corrèze).

6Les différents exemples du graphique sont de dimensions voisines (en section) : entre 40 et 70 cm de diamètre sommital. Seul le foyer 6 correspondant à un exemple découvert à Malta en Sibérie atteint 1,20 m sur le graphique. Cependant M. Gerasimov a publié en 1941 un croquis où le foyer découvert n’atteignait pas 80 cm de diamètre (Gerasimov 1941 : 65-85). Une pareille homogénéité des mesures pour toutes les dépressions de foyers néolithiques que nous avons étudiées n’existe pas à l’abri de Font-Juvénal ou au Roc-de-Dourgne. Et nous avons montré la difficulté de trouver des points de comparaison dimensionnelle pour des dispositifs chronologiquement contemporains. Il nous paraît donc très important de prendre en considération le format et le volume des dépressions des foyers.

Typologie des trous de combustion du néolithique et des âges des métaux

7Nous avons rassemblé sur un graphique (fig. 43b) sept types principaux de trous de combustion rencontrés tant à l’abri de Font-Juvénal qu’au Roc-de-Dourgne et dans divers autres gisements du Midi de la France. A l’intérieur de ces sept types, des variations de profil des parois et les stratigraphies des produits de combustion peuvent créer des sous-catégories. Mais ces modifications n’ont pas la même importance que les faits précédents.

8Pourtant, dans cette logique, nous ne présentons pas de trous de combustion analogues aux foyers « à évent » paléolithiques. Il s’agit de dispositifs en dépression qui comportent un chenal de tirage plus ou moins bien matérialisé pour aviver et oxygéner le foyer. Il a pu servir également à l’alimentation du feu en combustible. Il est possible que cette destination ait été prévue lorsque les Préhistoriques ont creusé des trous au profil dissymétrique pour leurs foyers ; mais nous avons insisté sur la commodité d’une paroi en pente douce pour un creusement en percussion lancée et son obtention pratiquement obligatoire,

■ Les trous de combustion

9Nous pourrions distinguer les trous avec et sans blocs rocheux, Toutefois l’état de la découverte ne correspondant pas toujours à l’état de fonctionnement du foyer, la présence de blocs (ou leur absence) peut caractériser définitivement un dispositif. Parmi les trous de combustion, nous n’avons pas réuni les structures de conservation que forment les cendriers et les braseros. En effet la seule présence de produits charbonneux ou cendreux ne peut caractériser comme telle une dépression au sol. Nous avons donc privilégié la fonction première du trou creusé par les Préhistoriques. Il s’agissait de réunir, de conserver des produits du foyer allumé à proximité.

10Ce sont soit des cendres dont la rétention de chaleur permet de réchauffer ou de maintenir au chaud une atmosphère, un objet, etc., soit des braises incandescentes dont les possibilités de cuisson et de chauffe sont accrues par leur concentration dans un trou.

11Mais il existe également des trous de combustion qui, peut-être par une sélection de combustible ou un entretien très soigné, ont pu produire des dépôts homogènes cendreux (combustion totale), voire charbonneux (combustion partielle, peut-être interrompue).

12Au Roc-de-Dourgne (D4 C6) un tel dispositif (qui paraît lié à une activité culinaire spécifique pour la cuisson d’escargots) a été dégagé. Mais il semble qu’il s’agisse d’un trou de combustion comblé après fonctionnement.

■ Les trous de combustion sont-ils en état de fonctionnement ?

13En étudiant les témoins du Roc-de-Dourgne nous avons montré le résultat de nos propres expériences de combustion en dépression. La stratigraphie qui résulte d’un feu allumé dans ces conditions varie peu lorsqu’on répète l’opération. Dès lors, nous pourrions caractériser les types de dispositifs découverts en, d’une part, des installations abandonnées après extinction du feu et, d’autre part, celles qui résultent de remaniements postérieurs. Pourtant, nous avons montré que la présence (ou l’absence) de pierres complique la tâche. Ainsi à l’abri de Font-Juvénal, nous ne pouvons affirmer que les structures découvertes avec des blocs rocheux empilés en amas, peu ou pas organisés (dimensions, calibrage par strates, etc.), sont des témoins en état de fonctionnement. Mais nous ne pouvons non plus affirmer l’inverse.

14Toute interprétation repose donc sur une idée fondamentale : la rentabilisation des possibilités du trou de combustion. Si les Préhistoriques ont utilisé ce type d’aménagement uniquement pour cerner et limiter le feu, il ne s’agit que d’un foyer à plat amélioré, la bordure de pierres étant remplacée par les parois du trou, parfois par des blocs fichés dans le sol. Son utilisation est alors identique. Mais si les Préhistoriques ont cherché la concentration de la chaleur, son augmentation (gain thermique), il en résulte d’autres usages. De même si la position des blocs rocheux est « stratégique », dirons-nous, d’autres techniques étaient alors accessibles.

15Nous pensons que le trou de combustion a été choisi au détriment du foyer à plat ou du foyer à plat limité parce qu’il réunissait toutes ces capacités, indispensables pour certaines activités. Cette hypothèse nous permet alors d’interpréter les exemples présentés soit comme des témoins en état de fonctionnement soit comme des structures bouleversées. Mais l’explication même de ces dernières est alors justifiée par une lecture des phases de fonctionnement des foyers telles que nous pouvons les appréhender par simulations, expérimentations ou comparaisons ethnographiques.

■ Les compétences du foyer

16Un graphique (fig. 44b) présente les utilisations possibles du trou de combustion, propres aux types que nous avons dégagés précédemment (et en les résumant). Nous y avons porté les usages possibles par un cercle et ceux probables par un rectangle hachuré. Les degrés de probabilité respectifs pour chacun de ces cas ne peuvent être bien sûr qu’estimés. Notre référence est alors fonction des caractères morphologiques des témoins et de leur exploitation. Elle s’appuie sur des expériences personnelles pour une part et sur les exemples ethnographiques d’autre part.

44 — Compétence des foyers dits trous de combustion — a. Estimation des résultats — b. Tableau selon les formes et compositions : les cercles indiquent des utilisations possibles, les rectangles des usages probables.

17Il convient d’expliquer rapidement les mots utilisés. Chauffer (et donc ses implications variables sur les aliments, la poterie, etc.) ou éclairer sont des tendances naturelles du feu. Enfouir concerne les manières de disposer des objets dans le feu. Flamber signifie l’utilisation directe de la flamme vive du foyer. Fumer représente autant un usage direct (boucanage, fumure…) qu’indirect (en particulier avec augmentation de la vapeur d’eau des émissions par projection diffuse). Rôtir et griller ont été déjà expliqués. Etouffer traduit un mode de cuisson qui cherche à empêcher l’évaporation. Réverbérer est ici à prendre dans un sens très large, s’agissant de la chaleur du combustible pour les accessoires du feu et la dépression elle-même. On remarque que l’interprétation habituellement donnée de ces trous de combustion par exemple pour le Paléolithique est confirmée. Ils se caractérisent sur notre schéma par « étouffer » et « enfouir » représentés respectivement par 60 % des cas et 66 % de probabilités et 40 % des cas et cependant 100 % de probabilités.

18Une seconde exploitation de ces résultats a été faite (fig. 44a). Les caractéristiques de ces foyers sont propres préférentiellement à réverbérer la chaleur, cuire à l’étouffée (et cette hypothèse est la mieux centrée sur le graphique), enfouir dans les braises ou cendres chaudes des objets ou aliments ; accessoirement ces structures ont pu être utilisées pour fumer, griller ou flamber.

19Les trous de combustion paraissent donc pouvoir être considérés d’une part comme de simples foyers, proches des feux à plat limités et d’autre part comme des structures de combustion plus originales et plus élaborées. Nous n’aborderons pas dans ce chapitre-ci, la représentation des activités potentielles des foyers simples. A l’occasion des feux à plat le point a été fait. De plus les structures de l’abri de Font-Juvénal et du Roc‑de‑Dourgne ont pu sans exception être utilisées de manière plus élaborée. Nous insisterons toutefois sur les possibilités de grillage sur sole de cuisson de pierres chaudes qui ont été exploitées assez systématiquement dans ces dispositifs.

2. La cuisson à l’étouffée

20Qu’ils soient dénommés four en tas ou four enterré, « fours souterrains, fours de terre, fours polynésiens, fours canaques, etc. » (C. Perlès), les types de structures que nous voulons évoquer sont désormais bien connus. Nous renvoyons ici au long développement que leur consacre C. Perlès (Perlès 1977 : 95-96). Il intéresse le domaine culinaire.

21L’ethnographie nous a présenté à plusieurs reprises l’explication de leur fonctionnement. Après l’installation d’un feu soit à plat soit dans une cuvette, un monticule de pierres est installé sur le feu ; la chaleur des blocs doit être suffisante pour qu’ils puissent la restituer durablement. Il est évident que lors de la cuisson envisagée de gros morceaux, il est préférable d’utiliser une cuvette mieux chargée de combustible. Ces blocs rocheux une fois chauds servent à recouvrir les aliments qui cuisent ainsi à l’étouffée en conservant la vapeur de l’eau qu’ils contiennent. Ceci constitue un four « en tas ». Sur ce principe, de nombreuses variantes existent. En particulier le tas de pierres chaudes peut être recouvert de terre, de paille et de différents végétaux (feuilles, etc.). Cette technique du four enterré est répandue en Océanie, en Amérique du Nord et du Sud depuis plusieurs millénaires (voir à ce propos les travaux de Danièle Lavallée à Telamarchay, Pérou).

22La préhistoire ancienne possède également des exemples de « fours polynésiens ». Les premières hypothèses qui les concernent datent de 1875 (F. Daleau, la Grotte des Fées au Roc, commune de Marcamp, Gironde) et elles ont été souvent reprises en particulier pour le Paléolithique supérieur. C. Perlès a passé en revue différents sites et pose une série de questions sur la périphérie des structures et leur contenu en vestiges osseux en particulier.

Les trous de combustion à paroi renforcée de pierres

23A l’abri de Font-Juvénal un dispositif daté du Néolithique récent se différencie des autres trous de combustion (D7-8 C4). Lors de sa description nous avons utilisé les termes de « coffre » et de « four ». Il faudrait envisager pour ce type de structure une couverture de pierres, végétaux ou terre qui ne nous serait pas parvenue, ni en place, ni déplacée en masse. Un fait est important à souligner : un fort dépôt cendreux existe entre un bloc sub-vertical du coffre et la paroi proche. Il pourrait provenir de la vidange de la structure. Elle aurait pu être provoquée pour accéder à des objets déposés à l’intérieur du dispositif après l’extinction du feu.

24On peut imaginer d’autres usages à ces fours enterrés, en particulier celui de la cuisson de petits récipients de poterie. Mais la vaisselle néolithique (et celle du groupe de Véraza en l’espèce) comprend une forte quantité de grands récipients qui ont dû être réalisés dans d’autres foyers. Et il est peu probable que les structures de cuisson de la poterie aient été différentes selon leur taille.

25Une seconde interprétation de ce type de structure dégagée en ferait un foyer limité simplement par des blocs qui, en milieu de sédiment peu stabilisé, auraient servi de bordure, suppléant la paroi fragile. Comme pour les foyers à plat les usages d’un tel feu restent multiples (cuisine, artisanat, autres activités domestiques).

Les trous de combustion à sole simple de pierres

26De tous les trous de combustion découverts, ce sont les plus nombreux. Ils possèdent des blocs rocheux qui forment une surface plus ou moins continue. Elle est située généralement dans la partie inférieure de la stratigraphie sur une nappe, un lit de charbons de bois.

27Certains de ces trous de combustion sont sans doute des témoins en état de fonctionnement. La sole était destinée à la grillade des aliments par contact direct ou à la chauffe par contenant interposé. La sole devient alors une simple structure de pose.

28Parmi ces types de structures, il est probable que ce fut la vocation de la cuvette pavée de galets de schiste de I/J6 F10a de l’abri de Font-Juvénal ; mais celle-ci a pu aussi être utilisée comme simple « brasero ». Au Roc-de-Dourgne, le dispositif C/D5-6 C10 évoque également cette utilisation. On remarque dans ce dernier cas que la majeure partie des pierres est couverte dans la zone centrale de la fosse d’un dépôt de cendres blanches. Là, quelques vestiges ont été recueillis ; ce sont des débris osseux dont certains fûts d’os longs brisés ou éclatés sur place (chaleur), des coquilles d’escargots (Cepaea nemoralis) certaines brûlées ou calcinées, et des roches taillées : quartz, silex, nucléi et un seul fragment de lame. Les vestiges animaux pourraient avoir échappé au prélèvement des viandes et coquilles grillées ; ils seraient donc dans la position où ils ont été mis par les Préhistoriques.

29Il est difficile toutefois d’affirmer l’existence de cette technique de cuisson des aliments. Il en est de même pour d’autres activités. Ainsi, la pose de pierres sur le feu pouvait être recherchée pour réaliser un calorifère. Et son utilisation pouvait simplement maintenir et prolonger un chauffage de proximité (d’appoint ?), ou elle pouvait être à vocation « artisanale » : séchage ou humidification (par projection d’eau sur les roches chaudes).

Du trou de combustion au four rudimentaire

■ Fonctionnement

30En concevant le four comme un milieu clos dans lequel la cuisson s’opère entre une sole, des parois et un couvercle, il est possible qu’une grande part des trous de combustion mérite cette terminologie. Cependant, il nous paraît préférable d’en conserver l’usage pour les dispositifs comportant une voûte inamovible.

31Les trous de combustion, tel que nous pouvons imaginer leur fonctionnement, ne présentent pas cette caractéristique. La version des faits que nous allons développer repose sur l’ensemble des observations recueillies pour les structures évidentes étudiées. Sa véracité est celle d’une hypothèse plausible étayée par des faisceaux de preuves ou d’intuitions éparses. La typologie morphologique que nous avons présentée auparavant indique par six fois de telles informations.

32Il faut concevoir cette utilisation du trou de combustion en trois phases. La première consiste dans le creusement de la dépression. Nous y avons consacré déjà plusieurs lignes. Un feu est allumé dans un trou en prenant soin de bien échauffer le combustible. Des bois à combustion lente paraissent par expérience préférables. Des analyses anthracologiques, structure par structure, devraient nous confirmer si c’était le cas pour ces dispositifs. Le feu doit être fort et abondamment garni de manière à former un épais lit de braises incandescentes.

33Petit à petit, les uns après les autres, des blocs rocheux, de préférence lentement chauffés en bordure de la dépression, sont placés sur les braises. Ils forment une sole, un dallage et notre pratique nous permet d’observer que les plus grosses pierres trouvent leur place au centre et les plus petites autour, contre la paroi ; celle-ci durant toutes ces opérations a chauffé, s’est séchée, parfois s’est craquelée et s’est effondrée par plaques. Cette mise en place constitue le deuxième temps de la mise en marche du foyer.

34Ensuite, les objets à cuire sont déposés sur les pierres brûlantes. Il faut remarquer que la poterie déposée doit être parfaitement sèche (plusieurs jours à l’ombre) et de préférence « réchauffée » afin d’éviter de trop brusques écarts thermiques qui lui sont fatals (fentes, éclats, bris). Il est alors nécessaire de refermer l’installation par une seconde surface de blocs et si besoin est d’y allumer un nouveau feu.

35L’ouverture du foyer ne peut s’opérer immédiatement. Pour un temps de feu, il faut compter deux temps de cuisson à l’étouffée. Cette estimation correspond à celle utilisée par les Océaniens et les paysans andins. Mais ce problème nous paraît spécifiquement culturel et donc variable selon les habitudes, coutumes, etc. propres à chaque communauté. Par contre, la poterie ne doit être « défournée » qu’après le refroidissement complet de l’installation (une à plusieurs journées).

■ Confirmations archéologiques

36Six exemples décrits auparavant semblent étroitement correspondre à un trou de combustion employé de cette manière. A l’abri de Font-Juvénal, ils appartiennent tous au Néolithique moyen (Chasséen). Ainsi les dispositifs de 16 F7, J7-8 C7a, I/J6 F10a et 17 F10a’ possèdent-ils un lit plus ou moins plat et continu de dalles rocheuses qui pourrait correspondre à la première sole décrite. L’utilisation du foyer entraînant son démontage partiel après le feu, il est normal que nous ne puissions pas trouver de traces tangibles du second niveau de blocs. Cependant, il est possible que l’installation de J7 C10f’ soit un élément de réponse plus affirmatif. En effet, entremêlés à de nombreuses roches brûlées ont été découverts plusieurs fragments de bœuf (crâne avec ses cornes). S’il est possible que ces pièces osseuses soient des fragments non brûlés de combustible il nous paraît plus simple de les considérer comme des vestiges d’aliments oubliés dans le foyer, peut-être gaspillés, ou encore jetés après consommation dans le trou utilisé pour les faire cuire au même titre que les blocs rocheux évacués.

37Au Roc-de-Dourgne, parmi d’autres, une structure analogue existe en C/D6 C5 base, également rebouchée ( ? ) avec des galets brûlés partiellement. Elle date du Néolithique ancien.

■ Points de comparaison

38Des exemples proches des structures étudiées ont rarement été présentés par leurs découvreurs selon la démarche analytique qui nous préoccupe. Dès lors, s’il est possible de faire certains rapprochements, ceux-ci ne peuvent être qu’indicatifs.

39Parmi les structures évidentes proches, les installations chasséennes du Toulousain sont des points de comparaison intéressants. A Villeneuve-Tolosane (Haute-Garonne), Louis Méroc a pu séparer deux cent dix sept structures interprétées comme des fonds de cabane en place. Sept d’entre elles ont été fouillées. « Chacune est faite d’une aire circulaire de 0,8 à 1,8 m de diamètre formée d’une couche épaisse d’une vingtaine de centimètres de galets roulés, préalablement cuits et concassés. Sous chacune de ces aires gît une poignée de charbons de bois (dépôt symbolique ?) ».

40A Saint-Michel-du-Touch (Toulouse, Haute-Garonne), Georges Simonnet a pu dénombrer quarante-quatre ou quarante-cinq structures « grossièrement circulaires ou ellipsoïdales de 1,50 à 2 m au maximum » (1,80 m en moyenne). Dans une « cuvette » creusée dans le sol, un empierrement de 15 à 20 cm de puissance est constitué de galets « préalablement cuits et plus ou moins fragmentés ». Mais, une fois l’empierrement en place, le remplissage de la cuvette se terminait par de la terre régularisant le sol. Depuis, les travaux de Jean Vaquer, de Jean Clottes et alii ont considérablement augmenté la série de comparaisons. Certains points communs existent avec les trous de combustion de l’abri de Font-Juvénal. Mais leurs fouilleurs pensent que la vocation de ces structures n’est pas la même. Elle est interprétée parfois comme une préparation du soubassement d’habitations légères mal connues.

41Sur un schéma de fonctionnement (fig. 45), nous avons réuni les sept phases décrites de l’installation des dépôts dans les témoins étudiés sur les sites toulousains. A la suite, nous présentons l’hypothèse pour les trous de combustion de l’abri de Font-Juvénal. Des similitudes existent en particulier quant à l’état des structures en fin d’utilisation, que le comblement soit volontaire (et avec, par exemple, les produits de creusement et les blocs accessoires) ou non (problème de conservation).

45 — Utilisations des trous de combustion — a. Hypothèse ancienne (Chasséen de la région toulousaine) — b. Hypothèse dégagée à l’abri de Font-Juvénal et présentée en 1980

42Mais il reste une difficulté majeure à ces interprétations. En effet, sur les sites chasséens du Toulousain des « fonds de cabane » aux plans rectangulaires ou trapézoïdaux présentent des stratigraphies identiques, mais pour des développés de 3 à 11 m de longueur et 1,5 à 2,5 m de largeur à Saint-Michel-du-Touch par exemple. Il est alors difficile d’amalgamer dans une même interprétation, ces deux formes de témoins de combustion malgré leur composition et leur structuration identiques. Cependant rien n’interdit de penser que des techniques et des usages, proches mais différents, provoquent des vestiges apparaissant à la fouille rigoureusement similaires.

■ Difficulté de l’interprétation

43Nous remarquerons deux points insuffisamment expliqués pour les structures interprétées comme des « fonds de cabanes » ; ce sont d’une part la carbonisation de bûches qui se réalise après nettoyage du foyer et d’autre part la « cuisson » des galets ou leur fragmentation à la chaleur.

44Un problème existe si l’on observe la structure no 6 dégagée à La Roberte, (Chateau-Neuf-du-Rhône, Drôme) attribuée, elle aussi, au Chasséen par Alain et M. José-Beeching. Elle est interprétée comme un « four polynésien » tel que nous le concevons ; plusieurs objections sont cependant à opposer : « ni la présence de résidus de combustion entre les galets, ni une action directe du feu sur le fond et les parois de cuvette » n’ont été observées. Pourtant, ces galets sont soit fissurés, soit « éclatés sur place », certains « simplement rougis ou noircis » par le feu (Beeching 1975).

45La complexité de l’interprétation de ces structures évidentes apparaît nettement. Dans certains cas, leur caractère de structure de combustion est marqué mais leurs inventeurs refusent de les considérer comme des foyers. Dans d’autres cas l’absence des caractéristiques nécessaires n’empêche pas leurs inventeurs de conclure au foyer. Dans ce dernier cas, les références paléo-ethnographiques (séminaire du Collège de France, 1973) ou les comparaisons avec des structures du Néolithique proche-oriental (Tell Mureybet) suffisent aux auteurs pour étayer leur interprétation.

46Pour ce qui concerne les trous de combustion de l’abri de Font-Juvénal, nous sommes tenté d’y lire un usage simple de cuisson à l’étouffée. Toutefois, d’autres activités sur ces foyers nous semblent tout aussi praticables, en particulier le fumage, le séchage et l’humidification (par projection d’eau), que ces techniques soient culinaires, artisanales ou autres (rites cultuels, etc.).

47Un bon exemple d’interprétation de ces trous de combustion se trouve dans la publication du site de Gramari (Méthanis, Vaucluse) (Paccard 1971). Plusieurs « foyers fosses » datés du Mésolithique ont pu être étudiés par M. Paccard parmi les très nombreuses structures découvertes. Nous retiendrons quelques points de comparaison qui nous semblent particulièrement importants. Ainsi pour les traces en amas des graviers stériles du sédiment extrait du trou (foyer fosse XI-1, niveau 3C), les conditions particulières du site (sédimentation variée) et de son occupation (maintien du tas) sont à considérer.

48M. Paccard interprète ces foyers-fosses d’un diamètre avoisinant 2 m comme des constructions pour la cuisson des viandes ; couverte de pierres, une sole de pierres accompagne le feu pour cuire « sans contact direct avec la cendre ». Ces pierres accessoires auraient été déposées sur les braises brûlantes. M. Paccard envisage également le boucanage des viandes, le chauffage éventuel de l’habitat et la production intentionnelle de fumée, « pour éloigner les mouches attirées par le dépeçage des viandes ».

49Dans les sites que nous avons nous-même étudiés, toutes ces interprétations pourraient être envisagées et seraient à lier à une lecture générale de l’organisation de l’habitat sous tous ses aspects.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30970/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende 44 — Compétence des foyers dits trous de combustion — a. Estimation des résultats — b. Tableau selon les formes et compositions : les cercles indiquent des utilisations possibles, les rectangles des usages probables.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30970/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende 45 — Utilisations des trous de combustion — a. Hypothèse ancienne (Chasséen de la région toulousaine) — b. Hypothèse dégagée à l’abri de Font-Juvénal et présentée en 1980
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30970/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search