Version classiqueVersion mobile

La chirurgie des âges

 | 
Véronique Moulinié

IV. Les saisons du corps

Introduction à la partie IV

Texte intégral

Des éclipses de cette année

Cette année, il y aura tant d’éclipses du soleil et de la lune que, j’en ai bien peur (et non à tort), nos bourses en crieront famine, et que nos sens en souffriront perturbation. Saturne sera rétrograde, Vénus directe, Mercure inconstant. Et un tas d’autres planètes ne marcheront pas à votre commandement.

En conséquence, pour cette année, les crabes marcheront de travers, et les cordiers travailleront à reculons, les escabelles monteront sur les bancs les broches sur les landiers, et les bonnets sur les chapeaux ; les couilles pendront à plusieurs par manque de gibecières ; les puces, pour la plus grande part, seront noires ; en Carême, le lard fuira les pois ; le ventre ira par-devant ; le cul sera le premier à s’asseoir ; l’on ne pourra trouver la fève dans la galette des rois ; l’on ne rencontrera point d’as au brelan ; les dés ne donneront pas les points à volonté, même si on les flatte, et la chance qu’on demande ne viendra pas souvent ; les bêtes parleront en divers lieux. Carême-prenant gagnera son procès : une grande partie du monde se déguisera pour tromper l’autre, et ils courront par les rues comme fols et hors du sens ; l’on ne vit jamais tel désordre en Nature.

Rabelais 1532

  • 1 On y apprend avec bonheur que « Italie, Romanie, Naples, Cécile demourreront où elles estoient l’an (...)

1En 1532, Rabelais publie sa Pantagrueline Prognostication pour l’an 1533 (Rabelais 1994) où il pastiche, sans ménagement, tous ceux qui se targuent d’annoncer l’avenir. On sourit à la lecture de ces « lapalissades proférées sur un ton de solennelle componction (...), énuméra-tions hétéroclites, rapprochements incongrus, conseils émanant d’une sagesse extralucide... L’humour du voyant d’almanach s’en donne à cœur joie » (Demerson, postface de Rabelais 1994 : 43). Quelques mots d’abord « du gouvernement et du seigneur de ceste année », « de l’estat de certains pays »1. Mais, à la « géopolitique », Rabelais ajoute quelques vaticinations sur le corps. Il était bon, en effet, de prédire que « les nonnains à peine concevront sans opération virile (et que) bien peu de pucelles auront en mamelles laict » (Rabelais 1994 : 27). Mais ce sont surtout « les maladies de ceste année », de la même veine que tout le reste de ces Prognostications, qui retiendront notre attention. Et tout d’abord, écoutons ce qu’il fallait craindre pour 1533.

Cette année les aveugles ne verront que bien peu, les sourds entendront assez mal, les muets ne parleront guère, les riches se porteront un peu mieux que les pauvres, et les gens en bonne santé mieux que les malades. Plusieurs moutons, bœufs, pourceaux, oisons, poulets et canards mourront, et une si cruelle mortalité ne sévira pas entre les singes et les dromadaires. Vieillesse sera incurable cette année à cause des années passées. Ceux qui seront pleurétiques auront grand mal au côté. Ceux qui auront flux de ventre iront souvent à la selle percée. Les catarrhes descendront ceste année du cerveau jusqu’aux membres inférieurs. Le mal des yeux sera fort contraire à la vue. (ibid. : 20.)

2Les Prognostications ne seraient pas complètes si quelques lignes n’étaient réservées aux « quatre saisons de l’année ». Là encore, on y entend parler du corps, par touches discrètes mais néanmoins fort claires. Si à l’automne, il faut se « garder (...) des arêtes quand vous mangez du poisson », il sera sage, l’hiver, de « redoubter les catarrhes ». Enfin, il le conseille, « s’il pleut, ne vous en melencholiez pas ». Ce que Rabelais tourne ici en dérision, je l’ai rencontré, feuilletant un Almanach des PTT datant d’une vingtaine d’années. A côté des prévisions météorologiques, on pouvait y lire quelques conseils de santé mais surtout une liste des affections qu’il fallait, cette année-là, redouter. Sans doute, la Pantagrueline Prognostication dénonce-t-elle moins un savoir que sa systématisation et certains de ceux qui se piquent, pas toujours à propos, de le maîtriser. Car Rabelais est avant tout médecin et comme tel, il partageait sans doute une pensée, d’une extrême pérennité.

  • 2 Les capricornes, a-t-on pu lire, souffriraient plus fréquemment que tout autre de problèmes articul (...)

3En effet, la maladie n’est pas totalement inscrite dans le corps. Affirmer que l’on souffre d’une angine, en plein mois de juillet, fera toujours sourire et soulèvera toujours quelque remarque sur l’inadéquation entre la saison et l’affection. Microbes et virus n’y changent rien. Le corps et la maladie s’inscrivent dans une dimension bien plus large. L’affection n’est pas un simple trouble endogène ; des prédispositions, qui n’ont que peu de rapports avec la physiologie, sont tout aussi importantes pour son apparition. Qu’on songe tout d’abord à ces anciennes représentations anatomiques, où chaque partie du corps est mise en relation avec un signe du zodiaque. Perception qui perdure, le signe astrologique induisant un talon d’Achille, une faille anatomique2. Mais le zodiaque n’est pas seulement carte d’un ciel, quel qu’il soit. C’est aussi une représentation du temps. Cette implication temps-corps n’a rien perdu de sa force. Dans les récits de cure ou de crise, la question des saisons, de leur influence, apparaît très rapidement. La goutte, les hémorroïdes, et plus largement toute la physiologie, des femmes comme des hommes, des jeunes comme des vieux, imposent un détour par l’année. C’est, en dernier lieu, dans le miroir du cycle annuel qu’il nous faut chercher le sens du cycle de la vie, des métamorphoses du corps.

Notes

1 On y apprend avec bonheur que « Italie, Romanie, Naples, Cécile demourreront où elles estoient l’an passé. Ilz songeront bien profondément vers la fin du Caresme, et resveront quelquefois vers le hault du jour. Allemaigne, Souisses, Saxe, Strasbourg, etc. profiteront s’ils ne faillent. » (Rabelais 1994 : 31-33.)

2 Les capricornes, a-t-on pu lire, souffriraient plus fréquemment que tout autre de problèmes articulaires. Parfois, le signe vaut pour la maladie. « Lorsque j’étais plus jeune, j’ai longtemps eu peur parce que je suis du signe du cancer. Et ça me faisait penser à la maladie. A cette époque-là, on a opéré ma grand-mère, qui est aussi du signe du cancer, de ça et ça m’avait drôlement travaillé. Alors, toutes ces histoires de cancer se mélangeaient à tel point que j’ai été longtemps persuadée que je mourrais de ça. » Enfin, ce lien entre signe et maladie est mis en scène dans une plaisanterie, d’assez mauvais goût il est vrai. « Un homme sort de chez le médecin. Dans la rue, les passants qui le croisent peuvent l’entendre marmonner : “Alors, voyons, qu’est-ce qu’il m’a dit ? Poisson, oui. Poisson ? Non, ce n’est pas ça. Alors, vierge... Non plus.” Il se décide à faire demi-tour, frappe à la porte du praticien et lui demande :
- Docteur, c’est bien poisson que vous m’avez dit.
- Non, monsieur, cancer. »

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search