Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Les structures de conservation et de maintien

Les structures de maintien

Texte intégral

1. Généralités

1Le terme générique de structure de maintien a été retenu. Il rassemble toutes les structures d’implantation aux développés à la verticale ou à l’horizontale. Ce sont donc tout autant les surfaces dallées ou aménagées de blocs rocheux que les trous de poteaux et les autres structures de calages. Le vocabulaire utilisé par les préhistoriens du Paléolithique, du Néolithique ou des Ages des Métaux est ici particulièrement riche. Il montre l’intérêt pour ce type de dispositif des habitats mais aussi la difficulté de les définir.

2Cependant, la morphologie des dispositifs de calage reste mal connue, en particulier lorsque des blocs rocheux y sont associés. C’est surtout ce dernier cas que nous allons aborder à travers les exemples de structures évidentes de l’abri de Font-Juvénal et du Roc-de-Dourgne.

Le maintien vertical

■ Intérêt paléo-ethnologique

3Les structures de maintien sont sans doute les seuls dispositifs qui permettent d’imaginer le volume des installations humaines. Ce sont en effet à partir d’eux que nous proposons des superstructures s’élançant au-dessus du sol de l’habitat. Les exemples qui suivent vont montrer ce premier intérêt.

4A la grotte des Deux-Avens (Vallon-Pont-d’Arc, Ardèche) « une série importante de trous de poteaux de diamètre et de profondeur variables tous parfaitement conservés » ont été mis au jour. Ils appartiennent à un niveau d’occupation Fontbouisse (Chalcolithique). Certains d’entre eux conservaient des « pierres plates disposées verticalement destinées à caler une pièce de bois ». Ces pierres étaient « de section circulaire à pointe effilée ». Elles étaient enfoncées de 15 cm dans le sol. J. -L. Roudil émit l’hypothèse « d’une palissade ou cloison destinée à couper le courant d’air » sans pour autant rejeter l’idée d’« une cabane ou tente à armature en gros piquets de bois» (Roudil 1966).

5Cet exemple est assez caractéristique de l’apport de la découverte des structures de maintien vertical. Il est à rapprocher de celui de la Baume d’Oullins (Labastide-de-Virac, Ardèche). J. Combier y a révélé une série de trous de poteaux assez profonds. Ils correspondent à un habitat du groupe de Fontbouisse.

6Nous pourrions trouver d’autres exemples de structures de maintien tout aussi riches d’enseignements dans le Néolithique du Midi de la France : dans les habitats du Néolithique ancien de Courthezon (Vaucluse), dans les sites chasséens toulousains, dans les habitats en dur du groupe de Fontbouisse, dans la cabane campaniforme de Saint-Côme et Maruejols, etc. Chacun d’entre eux permet d’imaginer le volume de l’habitation de plein air ou les modalités d’installation en grotte ou sous abri.

■ Eléments d’analyse

7Notre étude des structures de maintien vertical s’appuie sur la description morphologique. Au stade actuel de notre méconnaissance, elle nous semble être une étape nécessaire. Elle doit être menée avec précaution malgré l’apparente simplicité de cette construction. Ainsi, un danger existe : celui d’assimiler la largeur du trou au sol avec le diamètre du pieu (ou poteau) de bois qui y aurait été fiché. L’étude qui suit montrera plusieurs exemples des difficultés d’interprétation des faits bruts.

8Il nous faut concevoir les structures de maintien vertical comme des accessoires multiformes. Certaines sont de simples trous creusés dans la terre (comme ceux de la Baume-d’Oullins) mais aussi parfois dans la roche, tels ceux de Fontbouisse (Villevieille, Gard). Mais la plupart possèdent des pierres de calage. Elles peuvent être dans le trou. Cependant les plus fréquentes sous abris sont pourvues d’une couronne de pierres.

9Les pierres disposées en couronne peuvent cerner un trou creusé sur quelques centimètres de profondeur. Mais parfois, ce trou n’existe pas. Ces pierres sont alors de simples appuis à des éléments verticaux ou plus probablement des supports d’objets. Nous avons parlé à leur sujet de structure de pose. Elles ont été décrites cas par cas en relation avec des foyers (à plat le plus souvent). C’est le cas au Roc-de-Dourgne dans les niveaux de C5 base et de C7 par exemple.

10Le type de structure de maintien vertical le plus élaboré que nous avons rencontré se schématise par trois fonctions du dispositif : maintenir verticalement, caler latéralement et isoler la pièce verticale.

Le maintien horizontal

11Outre les structures de pose déjà citées nous rassemblons sous le même thème d’une part les aménagements linéaires, en bosse ou en creux, et d’autre part les aménagements zonaux, dallages ou pavages principalement. Dans les deux sites étudiés, ces structures de maintien sont peu nombreuses. Nous n’en rappelons l’existence que pour mémoire.

■ Les aménagements linéaires

12Des murs des maisons du groupe de Fontbouisse (pour lesquels nous renvoyons à notre travail : Gasco 1976) au simple muret de pierres alignées de l’abri Jean Cros (Néolithique ancien), les types de constructions sont pratiquement infinis. Il en est de même des alignements en creux, comme ceux de Fontbouisse creusés dans la roche ou la curieuse R.A.T.P., rigole à trous de poteaux, de J.-P. Daugas aux Rivaux (Espaly-Saint-Marcel), etc.

13Nous n’évoquerons pas ces structures particulières. Il en est de même pour les bordures des foyers à plat qui ont été déjà abordées dans un chapitre précédent.

■ Les aménagements zonaux

14Il nous semble bon de définir ici un vocabulaire. Les pavages impliquent une sélection et une pose jointive de blocs rocheux plats. Ainsi dénommer dallage un niveau d’effondrement de plaquettes, celui par exemple de la couche 4 de la Perte du Cros à Saillac (Lot) ne nous convient pas, fût-il qualifié de « grossier ». De même, nous retenons le terme de pavage pour un empierrement soigné avec sélection des blocs selon leur calibre en particulier.

15Des surfaces dallées de pierres plates ou pavées de blocs rocheux ont pu être suivies à l’abri de Font-Juvénal. Certaines appartiennent sans doute à la catégorie d’aménagements induits par la nature même du sédiment. En effet, à l’aplomb du toit de l’abri, on trouve des épandages caillouteux d’éboulement et d’effritement de la roche. A certaines périodes, il est probable que cet éboulis naturel de talus d’abri a pu être nettoyé, aménagé en aire pavée ; le ravinement du sol en était d’autant freiné.

16Un seul exemple d’aire dallée a été observé, il s’agit de la structure D/E/F/G5-6-7 C6. Sur 13 m2 de surface continue, la couche présente un complexe d’aménagements domestiques important. L’originalité d’un de ses éléments, un dallage de vingt-cinq blocs, en fait sans doute une installation dont l’intérêt dépasse le seul cadre du gisement. Son rôle et sa place dans le niveau d’occupation C6 ne pourront cependant être appréhendés qu’avec une extension de la zone fouillée et avec pour le moins une étude spécifique du mobilier, spatialisé.

17Ce complexe d’aménagements comprend une aire dallée et un foyer à plat. Le foyer à plat n’est que partiellement dégagé. Nous présentons l’extrémité de son extension. C’est un dépôt cendreux en amas semi-lenticulaire qui couvre un lit discontinu de charbons de bois assez mal conservés. Le sol qui supporte ces vestiges de combustion est inégalement altéré par la chaleur du feu avec des zones plus ou moins rubéfiées. Ce foyer ne paraît pas volontairement limité par une bordure de pierres ; mais ces dépôts butent sur plusieurs blocs en calcaire local. Plusieurs sont de petite taille et ils appartiennent à un cailloutis superficiel. Ce dépôt en nappe constituerait des témoins d’une phase d’abandon du niveau d’habitat marqué par une désagrégation en petits blocs de la paroi rocheuse. Mais stratigraphiquement, il paraissait difficile d’isoler ce cailloutis des blocs de tailles diverses qui par ailleurs consolident ou colmatent les interstices du dallage. D’autres blocs limitant l’extension du foyer appartiennent à l’aire dallée et on remarquera qu’ils forment dans le dépôt une avancée de pierres (fig. 36a).

36 — Abri de Font-Juvénal. Structure de maintien DEFG 5-6- 7 C6, dallage et foyer à plat (sur 10 m2) — a. Plan, croquis et schéma d’interprétation — b. Les pierres sont disposées selon leurs surfaces.

18L’aire dallée est réalisée en roche locale. Ce sont des blocs à la surface relativement plane, apparemment choisis pour cette raison. Leur volume nous est encore inconnu, le dallage n’ayant pas fait l’objet d’un démontage et l’aménagement étant ainsi préservé et visible sur le site même. Vingt‑cinq blocs sont organisés en deux séries principales parallèles. A l’une de ses extrémités, l’aire atteint 1,60 m de large, alors qu’en son centre, elle n’est que de 0,90 m. Près du foyer l’aire dallée, constituée en partie de blocs plus petits, est également plus étendue (1,60 m à 0,65 m de large). Aucune des pierres n’est altérée par la chaleur du feu et leur état est brut. Ces deux alignements de blocs posés à plat sont constitués de pierres pratiquement calibrées ; l’un, proche du foyer, est réalisé avec des blocs de 1 000 à 2 050 cm2 de surface. Ils sont au nombre de quatre, disposés côte à côte. L’autre comprend des pierres plus importantes en surface avec 2 050 à 3 200 cm2. Des blocs moyens pour notre série (500 à 1 000 cm2), mais encore importants à l’abri de Font-Juvénal, constituent les extrémités du pavage et son excroissance qui est pénétrée par le foyer proche. C’est là encore que sont disposées les pierres de plus faible surface (200 à 500 cm2) (fig. 36b).

19Il nous semble que l’organisation même de cette aire volontairement dallée n’est en rien fortuite ; et on peut penser que les blocs ont été choisis et installés, au moins pour les plus importants, de façon consciente (fig. 36b).

20Cette aire dallée ne peut être considérée comme la base d’un mur à double parement. Nous rappelons, en effet, que le dépôt de cendres et l’allure générale de la surface n’autorisent en rien à envisager une destruction d’une structure aérienne. Son démontage organisé avec méthode par les contemporains de son installation ne peut toutefois être absolument écarté ; nous posséderions ici le soubassement organisé d’une construction inconnue mais la part d’extrapolation dans cette hypothèse nous paraît beaucoup trop lourde. Nous écartons donc les idées de destruction ou de démontage d’une structure en élévation.

21Par contre, cette aire dallée pourrait avoir été utilisée non pas pour la surface plane qu’elle forme elle-même, mais pour les failles et les interstices que ces pierres réalisent entre elles. A priori, il aurait pu y avoir des éléments verticaux (branches, etc.) fichés entre les pierres.

22En réalité, il nous paraît que l’intérêt premier de cet aménagement est de constituer une surface plane, partiellement en rocher ; c’est là la caractéristique fonctionnelle de cet aménagement. L’intérêt de cette aire pourrait être multiple. On évoque généralement l’isolation du sol que ce type d’aménagement produit. Cette isolation n’intéresse que 2 m2 environ de la surface, aussi ne paraît-elle pas liée à un problème global d’humidité du sol. La protection localisée contre les eaux (flaque due au ravinement, au ruissellement ou à la percolation) n’est cependant pas à écarter. Mais on comprend assez mal alors l’existence sur la même surface d’un foyer à plat contemporain sans aménagement particulier.

23La recherche d’un support rocheux a pu être faite pour entreposer des produits ou des matières nécessitant, à un titre ou à un autre (nécessité fonctionnelle, matérielle, culturelle, etc.) une isolation de la terre. Support du corps, aire de rangement ou de conservation, les hypothèses pourraient être multipliées à l’infini. Nous ne signalerons que la présence du foyer à plat à son côté malgré l’absence de toute trace de chauffe de cet aménagement particulier. A titre anecdotique, nous pouvons noter une meule piquetée (un galet en roche dure aménagé sur une face) déposée à quelque distance mais dont ni la raison de la présence, ni le rôle fonctionnel ne peuvent être précisés dans ce cadre.

24Les structures de maintien que nous allons décrire maintenant sont, à l’évidence, de construction simple. Pourtant, la typologie que nous établirons à partir de ces seuls exemples est relativement précise pour montrer l’existence sans doute de plusieurs fonctions de ces structures évidentes. L’analyse morphologique ou structurelle de ces témoins exprime alors son utilité fondamentale.

2. Abri de Font-Juvénal

Inventaire

■ F.J. M/N7 C2a (FIG. 37a)

25Ces deux structures de maintien, bien que dans des états de conservation différents, paraissent être identiques. L’une d’elles est « intacte » ; c’est-à-dire que les blocs rocheux en calcaire local qui l’organisent sont restés en « position ». Cet aménagement est composé d’un bloc de 30 cm de long, sur 8 cm de large et à peu près autant de hauteur au-dessus du sol. Cette pierre est fichée dans le sol sur environ un-tiers de sa hauteur. Contre ce bloc partiellement enfoncé et sur ses extrémités relevées, des pierres sont disposées perpendiculairement. D’un côté, c’est un bloc oblong de 25 x 10x6 cm, de l’autre trois pierres plus sphériques sont disposées en angle. L’espace ainsi circoncrit est d’environ 6 à 7 cm de côté. Il a été découvert apparemment surcreusé, son remplissage sédimentologique étant différent de la terre de C2a qui l’environne, en particulier plus sombre et plus pulvérulent.

26Le second dispositif présenté est ruiné. Il est organisé cependant comme le premier ; les pierres qui le constituent, bien que d’un format plus réduit, sont disposées de manière similaire. Un bloc allongé forme un côté de la structure. Son orientation et sa disposition sont parallèles à la pierre allongée du premier dispositif décrit. Plusieurs blocs calcaires forment aussi un côté perpendiculaire à cette pierre ; seul un petit fragment pierreux partiellement engagé sous le bloc allongé marque le côté opposé de l’aménagement. Une dépression de faible amplitude est ainsi protégée. Ces deux dispositifs sont assimilables à des structures de maintien d’éléments verticaux. Leur proximité est à remarquer tout comme leur construction identique qui pourrait s’expliquer par leur caractère de doublon peut-être chronologiquement distinct.

37 — Abri de Font-Juvénal. Structures de maintien — a. Structure MN 7 C2a’, en noir sont des objets — b. Structure M5-6 C5b : 1. calcaire, 2. quartz, 3. fragment osseux, 4  poterie, 5. schiste, 6. fragment de bûche carbonisée — c. Types de construction et dimensions.

■ F.J. M5-6 CSb (FIG. 37b)

27L’agencement est constitué de quatre blocs calcaires principaux qui forment chacun une limite d’un dispositif quadrangulaire. Un des blocs de la structure, le plus haut (12 à 15 cm), mesure 75 cm de long. Il sert d’appui à deux pierres posées perpendiculairement sur lui. La dernière pierre du dispositif ferme un espace pratiquement quadrangulaire. Cet espace de 9 sur 12 cm environ est réservé entre les blocs. Il était rempli d’un sédiment pulvérulent très charbonneux. Mais ce sont de véritables bûchettes de charbon de bois qui s’appuyaient sur une des pierres et jusque dans un secteur du trou central. Les deux pierres qui les supportaient étaient par ailleurs fortement altérées par le feu.

28Un tel aménagement paraît être une structure de maintien vertical. On peut penser en outre que les vestiges charbonneux découverts sont ceux d’un fragment de bois (pieu-poteau) fiché dans le trou, calé peut-être avec de la terre (il n’y a pas de pierres accessoires) et qui aurait brûlé et carbonisé sur place.

Observations

29Ces dispositifs sont souvent appelés des « calages de poteaux » mais il nous semble que cette définition est restrictive et par là-même oriente sensiblement l’interprétation que l’on est en droit d’en faire. Nous avons proposé l’idée de « maintien vertical » qu’il s’agisse d’un aménagement, dispositif, structure, etc.

30Ces installations sont d’origine anthropique indéniablement. A l’abri de Font-Juvénal, treize exemplaires ont été à l’heure actuelle dégagés. Il est possible de caractériser leur morphologie puis de s’interroger sur les rapports existant entre la construction en pierres et le trou qu’elles entourent.

■ Morphologie des structures de maintien vertical

31Nous avons utilisé une numérotation pour étudier ces dispositifs. Elle est la suivante : 1. MN7 C2a ; 2. MN7 C2a ; 3. M6-7 C2a ; 4. M6-7 C2a ; 5. J8‑9 C2ab ; 6. J8-9 C2ab ; 7. J8-9 C2ab ; 8. J8-9 C2ab ; 9. M6 C2c ; 10. L6 C5a base ; 11. M5-6 C5b ; 12. N6 C5b ; 13. M7 C7a.

32Ces installations comportent deux éléments : une dépression et une couronne souvent discontinue de blocs rocheux. Cette construction peut être de plusieurs types. Ainsi, il existe des amas sub-circulaires de blocs rocheux déposés à la surface du sol où s’ouvre le trou central ; mais souvent les blocs forment les parois du trou elles-mêmes, qu’il s’agisse de blocs enfoncés dans le trou ou de pierres fichées dans le sol et réservant entre elles une dépression plus ou moins profonde.

33Il est bien évident que chaque dispositif découvert à l’abri de Font-Juvénal présente généralement des blocs rocheux dans différentes positions.

34En fait, lorsque peu de blocs composent la couronne de maintien, les pierres sont souvent plantées ou introduites comme « une cale » dans la dépression centrale. A l’inverse, lorsque les blocs sont nombreux ou volumineux ils ne sont souvent que posés sur le sol, faiblement enfoncés, parfois empilés ou se chevauchant sur plusieurs niveaux.

35Trois formes de construction des couronnes peuvent être observées dans notre série. Un dessin (fig. 37c) les représente. Le type A repose sur une construction triangulaire. Des blocs sont contigus et forment un angle droit ou aigu. Face à cet angle de pierres souvent plantées dans le sol, un axe de blocs ferme un espace vide sub-triangulaire. Le type B est assez proche du précédent puisqu’il repose sur le principe d’une construction en U, faite de blocs disposés sur trois côtés en angle droit ; les pierres ont des faces latérales courbes qui ont été utilisées pour mieux cerner le trou central. Un des côtés de la paroi de cette dépression n’est pas protégé par des pierres. Le type C présente une structure rectangulaire de blocs, disposés parfois de manière rayonnante.

■ Le trou central des structures

36Il semble bien que ces trois types correspondent à différentes possibilités d’assurer un maintien à un élément vertical fiché dans le trou. En effet, en mettant en relation ces trois modes de construction avec les dimensions du trou central qu’ils protègent, il apparaît des corrélations évidentes. Nous considérons comme longueur le plus grand « diamètre du trou ovale ou sub-circulaire et comme largeur le plus petit » (fig. 38a).

38 — Abri de Font-Juvénal. Structures de maintien vertical — a. Dimensions — b. Dimensions selon le type de construction, volumes des pierres utilisées et chronologie par couches.

37Les constructions triangulaires du type A sont en correspondance avec des trous sub-circulaires oscillant entre 5 et 7 et 7 et 13 cm de diamètre. Les trous des dispositifs en U du type B s’inscrivent dans ce cadre de mesure avec 6 et 7 et 8 et 9 cm. Les aménagements du type C enfin concernent des trous ovales de 8 à 12 cm sur 10 à 15 cm. Une seule exception existe : il s’agit du cas no 9, avec 5 cm de largeur et 12 cm de longueur.

38Le type B apparaît donc comme une sous-catégorie du type A ; et l’on peut penser que la caractéristique importante de ces modes de construction réside dans l’ouverture de la couronne de pierres. Toutefois, lorsqu’elles forment entre elles un angle droit ou très proche de 90°, on peut noter que le trou ceinturé est plus régulier, plus circulaire.

39L’observation des corrélations entre les couronnes de pierres et la dimension du trou peut faire intervenir une donnée intéressante : la profondeur du trou. Cette valeur est calculée de la base du trou à son ouverture à l’horizon du sol dans lequel il est creusé. Le diagramme de courbes cumulées qui suit montre que c’est cette donnée qui varie le plus, de 4 à 15 cm, alors que « les diamètres », largeurs ou longueurs, sont relativement bien circonscrits respectivement entre 5 et 12 cm, et 7 et 14 cm (fig. 38a). Mais l’allure de la courbe des profondeurs permet de nuancer cette première observation. En réalité les profondeurs des trous varient entre 4 et 8 cm, deux exceptions atteignent 10 et 15 cm. En affirmant les seuils de l’histogramme tracé, il est possible d’affecter à chaque aménagement un symbole correspondant à sa catégorie sur le graphique « largeur-longueur » (fig. 37c). On observe certaines correspondances entre l’importance du calibre du trou et sa profondeur. Mais les exceptions existent qui montrent des trous largement ouverts et peu profonds (fig. 38b). A l’inverse, c’est avec le type morphologique de la couronne de pierres que des correspondances sont les mieux établies. La taille de la partie enfouie du dispositif de maintien est donc fonction de l’aménagement de blocs qui la ceinturent. On peut penser que des compensations se mettent alors en place selon que le trou est profond ou la construction de pierres bien solide.

■ Les pierres périphériques et leurs agencements

40L’organisation des blocs rocheux à la surface du sol où s’ouvre le trou ceinturé est, nous l’avons vu, de trois types. Chaque dispositif découvert à l’abri de Font-Juvénal comprend trois ou plus de trois blocs organisés, en triangle, en U, en construction sub-rectangulaire. Il nous a paru possible de considérer les trois dimensions dans lesquelles chacun des blocs s’inscrit. Nous possédons donc ici une évaluation sommaire du volume des blocs rocheux de chaque structure. Un premier schéma représente pour chacun des aménagements leurs dimensions, ils sont classés par type morphologique (fig. 38b).

41Dans le type A, les groupes de pierres sont assez variés mais souvent ils comportent un ou deux blocs importants d’environ 10 à 30 cm de côté et des pierres plus réduites associées. L’exemple no 4 est constitué de pierres plus petites et de volumes assez proches. Les blocs les plus volumineux forment généralement un angle droit ou proche de 90°. Ils assurent la solidité de l’amas de pierres.

42Dans le type B, on peut souligner les similitudes de taille des blocs. Ils paraissent même pratiquement calibrés. A l’inverse, le type C présente pour chacune des couronnes de pierres figurées des échantillons de formats différents. Il semble qu’un gros bloc épais ait été associé à des pierres de tailles variées.

43Ce schéma permet également de voir la hauteur des pierres posées sur le sol ou légèrement enfoncées dans celui-ci. Généralement ces blocs rocheux sont qualifiés de verticaux lorsque leur épaisseur est supérieure à leur largeur. On s’aperçoit que ce sont les exemplaires du premier type A qui en possèdent le plus grand nombre ; 43 % d’entre eux sont en position verticale, 28 % pour le type B. Par contre deux-tiers des pierres peuvent être considérées comme plates pour le type C. Ceci confirme l’idée de la compensation de la solidité des couronnes de pierres ; soit l’épaisseur des blocs réalise l’appui, soit c’est en les empilant que l’on atteint le même but.

44L’ensemble de ces informations est enrichi par le graphique suivant qui représente le nombre de blocs et leurs volumes cumulés pour chaque dispositif étudié (fig. 38b).

45Il y est clairement démontré que le volume total des blocs (et donc leur poids ou leur masse) n’est pas fonction directement de leur nombre.

46Par ailleurs, les exemplaires du type C atteignent tous plus de 3 000 cm3 de blocs et jusqu’à plus de 40 000 cm3 (no 11). Ceci résulte de l’empilement qu’ils constituent et de leur forte taille en général ou de celle du bloc le plus volumineux. Si le type B est bien établi dans le premier cercle de notre schéma précédent, vers 1 000 à 2 000 cm3, le type A est présent dans les trois niveaux repérés.

47Nous aborderons plus loin les implications de ces remarques mais nous retiendrons ici l’idée que ces aménagements simples reposent sur certaines notions précises de format, de profondeur du trou ou de morphologie simple ; ceci révèle les principes des techniques de construction qui sont sans doute fonction de leurs destinations.

■ Chronologie

48La distribution chronologique des structures de maintien évoque-t-elle le degré d’occupation de l’abri ? Elle peut traduire également l’utilisation d’un certain type d’aménagement, voire d’un accessoire d’une installation. Nous avons différencié sur un graphique les trois types morphologiques de structures de maintien découverts à l’abri de Font-Juvénal. Il ne nous semble pas que la répartition établie par couche puisse avoir une grande signification d’ordre culturel. C’est là une des limites de l’étude systématique (fig. 38b).

49Encore peut-on poser le problème de l’efficacité respective des trois modes de construction de ces aménagements. Est-elle liée à l’élément vertical fiché entre les pierres et à sa destination : support ou non, etc. ?

50Une dernière observation nous paraît importante à souligner. L’occupation chasséenne à l’abri de Font-Juvénal est particulièrement importante et variée ; elle témoigne de nombreuses structures domestiques. Or les structures de maintien vertical sont pratiquement inexistantes dans ces niveaux d’habitat (une seule) alors qu’elles sont en abondance dans les niveaux des Ages du Cuivre et du Bronze.

51Il pourrait donc s’agir soit de dispositifs culturellement définis, et ceci ne nous paraît pas sérieux, soit d’installations particulières propres à un mode d’organisation de l’habitat ou d’utilisation d’un dispositif.

52Mais ces conclusions ignorent la réalité du site. En effet, à quelques mètres de la paroi, un fort bloc d’effondrement est fiché à la verticale parallèlement à l’axe de l’abri et détermine une aire protégée de la vue et de la pente du talus. L’installation humaine la plus ancienne a sans doute privilégié cette condition du site. Avec l’accumulation stratigraphique des sédiments, le sommet du bloc n’assurait plus à l’Age du Bronze son rôle de mur naturel. On peut penser que le bloc massif a pu longtemps servir de support à des superstructures de fermetures, totales ou partielles. Lorsque sa hauteur dépassant le sol d’habitat s’est avérée insuffisante le besoin de trouver des supports-relais a pu se faire sentir. La construction de structures de maintien dans les niveaux supérieurs de l’abri de Font-Juvénal semble alors s’expliquer aisément.

3. Abri du Roc-de-Dourgne

Inventaire

■ D.C6 (FIG. 39 a, b)

53Les structures de maintien de la couche 6 du Roc-de-Dourgne sont exécutées en blocs calcaires locaux auxquels sont associés des galets de roches métamorphiques de la rivière voisine. Elles limitent des sédiments chargés en matière organique et à la texture différente de celle du niveau.

54L’aménagement 1 (fig. 39a, 1 ) est formé de cinq blocs calcaires dont quatre ferment un espace quadrangulaire de 5 sur 13 cm environ et profond de quelques centimètres. Un galet a été curieusement découvert en position penchée dans cet espace. Il est possible qu’il s’agisse d’un accessoire du dispositif ; cependant on pourrait penser que cet aménagement a été abandonné et que l’emplacement de ce galet est fortuit. En effet, il paraîtrait possible de douter de l’interprétation de ces pierres rassemblées. Mais la fouille a permis de noter un remplissage noir « sédimentologiquement » distinct, où les matières organiques sont abondantes. Ceci nous donnerait un aménagement de support ou de calage.

39 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structures de maintien vertical — a. Quatre exemples de la couche 5 — b. Structure C6(2) : 1. plan, 2. les plus petits blocs : les plus profonds sont les plus foncées, 3. les blocs les plus grands, 4. schéma des profondeurs, au centre la partie basse du sédiment — c. Dimension et types — d. Dimensions des trous.

55A une trentaine de centimètres de ce premier dispositif, un aménagement original (fig. 39a, 2 et 39b) a été découvert. Il s’inscrit à l’extrémité d’un dépôt de vidange. Il s’agit d’un amas en couronne de pierres empilées. Ce dispositif a fait l’objet d’une étude particulière afin de préciser la conception de sa réalisation. Cette installation est composée de deux types de matériaux :

  • des pierres de 5 cm environ de côté, souvent épaisses, que l’on peut assimiler au calibre « ballast ». Elles ont une répartition qui ne suggère pas une construction particulière ; on notera cependant une concentration de certaines d’entre elles à un étage bas de la structure.

  • des blocs souvent oblongs et relativement plats qui sont des dalles calcaires. Ces pierres dépassent 10 cm et peuvent atteindre plus de 20 cm dans leur plus grande dimension. Elles bordent un espace qui trace au sol une portion de cercle limité par une corde formée par un alignement de pierres. On observe jusqu’à quatre niveaux de pierres empilées, selon toute apparence là où leurs formes allongées n’ont pas été exploitées. Il est probable que le but recherché par l’installation de piles constituées de pierres, tantôt dans le sens de la longueur tantôt dans le sens de la largeur, est d’assurer une meilleure assise à la construction (selon une technique encore employée de nos jours). C’est la combinaison de la concentration de blocailles, dont certaines verticales, et de la structure ouverte des dalles calcaires qui réalise la construction étudiée. Nous la qualifierons de structure de maintien vertical. Un schéma (fig. 39b, 4) résume la lecture de cet aménagement : le rond noir indique l’aire de pose du dispositif, constituée de terre. Autour d’elle, le support pouvait être aussi assuré, dans le cadre de cette dépression limitée, par une série de pierres occupant en partie le sol. Ailleurs celles dont les surfaces sont d’autant plus foncées qu’elles sont profondes s’inscrivent en une couronne allongée de maintien.

56Le dispositif 3 (fig. 39a, 3) est fait de blocs calcaires empilés dont les uns forment un amas à une extrémité de la construction et dont les autres, perpendiculaires, sont disposés dans le sens du plus grand axe des pierres. Un galet et deux petits blocs calcaires ferment ainsi un espace de 5 à 8 cm de côté. Cet aménagement s’inscrit comme le précédent dans le dépôt de vidange de foyer déjà cité.

57L’aménagement 4 (fig. 39a, 4) présente l’originalité d’être constitué de nombreux galets de rivière. Une dalle calcaire importante en surface et épaisse y est associée. A environ 8 cm de son bord, deux dalles calcaires oblongues ont été disposées parallèlement. Ce sont des galets, dont certains regroupés, qui ferment aux deux extrémités cet espace réservé de 13 cm environ de long. Cette installation est située près d’un dépôt de produits de combustion. Il s’agit d’une structure de maintien vertical simple.

Observations

58Les dispositifs de maintien vertical à l’abri du Roc-de-Dourgne sont au nombre de quatorze. Certains d’entre eux sont isolés, d’autres paraissent doubles ou dédoublés, et il en existe d’accolés. Des galets ou plus souvent des blocs de calcaire forment leur construction en couronne ouverte ou fermée qui ceinture une dépression de quelques centimètres de profondeur. Cette description est somme toute très simple. Mais il est possible de préciser certaines particularités de ces dispositifs. Pour plus de commodité, nous avons adopté ici encore une numérotation des aménagements soit : 1-C5 sup. 1 ; 2-C5 sup. 2 ; 3-C5 sup. 3 ; 4-C6 1 ; 5-C6 2 ; 6-C6 3 ; 7-C6 4 ; 8-C7 1 ; 9-C7 2 ; 10-C7 4 ; 11-C7 6 ; 12‑C8 1 ; 13- C8 2 ; 14-C8 3.

■ Morphologie et dimensions intérieures

59Dans la série des dispositifs que nous avons pu étudier au Roc-de-Dourgne, huit sont morphologiquement d’un type, six d’un autre. En effet, certains sont construits avec des blocs rocheux formant un petit caisson aux quatre parois parallèles (ou pratiquement) deux à deux. D’autres sont bâtis selon un plan en fer à cheval à trois côtés. Un cas de construction étoilée de blocs rocheux existe que nous assimilerons au premier type.

60Les dimensions des trous réservés entre les pierres sont, semble-t-il, du même ordre pour les deux types de ces dispositifs. Cependant, on peut remarquer que les aménagements à trois côtés sont parfois des espaces réservés plus larges ou plus longs (C5 sup. 3 : 15 x 6,5 cm ; C8 2 : 10 x 8). Ils correspondent à des trous creusés dans le sol (support des pierres). Les mesures moyennes de ces trous centraux sont de l’ordre de 11 et 6 cm. Les écarts à la moyenne n’étant pas très importants généralement, ces mesures peuvent être prises en considération (fig. 39c).

61Il est bien entendu que ces trous centraux ont des profils coniques, plus rarement cylindriques. Profonds en moyenne de 4 cm, leurs parois non consolidées n’ont pu que reculer de leur aplomb originel. Les calibres des trous centraux devaient être sensiblement plus réduits et ce sont donc des conditions locales de conservation qui ont pu jouer sur les dimensions de ces petites dépressions.

62L’homogénéité de notre série apparaît nettement sur le graphique des mesures du trou central, profondeur, largeur et longueur. Mais des seuils de 5, 8 et 13 cm y sont apparents et présents dans les trois mesures. Ce sont eux aussi qui structurent en partie le graphique à deux ordonnées, largeur et longueur. Là, les dispositifs se groupent en deux ensembles (fig. 39d) qui ne sont pas dus à leur morphologie, mais nous le verrons par la suite peut-être au nombre de blocs rocheux (et à leur volume) qui les composent. La faible étendue de notre série ne nous autorise cependant pas à en nier l’homogénéité, même relativisée comme nous venons de le faire.

■ Les pierres périphériques

63La qualité des blocs rocheux n’est pas, selon toute apparence, un élément de différenciation des structures. En effet, blocs calcaires anguleux et galets ronds de rivière sont associés sans distinction. Les uns proviennent du délitage de la paroi de l’abri et devaient être au sol des témoins du recul de la falaise. Les autres ont été prélevés dans le lit de l’Aude bien que leur destination première ne puisse être définie.

64Un graphique (fig. 40a) permet de visualiser le nombre de blocs utiles dans les dispositifs étudiés. On y lit que quatre aménagements ne possèdent qu’un galet dont la présence paraît donc a priori accidentelle. Une seule structure de maintien (C6-1) possède un galet qui a pu servir de cale verticale, d’une sorte de coin mais, en toute honnêteté, il ne peut s’agir encore ici que d’une hypothèse assez gratuite.

40 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structures de maintien vertical — a. Dimensions et types, composition en pierres — b. Volumes des pierres (galets y compris) — c. Chronologie enmillénaire C14.

65Le graphique indique également que les aménagements comportent souvent soit cinq à six pierres soit une dizaine de blocs. Il en est un de quarante-trois blocs cependant. On peut penser toutefois que le mode de construction des structures de maintien vertical et leur utilisation ne contraignaient pas à un dépôt de blocs trop important, en surface principalement (fig. 40b, c).

■ Volumes des supports

66Nous avons cherché à mieux cerner cette idée et il nous a paru intéressant de comparer les volumes des blocs rocheux. Ces chiffres ne sont donnés que pour indication. En effet, ils ont été obtenus par calcul simple de la multiplication des trois dimensions de chaque bloc. Il ne s’agit donc que d’estimations qui n’ont de valeur que relative, d’un aménagement à un autre.

67Entre 1 000 et 2 500 cm3 de volume cumulé des blocs, un premier groupe de dispositif existe. Entre 4 000 et jusqu’à 7 000 cm3 de blocs, un second groupe apparaît. On remarque que ce n’est pas le nombre de pierres qui explique pour autant l’importance des volumes calculés. Ainsi, les aménagements no 4, 11, 9 et 10 avec 2500 à 3 750 cm3 de roches ne sont-ils pas constitués de plus de six pierres chacun, ce qui est un nombre réduit comme nous l’avons signalé.

68Il semble donc que la taille des blocs soit petite en général ; et ceci confirme que les petites largeurs et longueurs des trous centraux qu’ils protègent leur sont étroitement liées. On peut penser que de tels dispositifs n’avaient pas à assurer le maintien d’éléments verticaux trop importants. Les corrélations existant entre l’importance volumétrique des supports rocheux de ces aménagements et leurs morphologies mêmes peuvent être recherchées. Les volumes ont été calculés pour chacun des blocs qui les constituent (fig. 40b). Les structures en couronne fermée montrent toutes (à près de 85 %) un bloc rocheux de fort volume. Cette pierre principale est sans doute une assise importante et nécessaire pour ce type de dispositif.

69Le second type de structure de maintien possède un dépôt de blocs en fer à cheval, ouvert sur un côté. Là, ce sont deux à trois pierres qui sont d’un volume plus important (exception faite pour le dispositif no 10). On peut remarquer que ces blocs rocheux sont souvent disposés sur le côté de l’aménagement.

70Ainsi, les structures de maintien de l’abri du Roc-de-Dourgne, toutes époques confondues, paraissent être morphologiquement assez caractérisées. Leurs dimensions utiles (en quelque sorte) c’est-à-dire celles de la dépression que leurs blocs entourent, à l’inverse, ne sont pas très diverses. On peut donc penser que le maintien vertical d’éléments végétaux probablement (pieux, piquet, bâton, etc.) de calibre proche s’est effectué à l’aide de constructions dont seule la forme justifie le nombre des blocs qui les composent. Ceci est important pour affirmer par exemple le degré de fini des installations et leur caractère réfléchi qui pourrait sans analyse paraître peu marqué.

■ Chronologie

71L’étude diachronique des structures de maintien peut-elle être engagée ? Notre courte série ne paraît pas le permettre. En conséquence les comparaisons chronologiques sont possibles. Et certaines différences entre les structures étudiées coïncideraient avec leur datation. Ainsi, si l’on prend en compte les trois mesures des trous que les blocs rocheux ceinturent, on remarque la chose suivante : les aménagements se différencient par la proportion respective de chacune des mesures, longueur, largeur et profondeur, donc par la forme de la dépression centrale (fig. 40a).

72Ainsi, les dispositifs de la couche C5 sup. ont des profondeurs, en valeur relative, supérieures à la moyenne établie de notre série : soit pour une valeur moyenne de 17 % = 19, 21 et 38 %. De même, les aménagements du niveau C7 sont-ils tous d’une longueur d’ouverture supérieure à la moyenne.

73Toutes ces observations pourraient faire l’objet de recherches de corrélations et d’hypothèses. Mais une limite évidente de ce travail réside dans la fonction même du dispositif. Edifié pour maintenir une branche ou un tronc d’arbre, d’une hauteur ou d’une autre (courte ou longue), ce type de dispositif est tout autant fonction de ses composantes propres, de l’état du sédiment (humidité, composition, etc.), des conditions d’habitat, de sa fonction primitive ou détournée, de son fonctionnement.

74Aussi, nous pensons pouvoir attribuer les variations morphologiques enregistrées d’avantage à la modulation de ces éléments qu’à des composantes culturelles qui peuvent cependant exister. L’étendue de notre série ne peut autoriser à aller plus avant. Et il ne nous est pas possible de différencier par exemple des aménagements aux caractères propres des niveaux d’habitat mésolithique, protonéolithique, néolithique ancien, etc.

Table des illustrations

Légende 36 — Abri de Font-Juvénal. Structure de maintien DEFG 5-6- 7 C6, dallage et foyer à plat (sur 10 m2) — a. Plan, croquis et schéma d’interprétation — b. Les pierres sont disposées selon leurs surfaces.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende 37 — Abri de Font-Juvénal. Structures de maintien — a. Structure MN 7 C2a’, en noir sont des objets — b. Structure M5-6 C5b : 1. calcaire, 2. quartz, 3. fragment osseux, 4  poterie, 5. schiste, 6. fragment de bûche carbonisée — c. Types de construction et dimensions.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende 38 — Abri de Font-Juvénal. Structures de maintien vertical — a. Dimensions — b. Dimensions selon le type de construction, volumes des pierres utilisées et chronologie par couches.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30955/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 39 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structures de maintien vertical — a. Quatre exemples de la couche 5 — b. Structure C6(2) : 1. plan, 2. les plus petits blocs : les plus profonds sont les plus foncées, 3. les blocs les plus grands, 4. schéma des profondeurs, au centre la partie basse du sédiment — c. Dimension et types — d. Dimensions des trous.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30955/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 40 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structures de maintien vertical — a. Dimensions et types, composition en pierres — b. Volumes des pierres (galets y compris) — c. Chronologie enmillénaire C14.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30955/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search