Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Les structures de conservation et de maintien

Les structures de conservation

Texte intégral

1. Généralités

1Ces dispositifs que certains qualifient de structures de stockage sont rarement décrits dans les habitats en abri du Néolithique ou des Ages des Métaux. En Bourgogne, dans l’est de la France, le bassin Parisien et d’une manière générale en domaine « danubien », ces aménagements sont principalement découverts en plein air et en tant que structures complémentaires des habitations. Les témoins que nous étudions ici ont été découverts au Roc-de-Dourgne. Ils appartiennent au Néolithique ancien et font partie intégrante des aménagements de plusieurs niveaux d’occupation de l’abri sous roche.

Observations et confusions

2Une première remarque s’impose. Il est difficile de déceler ou d’interpréter des structures domestiques de concentration autres qu’en dépression : si certains empierrements ont pu servir d’aire de dépôt et de stockage, rien ne permet de l’affirmer. Aussi n’aborderons-nous prioritairement ici que des trous creusés dans le sol, autres que les foyers ou les structures de maintien.

3Il est clair que le principal problème est de distinguer les familles de structures évidentes entre elles. Parfois ce travail est pratiquement impossible car non seulement une installation a pu évoluer et être utilisée différemment mais aussi parce que le poids de notre interprétation est parfois supérieur à celui des observations.

■ Foyer à plat ou structure de dépôt-conservation ?

4Nous présentons ici un cas assez caractéristique de la difficulté que nous avons rencontrée pour définir une structure évidente. Il s’agit d’un rare dépôt à plat. Les multiples interprétations qui pourraient en faire l’objet ne sont pas présentées. Il nous a paru préférable de retenir une hypothèse très ouverte.

■ F.J 0 6-7 C2c (FIG. 30 a, b)

• 30 — Abri de Font-Juvénal Foyer à plat ou structure de conservation-épandage 06-7 C2c — a. Les objets sont en noir — b. Les droites sont obtenues en prolongeant les orientations des objets.

5Cet épandage de produits de combustion est partiellement couvert de blocs de calcaire. Les vestiges osseux qui s’y trouvent mêlés sont nombreux, certains carbonisés. Tous ces éléments pourraient laisser à penser qu’il s’agit d’un aménagement de foyer à plat ; en réalité si ce dispositif en comprend un certain nombre d’aspects, ceux-ci sont insuffisants pour le confirmer. Au contraire, il est possible de montrer l’origine de ces éléments et la fonction probable de leur agencement.

6Les produits épandus en amas semi-lenticulaires, épais de quelques centimètres au centre et finement déposés à la périphérie, sont des vestiges de combustion mêlés à un sédiment meuble. Ce sont donc des charbons de bois principalement ; en poudre grasse, ils sont mêlés à une terre (sans doute) identique à celle du sol C2c sur laquelle le dépôt repose directement ; aucune altération autre que des infiltrations de sédiment n’y est observée.

7Il paraît donc possible de préciser que ces produits de combustion ont été déposés soit tièdes ou chauds sur un sol humide et protégé alors des rougissements et des altérations dues à la chaleur, soit froids sur un sol quelconque. Sans écarter la première idée, la seconde nous semble plus probable, les limites du dépôt étant nettes et selon toute apparence non perturbées par le ruissellement même en nappe ou diffus.

8Les blocs calcaires associés sont déposés sur un épandage (les plus petits et la base des autres y étaient également inclus). Ces blocs sont souvent en calcaire froid yprésien, certains étant des éclats allongés ou discoïdaux. Il en existe de volumineux mais on ne trouve dans leur emplacement aucune constante véritable. Seul un sytème de très gros blocs forme une barrière naturelle à l’extension du dépôt. Les éclats de plus faible calibre paraissent accompagner les vestiges osseux abondants découverts dans le sédiment noirci de charbons. Deux des pierres portent de forts stigmates de chauffe, l’une d’elles est de forte taille. Là, encore, rien ne permet d’aller plus loin sur leur utilisation.

9Tous ces éléments conduisent à penser qu’il s’agit d’un simple dépôt de vidange froide, sans doute de foyer. Ce dépôt a pu évoluer en dépotoir, à plat, car nombreux sont les fragments osseux non brûlés ou chauffés. Ces vestiges nous sont apparus à la fouille déposés selon certaines orientations qui ont été relevées. Aussi peut-on tenter d’étudier leur direction préférentielle. Il est en effet probable que leur situation n’est pas fortuite. Il est bien sûr difficile d’affirmer l’origine de cette situation. Mais un schéma indiquant les orientations de chaque objet a pu être dressé. Il repose sur le principe simple de la prolongation du vecteur établi sur lequel on marque par un point l’objet concerné. Ce graphe permet de visualiser rapidement les orientations préférentielles des objets qui sont ici perpendiculaires aux blocs les plus importants de limite du dépôt. C’est dans la zone proche de cette barrière que les objets sont les plus nombreux et donc concentrés (fig. 30b).

10Ces deux dernières observations nous incitent à proposer comme hypothèse de travail que ce « dépôt » de vidange est « orientable » fonctionnellement; c’est-à-dire que la barrière de gros blocs en constitue le fond et que cette installation de vestiges de combustion paraît dépendre d’une source située à l’opposé de ces blocs.

■ Cuvette de combustion ou témoin de conservation

11L’organisation du contenu des dépressions est généralement un point insuffisant pour conclure. Ainsi dans l’habitat chasséen de La Roberte, la fosse 4 (nous n’avons pas découvert sous les abris étudiés de structures comparables) présente une stratigraphie marquée par des dépôts successifs de petits volumes de sédiments. L’observation des pendages des blocs y est également un point intéressant, tout comme les variations des terres. Ses inventeurs en font une fosse à la « fonction dernière de dépotoir » mais qui par « sa forme un peu bombée, sa régularité, la présence possible de dépôts argileux au fond » est peut-être à « rattacher à la famille des structures de stockage » (Beeching 1975).

12Il nous paraît utile de rappeler à un autre niveau ce type de problème d’interprétation. Il s’agit d’une structure qui pourrait être logiquement qualifiée de foyer à plat limité mais qui semblerait s’avérer un témoin de conservation. Elle provient de la grotte des Cazals (Sallèles Cabardès, Aude) et a été dénommée G/H20 F8.

13Le dispositif découvert à la grotte des Cazals appartient à un niveau d’occupation datant du Bronze moyen. Ses forts caractères en font un aménagement exceptionnel et rarement découvert dans notre région. Mais cette installation dont les éléments principaux peuvent se résumer en une sole, un muret circulaire et plus de 40 litres de graines carbonisées, pose très bien le problème de l’interprétation des « structures d’habitat ». Nous avons présenté ailleurs les composantes de ce dispositif puis leur constitution et leur inter-relation. Nous avons proposé non pas une identification de la nature de la structure mais une série d’hypothèses sur son fonctionnement et donc sur sa destination : foyer à plat limité ou témoin de combustion. Ces différentes hypothèses ne pèsent sans doute pas le même poids. Mais encore s’agissait-il d’ouvrir une réflexion que seule l’étude comparative permettrait de consolider. C’est dans ce cadre que nous avons donc entrepris l’étude de cet aménagement mis partiellement au jour à la grotte des Cazals et récemment publié (Gasco 1983).

■ Structure de maintien ou de conservation ?

14L’exemple ici présenté a été découvert à l’abri de Font-Juvénal en N8-9 C8f. Il nous paraît être particulièrement intéressant à ce niveau.

■ F.J N8-9 C8f (FIG. 31 a, b)

31 — Abri de Font-Juvénal. Structure de combustion ou de conservation N8-9 C8I les objets sont en nombres — a. Plan — b. Coupe

15Cet aménagement est une cuvette sub-circulaire creusée dans une terre cendreuse très compacte. Ses parois sont en pente régulière, plus marquées sur une partie de son tracé (pente à 60 %) et nettement adoucies (pente de 20 %) à l’opposé. Ce trou était rempli de blocs calcaires d’origine locale de taille variable. Un sédiment brun pulvérulent au sommet comprenait d’assez nombreux fragments osseux ou des éclats de pierres taillées. Plus grumeleux vers la base de la cuvette, il englobait les blocs dont les plus gros étaient enfoncés profondément. Aucun témoin de combustion n’ayant été découvert, ni aucune trace dans la cuvette, cet aménagement a fait l’objet de plusieurs hypothèses.

16Le remplissage de la fosse est fait de cinq blocs de calcaire froid. Ils sont plantés dans la cuvette et leurs pendages forment un faîtage central. L’une de ces pierres est longue de 0,50 m et est inclinée vers le centre de l’aménagement. Perpendiculairement à elle, deux autres blocs accolés présentent une forte inclinaison inverse (sommet vers le centre, base vers l’extérieur). Deux pierres alignées parallèlement au premier bloc ferment et limitent ainsi un espace central triangulaire entre les pierres (15 x 15 x 10 cm). Un tel dispositif « témoin » mais installé dans une cuvette profonde pourrait, dans la cuvette dont il n’occuperait qu’une partie réduite, paraître peu vraisemblable au vu des autres structures dégagées à l’abri de Font-Juvénal.

17On peut lire cette installation comme une structure en cuvette (peut-être de conservation) comblée dans une phase de rebouchage du trou inutile. Si cette interprétation peut être satisfaisante pour le petit cailloutis de remplissage et les objets archéologiques découverts, il n’en est pas de même pour les gros blocs dont on ne comprend que difficilement les positions isolées et plantées dans la cuvette profonde. Toutefois une phase de comblement rapide et effectuée en jetant des blocs et de la terre d’un sol d’habitat peut avoir produit ce résultat.

18On remarquera sur le croquis de schématisation du remplissage de la structure que les divers dépôts de petits blocs, de vestiges proprement archéologiques (anthropiques) paraissent rayonner d’un point extérieur à la structure (voir croquis) vers la paroi du trou en pente adoucie. Les orientations particulières viennent buter sur un axe perpendiculaire adossé à la paroi sub-verticale (60 %) de la cuvette. Nous pensons ainsi parvenir à « orienter » l’utilisation de la cuvette ou du moins de son comblement. On observe en effet d’une part la dissymétrie des parois du trou ; on s’accorde à penser que les parois sub-verticales ont fait l’objet d’un creusement par abattement et que les pentes adoucies qui leur font face résultent en grande partie du déblaiement de la dépression. D’autre part les produits solides du comblement sont organisés en bande dont les axes sont rayonnants. Nous insisterons sur ce dernier point car une telle forme de remplissage n’est généralement pas connue dans les autres cas de structures de combustion ou de maintien.

19Les deux hypothèses présentées peuvent fort bien ne pas être contradictoires. La ruine et l’abandon de cet aménagement est une évidence. Mettre en relation les différents éléments de son remplissage est pour nous difficile à réaliser. Tout au plus leur orientation similaire a pu être soulignée. Il serait alors dangereux de privilégier un seul aspect, une seule composante de ce comblement (ou remplissage ?) pour interpréter ex abrupto cette « structure d’habitat »,

Les bases de l’interprétation

20L’étude des structures de conservation passe donc par deux étapes, l’une concernant le trou lui-même, la seconde son remplissage. En réalité, la dépression peut être héritée et il s’agit alors d’un autre aménagement ou d’une structure fortuite ; elle peut être brute, sans aménagement de ses parois ou de son fond ; elle est enfin préparée avec, soit la recherche particulière d’une forme, soit une finition soignée de ses parois (par leur cuisson, etc.).

21Lorsqu’une dépression contient des charbons ou des cendres, sans qu’elle puisse être qualifiée de foyer, nous parlons de structure de conservation. C’est-à-dire que nous lui attribuons une fonction définie dans l’habitat : soit un dispositif accessoire d’une action, soit un aménagement au caractère plus fortuit. Certains auteurs utilisent plus généralement le terme de dépotoir ou de fosse à détritus. Il nous semble être utilisable dans une seconde étape d’interprétation de la forme, des composantes et de la structuration de ces installations. Il y a là une désignation de la fonction des dépressions plus qu’une caractérisation typologique.

22Dans cet esprit nous parlons de cendriers ou braseros. Nous allons donc présenter : d’une part des dispositifs de conservation dont le caractère fonctionnel nous échappe et que l’on dénomme souvent structures de vidange ou dépotoirs ; d’autre part des installations de conservation à la vocation mieux décelable ; enfin des aménagements liés aux activités du foyer, les braseros ou cendriers.

2. Inventaire

Abri de Font-Juvénal

■ F.J I/J7 C2b sup (FIG. 32 a, b, c)

32 — Abri de Font-Juvénal. Structure de conservation IJ C2b sup. — a. Niveau supérieur — b. Niveau inférieur : 1. pierre calcaire, 2. poterie, 3. fragment osseux — c. Localisation de la structure et coupe.

23Trois blocs de calcaire provenant de la paroi de l’abri se trouvent fichés dans le sol C2b. Deux d’entre eux sont en pierres froides anguleuses, le troisième est un fragment de roche nummulitique présentant un aspect pulvérulent (roche pourrie) pouvant être la trace d’une utilisation plus ou moins liée à un feu, et des teintes jaunes et rosées. Ces trois blocs constituent une structure circulaire en hauteur de 10 à 15 cm. Elle épouse le pendage général du sol (fig. 32c).

24Elle correspond à une cuvette remplie de terre charbonneuse meuble. Elle est profonde de 5 à 10 cm et son tracé est pratiquement carré. La section de ce trou de 35 cm environ de côté montre une dissymétrie des parois, verticales ou presque (pente de 75 %) d’un côté et très aplanies de l’autre (15 %) près d’un amas de cendres tassées. Cette structure recèle de nombreux fragments d’os de forte taille. Si la majorité d’entre eux sont carbonisés, il est à remarquer que l’un deux situé sous la pierre en calcaire froid ne l’est pas. Mais il est encroûté par un ciment de cendres blanches durcies et contenant des charbons. On en trouve également de rares nodules qui sont associés dans cette fosse à des graviers de petite taille (petits galets amenés du ruisseau voisin). Cette présence de graviers est peu commune à l’abri de Font-Juvénal.

25Cette cuvette a été creusée intentionnellement dans le niveau C2b soit dans un but culinaire direct mais ici l’absence de rubéfaction et de traces de cuisson des parois du trou paraissent plaider contre ; soit pour y installer une structure aérienne maintenue par des pierres verticales, dans ce cas l’ouverture de la fosse paraît peu propice ; soit pour y conserver des produits temporairement.

26Lors de sa découverte, cette cuvette était comblée de produits de combustion et de reliefs culinaires. Mais ses dimensions réduites ne nous incitent pas à y voir une structure de vidange. Nous proposerons comme hypothèse de travail de la considérer comme une cuvette de conservation.

Abri du Roc-de-Dourgne

■ R.D.D. C5 C5 sup (FIG. 33b, d)

33 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structure de conservation — a et c. Structure D5 C6 — b et d. Structure C5 C5 sup. : 1. poterie, 2. fragment osseux, 3. roche taillée.

27Cet aménagement est une fosse comblée de blocs rocheux et d’un sédiment fin de teinte gris foncé. En plan, la dépression est ovoïde ; elle mesure 30 et 45 cm de largeur. Sa profondeur est de 20 cm selon toute apparence. Sa base atteint en effet une nappe de galets du niveau C5 base qui donne ainsi un soubassement solide à la fosse. Le profil de cette fosse montre des parois pansues qui, à mi-hauteur du trou, sont nettement incurvées. Ainsi la base et le fond de la fosse sont de plan ovale et sa partie centrale est de plan sub-circulaire. Ces parois solides ne portent aucune trace de feu ou de chauffe.

28Le remplissage de cette fosse montre une stratigraphie simple. Au sommet, ce sont des blocs calcaires assez anguleux, déposés en amas ; l’un deux sert de limite à un épandage cendreux, témoin d’un foyer à plat, non structuré, voisin. Un second niveau de blocs comprend généralement en position verticale ou très penchée des galets de roches métamorphiques, des galets et quelques éclats de calcaire.

29Sous ces blocs un important fragment de calcaire usé et roulé par les eaux de l’Aude proche est en position penchée vers le fond de la fosse. Ce galet calcaire atteint plus de 32 cm de long pour 27 de large et près de 7 cm d’épaisseur. C’est-à-dire que posé à la surface du trou, il en couvre la largeur et les 2/3 de la longueur. Le sédiment qui comble le trou et ennoie les blocs du sommet à la base de la fosse est riche en cendres et en poussières charbonneuses. Mais ces produits de combustion sont mêlés au sédiment limoneux du niveau d’habitat au même titre que de rares objets (fragments osseux, tesson, éclats de taille) en surface de la fosse.

30Nous possédons là une intéressante structure de conservation au profil pansu. Son comblement de sédiment mixte, rebut de foyer et de sol d’habitat, paraît indiquer son abandon. Les blocs qui s’y trouvent lui étaient peut-être liés en période d’utilisation. Mais cette idée paraît difficile à affirmer en ce qui concerne les plus petites pierres, galets compris. A l’inverse, il nous paraît possible que le galet plat en calcaire ait pu servir de « couvercle » à la fosse. On peut noter que le fond de cette fosse était bosselé avec une faible éminence centrale résultant de la surface arrondie d’un galet.

■ R.D.D. D5 C6 (FIG. 33a, c)

31Cette fosse circulaire d’environ 35 cm de diamètre est profonde de 40 cm. Sa section était nettement tronconique puisque son diamètre à la base atteint 50 cm. Elle est creusée en partie dans la surface du dépôt cendreux d’un foyer à plat étendu de C6. Cette fosse traverse les différents niveaux d’habitat de l’abri et atteint la strate inférieure qui est faite de sable et de blocs de grès altérés. Les parois et le fond de la fosse ne portent aucune trace de transformations physiques ou chimiques dues au feu. Il ne s’agit pas d’une fosse de combustion.

32Le remplissage de cette fosse en silo est fait d’une terre meuble de teinte foncée au sommet et plus claire à la base. Elle enrobe un amas de pierres parmi lesquelles plusieurs galets dont certains ne sont que des cassons. Ces pierres sont de forte taille à la base. Ce sont des blocs de calcaire local qui parfois se sont fichés à la verticale contre la paroi de la fosse. Les galets proviennent du ruisseau voisin, l’Aude. Ils ont donc été amenés jusqu’à l’abri mais certains, cassés, ont connu une utilisation sans doute précise avant d’être enfouis comme rebuts dans la fosse.

33A la base de ce remplissage de nombreux charbons de bois formaient un lit discontinu épais de quelques centimètres. Ce dépôt régulier paraît de nature différente du reste du remplissage sans ordre apparent. Nous ne poserons ici, en hypothèse, que la possibilité suivante : le lit de charbons de bois a pu avoir un rôle fonctionnel dans la fosse.

34Cette structure en silo est à assimiler aux structures de conservation. Elle contenait à mi-remplissage de nombreux ossements et plusieurs fragments d’un récipient en poterie du type bouteille mais tous ces vestiges étaient sans organisation notable.

■ R.D.D E7 C7 (FIG. 34a)

34 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structure de conservation — a E7 C7 : 1. roche traillée, 2. fragment osseux — b. Dimensions des structures — c. Sections des trous de conservation : les hachures ont des valeurs cumulées.

35Près d’un foyer à plat caractérisé par son sol rubéfié et son dépôt de cendres blanches, une poche est nettement circonscrite dans le sol de couleur très sombre. Elle est remplie de cendres blanches et profonde de 5 à 7 cm ; de forme ovale en surface elle mesure 15 et 22 cm de diamètre. Cette poche ne contenait qu’un fragment osseux d’animal. Il s’agit d’un petit brasero car on peut observer de très faibles marques de « durcissement» de ses parois, vraisemblablement obtenues à la suite d’un remplissage de cendres ou de petites braises chaudes.

3. Observations

36Cet ensemble d’aménagements des niveaux d’habitat au Roc-de-Dourgne est d’une part suffisamment original et d’autre part assez caractérisé pour que l’on s’y attarde. Le terme même de « structure de conservation » est sans doute un vocabulaire fonctionnaliste. C’est que nous affirmons a priori que ces dispositifs sont d’origine humaine et que leur conception en dépression émane d’une volonté de créer un contenant. La conservation de produits, objets, choses, etc., nous semble être la fonction première de ces aménagements, au même titre qu’un foyer éclaire et chauffe.

Morphologie

37Ces installations sont des trous creusés dans le sol et perçant donc des niveaux plus anciens. Comme pour toute fouille d’une dépression, il convient de procéder avec précaution.

38Pour traiter de la forme de ces témoins de l’aménagement des habitats préhistoriques, nous avons été amené à prendre en compte d’une part les longueurs et largeurs des ouvertures des dépressions, mais aussi les variations de ces mesures selon le niveau de profondeur auquel on les prend. En effet, ces trous ne sont pas toujours des cuvettes en calotte de sphère ou en portion de cylindre.

39Nous avons répété sur une section théorique de sol, les différents tracés des trous de notre série. Puis à l’aide de plusieurs figurés, nous avons indiqué sur la coupe les surfaces qui se trouvaient concernées par 25, 50 ou 75 % des tracés. Nous avons utilisé la numérotation suivante (fig. 34c) : 1 = D34 C5 sup ; 2 = C5 C5 sup; 3 = D4 C6; 4= D5 C6; 5 = C56 C9; 6= D6 C7 ; 7 = E7 C7 ; 8 = D6 C8.

40On remarque également la similitude des profils des trous de D6 C7, E7 C7 et D6 C8 et celle des dispositifs D3/4 C5 sup. et C5 C5 sup. Ces trois groupes de forme de section concernent des dimensions différentes tant pour le diamètre sommital que pour le diamètre de base.

Dimensions

41Le graphique (fig. 34b) que nous avons construit avec ces mesures prend en compte d’une part les longueurs-largeurs de l’ouverture sub-cirbulaire du trou au sol, d’autre part celles de la base pratiquement aplanie de la dépression. En liant ces deux mesures lues en coordonnées cartésiennes, nous avons tracé des vecteurs orientés. On discerne deux groupes de dépressions. Pour le premier, il apparaît que 25 cm est un seuil de mesure, un calibre qui définit ces dépressions de petite taille (diamètre). Il est possible que cette mesure soit fonction de son mode de creusement à la main (en pelle). Le second groupe rassemble des dépressions dont le diamètre à la base est sensiblement plus grand qu’à l’ouverture. Ils correspondent donc à une section pansue avec un rétrécissement des parois au sommet. Ce profil est semblable à celui des vases à col. Il est possible que ce ne soit pas un hasard.

Accessibilité ou ouverture

42C’est en étudiant les rapports entre ouverture et profondeur de chaque dépression que l’on peut sans doute mieux percevoir l’intérêt de ce type de structure (fig. 35e). Pour faciliter la lecture de ce graphe, nous avons calculé un diamètre moyen d’ouverture du trou ; ainsi avons-nous pu établir la valeur du rapport diamètre moyen sur profondeur pour chaque dispositif.

● 35 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structure de conservation — a. Remplissages — b. Positions des blocs rocheux — c. Mode de creusement — d. Chronologie en millénaires radiocarbones — e. Formes et dimensions.

43Le groupe no 6, 7, 8 est donc caractérisé par des diamètres moyens représentant environ deux fois la profondeur. C’est-à-dire qu’il s’agit de calottes hémisphériques assez régulières (rapport oscillant entre 2 et 2,34). On peut y rattacher l’exemplaire no 1 (1,92 de rapport).

44Les aménagements no 2 et 4 avec des rapports respectifs de 1,14 et 1,65 sont donc nettement plus cylindriques ou ovoïdes. Enfin l’exemplaire no 3 sort relativement des normes avec un rapport de 2,83. On peut observer cependant que c’est le dispositif no 4 qui de loin est le plus profond avec près de 40 cm et le no 3 le plus ouvert avec un diamètre avoisinant 64 cm de moyenne (fig. 35e).

45Les ouvertures de trous pansus sont proportionnellement moins grandes que celles des autres dispositifs. Elles sont dans un rapport 1/1 quant à leur profondeur alors que les autres atteignent 1/2, parfois plus. Le croquis suivant insiste sur le gain de volume réalisé par le creusement des parois latérales de ces trous.

46Il faut donc y ajouter un léger surcreusement de diamètre égal d’une autre dépression sub-cylindrique. Nous pensons que le but recherché est d’assurer une meilleure protection à l’intérieur du trou, à l’abri des surplombs de la paroi.

Remplissage des dispositifs

47Chaque dispositif étudié a été découvert rempli soit d’un sédiment proche de celui du niveau d’habitat auquel il appartenait, soit d’éléments spécifiques. Les dispositifs no 6, 7, 8 sont remplis de cendres blanches et leurs parois portent des marques de chauffe superficielle avec en particulier des marques de rubéfaction. Les autres dispositifs sont remplis d’une terre meuble riche souvent en charbons de bois et de teinte noire ou brun foncé. Parfois des cendres mêlées l’éclaircissent comme pour le dispositif no 2. Ces derniers aménagements ont des parois au tracé bien défini mais sans marque d’altération au feu si ce n’est l’exemplaire no 1 (fig. 35a).

48Les dispositifs 1, 6, 7 et 8 ont des parois chauffées ; elles résultent d’un contact assez prolongé avec des cendres ou des braises chaudes. Le problème qui se pose ici est de savoir si les produits découverts dans ces dépressions sont ceux qui ont chauffé leurs parois. L’aménagement no 1 paraît montrer l’inverse, car c’est une terre cendro-charbonneuse meuble et mêlée qui le remplit. Par contre les cendres, déposées chaudes ou produites par un feu vif et alimenté régulièrement de petits végétaux (feuilles ou brindilles sèches ne produisant pratiquement pas de charbons de bois), ont pu provoquer la rubéfaction et la consolidation des parois des dépressions.

49Sans l’affirmer, nous pensons que ces dispositifs n’ont pas été creusés pour constituer des foyers en creux (trous de combustion) mais plutôt pour former des réserves temporaires de produits chauds provenant de foyers voisins. L’absence de lit de charbons de bois nous semble importante dans cette argumentation. Nous pourrions les dénommer cendriers ou braseros selon leur utilisation.

50Les autres structures sont remplies d’un produit mixte homogène de terres, charbons pulvérisés, cendres comme le sédiment du sol d’habitat mais souvent plus noir et riche en matières organiques décomposées. Seul le dispositif no 4 possédait un lit de charbons de bois à sa base. Mais l’originalité de cette structure nous amènera à poursuivre plus loin son explication.

Les blocs rocheux contenus

51Outre les produits plus ou moins terreux ou chargés de charbons, ces aménagements domestiques contiennent parmi les vestiges archéologiques différentes sortes de blocs rocheux qui sont parfois assez nombreux. Les cendriers braseros n’en possèdent pas ce qui donne un peu plus d’arguments en faveur de la spécificité de ces dispositifs. Les pierres sont des fragments anguleux de roche calcaire locale (celle de la paroi de l’abri) ou des galets roulés par la rivière d’Aude et donc apportés volontairement par les occupants de l’abri.

52Nous avons établi pour cinq dispositifs un tableau qui est un décompte de ces blocs rocheux selon leur position stratigraphique qu’il s’agisse d’un échantillon représentatif de blocs ou d’un décompte exhaustif (fig. 35b).

53Nous avons isolé trois niveaux dans la dépression : un haut, un moyen et un bas. Ce découpage grossier d’un remplissage généralement homogène est cependant suffisamment opératoire pour comparer les cinq dispositifs. Le graphique permet d’affirmer la similitude de ces structures. C’est en position de mi-remplissage que les blocs sont les plus nombreux. Dans le niveau supérieur, les blocs sont assez nombreux également. Les galets sont assez rares et généralement soit à mi-remplissage soit au fond du trou.

54Si l’on comptabilise, toutes structures confondues, les roches, on obtient dans le niveau supérieur 48 blocs dont 4 galets, à mi-remplissage 54 blocs dont 9 galets et à la base 30 blocs dont également 9 galets. Il faut signaler que parmi ces pierres certaines de forte taille atteignent parfois plus des deux-tiers de la surface de l’ouverture du trou. Ce sont des dalles de calcaire, parfois des galets plats peu épais : en D3-4 C5 sup., en C5 C5 sup. Ils ont peut être utilisés comme élément de couverture. En effet, leur association au trou est à souligner car elle n’existe pas dans le cas des trous de combustion par exemple. Cette originalité pèse donc sur l’hypothèse.

55Ces blocs ne portent pas de traces de leur contact avec le feu et on n’enregistre pas de dispositifs particuliers de ces pierres dans les comblements des trous. Ainsi nous ne trouvons pas, à une exception près (D3-4 C5 sup), de pierres installées sur la partie supérieure de la paroi de la dépression. Elles protègent, en une bordure intérieure, le sommet du trou et son contact à l’ouverture avec le sol environnant. Ce genre de position est fréquemment rencontré dans les structures de combustion en trou.

56Les dispositifs étudiés possèdent donc des blocs rocheux. Certains forment un soubassement dur mais bosselé au fond du trou : les dispositifs de C5 C5 sup ou de D4 C6 en sont deux exemples encore que pour le premier, il ait été difficile de dissocier les blocs de la base de la structure de ceux d’un niveau plus ancien. D’autres blocs forment des empilements sans ordre ni de taille ni de forme qui bouchent les trous mêlés de produits fins. Parfois, des fragments de roche sont plantés dans les trous (D5 C6) mais il semble que cela soit « accidentel ».

Les autres vestiges

57Le remplissage des trous de conservation comporte pratiquement dans chaque cas des objets témoignant par eux-mêmes de l’occupation humaine de l’abri. Ce sont des fragments de poterie, des vestiges osseux d’animaux, des roches taillées et des coquilles d’escargots. Certains dispositifs ne possèdent pratiquement pas d’objets prisonniers dans leur sédiment. Ainsi le trou de E7 C7 ne comportait dans son remplissage de cendres blanches qu’un petit fragment d’ossement ; celui de D3-4 C5 sup, malgré son remplissage de terre grasse et noire de sol d’habitat, trois fragments osseux au sommet de son remplissage.

58A l’inverse, d’autres structures permettent semble-t-il de lancer une hypothèse de corrélation entre le type de sédiment ou de produit de comblement et la nature des objets qu’il enserre. Il s’agit pour nous de lancer une piste d’observation plus que d’affirmer des données ne reposant somme toute que sur quelques cas.

59Il apparaît que les distributions de vestiges anthropiques riches en fragments osseux sont liés à un sédiment très noir et correspondant au sol d’habitat mais enrichi de charbons de bois et de matière organique décomposée. Dans les cendres blanches dominent aussi les fragments osseux mais les escargots et les fragments de roche taillée y sont plus nombreux à eux deux réunis. Ainsi D4 C6 et D5 C6 ont-ils, pour le premier type ci-dessus, des histogrammes de distribution des vestiges très semblables ; ceux de D6 C7 et D6 C8 sont très proches aussi. Le cas de C5 C5 sup. est lui assez original : les fragments de poterie y dominent.

60Pour empirique que soit cette méthode de compte des objets nous pensons qu’elle traduit (fort mal) une certaine réalité. Deux hypothèses parmi d’autres nous semblent à retenir : soit ce contenu est fonction de l’environnement immédiat du trou et en témoigne donc indirectement, soit ces vestiges évoquent l’histoire fonctionnelle de la structure et son utilisation. Il est également possible que ces deux termes soient très liés et ceci ne simplifie pas une tâche d’interprétation.

61Les témoins de conservation sont des dépressions creusées selon certaines caractéristiques dimensionnelles, liées en particulier au mouvement de la main et à son emprise ou envergure (fig. 35c).

62Nous avons qualifié de cendriers ou braseros certaines d’entre elles. Un brasero avec ses braises allumées va devenir après un rougeoiement durable... un cendrier. Il semble que les blocs rocheux n’y soient qu’accessoirement déposés peut-être à l’exception de certains qui ont pu être des couvercles partiels des trous en « silo » pansus. Enfin certaines associations d’objets ne peuvent être réellement interprétées mais il semble que les braseros diffèrent (peut-être par leur position dans l’habitat) des autres trous de conservation par leur très faible nombre d’objets archéologiques (« anthropiques »),

Chronologie

63Notre étude permet d’isoler les silos des braseros ou cendriers. Une seule structure de conservation de notre série paraît suffisamment originale pour ne pas entrer dans cette typologie. Si l’on observe cette série selon l’appartenance culturelle de chaque type de dispositif, il semble qu’au Roc-de-Dourgne les silos soient une originalité des niveaux d’habitat du Néolithique ancien et de l’Epicardial (fig. 35d).

64Mais il pourrait s’agir autant d’une coïncidence que d’un fait culturel. Il est certain que cette dernière hypothèse est assez réconfortante intellectuellement ; avec la pratique de l’élevage, de l’agriculture, de la sédentarité, etc., celle de la conservation paraît tacitement impliquée. Toutefois, l’absence de ce type de structure dans des niveaux plus anciens du Roc-de-Dourgne peut tenir à plusieurs facteurs résumés par le temps, l’espace, le mouvement ou l’activité.

65Ainsi, la saison, voire le moment de l’occupation de l’abri, peuvent expliquer l’absence d’un dispositif de conservation. Ce peut être aussi le lieu même de l’abri, l’absence d’un certain type de ressources dans son périmètre, etc. Ce peut être également le groupe (quelle taille ?) occupant l’abri qui par sa structure, sa composition ou le but culturel de ses actions n’a pas eu ou n’a pas voulu réaliser ce dispositif particulier. Cette observation est-elle valable ? Nous la développerons pour bon nombre de dispositifs domestiques jusqu’à ce que, nous semble-t-il, une valeur élevée de répétitions permette de limiter le caractère hypothétique d’une interprétation.

Table des illustrations

Légende • 30 — Abri de Font-Juvénal Foyer à plat ou structure de conservation-épandage 06-7 C2c — a. Les objets sont en noir — b. Les droites sont obtenues en prolongeant les orientations des objets.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30950/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende 31 — Abri de Font-Juvénal. Structure de combustion ou de conservation N8-9 C8I les objets sont en nombres — a. Plan — b. Coupe
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30950/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende 32 — Abri de Font-Juvénal. Structure de conservation IJ C2b sup. — a. Niveau supérieur — b. Niveau inférieur : 1. pierre calcaire, 2. poterie, 3. fragment osseux — c. Localisation de la structure et coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30950/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende 33 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structure de conservation — a et c. Structure D5 C6 — b et d. Structure C5 C5 sup. : 1. poterie, 2. fragment osseux, 3. roche taillée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30950/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende 34 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structure de conservation — a E7 C7 : 1. roche traillée, 2. fragment osseux — b. Dimensions des structures — c. Sections des trous de conservation : les hachures ont des valeurs cumulées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30950/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende ● 35 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structure de conservation — a. Remplissages — b. Positions des blocs rocheux — c. Mode de creusement — d. Chronologie en millénaires radiocarbones — e. Formes et dimensions.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30950/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search