Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Les structures de combustion

Les trous de combustion

Texte intégral

1. Généralités

1Les préhistoriens du Paléolithique sont notre référence principale pour l’étude des foyers. Il se dégage de leurs travaux une notion d’évolution chronoculturelle matérialisée par exemple par l’antériorité du foyer à plat par rapport au foyer installé dans une dépression : « ce type de foyer se retrouve à l’origine de tous les autres » (C. Perlès). Mais paradoxalement ces chercheurs s’accordent à penser que « le choix du type de foyer est un choix technique, peu ou pas influencé par les traditions culturelles » (C. Perlès).

2Ceci tient clairement au double aspect de l’activité humaine, tel qu’A. Leroi-Gourhan le définissait en 1943 : « des phénomènes de tendance qui tiennent à la nature même de l’évolution et des faits qui sont indissociablement liés au milieu dans lequel ils se produisent » (Leroi-Gourhan 1943-1971 b).

Tendance du trou de combustion

3L’installation d’un feu dans un trou creusé dans le sol est une tendance des foyers au même titre que « la présence de pierres suscite un mur et l’érection du mur provoque le levier ou le palan. » Plusieurs faits font de ce dispositif le caractère « inévitable et prévisible ». Certains ont pour origine la nature du feu lui-même, les autres dépendent de sa « domestication » (Leroi-Gourhan 1943- 1971b).

4Un foyer à l’origine doit être un amas de combustible. Il est par définition un dépôt limité dont l’extension est plus ou moins marquée. Que la manière de poser le bois ou les autres combustibles soit en tas conique, en fagot horizontal, ou en vrac, le tas est limité. Mais un foyer à plat tend à se déstructurer et à envahir l’espace qu’il occupe par ses résidus de combustion. Les cendres en particulier s’étalent. Nous avons souligné auparavant l’existence de foyers à plat limités par des bordures de blocs rocheux ; leurs surfaces de fonctionnement sont identiques à celles des foyers à plat simples.

5Le trou de combustion pallie cet inconvénient majeur. Outre le fait de limiter l’extension des produits de combustion, il offre aux combustibles une position très favorable pour brûler.

6Les fosses ou cuvettes améliorent aussi la concentration de l’énergie du feu. Un effet de paroi réfléchissante permet de concentrer la chaleur et les fumées. Les températures sont soit plus élevées que dans les foyers à plat, soit plus rapidement obtenues et avec moins de combustibles, soit plus durables. On remarque (fig. 18b) parmi les effets directs du feu l’altération du sol qui est plus importante au fond du trou que sur la partie verticale de ses parois.

7Enfin un feu installé dans une dépression crée une structure à deux niveaux : à la base se trouve le volume de chauffe ; au sommet une surface de combustion se définit là où la chaleur rayonnée est moins forte. Dans un but culinaire, un tel feu offre de plus grandes possibilités qu’un foyer à plat avec soit une cuisson à haute température par enfouissement dans le feu, soit une cuisson à la surface du feu.

Les faits chronoculturels

8Il est difficile de cerner nettement les raisons du choix de cette forme de structure de combustion par tel ou tel groupe préhistorique. Les possibilités qu’elle offre interviennent sans doute et son intégration dans l’espace domestique également. Ce sont là probablement des constats non culturels. Pour le Néolithique, il y a ici une trace d’héritages antérieurs vieux de plusieurs millénaires.

9Mais cependant d’autres techniques, utilisées par les communautés que nous étudions, existent pour limiter, contrôler, concentrer, construire ou étalonner les feux. Nous avons vu par exemple l’existence de bordures de blocs, celle de dalles de chauffe, etc. Ces objectifs ne sont donc pas seuls en cause.

10En raisonnant autrement, nous pourrions penser qu’il existe un format idéal en dimensions et volume pour un trou de combustion afin de parvenir à ces objectifs. Cet aspect de la recherche thermique intéresse certains paléolithiciens. Mais la méconnaissance de l’utilité ou de la fonction du foyer permet-elle de poser ce problème ?

11En effet la réalité est plus complexe, par exemple : un croquis (fig. 18c) montre les trois dimensions des trous de combustion que nous avons étudiés à l’abri de Font-Juvénal et au Roc-de-Dourgne. En abscisse se trouvent les largeurs et en ordonnée les longueurs, la taille du point indique la profondeur du trou en sa partie la plus basse par rapport au sol pertinent. Non seulement de grandes variétés de trous de combustion sont découvertes dans les différents niveaux d’habitat, mais encore on n’enregistre pas de lien direct entre leur profondeur et leurs dimensions en plan : les volumes de ces trous peuvent donc aller du simple au double.

12La collecte que nous avons réalisée à travers plusieurs millénaires d’occupation néolithique de l’abri de Font-Juvénal et du Roc-de-Dourgne nous apparaît comme une étape fondamentale. En restant dans le système de pensée d’A. Leroi-Gourhan, le rassemblement de faits nous est apparu à privilégier. L’abaissement du degré des faits doit nous permettre d’atteindre une seconde étape : parvenir à une caractérisation des formes et des fonctions de chaque structure de combustion en creux étudiée. En hypothèse, nous poserons qu’il n’existe pas un unique type de foyer en dépression mais plusieurs. Les témoins qualifiés volontairement du terme générique de « trou de combustion » sont autant d’états de perfectionnement de procédés ou de techniques différents. Ils se traduisent par des vestiges différents, des éclats, des formes ou des structurations différents.

Cuvette, fosse ou trou de combustion

13Le terme de trou de combustion est un exemple parfait du « vocabulaire d’attente » pour lequel nous ne savons aller plus loin à l’heure actuelle. Dépressions, cavités, puits, fosses ou cuvettes sont des termes généralement utilisés pour qualifier les foyers installés dans des trous creusés dans les niveaux d’habitat. Ce sont parfois des considérations de profondeur traduites en terme de proportion entre longueur, largeur et hauteur du trou qui font préférer un terme à un autre. Mais bien souvent la définition paraît « intuitive ». Nous avons déjà fait part de ces remarques générales. Pour mémoire, nous rappellerons quelques points de critiques des termes cuvette, fosse ou puits. La définition ne prend pas en compte la forme au sol du trou ; souvent de plan ovoïde, il peut être subcirculaire mais souvent aussi « en haricot ». Elle ne prend pas en compte non plus le profil des parois de la dépression ; celle-ci est fonction de la platitude du sol qui peut résulter du sédiment mais aussi de la taille de ces dépressions qui peuvent être de quelques décimètres de diamètre comme dépasser le mètre.

14Toutes ces difficultés s’ajoutent à un autre aspect de la terminologie. En effet, des connotations fonctionnalistes propres à chaque terme existent implicitement. Celles-ci sont variables, car non codifiées, d’un chercheur à un autre. Dès lors, il nous paraît plus important d’orienter notre travail vers une meilleure approche descriptive de ces témoins de combustion. C’est à travers des études fouillées de ces aménagements qu’un consensus conduira à la définition d’une terminologie appropriée. Il nous paraît vain et sans intérêt de vouloir bloquer unilatéralement un vocabulaire alors que l’étude en soi de ces dispositifs n’en est qu’à ses débuts.

Principes d’étude

■ Le trou de combustion H6-7 C2a de la Balma de l’Abeurador

15Nous présenterons nos principes d’analyse à par r d’un exemple de trou de combustion dégagé en H6-7 C2a à la Balma de l’Abeurador. C’est l’application directe des termes généraux concernant les structures évidentes : forme, état et structuration de ses composantes.

16La structure de combustion dégagée à la Balma de l’Abeurador que nous présentons est particulièrement intéressante et bien conservée. Elle a fait l’objet d’une datation C14 de 4310 + 90 (BC). Grâce à l’amitié de J. Vaquer, nous avons pu assumer la fouille de ce vestige de feu en cuvette et en réaliser les relevés et dessins présentés page 55 (fig. 19a, b, c, d, e).

19 — Balma de l’Abeurador, Félines-Minervois, Hérault. Trou de combustion H6‑7 C2a — a et b. Plan, les objets en noir sont des fragement osseux — c. Coupe — d. Courbes équidistante de 1cm — e. Schéma des pendages des blocs ; les pierres verticales sont marquées d’un cercle.

17Le plan et la coupe présentés de son remplissage témoignent d’une part de son tracé circulaire régulier et d’autre part de son profil asymétrique. Son diamètre est compris entre 65 et 70 cm. Sa profondeur moyenne par rapport au sol plat qui l’entoure est de 10 cm. Cette cuvette est nettement inscrite dans le sédiment brun jaune très compact du sol C2a. Ses contours sont francs et bien marqués. Ses parois sont dissymétriques ; et sa pente varie entre 30 et 65 %. La coupe que nous avons levée montre cette différence par les étapes de son creusement avec un « front d’abattage » vertical et une zone de déblaiement du sédiment en pente plus adoucie. Mais nous aborderons plus loin une autre origine possible de cette dissymétrie (fig. 19d).

18Le remplissage de cette fosse est constitué d’un sédiment pulvérulent très charbonneux qui tend à s’épaissir et à se charger de charbons de bois importants vers la base. Les parois et le fond plat de cette cuvette sont rubéfiés et durcis par le feu. Cette cuvette de combustion était remplie de blocs calcaires locaux assez peu altérés par le feu et qui souvent ont piégé des charbons de bois importants : l’un d’eux a une extrémité pointue dont on a retrouvé le fragment cassé à 2 ou 3 cm de la pierre. Cela peut résulter d’un choc ou du feu.

19A la base, le remplissage central de pierres dont les tailles sont toujours très proches est installé sur une zone de forte accumulation de charbons de bois écrasés et « encrassant » la cuvette. S’y trouvent associés plusieurs gros fragments de bûches calcinées dont les morceaux les mieux conservés étaient sur les parois pentues de la cuvette. Le relevé en courbes de niveaux que nous avons pu réaliser montre la dissymétrie des parois du trou (fig. 19d) dont deux points bas sont alignés sur un axe central. On peut remarquer que la légère dépression en thalweg qui apparaît sur le tracé de ce relevé correspond d’une part à l’aire oblongue de charbons de bois « écrasés » et d’autre part pour ses points les plus bas à trois pierres isolées (fig. 19b).

20Plusieurs éléments témoignent d’une utilisation répétée de la cuvette de combustion. Mais sa très bonne conservation semble indiquer tout le soin que l’on y a apporté. Sur la figure 19e, les pierres et les pendages de chacune sont schématisés, les pierres verticales sont marquées d’un cercle ; on s’aperçoit que dans une zone de la cuvette plusieurs blocs ont un pendage inverse. Nous parlons de pendage inverse après avoir admis que les pierres de remplissage suivent ordinairement celui de la pente générale des parois. Ce fait est donc vérifié dans une zone de la cuvette bouleversée. Là, les pierres sont rarement empilées à l’inverse de l’autre moitié de la cuvette. Tous ces blocs correspondent dans une partie de la coupe présentée au sédiment charbonneux pulvérulent dont nous avons parlé. Ce fait, celui de la traînée oblongue charbonneuse, la disposition périphérique de certaines bûches, suggèrent une utilisation répétée du dispositif de combustion. La périphérie de cet aménagement de l’Abeurador était très peu jalonnée de vestiges archéologiques. Des fragments osseux rares et quelques éclats de roches taillées s’y trouvaient. La cuvette elle-même ne comportait guère que deux fragments d’os animaux au sommet de son remplissage. Le rôle des pierres est difficile à lire ici même si certaines sont englobées dans des produits de combustion et parfois altérées par le feu, chaleur ou flamme.

■ Remarque

21La description que nous avons faite porte en soi des prémices d’interprétation. Dans chaque exemple qui suivra, la situation sera identique, même si la hiérarchie ou l’ordre des faits observés ne sont pas constants. C’est au terme des commentaires de chaque structure que nous évoquerons leur fonction et que nous proposerons des hypothèses d’utilisation.

22Mais il ne s’agit pas pour nous de préciser une classification fondée sur ces hypothèses. Tout au plus pouvons-nous provoquer une mise en question de ces témoins encore mal connus pour les périodes qui nous intéressent. Leur place dans l’habitat est sans nul doute une explication, une confirmation ou une négation de la fonction que nous leur donnons à titre d’hypothèse. Il sera alors évoqué l’aspect dynamique de l’étude des structures évidentes que nous avons volontairement écarté de notre travail.

2. Abri de Font-Juvénal

Inventaire

■ F.J. D7-8 C4 (FIG. 20a, b)

20 — Abri de Font-Juvénal. Trou de combustion (four primitif ,= D 7-8 C4 — a. Plan et coupes : 1. pierres, 2. cendres, 3. cendre grise, 4. cendre et charbon, 5. terre charbonneuse, 6. charbon de bois. La coupe transversake porte des pierres dont les section ont été projetées — b . Shéma des volumes.

23Nous ne présentons ce témoin partiel d’une structure de combustion qu’au titre de son intérêt certain. En effet, cette structure de combustion en dépression (fosse ou cuvette ?) se poursuit à l’heure actuelle sous un bloc témoin de la stratigraphie haute de plusieurs mètres. Son dégagement n’est donc que partiel. Mais l’originalité des informations qu’apportent les premiers éléments de la fouille mérite d’être soulignée. Les descriptions qui suivent concernent donc uniquement la zone dégagée.

24Il s’agit d’une dépression creusée dans un sédiment tassé où des cendres blanchâtres dominent abondamment. Ce niveau contient par ailleurs des passées de cendres brun-rouge. Cette dépression est marquée par des blocs calcaires. L’un est de calcaire nummulitique dégradé. Ces pierres sont dressées et présentent des pendages vers l’intérieur du dispositif. Il s’agit nettement d’un édifice aérien de roches dont les bases prennent appui contre les parois de la cuvette. Ces blocs ne sont pas jointifs et ils sont disposés de telle sorte qu’ils ferment un coffre haut de 15 cm environ par rapport au sol pertinent et légèrement plus profond à l’intérieur.

25La dépression est emplie de pierres, la plupart de calcaire froid. On peut observer la présence de fragments plats de calcaire à proximité du grand élément dressé situé à une extrémité. L’ensemble de ces roches proviennent du débitage de la paroi proche de quelques centimètres et paraissent avoir été sélectionnées par les Préhistoriques, plus pour leur dimension que pour leur nature ; en effet les roches de calcaire nummulitique résistent mal au feu qui les désagrège assez rapidement. Beaucoup de ces fragments sont les écaillures des blocs plats ou allongés de bordure. Sous l’action du feu et de la chaleur, ils se sont détachés de la paroi interne de cette construction, aérienne à l’heure actuelle.

26La stratigraphie de cette dépression de combustion est, à la base, soulignée d’un épais lit de sédiment charbonneux qui a conservé de grosses bûches carbonisées. L’une d’entre elles mesurait près de 25 cm de long. Elles étaient cernées de cendres gris foncé, mêlées de charbons de bois pulvérulents. La partie supérieure du remplissage est constituée de cendres blanches ou grises, localement indurées, plus ou moins tachées de charbons de bois. Des blocs calcaires s’y trouvaient disposés. Au sommet un sédiment gris, moucheté de charbons, tranchait nettement sur le sédiment cendreux dans lequel la dépression est creusée. Un bloc calcaire plat et de plusieurs centimètres de côté reposait en partie sur d’autres pierres. Aux deux extrémités dégagées, des vestiges de combustion ont été cernés, les uns charbonneux isolés dans une cuvette régulière (coupe), les autres en amas semi-lenticulaires et constitués de produits cendreux fins.

27Cette structure de combustion ne peut être réellement interprétée car, nous le rappelons, nous n’en possédons qu’une faible partie dégagée. Toutefois, on peut rapprocher cette installation des structures qualifiées parfois de « four ». En dressant des parois de roches dures et en les disposant, semble-t-il, pour en faire un « coffre » (en partie aérien, par ailleurs) les Préhistoriques ont fait preuve d’une volonté de construction élaborée qui dépasse la simple utilisation d’une cuvette ou fosse. Nous abordons ailleurs ce problème sur un plan général.

■ F.J. J7-8 C7a (FIG. 21a, b, c)

21 — Abri de Font-Juvénal. Trou de combustion J7-8 C7a — a. Plans à deux niveaux ; les charbons sont en noirs — b. Coupes — c. Croquis des blocs les plus petits (en noir les blocs du nieveau inférieur).

28Cette fosse de combustion a fait l’objet de décapages attentifs. Malgré quelques originalités, elle n’en représente pas moins le stéréotype de ce type d’aménagement que l’on a parfois intitulé, dans d’autres lieux, et pour d’autres époques ou cultures, les fours de terre. Nous avons réalisé plusieurs plans ou schémas permettant de saisir les caractéristiques principales de ce type de fosse de combustion.

29La morphologie de cet aménagement est simple. Il s’agit d’un trou, au tracé ovalaire de 1,50 m sur 1,10 m environ. Sa profondeur oscille entre 28 et 30 cm en son point le plus bas. Ce trou est à fond pratiquement plat et présente des parois à la pente d’environ 25 à 35 %. On peut isoler une partie de versant plus abrupte qu’une autre. Le sol dans lequel est creusé ce trou est, en surface, un sédiment jaune bariolé de cendres grises et de charbons de bois en petits fragments (C7b). Par endroits la surface contemporaine de la fosse est enrichie de cendres blanches d’un feu à plat (F7) qui se développe sur une grande surface près de l’aménagement. Ce dernier paraît tronquer ce dépôt, sans que l’on puisse ici affirmer un grand écart temporel entre les deux dispositifs de combustion. En surface les cendres blanches de ces deux feux se confondaient quelque peu, malgré une charge légèrement plus forte en terre pulvérulente pour celles de la fosse. De grosses pierres sont disposées autour du trou. Nous aborderons par la suite la discussion de cet aménagement sans doute volontaire.

30La stratigraphie de cette installation comprend à la base un lit continu de charbons de bois ; ils encrassent le fond de la fosse, altéré par le feu (rubéfaction superficielle, durcissement du sédiment compact). Quelques blocs rocheux en calcaire local (niveau dur du calcaire yprésien) sont posés sur ce lit de charbons. Mais la majeure partie d’entre eux sont disposés sur 1 à 5 niveaux (par endroits) dans le trou sans en apparence aucune organisation particulière sinon un certain regroupement central. Ils sont englobés par un sédiment fin de cendres grisâtres ; au sommet de son remplissage, ce sédiment est, sous les blocs, plus blanc ; souvent il forme un encroûtement attaché aux pierres. Quelques charbons de bois en tout petits fragments piquettent ce dépôt particulier. Les pierres sont nombreuses sans toutefois former une couverture continue à un niveau ou à un autre. Plusieurs d’entre elles sont sur la bordure interne de la fosse et ont protégé son profil. On observe au niveau supérieur de la structure et de son environnement l’abondance des blocs de petits calibres, souvent inférieurs ou égaux à la dizaine de centimètres de module. Les grosses pierres existent cependant qui assurent sur près de la moitié de la surface de la fosse une couverture orientée sur plusieurs axes orthogonaux. A la base du remplissage les pierres ont moins de disparité de tailles et couvrent une aire plus continue sur le fond et les « versants » du trou.

31Nous avons, sur des schémas, isolé les blocs rocheux (des deux niveaux présentés, confondus) selon leur surface et, en partie, leur volume (à de rares exceptions près, les deux informations sont redondantes). Nous présentons deux idéalisations de la fosse, l’une concernant les blocs importants, l’autre les fragments de plus petites dimensions. Nous avons tenu compte de leur position stratigraphique, en particulier en indiquant leur appartenance au niveau théorique d’étude (le figuré noir indiquant les pierres les plus profondes). La distribution des petits blocs rocheux s’organise en une couronne déjetée par rapport au tracé de la cuvette. Il apparaît donc que ces pierres ne sont pas uniformément disposées dans le trou ; on se rend compte qu’aux deux niveaux de notre relevé, elles sont installées aux mêmes endroits. Les plus petites d’entre elles paraissent en outre des « parasites » des plus grandes, mais elles sont moins nombreuses.

32Le second schéma met en place selon le même procédé les blocs rocheux de grandes dimensions. A l’extérieur de la structure et ceinturant en partie la dépression, de gros blocs calcaires, provenant d’effondrements notables de la paroi de l’abri, forment une protection sans doute recherchée du dispositif. Ces pierres sont en calcaire dur ou appartiennent aux strates plus fragiles du calcaire nummulitique. Ces derniers blocs sont moins épais et altérés jusqu’au stade du « pourrissement ». Ces pierres forment, à quelques endroits, une portion des parois du trou ou bien s’en approchent jusqu’à en être un support. Les roches volumineuses qui comblent en partie la fosse de combustion sont groupées et empilées. Quelques-unes calent des pierres de la bordure externe, pour les plus profondes d’entre elles. D’autres paraissent accentuer leur rôle de limite, par leur dispositif entrecroisé ou d’empilement alterné.

33La combinaison des deux schémas indique que les petites pierres sont disposées, grosso modo, à la périphérie des plus volumineuses. C’est aux extrémités de la plus grande longueur (diamètre) de la fosse que les roches sont peu nombreuses ; il est possible que cette observation montre le peu d’intérêt (fonctionnel ?) de ces zones ; mais leur faible profondeur (au sommet des parois) est peut-être l’explication de cette répartition particulière des roches.

34On ne peut précisément indiquer, dans ce cas précis, le rôle de ces blocs rocheux et expliquer le comblement de cette dépression sans passer par les différentes hypothèses des fosses de combustion.

■ F.J. J6/I6 F10a (FIG. 22a, b, c)

22 — Abri de Font-Juvénal. Trou de combustion I-J F10a — a. Plan : 1. poterie, 2. fragment osseux— b. Equidistance des courbes de 1 cm : 1. schiste, 2. calcaire nummulitique altéré, 3. calcaire, 4. Quartz — c. Coupes.

35Cette petite cuvette présente un plan ovoïde d’une cinquantaine de centimètres de long pour quarante centimètres de large. Elle a été découverte dans le carré J6 en C10a’ et correspond à la portion déjà dégagée en 16. Elle se présentait en surface comme un amas bombé de cendres grises. Des blocs de calcaire émergeaient de ces cendres.

36Mais la fouille de la structure a permis de retrouver un assemblage de galets plats de schiste. Ces roches, parfois en feuillets éclatés, proviennent vraisemblablement du ruisseau voisin. D’autres galets tout aussi plats y étaient associés. Ce sont des blocs roulés de quartz ou de calcaire froid. Ces roches étaient disposées sur les parois et le fond de la cuvette creusée en C10b. Elles formaient une couronne de galets disposés perpendiculairement à la pente de la paroi, mis bout à bout. Au centre, en double épaisseur, leur dispositif était rayonnant. Le dallage ainsi réalisé était pratiquement continu, les pierres se chevauchant même à certaines places. Ce dallage épousait le profil de la paroi de la cuvette. En largeur, la dépression creusée est nettement dissymétrique. La partie la plus abrupte se trouve sous l’aplomb du gros bloc qui ferme l’abri, alors que la pente douce de la cuvette est orientée vers l’habitat.

37Cette cuvette dallée était emplie de cendres grises et localement de cendres blanches consolidées. Des traces de combustion autres que des cendres ont été découvertes dans la zone dégagée cette année. Ce sont quelques rares charbons de bois et une pellicule de terre brune pulvérulente et charbonneuse à la base des galets. Ce niveau très fin et localisé dans la partie centrale de la cuvette n’avait pas été découvert en 16. Il reposait sur le sol de C10b qui à cet endroit était rubéfié et présentait des traces marquées de chauffe. Cette combustion a en outre souvent altéré les roches du dallage ; certaines présentent en effet des éclats thermiques et des altérations (pigmentation des oxydes).

38Cette structure très originale par son dallage de schiste, ou d’autres galets très plats, est unique à l’abri de Font-Juvénal. Les vestiges et marques de combustion en font un « foyer » en cuvette, mais il ne semble pas que le feu ait été important ; du moins le combustible n’a-t-il pas donné de gros vestiges charbonneux (produit végétal léger = feuille, herbe, brindille ?). Il est possible que cette structure n’ait recueilli que des cendres chaudes (« cendrier ») également.

39L’installation du dallage, la recherche et la sélection des pierres qui le composent sont à souligner. Mais il est difficile de saisir le rôle qui lui était dévolu, si ce n’est par la capacité de rétention de la chaleur de ces blocs.

Observations

40Quatorze structures de combustion en creux (trous de combustion) (fig. 23a, b, c, d) ont été à ce jour dégagées totalement ou partiellement à l’abri de Font-Juvénal. L’une d’elles appartient au Néolithique final (de faciès Vérazien), trois autres sont attribuables au Néolithique récent (de faciès Gourgaso-Saint-Ponien) et les autres appartiennent au Néolithique chasséen. Neuf constructions ont pu être entièrement étudiées et elles font l’objet principal de nos observations (fig. 24a, b, c, d).

23 — Abri de Font-juvénal. Trou de combustion J7 C10f’ — a. Plan au niveau supérieur ; en noir sont les vestiges osseux — b. Niveau inférieur — c. Courbes équidistantes de 2 cm — d. Trou de combustion JK 8-9 C10c’.

24 — Abri de Font-Juvénal. Trous de combustion — a. Dimensions mesions — b. Test du Chi carré, appliqué aux dimensions des foyers : mesures des écarts entre effectifs réels et théoriques — c. Graphique ordonné résumant les tracés précédents — d. Dimensions des stuctures — e. Variations des profils et pourcentages des pentes moyennes et valeurs extrêmes.

■ Morphologie

■ Les dimensions des trous de combustion

41Nous considérons, pour les quatorze structures de combustion en creux, trois mesures : leur longueur et leur largeur, c’est-à-dire celles de leur partie sommitale ouverte sur le sol, et leur profondeur, la mesure étant prise au point le plus bas de la dépression par rapport au sol dans lequel le trou est percé. Nous ne connaissons pas ces trois données pour tous les dispositifs, mais on peut étudier leur répartition connue sur plusieurs graphiques.

42On peut remarquer l’existence de seuils de dimensions communs aux longueurs et aux largeurs. Les profondeurs quant à elles ne sont que dans un cas supérieures à la plus petite largeur d’un des dispositifs. Le graphique cumulatif qui figure les différentes dimensions par modules de 5 cm permet d’établir les seuils de notre série ; les 50 cm de dimensions en sont un premier qui concerne 30 % des largeurs des trous. Aux environs de 65 cm un autre seuil s’établit qui concerne aussi principalement les largeurs (40 %) mais qui existe aussi pour les longueurs (les plus petites). On peut voir vers 90 cm une limite supérieure à la série de mesures, les derniers cas atteignant près de 150 cm paraissent en effet assez différents. Pour résumer, on soulignera qu’entre 50 et 90 cm d’unité de mesure pour les largeurs et longueurs, il s’établit une différence dans notre série aux environs de 65 cm. Ces modules dimensionnels correspondent à ceux déjà enregistrés pour les aménagements de combustion à plat, en particulier les foyers à plat limités (40-45, 60, 90-100 cm) et les foyers à plat simples (60-70, 100-120 cm) de l’abri de Font-Juvénal. Nous aborderons par la suite cette notion générale qui pourrait fournir des indications fonctionnelles.

43Le graphique à double entrée (longueur/largeur) que nous avons utilisé pour mettre en correspondance ces mesures est enrichi d’une indication de la taille de la profondeur pour chaque témoin de combustion (fig. 24a). Nous avons pensé utile d’indiquer là les foyers partiellement fouillés et dont les mesures évolueront donc. Les trous de combustion paraissent assez groupés sur ce graphique mais les seuils dégagés auparavant y sont apparents. On remarque que les profondeurs des trous ne sont pas directement liées à leur surface au sol.

44Un petit regroupement avec les dispositifs de N8-9 C9 et de J/K8-9 C10c’ avoisine la diagonale du graphique qui marque l’égalité des longueurs et largeurs et constitue donc l’axe des trous circulaires. Ces deux dispositifs ont pour point commun d’être marqués par des réutilisations. Des épandages périphériques de produits de combustion ou des dépôts mixtes de terre rubéfiée, cendres et charbons en sont les traces évidentes. En N8-9 C9, on a pu noter également un effondrement très localisé du sédiment de sa paroi. Il est possible que l’aspect pratiquement circulaire de ces deux dispositifs de foyers résulte de leur grande utilisation et de leur curage en particulier. La structure de J7 C7a est également dans ce cas, semble-t-il ; mais ses dimensions très particulières nous amèneront à y consacrer un autre développement.

■ Un seul type morphologique de structure

45Toutes ces premières observations font apparaître certaines différences entre les structures de combustion en creux. Nous avons proposé au début de l’analyse de ces dispositifs de les considérer non comme des cuvettes ou des fosses mais comme des trous de combustion au sens large, afin de réserver cette terminologie à une analyse plus fonctionnelle du dispositif. Mais en réalité peut-on considérer que les dix aménagements étudiés font partie d’une même et unique série, d’une même population ? Car nous avons pu enregistrer certaines différences entre ces « échantillons ». Dès lors s’agit-il de simples fluctuations d’échantillonnage ou ces divergences sont-elles dues au fait que ces dispositifs sont extraits ou appartiennent à plusieurs groupes ou populations ?

46Nous avons testé notre série de dimensions avec une méthode de calcul de probabilité statistique, le chi carré mis au point par Pearson. Il s’agit d’un test d’homogénéité qui met en relation une répartition expérimentale avec une répartition théorique. Un graphique met en évidence ces écarts pour les trois séries de mesures étudiées et par témoin de combustion. Son exploitation peut être réalisée : en effet le chi carré de notre test (21, 66) correspond sur la table de Pearson (pour neuf degrés de liberté) à plus de 99 % de sécurité. On peut donc affirmer que l’échantillon est homogène et appartient à une seule et même population. Dès lors, le graphique des écarts entre effectifs réels et expérimentaux (théoriques) doit nous indiquer s’il existe un lien entre les diverses mesures. On s’aperçoit que les écarts entre la distribution réelle et la distribution théorique sont d’autant plus étendus que la mesure concernée est grande. Aussi avons-nous résumé cette information en un tableau ordonné à deux entrées (fig. 24b).

47Il apparaît que les données concernant les écarts positifs des longueurs sont corrélées aux écarts négatifs des largeurs et dans une certaine mesure aux écarts positifs des profondeurs et inversement (fig. 24c). Ainsi, certains trous de combustion sont par rapport à l’ensemble particulièrement profonds et en ouverture allongée (17 11c, I/J6 C10a’, 17 10a’ et 17 10c’). Ces foyers sont les plus anciens de la série. A l’opposé du graphique ordonné, les témoins de combustion en creux sont relativement larges et courts d’embouchure, peu profonds : ce sont des foyers plus récents que les précédents. Mais avant de poursuivre plus loin cette observation, nous soulignerons qu’elle résulte d’un test de conformité et qu’il est sage de relativiser les conclusions que l’on peut cependant très normalement en tirer.

48Afin de vérifier cette première information, nous avons recouru à un graphique à trois entrées (fig. 24d) qui permet, sous réserve d’opérer en pourcentages, de comparer les relations entre trois données (ici profondeur, largeur, longueur). Il ne s’agit donc pas de situer les foyers en trou d’après leurs dimensions en valeur absolue mais de les observer sous l’angle de leur proportions. La démarche s’accorde donc assez bien avec la précédente qui consistait à les étudier selon la logique d’homogénéisation de leur ensemble.

49De part et d’autre d’un axe, une mesure de profondeur (10 %), les points représentant les foyers sont étalés sur le graphique. A égalité, longueurs et largeurs expliquent cet étalement. Il permet de situer de petites structures des couches récentes (entre 35 et 45 cm de largeur et 45 et 55 de longueur) à l’exception du trou de combustion de J/K8-9 10c’ ; les grands témoins les plus anciens sont également regroupés (25 à 35 de largeur et 55 à 65 de longueur) avec une exception dans ce groupe N6-7 C5b (qui est ici le foyer dans sa première phase d’utilisation). Ce graphique triangulaire nous montre donc que les proportions des trous de combustion varient et il semble que leur ancienneté corresponde à des tailles plus importantes.

■ Profils et constantes de construction

50En ramenant les différents foyers à un calibre (relatif) commun, il apparaît que les dispositifs les plus récents sont à fond plat ; nous avons montré que ces dispositifs présentaient des traces de nettoyage et de réutilisation qui ont pu provoquer l’aplanissement de leurs fonds. Il en est de même du foyer de 17 F10a’. A l’opposé les témoins de combustion les plus anciens, appartenant au Néolithique moyen ont des profils plus anguleux et leurs formes évoquent des troncs de cône.

51Il est certain que ces fonds plats sont souvent importants. Leur longueur varie entre 22 et 43 % de la longueur de leur ouverture au sol ; leur largeur oscille entre 15 et 55 % de leur largeur en surface. Ils semblent résulter de phases de nettoyage plus que d’une forme particulière d’utilisation au feu. Ceci est confirmé, semble-t-il, en observant le degré des pentes des parois des trous de combustion.

52Nous avons porté sur deux graphiques (fig. 24e) les valeurs des pentes de ces dépressions. Les parois aboutissant à un fond plat sont individualisées. De part et d’autre d’un point central et selon deux sections (par la longueur et par la largeur des foyers) nous avons rapporté les différents angles formés par ces pentes. Il apparaît que les pentes des plus petits profils des dépressions (largeur) sont plus marquées que celles des longueurs. De même, on enregistre une dissymétrie des profils de ces dépressions. Le tableau suivant indique les pentes minime et maxima rencontrées pour les deux portions des deux profils, et la valeur moyenne des autres pentes.

53Sur le graphique nous pouvons voir ces valeurs assez regroupées, avec les pentes des trous à fond plat plus accentuées. Il indique bien la dissymétrie des parois des dépressions. Nous avons eu déjà l’occasion de montrer que nous avons là une indication des modes de creusement de ces trous. Il est probable que la pente la plus adoucie correspond à la partie d’où l’on creuse la dépression et ramène, en avant de soi, la terre. Nous reviendrons sur ce problème en termes plus généraux.

■ Taille et volume

54Nous avons montré les similitudes des foyers en dépression d’un point de vue morphologique. Mais il est évident que, comme dans toutes les typologies, il est nécessaire de faire intervenir les phénomènes de taille. Nous pensons être en possession d’une série homogène de foyers, très semblables par leurs proportions et leurs formes. Mais nous avons déjà remarqué que les foyers du Néolithique moyen paraissent être plus grands à l’abri de Font-Juvénal que ceux des niveaux plus récents, du Néolithique récent ou final. Les observations réalisées prenaient en compte des données relativisées, aussi avons-nous cherché une valeur réelle qui puisse rendre compte de ces témoins de combustion.

55Leur volume nous est apparu sans doute la valeur la plus appropriée. Mais il se posait un problème de calcul. En effet, il nous fallait formaliser ces dépressions, les résumer en tronc de cône, droit ou oblique, en calotte de sphère ou en portion de tronc de cône, etc. Les mesures obtenues sont comparables parce qu’elles ont été calculées selon la même procédure schématique ; les valeurs exprimées sont donc des indications significatives.

56Le graphique (fig. 25a) des volumes de ces foyers en dépression indique l’étendue de notre série : 5 trous de combustion ont moins de 20 000 cm3 de contenance, l’un d’eux est très peu volumineux avec 3 270 cm3 (17 F11c’), les autres n’atteignent pas 50 000 cm3 si ce n’est J7-8 C7a qui est beaucoup plus important avec 182 940 cm3 environ. Si l’on extrait cette dernière structure de combustion de la série, non pas en remettant en cause son appartenance à la série mais en soulignant sa qualité particulière, il n’est pas possible d’enregistrer une quelconque évolution des volumes des dépressions suivant leur appartenance chronologique. A l’inverse il ressort une certaine homogénéité de volume avec une moyenne de 21 000 cm3 environ.

25 — Abris de Font-Juvénal. Trous de combustion — a. Volumes approxipmatifs des dépressions — b. Composantes et structurations des vestiges : produits de combustion, blocs rocheux ; synthèse des combinaisons— c. Chronologie.

■ Composants et accessoires

57Les trous de combustion présentés sont apparus comme une forme de foyer morphologiquement bien définie. Ils concernent les niveaux d’habitat du Néolithique final et moyen soit plusieurs siècles. Si la forme est identique, leur fonctionnement a pu être toutefois différent à voir leur stratigraphie d’abandon. Il se pose en effet le problème de leur contenu que l’on ne peut dissocier de leur morphologie. Ce contenu nous semble pouvoir être étudié d’une part d’un point de vue analytique, élément par élément, d’autre part d’un point de vue plus synthétique, en privilégiant les relations ou interactions entre ces éléments. La différence entre composants et accessoires paraît se situer à cette place. Et notre interprétation repose sur ce faible champ de lecture.

58Pour étudier les trous de combustion de l’abri de Font-Juvénal, nous ferons référence à une liste numérotée de 1 à 13 avec un numéro 2bis correspondant à une seconde étape du fonctionnement de la structure de combustion No 2 (N6-7 C5b). Cette liste prend en compte des dispositifs de combustion partiellement dégagés mais suffisamment pour parvenir à caractériser leur contenu. Ce sont les aménagements entièrement fouillés à ce jour, No 1 M6 C5a, No 2 = N6-7 C5b, 2bis - N6-7 C5b, No 3 = J8-7 C7a, No 4 = N8-9C9 s, No 5 = 17 F10a’, No 6 = I/Jo F10a’, No 7 = 17 F10c’, No 8 = J/K8-9 C10c’, No 9 = 17 F11c’ et les dispositifs en cours d’investigation No 10 = D7-8 C4, No 11 - M8 C5, No 12 = J7 C10f’, No 13 = L9-10 C10c’.

■ Les produits de la combustion

59La stratigraphie-type des trous de combustion telle que nous les connaissons à l’abri de Font-Juvénal comprend trois témoins : les cendres et les charbons de bois comme produit de combustion et les blocs rocheux en calcaire local ou en galet de schiste, quartz, etc. D’autres témoins archéologiques y sont associés et ce sont principalement des vestiges osseux mais aussi des fragments osseux animaux ou des éléments de roche taillée.

60Généralement, les cendres, ce produit de la combustion de végétaux (et de rares fragments osseux ?), apparaissent en une faible semi-lentille ; le dépôt de teinte blanche ou grise et taché de très petits charbons de bois (éclats ou fines branches consumées) est parfois encroûté. Cet encroûtement paraît résulter de la double action de concentration minérale due aux eaux de ruissellement (dépôt latéral) et de percolation (dépôt vertical). Parfois, ce durcissement superficiel résulte lui-même d’un feu allumé postérieurement à la surface des cendres mais il ne peut donc être pris en compte comme une caractéristique de la structure de combustion.

61Les cendres sont rarement pures ; elles sont alors étroitement mêlées à un sédiment soit très riche en charbons de bois pulvérulents soit plus terreux. Ainsi, il se trouve également des dépôts de cendres englobant des nodules de terre rubéfiée ou pratiquement cuite. Ce sont des dépôts lités ou non.

62Les charbons de bois sont fréquemment découverts en amas compacts dans les trous de combustion. Ils sont généralement en fragments de petite taille enrobés dans une poussière grasse de charbons de bois écrasés. Ces dépôts parfois conséquents et très purs renferment d’exceptionnelles bûches carbonisées de plusieurs centimètres de long et de quelques centimètres de diamètre. En D7-8 C4 il a pu être observé à une extrémité d’un de ces gros charbons de bois (plus de 25 cm de long) des traces d’abattage par appointement.

63Il apparaît que les plus gros charbons de bois sont souvent les plus enfoncés dans le dépôt charbonneux mais qu’ils reposent rarement au contact des parois rubéfiées du trou. C’est donc au centre de la masse du dépôt que leur conservation en gros fragments est la mieux assurée.

64Ces charbons de bois pulvérisés souillent la plupart du temps la base des blocs rocheux contenus dans ces foyers en dépression. Mais il semble que l’on puisse aussi parler de suie pour certains dépôts encrassant les pierres. C’est-à-dire d’une matière très noire et « grasse » déposée par une fumée chargée et noire peut-être issue directement des braises. La reconnaissance de la suie est empirique et elle se fait à l’abri de Font-Juvénal en observant le caractère, l’épaisseur et la compacité du dépôt sur les roches.

■ Les blocs rocheux

65Ce sont une des composantes les plus importantes pour les trous de combustion. A la fouille leur présence est souvent le premier indicateur d’une structure de combustion creusée dans le sol de l’habitat. Mais les blocs rocheux sont souvent difficiles à interpréter que ce soit pour leur rôle dans l’aménagement, ou pour les liens existant entre eux-mêmes et le dispositif.

66Les foyers, comme la majorité des autres structures domestiques que nous pouvons étudier, ont été abandonnés dans un état que l’on peut difficilement qualifier d’abandon ou de fonctionnement. Dès lors, les pierres découvertes peuvent être en position d’accessoires du feu ; mais elles peuvent aussi résulter d’une ruine de l’aménagement, d’un effondrement localisé de la paroi de l’abri ou d’une chute de blocs depuis le plateau surplombant l’habitat, d’une aire de rebut, etc. Ceci confirme l’importance d’une fouille stratigraphique des témoins de combustion et des observations relatives à la position des blocs rocheux dans les foyers.

67Sur treize trous de combustion, trois seulement possédaient des pierres non originaires de l’abri même et récupérées dans un ruisseau voisin au pied de la barre rocheuse. Les galets n’ont donc pas été systématiquement recherchés alors que cela aurait été possible.

68En fait, les blocs rocheux sont en calcaire marin nummulitique (niveaux du Lutétien inférieur et de l’Yprésien). Cet étage géologique fait alterner des niveaux decalcaire froid compact et des bancs de roche sédimentaire marine de structure très granuleuse faite de conglomérats de nummulites.

69Les galets sont en assez grand nombre dans les niveaux d’habitat de l’abri. Certains sont à proximité immédiate des foyers. Tout comme ceux découverts dans les feux eux-mêmes, ils appartiennent à différentes roches ; les blocs de schiste et de quartz sont très abondants mais les autres roches sont représentées.

70Ces galets sont des blocs plus ou moins roulés de quartz ou quartzite, parfois des blocs faiblement émoussés en calcaire du Lutétien inférieur. Généralement, les galets ou palets sont en calcaire blanc ou gris du Thanétien (calcaire de Montolieu), du Géorgien supérieur, Gothlandien ou Dévonien inférieur (en plaquettes émoussées) mais aussi en grès rutilant, assez rare, du Montien ou encore en roches métamorphiques, schistes lustrés, pyriteux ou sériciteux et rarement en blocs de gneiss de la Montagne Noire.

71La variété des roches provient des nombreux éléments roulés par le ruisseau qui longe la barre rocheuse de l’abri dans un petit vallon. Bien qu’utilisés pour la taille d’outils, la réalisation de meules, etc., les galets de rivière n’ont pas été utilisés dans les trous de combustion. Ceci conduit à prendre en compte le fait que les facultés de rétention de ces pierres n’ont pas été recherchées. Celles du calcaire local ont été sans doute exploitées mais peut-on l’affirmer, alors que l’on connaît la fragilité thermique du calcaire face à certaines roches métamorphiques par exemple ?

72La seule structure de combustion en creux qui associe des galets de quartz, calcaire et schiste a été découverte en I/J6 F10a. Deux autres foyers du même type possédaient au centre de leur remplissage, respectivement : 17 F10a, un galet de schiste éclaté par le feu ; et 17 F11c’, un bloc roulé de quartz peut-être débité (épannelage ?).

73Le foyer I/J6 F10a a été décrit précédemment et l’on a insisté sur l’importance de la forme plate et oblongue de ces pierres et sur celle de leur disposition en pavage relativement régulier. Les galets de schiste y dominent et ils y sont pratiquement calibrés. L’originalité de ce dispositif est à souligner dans notre série (deux galets de quartz, trois de calcaire yprésien, cinq de calcaire thanétien, vingt galets de schiste).

■ La disposition des pierres

74Les pierres anguleuses ou émoussées et les galets sont nombreux dans les trous de combustion. Sans présumer de leur rôle ou du pourquoi de leur localisation, il est possible de cerner les types d’organisation rencontrée. Si nous pouvons en dégager six, trois variantes d’une même disposition caractérisent pratiquement la totalité des témoins fouillés à l’heure actuelle à l’abri de Font-Juvénal.

75Le cas le plus fréquent est celui du « comblement » de la dépression par des blocs sans ordre apparent, mêlés aux cendres et reposant sur un lit plus ou moins épais de charbons de bois. Il s’agit alors soit d’un seul niveau de blocs de tailles très variables soit d’un empilement inorganisé de pierres sur deux ou trois niveaux. L’apparence est celle d’un comblement. Les pierres y sont le plus souvent altérées par le feu, rougies ou éclatées ; ces blocs présentent des écaillures thermiques sans que l’on découvre toujours les éclats dans les foyers mêmes.

76Il est donc possible de distinguer six variantes :

  • le cas 1, représenté à 43 % à l’abri de Font-Juvénal, est un seul lit de pierres. Ce sont souvent des gros blocs. Parfois, ce lit est inexistant et seules deux ou trois pierres reposent sur les charbons de bois ;

  • le cas 2 atteint 29 % et l’on y trouve un empilement de blocs de toute taille sur plusieurs épaisseurs. Une variante 3 a été découverte qui montre un calibrage des blocs selon leurs positions ;

  • le cas 4 paraît plus spécifique car il présente deux niveaux de blocs en lit assez régulier et espacés d’environ 5 à 10 cm. Entre ces deux niveaux de roches qui sont localement conservés dans les trous de combustion se trouvent des fragments osseux, en l’espèce de bovidés. Nous reviendrons sur cette intéressante disposition dont les deux cas précédents ne sont peut-être que des témoins ruinés ;

  • le cas 5 peut être également une variante du cas précédent. Il s’agit d’un cas de pavage régulier du fond de la dépression de combustion ;

  • le cas 6 est lui assez particulier. Il s’agit de blocs rocheux qui sont disposés à la verticale pour constituer un coffre de pierres enfoncées dans le sol. On peut s’apercevoir qu’ils résultent de deux genres principaux : les pierres en amas (développement vertical) et les pierres en lit ou pavage (développement horizontal). Il est possible que ces notations permettent par la suite de mesurer le rôle réel des blocs rocheux et de faire la part entre les foyers associant des pierres-accessoires (développement horizontal) et ceux comblés voire ruinés.

■ Les composants caractéristiques

77A l’aide des indications précédemment dégagées, il paraît possible de tenter de cerner les liens existant entre les différents composants de ces foyers en dépression. Il s’agit donc de souligner les associations de caractères des produits de combustion et des blocs rocheux puis d’en mesurer la signification. Une série de schémas illustre cette démarche (fig. 25b).

78Nous avons conservé la numérotation des foyers en dépression déjà utilisée. En classant les types ou caractéristiques des produits de combustion de chaque trou de combustion, trois groupes de foyers apparaissent. En A sont rassemblés des foyers où n’ont été découverts que de rares charbons de bois pulvérulents, et des cendres abondantes mêlées de terre rubéfiée. En B les produits charbonneux sont caractéristiques, on y remarque aussi des encroûtements de cendres. En C, les cendres sont mêlées de charbons de bois, le lit de charbons sous-jacent étant constitué de bûches.

79Les blocs rocheux sont ici bien marqués par quatre caractères : leur nombre dans les « empilements », leur degré d’altération par le feu, la présence parmi eux d’éclats thermiques et il a été aussi retenu l’idée du faible nombre de pierres dans le foyer. En D, c’est d’ailleurs cet élément qui est déterminant, quand bien même les rares pierres sont altérées, en éclats voire empilées. En E, sont rassemblés les foyers en sens inverse. En F, il en est de même mais ce cas se différencie du précédent par l’absence d’éclats thermiques notables ou abondants.

80Il résulte de ces composantes caractéristiques deux grands types de trous de combustion. Ils sont très apparents sur notre graphique. Le premier repose sur l’association de produits charbonneux abondants (bûches, suie, charbons tachant les cendres souvent encroûtées) et de blocs rocheux importants altérés par le feu. Le second correspond à de faibles dépôts de charbons, de rares pierres parfois altérées par le feu et sous forme de nombreux éclats thermiques.

81On s’aperçoit de la liaison évidente existant entre ces types de caractéristiques et celles de la taille des feux évoquées par exemple à l’aide du graphique longueur-largeur des trous de combustion (fig. 24): les plus petites

82de combustion. Mais nous ne pouvons certifier s’il s’agit de structures différentes ou de deux modes d’utilisation du trou de combustion. Toutefois, la corrélation évidente qui existe entre la taille de ces aménagements et leur type est à souligner.

83Ces deux types de foyers peuvent donc résulter de deux étapes de fonctionnement. Et on pourrait penser que les dispositifs aux pierres rares sont les mêmes que les autres après le retrait des blocs. Mais une seconde hypothèse peut en faire deux dispositifs de natures différentes. Dès lors, qu’en est-il donc de leur appartenance culturelle (fig. 25c) ?

84Sans rechercher systématiquement une caractérisation chronologique et culturelle des aménagements, il est bon d’en vérifier le bien-fondé. Il apparaît nettement sur le graphique réalisé que les dispositifs du type à fort dépôt charbonneux et blocs rocheux abondants (peut-être des accessoires fonctionnels du feu) existent à toute époque, souvent à part égale avec l’autre type de foyer. Le continuum chronologique, nous semble-t-il, est important à souligner car bien souvent il a été fait de certains trous de combustion chargés de pierres des structures caractéristiques de la culture chasséenne du Néolithique moyen. On lit sur le graphique que ce type d’aménagement a « perduré » jusqu’en C4, au Néolithique final (Groupe de Véraza). Ce niveau est toutefois d’affinité chasséenne dans la composition générale de son mobilier (industrie lithique, poterie) tout comme celui de la couche 5 du Néolithique récent (rattachable au Groupe de Saint-Pons) à un moindre degré.

85Ainsi, ces observations pourraient signifier soit que les types d’aménagements des trous de combustion existaient conjointement soit qu’il s’agit bien de deux étapes de fonctionnement d’un seul type d’aménagement existant à l’abri Font-Juvénal depuis au moins le Chasséen ancien. Nous approfondirons cette question en abordant le fonctionnement des dispositifs de combustion.

3. Abri du Roc-de-Dourgne

Inventaire : RD C/D5-6 C10 (FIG. 26a, b et 27a, b)

86A l’intersection des carrés C/D5-6, c’est-à-dire c'est-à-dire dans la zone avancée de la fouille, à environ 2 m de la paroi s'ouvre une fosse au tracé pratiquement circulaire. Son diamètre atteint environ 0,80 m à 0,85 m. Creusée dans un sédiment sablonneux jaune qui semble caractériser les niveaux sous-jacents, son contour en surface s'individualise nettement ; le sommet de la couche Cl0 est en effet un dépôt de cendres blanches très fines mais encroûtées superficiellement. La fosse a été creusée dans cet amas et le contenu supérieur de son remplissage meuble étant de couleur brune, il n'est pas difficile d'en cerner les contours.

87La fouille de la structure a été conduite de manière à recueillir sous forme de relevés manuels et de photographies l'exactitude de son contenu. On a opéré dans un premier temps en conduisant son dégagement sur une de ses parties seulement (112) une coupe transversale était ainsi réservée et levée régulièrement. La présence de nombreuses pierres nous a conduit à ne pas chercher à obtenir la fouille totale de la demi-structure, ce qui n'aurait pas été possible. En évitant les éboulements, les travaux ont été poursuivis par paliers, paliers de fouille et de relevés. Sept phases de décapage ont été réalisées dont cinq uniquement pour le remplissage caillouteux, à mi-profondeur de la fosse.

26 — Abri du Roc-de-Dourgne. Trou de combustion CD 5- 6 C10 — a. Niveau supérieur — b. Niveau inférieur.

27 — Abri du Roc-de-Dourgne. Trou de combustion CD 5 6 C10 — a. Niveau intermédiaire — b. Coupe.

88La prise des niveaux et pendages a permis de recueillir une information directe sur l’accumulation des blocs rocheux. Prélèvements de sédiments, de charbons et de cendres ont été également réalisés.

89La structure de combustion est formée d’une dépression volontairement creusée dans le sol de l’abri ; elle a perçé un « épais » (0,05 à 0,08 m) lit de cendres blanches encroûtées qui forment la majeure partie du sol de la couche C10.

90Son plan est proche du cercle avec un diamètre oscillant entre 0,7 et 0,85 m. Dans les carrés C5-6, le creusement de la fosse a mis au jour dans sa paroi des pierres calcaires empilées qui appartiennent aux niveaux inférieurs de l’abri. Ces blocs forment donc sur près de 0,5 m de son périmètre un « muret » naturel de pierres alternant avec un sédiment sableux compact. Cette paroi caillouteuse est différente de celle qui lui fait face (D5-6). Tracée dans la terre, ici fortement sableuse, la courbure de son dessin est régulière. Seuls à la base de sa paroi apparaissent quelques blocs calcaires (en particulier dans le carré D5). Profondes d’environ 0,25 m, les parois pratiquement verticales de cette fosse présentent des marques du contact au feu et à la chaleur, une rubéfaction du sédiment par oxydation. Les blocs calcaires, dont ceux qui forment sa base, sont également rougis. Certaines pierres calcaires sont fissurées. En D5 on peut observer (coupe) des glissades de sédiments sableux mêlés de charbons de bois provenant soit du sur-creusement de la fosse (éboulement de la paroi) peut-être dû à l’application de certaines pierres verticales contre la paroi, soit d’une phase volontaire (ou non) de comblement.

91Diamétralement à l’opposé de cet endroit, en D6, la paroi s’est aussi localement éboulée. Là, l’épais dépôt de cendres s’est comporté comme une barre de roche dure évoluant en cuesta. Encroûtées et plus homogènes que le sédiment sableux qu’elles recouvrent, les cendres sont restées en léger surplomb sur le sable qui s’est creusé (cf. coupe, fig. 27b).

92Le remplissage de la structure n’est pas homogène de haut en bas. Une stratigraphie a pu être relevée et trois étapes de son comblement apparaissent ainsi :

  • à la base de la structure, le sol sableux est rubéfié et les pointements plans des blocs rocheux également. Ce fond sans être véritablement plat n’a pas plus de 0,05 à 0,06 m de dénivelé entre son contact avec les parois et sa zone centrale. La base de la fosse est inclinée régulièrement vers deux points centraux de la structure. C’est qu’un remplissage de pierres calcaires (de petit calibre hormis deux d’entre elles en D5) épouse régulièrement le profil de son fond. Ces pierres qui se chevauchent souvent ont des pendages centripètes. Elles tendent à pencher vers un point décentré. Plusieurs présentent de nettes traces de chauffe et de « coups de flamme ». Ces pierres calcaires plates et anguleuses sont enrobées d’une terre très meuble (cendres) où des morceaux calcinés de bois sont conservés. Certains de ces charbons de bois sont de très petite taille, souvent réduits en une poussière grasse et très noire. Cette terre charbonnée est présente sur une épaisseur de 0,10 à 0,15 m selon les endroits.

  • à mi-remplissage, un amas de cendres fines et tassées repose sur la terre charbonneuse. Légèrement concave, sa surface est limitée dans le carré C6 par des blocs amassés. D’autres cendres encroûtées et attachées à la roche se trouvent sur deux pierres de petit calibre en C6 en bordure de paroi. Cet encroûtement qui atteint 2 à 3 cm d’épaisseur paraît provenir de l’amas cendreux supérieur de la couche 10 et de roches éboulées de la paroi de la fosse. Les cendres amassées au centre de la fosse sont partiellement couvertes d’un galet « volumineux » de roche métamorphique. Il repose sur une face plane qui a pu servir de meule dormante. Ce galet a été ramassé dans le lit voisin de l’Aude, au fond de la vallée. Outre ce galet, plusieurs pierres de petit calibre, en calcaire, sont disposées à la périphérie du dépôt de cendres. Ailleurs, au niveau correspondant à cette trace de feu, les blocs rocheux sont à l’écart, contre la paroi ou légèrement décollés de celle-ci. Le point le plus bas de la structure se confirme décentré en C6 ; la couronne de blocs pend assez régulièrement vers le centre de la structure ; seules à la limite de D6 et C6 des pierres sont « à contre-pendage » mais cela s’explique car elles sont ici amassées et se chevauchent ;

  • le sommet du remplissage est un sédiment charbonneux meuble moins densément noirçi qu’à la base de la fosse. Il ne contient que très peu de pierres calcaires ; cependant plusieurs d’entre elles forment en C6 un arc de cercle continu de dalles plates qui, appuyées contre la paroi, sont en position verticale ou pendent fortement vers le centre du dispositif. Ce niveau épouse le pendage général du sol de l’abri, en légère pente vers la paroi de la falaise.

93Le plan, la stratigraphie et les observations faites tant sur le sédiment de la fosse que sur les objets qu’elle contient permettent de présumer quatre phases dans le fonctionnement de cet aménagement. Ni la période séparant chacune de ces phases, ni la durée d’utilisation de la fosse de combustion ne peuvent être précisées. Il semble cependant que ce foyer particulier ait connu plusieurs feux.

94La première phase est celle du creusement de la fosse. Le trou à la verticale est profond et large, jusqu’à atteindre au fond un bloc gréseux et sur un côté de sa paroi des pierres des niveaux antérieurs. Le sédiment très sableux est propice à ce creusement ; mais il s’avérera localement instable et s’effondrera en glissades localisées.

95Ensuite un feu est allumé dans cette dépression, à l’abri du vent. Ce feu nous fournira charbons de bois et cendres. Sont associées à ce feu (ou à des feux successifs) des pierres plates calcaires qui paraissent avoir été utilisées conjointement. Leurs rôles ont pu être multiples ; elles ont pu les jouer successivement ou alternativement, soit l’un soit plusieurs d’entre eux. Il semble en effet que le dépôt de la combustion témoigne d’une utilisation répétée du foyer. Ces pierres ont pu être :

  • des supports, destinés à isoler en formant une « plaque » chaude des objets, aliments, à cuire ou chauffer ;

  • des couvercles, enfouissant sous un lit discontinu de pierres (chaudes), peut-être avec des éléments végétaux isolants, des objets, etc. ;

  • des accessoires, emmagasinant la chaleur puis la réfléchissant, qu’ils soient disposés en dallage à la base d’un feu ou dans le foyer ;

  • des éteignoirs, visant à étouffer le foyer.

96La majeure partie de ces pierres est couverte dans la zone centrale de la fosse d’un dépôt de cendres blanches. C’est à ce niveau qu’ont été découverts la plupart des objets qu’elle contenait. Peu nombreux, ce sont des débris osseux dont certains fûts d’os longs brisés ou éclatés sur place, ou des coquilles d’escargots, certaines brûlées ou calcinées, ou quelques éclats de roches « utilitaires » (quartz, silex). Seul un fragment de lame en silex représente un objet manufacturé.

97Il nous semble que l’utilisation de ce foyer a été répétée et que nous ne connaissons en fait qu’une phase d’abandon de la structure. Plusieurs éléments sont à souligner : ainsi le dépôt cendreux limité à une partie de la fosse et disproportionné par rapport à la quantité de charbons de bois qu’il recouvre, au regard de structures fouillées par ailleurs à l’abri de Font-Juvénal (Conques -11), à la grotte de l’Abeurador (Félines-Minervois -34), etc. ; également la construction d’un véritable « muret » appuyé à la paroi ; certaines glissades et effritements des bordures verticales de la structure.

98Une dernière phase a consisté en un comblement du dispositif par un sédiment qui peut provenir lui-même des déblais de creusement. Les pierres y sont nombreuses, ce qui est peut-être une indication.

99Il est probable que cette fosse à combustion a été utilisée pour faire cuire à l’étouffée des aliments. Après obtention d’un feu allumé dans la dépression creusée dans le sol, les aliments sont disposés entre des pierres chauffées, l’ensemble du foyer étant ensuite recouvert pendant tout le temps de cuisson. Ce type de foyer est régulièrement vidé de son contenu pour retirer les aliments cuits ; et les opérations sont répétées à chaque nouvelle utilisation. Ce genre d’aménagement est conventionnellement dénommé « four polynésien ». L’ensemble du volume de la fosse ou de la surface de chauffe n’a pas toujours été utilisé ; le dernier feu allumé qui a déposé le lit de cendres à mi-remplissage est dans ce cas.

100Il est probable que la structure a été maintenue « ouverte » durant un certain temps ; des rebuts (cf. les pierres taillées) y ont été alors rejetés. La présence de la « meule » paraît, quant à elle, anecdotique. Sa face de travail est contre le sol.

101La comparaison de ce dispositif avec d’autres aménagements similaires et contemporains devrait permettre de mieux cerner ce type d’installation et d’apprécier l’originalité de la structure de combustion C10 de l’abri du Roc-de-Dourgne.

Observations

102Les aménagements de foyers dans des dépressions creusées dans le sol de l’habitat sont au nombre de six à l’abri du Roc-de-Dourgne. Certains d’entre eux n’ont pu être totalement dégagés. Aussi les observations sur ces témoins de combustion élaborés ne resteront-elles que générales ou à l’inverse très spécifiques. C’est-à-dire que l’on peut tirer des principes généraux sur les modes de construction et d’utilisation de ces dispositifs. Mais aussi certains détails, en apparence, propres à une structure de combustion peuvent permettre de mieux appréhender la totalité d’autres éléments d’aménagements différents.

■ Dimensions

103Le plan de ces foyers est subcirculaire mais les écarts entre diamètres perpendiculaires peuvent être importants aussi continuerons-nous à parler de longueur et de largeur. Ce plan ovale ou rond est une première caractéristique. Il est possible de distinguer au premier abord deux trous de combustion du reste de la série que nous étudions. Il s’agit des foyers de C5/C9 et de celui de C/D 5-6 C10. Le premier peut être qualifié de petit avec des dimensions ne dépassant pas 30 cm de diamètre et 7 cm de profondeur, le second étant assez unique avec ses 70 à 85 cm de diamètre et ses 25 cm de profondeur. En effet, comme le montre le croquis (fig. 28a), les dimensions des autres trous de combustion atteignent 5 à 18 cm de profondeur, 35 à 50 cm de largeur, 55 à 75 cm de longueur.

28 — Abri du Roc-de-Dourgne. Trous de combustion — a. Dimensions — b. Cumuls des sections transversales et longitudinales — c. Position des blocs calcaires selon une stratigraphie simplifiée : H = haut, M = milieu, B = bas — d. les galets selon la même présentation.

104Ces cuvettes ne sont donc jamais très profondes et la hauteur de ces dépressions, de la base du trou au sommet de ses parois, représente environ 25 % de leur diamètre de creusement. Elle dépasse rarement 18 cm, la seule exception étant celle de C/D5-6 C10 dont la proportion par rapport à la longueur ou la largeur de la dépression est cependant conforme à la situation générale (proche de celle du dispositif de D3-4 C5b).

■ Morphologie

105Le profil de chacune des six dépressions est une caractéristique importante de leur morphologie. Nous avons figuré sous forme de croquis schématique (fig. 28b) les sections des six dispositifs selon les axes de leur plus grand (longueur) et de leur plus petit (largeur) rayon au sol. Il est utile de procéder ainsi car les profils d’une même dépression peuvent varier assez fortement (D3-4 C5 base).

106Il semble que les parois subverticales de D4 C8 et de C/D5-6 C10 puissent caractériser ces deux aménagements. Mais les variations des pentes des autres dispositifs ne le permettent pas par ailleurs. En général, c’est d’un versant à l’autre de la dépression creusée dans le sol que l’on peut observer des dissymétries caractéristiques et non pas d’un profil à un autre du même dispositif. Les schémas et les deux graphiques en arc de cercle indiquent nettement cette observation. Il se trouve donc que les trous ont été creusés d’une telle façon que l’une des portions de la paroi est plus abrupte que les autres. En vis-à-vis son tracé est nettement plus adouci, parfois très peu pentu (C/D6 C5 base, largeur) (D3-4 C5 base, longueur).

107Parfois les parois de ces dépressions n’ont pas un profil continu mais portent des traces d’effondrements ou de véritables écaillures de terre durcie par le feu. Le foyer de C10 présentait ainsi ce genre de paroi à tel point que les utilisateurs du feu à l’époque de son fonctionnement ont été amenés à agencer un pseudo-muret de soutènement sur une partie de son tracé. Le dispositif de D4 C8 possède également une paroi creusée en palier dans le sable gréseux consolidé.

108Il est probable que le dénivelé existant avec le pointement de la dalle gréseuse a été utilisé mais aussi accentué par creusement pour créer la dépression du foyer. C’est sans doute cela qui explique d’ailleurs la verticalité de cette paroi.

■ Stratigraphie

109Nous connaissons la stratigraphie-type d’un trou de combustion lors de l’extinction de son feu. Il faut signaler que les différents bois de chauffe et leur sélection expliquent en particulier la masse de cendres rassemblées dans le trou. En effet, l’utilisation des feuilles et des branches développe la masse cendreuse dans les foyers. Enfin, la rubéfaction et le durcissement de la paroi du trou est bien sûr fonction de la nature du sédiment encaissant, les argiles se craquelant par dessication, les sables se durcissant et s’oxydant, etc.

110Au Roc-de-Dourgne, les trous de combustion en leur état d’abandon ne sont peut-être pas tous en leur état de fonctionnement. C’est sans doute en observant la position des dépôts cendreux que l’on peut l’affirmer. En effet, ce dépôt fin est généralement accumulé sur les charbons de bois (ou leurs traces) qui s’y sont enfoncés, comme l’expérience le montre, lorsque le feu était allumé. Il est bien sûr possible qu’un feu vif et de courte durée de branchages feuillus dépose des cendres blanches tachetées de rares charbons de bois dues aux brindilles directement dans la dépression sans entassement de charbons de bois.

111Nous avons ainsi trois sortes de dépressions si l’on examine sur une coupe sommaire leur stratigraphie. A chaque type, correspond une ou plusieurs structures de combustion. Ce sont les variations des dépôts de cendres, du sédiment meuble charbonneux, comprenant des cendres également, et des charbons de bois qui ont été figurés. On peut remarquer que la position des blocs, galets, ou roches calcaires en dépend apparemment.

112Le foyer D4 C8 a la stratigraphie la plus commune et sans doute celle qui correspond le mieux au fonctionnement simple et durable du dispositif. Celui de D4 C6 est à l’inverse assez singulier avec son fort dépôt cendreux en contact direct avec le fond chauffé d’argile jaune bariolée du trou. Ces cendres sont surmontées d’un lit de 5 cm de sédiment mixte noir de cendres et charbons. Enfin le foyer C/D5-6 C10 présente des cendres blanches (2 à 3 cm) faiblement encroûtées prises entre une terre grasse et noire de charbons pulvérulents et un fort dépôt de 10 à 15 cm de charbons. Nous avons eu l’occasion en décrivant cet aménagement d’évoquer son fonctionnement en deux phases (au minimum).

113On peut donc penser que les stratigraphies de D4 C8 et celle de C/D5-6 C10 témoignent directement du fonctionnement de ces feux ; ils présentent leurs dépôts de combustion non remaniés ou bouleversés et tels qu’ils ont été abandonnés après l’extinction du foyer. Le cas de C/D5-6 C10 s’explique par une phase postérieure de comblement du trou.

114Le trou de combustion de D4 C6 serait donc différent mais nous avons émis l’idée d’un feu vif de petits végétaux ne produisant que des cendres fines. Le dépôt charbonneux de terre meuble qui les surmonte comprenait des blocs rocheux encrassés de suie et de cendres encroûtées sans doute héritées d’une phase différente du feu. Il est difficile de préciser si l’on peut le considérer comme un dépôt ultérieur de comblement ou un dépôt lié au foyer dans sa dernière phase de fonctionnement.

115Toujours est-il que c’est au contact entre ces deux dépôts qu’ont pu être prélevés près d’une trentaine de coquilles d’escargot (nemoralis) et plusieurs fragments de toutes tailles. Cette donnée n’est sans doute pas fortuite et on peut penser que la stratigraphie de cet aménagement témoigne bien de son abandon après son fonctionnement. C’est en étudiant les modes de cuisson possibles ou probables dans les foyers en dépression que nous tirerons bénéfice de cette obversation. Il est donc possible de considérer les trois types de remplissage des trous de combustion comme fonctionnels, avec une réserve émise pour D4 C6.

■ Blocs rocheux

116Dans cette première approche des trous de combustion, nous n’avons pas réellement tenu compte de l’emplacement et de la nature des blocs rocheux qui les encombrent. Ces blocs sont soit des fragments de la roche encaissante de l’abri, du calcaire froid et gélif ou plus rarement, et dans les niveaux anciens, du grès de teinte ocre et très altéré en surface. Associés à ces fragments de pierres, on trouve des galets de roches métamorphiques et plus rarement de roches sédimentaires qui ont été prélevés dans le cours de l’Aude qui coule au pied de l’abri.

117Certains galets des foyers ont été découverts brisés et d’autres très altérés par le feu tels que les galets granitiques de feu de D4 C6. D’autres utilisés après bouchardage et polissage comme meules dormantes ont été à leur tour déposés dans les trous de combustion comme en C/D6 C5 ou en C/D5-6 C10. Il semble donc que les roches qui accompagnent les vestiges de combustion des foyers en dépression ont pu parfois être choisies sans grande recherche, sinon celle, peut-être, du matériau, et sans négliger les roches travaillées et destinées a priori à d’autres fonctions.

118Les blocs rocheux sont souvent nombreux comme par exemple dans les foyers de C/D6 et D3-4 C5 base (respectivement 39 blocs de calcaire et 18 galets, 26 blocs et 23 galets).

119Mais leur emplacement dans le foyer est différent d’une structure à une autre. Cette différence tient en partie à la nature des blocs et on peut constater que si les galets sont parfois nombreux dans une dépression, il est rare que les blocs ou éclats calcaires ne le soient pas davantage. Ici nous avons utilisé un système de comptabilisation simple. Il faut bien entendu moduler cette constatation du nombre par celui des volumes que représentent respectivement les blocs calcaires et les galets ; les dessins de structures sont à cet égard suffisants pour affirmer que les blocs calcaires se sont souvent brisés en petits fragments de quelques centimètres de côté.

120Mais les chiffres obtenus dans nos décomptes apportent certaines informations si on les replace en trois catégories de niveau stratigraphique à l’intérieur du trou de combustion : H, partie haute, M partie médiane, B partie basse (fig. 28c).

121Les blocs de calcaire sont assez bien répartis dans les trous de combustion. Pourtant, ils peuvent paraître parfois en D4 C6 nettement plus nombreux vers la base du trou : ici, c’est qu’il s’agit de nombreux éclats de petite taille ; en D4 C8 c’est à l’inverse vers le sommet du dispositif que les pierres sont abondantes.

122Les galets de rivière qui se trouvent dans les foyers en dépression sont souvent à mi-hauteur de remplissage du trou. Certains, assez volumineux, sont plus enfoncés dans le dispositif et apparaissent à la base du remplissage du foyer. Mais généralement, ils sont surmontés de cendres et placés sur une chape de charbons de bois ; parfois ils pointent hors du remplissage (fig. 28d).

123La position médiane ou haute des blocs rocheux s’explique mal si l’on admet l’hypothèse d’un rejet de pierres dans le foyer allumé ou éteint. Bien souvent ces pierres auraient dû s’enfoncer plus profondément. Il nous semble qu’il faille y voir plutôt des vestiges de surfaces grossièrement empierrées sur les braises du feu. L’altération des blocs pourrait être un premier indice de cette installation ; mais elle peut aussi résulter d’une autre manière d’utiliser les galets.

124C’est un aménagement de blocs de calcaire qui nous a permis à l’abri du Roc-de-Dourgne de découvrir une petite surface dallée à l’intérieur du foyer. Elle est partiellement couverte de charbons de bois et de cendres blanches mais repose sur près de 5 cm de charbons de bois amassés sur le fond chauffé du foyer (fig. 29a).

■ Roches en bordure de foyer

125Une autre utilisation des blocs rocheux bien que sans grande originalité nous paraît intéressante à signaler. Il s’agit de leur installation sur la bordure supérieure des parois du trou (fig. 29b).

29 — Abri du Roc-de-Dourgne. Tous de combustion — a. Détail statigraphique — b. Exemples de bordures — c. Dimension au sol des trous de combustion — d. Chronologie simplifiée en années C14.

126Nous présentons ici quatre exemples de cette utilisation. Le foyer C/D6 C5 base possède trois blocs rocheux, en calcaire local, disposés en un petit amas limitant l’extension des cendres à un endroit où la pente de la dépression est peu marquée. A l’opposé de cette limite un petit foyer à plat lui paraît associé et les pierres ont donc pu jouer un double rôle de bordure.

127Bien souvent la paroi de la dépression dans sa partie subverticale semble protégée par des blocs rocheux plats ou allongés mis à la verticale. C’est le cas de C/D5-6 C10 avec un grand bloc de calcaire ou celui de C/D6 C5 base et son galet qui épouse la paroi du trou. On peut noter cependant que cette paroi est généralement rubéfiée et consolidée par le feu. Aussi ne peut-on affirmer que ces blocs ont été disposés à cette place avant l’allumage du foyer mais bien plutôt à une certaine phase du feu. Il est possible que l’on ait ainsi recherché un appui en bordure du feu peut-être avec son vis-à-vis en symétrie ; les foyers C/D6 C5 base ou D3-4 C5 base tous deux sur leur plus long axe transversal semblent le montrer. L’exemple de D3-4 C5 base peut être aussi évoqué. La pierre anguleuse qui est fichée à la verticale contre la paroi est de petite taille. Il nous paraît que sa position est certainement fortuite. Elle ne protège qu’une portion de la paroi et on peut la considérer comme imbriquée dans le niveau de roches de la dépression. A ce titre elle évoque davantage certaines pierres qui se trouvent près des parois verticales du trou de D4 C8 (section de la largeur) ou de C/D5-6 C10.

■ Caractéristique typologique

128Si l’on essaye de synthétiser l’ensemble des informations que nous avons recueillies, il est possible de cerner deux sortes principales de trous de combustion au Roc-de-Dourgne. Ces deux formes de témoins de combustion correspondent peut-être en réalité à deux stades d’utilisation d’un seul et unique type de foyer en dépression.

129Le premier groupe de foyers est défini principalement par une stratigraphie selon toute apparence bouleversée ; ce sont des niveaux de sédiment charbonneux, cendres et charbons à la base ou de sédiment cendro-charbonneux continu. Il s’agit donc de produits de combustion qui montrent, soit par leur nature, soit par leur position stratigraphique, leurs origines exogènes ou leurs déplacements. Ces foyers ont pour accessoires des galets disposés à mi-remplissage et parfois des blocs ou éclats calcaires sont nombreux dans le niveau inférieur du trou. Ces foyers enfin possèdent des blocs en bordure du trou protégeant semble-t-il les parois ou encore ayant basculé contre la paroi. Ces foyers sont ceux de C/D6 C5 base, D3-4 C5 base, C5 C9 (bien que pratiquement sans blocs rocheux, ce foyer est à rapprocher par ses caractéristiques de ce groupe) et C/D5-6 C10.

130Le second groupe de feux, D4 C6 et D4 C8, est caractérisé par une stratigraphie simple identique à celle obtenue expérimentalement : cendres, sédiment cendro-charbonneux mixte et charbons de bois à la base. On remarquera que dans ces exemples les galets et blocs calcaires qui sont à l’intérieur du trou sont en majorité mêlés aux cendres dans la partie supérieure de remplissage. Des blocs chauffés et l’agencement du feu témoignent donc peut-être d’un stade de fonctionnement du foyer et d’une étape correspondant à son extinction naturelle, sans bouleversement.

131Nous aurons l’occasion d’exprimer certaines hypothèses sur le fonctionnement de ces foyers en dépression et sur leur destination. Mais il nous paraît utile d’insisterici sur la variété des cas particuliers de ces aménagements telle qu’elle ressort des différents angles d’observation que nous avons utilisés.

■ Chronologie (FIG. 29d)

132Le bilan d’analyse des trous de combustion du Roc-de-Dourgne montre que ces foyers sont du même type ; mais chacun d’entre eux n’a pas été découvert dans un même état de conservation ou d’abandon. Des différences plus ou moins marquantes ont permis également de mieux cerner leurs organisations. Leurs dimensions paraissent les distinguer morphologiquement mais leur faible nombre ne permet pas précisément de parler de seuils de taille. Encore que l’on puisse voir deux ensembles de part et d’autre de 60 cm de longueur ou largeur (fig. 29c).

133Au nombre de six, ces foyers couvrent pratiquement l’ensemble de la colonne stratigraphique, du Mésolithique sauveterroïde de C10 au Néolithique ancien-moyen de C5. Seul le niveau C7 n’en possède pas. On peut dire que ce type de foyer en creux, au Roc-de-Dourgne, tout comme les foyers à plat, est pratiquement présent à toutes les époques de l’occupation de l’abri. Toutefois ceci ne veut pas dire, d’une part que ces témoins de combustion soient identiques, ni d’autre part qu’ils aient eu des utilisations similaires. Nos observations nous autorisent à penser que leurs situations de fonctionnement (peut-être des stades?) sont différentes. Mais peut-on l’affirmer ?

Table des illustrations

Légende 19 — Balma de l’Abeurador, Félines-Minervois, Hérault. Trou de combustion H6‑7 C2a — a et b. Plan, les objets en noir sont des fragement osseux — c. Coupe — d. Courbes équidistante de 1cm — e. Schéma des pendages des blocs ; les pierres verticales sont marquées d’un cercle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30940/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 20 — Abri de Font-Juvénal. Trou de combustion (four primitif ,= D 7-8 C4 — a. Plan et coupes : 1. pierres, 2. cendres, 3. cendre grise, 4. cendre et charbon, 5. terre charbonneuse, 6. charbon de bois. La coupe transversake porte des pierres dont les section ont été projetées — b . Shéma des volumes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30940/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende 21 — Abri de Font-Juvénal. Trou de combustion J7-8 C7a — a. Plans à deux niveaux ; les charbons sont en noirs — b. Coupes — c. Croquis des blocs les plus petits (en noir les blocs du nieveau inférieur).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30940/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende 22 — Abri de Font-Juvénal. Trou de combustion I-J F10a — a. Plan : 1. poterie, 2. fragment osseux— b. Equidistance des courbes de 1 cm : 1. schiste, 2. calcaire nummulitique altéré, 3. calcaire, 4. Quartz — c. Coupes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30940/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende 23 — Abri de Font-juvénal. Trou de combustion J7 C10f’ — a. Plan au niveau supérieur ; en noir sont les vestiges osseux — b. Niveau inférieur — c. Courbes équidistantes de 2 cm — d. Trou de combustion JK 8-9 C10c’.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30940/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende 24 — Abri de Font-Juvénal. Trous de combustion — a. Dimensions mesions — b. Test du Chi carré, appliqué aux dimensions des foyers : mesures des écarts entre effectifs réels et théoriques — c. Graphique ordonné résumant les tracés précédents — d. Dimensions des stuctures — e. Variations des profils et pourcentages des pentes moyennes et valeurs extrêmes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30940/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 25 — Abris de Font-Juvénal. Trous de combustion — a. Volumes approxipmatifs des dépressions — b. Composantes et structurations des vestiges : produits de combustion, blocs rocheux ; synthèse des combinaisons— c. Chronologie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30940/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende 26 — Abri du Roc-de-Dourgne. Trou de combustion CD 5- 6 C10 — a. Niveau supérieur — b. Niveau inférieur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30940/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende 27 — Abri du Roc-de-Dourgne. Trou de combustion CD 5 6 C10 — a. Niveau intermédiaire — b. Coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30940/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 28 — Abri du Roc-de-Dourgne. Trous de combustion — a. Dimensions — b. Cumuls des sections transversales et longitudinales — c. Position des blocs calcaires selon une stratigraphie simplifiée : H = haut, M = milieu, B = bas — d. les galets selon la même présentation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30940/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende 29 — Abri du Roc-de-Dourgne. Tous de combustion — a. Détail statigraphique — b. Exemples de bordures — c. Dimension au sol des trous de combustion — d. Chronologie simplifiée en années C14.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30940/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search