Version classiqueVersion mobile

La chirurgie des âges

 | 
Véronique Moulinié

III. Le sang des hommes

8. La confusion des sexes

Texte intégral

Cette opération, mon père en était mort après d’affreux tourments et je devais, effet de l’âge, la subir à mon tour. Bien qu’il fût entendu que, grâce aux progrès de la chirurgie, elle n’était plus la grave affaire qu’elle était autrefois, j’avais très peur. Moins, certes, parce qu’une issue dramatique me paraissait possible, qu’en raison des douleurs qu’à mon sens une telle intervention ne pouvait manquer d’entraîner. Malgré tout ce qui m’était dit de rassurant — Vous en aurez en tout pour une heure de souffrance, m’affirmait l’un, sans se rendre compte qu’une heure cela me semblait encore bien trop — je me sentais promis à d’intolérables moments et, par surcroît, la seule idée de cette blessure au plus intime de ma personne et des soins très spéciaux que mon état exigerait me causait une véritable horreur. C’est pourquoi, dès que j’eus décidé de recourir sans tarder à ce remède radical pour mettre fin à des ennuis dont je pouvais espérer seulement qu’ils ne s’accroîtraient pas trop vite, je me trouvai face à face avec ma peur et ne pus m’empêcher d’en être troublé profondément. Non seulement j’y pensais le jour mais, au moins une fois, il arriva que cela m’assaillit dans le calme de la nuit, sous une forme fantasque.
Leiris 1981 : 27

1L’homme et la femme, en proie aux agitations de leur sang, sont par conséquent en proie aux désordres de leur sexualité. On a vu combien leur corps fonctionne sur le même modèle, même si ces manifestations sont quelque peu différentes. A l’âge critique, ni l’un, ni l’autre n’est convenablement sexué : « satyre » aux cheveux grisonnants, homosexuel honteux ou nymphomane jalouse des conquêtes de sa propre fille, ces désordres semblent s’expliquer par les profondes mutations physiologiques qu’ils connaissent, mutations qui ont des conséquences physiques évidentes. Comment ne pas avoir une conduite sexuelle aberrante quand son propre corps ne semble plus avoir d’identité sexuelle clairement définie ?

Analogies

2Discours médical et savant s’accordent pour reconnaître que, sous l’effet de l’âge, les différences sexuelles s’atténuent, voire disparaissent. Fin de la menstruation, insuffisance testiculaire, ce sont les emblèmes du sexe qui disparaissent. Cependant, cette disparition s’apparente à l’évidence à une confusion des sexes, résultant de la nature même des organes impliqués.

Des symptômes particuliers

3Une première incohérence surgit : les maladies qui sont apparues comme typiquement masculines se manifestent par des symptômes que l’on retrouve chez les femmes, dans le cadre d’affections purement féminines. Ainsi, les mictions difficiles ne sont pas propres au prostatique.

J’ai un mauvais souvenir de la totale ; quand je me suis réveillée et pendant deux ou trois jours, j’avais envie d’aller aux cabinets et je ne pouvais rien faire. J’avais l’impression que j’avais un poids là, qui me donnait sur la vessie, qui me donnait envie de faire pipi et je ne pouvais pas. Alors, je souffrais parce que je me disais : « Tu vas faire pipi dans ton lit. » Tout le temps, je demandais le bassin, pour rien. Et c’est pénible les trois ou quatre premiers jours. Et petit à petit, disons que ça s’est localisé.

4L’opération n’y est pour rien. En effet, il existe bien un lien physiologique essentiel, chez la femme aussi, entre les troubles urinaires et le retour d’âge que les médecins affirment sans cesse et que les femmes vivent très mal.

Une chose m’a beaucoup inquiétée ; j’avais de plus en plus de mal à retenir. J’avais très souvent envie d’aller aux toilettes, deux ou trois fois dans l’heure par moments. Et puis, je sentais que j’avais la vessie plus fragile. Tu vois, par exemple, quand je riais aux éclats, ou quand j’éternuais, souvent, ça m’échappait. Ça m’a fait peur parce qu’il y avait une sœur de ma mère qui était comme ça. Depuis la ménopause, elle ne retenait plus mais alors plus du tout. Où elle était, il fallait qu’elle fasse. Que ce soit dans un magasin, dans la rue, hop ! aussitôt. Elle disait tout d’un coup : « Stop, il faut que je fasse pipi. » Mais d’une façon... ! C’est vrai que ça arrive souvent au retour d’âge, ces problèmes, toutes les femmes les ont plus ou moins mais comme elle, je n’ai jamais vu.

5Si les mêmes troubles affectent prostatiques et femmes sur le retour, les solutions qu’ils adoptent tendent à inverser les sexes. Tandis que l’homme opte pour la position accroupie, la femme préfère se tenir debout, comme la vieille tante de mon interlocutrice. « Ce qui m’écœurait, c’est qu’elle ne prenait même plus la peine de s’accroupir. Entre deux voitures, elle se soulageait debout, comme un homme. Pareil. Elle n’avait pas de mal, d’ailleurs parce qu’elle ne portait jamais de culotte à cause de ses faiblesses de vessie. » Homme et femme ne seraient-ils pas, en quelque sorte, en train d’échanger leur rôle, de franchir la ligne ténue de la différence des sexes ?

  • 1 « Il est rare que cette maladie se déclare subitement ; elle est ordinairement annoncée par un fréq (...)

6Mais il faut également noter que l’incontinence, désagrément ordinaire du prostatique mais aussi du diabétique1, est tout autant liée aux troubles menstruels, comme chez cette femme qui se trouve confrontée à ce problème, « à chaque fin de mois, quand les règles doivent arriver. Deux ou trois jours avant, je sens que je ne peux pas retenir. Il faut que j’y aille tout de suite ». Enfin, la polyurie n’épargne pas non plus la femme enceinte. Certains en font même un « symptôme (...) des plus importants (même s’) il est vrai qu’il peut être déterminé par d’autres causes ; mais dès qu’une femme est enceinte, c’est un des premiers signes » (Jozan 1860 : 2191-192). Polyurie que Faculté et savoir commun expliquent d’une même voix. « Ça t’appuie sur la vessie. Vers trois-quatre mois, l’utérus a grossi forcément alors il appuie sur la vessie qui rétrécit. Elle contient moins, si tu veux. C’est pour ça qu’il faut aller plus souvent aux W.C. parce qu’elle contient moins. » Relevons seulement que c’est à la même relation anatomique que l’on fait appel pour expliquer la polyurie du prostatique. « Le docteur m’a dit que ça venait de la prostate qui appuie sur la vessie alors c’est pour ça que tu as toujours envie d’aller aux cabinets, parce que la vessie devient plus petite. »

7De même, goutte et « orteil tuméfié » sont intimement liés dans un contexte de virilité, nous l’avons dit. Un symptôme assez proche se retrouve dans cette autre maladie du retour d’âge viril qu’est la gravelle, « une douleur fixe et profonde dans la plante du pied » (Leroy d’Etiolles 1869a : 91). Et pourtant ce symptôme a été observé dans une autre circonstance radicalement différente, « les articulations métatarso-phalangiennes des gros orteils et quelques autres jointures (pouvant être) vivement affectées pendant le cours d’une grossesse » (Garrod 1867 : 281). Que la manifestation essentielle d’une maladie qui affecte surtout l’homme et peut-être la femme ménopausée se retrouve chez une femme au moment où sa féminité semble le plus épanouie nous amène à réinterroger ces corps en pleine mouvance.

La fin du dimorphisme

Ça, il ne faut pas se laisser aller ; il faut continuer comme avant. Il faut aller chez le coiffeur, se maquiller, bon pas trop mais un peu quand même. Et puis faire attention à toi. Moi, par exemple, j’ai toujours aimé les bijoux, des petites fantaisies en couleur. Et tu vois, j’en porte encore. Des choses gaies. J’essaie de pas trop me laisser aller. Ma voisine, elle, du jour où elle a eu le retour d’âge, ça a été fini ; elle s’est laissée aller. « Bof ! A quoi ça sert ? De toute façon, c’est comme ça. On ne fera pas marche arrière maintenant », elle me disait. Elle ne comprend pas que moi je continue à être coquette. C’est vrai, il faut essayer de rester un peu jeune quand même, sans vouloir... De toute façon, c’est une politesse pour les autres, c’est plus agréable que de voir une vieille groule.

8Femmes et médecins sont d’accord : c’est un vrai travail qu’il faut s’imposer, à la cinquantaine, pour ne pas se déprécier. Ce nécessaire maintien d’une « coquetterie » minimale répond en fait à un phénomène beaucoup plus profond : la disparition de la féminité ne se limite pas à l’apparition de quelques rides ou à la prise de quelques kilogrammes. En fait, « la ménopause naturelle s’accompagne, jusqu’à un certain degré, d’une régression des caractères sexuels secondaires » (Vignes 1929 : 359). Ainsi « les mamelles deviennent flasques et pendantes » (Bruant 1888 : 13). Mais « en même temps que les éléments féminins s’atrophient (...), certains éléments masculins — qui existaient déjà, avec des dimensions microscopiques — commencent à se développer ; les cellules viriles arrivent parfois à prendre une telle importance que le visage acquiert un aspect plus ou moins masculin ; le nez s’allonge, le duvet des joues, de la lèvre supérieure et du menton devient de la barbe. La voix elle-même devient plus sourde, plus grave » (Pauchet 1932 : 29). Cette pilosité du retour d’âge se veut aujourd’hui plus discrète.

Autrefois, c’était fréquent, les vieilles dames avaient de la barbe. Pas comme un homme bien sûr mais quelques poils sur le menton, sur la lèvre et puis durs. Maintenant, tu ne le vois plus. Ce n’est pas que ça n’existe plus mais on fait attention, on s’épile, on les décolore. Ma voisine en a drôlement et son petit-fils, quand il lui fait la bise, lui dit toujours : « Tu piques, mamie ! il faut que tu te rases. » C’est vrai, on n’y peut rien, c’est comme ça, c’est les hormones, l’âge et tout mais on peut quand même les cacher.

9Cette virilisation n’épargne pas non plus la psychologie puisque « les spécialistes (ont observé) que pendant la ménopause, les femmes développent fréquemment un peu de virilité caractérielle » (Galier 1973 : 48). On a déjà parlé du caractère acariâtre des belles-mères. D’autres « spécialistes » ont cru pouvoir affirmer qu’au contraire, certaines faisaient alors preuve de remarquables capacités pour l’étude et de réels talents littéraires. Si, sous l’effet du retour d’âge, elles ont acquis les facultés intellectuelles de l’homme, elles en ont aussi adopté les défauts presque emblématiques.

Gallard avait dit : « il est remarquable qu’à la ménopause, il se développe trop souvent, chez un certain nombre de femmes, (...) un penchant en quelque sorte irrésistible pour les liqueurs fortes. » Méfiez-vous de cette fâcheuse tendance, et sans vous compromettre par des investigations indiscrètes, sachez ne pas être trop surpris lorsque vous apprendrez que telle personne, dont les troubles gastriques ou nerveux vous avaient paru difficiles à expliquer, boit en cachette, se commet avec ses domestiques pour qu’elles lui fournissent de mauvaises liqueurs frelatées, et va même jusqu’à vendre ses dentelles et ses bijoux pour se procurer les moyens d’assouvir sa triste passion. (Vinay s.d. : 75.)

10C’est une révolution profonde qui s’opère là : la femme renonce à sa féminité pour des attributs masculins.

11Dans le même temps, l’homme connaît aussi de profondes transformations. On ne peut que s’interroger sur le sens de leur soudaine homosexualité, dont on a vu quelle place elle occupe dans l’univers du quinquagénaire. Il faut la replacer dans le contexte de la fin du xixe siècle, lorsque parurent les premiers écrits sur l’andropause. L’homosexuel est celui qui se prend pour une femme.

La pédérastie se produit en vertu d’une prédisposition originelle chez des sujets qui ont dès le principe des tendances efféminées (viri mollès), qui aiment la toilette, qui portent des bijoux, qui se chargent les doigts de bagues et dont le langage a souvent une tournure singulière. Un pédéraste appelé à déposer en cour d’assises à la suite d’une rixe, s’écriait en parlant d’un agresseur qui l’avait attaqué par-derrière : « Ah ! Le misérable ! Il m’a frappé dans le bassin ! » (Bail 1887 : 412.)

12Le bassin est étroitement lié au corps féminin. L’homosexuel est donc celui qui présente dans son anatomie des « morceaux » appartenant en propre à la femme, une sorte d’hybride. Cette vision est toujours très présente, nous l’avons vu, à propos de l’adolescence. Qu’il soit qualifié de « tante », de « folle » ou qu’il se plaigne du bassin, il se pense et est pensé comme une femme. Il n’y a là rien que de légitime puisqu’ils ne sont pas tout à fait hommes selon « une théorie fort ingénieuse (qui) suppose que de temps en temps, par une méprise du Créateur, une âme de femme se trouve incluse dans le corps d’un homme. On comprend sans peine la gêne que doit éprouver une âme féminine emprisonnée dans un corps masculin » (ibid. : 414). En fait, s’il tend à ressembler à son épouse, ce n’est pas à la jeune épouse qu’il connut dans sa jeunesse mais à celle qu’il a aujourd’hui à ses côtés. Comme elle, sa pilosité semble reprendre quelque vigueur comme le précisent les auteurs. « L’accentuation de (celle-ci est) aussi habituelle ou plus fréquente encore chez l’homme que chez la femme. A partir de la quarantaine, la barbe et les moustaches deviennent plus dures, les poils sont plus drus sur la poitrine, les avant-bras, les jambes et apparaissent en de nouveaux endroits (oreilles et narines). » (Galier 1973 : 49.) Comme elle, il est sujet à l’embonpoint. « L’homme grossit généralement à l’âge critique, encore que la véritable obésité soit exceptionnelle. C’est surtout au niveau de l’abdomen que l’infiltration graisseuse est sensible. Elle débute souvent précocement, vers quarante ans pour aboutir au “gros ventre de la cinquantaine” si fréquent chez l’homme sédentaire des villes. » (ibid. : 49.) « “Je me fatigue plus vite. (...) Je me sens moins accrocheur, moins fonceur et je résiste moins bien au stress. J’éprouve quelques difficultés à me concentrer. Bref, je ne suis plus comme avant et je n’ai plus autant d’allant”... Ainsi s’expriment la plupart des hommes qui viennent en consultation. » (Pierrat 1993 : 22.) En effet, c’est surtout au point de vue psychologique que la ressemblance voire l’inversion devient stupéfiante.

A partir d’un certain âge, les hommes se (plaignent) de troubles nerveux, d’angoisses périodiques, ainsi que de crises subites de vieillesse, d’irritabilité, d’hyperémotivité et de sensiblerie. « J’ai l’impression d’être devenu sentimental comme une femme : la moindre émotion fait déborder mes larmes ». (...) Un autre avoua qu’il ne pouvait plus ouvrir un journal : le moindre assassinat, le moindre accident le mettait dans un état d’angoisse ; un troisième n’osait plus fréquenter ses amis, de peur de s’exposer au ridicule en raison de cette espèce de sensiblerie incongrue. La similitude entre ces cas et beaucoup d’autres démontre qu’il ne s’agit pas de phénomènes exceptionnels mais de symptômes fréquents à un certain âge. (Galier 1973 : 47-48.)

13Ces symptômes, que nous avons identifiés comme l’indice d’une sexualité défaillante, sont donc aussi présents chez les femmes, qui elles, semblent se viriliser. On ne peut se contenter des propos médicaux. Il faut aller au-delà de la simple évidence d’une ressemblance physique à une époque où l’identité sexuelle ne peut que s’estomper du fait de la disparition des « fonctions génitales ». La pilosité et les troubles urinaires et à l’inverse le « ramollissement du caractère » et l’« orteil turgescent » ne sont que des indices des mutations profondes que subissent alors les corps, expliquant tout à la fois l’errance des humeurs sanguine et sexuelle mais aussi les opérations de l’utérus et de la prostate. Ces symptômes où se mêlent virilité et féminité ne sont que l’expression d’une profonde mutation du corps. « Il se produit (...) chez l’homme un phénomène qui fait exactement pendant à celui qui amène un certain degré de masculinité chez la femme ou tout au moins de déféminisation. » (Heller 1949 : 181-182.) Certes, la prostatectomie peut entraîner l’impuissance, l’hystérectomie une prise de poids mais elles ne font qu’accentuer un phénomène antérieur. Ces grandes transformations physiologiques avaient débuté bien avant, l’indifférenciation sexuelle se développant sans le moindre coup de bistouri, du seul fait de l’âge, induite par un phénomène dont les femmes n’ignorent rien. « La moustache qui pousse, la barbe, il ne faut pas croire que c’est l’abus d’hormones qui accentue les pilosités. C’est le contraire, c’est le manque. »

« Nous sommes bien peu de chose »

14Aujourd’hui, les hormones tendent à remplacer le sang dans le discours sur « les problèmes de femmes ». L’irrégularité menstruelle sur laquelle les grand-mères portaient immédiatement le diagnostic de ménopause ne prend véritablement sens pour les mères qu’en regard d’un bilan hormonal. « J’avais pas mal de retard, pas beaucoup mais enfin, on voyait que ça commençait. Enfin, j’avais pas mal de problèmes, des bouffées de chaleur, énervée, des hémorragies. Du coup, je suis allée chez le docteur pour faire un bilan hormonal. Et avec ce bilan, on a compris que c’était le début de la ménopause parce que je n’avais plus assez d’hormones ; le taux était trop faible. » Mais, au-delà de la différence de vocabulaire employé, c’est bien le même phénomène que l’on décrit, les problèmes endocriniens étant le reflet parfait des problèmes sanguins. Les irrégularités menstruelles, où les hémorragies succèdent à une disparition momentanée, trouvent leur symétrique dans la grande tempête hormonale qui voit alors le jour, où se succèdent « une première phase hyper-hormonale caractérisée par un excès de folliculine dans l’organisme (puis une baisse de) la production folliculaire (qui) disparaît complètement, (enfin un) troisième acte (avec) ses sécrétions de gonado-stimuline, de thyréostimuline, etc. (d’)une activité inusitée » (Heller 1949 : 171-172). Si certaines rendent le « sang » responsable de ces troubles de l’humeur, elles pourraient tout aussi bien accuser les hormones : ces troubles « sont, certes, dus à la prise de conscience d’un changement dans leur corps et dans leur vie, mais ils sont aussi hormono-dépendants. La carence en œstrogène, à elle seule, suffit à expliquer ces signes » (Carrère d’Encausse s.d. : 60). Il n’est pas jusqu’aux troubles urinaires qui ne relèvent de cette double étiologie puisque « le matin, au lever, il faut faire vite. Mais ça, ça vient d’avoir eu un manque d’hormones pendant longtemps. Je suis certainement restée deux ou trois ans sans hormones. Alors ça, c’est un symptôme ». « Hormones » et « sang » sont donc interchangeables dans le discours. En effet, lorsqu’on arrive aux limites d’une explication en suivant la piste du sang, le propos rebondit toujours, se complète et se prolonge par les « hormones ». On peut utiliser l’un ou l’autre indifféremment ; la logique générale suit son cours. En fait, le discours sur le sang ne prend pleinement sens aujourd’hui que complété du discours sur les hormones car elles donnent un nom et un cachet scientifiques à ce qui sans cela reste informulable, cette balance entre masculin et féminin. Elles sont à la base d’un discours médical vulgarisé sur la différence des sexes. Discours relativement bref mais on ne peut plus clair.

Des hormones sexuées et sexuelles

  • 2 « Établissant un parallèle avec la pénurie hormonale de la ménopause féminine, les nombreux cherche (...)

15Pour prendre la pleine mesure de cette déstabilisation qu’entraînent les retours d’âge, il faut sortir du jargon médical. Hormone de Berger, de Sertoli, follicule, progestérone, œstrogène, tous ces termes obscurs dissimulent une réalité perçue comme beaucoup plus simple. Il ne semble exister d’hormones que sexuelles qui se répartissent en deux groupes, mâles et femelles : l’homme a des hormones mâles, la femme des hormones femelles. La question du sexe est étroitement liée à leur présence. En somme, on n’a que le sexe de ses hormones comme l’expliquait celle-ci dont les menstrues persistaient à un âge avancé. « Tu comprends, ce sont les hormones. Il paraît que j’ai trop de folliculine, trop d’hormones femelles. » Et comme son interlocutrice ne semblait pas comprendre le sens de cette mystérieuse « folliculine », elle se fit un devoir de lui traduire : « Tu comprends, les hormones femelles, j’en ai trop. Si tu veux, ça veut dire que je suis trop femme, trop femelle. » Cependant, femmes et médecins sont d’accord, la partition n’est pas parfaite : chacun des sexes présente dans l’âge adulte un faible taux de l’hormone du sexe opposé. Et à la ménopause, « les hormones féminines se tarissent, l’équilibre se rompt en faveur de l’hormone masculine » (Niehans cité par Heller 1949 : 172). A l’inverse, chez l’homme, la rupture se fait en faveur de l’hormone féminine. Les cures, aujourd’hui préconisées à l’égard des maladies du retour d’âge viril, ne consistent-elles pas en l’administration de testostérone, l’hormone du mâle2 ? Or, cette rupture du « déséquilibre » hormonal normal en faveur du sexe opposé a des conséquences graves. L’influence des hormones se porte bien au-delà d’une pilosité envahissante et autres menues modifications physiques ou psychologiques. Leur incidence sur les organes est telle que toute la physiologie est atteinte et profondément modifiée. Cependant, en retour, une telle influence sur l’identité sexuelle est induite par la nature de ces mêmes organes.

Des organes ambivalents.

16Ainsi en est-il de la prostate dont les modifications sont totalement liées aux problèmes endocriniens. Sa croissance est étroitement associée aux deux pôles de la sexualité, où l’action des hormones est particulièrement exacerbée. Nous allons en suivre les étapes car, à travers elles, s’organise le sens de l’organe. Nous avons vu qu’elle se développait à partir de la puberté mais que ce développement s’arrêtait dès l’instant où la croissance était accomplie, « freinée et même stoppée quand la maturité de toutes les fonctions testiculaires est acquise. En effet, à ce moment, l’hormone testiculaire de virilité entre activement en jeu » (Heller 1949 : 181). Cette effervescence reprend dès l’instant où l’homme connaît quelque désordre dans sa virilité, tendant à « l’hypertrophie, (...) chose presque normale chez le vieillard » (Dechambre, Duval, Lereboullet s.d. : 1351). La vieillesse signifie donc, pour cette glande, la reprise d’une croissance interrompue par la puberté. Étrange comme le constate Heller : « qu’est donc cette malheureuse prostate pour qu’elle soit freinée par une virilité qui s’affirme » et libérée lorsque celle-ci s’atténue ? (Heller 1949 : 181.) La réponse est sensible dans la question. Gênée par la virilité, sans doute n’est-elle pas un organe purement viril. Un détour par l’embryologie permet d’en éclairer le sens par l’origine.

a) Les parties externes de la génération d’une fille de quatorze ans (d’après Kulm, L’Encyclopédie Diderot et D’Alembert, « Anatomie »).

b) Illustration du xixe siècle représentant l’ouverture du pharynx, où l’on reconnaît plus volontiers les organes génitaux extérieurs d’une femme (Max Millier, Leçons sur la science du langage).

c) Le vagin représenté comme un pénis (De la Fabrica de Vésale).

d) Le vagin et l’utérus, Vidus Vidius (De anatome corporis humani, 1611).

e) Torse de femme, d’où a été pris le vagin en forme de pénis de la fig. c.
17. Des organes ambivalents

17« C’est au cours du troisième mois (de la vie fœtale) que se résorbent, chez l’homme, les canaux de Muller dont ne persistera qu’un rudiment commun : l’utricule prostatique, équivalent de l’utérus. » (Huguet cité par Heller 1949 : 181.) Prostate et utérus ne sont donc qu’un seul et même organe dont la fonction est étroitement liée à la présence de l’hormone dominante et par conséquent à l’âge. Les commentaires qu’attire cette considération anatomique donnent alors son sens ultime aux phénomènes des retours d’âge.

La prostate : un petit utérus ! Il n’y a donc pas à s’étonner du geste méprisant de l’hormone nouvelle du jeune mâle. La prostate, empêchée de s’épanouir et de jouer le rôle glorieux de sa sœur de lait, l’utérus, se cantonnera pendant toute la maturité dans un rôle plus humble mais important cependant de fluidifier le sperme et de le projeter. Elle se vengera un peu plus tard au moment où l’hormone de virilité faiblira. (...) La prostate reprendrait alors son développement interrompu mais il ne s’agit plus de devenir utérus, il ne s’agit que d’une hypertrophie dysharmonique : la prostate grossit, se durcit, se déforme, se lobule. (Heller 1949 :181-182.)

  • 3 Laqueur 1992 : 30. C’est plus fréquemment l’estomac qui est ainsi qualifié (Charuty 1987.) Une de m (...)
  • 4 On peut citer ce conte occitan, où le curé, dans son prêche, jette l’anathème sur ces fruits. « Je (...)

18Il n’y a rien de surprenant, dès lors, à ce que le docteur E. Laqueur, à la fin du siècle dernier, intitule sa dissertation inaugurale : Nouvelles recherches sur l’influence de diverses hormones sur l’utérus masculin3. D’ailleurs, cette dualité, qui éclate au grand jour lors du retour d’âge, n’est-elle pas inscrite dans l’une des fonctions de la prostate ? Si tous les médecins reconnaissent qu’elle est indispensable à la fécondité de l’homme, certains n’ont pas hésité à accroître son action, lui accordant « un rôle important (...) en favorisant la formation du bouchon vaginal pour favoriser la fécondation » (Luys 1926 : 33). Cette capacité à produire des humeurs utiles tant à l’homme qu’à la femme exprime clairement l’ambivalence de l’organe, participant des deux sexes à la fois. Souvenons-nous, enfin, de la comparaison que font fréquemment les médecins entre la prostate et la châtaigne. N’est-elle pas on ne peut plus fondée, les deux renvoyant autant au féminin4 qu’au masculin ? On comprend alors l’avis de ce médecin. « Les problèmes de prostate, tous les hommes y sont sujets. La seule différence, c’est que certains ne s’en rendent pas compte. Tout dépend de la position de l’hypertrophie. Si elle se produit en arrière de la vessie, elle n’entraîne aucune gêne, notamment pour uriner. C’est pour ça qu’ils ne s’en rendent jamais comptent et qu’il n’y a pas besoin d’intervenir. Par contre, si elle se développe en avant, alors là, il faut opérer. Mais, de toute façon, il y a hypertrophie, inévitablement. » Inévitable, en effet, car elle est moins une pathologie que la conséquence des variations hormonales, inhérentes à l’âge et à la nature double de l’organe.

  • 5 « L’ovaire se sclérose et cesse de mûrir des ovules. Il s’atrophie ensuite progressivement jusqu’à (...)

19Tandis que la prostate reprend son « développement interrompu » grâce à la revalorisation de l’hormone féminine, l’appareil génital féminin connaît un phénomène inverse, par l’émergence de l’hormone masculine. Tous les auteurs ont insisté sur ces « modifications des organes génitaux de la femme à l’époque de la ménopause » (Collinet 1887). Et tous sont d’accord : ils ne sont plus que sclérose, atrophie5, comme desséchés. Au travers de cette régression, associée à l’origine commune des deux organes, l’utérus ou ses parties annexes deviennent en fait une sorte de prostate. Il semble bien qu’ils tendent à lui emprunter sa taille, celle d’une châtaigne. Or, ce phénomène s’inscrit dans un système plus large de représentations.

Le sexe, une question de chaleur

  • 6 « Si le clitoris ne sortait point des bornes que la Nature luy a prescrites, il n’aurait pas besoin (...)
  • 7 « Les ébauches glandulaires de la prostate se développent simultanément au début de la vie embryolo (...)

20Comme l’a récemment montré T. Laqueur dans La fabrique du sexe (1992), depuis la médecine hippocratique jusqu’à la fin du xixe siècle, la femme a toujours été pensée en référence au corps masculin, comme une sorte d’homme imparfait, « chez qui un défaut de chaleur vitale — de perfection — s’était soldé par la rétention, à l’intérieur, de structures qui chez le mâle sont visibles au-dehors » (Lacqueur 1992 : 10). On sait combien le clitoris fut longtemps perçu comme une sorte de pénis atrophié, résidu masculin dans le corps féminin, vision qui n’est pas étrangère à la pratique de l’excision que la médecine occidentale a recommandée6. A ce « membre viril », les contes ajoutent des testicules intérieurs dont ils mettent en scène la nécessaire castration lorsque la femme en ressent trop fortement l’influence. « Ainsi dans ce fabliau où un comte guérit sa belle-mère de sa manie de se mêler avec arrogance des affaires des hommes en prétendant que son inconduite lui venait des “couillons qu’elle avait aux reins” : “Vous avez des couilles comme nous et votre cœur en est orgueilleux. Je veux vous faire tâter là si elles y sont, je les ferai ôter.” Ses hommes l’étendirent bien par terre et il lui fit une longue entaille dans la fesse ; puis il “tira ça et là”, pour présenter à sa victime une des couilles de l’énorme taureau qu’il avait pris soin de cacher auparavant. Et celle-ci croit enfin que c’est vrai. » (Laqueur 1992 : 140. Voir Montaiglon et Raynaud 1973.) Conte et médecin parlent d’une même voix : le corps féminin présente donc des attributs virils cachés, verge et testicules, qui parfois ont raison de la féminité. La prostate donne plus de force encore à cette représentation, parachevant l’analogie entre les deux physiologies. En 1698, Dionis décrit « les prostates des femmes ». Situées au même endroit dans les deux sexes, elles ont aussi le même rôle puisque « (ses canaux excréteurs) versent une humeur glaireuse, qui se mêle avec la semence du mâle » (Dionis 1698 : 286). Trois siècles plus tard, on retrouve l’observation de Dionis sous la plume de Luys, dans une partie intitulée « la prostate de la femme ». Il estime que « si la femme n’a pas de prostate proprement dite, cependant cet organe essentiellement masculin a son homologue embryologique dans le sexe féminin7 », sous forme de « résidu ». Faut-il alors s’étonner que la mère de celle-ci ait été « opérée d’un cancer de la prostate » ? Et comme je ne manquais pas de m’étonner de cette intervention, elle confirma. « Si, si, un cancer de la prostate. C’est ce qu’ils m’ont dit. Moi aussi, ça m’a fait drôle mais le chirurgien m’a dit que c’était possible, que ça existait parfois. »

21Cette ressemblance peut parfois surgir au grand jour, notamment chez les filles qui deviennent tout à coup des garçons. De son voyage en Italie, où il espère guérir sa gravelle, Montaigne rapporte un exemple, celui de Marie devenu Germain le « jour (où), faisant un effort à un saut, ses outils virils se produisirent. (C’est pourquoi) il y a encore en cette ville une chanson ordinaire en la bouche des filles, où elles s’entr’avertissent de ne faire plus de grandes enjambées, de peur de devenir mâles, comme Marie Germain » (Montaigne 1983 : 78). Avec le retour d’âge, le risque est grand de voir ces cas extrêmes se généraliser. En effet, la ménopause, qu’elle soit féminine ou masculine, est le moment même où Marie peut se transformer en Germain et inversement.

  • 8 La corrélation entre ce trouble et les fluctuations hormonales, dont on a vu le sens concernant l’i (...)

22La différence sexuelle tient donc à peu de chose : différences de chaleur, « sexe de l’hormone dominante ». Nous avons vu combien la question des hormones nous amenait sur les limites extrêmes de l’identité sexuelle. Elle a, en ce domaine, recouvert un autre langage, celui, hippocratique, des variations de chaleur. Ainsi « dans les termes du docte Gaspard Baulin, “des femmes se sont changées en homme” lorsque “la chaleur, ayant été rendue plus vigoureuse, pousse les testicules dehors”. » (Laqueur 1992 : 144-146.) En effet, « la thèse était plutôt que l’espèce virile était plus chaude et plus sèche que l’espèce des femmes. » (ibid. : 131.) Or, le retour d’âge modifie radicalement cet ordre : les femmes s’assèchent dangereusement. Il y a d’abord la disparition des règles chez la femme, grande source d’« humidité ». Le xixe siècle voyait des ovaires qui se « desséchaient », des utérus qui se « ratatinaient ». Le discours actuel sur le corps de la femme renvoie, lui aussi, l’image du « dessèchement ». Avec la ménopause survient la « sécheresse vaginale8 ». Les os ne sont pas non plus épargnés. Ils « deviennent plus secs, plus terreux, plus légers et plus friables. (...) Le derme (...) devient plus sec » (Durand-Fardel 1854 : xxi-xxv). C’est exactement ce que décrivent les femmes qui redoutent l’ostéoporose. « Comme tu n’as plus d’hormones, les os sont moins résistants. Ça fait comme des galeries dedans, comme une éponge quand elle est sèche, pareil. C’est tout sec, ça s’effrite et ça casse facilement. Les os deviennent fragiles comme du verre parce qu’ils sont secs. » A l’inverse, l’homme « a des fuites », voit ses humeurs se répandre : il devient « humide. » Toutes les maladies dont il souffre le prouvent. A tel point qu’il ne peut les contenir ; le vieillard, c’est avant tout l’incontinent, la goutte au nez. Ce que l’on redoute, plus que l’indifférenciation sexuelle, c’est une modification radicale du sexe, où la femme devient homme et l’homme femme. N’est-ce pas ce qui arrive au prostatique ou au goutteux qui ne vivent rien d’autre qu’une grossesse, véritable incarnation du thème de l’homme enceint ? Nombreuses sont, en effet, les ressemblances significatives entre ses différentes variantes et la symptomatologie de ces maladies.

23Les troubles de la défécation sont fréquents lors de ces affections. Mais la diarrhée, qui soulage le goutteux et annonce les menstrues, nous entraîne aussi vers la parturition. Enceint, gonflé de féculents, c’est de ses propres excréments qu’accouche l’homme, dans la solitude et le secret d’une haie (Fabre 19866) mais parfois aussi au cours d’une véritable scène de travail comme pour le Cadi des Mille et une nuits, qui ne doit ses tourments qu’à « un délicieux plat de haricots dont il a usé sans ménagement » (Zapperi 1983 : 217). Or, il n’y a là rien de spécifique au motif de l’accouchement masculin. Cette « urgente décharge intestinale » semble bien initier la naissance et parfois même elle est la naissance elle-même. « Quand tu accouches, tu as tous les muscles du bas qui se relâchent. Tu vois ce que ça peut donner : tu fais sous toi sans t’en apercevoir. Alors moi, tout le temps de ma grossesse, je n’ai pensé qu’à ça : "Pourvu que ça ne m’arrive pas !" Tu vas rire, je m’entraînais à retenir, des journées entières sans aller aux selles. » Et comme pour les hommes enceints des contes, son accouchement se résume à une gigantesque défécation.

On était au salon. Tout à coup : « Zut ! Je perds les eaux. » On chronomètre les contractions : « oui, c’est ça ». Alors comme j’avais le temps, je vais prendre une douche. Tout d’un coup, mal au ventre mais mal, mal. J’ai juste eu le temps d’aller aux toilettes : « Je vais accoucher ! je vais accoucher sur la cuvette. Vite Pascal ! J’accouche ! » Je te jure, j’ai vraiment cru que ça y était. De toute façon, ça fait pareil. Mais pas du tout ! Je ne sais pas si c’est la peur de faire sur la table ou quoi ! une diarrhée ! Incroyable ! Ça a bien duré une demi-heure ! Je ne pouvais pas m’arrêter. Rien à faire. Et mon mari et ma sœur, derrière la porte qui attendaient, qui s’inquiétaient. « Mais qu’est-ce que tu fais ! Dépêche-toi ! Il faut partir sinon... » Et moi : « Ne t’inquiète pas ; ça ne risque pas. On a encore le temps. Ce n’est pas ça. » Mais qu’est-ce qu’on en a ri après !

24Alors qu’elle se proposait de me faire le récit de la naissance de ses deux enfants, elle arrêtera là, car de son propre aveu, elle ne se souvient guère de la suite ou n’y accorde aucun intérêt. Trop médicalisée. Son accouchement, le « vrai », celui qu’elle revendique puisqu’elle le raconte en détail, c’est celui qui a eu lieu dans les toilettes, avec sa famille qui attend derrière la porte, inquiète, comme d’autres le font dans la salle d’attente d’une clinique.

  • 9 Malade, il « appelle le médecin ; celui-ci demande que l’on conserve (ses) urines. Sa femme, par né (...)

25Autre analogie troublante : un œil avisé sait lire dans le flacon d’urine les marques de la grossesse féminine mais aussi masculine, comme ce fut le cas pour l’homme de Monreale9. Or si le jet du prostatique est perturbé, le goutteux devrait avoir recours à la science du mireur. « Au plus fort de la fièvre, l’urine est habituellement rare et très colorée ; quelquefois elle reste claire, mais le plus souvent en se refroidissant elle laisse déposer un sédiment rouge brun foncé. » (Garrod 1867 : 22.) Et sur le mode de la plaisanterie, c’est bien telle une grossesse que le prostatique raconte sa maladie. « Nous avons souvent entendu cette phrase bien caractéristique des malades : c’est un fœtus de quatre mois que je porte là. » (Luys 1926 : 168.) Et en effet les dimensions que semble pouvoir prendre la prostate — « de la taille d’une tête humaine » — relèvent plus du fœtus que de la glande hypertrophiée. Il n’y donc rien d’étonnant à ce qu’elle parvienne à distendre les parois de l’abdomen, comme ne manquent pas de le rappeler les illustrations, donnant au prostatique les stigmates d’une autre maladie de vieux : l’hydropisie. Or la scène de l’homme enceint de Monreale ne présente rien d’autre que la guérison de l’hydropique par le Christ. La moderne opération de la prostate, qu’il s’agisse d’ablation ou d’un simple rabotage, ne fait que poursuivre cette analogie. C’est avec angoisse que M. Leiris envisagea cette intervention « qui s’avéra, tout compte fait, mieux assortie au clysopompe des vieilles pantalonnades qu’au glaive ou au poignard, (une) farce plus répugnante qu’atroce, (...) une farce attrape qui vous fait choir dans le trou de l’absurde » (Leiris 1981 : 29). C’est bien ce que ressentent mes interlocuteurs face à la requalification de leur corps sous l’effet des gestes chirurgicaux, que seuls la grivoiserie et le recours à autrui — « c’est arrivé à un copain » — permettent de formuler. Le toucher rectal est vécu comme la première étape de cette redéfinition de la physiologie masculine.

Tu le connais, Marcel. Il n’est pas finaud, le pauvre. Ça faisait déjà un moment qu’il nous disait qu’il avait des problèmes, que ça n’allait pas trop bien, son affaire, qu’il fallait qu’il aille chez le docteur. L’autre jour, on lui demande : « Alors, tu y es allé chez le docteur ? Qu’est-ce qu’il t’a dit ? - Ah ! Ne m’en parlez pas, de votre docteur ! - Et qu’est-ce qu’il t’a dit ? » Et l’autre qui ne voulait pas répondre, et nous, on essayait de ne pas rire mais on s’en doutait. « Et alors, qu’est-ce qui s’est passé ? - Ce con, il m’a foutu le doigt au cul ! » Et Charles, toujours le mot pour rire qui lui demande : « Et ça t’a fait de l’effet ? » Et l’autre tout rouge, il ne savait plus quoi dire. « Ce n’est pas marrant, votre histoire ! Imbéciles ! Ce n’est pas marrant ! » On n’en pouvait plus, nous ! on riait comme des bossus !

26Cette anecdote ramène certes vers saint Sébastien et saint Fiacre, à la fois guérisseurs des maladies de vieux et très liés à l’homosexualité. Et le traitement de la prostate permet de comprendre une telle association. Mon interlocuteur ne sous-entend pas que son ami aime les hommes. Ce qui l’amuse, c’est qu’il ait été traité tel une femme : le prostatique n’est plus celui qui pénètre mais celui qui est pénétré, victime d’un rapport « contre-nature ». Ce que concrétisent les techniques opératoires. Ainsi, lorsqu’il s’agit d’un rabotage, on n’ouvre pas l’abdomen.

J’ai juste eu une anesthésie locale alors j’ai tout vu parce qu’il y avait une caméra et ça passait sur un écran. Je n’aurais jamais cru qu’on puisse me faire un machin pareil. Sur le coup, je me suis dit : « ils vont me l’éclater ! » C’est une espèce de longue pince avec un long manche qu’ils t’enfoncent dans la verge. Quand j’ai vu ça, j’ai dit : « Ce n’est pas gros, mon truc ; il ne va jamais passer votre machin. » Ça les a fait rigoler. Il paraît qu’on dit tous ça ! Heureusement que c’est sous anesthésie parce que, quand même, ce n’est pas trop normal, leur méthode. Je priais pour qu’elle y fasse, leur anesthésie, parce que sinon, j’allais jouir, pour de bon. Ça n’y va pas tout seul. Il faut qu’ils forcent. Tu te demandes comment tout ça résiste. Et puis après, sans doute, ils rabotent comme on fait avec une planche. Je ne sais pas ce qu’ils ont fait parce que je ne regardais plus. J’avais trop peur.

27Les gestes dont il accompagna son récit sont aussi ceux qui, dans d’autres contextes, qualifient l’acte sexuel. Cette ambiguïté n’a échappé à aucune des personnes présentes, ni à l’épouse qui s’évertua — en vain — à le faire taire, ni à ses congénères qui, entre autres remarques bien senties, se réjouirent de savoir qu’« il était dépucelé ». La verge devient donc sexe féminin. Mais cette inversion se poursuit à l’intérieur même du corps. La stérilité serait la conséquence obligatoire non seulement d’une ablation mais aussi du rabotage. L’explication s’inscrit et renforce cette vision de l’inversion du corps masculin.

La prostate, c’est comme un carrefour. Ça sert à envoyer ce qu’il faut là où il faut, si tu vois ce que je veux dire. Alors quand tu ne l’as plus, forcément, ça ne marche plus. Il n’y a plus le tri. Le sperme tombe directement dans la vessie. Maintenant, le rabotage, tu conserves la prostate mais c’est pareil. Je ne sais pas trop à quoi c’est dû. Sans doute que quand il t’enfonce la pince, il y a un truc qui doit... Je ne sais pas. Ce qui est sûr, c’est qu’après, tu ne peux plus éjaculer. Non, ce n’est pas tout à fait ça. Tu éjacules mais ça ne sort pas. Aussitôt, ça te revient dans la vessie ; c’est toi qui ramasses tout. C’est pour ça que tu ne peux plus avoir d’enfants, vu que tu gardes tout.

28Le corps de l’homme fonctionne alors sur le modèle féminin : pénétré, il devient réceptacle du sperme tandis que, dans le même temps, rappelons-le, le corps de la femme parcourt le chemin inverse : la sécheresse vaginale le rendrait impénétrable. Que ce soit la vessie qui recueille le sperme n’ôte rien à cette autofécondation mais la renforce. Ne fut-elle pas parfois utilisée comme un utérus, comme en témoigne A. Paré ? « Une vilaine cagnardière » demanda à être mise à l’aumône, « disant que par un mauvais enfantement la matrice luy estoit tombée, qui estoit cause qu’elle ne pouvait gagner sa vie. » Un examen permit de révéler la supercherie. « Les chirurgiens commis à cette charge (...) trouvèrent que c’estoit une vessie de bœuf, qui estoit demie pleine de vent, et barbouillée de sang, ayant attaché le col d’icelle vessie profondément au conduit de la matrice bien proprement. » (Paré 1633 : 779.) Que ce soit une vieille femme — on sait combien elle s’apparente aux hommes — qui confonde vessie masculine et utérus « décroché » donc inutile n’est que très normal : la supercherie exhibe le sens de l’organe. Mais, pour le voir à l’œuvre, il faut momentanément délaisser la prostate pour s’intéresser un peu plus à cette maladie que je n’ai fait qu’évoquer jusqu’alors, qui partage avec les autres pathologies du retour d’âge nombre de points communs, même étiologie, même symptomatologie, etc : la gravelle. Et plus encore, ce sont son traitement et son histoire qui vont permettre de prendre la pleine mesure du trouble prostatique et de la perception du corps masculin qu’elle organise.

29Comme la goutte, le diabète, elle est une maladie du « sang sale ». Or, si les tophus semblent se former d’eux-mêmes, il n’en va pas de même dans la maladie de la pierre. « La matière graveleuse, comme en dissolution dans ces organes, s’agglutine dès qu’un objet quelconque se présente. » (Civiale 1838 : 78.) Certains « noyaux » renvoient très clairement à l’inversion du corps. N’est-ce pas à des pratiques « contre-nature » que le graveleux doit sa maladie, comme ce « pauvre cultivateur, atteint d’un rétrécissement de l’urètre (qui) imagina de se soulager (...) en se servant d’une tige de fleur comme d’une bougie, qu’il poussait tout le long de l’urètre jusque dans la vessie », ou encore « ce jeune étourdi (qui) s’introduisit dans l’urètre un morceau de cire » ? (Brodie 1845 : 301.) Pénétré, le corps viril devient alors fécond, mais d’une fécondité toute féminine. En effet, disséquant ces pierres, on y a trouvé des fragments d’os, des dents ou des cheveux (ibid. : 332). Leur forme même éveille quelque soupçon sur leur origine. Les médecins n’en ont-ils pas trouvé qui ressemblaient fort à des enfants ? (Civiale 1838 : 171.) Des enfants, elles en ont aussi la taille puisque leur « poids s’élève à plusieurs livres », « six livres trois onces » (ibid. : 121-138), « égalant en volume la tête d’un fœtus » (Leroy d’Etiolles 1869 : 108), « grosse comme la tête d’un enfant » (Civiale 1830 : 138). Même origine, même apparence, on songe inévitablement à la môle. Le calcul serait-il une sorte de « fibrome vésical masculin » ? Assurément et la thérapie l’atteste. Avant d’avoir recours au bistouri, diverses cures sont tentées ; Rhazès conseille l’armoise, Trotula l’absinthe (Dugé de Bernonville 1932 : 28-30). Or, ces produits sont d’abord ceux qui favorisent l’avortement. Mais la thérapie s’inspire sans doute là d’une observation, que répètent inlassablement tous les auteurs : les femmes jouiraient à l’égard de cette affection d’un privilège certain du fait des dispositions naturelles de leur corps. « On a lieu d’être surpris, en voyant quelle dilatation peut subir l’urètre de la femme pour livrer passage à d’aussi volumineux corps étrangers qu’un petit œuf de poule. Leur sortie s’opère lentement, et comme par une sorte d’accouchement. » (Leroy d’Étiolles 1869 : 41.) Qu’en est-il alors des hommes dont l’anatomie — un urètre long et étroit — ne favorise guère semblable délivrance ? Le calcul, s’engageant en vain dans les voies urinaires, provoque alors des « coliques néphrétiques », véritable « torture », « agonie qui ferait croire à une mort prochaine » (ibid. : 75). Elles font surtout songer à tout autre chose lorsqu’on les découvre sous la plume du médecin.

La maladie peut (...) débuter tout à coup par une douleur rénale intolérable, sans avoir autrement fait pressentir son apparition. (...) Dans les cas où (elle) arrive à son paroxysme, elle ne persiste pas au même degré ; elle laisse au malade quelques courts instants de rémission pendant lesquels il s’assoupit. (...) Une nouvelle crise ne tarde pas à tirer le pauvre patient de son état d’engourdissement pour lui faire endurer de nouvelles et horribles angoisses. Ses gémissements, ses cris, son agitation, ses poses bizarres, ses contorsions et pendant le repos sa position fléchie donnent une idée de la violence de ses souffrances. (...) Le malade est encore tourmenté par des nausées, du hoquet, des vomissements alimentaires (...) La peau se couvre d’une sueur froide, visqueuse. (...) Des envies fréquentes d’uriner excitent constamment le patient à rendre une urine claire et limpide. (ibid. : 76-79.)

30Voilà donc les hommes en travail mais en vain car ce n’est que du bistouri qu’ils peuvent attendre leur soulagement. Or l’opération de la taille, ses préparatifs, ses techniques, nous entraînent un peu plus dans l’univers de la naissance. Le patient est d’abord assujetti au moyen de bandes. Mais, les médecins le précisent, cette immobilisation totale n’a pas pour but « d’empêcher le malade de se débattre, comme le pensent communément les personnes étrangères à notre art mais seulement (de) mieux remplir ce qu’on se propose, c’est-à-dire le fixer dans une position convenable, avec le périnée largement découvert » (Brodie 1845 : 368). Position qui convient tout autant aux femmes en travail. C’est qu’en effet la plus ancienne des méthodes consiste à inciser le périnée pour « ensuite saisir la pierre avec une tenette appelée “forceps” » (Dugé de Bernonville 1932 : 43). Le lieu même de l’intervention évoque immanquablement la naissance. N’est-ce pas exactement par ce geste que, dans les pays anglo-saxons notamment, on initie aujourd’hui la fécondité chez les primipares ? (Coquatrix 1987.) Enfin, le nom par lequel on désignait hier l’instrument servant à l’extraction de la pierre désigne aujourd’hui celui qui sert lors de naissances laborieuses. Position, lieu de l’intervention et matériel affirment l’analogie entre l’extraction du calcul vésical et l’accouchement, analogie qui prend plus de force encore avec l’histoire d’une innovation : la taille hypogastrique également appelée « haut appareil ». C’est à Pierre Franco, au xvie siècle, que l’on doit cette nouvelle méthode. Étant dans l’impossibilité d’opérer un enfant par le périnée, il se décida à « copper ledit enfant par-dessus l’os pubis » (Franco cité par Dugé de Bernonville 1932 : 47). Mais, bien que le patient vécût, le lithotomiste ne répéta pas l’expérience, la jugeant beaucoup trop dangereuse. Vingt ans plus tard, la méthode trouvera un ardent défenseur en la personne d’un autre homme de l’art, Rousset. Mais sa certitude ne naît certes pas de sa pratique — « il ne pratiqua le haut appareil que sur des cadavres » (Dugé de Bernonville 1932 : 47). C’est en fait la nature de l’opération et la perception qu’on en a qui fondent son opinion. En effet, Rousset « fut surtout accoucheur, laissa un ouvrage Exsectio fœtus vivi e matre viva (1582), dans lequel il compare la vessie lourde de sa pierre à la matrice grave de l’enfant, et ayant effectué des opérations césariennes qui réussirent, il affirma que la vessie se cicatrise aussi bien que la matrice » (ibid. : 47).

31Ainsi, les antiques goutte et gravelle font de l’homme vieillissant un homme enceint et qui accouche, lui permettant, au travers de cette intervention, d’accéder à l’âge de vieux avéré. Or, aujourd’hui, la gravelle n’inquiète plus personne. Mais le passage d’un âge à un autre n’en persiste pas moins. Et c’est à la prostatectomie que revient aujourd’hui ce rôle de « passeuse au gué du destin » biologique viril. Tournons-nous vers son histoire pour voir comment elle s’impose soudain dans le concert médical car ce surgissement fait sens.

  • 10 Civiale et Leroy d’Étiolles se disputeront la paternité de cette méthode. La polémique sera violent (...)
  • 11 Mercier 1841. La quasi-totalité de l’ouvrage est consacrée à la glande.

32La prostate est connue de longue date des médecins. Dès le xvie siècle, A. paré lui octroie une place dans son Troisième livre traittant de l’anatomie de tout le corps humain. Les lithotomistes étaient plus familiers encore de l’organe puisque pratiquer la taille supposait une incision de celle-ci. Or, étrangement, elle ne retient guère l’attention, quelques lignes à peine, un paragraphe au mieux dans les divers Traités des maladies des voies urinaires. Mais, de Traités sur les maladies de la glande prostate, point avant le début du siècle dernier. C’est en 1827 que paraît l’ouvrage de Civiale, De la lithotritie ou broiement de la pierre dans la vessie (Civiale 1827), qui va totalement modifier les choix et les préoccupations de l’urologie. Il préconise10 d’introduire une pince par voie naturelle afin de broyer le calcul dans la vessie même. Ainsi réduit, il pourra être expulsé lors des mictions. Il n’est plus besoin d’ouvrir périnée ou hypogastre, ni d’inciser la prostate. Et pourtant, c’est à ce moment précis qu’on la voit surgir avec force et, qui plus est, sous la plume même de ceux qui préconisent la lithotritie. En quelques années, la situation s’inverse radicalement. II n’est plus alors de Recherches anatomiques, pathologiques et thérapeutiques sur les maladies des organes urinaires et génitaux, considérés spécialement chez les hommes âgés11, qui ne fassent une large place à la glande, son histologie, ses troubles, etc. On assiste alors à la mise en place d’un savoir qui, pour l’essentiel, est parvenu, inchangé, jusqu’à nous. Après avoir été longtemps synonyme de gravelle, la vieillesse virile, tout à coup, semble s’incarner totalement en l’hypertrophie prostatique.

33Mais la question surgit d’elle-même : pourquoi cet intérêt soudain ? Une meilleure connaissance de la prostate était-elle plus nécessaire aux lithotritistes qui, rappelons-le, intervenaient sans l’atteindre, qu’aux lithotomistes qui, eux, la rencontraient sans cesse ? L’explication est ailleurs. L’invention de Civiale et de Leroy d’Etiolles met un terme aux interventions chirurgicales très marquées sur l’homme. Le geste disparaissant, c’est toute une pensée du corps qui, désormais, s’exprime à l’aide de cet autre support qu’est la prostate, lieu de la moderne grossesse masculine.

34Dans le secret de leur corps devenu hermaphrodite, au sein d’organes ambivalents, hommes et femmes se mettent donc à enfanter, seuls, des produits anormaux. Mais ce discours sur la différence sexuelle en fonction de l’âge ne s’exprime-t-il pas ouvertement, en d’autres temps, dans un autre contexte. Pour le 1er avril, on piège souvent les jeunes enfants en leur demandant d’aller « chercher l’œuf du coq ». Qu’ils ne trouvent pas, bien sûr, ou qu’ils se refusent, pour les plus perspicaces, à aller chercher : « ça n’existe pas, un œuf de coq ». Et on ne manquera pas de leur prouver combien ils ont tort, en leur montrant un œuf beaucoup plus petit que les autres. Or ce produit supposé du gallinacé mâle a, en d’autres circonstances, un sens tout autre. Lorsqu’elle en découvre un dans un nid, la femme le sait : « c’est une vieille poule qui a fini de pondre ou c’est une jeune qui commence. » Il ne sera jamais consommé. « Il ne vaut rien. Ce n’est pas un poison mais il n’est pas bon à manger. Souvent il n’y a que le blanc. » Fruits des erreurs du corps, il n’est pas complet, pas plus que ne le sont fibromes ou pierres, humanités potentielles mais incomplètes, comme avortées. Son utilité est tout autre : il initie la juste fécondité. On le place dans un nouveau nid, comme un leurre, pour inciter les poules à y déposer leurs œufs. Et surtout, on le garde précieusement, à l’usage des petits. Une grand-mère, en ayant découvert un, l’avait fait cuire dans sa coquille et le conservait dans le but unique de faire courir ses petits-enfants. N’est-ce pas une façon de leur dire tout le périple sexuel qu’il leur faudra parcourir ?

a) Les instruments de « travaille »

a) Les instruments de « travaille »

Dossier pour l’opération de la taille.

Chaise pour placer le malade.

Cannule flexible

Bistouri pour la taille de Foubert.
L’Encyclopédie Diderot et D’Alembert, « Chirurgie ».
18. « Concernant la taille »
(Voir également b et c → )

b) Position pour la taille : le périnée en évidence

b) Position pour la taille : le périnée en évidence

Malade en position lié sur une table

Situation pour les enfants

Quand le corps viril est pénétré
Le périnée où la direction de l'incision extérieure est marquée
L'Encyclopédie Diderot et D'Alembert, « Chirurgie ».

Notes

1 « Il est rare que cette maladie se déclare subitement ; elle est ordinairement annoncée par un fréquent besoin d’uriner. Quelquefois on éprouve un sentiment de chaleur ou de froid, qui se propage du ventre dans la vessie. La quantité des urines augmente chaque jour, surpasse bientôt celle des boissons. (...) Le corps, pour ainsi dire desséché par cette perte continuelle et abondante des fluides, maigrit. » (Desault l799 : 5.)

2 « Établissant un parallèle avec la pénurie hormonale de la ménopause féminine, les nombreux chercheurs qui ont décrit ces troubles de l’andropause ont suggéré que l’administration de testostérone réduirait les symptômes et améliorerait l’état général. » (Galier 1973 : 53.) On n’a pas manqué de tester la validité de ce traitement à propos des hémorroïdes. « On peut concevoir le traitement de la maladie hémorroïdaire, en particulier dans les formes hémorragiques, par les sels de testostérone. » (Merle des Isles 1943 :14.)

3 Laqueur 1992 : 30. C’est plus fréquemment l’estomac qui est ainsi qualifié (Charuty 1987.) Une de mes interlocutrices me raconta, pour s’en indigner, avoir entendu, au cours d’une émission télévisée, que la grossesse masculine était aujourd’hui techniquement possible. « Ils disaient qu’il suffisait de poser une poche dans l’estomac de l’homme, comme un utérus quoi. Et puis, après, une césarienne et on enlevait tout. »

4 On peut citer ce conte occitan, où le curé, dans son prêche, jette l’anathème sur ces fruits. « Je vais vous montrer le gîte du lièvre, faites bien attention à ceci. En sortant de la messe, vos filles achètent des châtaignes, elles en remplissent les poches de leur cotillon, puis elles vont faire je vais et je viens sur la promenade. Les garçons vont les courtiser, pardi ! Et ces coquines épluchent leurs châtaignes en disant à ces freluquets : « Dis, Janou, dis, Papou, en veux-tu ? Elles sont toutes chaudes. Mets la main à la poche. »
Et le Janou et le Papou, qui en veulent, que font-ils ? Ils leur mettent la main à la poche, de la poche à la pochette, et de la pochette, mes frères, au trou de la perdition. » (Perbosc 1987 : 128.) On voit très bien quels fruits les filles exhibent, qui attisent la convoitise des garçons.

5 « L’ovaire se sclérose et cesse de mûrir des ovules. Il s’atrophie ensuite progressivement jusqu’à l’extrême vieillesse ; son volume se réduit à celui d’un tout petit galet fibreux que l’on repère difficilement sur le ligament large ; son poids descend à un ou deux grammes. Sa structure se transforme : le stroma conjonctif se développe, alors que les ovules et les follicules régressent. » (Vignes 1929 : 352.)

6 « Si le clitoris ne sortait point des bornes que la Nature luy a prescrites, il n’aurait pas besoin d’opération, mais il croît quelquefois tellement qu’il devient long et gros comme la verge de l’homme, (ce qui fait) proposer l’amputation, pour ôter à ces femmes le sujet d’une lascivité continuelle. » (Dionis 1714 : 237.)

7 « Les ébauches glandulaires de la prostate se développent simultanément au début de la vie embryologique et occupent la même situation que chez l’homme, mais tandis qu’elles se développeront complètement dans l’organisme mâle, elles avorteront dans l’organisme femelle où elles ne se montreront qu’à l’état d’ébauche et s’étendront du col vésical au méat externe. Leurs orifices constitueront alors ce qu’on appelle les glandes de Skeene. » (Luys 1926 : 30.) On le voit, cette opinion diffère légèrement de celle de Heller. Pour l’un, prostate et utérus ont une origine commune, pour l’autre, ce sont deux organes dissociés mais dont il reste trace dans les deux anatomies. Il n’en reste pas moins que tous deux sont d’accord pour voir dans le corps de l’un des morceaux de l’autre.

8 La corrélation entre ce trouble et les fluctuations hormonales, dont on a vu le sens concernant l’identité sexuelle, est clairement affirmée dans ce magazine (Top-Santé). « Deux inconvénients, découlant directement de la privation hormonale, peuvent aussi être traités par des médications classiques : les bouffées de chaleur (...) ; la sècheresse vaginale, bien atténuée par des ovules contenant des hormones qui ne passent pas dans la circulation. » (Pierrat 1993 : 21.)

9 Malade, il « appelle le médecin ; celui-ci demande que l’on conserve (ses) urines. Sa femme, par négligence, les renverse et, pour s’éviter des reproches, donne les siennes à examiner. Or elle était enceinte : le médecin, convaincu qu’il s’agissait des urines du mari, déclare le mari enceint. » (Zapperi 1983 : 48.)

10 Civiale et Leroy d’Étiolles se disputeront la paternité de cette méthode. La polémique sera violente. Il semble bien que tous deux aient mis au point et pratiqué la lithotritie en même temps, dans les années 1820-1830.

11 Mercier 1841. La quasi-totalité de l’ouvrage est consacrée à la glande.

Table des illustrations

Légende a) Les parties externes de la génération d’une fille de quatorze ans (d’après Kulm, L’Encyclopédie Diderot et D’Alembert, « Anatomie »).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3094/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende b) Illustration du xixe siècle représentant l’ouverture du pharynx, où l’on reconnaît plus volontiers les organes génitaux extérieurs d’une femme (Max Millier, Leçons sur la science du langage).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3094/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende c) Le vagin représenté comme un pénis (De la Fabrica de Vésale).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3094/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende d) Le vagin et l’utérus, Vidus Vidius (De anatome corporis humani, 1611).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3094/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende e) Torse de femme, d’où a été pris le vagin en forme de pénis de la fig. c.17. Des organes ambivalents
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3094/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre a) Les instruments de « travaille »
Légende Dossier pour l’opération de la taille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3094/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Chaise pour placer le malade.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3094/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Cannule flexible
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3094/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Bistouri pour la taille de Foubert.L’Encyclopédie Diderot et D’Alembert, « Chirurgie ».18. « Concernant la taille »(Voir également b et c → )
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3094/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre b) Position pour la taille : le périnée en évidence
Légende Malade en position lié sur une table
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3094/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Situation pour les enfants
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3094/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Quand le corps viril est pénétréLe périnée où la direction de l'incision extérieure est marquéeL'Encyclopédie Diderot et D'Alembert, « Chirurgie ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3094/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 303k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search