Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Les structures de combustion

Les foyers à plat

Texte intégral

1. Généralités

1La dénomination de ce type de foyers est essentiellement morphologique. Elle provient de la proposition d’A. Leroi-Gourhan. Le terme de foyer est trop générique et celui de « foyer plan » trop restrictif. En effet, c’est sur un sol sans aménagement préalable que le feu est allumé. Ce feu simple est entretenu sur un emplacement ouvert qui peut être horizontal ou faiblement déprimé. Ses traces forment sur le sol plus ou moins rubéfié une « aire de combustion ».

Les foyers à plat comme différentes structures domestiques

2Une remarque liminaire s’impose. Nous ne partageons pas totalement l’observation de C. Perlès (Perlès 1976 : 679-680) qui, à propos des « foyers simples » du Paléolithique, écrit : « mais, par sa simplicité même, c’est un type dépourvu de signification chronologique ou culturelle et qui, dans bien des cas, n’est même pas un véritable lieu de combustion ». En effet plusieurs problèmes se greffent à cette remarque. L’un intéresse la définition du foyer à plat et de ses témoins ou vestiges ; les autres concernent des a priori qui ne nous semblent pas justifiés, l’intérêt chrono-culturel des foyers à plat est peut-être un axe de la recherche à venir. Leurs variétés de dimensions ou de compositions stratigraphiques, et cela pour les temps néolithiques, nous conduisent à penser et à poser à titre d’hypothèse qu’il n’existe pas « un » foyer à plat mais « des » structures différentes ; à la découverte elles sont très proches morphologiquement, mais par leurs histoires fonctionnelles tout à fait distinctes.

3Nous avons porté sur un graphique (fig. 5a) un certain nombre de mesures de foyers à plat simples provenant d’habitats représentatifs de plusieurs périodes préhistoriques. Ils ont été choisis pour la qualité de leur fouille, de leur étude et leur valeur exemplaire. Le nuage des points formés sur le graphique indique l’existence de plusieurs dimensions de foyers sans qu’il ne se dégage de groupes particuliers. Seuls les plus grands foyers à plat existant au Paléolithique supérieur forment un embryon de pôle sur le graphique. L’hétérogénéité de ces foyers nous incitent à penser que leurs utilisations devaient être soit technologiquement, soit spatialement, soit chronologiquement différentes. Au Néolithique, le problème se pose dans les mêmes termes. Il peut nous être objecté que ces feux appartiennent chacun à des sites dont les conditions d’habitabilité et les modes d’occupation (halte, campement, etc.) diffèrent. Ceci est aussi notre préoccupation.

5 — a. Lectures des foyers à plat — b. Dimensoions de quelques foyers de la Préhistoire ancienne.

De nombreuses questions

4Ce type de structure évidente est trop souvent ignoré ou péremptoirement catalogué. Nous avons mené notre étude selon deux axes successifs, le problème de chacune des structures abordé diachroniquement d’abord. Ensuite, c’est synchroniquement que tous les témoins ont fait l’objet de notre attention. Les phases d’observation et de comparaison ne peuvent se placer au même instant de raisonnement. De plus, il est impossible de maintenir une hiérarchie des faits dans l’observation. Chaque foyer à plat est une entité particulière ; son approche ne peut être spécifique. Une image explique ce fait ; chaque témoin a été étudié sur le terrain à travers un carroyage. Bien souvent ces structures ne restent que partiellement connues car tous les carrés de fouille ne sont pas toujours ouverts. Ainsi une méthode rigoureuse d’observation ou de raisonnement peut non seulement être insuffisante mais encore tronquer la réalité. La difficulté serait la même pour une méthode d’étude des foyers à plat. Nous rapprochons ce fait de la remarque d’A. Leroi-Gourhan : « Parce que les faits observables n’apparaissent dans un ordre fixe ni dans la fouille ni dans l’esprit du fouilleur, il n’a pas été établi d’ordre préférentiel dans la hiérarchie des traits observés ». Ainsi à chaque exemple étudié, nous avons ajusté la forme de notre recherche à un « échafaudage » différent selon le mot d’A. Leroi-Gourhan.

5Quatre grands temps forment la trame de nos descriptions. Les aspects spatiaux et dimensionnels orientent nos réflexions sur le degré de ce que nous pourrions appeler l’anthropisation du feu. L’inventaire des composants prend en compte tout autant les supports, les produits de combustion, les accessoires que les autres éléments archéologiques, parasites ou non. La structuration de ces composants, à travers les exemples de stratigraphies que nous étudions, débouchent sur la qualification des foyers, une première approche de leur utilisation ou fonctionnement et la définition de certains accessoires. Enfin, l’histoire des foyers à plat, de leur rôle domestique peut aboutir sur des considérations chrono-culturelles ou chrono-fonctionnelles.

6Ce travail est réalisé à partir d’éléments observables ou de situations déduites. Un graphique (fig. 5b) reprend à deux niveaux de lecture ces points forts d’observation ; l’un suit des éléments vérifiables, d’autres présentent des éléments qui n’ont pu se conserver directement mais ont provoqué des dépôts, altérations, etc., qui nous sont parvenus.

Foyer à plat simple et foyer à plat limité

7Dans la description qui suit et son exploitation, nous avons distingué les foyers à plat simples et les foyers à plat limités. Cette seconde catégorie est issue de la première. Ce sont des foyers simplement allumés au sol mais qui ont été partiellement construits. Les murettes, formes élaborées de limite caillouteuse, peuvent en être une bordure. Elles sont connues durant des périodes antérieures à la préhistoire. Nous ne citerons que la Doline d’Orgnac 3 (Ardèche) où un foyer ceinturé de pierres et d’un bourrelet de terre a été daté du Riss ; le cas existe aussi à la grotte de Rigabe (Artigues, Var), le muret pris entre les parois de la cavité approchant 40 cm de hauteur. L’idée retenue généralement est que ces limites construites sont destinées à abriter le feu des courants d’air perturbateurs.

8Mais à Pincevent (section 36) le foyer à plat S 109 a sans doute été abrité par une structure légère et amovible « incurvée et délimitée par trois paires de petits blocs et une traînée de déchets de silex qui s’étaient rangés au pied de l’obstacle ». Ainsi, d’autres formes de coupe-vent ont été installées et ceci de tout temps. Par expérience, on sait que la présence d’une ou plusieurs personnes devant le feu provoque une modification du tirage du foyer ; la forme du feu est alors changée pour calmer les fumées ou réactiver les flammes et l’utilisation d’une bordure est souvent nécessaire. Il est donc important de tenter d’expliquer ou de préciser si la limite (bordure en blocs rocheux qui peut être une murette bâtie) a été installée avant l’allumage du feu ou si elle n’est qu’un accessoire, accompagnant un feu à plat conçu sans bordure marquée.

9Un dernier exemple (Mésolithique) provient de la Balma de l’Abeurador (Félines-Minervois, Hérault) fouillée par J. Vaquer et M. Barbaza. Nous présentons ce petit aménagement partiellement intact pour son caractère exemplaire de foyer à plat limité par des pierres de champ. D’autres exemples auraient pu être trouvés à Gramari (Méthamis, Vaucluse) ou ailleurs.

10Le foyer F 3b de la Balma de l’Abeurador (fig. 6a, b) est une petite structure de combustion limitée, partiellement rescapée de nombreuses fouilles clandestines dans la Balma ; nous n’en connaissons que sa largeur, 40 cm environ. La puissance du dépôt de combustion est d’une dizaine de centimètres. Il s’agit d’un foyer structuré établi entre un gros bloc épais et une dalle calcaire fichée verticalement dans le sol, peut-être dans une légère cuvette. Il nous semble cependant que la butée qui la soutient partiellement vers l’extérieur de la structure est due au modelé du sol lui-même. Sur un troisième côté de la structure et dans l’angle qui le joint à la grosse pierre ont été disposées plusieurs dalles et blocailles calcaires de plus petite taille.

6 — Balma de l’Adeurador, Félines-Minervois, Hérault (fouilles J. Vaquer - M. Barbaza). Foyer à plat limité F6 F3b (Mésolithique) — a. Traces de rubéfaction entre des blocs rocheux — b. Coupes.

11Ce dispositif de maintien latéral du feu présentait une stratigraphie simple : au sommet les cendres sont superficiellement rubéfiées par un feu à plat de C3a. Ces cendres blanches épaisses englobent par passées des charbons de bois mal conservés. A la base des cendres, ils forment un lit continu de 2 à 3 cm de puissance. Ils recouvrent le sol nettement rubéfié qui forme le fond de la structure. Une zone plus altérée forme une tache subcirculaire près de la dalle verticale.

12Nous pousserons l’étude des foyers à plat limités selon l’hypothèse suivante : des dimensions fonctionnelles se dégagent de l’observation des feux simples ; celle de l’âtre de la partie interne des feux limités de chaque structure peut indiquer si le feu a été primitivement conçu bordé ou non ; il conviendra alors de trouver d’autres arguments pour cette hypothèse. Notre objectif final est d’exprimer certaines idées sur l’utilisation respective de ces deux modes de foyers limités. Aussi les techniques d’étude sont-elles identiques à celles des foyers à plat simples.

2. Abri de Font-Juvénal

Les foyers à plat simples

■ F.J. M/N9 C9 (FIG. 7a)

13A proximité de la paroi verticale de l’abri (10 et 20 cm) ce foyer à plat se développe sur 70 cm de long pour 35 cm de large environ. Son plan est ovoïde. Il est composé de cendres blanches, localement indurées, en amas de dimensions variables, tant au centre du feu que sur sa périphérie. Il est probable qu’il s’agit ici de dépôts de sels minéraux dus aux eaux de ruissellement qui couraient sur la paroi et s’égouttaient au bout de certaines aspérités rocheuses du plafond. Sous ce dépôt cendreux, les traces de charbons de bois sont plus abondantes dans la partie proche de la paroi ; le sol rubéfié forme sous l’amas de combustion une surface régulière. On observe autour du feu des traces identiques qui se développent curieusement à l’une de ses extrémités en une bande limitée. Il est possible que la nature différenciée du sédiment mêlé contre la paroi soit une explication. Il est en effet difficile d’affirmer ici un nettoyage du feu entraînant son déplacement bien que cela soit possible. Mais on ne peut pas éliminer l’hypothèse d’un lessivage partiel, d’une érosion par ruissellement diffus (ou en nappe) du témoin de combustion (les pointements encroûtés de cendres étant des flots de résistance du dépôt). Cependant sans nous prononcer plus avant, nous soulignons le fait que les objets archéologiques pris dans le foyer ne paraissent pas avoir été perturbés. Il existe également de gros amas charbonneux près du feu mais qui doivent appartenir à une autre structure de la couche C9. Ce feu enferme également dans ses cendres des fragments osseux brûlés, souvent d’assez grandes dimensions et quelques tessons de poterie. Trois blocs de quartz partiellement débités y sont associés.

7 — Abri de Font-Juvénal — a . Foyer à plat MN9 C9. 1. charbon de bois, 2. poterie, 3. fragment osseux, 4.quartz — b et c . Foyer à plat HIJ 6-7-8 F10a, courbes équidistantes de 5 cm

14L’environnement du feu est une nappe archéologique de mobilier et un sol qui compte d’autres aménagements d’habitat.

■ F.J.H/I/J 6-7-8 F10a’(FIG. 7b, c)

15Sur plus de 4 m2 de surface, cet amas de cendres blanches localement indurées a pu être pris lors des premières phases pour un épandage de vidange. Il s’est avéré que ce dépôt semi-lenticulaire était une structure de combustion étalée. Sa puissance, variable, était de 2 à 3 cm en moyenne. De haut en bas, sa stratigraphie se composait d’une pellicule de cendres blanches puis d’une couche noire ou brune riche en charbons de bois et enfin de terre cuite (pellicule grise encroûtée et marques rouges ou brunes). L’action du feu (s’agit-il d’un seul feu ou d’une succession ?) a donc modifié la structure du sol et apporté la coloration (oxydation) de ses composantes. Le croquis ci-contre montre la structure de combustion originelle et les zones de rubéfaction plus ou moins intenses du sol. Au centre de cette nappe (17-18 principalement), le dépôt atteignait 7 à 8 cm d’épaisseur. Les cendres blanches incluaient parfois des poches de sédiment durci de teinte jaune à passées grises (feuilletage) ou des concentrations de matière organique brun-noir partiellement brûlée. Ce sont des cendres qui contenaient une grande quantité de macro-restes (graines de blé, noisettes carbonisées). Nous parlerons ailleurs de cet aménagement de feux empilés ou côte à côte car la fouille a démontré qu’à l’origine cet emplacement était celui d’une structure de combustion différente (cuvette).

Observations

16Les foyers à plat actuellement dégagés à l’abri de Font-Juvénal sont au nombre de trente-quatre. Parmi eux quinze n’ont pu être totalement explorés. Notre intérêt ne se porte pas tant sur leur importance numérique par couche mais sur leur répartition chronologique. Sans que l’on puisse en effet affirmer des conclusions générales, leur étude permet cependant de dégager des réflexions globales et quelques présomptions qu’il s’agira de vérifier sur d’autres sites et en d’autres lieux.

■ Dimensions

17En faisant correspondre largeurs et longueurs des foyers à plat sur un graphique à double entrée, il est possible de cerner quatre ensembles de foyers à plat qui ont des surfaces assez proches. Trois de ces groupes sont assez voisins et se sont établis sur la diagonale du graphique, indiquant par là leurs formes sub-circulaires. Le dernier groupe avec deux foyers à plat est nettement différencié des autres éléments de la série. Nous soulignerons leur spécificité (fig. 8a).

8 — Abri de Font-Juvénal — a. Dimensions des foyers à plat — b. Nombre par couches — c. Dimensions cumulées.

18La série que nous avons pu étudier ici regroupe donc plusieurs formats de foyers à plat. Le premier est de l’ordre de 60 cm de diamètre. Ce type de petit feu est assez rare. Deux exemples (L8 C8 et L7 F4) découverts sont des établissements de feux très simples. Quelques vestiges osseux brûlés y ont été dégagés mais rien à l’extérieur du foyer ne paraît spécifique. Seules des pierres calcaires plates sont dans les deux cas placées à 10 ou 15 cm de ces petits feux ; mais il est impossible d’en tirer une évocation fonctionnelle quand bien même l’une d’elles (L7 F4) est altérée par le contact du feu.

19La couche 4 a également livré deux autres petits foyers à plat de taille identique. Tous les deux paraissent accompagnés d’une structure de maintien qui pourrait être liée à l’utilisation du feu. L’un de ces foyers est installé sur une dalle apparemment choisie pour la surface plate qu’elle représentait. Elle peut être considérée comme une sole de cuisson.

20La couche 9 en L9 contenait également un petit foyer dont la partie centrale est occupée par une structure de pose selon toute vraisemblance fonctionnelle. Elle paraît destinée à supporter un récipient et à l’isoler des flammes ou des braises du foyer. Tous ces feux sont pratiquement de forme circulaire. Ils ont tous des dimensions supérieures à 35 cm de largeur. Il semble que ce soit là une mesure minimum d’un foyer à plat. Le second groupe de foyers à plat s’inscrit dans des dimensions de 60 à 90 cm de largeur et 90 à 120 cm de longueur. Six foyers forment ce groupe.

21En N6-7, la couche C5b a livré un foyer à plat avec structure de pose. Il a pu y être observé des marques d’une utilisation répétée, avec des excroissances de dépôts de combustion et des traces de raclage du foyer primaire.

22La couche 9 a également livré en M/L 8-9 un foyer à plat où des blocs calcaires paraissent avoir été utilisés soit comme support du feu soit comme blocs chauffant des objets que l’on y posait. Leur rougissement très marqué et leur installation regroupée en effet excluraient leur venue sur le feu après son fonctionnement. Ils prouvent en outre une durée d’utilisation importante en l’état de ce foyer.

23Le petit foyer de J8 F10o’ fait également partie de cet ensemble de foyers. La couche 11 dans les carrés H/J 6-8 a donné trois foyers de la taille de notre série. Ce sont des feux à plat sans aucun bloc rocheux qui se sont établis successivement les uns sur les autres. Ils correspondent sans doute à la migration d’un feu, allumé et réallumé dans un espace réservé de l’habitat. A ces foyers, nous rattachons également le feu N6-7 C5b qui, bien qu’étroit, est caractérisé par sa longueur importante.

24Tous ces foyers à plat présentent des traces de modification de leur aménagement, des marques de déplacements latéraux des charbons de bois (braises ?) des altérations importantes des éléments qui constituent leurs rares dispositifs connexes (structure de pose, blocs chauffés). Il semble donc que ces foyers à plat aient été utilisés répétitivement, mais sans que nous ne puissions affirmer d’une part que leur nature, forme et usage primaires aient été tels que nous les avons découverts ; d’autre part que cette utilisation répétée ait été multiple (plus de deux fois) ou successive (quelle est la durée de(s) phase(s) d’arrêt de fonctionnement de la structure de combustion ?).

25Le troisième groupe de foyers à plat s’inscrit sur le graphique des longueurs-largeurs entre respectivement 120 et 150 cm et 80 et 140 cm. Ce sont des foyers à plat sans dispositifs particuliers si ce n’est en N9 C7a un aménagement de deux cuvettes en calotte de sphère creusées dans le foyer. Leur rôle est difficile à cerner et l’on pourrait évoquer, sans réserve, de nombreuses hypothèses (braseros, supports, moules, etc.) tout aussi fantaisistes a priori car non étayées. On peut remarquer que les dimensions de ces foyers à plat sont pour les longueurs deux fois celles du premier groupe et pour les largeurs trois fois celles qui y correspondent. Le format des foyers les plus petits de notre graphique correspondrait à une certaine unité, une certaine mesure du feu.

26Le quatrième groupe enfin rassemble deux grands épandages qui peuvent être assimilés à des foyers à plat. Mais nous avons déjà signalé qu’ils nous paraissent être des dispositifs d’une autre nature, des foyers à plat en nappes en H/J6-8 F10a’ et F10b’ regroupant peut-être des foyers à plat anastomosés mais indéchiffrables. Il est possible qu’il s’agisse d’un terme de l’évolution d’une série de dépôts analogues à ceux de F11 dans la même zone.

■ Longueurs et largeurs

27Les quatre groupes de feux à plat simples paraissent se former selon des unités proportionnelles de longueur et de largeur. Nous avons montré ainsi que les foyers de la première série et de la troisième ont des caractères assez marqués qui expriment ce sentiment. Il nous paraît donc intéressant de comparer longueur et largeur non plus en croisant les deux informations mais selon leurs spécificités propres. Un graphique en courbes cumulatives de nombres de foyers à plat selon les deux dimensions a été établi (fig. 8c). On y lit ainsi que neuf foyers ont des largeurs inférieures ou égales à 60 cm, quinze des longueurs inférieures ou égales à 120 cm. Les courbes cumulatives définissent chacune deux paliers principaux dans leur tracé. Les largeurs peuvent être réduites à trois groupes de taille, de 35 à 60 cm (9 cas) de 60 à 100 cm (fig. 8b) (7 cas) de 100 à 180 cm (4 cas) ; les longueurs forment trois groupes également de 45 à 70 cm (6 cas) de 70 à 120 cm (9 cas) de 120 à 320 cm (5 cas). Le graphique indique nettement que les courbes cumulatives sont assez proches les unes des autres, pratiquement parallèles dans leur partie centrale mais en réalité « décalées ». L’intérêt de ces courbes est de souligner l’existence de paliers dans la taille des foyers, entre 60 et 70 cm et 100 et 120 cm. Ces deux écarts qui représentent des coefficients de 1,16 et de 1,20 sont donc pratiquement identiques et les seconds sont à peu de chose près des multiples de deux.

■ Notions de taille

28Par deux cheminements différents nous avons dégagé un certain nombre de mesures qui structurent notre série de dimensions des foyers à plat. C’est-à-dire que nous nous posons un problème de seuils et plus encore que nous recherchons s’il existe une logique explicative à ceux-ci. Nous les avons reportés sur un graphique (fig. 9b) à deux entrées (longueur et largeur). Ce graphique prend en compte également deux mesures établies d’après un croquis voisin. Il matérialise la surface atteinte par la main tendue d’un homme accroupi et à genoux (fig. 9c). Nous retrouvons des correspondances de seuil entre cette information et la dimension de nos foyers à plat. Il nous paraît donc intéressant de mettre en relation cette idée d’« accessibilité » avec celle d’équipement du foyer à plat en accessoire (de pose, etc.).

9 — Abri de Font-Juvénal. Foyers à plat simples — a. Chronologie avec écarts des datations des couches (MC 449 à 493 et 569) et dimensions moyens des feux — b. Dimensions (longueurs et largeurs) des foyers par couche — c. Accessibilité et notion de taille.

29Il apparaît que plus le foyer est petit, plus ses aménagements sont nombreux. Mais les foyers qui ont été les plus utilisés, c’est-à-dire en fait qui ont été découverts avec de nombreuses traces de nettoyages ou raclages et avec des accessoires du feu très altérés, ce sont les foyers du deuxième groupe de taille. Ces foyers ne peuvent être complètement atteints d’une extrémité à l’autre d’un seul point de leur bord. L’absence de dispositif accessoire du feu et cette précédente remarque sont sans doute liées. Comme exception, la seule structure de pose du foyer de N6-7 C5b est installée dans une partie plus étroite et pouvait être directement accessible sur deux côtés.

30Le troisième groupe de foyers d’une surface importante exprimerait plus encore cette idée de multi-accessibilité du feu. Ils nous sont apparus résulter de la migration de feux successivement allumés sur une aire de combustion à vocation générale.

31Les observations nous conduisent à penser que la taille du foyer n’est pas liée directement à la durée de son utilisation mais bien plus à son objectif. Elle se traduit par une recherche d’accessibilité ou non du foyer et des dispositifs accessoires qui y sont installés.

■ Chronologie et évolution

32Le graphique du nombre des foyers à plat par couche de l’abri de Font-Juvénal fait apparaître non seulement les foyers intégralement dégagés mais également les foyers à plat partiellement fouillés à l’heure actuelle de notre recherche. Notre série est très étoffée dans le groupe des foyers du Néolithique moyen, chasséen, de la couche C7a à C11. Il apparaît que les observations précédentes que nous avons pu établir sur les tailles des foyers à plat concernaient à quatre exceptions près (datant du Néolithique récent, groupe de Véraza, C4 et groupe de Gourgas, Saint-Pons, Vérazien ancien, C5b) les foyers à plat chasséens ; c’est dire qu’ils sont culturellement homogènes.

33Deux graphiques placent les feux à plat sur une colonne chronologique des couches de l’abri en fonction de leurs longueurs et largeurs. Si le profil qui se dégage de la courbe reliant nos points fait apparaître un pic en C10 c’est que nous y avons intégré les deux aires de feux à plat très spécifiques de C10a’ et C10b’ (fig. 9a).

34On peut lire sur ces graphiques que les feux à plat les plus anciens et correspondant au maximum d’utilisation de l’abri (c’est-à-dire celle du groupe chasséen), sont les plus étendus. Mais nous avons déjà signalé que les foyers de C11 se rapprochent dans leur structure de ceux de C10 qui forment des aires de combustion de plusieurs mètres carrés en surface. Il y a là une utilisation très originale du feu à plat que l’on ne retrouve pas, par la suite, sur une colonne chronologique de l’abri. Les niveaux chasséens plus récents montrent un éventail de dimensions des foyers à plat qui confortent l’idée selon laquelle leur taille est fonction de leur utilisation et des accessoires qui s’y trouvent associés. Toutefois, nous ne soulignerons qu’à titre indicatif, faute de points de comparaison, que les feux du Néolithique récent sont mieux « calibrés ».

Les foyers à plat limités

■ F.J.M/N7 C2b" (FIG. 10, 11, 12a)

35La structure de combustion que nous allons décrire a fait l’objet d’une fouille d’autant plus minutieuse que des problèmes stratigraphiques se posaient à son égard. Elle s’inscrit, en effet, au contact d’un changement latéral de faciès du niveau d’habitat auquel elle appartient. Située à l’aplomb du plafond de l’abri, cette zone est généralement vers l’extérieur de plus en plus caillouteuse. Mais cette structure avoisine un fort dépôt cendreux à plat, particulièrement le foyer à plat partiellement limité C2bf. En outre, l’interprétation de la structure MN7 s’est avérée très délicate vu l’ampleur des remaniements observés. Ils ont affecté le sédiment cendreux grisâtre et très fin (N7) en brassant sur place terre et cendres. Ailleurs, ce sont de petits canaux (sans doute d’insectes) qui perforent les vestiges meubles mais ils n’ont pas entraîné de notables déplacements de sédiment ; au sommet se trouvent des cendres blanches. Localement, elles reposent sur des passées rougies de cendres qui paraissent consolidées et oxydées. Elles englobent des pierres disposées en un amas important. Ces pierres portent les stigmates de leur contact au feu et certaines se sont brisées sur place sous l’action thermique. Au centre, ces pierres sont empilées sur quatre niveaux. L’une d’elles, au sommet de l’amoncellement, devait être en relief posée sur les cendres : un fragment s’en est détaché et il est tombé à 10 cm de profondeur à l’aplomb de la pointe de la pierre dans les cendres. Tous ces blocs sont donc mêlés à un sédiment cendreux où les charbons de bois pulvérulents sont inclus. A la base, le sol rubéfié découvert comprend quelques pointements rocheux de pierres qui appartiennent au niveau sous-jacent (C2c). Il paraît être couvert d’un dépôt localisé de cendres blanches. Ce sol forme une légère cuvette dont il est difficile d’affirmer si elle est d’origine anthropique ou naturelle (rigole ou plaque à l’aplomb du rentrant de l’abri).

36Il s’agit donc d’une structure de combustion, peut-être à mettre en relation avec le foyer à plat structuré (C2bf) qui la côtoie, séparée par une aire de sédiment très cendreux dépourvue de grosses pierres (fig. 10).

10 — Abri de Fond-Juvénal. Foyer à plat structuré MN 7 C2b’’ : 1 fragment osseux, 2. poterie, 3. schiste, 4. quartz.

37Il nous semble qu’il s’agit d’un foyer à plat installé sur un sol pierreux à dénivellations, créant ainsi une sorte de cuvette naturelle dont on a peut-être mis à profit le profil (N7). Plusieurs feux y ont été allumés, souvent sur des cendres plus anciennes. La coupe dessinée (fig. 11) permet d’isoler nettement cette première phase. Au centre de la dépression, elle isole une petite fosse, couverte d’une dalle calcaire, qui nous est apparue être un terrier ; ses parois n’ont pas de trace de rubéfaction : son remplissage est un sédiment (remanié) de terre charbonneuse pulvérulente. Ce feu à plat a été de nombreuses fois allumé et son dépôt cendreux est très important.

• 11 — Abri de Font-Juvénal. Coupe du foyer MN7 C2b".

38Sur ce feu et légèrement décalé vers le foyer C2bf, dans une seconde phase, a été organisé un feu à plat ceinturé de blocs calcaires. Cette bordure forme un arc de cercle de pierres empilées, jusqu’à quatre niveaux d’épaisseur du côté de l’amas cendreux originel. On ne peut affirmer d’ailleurs si ce dernier foyer à plat n’a pas continué à fonctionner (simultanément ou non). Cette bordure, en couronne ouverte, repose localement sur un empierrement dense de pierres émergeant pour la plupart de la couche C2c. On peut déceler une coulée d’effondrement de ce dispositif en pierres sèches qui envahit le centre de la structure. A l’extérieur, d’autres épandages de pierres aux directions préférentielles paraissent aussi indiquer l’origine de cette poussée. Mais il pourrait aussi s’agir d’épandages d’une autre nature (dépôt, vidange, etc.) (fig. 12a).

12 — Abri de Font-Juvénal — a. Bordure et effondrements du foyer à plat MN 7C2b’’ — b, c, d. Foyer à plat limité L 6-7 C3. 1. Objets.

39Avec les dispositifs de C2b" nous avons un bon exemple de la difficulté d’observer l’évolution d’un foyer à plat. De même, il montre qu’une structure peut être aménagée de diverses manières au cours de son fonctionnement, ou si l’on préfère que certains emplacements de foyers sont réutilisés de façons diverses.

■ F.J.L6-7 C3 (FIG. 12 b, c, d)

40Ce foyer à plat limité de pierres s’organise sur une surface de 100 à 125 cm de diamètre. L’âtre lui-même est de taille assez commune (50 sur 35 cm). L’intérêt principal de cet aménagement réside en ses vestiges de combustion et leur disposition. Il nous semble exemplaire à plus d’un titre.

41Sur un sol faiblement bosselé et à faible pente est installé un foyer à plat. Ce dispositif d’un feu simple est bloqué par des pierres calcaires dont un bloc important. Ce dernier forme le fond du foyer, le côté opposé de la bordure de pierres étant dégagé. Ce bloc rocheux est oblong ; il mesure 60 x 25 x 15 cm, il portait de profondes marques de son contact au feu et à la chaleur. En effet, sa structure favorable aux altérations mécaniques (calcaire nummulitique) a particulièrement bien enregistré ces traces. Ce bloc, dont on peut considérer que près de la moitié de la longueur est utilisée, est disposé perpendiculairement au sens de la pente du sol. Dans le prolongement de ce bloc, une pierre en calcaire compact s’appuyait à son extrémité. Cette pierre mesurait 25 x 25 x ]0 cm environ. Ces deux roches forment un axe sur lequel viennent buter deux alignements de blocs calcaires en arc de cercle. Ces pierres sont bien stabilisées et reposent sur le sédiment de teinte jaune du sol de C3.

42Le plus compact de ces arcs est constitué d’un groupement de quatre pierres et d’un bloc rejoignant l’axe décrit auparavant. Ils forment ainsi, en s’inscrivant sur une courbe assez marquée, une bordure latérale du foyer. On notera, sans s’avancer plus, que les quatre pierres groupées forment par leur dispositif et leurs pentes convergentes une construction qui évoque certaines structures de pose apparentes et découvertes ailleurs à l’abri de Font-Juvénal. De toute manière, il est possible que, si la fonction première de ces pierres a été d’assurer une limite au feu, elles aient également pu être utilisées comme reposoir (leur installation ayant pu concilier les deux fonctions). Cet axe de bordure est enrichi de blocailles parasites dont certaines sont des éclats de blocs plus importants. En effet, la majeure partie d’entre eux a été très touchée par l’activité du feu.

43A l’opposé de cette bordure, un aménagement identique forme la limite du foyer. Elle est réalisée de blocs généralement plus importants. Deux d’entre eux constituent les deux-tiers de la bordure. Ce sont des pierres moins volumineuses qui la complètent. Elles sont empilées et se chevauchent sur trois niveaux afin de compenser la dénivellation avec les autres blocs. L’une d’elles est en position verticale et, avec sa dizaine de centimètres de haut, paraît étayer l’empilement.

44Il en résulte donc une bordure discontinue mais suffisamment fermée pour endiguer l’extension des vestiges de combustion du feu. Sans que l’on puisse déceler d’ensellement particulier de la surface du foyer, on note toutefois trois pierres principales qui constituent une assise au feu. La plus importante paraît limiter l’ouverture du cercle de pierres. Elles portent de nettes traces d’altérations physiques et mécaniques dues à leur contact (prolongé ou violent) avec le feu. Un croquis marque les roches craquelées ou rubéfiées par les effets de la chaleur du feu. Le bloc constituant le fond du foyer est nettement fissuré et il a été découvert dans un état avancé de « pourrissement ». Il est fait de calcaire nummulitique local et a enregistré fortement les diverses altérations dues au feu. Une partie de la bordure de pierres a également souffert de ce contact. Le sol portait aussi de nettes traces de rubéfaction. Le croquis indique enfin l’empreinte du feu sur le soubassement du foyer y compris les pierres décrites auparavant qui le constituent en partie.

45Les dépôts de combustion sont assez diversifiés pour nous enseigner le fonctionnement probable de cet aménagement. On peut, en effet, considérer que « l’infrastructure » du foyer est bien conservée. Si l’organisation des produits du feu a pu poser à la fouille certains problèmes d’interprétation, nous les évoquerons et montrerons qu’a posteriori la lecture des dépôts n’est pas aussi complexe que présumée. Les dépôts de combustion sont de trois ordres : les charbons, les cendres et les amas mixtes mêlés de sédiment. Il est entendu que les traces de rubéfaction et de cuisson (consolidation) du sol sont en étroite corrélation avec des produits du feu des végétaux (et peut être, accidentellement sans doute, de vestiges osseux). La stratigraphie classique de ces produits est compliquée par deux phénomènes, l’un la puissance inégale des dépôts, l’autre leur emplacement ou leur changement latéral de faciès. Les charbons de bois forment le soubassement des vestiges du feu. Ils butent et parfois sont infiltrés entre les pierres de bordure. Leur compacité est inégale et ils sont souvent en dépôt pelliculaire. Contre le bloc du fond du foyer ces charbons de bois sont amassés en un tas mieux conservé ou originellement plus conséquent.

46Les cendres couvrent la majeure partie du foyer mais il en existe également une grande surface d’épandage à l’extérieur du dispositif. On observe des variations de leur teinte et selon toute vraisemblance de leur homogénéité. Au centre de ce foyer (fig. 12d) les cendres sont blanches et forment un amas semi-lenticulaire, marqué en léger dôme. Elles recouvraient une partie de la bordure du feu. A la périphérie, des cendres paraissent plus colorées de jaune ou brun ; moins épaisses, elles ont, sans doute, davantage subi d’altération, peut-être liée au sédiment qui les recouvraient, mais sans doute aussi du fait même de leur composition et de leur homogénéité.

47Alors que ce dépôt englobe ou jouxte les pierres d’une des bordures latérales, l’autre côté de la structure est baigné de cendres encore plus diffuses et mêlées de sédiment (cendreux mais plus ancien) jaune au sol. Ce type de cendres forme une auréole dissymétrique et festonnée autour de la limite du feu. Localement une traînée paraît s’être échappée du foyer. Ailleurs, leur épaisseur et conjointement leur densité décroissent jusqu’à atteindre un ensemble de six à sept blocs calcaires. Ces pierres périphériques ont la particularité d’être installées sur une courbe de l’extrémité du bloc oblong, du fond du foyer jusqu’au niveau de son ouverture.

48Si l’on peut souligner leur orientation identique (et à l’inverse de celle des pierres de la bordure du feu), il paraît difficile d’y affirmer un dispositif volontaire.

49Les problèmes de lecture de ces dépôts cendreux du fait de leur variation de faciès paraissent pouvoir être résolus comme nous l’avons fait en faisant intervenir principalement leur distance d’éloignement du feu. Mais, au devant du foyer limité, une zone de sédiment mêlé de cendres et de charbons de bois a laissé penser à un remaniement localisé.

50Les découvertes de cette poche ont été dénommées C3R (R signifiant remaniement). Il nous semble possible d’y lire à l’heure actuelle une poche de vidange du foyer, au débouché de l’aire du feu. Il s’agit donc d’une interprétation ne remettant pas en cause la nature du sédiment ni l’existence de cette poche « remaniée ». Tout au plus proposons-nous d’y voir les marques d’une intervention anthropique plutôt que celle d’un fouisseur. Dans ce sédiment se trouvaient de nombreux vestiges archéologiques, les vestiges osseux calcinés ou non y dominent mais quelques tessons (les plus gros objets) y sont associés. Des éclats et des blocs de petite taille de roche calcaire s’y trouvent également.

51Un fait est à noter. C’est le nombre relativement faible d’objets archéologiques associés à cet aménagement de foyer. Mis à part la poche décrite ci-dessus, aucune concentration notable ne laisse augurer de leur importance. Il nous faudra attendre les études faunistiques pour pousser plus loin l’interprétation de leur localisation. Seul un fragment osseux semble avoir joué un rôle particulier. Il est en position de « cale » dans la construction de petits blocs de la bordure du foyer. Le caractère intentionnel de sa place, sans pouvoir être affirmé, pourrait être avancé. Sa masse (volume) plus importante que celle des autres vestiges osseux ou de poterie le laisse également penser. Mais il peut s’agir d’une position accidentelle.

■ F.J-N8-9 C5 (FIG. 13 a, b, c)

52Ce témoin de combustion est un foyer à plat limité particulièrement intéressant. Sa construction, bien que partiellement ruinée, est riche en indications ; de même les témoins du feu qui le composent évoquent l’histoire de l’aménagement.

13 — Abri de Font-Juvénal — a. Foyer à plat limité N 8-9 C5. 1. poterie, 2. fragments osseux — b. crientation schématique des blocs — c. Coupe.

53Sur une surface inscrite sur 90 cm sur 60 cm un amas oblong de produits résiduels d’un foyer a été dégagé. Ils formaient une langue élargie à une extrémité. Là, un bloc rocheux volumineux paraissait l’amputer partiellement. Des cendres blanches constituaient cet amas. Elles n’étaient pas homogènes ; inscrites en un tracé en fer à cheval, une zone se distinguait en leur sein, plus sombre et tachetée de charbons de bois de très petite taille. Au centre de ce tracé, les cendres étaient grisâtres, plus foncées qu’à la périphérie, mais bien moins « salies » de charbons de bois que sur l’arc marqué au sol.

54Des pierres soulignaient les variations de teinte des cendres. Ce sont elles qui expliquent ces différences. Les pierres en calcaire local sont souvent de petite taille. Les plus importantes et probablement celles dont l’emplacement traduit le mieux leur rôle originel, sont installées selon trois concentrations. Entre elles, des blocs plus petits en volume et souvent anguleux les joignent. Ces pierres empilées formaient une bordure aérée et discontinue, ouverte à une extrémité face au gros bloc déjà signalé.

55La construction de la bordure de blocs a été réalisée avec des pierres anguleuses selon deux principes. Face à l’ouverture du foyer et constituant en quelque sorte son fond, trois blocs plus importants ont été disposés de champ. Puis les pierres ont été installées selon une direction perpendiculaire à la première. Elles sont souvent sur plusieurs niveaux, soit que certaines aient éclaté (mais leur altération rend difficile de l’affirmer systématiquement) soit que leur petit calibre l’ait justifié pour obtenir une barrière assez haute. Sur ces pierres (à de rares exceptions près) de nouvelles blocailles ont été placées à contresens pour souligner la bordure.

56Une observation peut surprendre : ce sont les 15 à 25 cm qui semblent séparer les deux côtés des bordures dressées. Un argument consisterait à envisager un déplacement latéral d’une série de pierres ou des deux qui se font face. Ceci n’est pas à exclure bien que la stratigraphie du foyer ne l’indique pas nettement. Certes, on y lit, nous le développerons par la suite, des traces d’utilisation répétée. Mais la cohérence de la coupe nous incite à proposer une autre interprétation. On peut en effet penser que ce foyer à plat limité a connu spatialement et latéralement un déplacement de son activité. Il semble qu’un premier ensemble plus ou moins circulaire, mais ouvert, forme un dispositif d’une vingtaine de centimètres de diamètre. Ce serait son extension jusqu’à un bloc rocheux plus important qui aurait amené la construction d’un appendice de la bordure toujours selon le même principe.

57La section de ce foyer montre l’importance de cette bordure (fig. 13c). On y voit des cendres sombres et tachées de charbons qui colmatent les pierres. Ces cendres assombries forment à la base du foyer un lit peu marqué et sensiblement plus riche en charbons de bois. Elles reposent sur un sol bosselé, creusé au centre de l’aménagement et particulièrement altéré par le feu ; sa teinte rougie atteste l’importance de l’action profonde de la chaleur. Un amas semi-lenticulaire de cendres blanches est observable au pied et sous un côté de la bordure discontinue de pierres. Tout comme ceux que l’on a pu découvrir dans les cendres épaisses qui comblent le foyer, ce dépôt limité signale sans doute des phases d’utilisation répétée de la structure de combustion complète. Mais selon notre hypothèse précédente son évolution latérale et donc limitée est également envisageable. Cette utilisation se traduit par un débordement hors des limites de pierres de l’amas cendreux. Le plan du foyer l’indiquait auparavant. Une telle évolution d’un foyer à plat limité de pierres est fréquente : c’est un comblement du foyer par des cendres non évacuées.

Observations

58Treize foyers à plat limités par une construction de blocs rocheux alignés soit sur une droite, soit sur une courbe, ont pu être dégagés à l’abri de Font-Juvénal. Certains d’entre eux n’ont pu être totalement fouillés ; notre présentation de ce type de foyer à plat repose donc sur dix exemples à peu de choses près uniformément répartis sur la colonne chronologique des couches d’habitat de l’abri.

■ Dimension

59Les foyers à plat bordés fournissent deux mesures de longueurs et largeurs. En effet, nous pouvons considérer la zone de combustion, l’âtre, c’est-à-dire la partie utilisée pour faire le feu et d’autre part les dimensions de la construction complète, d’une extrémité de la bordure à l’autre. Bien souvent, la couronne n’est que partielle mais nous pouvons cependant estimer les deux mesures. En les plaçant sur un graphique à deux entrées (fig. 14a) il apparaît que les dimensions des êtres sont groupées mais que les tailles des feux limités, bordure comprise, sont plus variées.

14 — Abri de Font-Juvénal. Foyers à plat limités — a. Dimension — b. Dimensions cumulées — c. Nombre par couche — d. Dimesions des bordures construites — e. Dimension des bordures en relation avec la taille de âtres.

60Deux feux limités peuvent être considérés comme petits ; en effet la surface de leurs zones de combustion mais aussi leur emprise totale au sol est plus faible que celle des autres foyers bordés. Cependant le foyer de I/J6-7 C2c a évolué par la suite de son utilisation en feu à plat sans limite. Il semble que des pierres, fichées dans le sol, l’ont été pour protéger non pas le feu mais son environnement et sur une zone assez limitée de son extension. Les variations d’épaisseur des produits de combustion cependant ont montré le fonctionnement probable du foyer comme un petit foyer limité.

61Le second feu de ce groupe a été à plusieurs reprises nettoyé ; et ces opérations ont provoqué nous l’avons dit un surcreusement de son sol. Installé près de la paroi de l’abri, qui aurait pu servir elle-même de bordure au feu, ce foyer nous paraît témoigner d’une fonction complexe de ses limites. Il semble que, outre leur rôle de rétention, les pierres qui ont été installées ont dû servir de points d’appui pour supporter à travers le foyer des objets isolés du feu. Dans le cas du foyer N5 C3, le creusement de son aire de combustion a pu être recherché pour donner plus d’épaisseur au combustible.

62Le deuxième groupe des feux à plat limités se caractérise par des zones de combustion de dimensions pratiquement identiques mais d’emprises totales au sol très différentes selon l’épaisseur de leur bordure de pierres. C’est en étudiant ces dernières que nous tenterons de lire s’il existe un rapport entre la surface de combustion et la dimension de la bordure. Nous n’évoquerons que deux de ces foyers. En K7-9 F4, un foyer à plat paraît avoir une limite « naturelle » ; c’est-à-dire que ces dépôts butent sur une construction lourde de blocs calcaires qui semble avoir été mise en place à une autre fin dans l’habitat (limite ?). Il y a donc là un effet de paroi, limitant le feu mais sans le caractère d’une évidente installation volontaire. Il en est de même sans doute, bien que la lecture de l’aménagement soit plus complexe, du foyer limité de F/E6-7 C3. Nous ne pouvons en effet affirmer que la bordure de ce feu compris dans une aire de combustion plus vaste (feu à plat en nappe) ait été installée pour limiter son tracé. De plus, certaines de ces pierres ont pu être utilisées comme supports pour maintenir un objet au-dessus du feu. A l’inverse, les autres dispositifs sont des installations nettement caractéristiques.

63Une exception avec le feu à plat limité de H/17- 8 C2b inf. isole un point sur le graphique des longueurs et largeurs. Ce foyer, bien que répondant à notre définition, est à rapprocher du cas K7-9 F4. Ici, encore, le foyer est limité par une barrière rocheuse sans doute construite à une autre fin. Il est possible toutefois que l’encoignure formée par deux blocs de cet alignement ait été volontairement utilisée pour allumer un feu. Mais il s’agit bien là d’un cas un peu particulier.

■ Emprise au sol et surface utile

64Il est possible de rechercher les seuils dimensionnels des longueurs et des largeurs de l’âtre ou de la structure, entière, bordure comprise. Il s’agit là de voir s’il existe des formats un tant soit peu communs des foyers limités et quels sont les rapports entre les longueurs et les largeurs de ces structures.

65Les courbes cumulatives que nous avons tracées établissent que pour l’âtre (l’intérieur du foyer), il est possible dans notre série d’observer deux tailles de chaque dimension. Entre 40 et 50 cm de « diamètre », il se produit donc une certaine coupure. Nous avons montré l’existence de ces petits âtres, mais ici apparaissent (en petit nombre toutefois) des aires de combustion plus grandes. Notre série de mesures est étroitement calibrée sur le graphique, entre 25 et 70 cm ; aussi le seuil entre 40 et 50 cm n’est-il pas très marqué (fig. 14b, c).

66Le second graphe intéresse les dimensions totales de la structure. Nos seuils apparaissent à 40-45 cm, 60 cm et 90-100 cm. On s’aperçoit que ces ruptures dimensionnelles sont assez proches pour les longueurs et largeurs.

67Comme pour les foyers à plat simples, nous remarquerons que ces mesures sont celles atteintes par le bras tendu d’un homme accroupi ou à genou. Les chiffres supérieurs concernent des dimensions de foyers d’une extrémité à l’autre de la bordure des pierres. Deux feux limités sont en cause. Or, l’un, L6-7 C3, est bâti contre un bloc important, d’une autre nature que les pierres latérales. L’autre s’appuie également sur des roches volumineuses qui appartiennent sans doute à une structure domestique de nature différente (séparation). On avancera comme hypothèse que les limites des foyers à plat sont organisées autour du feu et à son échelle. On peut même penser que cette bordure est édifiée à partir d’un point d’accès au feu. Il figure également son axe d’évacuation des produits de combustion. Un exemple nous paraît très révélateur, c’est le foyer L6-7 C3 mais également M/N C2b", J7-8 F10c’, etc.

■ Bordures

68Les surfaces des aires de combustion des feux limités sont, nous l’avons vu, assez proches ; nous pourrions penser que les dimensions des bordures qui les ceinturent totalement ou en partie sont fonction de celles-ci. En effet, l’importance du feu allumé aurait pu induire une bordure large ou plus étroite selon le cas.

69Nous avons donc calculé l’histogramme de ces bordures en considérant comme mesures une largeur et une longueur de bordure ; elles correspondent donc aux deux épaisseurs de celle-ci dans les deux sens de mesure du foyer. En ordonnant ces valeurs, trois groupes sont définis avec comme repères dimensionnels 10, 30, 50 et 75 cm (fig. 14d, e).

70Appliquées aux âtres des foyers à plat, ces valeurs se dispersent sans corrélations directes de mesure ou de seuil. Si deux petits âtres possèdent bien deux bordures étroites, l’exemplaire le plus grand de notre série également. On note aussi par exemple un âtre de taille moyenne et à la plus large bordure. A l’inverse, les mêmes données sont très étroitement et très logiquement corrélées avec les mesures de la structure entière, bordure comprise (fig. 15a).

71Il semble donc bien que le format de la structure de combustion et son emprise totale au sol ne soient pas liés à la surface de l’aire de combustion. Le soin apporté à la construction des limites du feu (N8-9 C5 par exemple, avec l’application d’un principe de croisement des axes de pierres) n’est pas fonction non plus de l’importance de l’âtre.

72Il faut sans doute replacer ces dispositifs dans le cadre plus général de l’organisation de l’habitat. A un autre niveau, on peut souligner que le foyer est orienté, le plus souvent avec son accès, parfois son aire de nettoyage, voire sa cuvette de vidange (L6-7 C3) et qu’il s’insère directement dans l’aire domestique. Un second exemple peut aussi évoquer cette hypothèse : il suffit de noter le soin apporté pour rassembler les éclats thermiques des roches de bordure en J7-8 F10c".

73La bordure des foyers à plat limités nous paraît donc participer davantage à l’installation du feu par rapport à ce qui l’environne que par rapport à lui-même. Sa vocation serait donc bien de protéger l’environnement domestique (isoler du feu) plutôt que de servir d’accessoire au foyer, en le limitant ou en créant des supports périphériques à des objets traversant l’aire de combustion.

74Cette utilisation est cependant selon toute apparence celle, privilégiée, des bordures des petits feux limités. Dans ces cas, les pierres de ceinture (en fer à cheval) paraissent avoir joué ce rôle permettant le rôtissage des aliments ; en effet, on a pu observer des creusements légers de certains de ces feux qui auraient pu être ainsi mis en cuvette, sans nécessité de limite construite en blocs rocheux. Cette observation pourrait orienter la recherche sur ce type d’aménagement et son interprétation.

■ Chronologie

75Notre série de foyers à plat limités est d’une faible étendue numérique. Mais il semble qu’elle reflète cependant une certaine réalité qui dépasse le cadre de cette réflexion. En effet, en replaçant des structures étudiables selon leur appartenance culturelle et en comptabilisant les dispositifs incomplètement dégagés, apparaît la série suivante (fig. 15b) :

  • Chalcolithique (campaniforme) : deux exemplaires ;

  • Néolithique récent (groupe de Véraza) : six exemplaires ;

  • Néolithique récent (groupe de Gourgas-St-Pons) : un exemplaire ;

  • Néolithique moyen (chasséen): quatre exemplaires.

  • 15 — Abri de Font-Juvénal. Foyers à plat limités — a. Dimensions des bordures en relation avec les dimensions totales des emprises des foyers — b. Chronologie des foyers selon leurs dimensions.

76Etablies sur une colonne stratigraphique, longueurs et largeurs totales et celles des âtres montrent les foyers à plat limités de la couche 3 (groupe de Véraza) qui sont assez spécifiques tout comme ceux du Chalcolithique campaniforme (C2b) de l’abri de Font-Juvénal. Nous avons eu l’occasion de parler de leurs originalités propres. Le but du graphique stratigraphique et chronologique est de souligner, si besoin est, la perduration de ce type de foyer limité et son incontestable importance dans les niveaux du Néolithique récent et du Chalcolithique à l’abri de Font-Juvénal. Ils représentent pour ces périodes 69 % des dispositifs de la série découverte, contre 30 % au Néolithique moyen.

77Ces valeurs relatives, calculées sur une faible série, ne sont pas à utiliser sorties de leur contexte ; mais elles sont une réalité dont il s’agit de peser l’impact réel tant sur la compréhension du gisement que sur celle des cultures préhistoriques qui l’ont occupé.

3. Abri du Roc-de-Dourgne

Inventaire

■ R.D. C7 (FIG. 16d)

78Il existe sur un amas de terre charbonneuse non limité et ceinturé de cendres blanches en couronne, un dispositif de pierres calcaires (et un galet) que l’on pourrait interpréter comme une structure de pose. Nous avons établi un schéma d’analyse de la composition. On observe la disproportion d’un empilement latéral de blocs (en particulier une pierre allongée qui repose à ses deux extrémités sur deux dispositifs de pierres rassemblées) face à une série de pierres de petite taille disposées en demi-cercle. Ce regroupement en couronne nivelée, malgré la pierre allongée signalée, évoque un dispositif volontaire que nous qualifions de structure de pose. Elle est située sur la bordure de l’amas de terre charbonneuse mais son utilisation est impossible à préciser.

16 — Abri du Roc-de-Dourgne — a. Stuctures de pose — b. Phase de l’existence d’un foyer à plat — c. Foyer C8. 1. roche taillée, 2. fragment asseux, 3. escargot — d. stucture de pose C7, plan, étude des profondeurs des pierres, orientations

■ R.D. C8 (FIG. 16c)

79Ce foyer à plat se présente comme un dépôt pratiquement circulaire de 75 cm de diamètre. Il est composé de terre charbonneuse où les cendres sont mêlées et ne forment pas un niveau homogène. La base de ce feu est faiblement rubéfiée : on peut y déceler une fine passée de sédiments qui isole ce feu d’une structure plus ancienne.

80Ce foyer est installé dans une faible dépression limitée en partie par des blocs calcaires. Ces pierres, dont certaines sont fragmentées, paraissent s’avérer être des blocs émergeant d’une structure plus ancienne. Toutefois, il semble bien que leur alignement en couronne partielle ait été utilisé pour circonscrire le feu ; il est aussi possible que ces blocs organisés aient freiné l’extension du foyer, comme les pierres plus importantes qui limitent également son dépôt maximal. Un groupe d’entre elles, accessoire du feu, aménage une structure de pose.

81Ce feu a livré une grande quantité de fragments osseux, souvent calcinés, quelques coquilles de Cepaea Nemoralis dispersées et des fragments de roches taillées. Ces Cepaea Nemoralis étaient regroupées au centre de la structure et aux abords des pierres de bordure.

Observations

82Les huit foyers à plat de l’abri du Roc-de-Dourgne sont des aires de combustion qui pratiquement atteignent chacune plus d’un mètre de diamètre. Il se trouve que la fouille de cet abri n’a pas permis de dégager totalement leurs surfaces, à trois exceptions près. Ces foyers sont cependant pour nous très intéressants car ils permettent de cerner les principes de leurs aménagements, c’est-à-dire ceux de leur sol, de leurs charges, et de leurs accessoires.

83Certains d’entre eux pourraient être considérés comme des foyers à plat limités ; en effet, une partie de leur périmètre est constituée de blocs calcaires ou de galets de rivière qui arrêtent l’extension des produits de combustion. Pourtant le dégagement stratigraphique de ces bordures a permis d’observer qu’il s’agissait de roches appartenant à des dispositifs nettement antérieurs, généralement des aménagements en dépression comblés partiellement de pierres.

84Il est alors difficile d’affirmer que ces blocs de limite ont été utilisés sciemment ou que le feu y est venu buter naturellement. En outre, ces pierres, les galets en particulier, ont très bien pu devenir des accessoires, récupérés dans l’habitat, pour un usage identique ou différent de celui qu’ils avaient originellement, depuis leur apport du lit de l’Aude voisine.

■ Limites des foyers à plat

85C’est pourquoi nous n’avons pas dissocié au Roc-de-Dourgne les foyers à plat simples des foyers à plat limités. Pourtant, il est probable que certains feux ont été volontairement bordés d’un alignement discontinu de pierres ; ces blocs rocheux ne forment pas de réel muret mais sont souvent alignés, comme le feu à plat de C8 le montre, et nettement imbriqués. Ils constituent des aires surélevées de petite surface de fragments rocheux calcaires généralement anguleux. C’est le cas également d’un foyer de C6 qui semble soit avoir fonctionné plus longtemps, soit avoir produit plus de cendres en un certain endroit de son aire de 2,5 m2, soit s’être mieux conservé.

86En réalité, ces deux exemples nous montrent le danger de figer une typologie des structures de combustion, quand bien même des caractères particuliers (devenant des caractéristiques) sont réunis. Cette notion de limite est ambiguë. La paroi de l’abri ou la roche encaissante verticale ou à faible déclivité limite souvent les foyers à plat. On peut penser que le feu y est quelquefois volontairement accolé, qu’il s’agisse d’une certaine façon d’organiser l’habitat ou d’une manière d’utiliser une surface réverbérante par exemple.

87Parfois ce sont des blocs d’un dispositif naturel ou anthropique qui jouent le rôle de la paroi de l’abri. Les feux et leurs dépôts de combustion se trouvent limités « naturellement ». La difficulté existe avec un déplacement d’un de ces blocs, ou de tout élément ancien, pour remodeler cette limite naturelle qui appartient au sol vierge de l’habitat.

88Il conviendrait donc d’avoir à l’esprit outre la différence entre les limites naturelles et anthropiques du feu, une catégorie médiane : ancienne limite anthropique.

■ Supports des feux

89Toutes ces difficultés résident dans la faiblesse de la sédimentation fine de l’abri du Roc-de-Dourgne. Elle n’a pas engendré de sol terreux avec des chicots rocheux comme à l’abri de Font-Juvénal par exemple. Il faut donc noter que ce sont les sols bruts, souillés des traces de leurs prédécesseurs, localement aménagés ou encombrés de blocs, que tous les nouveaux arrivants ont utilisés. Leur préparation, nettoyage ou rangement de l’abri, a été semble-t-il trop peu développée pour que nous puissions l’enregistrer dans les témoins de combustion.

90Que le sol soit de roche, en dalle contigüe à la paroi, ou en blocs amoncelés naturellement ou par la main de l’homme, que le sol soit de terre et de vestiges d’habitat ou de produits divers de combustion, les feux à plat ont été allumés sans autre préoccupation.

■ Eléments constitutifs des foyers

■ Les produits de combustion

91Si nous ne pouvons déceler au Roc-de-Dourgne une éventuelle préparation du sol pour recevoir un foyer à plat, il nous est apparu utile de souligner certaines généralités sur les feux qui y sont décelables. En termes généraux, les foyers que nous dégageons ont subi des modifications de leur composition dues à des phénomènes naturels de vieillissement.

92Au Roc-de-Dourgne ces phases d’altération ont joué pleinement et les foyers à plat en présentent souvent des marques évidentes. On les enregistre par exemple pour les feux à plat de C5 sup. ou de C6 dont les épandages des produits de combustion dépassent plus de 2 m2 de surface, sans qu’il soit possible d’y distinguer des feux plus petits isolés. Ces dépôts d’aires de combustion ont tout particulièrement été l’objet de lessivages par ruissellement et de déplacement de leurs produits les plus fins par le vent. C’est cela qui explique en partie l’enrichissement des sols d’habitat en cendres épandues autour des foyers à plat. Le schéma p. 47 indique quatre périodes d’existence d’un foyer à plat simple (fig. 16b).

93La préparation et l’allumage comme la période du feu flamboyant engendrent chacun par leur mode d’élaboration ou de fonctionnement un dépôt de combustion structuré. Lors de l’extinction du feu, l’expérience montre bien sûr que les produits de la combustion n’atteignent pas tous des stades identiques ; mais ces dépôts se répartissent à la surface du foyer en auréoles concentriques.

94Les lessivages de sol et les autres érosions ou le vieillissement des foyers à plat provoquent donc les épandages des feux. Ces dépôts s’infiltrent entre les blocs rocheux qui parsèment les sols d’habitat, noyent les dispositifs de pierres et probablement englobent les vestiges archéologiques qui se trouvent abandonnés sur la terre de l’abri.

95C’est ainsi que le foyer à plat de C6 atteint 2,5 m2 de surface ; c’est une aire de combustion reconnaissable à son sol chauffé, altéré de traces de rubéfaction. Ce sont des taches en auréoles de teintes brunes ou rouges, parfois noires d’oxydes. Les cendres qui y sont accumulées ont dû migrer en partie sous l’action de l’érosion naturelle ou anthropique et s’arrêter sur la petite paroi naturelle de blocs alignés hérités d’un aménagement bien plus ancien et partiellement enfoui sous les sédiments.

■ Les accessoires du feu

96L’abri du Roc-de-Dourgne a livré trois dispositifs, certains de blocs rocheux, intégrés aux foyers à plat. Il s’agit d’aménagements évoquant la partie supérieure et aérienne des structures de maintien dits « calages de poteaux ». Ce sont des couronnes de pierres apparemment non calibrées mais sélectionnées pour leur épaisseur proche. Parfois des blocs plus épais sont nettement enfoncés dans le sol pour que, semble-t-il, le dispositif soit nivelé.

97Un croquis figure les deux modes rencontrés pour dresser cette couronne de roches. L’un consiste en une structure rayonnante dont on visualise les axes des pierres sur un schéma. L’autre est une construction orthogonale de pierres souvent empilées et solidement implantées en particulier en leur croisement (fig. 16a).

98L’espace réservé entre les blocs laisse apparaître des produits de combustion identiques à ceux qui les ceinturent et constituent le foyer à plat. Les roches faiblement altérées par la chaleur du feu auraient été déposées là lorsque les feux étaient allumés. Parfois des cendres les recouvrent et bien souvent elles ont protégé de notables fragments de charbons de bois du lessivage et du vieillissement de la structure.

99Au Roc-de-Dourgne, ces dispositifs au nombre de trois sont sur des foyers dépassant 1 m2 de surface utilisée. Il semble bien que ces aménagements soient des accessoires du feu. A l’abri de Font-Juvénal, nous dénommions ces dispositifs des « cale-pots » mais le terme de structure de pose paraît mieux privilégier leur fonction déduite de reposoir sur des cendres ou braises, voire un feu de flammes.

100Il serait possible de refuser l’interprétation qui précède et de voir le fait du hasard dans la disposition d’un amas de blocs sur les foyers à plat. Il faut souligner à cet égard notre argument quant au mode de construction de ce dispositif. En réalité, ces tas ont pu cependant jouer un rôle sans que leur disposition ait été volontairement réfléchie.

■ Contenus des foyers à plat

101Une des méthodes utilisables pour tenter de qualifier les feux à plat consiste à étudier leur contenu. Au Roc-de-Dourgne, il serait possible d’aller ainsi plus avant dans leur caractérisation. En établissant l’inventaire des objets archéologiques découverts dans les niveaux d’habitat et plus spécialement dans les foyers, on peut dresser une liste homogène qui compte : des fragments d’ossements d’animaux, des roches taillées, des coquilles d’escargots et des tessons de poterie.

102On considérera comme des échantillons de leur contenu le matériel que nous avons pu dégager. En effet, la désagrégation et les déplacements d’objets qui ne nous sont pas parvenus restent probables. Nous avons établi pour quatre foyers à plat l’inventaire des objets découverts. Notre parti a été de décompter tout autant les fragments osseux sans tenir compte de leur volume ou origine que les tessons de poterie, etc.

103Un tableau établit en valeur absolue et en valeur relative par foyer à plat la distribution statistique de ces vestiges (fig. 17b).

17 — Abri du Roc-de-Dourgne — a. Foyer à plat C6 : 1. escargot, 2. fragment osseux, 3. roche taillée — b. Mobiliers de 4 foyers.

104Deux feux à plat du Roc-de-Dourgne possédaient de 61 (C8) à 83 % (C6) de fragments osseux, alors que les objets de C7 étaient à 88 % des fragments de roche taillée. Dans les dépôts fins du foyer à plat de C5 base de plus de 1 m2 de surface ont été découvertes quarante-huit coquilles d’escargots (et une grosse quantité de fragments concassés non dénombrés) représentant 73 % du mobilier dégagé. La destination de ces foyers aurait été, du moins dans leur phase ultime d’utilisation, différente. Cependant, si l’on conçoit ces vestiges comme des dépôts parasites du feu, des objets de rebut non liés au fonctionnement de la structure, il en va tout autrement (fig. 17a).

105Nous remarquerons que les foyers riches en fragments osseux ne possèdent pas de dispositif de pose (C8 et C6) ; l’exemplaire qui possède 88 % de roche taillée est celui qui en surface est un des plus petits (il peut être évalué à 0,6 m2). Il présente un plan ovoïde allongé assez original. Enfin, le foyer riche d’un dépôt de coquilles d’escargots est le seul non limité (par une encoche dans la dalle de support (C7) ou un alignement de roches, hérité ou non d’une construction antérieure).

106Il serait possible de tenter de dresser des relations de causes à effets entre ces observations, mais il est évident que celles-ci doivent être avant toute chose multipliées.

■ Chronologie

107Ce n’est que pour mémoire que nous aborderons cet aspect des foyers à plat du Roc-de-Dourgne. Ces feux sont en effet des dispositifs très simples sans autres installations que celles des produits de combustion et parfois de quelques blocs de limite, c’est-à-dire qu’a priori, ils ont été connus ou utilisés à toute époque. Dans le cas présent, en outre, notre série n’offrait que trois foyers entièrement dégagés (fig. 18a).

18 — a. Abri du Roc-de-Dourgne : chronologie des foyers à plat selon leur type et leur accessoire — b. Effets simples du fonctionnement des foyers à plat — c. Abris de Font-Juvénal et du Roc-de-Dourgne : dimensions des foyers à plat.

108Certains foyers à plat peuvent être qualifiés d’aires de combustion avec plus de 2 m2 de surface. Mais leur distribution sur une colonne chronologique ne nous paraît pas significative outre mesure. Nous savons que certains feux allumés à même le sol peuvent en l’espace d’une journée s’étaler (selon le bois employé selon le type de temps, selon l’usage que l’on en fait ou l’activité que l’on pratique près de lui, etc.) et constituer ce que nous avons qualifié au Roc-de-Dourgne d’aire de combustion. Encore pourrait-on vérifier cette observation actuelle par une étude systématique de ces aires, de leur contenu, etc.

109Au Roc-de-Dourgne, il est évident que la plupart des foyers à plat ont eu une histoire à plusieurs épisodes, suffisante pour les étaler. Il n’est que de voir la difficulté rencontrée pour reconnaître les foyers sans limites des autres feux bordés de pierres. Aussi la colonne chronologique fait-elle apparaître une présence pratiquement continue de foyers à plat (un ou deux par niveaux d’habitat dégagés). Elle paraît refléter consciencieusement les traces de l’occupation humaine de l’abri. Nous ne pouvons non plus tirer argument de l’existence (ou du caractère fortuit de leur présence) des deux dispositifs de pose qui ont été observés également. Le caractère simple de l’aménagement est ici encore à considérer.

110Il semble bien que les investigations chronologiques n’aient de sens d’une part qu’avec des séries assez fournies d’exemples, d’autre part en privilégiant les associations de dispositifs qui également peuvent, plus spécifiquement, définir des activités ou des lieux dans l’habitat.

Table des illustrations

Légende 5 — a. Lectures des foyers à plat — b. Dimensoions de quelques foyers de la Préhistoire ancienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 6 — Balma de l’Adeurador, Félines-Minervois, Hérault (fouilles J. Vaquer - M. Barbaza). Foyer à plat limité F6 F3b (Mésolithique) — a. Traces de rubéfaction entre des blocs rocheux — b. Coupes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 7 — Abri de Font-Juvénal — a . Foyer à plat MN9 C9. 1. charbon de bois, 2. poterie, 3. fragment osseux, 4.quartz — b et c . Foyer à plat HIJ 6-7-8 F10a, courbes équidistantes de 5 cm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende 8 — Abri de Font-Juvénal — a. Dimensions des foyers à plat — b. Nombre par couches — c. Dimensions cumulées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende 9 — Abri de Font-Juvénal. Foyers à plat simples — a. Chronologie avec écarts des datations des couches (MC 449 à 493 et 569) et dimensions moyens des feux — b. Dimensions (longueurs et largeurs) des foyers par couche — c. Accessibilité et notion de taille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende 10 — Abri de Fond-Juvénal. Foyer à plat structuré MN 7 C2b’’ : 1 fragment osseux, 2. poterie, 3. schiste, 4. quartz.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende • 11 — Abri de Font-Juvénal. Coupe du foyer MN7 C2b".
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende 12 — Abri de Font-Juvénal — a. Bordure et effondrements du foyer à plat MN 7C2b’’ — b, c, d. Foyer à plat limité L 6-7 C3. 1. Objets.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende 13 — Abri de Font-Juvénal — a. Foyer à plat limité N 8-9 C5. 1. poterie, 2. fragments osseux — b. crientation schématique des blocs — c. Coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende 14 — Abri de Font-Juvénal. Foyers à plat limités — a. Dimension — b. Dimensions cumulées — c. Nombre par couche — d. Dimesions des bordures construites — e. Dimension des bordures en relation avec la taille de âtres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 15 — Abri de Font-Juvénal. Foyers à plat limités — a. Dimensions des bordures en relation avec les dimensions totales des emprises des foyers — b. Chronologie des foyers selon leurs dimensions.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende 16 — Abri du Roc-de-Dourgne — a. Stuctures de pose — b. Phase de l’existence d’un foyer à plat — c. Foyer C8. 1. roche taillée, 2. fragment asseux, 3. escargot — d. stucture de pose C7, plan, étude des profondeurs des pierres, orientations
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 17 — Abri du Roc-de-Dourgne — a. Foyer à plat C6 : 1. escargot, 2. fragment osseux, 3. roche taillée — b. Mobiliers de 4 foyers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 18 — a. Abri du Roc-de-Dourgne : chronologie des foyers à plat selon leur type et leur accessoire — b. Effets simples du fonctionnement des foyers à plat — c. Abris de Font-Juvénal et du Roc-de-Dourgne : dimensions des foyers à plat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30935/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search