Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Généralités

Les produits de combustion

Texte intégral

1. Les produits de combustion, vestiges archéologiques

1Les produits de combustion découverts dons les structures évidentes sont des cendres et des charbons. Ces termes méritent des définitions précises. A. Leroi-Gourhan propose pour les charbons « produits de combustion de couleur vive » et pour les cendres « produits de combustion complètement achevée, blancs et chargés de sels minéraux » (Leroi-Gourhan 1973). Ce sont ces significations qui correspondent à notre propre vocabulaire. Toutefois et sans que cela soit contradictoire, il est possible, « en abaissant le degré du fait », de parvenir à plus de précision. C’est par l’examen des formes de ces produits, de leur état à la découverte ou à l’abandon (ou mort) du foyer préhistorique et de leur structuration que l’on y arrive.

Poudre et suie

2Les charbons sont souvent découverts sous forme de poudre noire plus ou moins grasse. Cette poudre est selon sa quantité plus ou moins mêlée au sédiment qui l’entoure. La dispersion de la poudre charbonneuse peut être due au fonctionnement même de la structure de combustion, à son utilisation, à sa conservation, etc. Les parcelles de charbons qui forment cette poudre sont indiscernables à l’œil nu. Elles encrassent souvent le dessous des pierres chauffées ou les parois des foyers en dépression.

3Il semble donc qu’à la fouille la distinction entre des charbons pulvérisés (par toutes sortes de phénomènes différents et concomitants) et ce que l’on doit qualifier de suie soit impossible. La suie est en effet un résidu de combustion incomplète ; elle associe pour le bois du carbone pur imbrûlé et de fines particules de combustible également imbrûlé. Mais ce sont des goudrons, en suspension dans les fumées, qui lient ces produits et rendent la suie grasse et adhérente. Il faut noter que ces dépôts, secs, sont pratiquement incombustibles.

Parcelles, fragments, bûchettes, bûches de charbon

4Les charbons se présentent également en parcelles de taille plus ou moins importante. Ils proviennent de végétaux, d’ossements, etc. Parfois de réelles bûches peuvent être découvertes dans les foyers (abri de Font-Juvénal, D7-8 C4). La conservation de ces fragments de charbon est souvent meilleure dans des structures pierreuses. Mais lorsque les charbons se trouvent dans des terres leur conservation est très inégale selon les cas. Ils paraissent avoir en particulier subi des écrasements dus au poids des sédiments. Leur prélèvement est alors difficile. Souvent ces charbons sont à l’inverse des fragments émoussés, roulés. Ils « flottent » dans les terres proches des foyers. Ainsi tous les effets de l’érosion et plus particulièrement ceux des phases de transport peuvent être enregistrés sur ce matériau somme toute fragile.

5Hormis les problèmes de conservation, la forme des charbons évoque indirectement les techniques d’acquisition et de transformation des produits alimentant la combustion des foyers. Ceci n’est pas notre propos. Mais en dressant la liste des produits combustibles nous aborderons indirectement cet aspect archéologique et ethnologique.

Les cendres, résidus de combustion

6Le mot cendre est diversement utilisé par les préhistoriens. Certains, comme Y. Taborin, qualifient de cendres « les produits calcinés devenus pulvérulents » (Taborin 1976). D’autres, comme J. Laloy, adoptent pour définition « éléments incombustibles d’un combustible solide qui après combustion se retrouvent soit à l’état pulvérulent soit sous une forme solide quelconque » ; A. Leroi-Gourhan expose : « cendres = produit de combustion complètement achevée, blanc et chargé de sels minéraux, potasse en particulier » (Leroi-Gourhan 1973).

7La double signification des cendres est, par cette terminologie mal arrêtée, bien évidente. Les cendres sont des matières incombustibles ; la combustion permet de les extraire des produits déposés dans le feu. Les cendres sont aussi des résidus. Ces résidus pulvérulents ou solidifiés se mêlent au sédiment des structures, soit celui du sol, soit ceux des niveaux d’enfouissement et d’accumulation. Ces produits pulvérulents, bien que parfois encroûtés, résistent mal aux différents agents d’érosion lorsqu’ils sont en amas isolés. Mais en dépôts stratifiés, ils semblent moins mobilisables.

Les autres produits du feu, bistre et calcin, goudron

8L’indication d’un dépôt de goudron est assez fréquente lorsqu’on décrit une pierre découverte dans un foyer. Seules des analyses spécifiques permettraient d’arrêter ici un vocabulaire. Le bistre qui forme le goudronnage est provoqué par les fumées du feu. Il est composé d’anhydride sulfureux, d’acide acétique, d’aldéhyde formique, d’alcool méthylique, de créosote, d’ammoniac, de résine de cire et de goudrons. La vapeur d’eau des fumées lie ces constituants chimiques. Il est sûr que parmi ces produits, certains évoluent chimiquement et surtout physiquement, d’autres sont plus stables.

9Il est possible que quelques marques colorées d’altération de blocs rocheux soient des dépôts de bistre et non des traces de rubéfaction. De même, on peut observer sur des blocs, en particulier sur les surfaces rugueuses et bosselées, certains encroûtements noirs. Il peut s’agir de calcin, c’est-à-dire d’une matière identique au bistre mais composée de ses produits les plus lourds et insolubles. Ces traces sont très intéressantes car on sait que le calcin, à la pellicule vernissée, est inflammable à partir de 160° environ. On sait dès lors en observant du calcin ou du bistre que le foyer a été arrêté dans la position découverte ; une réutilisation ultérieure aurait nécessairement déclenché un feu en enflammant bistre ou calcin. Mais surtout, cette indication montre que le bloc rocheux n’a pas été directement en contact avec les flammes ; il a été simplement exposé à la fumée continue du foyer.

2. Structuration des produits du feu

10Les produits de combustion sont parfois découverts isolés. Ils forment des dépôts charbonneux plus ou moins mêlés de sédiment. Ils constituent également, par exemple, des amas ou traînées cendreuses. Il s’agit là de témoins de combustion déplacés, évacués ou dispersés de leur lieu originel dans la plupart des cas.

11Ce qui nous importe dans les structures évidentes de combustion, ce sont la position et les rapports structuraux existant entre ces produits. Une idée simple retient et guide notre étude : un feu allumé et entretenu il y a plusieurs millénaires peut être comparé à un feu actuel. Aussi, sans considérations (à cet endroit) paléo-ethnologiques, il faut s’attacher à la description simple de foyers que nous qualifierons d’expérimentaux. Physiquement ou mécaniquement des contraintes de construction s’imposent ; et elles donnent lieu à des produits et des rapports induits, nécessaires et inévitables. En nous bornant à cette observation, certains points de la découverte archéologique s’expliquent simplement.

Construction du feu

12L’allumage d’un feu en plein air implique certains principes dans les dépôts des combustibles. Il convient de disposer, sous nos climats, les végétaux, ossements, etc., selon leur taille du plus petit au plus grand sur l’aire de combustion. L’oxygénation du foyer s’avérant indispensable, on ne peut étroitement imbriquer les combustibles : il faut les disposer de manière à créer un volume très aéré.

13Selon le format des morceaux de bois, les poches de ventilation sont plus ou moins importantes. A la base, les brindilles d’herbes, écorces, lichens, etc., peuvent être relativement serrés. L’expérience montre qu’une touffe d’herbes sèches, même par temps humide, suffit pour allumer un feu. Elle s’enflammera plus ou moins aisément au contact d’une étincelle. Ensuite la disposition du combustible doit être réglée selon sa taille. De l’herbe, on passe aux brindilles, aux petites branches, aux moyennes jusqu’à aller aux morceaux de troncs. Il est évident que ceci concerne un feu dont on cherche la plus grande vitesse d’allumage. Il reste possible dans des conditions particulières d’allumer directement certains gros morceaux de bois soit en les préparant (nous pensons à certaines torches) soit en utilisant sans économie des brindilles de paille par exemple.

14Un feu conçu avec la hiérarchisation du combustible et en soignant son aération peut être allumé sous une averse fine ou avec des combustibles mouillés. Notre propre expérience, nous permet de l’indiquer à titre anecdotique. Dans ce cas extrême, la patience, la précaution dans la construction et un souffle lent et continu sur les flammes sont indispensables.

Stratigraphie et zonation

15La construction du feu telle que nous l’avons indiquée produit des vestiges de combustion. Ils s’organisent selon trois modes, les cendres, les charbons et un produit mixte plus ou moins riche en l’un ou l’autre de ces éléments. Les matériaux brûlés donnent plus ou moins de cendres et les braises (charbons) sont plus ou moins durables. Il faudrait connaître la durée du feu, de son entretien par recharges successives, etc.

16D’autres stratigraphies sont découvertes dans les foyers que nous étudions : recharge du feu, feu parfaitement construit où ne subsistent que des résidus imbrûlés et incombustibles, combinaison des deux précédents.

17En plan les dépôts de combustion s’organisent également selon plusieurs formes. Chacune d’elle a été expérimentalement réalisée. La forme étalée est obtenue par un feu qu’on laisse s’éteindre, les braises au centre correspondent aux fragments les plus gros empilés sur le feu. A la périphérie, une zone mixte de cendres et de charbons de bois résulte de fragments mal consumés car trop loin du centre actif des flammes. Les formes les plus groupées indiquent la bonne construction des produits disposés au centre du foyer. Le feu s’est bien allumé, a bien brûlé mais sous le poids des cendres incombustibles a pu s’éteindre lentement. Autour, une couronne mixte s’est formée. Une variante est très fréquemment rencontrée. Le feu a été plus efficace sur l’ensemble de son aire. Avec un remaniement et un entretien régulier du feu, il en résulte un mélange des cendres et des charbons.

18Tous ces schémas sont à considérer indépendamment des stratigraphies décrites. Ce sont les combinaisons de toutes ces formes principales que l’on rencontre à la fouille.

Stratigraphies de gisements

19Toutes ces observations peuvent être faites à la lecture des stratigraphies des sites d’habitat. Les données archéologiques sont alors sensiblement plus complexes. Intervient la combinaison de l’état, la nature et la résistance du sédiment ou de ses dépôts.

20Sur la portion de stratigraphie levée à l’abri de Font-Juvénal en EF8, les niveaux des foyers de C10 et C11 sont à ce titre très évocateurs. On y observe l’empilement de plusieurs dépôts de cendres, produits charbonneux et charbons (fig. 4a). Que ce soient les charbons ou les cendres fines, des jonctions de dépôts existent sur la coupe. Il est difficile d’affirmer s’il s’agit de feux successivement allumés les uns sur les autres, en un emplacement sans doute favorable et dicté par certaines contraintes (physiques ou humaines), ou s’il s’agit d’une succession de feux rechargés constamment et qui ont duré longtemps, peut-être quelques demi-journées, voire quelques jours. Mais la coupe montre aussi une phase de ravinement des cendres et d’un dépôt d’un cailloutis de petit calibre sur les produits cendreux. Il est difficile de préciser dans un tel cas de foyers empilés, et ceci tant en coupe qu’à plat, l’extension originelle de ces feux.

4 — Détails de stratigraphies à l’abris de Font-Juvénal — a. Couche 2c et F12 — b. Couches 10 et 11.

21Le cas est tout aussi complexe sur la portion de la coupe EF8 concernant le niveau C2c de l’abri de Font-Juvénal. Là le dépôt (fig. 4b) cendreux épais est continu et il couvre autant de charbons amassés qu’un sol cuit et rubéfié. On remarque que le tracé sommital du dépôt de cendres suit en partie celui de la surface sur laquelle le ou les feux ont été allumés. On peut supposer ici certains déplacements latéraux des dépôts mais sans parvenir à les préciser.

22La portion de stratigraphie qui accompagne sur notre dessin ce dernier cas concerne sur la même coupe le niveau F12 de Font-Juvénal. Là, les produits cendreux sont absents, probablement mêlés au sédiment léger encaissant. Mais le dépôt de charbons est très structuré et sa section lenticulaire est très caractéristique.

23A travers ces trois portions de coupes privilégiant les dépôts de combustion, les problèmes archéologiques de la fouille des foyers sont évidents.

24Une façon d’identifier les foyers serait de s’inspirer ou de poursuivre les catégories utilisées par M. et S.-J. Péquart, M. Boule et H. Vallois pour la station nécropole de Téviec. Ce site daté du Mésolithique a été publié avant guerre (Péquart 1937). Nous en rappelons les trois types de foyers : « les foyers domestiques, les culinaires édifiés à l’occasion de fêtes ou de funérailles, et les foyers rituels ». Une remarque de bas de page indique cependant : « Bien que les foyers domestiques soient aussi des foyers culinaires », cette appellation est réservée « à ceux de la deuxième catégorie pour les différencier des foyers rituels, dont l’utilisation semble avoir été tout autre ».

25En fait, un foyer domestique est ici un « aménagement hâtif et peu soigné » ; ce sont des « aires de bûchers » installées soit avec quelques pierres de champ jointives ou non, assemblées « rudimentairement » parfois en bordure circulaire, soit uniquement sur le sol bosselé de « pointements rocheux ». Leur contenu est sensiblement identique au second type de foyer : pierres chauffées, cendres, charbons, coquilles et fragments osseux calcinés « dans le fond ou sur les abords » des structures. Ce deuxième type, culinaire, regroupe des structures creusées aux parois consolidées de blocs rocheux « incontestablement choisis, (…) placés debout, d’une manière parfaitement jointive ». Enfin le troisième type est qualifié de « rituel » par sa situation dans la nécropole et l’absence de marques de chauffe sur ses parois ou son contenu (coquille, silex, etc.). Ils sont d’ailleurs interprétés comme « ayant encore une autre destination : celle de réceptacle à offrandes funéraires ».

26Cette manière d’appréhender les structures de combustion dont nous venons de parler n’a pas été ou n’a pu être la nôtre. Sous l’influence des paléolithiciens nous privilégierons l’analyse morphologique ; nous parvenons ainsi à définir des structures de combustion à plat ou en creux. Nous présentons donc dans notre travail les foyers à plat, les foyers à plat structurés et les trous de combustion.

Table des illustrations

Légende 4 — Détails de stratigraphies à l’abris de Font-Juvénal — a. Couche 2c et F12 — b. Couches 10 et 11.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30925/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search