Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Généralités

Les composantes des structures domestiques

Texte intégral

1. Les matériaux

Composants et témoins

1Chaque composante d’une structure évidente, c’est-à-dire d’un groupement qu’a priori le fouilleur qualifie de significatif, devient, à la découverte, un témoin. Chacune par sa forme, son état ou sa position doit indiquer l’histoire de l’installation des Préhistoriques. Dès lors, nous portons plus d’attention à ces éléments en tant qu’accessoires qu’en eux-mêmes. Qu’ils soient bruts, donc directement prélevés dans l’environnement naturel, modifiés (c’est-à-dire altérés par l’érosion naturelle ou anthropique) ou façonnés (en clair fabriqués par les Préhistoriques) ces objets étaient des éléments suffisants et nécessaires pour assurer le fonctionnement (actif ou passif) des dispositifs. Le degré de nécessité de la présence de ces objets dans la vie de l’installation que nous découvrons est difficile à préciser. Mais nous le concevons comme évident (même pour des accessoires).

2C’est dans ce cadre qu’il nous paraît utile d’étudier, selon quatre caractères, chaque témoin ; la présence ou l’absence, le choix, la position et l’état sont des indications autant sur la « nécessité » de ces pièces que sur le fonctionnement de leur assemblage (et donc de l’aménagement).

3La présence d’un objet ou sa répétition pose le problème de son origine. Si l’on peut affirmer que 80 % des accessoires des structures découvertes sont d’origine « microlocale », les cas de transports de matériaux sont connus et toujours riches d’enseignement (notion de terrains, de territoires). Par exemple, l’usage des pierres ou des terres trouvées sur le sol des grottes, abris ou sites en plein air pour construire des installations de toutes sortes est général. Cependant des problèmes de quantité insuffisante ou d’absence totale se posent souvent et justifient des collectes dans les environs. Il convient alors de s’intéresser aux techniques d’acquisition de ces objets.

4Le choix des composantes d’une installation est abordé selon trois directions principales : la nature, le calibre (ou format) et la qualité des objets. Ce sont souvent des arguments importants pour apprécier l’utilisation faite du dispositif. Il est certain que pour animer des savoir-faire précis, hérités et transmis, les hommes préhistoriques sélectionnaient certains matériaux à dessein. La répétition de certains choix l’indique, même si d’une culture à une autre, ces choix sont différents voire contraires. Nous nous trouvons en effet là à la frontière des techniques et de la technologie, de la mise en œuvre d’une capacité et du savoir nécessaire pour agir.

5La position des composantes d’une structure évidente doit faire l’objet de toute l’attention du fouilleur. Le dégagement de ces installations sur le terrain est désormais classique. Mais nous soulignerons l’intérêt de l’étude des stratigraphies fines des aménagements, ceux en dépression en particulier. Elles permettent la lecture des positions du groupe structuré, qu’il soit en place ou non, de niveau (par rapport au sol pertinent) ou non.

6Nous n’insisterons pas sur le dernier thème d’étude des composantes et témoins structurés. Il s’agit de l’état des objets, naturel ou non, altéré (et les agents d’érosion ou de transformation sont à préciser) voire construit. Ce dernier cas peut sembler plus rare mais il concerne par exemple les fragments de poterie, réutilisés souvent comme ou à la place d’un bloc rocheux, ou les soles d’argile (édifiées toujours selon des techniques sensiblement identiques).

Composantes

7Il est désormais « classique » de subdiviser les témoins, c’est-à-dire des « vestiges » qui sous-entendent « une fonction plutôt qu’un état » (A. Leroi-Gourhan), en témoins minéraux, végétaux et animaux. Chaque terme est à prendre à un niveau générique : par exemple les indications de « terres » et de « pierres » ne sont pas des références morphologiques et lithologiques. Entre certains dépôts cendreux et des terres, la limite de détermination est difficile sur le terrain. De même, les ossements peuvent être des fossiles, ou des vestiges plus anciens ou contemporains qui pouvaient être considérés comme des pierres.

8Dans la présentation qui suit nous aborderons les produits de combustion en dernier lieu. Ils forment en fait des composantes, élaborées à partir des précédentes, minérales, animales et principalement végétales.

2. Les témoins minéraux

Généralités

■ Les élements structurants

9Ce sont sans doute les vestiges dont la présence paraît la plus naturelle et la plus éloignée de la marque de l’organisation humaine. Ils forment le sédiment des habitats. Ces terres et ces blocs rocheux sont cependant parmi les principaux éléments des aménagements domestiques.

10On peut considérer que les parois des grottes ou des abris, les gros blocs et les roches en général des installations de plein air en font partie. A l’abri Jean Cros, il est fort possible qu’un mauvais alignement de très gros rochers ait été aménagé comme support d’une paroi artificielle. De même, il est probable que certains sols naturels, un éboulis par exemple, aient pu être stabilisés par l’homme donc aménagés. A la grotte des Cazals, le cas s’est produit : les occupants de la grotte au Néolithique final (groupe de Véraza) ont aplani un éboulis cryoclastique et y ont sans doute épandu localement de l’argile rouge tirée des galeries voisines.

11Les deux exemples précédents rapidement cités indiquent à notre sens la difficulté de cerner la notion de structure évidente en n’abordant que la qualification de ses éléments. C’est pourquoi, nous avons proposé le terme d’« éléments structurants » en étudiant l’habiter à l’abri Jean Cros pour ces dispositifs selon toute apparence naturels mais dont on peut déceler « directement » une certaine structuration. Il faudrait sans doute associer à ce type de structures les aménagements de sols, par ratissage, épierrement, empierrement, comblement, nivellement, etc. Etudier les témoins minéraux à cet endroit reste souvent la tache du sédimentologue, pour autant qu’il prend en compte les macrocalibres.

■ Les structures évidentes

12Les composants minéraux des aménagements découverts dans les habitats peuvent s’étudier selon leur appartenance lithologique. Nous distinguons les terres et les pierres, cette séparation étant plus pratique que théorique. Les terres sont le plus souvent celles des niveaux d’occupation. Ce sont des sables, des limons, des sédiments argileux, etc., selon la nature de la roche encaissante et des dépôts sédimentaires. Elles portent des traces de transformations physiques ou chimiques qui sont dues soit à l’évolution même du remplissage du gisement soit, et ceci nous intéresse, au fonctionnement ou au rôle de certains dispositifs volontaires. Les plus « évidentes » sont les marques thermiques et les traces de combustion, mais il en existe d’autres que nous examinerons.

13Les composants minéraux des structures évidentes sont souvent des éléments étrangers aux sédiments naturels des habitats. Ce sont des objets apportés par les Préhistoriques, sélectionnés sans doute pour leur nature, leur forme, leur propriété, etc. Parmi eux, on doit compter des éléments à « double » histoire. Certaines roches taillées, outils ou déchets, peuvent ainsi évoquer des activités et une histoire des gestes de fabrication, d’utilisation, de bris, perte ou abandon, etc. Mais, inclus dans les aménagements de blocs, en creux ou en bosse, ces objets façonnés deviennent également des accessoires. Notons que le cas est encore plus difficile à cerner avec les vestiges osseux, témoins d’activités culinaires, les coquilles, les tessons ou fragments de poterie, etc. Tous ces objets sont autant de témoins dont seule l’analyse microtopographique peut conduire à interpréter la seconde nature ou la fonction.

■ Forme, état et structuration

14Chaque pièce découverte dans un ensemble cohérent et organisé doit être étudiée selon trois modes principaux : la forme, l’état et la structuration. La forme d’un témoin minéral prend en compte non seulement son aspect volumétrique et le modelé de ses formes mais aussi ses proportions et ses rapports de mensuration avec l’espace extérieur et l’homme lui-même. C’est ainsi que la typologie des objets lithiques peut intervenir dans une description de forme si les pièces ont été façonnées.

15L’état des témoins minéraux est riche d’enseignements. Selon le modelé des surfaces et plus encore des reliefs naturels ou façonnés des blocs rocheux, il est possible de cerner l’action de certains agents et préciser en particulier ceux mis en action par l’homme : usure ou fracture, principalement.

16La structuration correspond aux rapports qui unissent chaque pièce ou chaque composante à son environnement direct. Nous privilégions les rapports structurels de fonctionnement. Il est certain que les rapports significatifs sont ceux qui présentent comme l’a indiqué A. Leroi-Gourhan des « caractères de répétition » ou de « liaison ». Mais un rapport non significatif peut à terme le devenir. Nous ne pouvons en effet à l’heure actuelle arrêter une liste de ces rapports significatifs. Ces groupements peuvent en effet provenir de la nature des objets, par exemple un assemblage de galets. Ils peuvent tenir au calibre des objets, par exemple un cailloutis de roches différentes. Ils sont aussi explicables par la forme des témoins minéraux : un ensemble de dalles, etc. De même, la structuration des composantes minérales peut s’expliquer par leur origine, leur provenance commune (évoquant un ramassage sur un terrain particulier). A l’extrême, mais cet aspect nous échappe, elle peut se justifier par la notion du temps de l’assemblage, période ou moment durant lequel le groupement a été réalisé.

Les terres

■ Les sédiments des sols occupés

17Cette catégorie de produits minéraux se trouve généralement comme soubassement des dispositifs d’aménagement des habitats mais elle peut avoir d’autres rôles. Le plus souvent, c’est le sédiment même du sol qui est concerné à l’état brut ; mais parfois des apports ou des déplacements de terres sont décelés à la fouille.

18Nous n’aborderons pas ici les caractères de chaque type de sédiment ni leur mode d’utilisation. Mais nous pouvons signaler deux produits dont l’usage pouvait sembler spécifique ; l’argile et le sable ont sans doute été sélectionnés pour leurs caractéristiques opposées. Par exemple, la présence de certains sables gréseux ont pu être au Roc-de-Dourgne une condition nécessaire et suffisante pour le creusement de silos de conservation. Un autre exemple concerne l’argile ; on connaît au Néolithique quelques exemples de soles de cuisson, faites d’argile travaillée (une à Font-Juvénal). Ailleurs à la Mort-des-Anes (Villeneuve-les-Maguelonne, Hérault) l’argile a sans doute été utilisée pour colmater et couvrir un silo de taille importante (Néolithique récent).

■ Les transformations subies

19Souvent l’existence d’un aménagement domestique a provoqué la modification des terres ; le cas le plus clair est sans doute celui des marques de rubéfaction, c’est-à-dire d’oxydation (différentielle) des sels minéraux ; mais à ces modifications physiques ou chimiques, dues au fonctionnement du dispositif, s’ajoutent toutes les actions de l’érosion naturelle ou anthropique. Plusieurs facteurs concourent alors à transformer les sédiments en les enrichissant de produits ayant migré, des éléments naturels ou obtenus par l’homme : cendres, charbons, esquilles osseuses, etc. Ainsi la nature et la structure du sédiment deviennent différentes.

20En changeant d’échelle, on comprend également certaines transformations de la nature du sédiment, moins chargé en biocailles par exemple ou densément enrichi de produits de parasites différents.

Les pierres

■ Des formes multiples

21La forme des blocs minéraux est un élément important dans l’étude des structures évidentes. Si certaines définitions sont dans ce cadre nécessaires, il ne nous paraît pas utile de les multiplier. Ainsi, nousemployons blocs et pierres de manière indistincte en insistant cependant dans un cas sur la morphologie du matériau et sur sa nature dans le second.

22Toutefois, il est certain que, par élimination, un bloc n’est pas une plaquette ou une plaque rocheuse. Ces dernières pièces sont de faible épaisseur, relativement ou non (une plaquette dans notre vocabulaire n’atteint pas 2 à 3 cm d’épaisseur).

23Les galets d’origine fluviale ou marine sont décelables rapidement dans les structures d’habitat. Mais parfois, ils sont des éléments mêmes du sédiment d’occupation et il nous semble alors difficile de les considérer sur le même plan (c’est le cas à la Mort-des-Anes, où le sol du fond de cabane est en argile rouge riche en galets).

24Le problème de l’origine est ainsi clairement marqué pour ces pierres comme il l’était pour les terres ou les autres composantes des structures évidentes. Nous ne reviendrons pas sur les autres apports de cet aspect de l’étude des pièces déplacées ou apportées (géographie, économie, socio-ethnologie, etc.) qui débouche sur d’autres plans.

■ Les bris et leurs origines

25Revenir sur le vocabulaire complet de l’étude des pierres n’est pas notre propos. Mais il convient de préciser ici certains termes utilisés pour décrire des constituants de structures évidentes et en préciser l’état. Ces adjectifs font tous référence aux surfaces et aux reliefs des blocs et à leur apparence. A l’aide de ces observations, certains agents de transformation peuvent être reconnus. Et l’on peut caractériser alors les traces du fonctionnement des aménagements sans les confondre avec d’autres modes de modification. Certains adjectifs sont réunis. Fracturé, indique que le bloc, anguleux, a été brisé consciemment. Un outil lithique ou son nucléus d’origine récupéré en accessoire d’une structure évidente est donc une pierre fracturée.

26Un bloc émoussé présente quant à lui des surfaces et des arêtes usées et arrondies. Cette usure peut être d’origine naturelle et c’est le cas de nombreuses pierres en calcaire à alvéolines à l’abri de Font-Juvénal ; mais elle peut également être d’origine humaine, par usure mécanique volontaire (piquetage, polissage en cours, etc.).

27Ces termes groupés indiquent donc à leur tour un agent de modification tantôt naturel (anguleux et émoussé), tantôt anthropique (fracture, anguleux, émoussé). On perçoit bien que l’examen attentif des faces des pierres, de leurs arêtes et de leurs surfaces doit être orienté sur ces agents de modification. Et l’emploi de ces termes ne peut exclure cette recherche. Il convient même d’aller plus avant : un bloc fracturé, volontairement brisé, a pu l’être par toutes sortes de moyens physiques (par flexion, écrasement, percussion, variation thermique, etc.).

28La fragmentation des pierres se traduit aussi par la qualification de sa cassure ; elle peut être dans le sens du clivage, feuilletée, ou perpendiculaire, donc fissurée. Cette information mise en situation dans la structure offre souvent un grand intérêt car elle oriente la réflexion sur son histoire fonctionnelle ou son évolution. Ainsi un feu allumé au pied de la paroi provoque comme toute érosion un enlèvement de matériaux, de plaques ou écailles, puis un dépôt que l’on dégage près du foyer.

29Une pierre éclatée traduit souvent aussi une marque de chauffe. En effet, un écart thermique important fracture les roches les plus résistantes. Mais l’agent de la cassure est autant l’échauffement que le refroidissement du bloc minéral. Le remontage de ces blocs est souvent d’un intérêt certain lorsque la répartition des morceaux est assez importante.

■ Les effets du feu

30L’action thermique des foyers et les altérations physiques ou chimiques qu’elle provoque sur les blocs sont plus ou moins fortes selon l’intensité et la durée de l’échauffement ou du feu. Ce sont donc la nature des produits de combustion, leur état (hydrométrie), leur volume et le temps du feu qui modulent pour une part les altérations des blocs rocheux. Mais, par ailleurs, ce sont aussi la nature, l’état, la forme, etc., de ces pierres qui en expliquent les modifications. Ce double aspect que nous avons déjà souligné est ici sans doute primordial. C’est pour cela nous semble-t-il que le vocabulaire que nous employons peut difficilement être arrêté.

31Bien souvent, les pierres trouvées dans les foyers ou à proximité sont qualifiées de brûlées. Elles portent en effet des traces noires ou brunes qui évoquent celles que l’on trouve sur les fragments de bois ou d’ossements. Mais, mis à part certaines pierres très particulières, elles ne font en réalité qu’enregistrer les effets du feu ; une pierre ne brûle pas. Pourtant dans certains sites du groupe de Fontbouisse, on peut rencontrer des blocs de charbon tertiaire qui ont côtoyé des foyers. Des blocs d’anthracite sont aussi parfois découverts mais rien n’indique leur emploi comme combustible ; il en est de même de certains schistes bitumineux. L’emploi de ces roches est encore mal connu chronologiquement.

32Le terme de pierre brûlée est donc le plus souvent impropre. Mois il a le mérite de caractériser un objet marqué par la carbonisation ; cette définition, valable pour les autres témoins végétaux ou animaux, rend compte d’un phénomène majeur d’altération et de son effet partiel ou complet. Une pierre brûlée portera donc des traces de l’action directe ou indirecte du feu sur sa propre composition ou des marques de son contact direct avec d’autres produits ayant subi cette action.

33Ceci permet de préciser l’adjectif à retenir pour qualifier un bloc minéral qui a enregistré l’action de la chaleur du foyer. Le jeu thermique du feu implique des modifications physiques ou chimiques des pierres. Parmi elles, la rubéfaction est une oxydation de certains minéraux qui teinte de couleur rouge ou brune les surfaces et la masse des blocs. C’est l’intensité de la chaleur du feu qui donne, selon l’état et la nature de la pierre, ces colorations plus ou moins importantes.

34Une pierre brûlée, couverte de goudron, suie, charbon, etc., peut être rubéfiée mais l’un n’implique pas l’autre. On trouve souvent dans les foyers à plat limités de blocs rocheux des pierres rougies mais sans aucun dépôt de carbonisation. Et l’inverse existe également. Il est donc difficile d’arrêter une nouvelle fois une frontière entre les deux termes. Pourtant les expériences en plein air que nous avons pu faire sur certains blocs de calcaire tertiaire (Lutécien-Bajocien) montrent le phénomène suivant : dans un premier temps, les pierres sont souvent noircies par la partie supérieure des flammes ; ce dépôt noirâtre est assez gros, riche en goudron plus ou moins mêlé de vapeur d’eau. Ce produit qui devient de teinte bistre en se condensant disparaît parfois quand le feu dure selon la même intensité. Le bloc rocheux paraît alors plus ou moins marbré de vermicules encrassés ; mais il ne porte plus de traces évidentes qui lui fassent donner le terme de brûlé. L’oxydation thermique de certaines plaques ou traînées sur la pierre est alors visible. Elle semble d’ailleurs s’accélérer si on arrose lentement (et par aspersion) les blocs.

35Parfois, nous utilisons le terme de pierres rougies par le feu ; il s’agit là d’une des marques les plus nettes de la rubéfaction, une oxydation rouge de minéraux. A. Leroi-Gourhan réserve ce terme aux matériaux rougis par de l’ocre mais nous pensons qu’en complétant le terme par « rougi par le feu » il ne saurait exister de confusion.

3. Les témoins animaux et végétaux

Les fragments osseux

36Les fragments d’ossements (os, cornes, etc.) découverts dans les structures évidentes sont le plus souvent des vestiges de leur utilisation. C’est le cas le plus fréquent pour les foyers ou les trous de conservation. Mais parfois il est difficile de ne pas voir en eux des accessoires propres à la construction du dispositif. Ainsi, certains gros fragments (os canons de boeuf, etc.) semblent avoir été utilisés comme des blocs parmi d’autres.

37Dans les deux cas, les qualificatifs que l’on peut leur attacher sont ceux des minéraux. Seule, l’expression d’os brûlé réclame quelques précisions. Elle traduit donc l’action du feu. L’os est alors coloré de brun-noir ; mais il peut être aussi blanc ou ivoire. Dans tous les cas il perd sa consistance primitive. On sait qu’un os perd sa matière organique aux environs de 300° Celsius. Mais les études récentes de G. Périnet (Périnet 1964, 1969 et 1972) montrent que d’autres évolutions (fossilisation) peuvent conduire au même résultat. Aussi la coloration est-elle un indice nécessaire et suffisant pour appeler un os, brûlé. Un tableau peut être présenté ; il indique les stades de coloration des ossements en fonction des températures du feu (fig. 3c). Nous examinerons plus loin les informations qu’apportent de tels renseignements sur les structures de combustion.

Les végétaux

38Comme pour les fragments osseux, les produits végétaux que l’on découvre dans les structures évidentes sont pour certains des accessoires de leur fonctionnement et pour d’autres des témoins de leur utilisation. En effet, il s’agit d’une part de charbons de bois, en bûches ou en morceaux plus ou moins gros et d’autre part de graines carbonisées ou enfin de pollens que seule l’analyse microscopique permet de découvrir. C’est au chapitre du fonctionnement des foyers que nous évoquerons les végétaux sélectionnés ou utilisés. Des cendres, produits imbrûlés et incombustibles, proviennent également de végétaux alimentant les foyers (fig. 3a).

39On sait que les cendres contenues dans les bois font environ 2 % de leur composition. Mais cette proportion est variable selon d’une part l’importance de l’écorce et d’autre part selon la partie de l’arbuste ou de l’arbre qui est brûlé. Un graphique (fig. 3b) indique ces différentes variations.

40L’importance d’un amas de cendres ne peut cependant pas indiquer à elle seule un foyer chargé abondamment de feuilles ou morceaux d’écorces. La couleur blanchâtre des cendres de bois ne peut être non plus une indication. L’expérience montre que ces cendres d’os peuvent être très claires par la présence de granulats de teinte blanche, ivoire, etc. Et l’on a pu observer sur des foyers à plat abandonnés en plein air durant plus d’une année le noircissement de cendres de bois (chêne et érable) dû à leur contact avec les charbons de bois (qui eux s’encrassent d’une fine pellicule cendreuse grise).

3 — a. Production moyenne de cendres selon la partie de végétal brûlée — b.  Composition chimique des produits de combustion — c. Couleurs des ossements brûlés selon la température.

Table des illustrations

Légende 3 — a. Production moyenne de cendres selon la partie de végétal brûlée — b.  Composition chimique des produits de combustion — c. Couleurs des ossements brûlés selon la température.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search