Version classiqueVersion mobile

La chirurgie des âges

 | 
Véronique Moulinié

III. Le sang des hommes

6. La mauvaise humeur

Texte intégral

Chanteau fut pris d’un violent accès de goutte (...) Ainsi que le disait Mme Chanteau avec rancune, la maison était un vrai hôpital. Depuis quelque temps, son mari ne quittait plus la chaise longue. A la suite de crises répétées, son corps entier se prenait, le mal montait des pieds aux genoux, puis aux coudes et aux mains. La petite perle blanche de l’oreille était tombée ; d’autres, plus fortes, avaient paru ; et toutes les jointures se tuméfiaient, la craie des tophus perçait partout sous la peau, en pointes blanchâtres, pareilles à des yeux d’écrevisse. C’était maintenant la goutte chronique, inguérissable, la goutte qui ankylose et qui déforme.
« Mon Dieu ! Que je souffre ! répétait Chanteau. Ma jambe gauche est raide comme du bois ; pas possible de remuer le pied ni le genou... Et mon coude, le voilà qui brûle aussi. Regarde-le donc. »
Pauline constata au coude gauche une tumeur très enflée. Il se plaignait surtout de cette jointure, où la douleur devint bientôt insupportable. Le bras étendu, il soupirait, en ne quittant pas des yeux sa main, une main pitoyable aux phalanges enflées de nœuds, au pouce dévié et comme cassé d’un coup de marteau.
« Je ne peux pas rester, il faut que tu m’aides... J’avais trouvé une si bonne position ! Et tout de suite, ça recommence, on dirait qu’on me racle les os avec une scie... Tâche de me relever un peu. »
Vingt fois dans une heure, il fallait le changer de place. Une anxiété continue l’agitait, toujours il espérait un soulagement. (...)
Les crises, cependant, devenaient moins aiguës ; mais elles ne cessaient pas, elles duraient nuit et jour, exaspérantes de malaise, arrivant à une torture sans nom par l’angoisse de l’immobilité. Ce n’étaient plus les pieds qu’un animal rongeait, c’était tout le corps qui se trouvait broyé, comme sous l’entêtement d’une meule. Et il n’y avait point de soulagement possible. (...) Le pis était que la souffrance le rendait injuste et brutal. (...)
Chaque fois que Pauline accompagnait le docteur Cazenove, elle le suppliait.
« Ne pouvez-vous donc lui faire une piqûre de morphine ? J’ai le cœur brisé de l’entendre. »
Le docteur refusait. A quoi bon ? L’accès reviendrait plus violent. Puisque le salicylate paraissait avoir aggravé le mal, il préférait ne tenter aucune drogue nouvelle. Pourtant, il parlait d’essayer le régime du lait, dès que la période aiguë de la crise serait passée. Jusque-là, diète absolue, des boissons diurétiques, et rien d’autre.
« Au fond, répétait-il, c’est un gourmand qui paie trop cher les bons morceaux. Il a mangé du gibier, je le sais, j’ai vu les plumes. Tant pis à la fin ! je l’ai assez prévenu, qu’il souffre, puisqu’il aime mieux se gaver et courir les risques !... »

Zola : La joie de vivre, 1884 (1985 : 172-175)

  • 1 « Que le goutteux se console : si chacun a sa calamité, chacun de même a quelque avantage et la gou (...)
  • 2 Si, dans le Prologue à Gargantua, il apostrophait les « beuveurs tres illustres et (...) verolez tr (...)
  • 3 Mes interlocutrices désignent ainsi la « vitesse de sédimentation » qui, selon elles, « donnerait u (...)

1Chanteau est un « bon vivant » vieillissant — qualificatif que s’attribuent volontiers ceux qui souffrent de la même affection ; bourgeois rentier, il ne pratique guère l’exercice mais prend plus volontiers place devant une table pour peu qu’elle soit copieusement pourvue : Chanteau est le type même du goutteux, décrit par tous les médecins1. Lorsque Zola écrit ces lignes, la goutte est l’objet d’une grande attention. Les goutteux en littérature ne sont pas rares. Si, dans son édition originale, Rabelais dédiait son Pantagruel2 aux goutteux, Balzac, lui, en afflige Le curé de Tours, « l’abbé Birotteau, petit homme court, de constitution apoplectique, âgé d’environ soixante ans » (Balzac 1968 : 39), qui n’a rien à envier à Chanteau quant à son mode de vie, ce dont témoigne son embonpoint. A n’en pas douter, le goutteux, figure très vivante, évoquait, encore au xixe siècle, un type particulier d’homme bien plus sûrement qu’une longue description ; il se suffisait à lui-même, véritable incarnation d’une pensée du corps et de l’âge. Les nombreuses gravures humoristiques témoignent de l’intérêt du public pour cette maladie. Certaines ont encore aujourd’hui leur place au mur comme la goutte a eu sa place dans la littérature. Et la description de la crise que fait l’homme de lettres ne serait pas non plus désavouée par ses contemporains de la Faculté, tant on la croirait tirée de quelque ancien traité sur cette maladie. Depuis Hippocrate, l’intérêt ne s’est jamais démenti. Cependant, on s’est longtemps contenté de reprendre et de commenter les écrits du médecin de Cos, citant même textuellement ses aphorismes en dernier recours, comme preuve suprême. Et le xixe siècle, qui semble avoir accordé un intérêt soutenu à la maladie, fera se côtoyer découvertes récentes et Aphorismes. Nous sommes donc face à un savoir qui va se perpétuer jusqu’à nous, intact, sans la moindre modification. Mais si, de temps en temps, paraissent encore quelques articles dans des magazines de santé, la maladie est oubliée des encyclopédies médicales familiales. D’ailleurs, « c’est une vieille maladie. Tu n’en as plus beaucoup qui l’ont. Ça disparaît. » On la redoute d’autant moins que l’on a d’autres sujets d’inquiétude : sous l’impulsion des campagnes de prévention, sont apparus les « accidents cardio-vasculaires » dont un simple bilan sanguin annuel permet de limiter les risques. Le quinquagénaire — ou plus exactement son épouse — surveille et commente désormais très attentivement les taux de cholestérol, de diabète, les « tryglucémies », la « V.S3 ». Que la goutte s’appelle aujourd’hui « acide urique » ne change cependant rien à la façon de penser le retour d’âge masculin. En effet, sous le jargon médical des différentes époques, on voit apparaître la même logique, la même compréhension de cette charnière de la vie de l’homme.

Du sang

2Tout le monde le sait, « en vieillissant, tu as le sang qui change. Moi, je le vois bien ; quand je m’égratignais, avant ça saignait, ça saignait. Ça n’arrivait pas à faire une croûte et maintenant, ça saigne mais ce n’est pas pareil. Ça fait comme une goutte, tu vois, comme si ça ne pouvait pas couler. C’est parce que le sang devient plus épais. Il est plus foncé aussi. Mais alors pour te dire d’où ça vient ? C’est l’âge, ça. C’est comme tout. » D’autres ont affirmé au contraire une plus grande difficulté à cicatriser, indice d’une plus grande fluidité. Mais l’essentiel est là, « la composition du sang normal varie chez des individus différents par le sexe, l’âge (...) » (Harreaux 1837 : 126). Cependant, la lecture de ces Traités sur le sang n’offre rien de satisfaisant. Il suffit pourtant de consulter quelques Traités sur la gravelle ou sur la goutte pour que le médecin se révèle plus disert.

Un sang bien sale

3D’une part, la quantité de sang serait en remarquable augmentation. Les médecins ne mettent-ils pas tout en œuvre pour lutter contre la « pléthore » qui assaille leurs patients ? Cependant la modification la plus largement reconnue n’est pas quantitative mais qualitative. « Dans le sang lui-même, se passent des changements de la plus haute importance », affirmait Garrod (Garrod 1867 : 113 ). Le spécialiste de la goutte qu’il fut le savait mieux que tout autre. En effet, cette modification du sang, due à une modification de sa composition, est particulièrement à l’œuvre dans cette pathologie. Désormais, c’est dans le cholestérol, le diabète et les « artères bouchées » qu’on la découvre.

4Aujourd’hui, aucun goutteux n’ignore qu’il doit ses souffrances à un très fort taux d’acide urique dans le sang. Cependant, ces savants acides uriques ou lithiques pour ceux qui souffrirent de la pierre, trop médicaux, ne signifient pas grand-chose ; ils ne prennent sens que par comparaison. « Il paraît que c’est de l’acide urique. C’est des cristaux que tu as dans le sang, des cristaux de calcaire sans doute, ou comme ça. » Et c’est d’ailleurs bien l’avis du médecin qui y voit « une matière tartreuse, terrestre, graveleuse qu’on peut comparer au plâtre, à la marne, à la craie et au tufeau » (Paulmier 1769 : 4). Le diabétique n’est guère mieux loti puisque « c’est du sucre dans le sang ». Le cholestérol ne fait pas exception mais lui n’est que « graisse, de la graisse dans les artères à partir d’un certain âge, c’est très fréquent ». Il peut d’ailleurs advenir que toutes ces matières soient présentes en même temps. « Ça lui fait des excès en tout, un peu de tout, de l’acide urique, du cholestérol, de la graisse. »

5Pour comprendre le sens donné à ces maladies, il faut s’interroger sur leurs rapports avec l’humeur sanguine. Le cholestérol et ses semblables ne sont pas perçus comme des pathologies endogènes du sang. L’humeur manifeste simplement les conséquences d’un trouble qui concerne tout le corps. D’ailleurs, n’aurions-nous pas conclu un peu vite en affirmant que la composition du sang semblait profondément modifiée puisque « les parties constituantes du sang ne présentent en définitive chez le goutteux aucune modification constante ; c’est ailleurs qu’il faut chercher l’altération caractéristique du sang du goutteux » (Garrod 1867 : 117). En effet, entre la pathologie et des phénomènes « normaux pour leur âge », il n’existe qu’une différence d’intensité. D’ailleurs, les femmes scrutant le « bilan sanguin » de leur époux, ne s’inquiètent pas de l’apparition d’une quelconque « matière hétérogène » ; elles surveillent les fluctuations de « taux » dont il serait parfaitement illusoire de croire qu’ils puissent être équivalents à zéro. « Il y en a toujours un peu. Dis, qu’est-ce que c’est, le sang ? C’est tout ça. » Ce que celle-ci expliquait sans ménagement à son mari, qu’elle a toujours soupçonné d’hypochondrie tenace, qui se plaignait de « faire du cholestérol, deux grammes quand même », rectifiant le diagnostic médical, selon elle fort excessif et volontairement alarmiste.

Le cholestérol ! C’est nouveau ça. Et puis le docteur sait à qui il a affaire. Tu gobes tout du moment qu’on te dit que tu es malade. Mais le cholestérol, mon pauvre, tout le monde en a. Même la petite, c’est sûr qu’elle en fait un peu. C’est obligé. Qu’est-ce que tu crois que c’est, deux grammes ? Mais c’est rien, c’est normal. Tu peux te mettre au régime, même crever de faim, tu en auras toujours, quoi que tu fasses. Un peu moins peut-être mais tu en auras toujours. Et puis, tu n’as plus vingt ans que je sache. Alors, c’est sûr que ça monte un peu. Mais, à ce compte-là, on est tous malades, on fait tous du cholestérol.

6En effet ces maladies ne sont pas dues à l’apparition de « marne », de « calcaire », de « sucre » ou de « graisse » dans le sang mais seulement à l’augmentation de la quantité de ces matières, à « l’accumulation de certains principes qui, à l’état normal, existent dans le sang en quantité tellement minime qu’il est difficile de les y découvrir » (Garrod 1867 : 117). Et le corps médical éprouve les plus grandes difficultés à définir la « matière goutteuse » ou « graveleuse ». Cependant les traités sont émaillés de qualificatifs qui ne laissent aucun doute sur la nature de cette « humeur peccante », sur cette « matière morbifique » ; finalement, ces « mauvais sucs », ces « humeurs nuisibles » semblent ne pouvoir être qualifiés que de « crasse du sang ». « Ces humeurs crues s’accumulant dans le sang y séjournent », le « surchargent (...) d’une abondance excessive ». « Enfin, pour achever la description (...), les viscères se trouvent à la longue tellement farcis de l’humeur goutteuse qui y séjourne, et tellement lésés, que les organes sécrétoires ne peuvent plus s’acquitter de leurs fonctions ; d’où il arrive que le sang, surchargé de limon et d’ordures, n’ayant plus la liberté de circuler, et la matière peccante ne se portant plus aux extrémités du corps, comme elle avait coutume, la mort survient enfin pour terminer une vie si misérable. » (Sydenham 1799 : 526-546 ; Garrod 1867 : 328-410.) Affligé de goutte, de cholestérol ou de diabète, le corps n’arrive plus à se débarrasser de ce qui, malgré tout, apparaît nettement comme des corps étrangers du seul fait de leur quantité. Le circuit sanguin devient une sorte d’égout où se déversent « des humeurs crues » et « imparfaites », les ordures du corps.

7Ces modifications qui n’ont rien que de très normal, s’aggravent souvent, devenant de véritables pathologies, dont le caractère extrême permet de comprendre les transformations physiologiques ordinaires, inhérentes à « l’âge ». En effet, ces maladies ne sont qu’une étape, une première manifestation. A terme, ces troubles peuvent avoir des conséquences graves. « Le cholestérol, à un certain âge, c’est normal. Mais il faut quand même le surveiller parce que si tu en fais trop, tu peux faire un infarctus ou une attaque. » Là est le véritable risque, dans ce que l’on appelle d’un terme générique et révélateur les « coups de sang ».

« Le sang qui travaille »

8On a pu affirmer que « le sang (n’a) plus la liberté de circuler » (ibid : 531). En effet, les antiques matières « hétérogènes », qui déjà le surchargent, ne restent pas en dissolution dans le sang. L’humeur lithique « s’agglutine dès qu’un objet se présente », tout comme l’humeur goutteuse, provoquant ici un calcul vésical, là des tophus aux articulations. Le cholestérol ne fait pas exception. « Ça te bouche les artères et tu fais un infarctus. » Les graisses s’amassent en divers points des veines, les rétrécissant, entravant — de manière fort provisoire — la circulation sanguine. Et c’est bien pour redonner de la vitalité au sang et « déboucher les artères » que les quinquagénaires modernes s’octroient quelques verres de whisky. Celui-ci, à qui je faisais remarquer que cette boisson risquait de faire augmenter un taux de cholestérol déjà remarquable, me démontra combien je me trompais.

Tu rigoles mais le whisky, c’est drôlement bon au contraire. Ne ris pas. C’est vrai, tous les docteurs te le diront, ça te débouche les artères. Ça te bouffe toutes les graisses que tu as dans le sang. Et surtout le whisky parce que ce n’est pas beaucoup sucré donc pas de diabète ou d’autre chose. Bien sûr, il ne faut pas en boire trop mais un peu de temps en temps, ça nettoie les artères parce que c’est fort comme alcool alors ça dissout les graisses. Et puis, du coup, le sang circule mieux et tu as moins de risques qu’un vaisseau te craque à la tête ou ailleurs puisque le sang n’est pas gêné.

9La moderne cure éthylique a donc pour but de « résorber ces bouchons » pour rendre à la circulation toute sa liberté car ce qu’il faut craindre, c’est la conséquence de l’obstruction, l’infarctus, qui offre plutôt l’image d’une remarquable accélération de la circulation sanguine ainsi que sa désorganisation. Comme un barrage qui fissure et soudain rompt.

Mon père avait soixante ans quand il a fait un coup de sang. On a appelé le docteur, je ne sais pas ce qu’il trafiquait, il a mis un temps à venir ! Et moi, je voyais bien que mon père déménageait. Enfin, il est venu, c’était un jeune ; je ne sais pas ce qu’il lui a fait. Rien sans doute parce qu’après, il ne s’en est jamais remis. Quand il a été parti, j’ai envoyé mon mari chez la Bourione chercher les sangsues. Perdu pour perdu, j’ai tout essayé mais c’était déjà trop tard. Je les lui ai bien posées et crois-moi, ça me dégoûte ces bestioles mais là je n’ai pas craint ma peine. Je peux te dire que je lui en ai mis. Tu aurais vu ces saletés, aussitôt, ma pauvre, elles ont gonflé, elles sont devenues énormes. Preuve que j’avais eu raison. Mais c’était trop tard. Le cerveau était noyé. Il est resté quinze ans paralysé. Si je l’avais fait tout de suite, si j’en avais eu à la maison, je l’aurais sauvé.

10Le recours à la saignée ou aux sangsues tend à un double but. D’une part, il faut atténuer la pléthore sanguine du patient, cause de l’attaque, vider un peu ses veines trop pleines. Son autre efficacité est à l’œuvre, comme amplifiée, dans un traitement radical que l’on ne se résout à appliquer que dans les cas les plus graves.

Quand j’étais tout gosse, il y avait un vieux qui avait fait un coup de sang. On était à table, c’était un grand repas, un mariage ou une communion peut-être. Alors, il s’est mis à devenir tout rouge, et puis il racontait n’importe quoi ou il ne pouvait plus parler, je ne sais plus. Il y a longtemps. Enfin, il n’allait vraiment pas bien. Il perdait la tête. Alors, quelqu’un a dit que c’était ça, que c’était un coup de sang. Et comme ils n’avaient pas le temps d’aller chercher le docteur, tu sais comment ils l’ont soigné ? Ils lui ont coupé l’oreille, oui, avec un couteau peut-être, le lobe de l’oreille. J’étais tout gosse, ça m’avait marqué parce que tu aurais vu ce sang qui a giclé. Il y en avait partout. C’était impressionnant. C’était pour ne pas que le cerveau se noie parce que sans doute que le coup de sang, c’est le sang qui monte à la tête. Et il fallait faire partir ce sang alors en coupant l’oreille, ça le vidait. Parce que c’est près du cerveau, c’est la tête, l’oreille. C’est plus rapide que les sangsues ; c’est pour ça que c’était efficace. C’est pour ça que ça a tellement giclé. Il avait fait une forte attaque et ils l’ont sauvé comme ça. Mais il fallait oser le faire !

11Toutes les thérapies décrivent cette soudaineté : « le sang qui gicle », les sangsues qui décuplent de taille en un temps étonnamment bref. Les termes eux-mêmes évoquent rapidité et choc. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’on parle souvent « d’infractus » (sic). Le mot, ainsi modifié, évoque la fracture, la rupture. Le « coup de sang » est en effet un brusque afflux de sang dans une partie quelconque du corps. Il peut s’agir d’organes qu’il a l’habitude de visiter comme le cœur, les poumons ou le cerveau mais qu’il « inonde » à ce moment-là. L’un des risques n’est-il pas que « le cerveau se noie » ? Mais on m’a aussi parlé de cas d’« infarctus de l’estomac », organe qui n’est pas représenté comme appartenant à son « circuit ». Le sang semble alors perdu dans le corps, désorienté, submergeant ses lieux habituels ou affluant là où il ne devrait pas aller. Cependant l’attaque, pour être spectaculaire, n’est que la conclusion d’un processus, plus lent, plus discret : « la poussée de tension ». « Tu en as beaucoup qui meurent...Tiens, mon grand-père est mort à cinquante et un ans d’une hémorragie cérébrale. Il a eu une poussée de tension et puis il y a un vaisseau qui a pété à la tête, le cerveau noyé et il est mort ! Comme ça ! Souvent, on en meurt d’un coup de tension parce qu’en fait, c’est le sang, c’est un coup de sang. » L’un et l’autre sont parfaitement identiques, relèvent d’un même fonctionnement : le « coup de sang » est une « poussée de tension » à grande échelle. Et c’est en interrogeant celle-ci que celui-là prendra forme. « Moi, le mien, je ne sais pas si c’est le retour d’âge ou quoi, mais il a eu des gros problèmes de circulation. Il y a dix ou douze ans, il a fait une crise de tension de vingt et quelques. Qu’est-ce que c’était ? Le sang ! les crises de tension, c’est bien le sang. Ces crises de tension artérielle, c’est le sang ; les artères, c’est bien le sang. » « Je ne sais pas si c’est le retour d’âge ou quoi », pure formule rhétorique, elle sait très bien le lien intime qui existe entre cet âge et ces problèmes. En effet, les poussées de tension font partie des grands risques pour l’homme, plus encore que pour la femme. Elle aussi y a été sujette lorsque les menstrues ont cessé mais il n’y a là qu’un problème parfaitement autonome, qui n’a aucune conséquence, il est même plutôt l’ultime désordre provoqué par la fin des règles. Pour l’homme vieillissant, les « poussées de tension » ont un sens bien différent : ce n’est qu’un début, le premier symptôme dont il faut se méfier, auquel il faut veiller avec soin car il annonce de funestes conséquences. C’est une profonde mutation qu’elles annoncent et qu’elles mettent en œuvre.

12Celle-ci s’évertuait à démontrer par la logique anatomique le lien entre « crise » de tension et sang. C’est de nouveau au sens strict qu’il faut entendre le terme « circulation ». Le sang se déplace dans les « artères » d’une manière anormale. La tension est d’abord étroitement liée à la vitesse de ce déplacement. Si l’une chute, c’est que l’autre s’est ralentie. Ce qui peut avoir de funestes conséquences.

Quand ma sœur est rentrée à l’hôpital, elle avait dix de tension. C’était grave surtout qu’elle avait une tension forte d’habitude mais je me disais que ce n’était pas encore désespéré. Et puis, quand le docteur m’a dit que ça tombait encore, elle avait neuf et huit, alors là, je savais qu’elle ne se relèverait jamais. Lui me disait que si, que ça pouvait aller plus bas, que ce n’était pas dramatique. Tu parles ; quand tu as sept de tension, ça ne repart plus. Quand c’est descendu trop bas, le cœur ne tient plus. En plus le cerveau n’est plus irrigué alors tu restes gaga. Elle s’est éteinte comme ça, c’est tombé, tombé, elle s’est affaiblie, elle a perdu connaissance et puis plus rien.

13Cette lente disparition des fonctions élémentaires est l’indice même d’un arrêt de la circulation sanguine, que la chute irréversible du chiffre ne laissait qu’imaginer. Mais la chute de tension est aussi synonyme de réduction du circuit qui délaisse les extrémités. Au « cerveau non irrigué » répond la thérapie de cette autre patiente.

Après mon accouchement, j’ai fait une forte chute de tension. Ça arrive ça après un accouchement. Alors ils me faisaient des perfusions, des trucs comme ça. Et ça dégringolait toujours. Et puis un jour, je suis tombée dans les pommes. Dans le coma presque. Tout le monde était affolé, ça courait dans tous les sens. Mais ma mère a dit : « Laissez-moi faire. » Elle m’a enlevé les oreillers de sous la tête, elle me les a mis sous les jambes, avec des couvertures pliées en quatre et tout. Tu vois, la tête en bas et les pieds en l’air. Et tout de suite, c’est allé mieux.

14A l’inverse, lorsque le chiffre ne cesse d’augmenter, c’est que le sang lui aussi s’affole. Certes, il a tendance à se déplacer de manière un peu rapide — « Tout d’un coup, tu as le cœur qui bat vite, comme si tu venais de faire un cent mètres et puis tu ne tiens plus sur tes jambes. Tu as la tête qui tourne et puis tu te sens drôle comme si... je ne sais pas » — mais surtout à aller, à affluer n’importe où comme l’infarctus le démontre. Ces troubles du sang de l’homme, qui délaisse certains lieux du corps pour se porter en masse sur d’autres, sont les mêmes que connaît la femme au retour d’âge. On n’hésite d’ailleurs pas à comparer les poussées de tension aux bouffées de chaleur. « C’est bien à la même époque que les femmes ont le retour d’âge, que les hommes ont des poussées de tension. Elles ont des bouffées de chaleur et eux des poussées de tension. C’est pareil. Je pense que c’est la même chose. A cet âge-là, c’est le problème qu’ils ont eux. Nous, c’est la ménopause, eux, les infarctus mais c’est toujours à cet âge-là. » On a vu combien la bouffée de chaleur était l’indice de l’errance sanguine. Le sang masculin y serait lui aussi sujet. Enfin, n’est-il pas significatif que la cinquantaine soit plutôt associée aux poussées de tension ? Leur fréquence et leur force sont l’indice même de cette agitation : comme chez les femmes, le circuit semble totalement désorganisé, recherchant une issue que le corps ne semble pas — ou plus peut-être — à même de lui offrir.

15La goutte elle-même traduit cette agitation, cette pérégrination du sang à l’intérieur du corps. On n’hésite pas à la définir comme une migration. En effet, la « matière goutteuse » chercherait « à se fixer » sur les articulations. Mais, si le sujet est trop vieux, elle ne « saurait être poussée si fortement et si régulièrement » pour y parvenir ; « la Nature n’est pas en état (alors) d’expulser la matière peccante », elle « n’est plus en état de la pousser fortement et régulièrement aux extrémités du corps ». On peut alors craindre qu’« elle ne se porte ailleurs », « de manière à faire naître l’idée de métastase, d’un changement de siège de la maladie ». Il n’est aucune partie du corps qui soit à l’abri d’une attaque de « goutte rétrocédée » puisqu’on l’a vue se manifester par des « affections des yeux et des oreilles ». « Ce transport des humeurs sur les articulations en quoi consiste l’accès de goutte » (Sydenham 1799 : 525-531) rappelle fortement l’agitation sanguine que mettent en œuvre les poussées de tension, bouffées de chaleur et « attaques ». Du moins peut-on constater que dans tous ces cas, il semble également « désorienté », visitant tous les organes.

Copland rapporte un fait dont il a été témoin et où l’on voit la goutte se porter dans l’espace de quelques heures sur plusieurs organes. Il s’agit d’un médecin chez qui les symptômes articulaires s’étaient manifestés (...) à l’un des pieds. Bientôt la goutte abandonna ce siège et se porta sur les intestins, ce qui détermina de violentes coliques ; ce fut ensuite le tour du diaphragme et des poumons et il se déclara alors une dyspnée violente. Enfin le cerveau lui-même fut pris légèrement. Après cela, la goutte reparut à l’un des pieds, et se porta ensuite sur l’autre. (Garrod 1867 : 563.)

16Surcharge et agitation sont donc liées, au moins du point de vue des conséquences, souvent fort graves. Et cependant, les femmes ne s’en inquiètent guère ; il n’y a pas là l’ombre d’une maladie. « C’est ce que lui disent les docteurs. Il n’est pas malade. Il se porte très bien. » Et la Faculté n’est pas plus alarmiste. « Un goutteux doit être regardé dans les intervalles de sa maladie comme un homme qui se porte bien, à l’exception de la disposition naturelle où il est d’avoir un accès de goutte. » (Sydenham 1799 : 538.) Il n’y a là que le fonctionnement normal d’un corps sous l’effet de l’âge. D’ailleurs, mes interlocutrices ne s’y trompent pas, qui accusent la nourriture mais affirment aussi qu’« il y a l’âge qui joue sur tous ces trucs-là ». Et si les médecins accusent un « défaut de coction », un « défaut de transpiration insensible », « une atonie générale des organes de la digestion », les femmes livrent une tout autre explication, fort simple. « C’est l’accumulation. Ils n’éliminent pas. C’est ça, ils accumulent. Ils n’éliminent plus. » Faut-il en déduire qu’ils ont, un jour, « éliminé » ? De plus, « éliminer », « accumuler » sont, reconnaissons-le, des verbes bien peu utilisés pour parler du corps de l’homme, spontanément imaginé comme un univers clos. Pour comprendre le sens de cette opinion insolite, il faut s’interroger sur le rapport des sexes à ces maladies et en introduire une nouvelle, véritable clé de la physiologie masculine : les hémorroïdes. Rapport essentiel puisqu’il dévoile le principe du « circuit des hommes ».

Entre féminin et masculin

17Dans les exemples, il est aussi bien question d’hommes que de femmes, pour des pathologies qui sont par ailleurs qualifiées de masculines. Cette « incohérence » est une constante du discours sur ces maladies. Les traités médicaux ne font pas exception, qui souvent affirment un fait pour l’illustrer de son contraire, comme si les sexes étaient « interchangeables ». Ce paradoxe est le fondement même de la compréhension de la physiologie masculine. Ce jeu entre féminin et masculin se double d’un jeu entre goutte et hémorroïdes qui semblent se ressembler pour mieux s’exclure.

18Lorsqu’on prononce le mot de goutte, sans plus de précision, mes interlocuteurs l’attribuent spontanément aux hommes et le corps médical est de cet avis. « Les femmes sont moins exposées que les hommes à contracter la goutte. C’est là un fait incontestable. » (Garrod 1867 : 280.) Aucun auteur ne se hasardera à prétendre le contraire. Mais ce n’est pas tant la prédisposition des hommes que l’immunité des femmes qui apparaît, immunité sur laquelle on s’interroge. On fait clairement référence aux « habitudes de vie du beau sexe », à sa sobriété naturelle, qui jouerait ainsi un rôle de préservatif. Cependant, les médecins ne se montrent guère convaincus par leur propre explication. En effet, la maladie ne peut se comprendre que par une redéfinition des physiologies sous l’effet de l’âge. Il faut interroger le rapport des femmes à la goutte et aux hémorroïdes pour comprendre ce qu’elles disent du corps masculin.

19Il faut d’abord remarquer que l’immunité des femmes n’est pas absolue. La partition entre les sexes se double d’une partition entre les âges, qui met en cause la physiologie. En effet, depuis Hippocrate on le sait et on le répète, « une femme ne devient goutteuse qu’après la cessation des menstrues » (Hippocrate 1816 : 165). Cet aphorisme ne sera jamais remis en question. Et, en 1867, Garrod, que l’on présente comme le premier auteur à s’être intéressé de manière scientifique et rationnelle à ce sujet, l’affirme encore. « C’est particulièrement à l’époque de la ménopause que la maladie fait sa première apparition. » (Garrod 1867 : 281.) Un siècle plus tard, le microscope vient accréditer cette affirmation, lui donnant enfin une assise scientifique. « Le taux sanguin d’acide urique chez la femme est naturellement plus bas que chez l’homme. Mais à l’approche de la ménopause ce taux s’élève un peu. Toutefois, la goutte est très rare chez les femmes (95 % d’hommes pour 5 % de femmes) et survient essentiellement après la ménopause lorsque le taux d’œstrogène chute. » (Houdart 1993 : 37.) Qu’une maladie liée à l’accumulation de « crasse » dans le sang puisse apparaître à la cessation des menstrues correspond bien au rôle qu’elles sont censées jouer. Véritables « filtres », elles nettoient le corps et le sang, éliminent les « humeurs imparfaites », « renouvellent la vie d’une femme ». En termes plus « savants », « il est hors de doute (...) que chez elles la menstruation opère pendant une partie de la vie une dérivation puissante » (Garrod 1867 : 280). Il faut aussi ajouter « l’action de la matrice dont les effets s’opposent à une surabondance de sang » (Scudamore 1820 : 67). Privé de ses purgations naturelles, le corps féminin s’encrasse et devient alors sujet aux maladies des hommes. Quoi de plus logique puisque eux ne disposent pas de ces purgations naturelles ?

20Et pourtant, quelques détails interdisent une conclusion aussi hâtive. Remarquons d’abord que, si la goutte affecte surtout les hommes, elle les afflige surtout « à un certain âge ». En fait, « l’époque ordinaire à laquelle la goutte se manifeste est entre la trente-cinquième et la quarante-cinquième année » (Duringe 1829 : 105). Une question s’impose : qu’est-ce qui vaut aux plus jeunes leur immunité ? Et puis, le corps viril est-il si hermétique ? Les hémorroïdes, maladie de la « sanglance », attestent du contraire. Elles « constituent une affection d’une extrême fréquence. On l’observe plus souvent chez l’homme que chez la femme » (Bensaude et Oury 1946 : 13). Mais comme dans le cas de la podagre, cette immunité disparaît à la ménopause. « On sait que les femmes, qui ne sont pas ordinairement sujettes au flux hemorroidal, en sont quelquefois atteintes après l’époque critique. » (Larroque 1812 : 34.)

21En fait ces maladies nourrissent de profondes ressemblances avec les menstrues, ce qui explique qu’elles s’excluent chez la femme mais nous amène à repenser la ressemblance entre les sexes. On était tenté de voir dans la femme vieillissante un corps qui fonctionnait sur le modèle viril puisqu’elle souffrait des mêmes affections que l’homme. Mais, en amont des retours d’âge, qu’en est-il de ces ressemblances ? Au travers d’un réseau de correspondances, c’est un nouveau système organisant les physiologies qui se dessine, suivant le « fil rouge » des femmes.

De plusieurs « fils rouges »

  • 4 « Combien de personnes n’y a-t-il pas qui ont succombé à des hémorragies cérébrales qui reconnaissa (...)

22J’ai jusqu’alors, suivant en cela certains médecins, qualifié la goutte et les hémorroïdes de « maladies », terminologie que n’apprécieraient pas mes interlocutrices, elles qui ont répété que leur époux se « portait très bien ». L’apparition d’hémorroïdes ne semble inquiéter personne, ni femmes, ni médecins. « Ah mais ça oui, c’est sûr, les hémorroïdes, c’est normal à la ménopause. Quand ça bricole, que ça tarde, que ça ne vient pas, tu as des hémorroïdes, souvent. Ce n’est pas grave, c’est même normal. C’est bloqué et il faut que ça sorte. » Ce surgissement s’inscrit dans cette perturbation du « circuit sanguin », dans cette errance du sang qui recherche une autre issue. Elles jouent d’ailleurs un rôle essentiel dans le maintien de la santé au cours de cette période4. Cependant, leur utilité ne se limite pas à la période difficile et mouvementée de la ménopause. Durant l’âge mûr, on a pu observer des cas où ces deux flux alternaient, sans que l’économie en soit le moins du monde altérée. Ainsi, Madame L., à trente-quatre ans, perd son mari et en éprouve un profond chagrin. « Bientôt, ses menstrues cessèrent tout à coup, et furent remplacées un mois après par un flux hémorroïdal assez copieux. (...) Ce flux sanguin reparut pendant six mois, précisément aux époques de l’évacuation sanguine : après cet espace de temps celle-ci se rétablit, (...) le flux hémorroïdal disparut. » (Larroque 1812 : 37.) On sait les conséquences d’une interruption brusque des menstrues : la mort, la maladie ou, pour les aliénistes, tous les degrés de la « folie ». Que cette femme n’ait pas connu le moindre de ces troubles montre combien règles et hémorroïdes ont même fonction au sein de l’économie du corps et sont interchangeables.

23Il en va de même pour la goutte qui, loin d’être une maladie, serait un « gage de longue vie », un véritable remède. « Les accès de goutte corrigent, plus ou moins, le mélange vicieux du sang. (...) L’équilibre dans la composition du sang peut être entièrement rétabli, au moins momentanément. » (Duringe 1829 : 314.) Fort ambiguë, la goutte est maladie car consécutive à l’encrassement du sang mais elle a aussi une vraie fonction : restaurer la santé, lutter contre toute affection. C’est d’ailleurs en ces termes qu’elle se défend des accusations de ses victimes, affirmant sans doute possible son efficacité.

Que peut-on attendre d’une telle façon de vivre, sinon un corps plein d’humeurs stagnantes prêtes à se corrompre, un corps prêt à tomber dans toutes sortes de maladies dangereuses si moi, la Goutte, je ne viens de temps en temps à votre secours pour agiter ces humeurs, et les purifier, ou les dissiper. (...) Vous êtes un ingrat (...) N’est-ce pas moi, qui, en ma qualité de votre médecin, vous ai sauvé de la paralysie, de l’hydropisie et de l’apoplexie, dont l’une et l’autre vous auraient tué il y a longtemps, si je ne les en avais empêchées ? (...) La Goutte n’est pas une maladie, mais un véritable remède, et (...) il ne faut pas guérir un remède. (Cabanès 1926 : 84-94.)

24Là est toute l’ambiguïté des troubles sanguins de la cinquantaine ; ils ne sont que la conséquence d’un processus qui se met en place, ils en sont simultanément le symptôme et la cure. « (Ils) soulage(nt) constamment les malades ; (leur) suppression (...) est plus ou moins fâcheuse. » (Larroque 1812 : 5.) On ne peut que songer au flux menstruel. En effet, tous participent d’un même processus de nettoyage du corps, dont l’utilité est particulièrement sensible dans le corps féminin. Et pourtant ces deux pathologies — hémorroïdes et goutte — sont plus particulières aux hommes dont elles redéfinissent la physiologie au travers d’un intense réseau de ressemblances.

25Des menstrues, goutte et hémorroïdes ont l’extrême fragilité. Tout ce qui peut interrompre le cours des unes provoque un accès des autres. Ainsi en est-il du froid et de l’humidité, principale cause de « goutte rentrée ». Cette action du froid sur le déclenchement de la crise « se comprend aisément. Il y a arrêt de la sécrétion cutanée, (...) rétention des acides de la peau, (...) congestion des organes intérieurs » (Garrod 1867 : 324). Doit-on considérer que les « affections morales » ont, elles aussi, une influence sur les « sécrétions cutanées » ? Et pourtant, « le chagrin, les soucis, les insomnies et en général toutes les émotions doivent, en outre, (...) être comptées parmi les causes occasionnelles de la goutte » (ibid. : 13).

C’est vrai que la goutte, c’est une histoire de sang. Mais il y a aussi autre chose. Je travaillais à l’usine, j’étais chef, donc j’avais des responsabilités, ce qui fait que tout le monde me tombait dessus, les ouvrières comme le patron. Pendant des années, j’ai supporté ça, sans broncher mais ça m’a donné la goutte. Je t’assure que si. Parce qu’à chaque fois qu’il y avait une contrariété, le lendemain, j’avais une crise, à rester couché. Et puis je le sentais venir. Quand ça chauffait le matin, quelques heures après, j’avais un agacement au pied, ça me démangeait et le lendemain, le pied comme une patate. Donc, dans mon cas précis, la goutte, c’est le stress, les colères, l’énervement qui me l’ont provoquée.

  • 5 Cette fragilité du sang peut avoir de dramatiques conséquences en cas d’allaitement au sein. « C’ét (...)

26La ressemblance entre les deux pathologies se retrouve dans ce domaine car « les passions de l’âme influencent non seulement sur l’apparition des hémorroïdes, mais encore elles les rendent plus violentes, anormales ou irrégulières. C’est surtout la colère vive, la terreur et une tristesse profonde ou habituelle, qui produisent ces différents effets » (Larroque 1812 : 18). Or ces causes ont aussi une influence marquée sur le cycle menstruel, qu’elles perturbent gravement, de manière semblable. Ainsi, une eau trop froide provoque le « sang glaçat », le sang n’apparaît plus, il s’est figé, caillé à l’intérieur du corps. Sous l’effet d’un chagrin, d’une affection de l’âme, on craint d’avoir « le sang retourné », qu’il « ne se change en eau5 », un retard des règles ou une abondance anormale. Souvenons-nous de celle-ci dont le mari périt, écrasé sous une charrette. Le chagrin ne provoqua-t-il pas l’arrêt définitif de son sang ?

27Crise soudaine, la goutte n’en présente pas moins certains signes précurseurs. « Le système nerveux est souvent averti de l’approche de l’accès de goutte par une lassitude générale avec beaucoup d’agitation d’esprit, palpitation du cœur, ou de l’aorte dans quelques parties de son trajet, mais spécialement dans la région épigastrique, tremblements et battements intérieurs. Quelquefois le malade va se coucher sans se douter du mal dont il est menacé, s’endort ; mais il est obsédé par des songes pénibles, et lorsque le jour paraît, il reconnaît dans la goutte le démon de sa vision. » (Scudamore 1820 : 16-17.) Symptômes que l’on pourrait aisément confondre avec l’imminence des hémorroïdes puisque « lorsque le molimen hémorragique se fait sentir, et que le sang tarde à paraître, le malade tombe dans une tristesse profonde, pense à des choses sinistres, éprouve une douleur gravative dans la tête, avec une grande propension au sommeil ; son esprit devient lourd, ses idées confuses, sa mémoire embarrassée, son jugement incertain » (Larroque 1812 : 47-48). Ces troubles du « système nerveux », « abattement, assoupissement et bâillements fréquents, cauchemar, sommeil inquiet » que Scudamore ou Larroque diagnostiquaient comme les symptômes de la goutte ou des hémorroïdes appartiennent aussi, et d’abord, au syndrome prémenstruel au cours duquel « le caractère change souvent, le malade devient chagrin et enclin à la mauvaise humeur » (Garrod 1867 : 25). La ressemblance concerne aussi le corps. Au ventre de « Bibendom », « ballonné », « gonflé », aux « kilos migrateurs » des unes font écho les « lourdeurs périnéales » des autres. « Le (goutteux), quelques semaines auparavant a été incommodé de crudités d’estomac, ou d’indigestion et (...) il s’est trouvé pesant et gonflé, comme par des vents. Cette enflure et pesanteur augmente de jour en jour, jusqu’à l’arrivée de l’accès qui est précédé de quelques jours par un engourdissement. » (Sydenham 1799 : 5.) Or cette pesanteur est aussi synonyme de grossesse, les deux événements s’imbriquant, se reproduisant car le goutteux se rapproche aussi de la femme enceinte, souffrant, comme elle, de troubles alimentaires, où se succèdent selon le même schéma, dégoûts et envies. « Leur estomac a horreur de la viande. » (ibid. : 559.) Mais l’inverse est tout aussi fréquent. « Un appétit excessif pour les viandes, deux ou trois jours avant son attaque, est un symptôme précurseur ordinaire. (...) Un malade m’a assuré qu’une semaine avant son attaque, il ne pouvait parvenir à satisfaire son appétit ; et pour me servir de ses propres expressions, "il aurait mangé toute la journée". » (Scudamore 1820 : 16.) Cet homme semble « manger pour deux », conseil fréquemment donné aux femmes enceintes. Comme elles, goutteux ou souffrant d’hémorroïdes, l’homme est très sujet aux « nausées » et « vomissements spasmodiques répétés, de manière que les malades ne peuvent retenir ni les boissons, ni les aliments qu’ils prennent » (Larroque 1820 : 43).

28La ressemblance court tout au long de la vie, reliant goutte et flux anal aux périodes essentielles de la féminité, certains symptômes étant aussi ceux de l’âge critique. Certaines descriptions semblent tirées de traités sur la ménopause.

  • 6 Le prurit et plus largement toutes les affections cutanées sont aussi un des accidents fréquents de (...)

Quelques personnes se plaignent d’un engourdissement dans les cuisses, d’un refroidissement des membres abdominaux et surtout des pieds, accompagné d’un resserrement de la peau et d’une démangeaison de tout le corps ou de quelque partie, et particulièrement de l’anus et des organes de la génération6. Quelquefois les muscles des membres ou les membranes articulaires deviennent le siège des douleurs rhumatismales les plus vives, soit fixes, soit vagues, passant facilement d’un endroit dans un autre. Souvent il survient des maux de tête violents, des vertiges fréquents, de la somnolence, des tintements dans les oreilles, de fausses visions, des bouffées de chaleur à la face, un gonflement et une rougeur des joues, des yeux et des oreilles ; les carotides battent avec force et les veines du col paraissent très gonflées. Il n’est pas rare d’observer diverses altérations de la mémoire, de l’imagination et du jugement. Quelquefois il se manifeste du délire et des convulsions dont la violence et la durée sont très variables. Mais ces accidents ne se développent que lorsque le flux hémorroïdal a de la peine à paraître, et que le sang se porte abondamment vers l’encéphale. (Larroque 1820 : 40-41.)

29L’alternance de la sensation de froid et de chaud, associée à des troubles de l’humeur, est d’une remarquable fréquence dans les jours qui précèdent les crises. « Un monsieur, qui depuis plusieurs années, est affecté de goutte, éprouve pendant un ou deux jours avant son accès une sensation de froid et de chaud ; le système nerveux est chez lui très irritable, et il verse une grande quantité de larmes, sans qu’il lui soit possible de se retenir. » (Scudamore 1820 : 17.) C’est aussi le seul signe précurseur que les goutteux actuels relèvent. « Il n’y a qu’une chose quand même, quand je vais avoir une crise, je le sais parce que je ne suis pas bien. J’ai froid et je transpire, ce n’est pas croyable, comme quand tu as la grippe, que tu as de la fièvre. » Ce n’est sans doute pas en référence à la grippe que les femmes, qui ne souffrent normalement pas de podagre, se montrent si expertes dans ces descriptions.

30- Quand ça lui arrive, ça lui donne de la fièvre. Ça lui donne de la fièvre quand il a la pleine crise. Il tremble, tu vois, il a de la fièvre.

31- Je tremble, je m’en vais au lit. J’ai froid, j’ai froid.

32- Oui, tu vois, des réactions de chaud et de froid, en même temps. Il a chaud, chaud, il sue et après, tout d’un coup, il tremble, il a froid, il s’habille. Cinq minutes après, il a encore chaud. Tout le temps comme ça. On n’est pas bien en plus quand on a ça.

  • 7 Nous avons vu au chapitre 5 combien ces différents événements se résument à un seul, répété sans ce (...)

33S’agit-il de l’imminence d’un accès de goutte, d’une crise d’hémorroïdes, des menstrues ou d’une bouffée de chaleur ? Reconnaissons qu’il est difficile de trancher. Sous l’effet de la crise, la physiologie masculine emprunte donc à la physiologie féminine ses troubles les plus emblématiques, ceux qui, toujours les mêmes quel que soit leur âge7, surgissent aux moments-phares du destin des femmes.

34Faut-il alors s’étonner que certains auteurs complètent leur Traité sur la goutte d’un appendice sur les maladies des femmes et les hémorragies en général ? Ainsi Scudamore, à la suite de son Traité sur la nature et le traitement de la goutte et du rhumatisme (1820) ajoute-t-il, dans sa deuxième partie, quelques considérations et conseils sur le « flux excessif des hémorroïdes » mais aussi sur « la chute de la matrice », le « flux excessif des menstrues » et « la suppression des vuidanges ». Cette équivalence est clairement mise en scène dans l’ouvrage de Busschof, A New Way of Curing the Gout and Observations and Practices Relateing to Women in Travel (Rodnan 1965). Le frontispice assoit définitivement l’association que le titre ne fait qu’ébaucher. Il est constitué de deux gravures, parfaitement symétriques. L’une présente deux hommes, l’un s’appuyant sur une canne, une plaie au pied que soigne un adolescent, l’autre le bras en écharpe et la main bandée. L’autre présente deux femmes, exhibant leur utérus gravide. Entre elles un fœtus coiffé du placenta. On ne saurait affirmer plus clairement l’analogie.

35Cette identité des phénomènes n’est pas uniquement motivée par l’origine commune de ces troubles physiologiques, l’errance sanguine. Certes, elle met en évidence la ressemblance des deux circuits, féminin et masculin, mais, surtout, elle requalifie les hémorroïdes et la goutte. Sous l’effet d’une crise, l’homme se féminise car elles sont une véritable menstruation mais une menstruation dédoublée, en deux temps successifs.

  • 8 Cette périodicité est une constante de la cure anti-goutteuse. Dans la région messine, « on se prés (...)

36Les hémorroïdes sont en effet pensées comme de véritables règles masculines. « A côté des évacuations utérines (les règles), nous pouvons placer les excrétions hémorroïdales qui affectent facilement à leur tour, ainsi que l’atteste l’expérience, un type périodique, exact et vraiment si remarquable qu’on ne peut comparer ces sortes de flux sanguins qu’aux menstrues des femmes. » (Larroque 1812 : 149.) Car ce retour est mensuel. Les personnes que j’ai rencontrées ne reconnaissent pas une telle périodicité de la crise mais c’est par le traitement qu’elles la réintroduisent de manière presque caricaturale. Deux de mes « patients » dosèrent de manière particulièrement significative les prescriptions médicales et leur connaissance empirique de la maladie. L’un, souffrant d’hémorroïdes, s’est vu prescrire un traitement de sept jours qu’il suivit scrupuleusement mais, le jugeant insuffisant, il le modifia et le prolongea pendant « un mois à peu près, le temps de finir l’autre boîte », sans la moindre ordonnance, ni avis du médecin, révisant aussi la posologie : conformément à ce qui lui avait été prescrit, il prit deux ampoules par jour la première semaine puis réduisit la dose à une les trois semaines suivantes. L’efficacité certaine tient à sa durée : un « cycle ». Un autre, goutteux, se voit obligé par la Faculté à vivre mensuellement sa maladie. « Tous les mois, il faut que j’aille chez le docteur, pour faire renouveler l’ordonnance. Je lui dis à chaque coup : "Mais faites-moi une ordonnance d’un an. De toute façon, c’est toujours la même chose que vous me donnez." Mais il ne veut pas. "Ah, il faut voir. Il faut que je vous ausculte pour voir s’il n’y a pas des changements." Mais tu parles comme il y a du changement. Mais lui, ça lui fait douze consultations au lieu d’une. » Le traitement médical comprend deux volets dont le calendrier est significatif. « Je prends du Zyloric, pendant un mois, tous les jours, un par jour. Ça dure quatre semaines, ça. Et puis, à la fin du mois, j’ai quatre piqûres à faire, une par jour. » L’une et l’autre cures sont parfaitement analogues au cycle menstruel : le mois durant lequel on ne « voit » pas et où l’on se contente d’un traitement léger, puis la rupture du sang, la « purgation » qui nécessite un traitement plus énergique, « piqûre » ou double dose8. Mais, ce que notre goutteux critique, ce n’est que l’inconfort, les inconvénients matériels des visites répétées car le rythme de la cure lui convient à tel point qu’il le renforce et le double d’une précaution toute personnelle.

10. Goutte et grossesse
Une association fréquente dans un même traité. (Frontispice du traité Of the Gout de Herman Busschof, anonyme, 1676. Rodnan et Benedek 1963.)

Tu ne sais pas ce que je fais, moi, en plus de ce que le docteur me donne ? Je me fais de la tisane d’aubier de tilleul. Tous les mois, au changement de lune, j’en prends pendant deux ou trois jours, ça dépend, parce qu’à ce moment-là, ce n’est pas que ça me fasse mal, non, c’est supportable mais tu sens comme si ça se réveillait, comme si ça allait faire une crise. Tu sens que... que ça travaille, quoi. Ou quelque chose comme ça. Alors, je le sais, quand ça arrive le changement, hop ! Je me fais une tisane et ça passe tout seul. Et tu vois, je crois que ça y fait plus que toutes les cochonneries de piqûres et de cachets que le docteur me donne. De toute façon, comme je lui dis, quand il me dit que tout ça, c’est psychologique, que c’est parce que j’y crois, parce que ça ne lui plaît pas, ma tisane, « si ça ne me fait pas de bien, ça ne peut pas me faire de mal ! » Ce que je sais, moi, c’est que depuis que je fais ça, je n’ai plus de grosses crises alors qu’avant c’était tout le temps !

37Les deux cures ont en commun de reproduire le cycle menstruel mais la thérapie personnelle de ce patient ne peut qu’avoir plus d’efficacité puisqu’elle suit avec précision les phases de la lune, astre qui n’est pas neutre dans le déroulement de la maladie, « venin enfermé et qui court, selon le mouvement de la lune, par les veines et les artères » (Cabanes 1926 : 24). Or on sait l’influence de cet astre sur les menstrues. C’est lui qui scande leur cycle. Sans doute est-ce la raison pour laquelle la crise de goutte se déclare toujours nuitamment et est très influencée par l’alternance du jour et de la nuit. « L’accès même commence ordinairement dans la nuit, surtout vers le matin. (...) Généralement, les douleurs continuent en augmentant progressivement jusqu’au milieu de la nuit suivante, alors elles diminuent insensiblement. (...) La douleur et la fièvre reviennent la nuit suivante. » (Duringe 1829 : 30-33.) C’est aussi pendant la nuit qu’apparaît le sang menstruel et notamment aux époques critiques. A la puberté, on est effrayée de voir « en se réveillant » les draps tachés. Quant au retour d’âge, on a déjà dit l’inconfort des bouffées de chaleur essentiellement nocturnes qu’aggrave encore le fait « de se réveiller dans une mare de sang ».

38Enfin, loin du discours médical, l’analogie entre hémorroïdes et menstrues se poursuit. Dans nombre de dialectes d’oc, un même terme : « mourenos », « anglesos » sert à désigner les deux flux (Piat 1989 : 477). En Provence, si d’une femme qui a ses mois, on dit que « les angles an desbarca », c’est à l’aide d’une expression très proche que l’on désigne l’homme aux prises avec un flux hémorroïdal : « a lis anglesos » (Mistral 1979 : 99). Confusion qui se manifeste clairement dans les Écritures. En effet, « l’Hémorroïse » biblique souffre non, comme son nom le laisse à penser, d’un flux anal mais d’une menstruation permanente. Une dernière habitude des goutteux nous ramène radicalement vers les menstrues. « La régularité avec laquelle se produisent les retours de la goutte est, dans certains cas, vraiment remarquable. Assez souvent, les malades peuvent calculer à quelques jours près l’époque à laquelle les accès paraîtront. » (Garrod 1867 : 40.) On ne peut que songer à cette habitude des femmes de « marquer » sur le calendrier la période de leurs règles ou de fixer, de « calculer » la date de certains événements comme la « tuée du cochon » en fonction de leurs « époques ».

39On doit convenir, avec ce médecin, que « les hémorroïdes (...) ont, comme l’ont remarqué nombre d’auteurs, la plus grande analogie avec le flux menstruel, analogie d’autant plus frappante que souvent ces deux évacuations se remplacent mutuellement, et que leur suppression, cessation ou irrégularité produisent également des désordres variés » (Larroque 1812 : 129). Que les deux sexes y soient également sujets n’y change rien. Elles gardent malgré tout leur spécificité. Larroque a « vu à l’Hôtel-Dieu quinze ou seize femmes qui toutes avaient des tumeurs hémorroïdales non fluentes, tandis que parmi les hommes (il a) rarement observé cette maladie sans qu’un flux hémorroïdal plus ou moins abondant eût existé » (Larroque 1812 : 12). Les hommes saignent donc, eux aussi, comme les femmes. Mais, qui plus est, cette sanglance leur est d’un profit particulier. « Dans nos contrées les personnes du sexe ne sont nullement exemptes du flux hémorroïdal, mais (...) cependant ce genre d’excrétion n’est jamais si familier, ni si régulièrement périodique dans leur retour que chez les hommes : nous ajouterons même que cette hémorragie n’est point pour la femme un réel soulagement et un véritable préservatif, ainsi que cela se passe pour l’homme. » (Stahl 1863 : 215.) La « maladie » n’a pas le même sens suivant qu’elle afflige l’un ou l’autre sexe. Pour la femme on peut la qualifier de « pathologie » puisqu’elle bénéficie d’un autre émonctoire. Seule la ménopause leur restitue quelque utilité. Pour l’homme, il en va différemment. Il ne s’agit que d’un processus de nettoyage du corps. Les hémorroïdes sont à l’homme ce que les menstrues sont à la femme. « D’où vient que chez les femmes la goutte est beaucoup plus rare que chez les hommes ? Je crois que c’est en partie l’évacuation périodique des menstrues qui en est la cause. N’est-ce pas pour la même raison que chez les femmes la goutte se manifeste à l’époque de la cessation des règles ? Les menstrues chez les femmes paraissent à cet égard l’équivalent des hémorroïdes chez les hommes. » (Duringe 1829 : 176.)

  • 9 « De toutes les périodes, celle où l’on paraît le plus disposé aux hémorroïdes, c’est l’âge adulte. (...)

40Équivalent masculin des menstrues et non menstruation masculine, nous verrons par la suite que la nuance est d’importance. Nous avons vu combien goutte et hémorroïdes se ressemblent et participent d’un même phénomène. Les traités médicaux ne peuvent aborder l’une sans faire référence à l’autre, « tant est intime et grande l’analogie qu’il y a entre ce flux sanguin et la goutte elle-même » (Stahl 1863 : 213). On parle même de « tronc commun » (ibid. : 213). Analogie qui se fonde sur un rapport d’exclusion qu’annonce l’équivalence règles-hémorroïdes mais va bien au-delà. Si elles se ressemblent, goutte et menstrues ne sont pas contemporaines. Leur identité explique même leur mutuelle exclusion dans le temps. La femme n’a pas de goutte tant qu’elle a ses règles. Or l’homme n’est pas non plus sujet à cette affection tant que dure le flux hémorroïdal. Leur succession chronologique est capitale ; hémorroïde et menstrues ne concernent que « l’âge adulte9 » et disparaissent avec les progrès de l’âge. La goutte, elle, est indissociable de la vieillesse.

41D’abord nanti de cette sorte de règles que sont les hémorroïdes, l’homme est peu à peu accablé de goutte, « règles dérivées », sous l’effet (Larroque 1812 : 7.) de l’arrêt du sang. La menstruation anale laisse peu à peu la place à la nouvelle forme de menstruation que révèle la goutte. Le rapport « intime et grand » qui existe entre elles n’est pas tant physiologique que symbolique.

La menstruation axillaire

42La goutte est, elle aussi, une menstruation mais sans flux de sang. Elle prend la place de ce qui fut longtemps considéré comme la « vraie » menstruation masculine, la menstruation par l’aisselle.

43Pour voir apparaître celle-ci, il faut s’intéresser à la thérapie des goutteux. Dans la région messine, on leur conseille une cure étrange : « Arracher au malade trois cheveux et trois poils sous chaque aisselle et au pubis ; on les enferme dans un sachet et (on) va l’enterrer sous un chêne. » (Wesphalen 1834 : 317.) Pratique apparemment des plus courantes et pourtant, il s’agit bien d’une cure spécifique de la goutte. Les poils de l’aisselle le démontrent clairement. Mais on ne peut comprendre ce recours qu’en référence au saint guérisseur de la goutte : saint Sébastien. Ce soldat romain fut criblé de flèches pour s’être converti au christianisme. Il est le saint qui saigne par excellence, qui secourt les victimes du saignement. Ainsi, à Arenthon, en Savoie, si cette efficacité ne lui est pas ouvertement reconnue, du moins y est-il étroitement associé. En effet, « d’après la tradition de la paroisse, saint Théodule (dont il est le saint patron) est invoqué pour guérir les flux de sang ». Or, le reliquaire qui est exposé à la vénération des fidèles présente une intéressante triade, renfermant « des reliques de saint Théodule, (mais aussi) de saint Sébastien et de saint François de Sales » (Van Gennep 1973 : 26). On peut même renverser le propos : n’est-ce pas saint Sébastien qui fait sens, plus encore que saint Théodule ? En effet, le centurion apparaît très lié à la menstruation féminine. Un de ses premiers miracles, avant son martyre, consiste à rendre la « vue » à la fille de Nicostrat (Petit de Julleville 1880). Miracle que rappellent certaines dévotions de Basse-Bretagne, « à Briec (où) on venait prier Saint Sébastien pour la guérison des maux d’yeux » (Saint Sébastien. Rituels et figures 1985 : 128). On sait combien le terme « voir » est synonyme de menstruation. Qu’il rende la vue — à une jeune fille qui plus est — fait de lui le saint des règles. Saint Sébastien maître de la « sanglance » ne l’est cependant pas de toutes les sanglances. Loin des troubles sanguins féminins, il est, au contraire, tout entier inscrit du côté masculin ; patron des confréries d’archers et guérisseur d’une maladie d’hommes, il est patron du sang masculin. Ce que révèle son iconographie, particulièrement stéréotypée, qui le rend immédiatement reconnaissable. Mishima ne s’y trompe pas.

  • 10 Mishima 1971 : 42-44. Semblable rencontre avec le tableau de Guido Reni marquera de façon identique (...)

C’était une reproduction du Saint Sébastien de Guido Reni, qui fait partie des collections du Palazzo Rosso, à Gènes.
(...) Un jeune homme d’une beauté remarquable était attaché nu au tronc d’arbre. Ses mains croisées étaient levées très haut et les courroies qui lui liaient les poignets étaient fixées à l’arbre. Aucun autre lien n’était visible et le seul vêtement qui couvrît la nudité du jeune homme était une grossière étoffe blanche nouée lâchement autour des reins. (...) Son incomparable nudité blanche rayonne sur un fond de crépuscule. Ses bras musclés, les bras d’un garde prétorien accoutumé à bander l’arc et à manier l’épée, sont levés selon un angle gracieux et ses poignets liés sont croisés juste au-dessus de sa tête. Son visage est légèrement tourné vers le ciel et ses yeux grands ouverts contemplent avec une profonde sérénité la gloire céleste. Ce n’est pas la souffrance qui erre sur sa poitrine tendue, son ventre rigide, ses hanches légèrement torses, mais une lueur d’un mélancolique plaisir, pareil à la musique »10.

  • 11 Cette disposition particulière de sa physiologie le rend parfaitement apte à « couver », à donner n (...)

44Telle est la représentation la plus fréquente : « le saint patron des archers est cet être efféminé (...), seul saint qui ose exposer le lieu secret féminin du corps masculin, l’aisselle. » (Gaignebet 1991 : 440.) C’est là, au creux de cette aisselle sanglante, que se noue le système symbolique. Partie féminine du corps de l’homme, certes, puisqu’elle lui permet d’accéder à une certaine forme de « maternité ». Lorsque, dans la nouvelle de Maupassant, pour se moquer du peu de virilité de son mari, paralytique, la femme de Toine (Maupassant 1991 : 29-41) lui donne des œufs à couver, c’est sous les aisselles qu’elle les place, suivant en cela les conseils de Prosper Horlaville, qui le jugeait apte à cette fonction, le pauvre homme étant « chaud comme un four »11. Une première tentative se solde par une omelette. La persévérante épouse, la colère apaisée, récidive et cette fois c’est avec le plus grand zèle que Toine s’occupe de la nouvelle couvée, s’inquiétant de sa rivale dans l’autre nid « avec une angoisse de femme qui va devenir mère ». L’éclosion des œufs devient pour l’homme un véritable accouchement, le laissant « su(ant) d’émotion, d’angoisse et d’inquiétude, (mais) commençant à s’enorgueillir de cette paternité singulière ». Plus encore que la paternité, c’est une sorte d’« amour maternel » qui étreint Toine à la naissance du dernier. Et seule l’intervention de son épouse permet de rétablir l’ordre des choses.

Ce fut un triomphe ! Le dernier creva son enveloppe à sept heures du soir. Tous les œufs étaient bons ! Et Toine, affolé de joie, délivré, glorieux, baisa sur le dos le frêle animal, faillit l’étouffer avec ses lèvres. Il voulut le garder dans son lit, celui-là, jusqu’au lendemain, saisi par une tendresse de mère pour cet être si petiot qu’il avait donné à la vie ; mais la vieille l’emporta comme les autres sans écouter les supplications de son homme.

45Que Mishima, découvrant cette partie de l’anatomie masculine, y puise peu à peu la révélation de son homosexualité n’est alors guère surprenant. Révélation que ne fait que hâter le souvenir de Sébastien.

  • 12 La vue de « l’abondante toison de poils » d’Omi l’avait auparavant profondément troublé (Mishima 19 (...)

Depuis que j’étais obsédé par l’image de saint Sébastien, j’avais pris l’habitude inconsciente de me croiser les mains sur la tête chaque fois que j’étais sans vêtement. J’avais un corps frêle, sans même un pâle reflet de la beauté luxuriante de Sébastien. En l’occurrence, une fois de plus je pris spontanément cette pose. Au même moment, mes yeux se portèrent sur mes aisselles. Et un mystérieux désir sexuel bouillonna en moi... L’été était venu et avec lui, là sous mes aisselles, les premières pousses des halliers noirs, pas aussi touffus que ceux d’Omi12, certes, mais ils étaient là sans aucun doute. Il existait donc, ce point de ressemblance avec Omi qu’exigeaient mes desseins. De toute évidence, Omi lui-même était lié à mon désir sexuel, mais on ne pouvait nier non plus que ce désir fut dirigé principalement vers mes aisselles. Entraîné par la combinaison d’un essaim de circonstances (...), pour la première fois de ma vie, je me laissai aller à mes « mauvaises habitudes » en plein air, là sous le ciel bleu. Pour objet, je choisis mes aisselles ... (Mishima 1971 : 88.)

  • 13 Cette photographie illustre d’ailleurs la couverture des quatre romans qui portent le titre général (...)
  • 14 Vosselman 1935 : 26. Ce médecin rapporte nombre de mythes relatifs à l’origine de la menstruation. (...)

46Enfin, c’est tel Sébastien, lié au poteau, bras relevés qu’il se fera photographier par Kishin Shinogama13. Rien d’étonnant dans cette identification : patron des goutteux, le saint est tout autant patron des homosexuels. Or ceux-ci portent fréquemment des boucles d’oreilles. S’ils imitent ainsi les femmes, ce n’est pas tant dans le simple port d’un bijou que dans le rôle que celui-ci occupe au cœur de la féminité. Percer les oreilles est un geste très important pour la menstruation d’une jeune fille puisqu’il s’agit d’ouvrir, d’initier le cycle. Se perçant eux aussi le lobe, les homosexuels cherchent à initier une menstruation dont leur saint est nanti car les flèches des bourreaux ne se plantent pas au hasard dans le corps du saint mais ont fréquemment pour cible l’aisselle, d’où le sang jaillit. Là est la véritable menstruation masculine. Dans sa thèse, La menstruation. Légendes, coutumes et croyances, Vosselman rapporte ainsi un texte qu’il considère comme une « légende arabe (...) relevée dans les textes Soquotri arabes14 ». Que ses sources soient pour le moins obscures n’ôte rien à l’intérêt de cette « légende ».

Dans les temps anciens, la femme n’avait point de menstruation, mais l’homme était réglé par le creux axillaire. Chaque matin, l’homme grattait le sang collé dans son aisselle et le cachait, pour le dissimuler à sa femme, dans un vase. La femme ayant un jour aperçu l’endroit où il déposait le pot, s’en vint en cachette et en souleva le couvercle. Elle y plongea son doigt, le contempla, prit ce qui y adhérait pour du miel, et se mit à le lécher. Mais ayant perçu le goût du sang, elle le cracha. Elle s’en alla laver son doigt, mais sans parvenir à le rendre net, même à l’eau chaude. Elle s’en fut donc vers son mari pour lui demander ce qu’il avait mis dans le pot ; il lui répondit que c’était du sang. Et elle lui demanda comment s’y prendre pour nettoyer son doigt ; il lui conseilla d’aller consulter le sage. Elle s’en fut donc prendre l’avis du sage, qui lui donna ce conseil : Rentre dans ta maison, plonge ton doigt dans le vagin, et puis lèche-le. Elle fit ainsi, le doigt redevint propre, mais la femme, à partir de ce jour, saigna tous les mois. (Vosselman 1935 : 26-27.)

  • 15 « He missed the next few appointments and returned intoxicated to tell me of menses-like function o (...)

47Ce thème se retrouve en psychiatrie. Le docteur Hadley eut ainsi deux patients persuadés de souffrir d’écoulements sanguins, qu’ils qualifiaient eux-mêmes de « menstrues15 », troubles du comportement fréquents chez l’homme, d’après l’auteur.

  • 16 « There is, however, an epileptic patient (...), who, for the last 15 months has had an illness of (...)

Nous avons un patient épileptique (...) qui, ces quinze derniers mois, s’est plaint d’une maladie aux symptômes variables, survenant presque tous les mois. Il disait souffrir de douleurs et de crampes à l’abdomen. Un jour, je lui ai demandé si son affection était sa période mensuelle. Je n’ai pas obtenu de réponse mais, le jour suivant, on m’a averti que le patient affirmait souffrir d’une hémorragie du rectum. L’examen n’a rien révélé de la sorte. Il prétendait avoir saigné toute la nuit mais les infirmières ont affirmé que les draps n’avaient pas été changés et il n’y avait aucune trace de ce sang16.

a) Le martyre de saint Sébastien (Tympan du portail de l’église Saint-Sébastien, Narbonne, anonyme xviie s.).

b) Le martyre de saint Sébastien (école espagnole, xviie s., église Saint-Sébastien, Narbonne).
11. Les flèches du martyre

12a. Un saint troublant
(Guido Reni : Saint Sébastien, 1615-1616, Gênes, Palozzo Rosso.)

12b. Un saint troublant (Mishima par Kishin Shinogama.)

  • 17 « At or about the time he became acquainted with his wife he noticed some red pin point spots in th (...)
  • 18 « He learned about body-lice shortly after he entered the service. His first reaction was to inspec (...)
  • 19 « One day he saw a good-looking boy on the street and followed him until the fellow became frighten (...)

48L’autre patient, Radclyffe, est encore plus proche du saint puisqu’il « remarqua quelques petits points rouges à l’aisselle gauche (qui devinrent) de copieuses exsudations sanguines, (...) phénomène (qui) se reproduisait chaque mois pendant cinq jours17 ». Relevons enfin, entre ce patient et Mishima, une égale fascination pour l’aisselle. « Il ne s’intéressait pas aux autres parties de son corps. Souvent, pendant qu’ils se lavaient ou s’habillaient, ses congénères croisaient leurs jambes de façon à dissimuler leurs organes génitaux. Leurs remarques facétieuses, conviant les autres à regarder combien ils ressemblaient aux femmes, le faisaient rougir. Dans ces moments-là, il était plus intéressé par l’aisselle et prenait grand soin à garder les siennes très propres18. » On ne sera pas étonné d’apprendre que son mariage ne fut guère une réussite. Comme l’écrivain, il est plus volontiers fasciné par ceux de son sexe, enviant les attributs féminins. « Un jour, il vit dans la rue un garçon au physique agréable et le suivit jusqu’à ce que celui-ci s’en effraya. Il affirma : "Je me sentais comme hypnotisé." (...) Il commença à admirer les hommes à l’abdomen large et se mit à imaginer que le sien se développait, désirant devenir une femme19. » Radclyffe apparaît comme un avatar psychiatrique de saint Sébastien.

49En 1808, Raymond résumait ainsi ses recherches sur Les maladies qu’il est dangereux de guérir. « Il faut que (les hommes) perdent du sang de temps en temps ; et si cet écoulement vient à être suspendu pour longtemps, ils sont exposés aux maladies sérieuses qui arrivent au sexe lorsque ses ordinaires sont supprimés. » (Raymond 1808 : 244.) Ainsi, hémorroïdes puis goutte permettent de donner sens au discours moderne sur les « accidents cardio-vasculaires » du quinquagénaire. C’est en d’autres termes, aux apparences plus modernes et plus « rationnelles », une perception identique de la virilité qui se profile. Comme les femmes, les hommes aussi « saignent ». Dans la pleine force de l’âge, ils sont pensés comme « menstrués ». Leur sang n’a rien d’une humeur stable ; il est tout aussi fragile et erratique. Et comme pour les femmes qui, au retour d’âge, deviennent soudain nymphomanes ou d’une religiosité suspecte, les mouvements de l’humeur virile traduisent et provoquent des troubles bien plus profonds et discrets. Podagre et flux anal parlent aussi de sexualité.

Notes

1 « Que le goutteux se console : si chacun a sa calamité, chacun de même a quelque avantage et la goutte est dite la maladie des riches. Les goutteux souffrent de leur mal mais la plupart vivent dans l’aisance ou au moins dans la médiocrité. » (Sennert cité par Leca 1984 : 50.)

2 Si, dans le Prologue à Gargantua, il apostrophait les « beuveurs tres illustres et (...) verolez tres precieux », dans le Prologue à Pantagruel, il se montre plus précis. « Mais que diray je des pauvres verolez et goutteux ? O, quantes foys nous les avons veu, à l’heure que ilz estoyent bien oingtz et engressez à poinct, le visaige leur reluysoit comme la claveure d’un charnier, et les dents leur tressailloyent comme font les marchettes d’un clavier d’orgues ou d’espinette quand on joue dessus, et que les gosiers leur escumoit comme à un verrat que les aultres ont aculé entre les toilles ! Que faisoyent-ils alors ? Toute leur consolation n’estoit que de lire quelques pages dudit livre (les Chronicques)» (Rabelais 1965 : 224.)

3 Mes interlocutrices désignent ainsi la « vitesse de sédimentation » qui, selon elles, « donnerait une idée de l’épaisseur du sang ».

4 « Combien de personnes n’y a-t-il pas qui ont succombé à des hémorragies cérébrales qui reconnaissaient pour cause la disparition du flux hémorroïdal ! Combien de femmes sont mortes de la maladie après l’époque critique ! » (Larroque 1812 : 246.)

5 Cette fragilité du sang peut avoir de dramatiques conséquences en cas d’allaitement au sein. « C’était pendant la guerre. Il y avait eu une rafle dans un village voisin. Et je savais que mon mari devait y aller alors tu imagines ! Comme il n’était toujours pas de retour, forcément, je me suis inquiétée. Toute la journée, j’ai attendu, attendu avec une peur... Et c’est à cause de ça, je me suis tellement inquiétée que ça m’a tourné le lait. Mon lait, c’était de l’eau après, il n’était plus bon. Il m’a fallu le nourrir au biberon après ça. »

6 Le prurit et plus largement toutes les affections cutanées sont aussi un des accidents fréquents de la ménopause et de la grossesse. Voir chapitre 4.

7 Nous avons vu au chapitre 5 combien ces différents événements se résument à un seul, répété sans cesse mais d’ampleur variable. Le goutteux avec ses dégoûts de femme enceinte et ses bouffées de chaleur s’apparente de fait aux femmes menstruées puisqu’elles aussi « sont, sinon avant leur flux menstruel ou bien au moment de son apparition, du moins durant l’évacuation même, sujettes non seulement à certains dégoûts et à certaines fantaisies, mais encore à de vives impressions alternatives de froid et de chaud qui parcourent tous les membres et les incommodent beaucoup. » (Stahl 1863 : 200.)

8 Cette périodicité est une constante de la cure anti-goutteuse. Dans la région messine, « on se préserve de la goutte en mangeant chaque mois pendant le déclin de la lune une bonne frottaye à l’ail. » On recommande également de « se purger une fois par mois » (Wesphalen 1834 : 316). Périodicité que la Faculté conseille. « Voici les conclusions auxquelles une longue expérience a conduit (M.M Pouget et Peyraud) : administrée pendant l’accès, l’infusion de feuilles de frêne diminue au bout de quatre à cinq jours les douleurs, la rougeur et le gonflement ou même les fait disparaître complètement. Prise en dehors des accès, pendant huit à dix jours chaque mois, ce même médicament retarde indéfiniment les retours de la goutte. » (Garrod 1867 : 492-493.)

9 « De toutes les périodes, celle où l’on paraît le plus disposé aux hémorroïdes, c’est l’âge adulte. C’est aussi à cette époque qu’on en est ordinairement atteint. » (Larroque 1812 : 7.)

10 Mishima 1971 : 42-44. Semblable rencontre avec le tableau de Guido Reni marquera de façon identique un autre écrivain, également homosexuel, Oscar Wilde. Si son recueil d’aphorismes s’est d’abord intitulé Sébastian Melmoth, ce n’est pas pur hasard. « La vision du saint Sébastien de Guido, tel que je l’ai vu à Gênes, me revint, un magnifique garçon aux boucles brunes et épaisses, aux lèvres rouges, attaché à un arbre par ses sinistres ennemis ; bien que percé de flèches, il lève des yeux pleins de passion divine en direction de la Beauté éternelle du Paradis qui s’ouvre à lui. » (Wilde 1995 : 94.)

11 Cette disposition particulière de sa physiologie le rend parfaitement apte à « couver », à donner naissance, la métaphore du four étant généralement utilisée pour désigner l’utérus. Toine se présente comme une gigantesque matrice.

12 La vue de « l’abondante toison de poils » d’Omi l’avait auparavant profondément troublé (Mishima 1971 : 78.)

13 Cette photographie illustre d’ailleurs la couverture des quatre romans qui portent le titre général de La mer de la fertilité.

14 Vosselman 1935 : 26. Ce médecin rapporte nombre de mythes relatifs à l’origine de la menstruation. Mais, hélas, comme c’est souvent le cas pour les thèses de médecine anciennes, les références bibliographiques sont des plus imprécises, imprécision qui s’accroît encore lorsque l’ouvrage cité n’est pas médical.

15 « He missed the next few appointments and returned intoxicated to tell me of menses-like function of the left axilla. » (Hadley 1930 : 1108.)

16 « There is, however, an epileptic patient (...), who, for the last 15 months has had an illness of varying character occurring at almost regular monthly periods. These complaints have included pains and cramps in the abdomen. One day I asked him if this illness, of which he was complaining were his monthly period. I obtained no responses relative to my query; but on the following morning I was advised that the patient was complaining of a hemorrhage from the rectum. Examination revealed nothing of the sort. He complained that he had bled all night but the nurses stated that his linen had not been changed and there was no evidence of such bleeding. » (Hadley 1930: 1105.)

17 « At or about the time he became acquainted with his wife he noticed some red pin point spots in the left axilla and thought them lice until they washed away. Early in May of 1927 he discovered that the stains he had attributed to fading shirts were in reality due to a rather copious exudation of blood stained fluid from his armpit. Thereafter he noted that the phenomen reappeared each month and lasted for about five days. The secretion increased in amount each time. He has just now gotten over his period. » (ibid: 1108.)

18 « He learned about body-lice shortly after he entered the service. His first reaction was to inspect his left armpit. He had no curiosity about other part of his body. While bathing or dressing his mates off times crossed their legs in a manner designed to hide their genitals. Their facetious remarks, inviting others to see how like a woman they were, causer him to blush. At such times, he was more interested in the axillae and he took great care to keep his own clean. » (ibid: 1106.)

19 « One day he saw a good-looking boy on the street and followed him until the fellow became frightened. He said, “I felt like I was hypnotised.” (...) He began to admire men with large abdomens and phantasied his own was enlarging, wished to be a woman. » (ibid: 1107-1108.)

Table des illustrations

Légende 10. Goutte et grossesse Une association fréquente dans un même traité. (Frontispice du traité Of the Gout de Herman Busschof, anonyme, 1676. Rodnan et Benedek 1963.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende a) Le martyre de saint Sébastien (Tympan du portail de l’église Saint-Sébastien, Narbonne, anonyme xviie s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3092/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende b) Le martyre de saint Sébastien (école espagnole, xviie s., église Saint-Sébastien, Narbonne).11. Les flèches du martyre
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3092/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende 12a. Un saint troublant(Guido Reni : Saint Sébastien, 1615-1616, Gênes, Palozzo Rosso.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3092/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Légende 12b. Un saint troublant (Mishima par Kishin Shinogama.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3092/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 735k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search