Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Généralités

Les structures domestiques

Texte intégral

1Le travail sur les structures évidentes est, comme toute étude archéographique ou archéologique, l’étude des vestiges. C’est en cela qu’elles ne sont pas en réalité des restes directs d’un dispositif ; mais elles forment un héritage transmis et donc transformé, ne serait-ce que par son propre vieillissement. Les changements qui ont pu se produire entre la structure (l’objet) établie par l’homme et le vestige que nous découvrons passent par deux étapes. Nous les caractérisons sous les termes généraux d’abandon et d’altération. L’état de découverte est celui que nous étudions généralement. Mais il résulte en fait d’une altération de ses composantes (physique ou chimique) due à son vieillissement naturel ou à d’autres modifications (remaniement par l’homme, les animaux, les végétaux). Il est alors parfois difficile de préciser si la structure est un vestige d’abandon ou une installation en état de fonctionnement, ne serait-ce qu’à son dernier stade.

1. État de découverte

2Les structures évidentes sont, à la découverte, des témoins archéologiques dont la disposition est groupée. Ce groupe est pour l’archéologue significatif. Il y perçoit des rapports évidents : soit il y attache déjà une interprétation, soit la répétition du fait confirme son observation. La notion donc d’évidence est à associer à la structuration du groupe de témoins. Il convient à la découverte de préciser le caractère naturel ou anthropique d’une structure.

Structures évidentes anthropiques et fortuites

3A. Leroi-Gourhan a prévenu contre les causes accidentelles de formation des structures. Certains caractères sont d’origine anthropique, d’autres fortuits. Une structure ou plutôt un dispositif installé par l’homme peut être découvert en place. Mais il peut avoir été remanié car autant la structure est (par définition) en place, autant e dispositif peut être soit évacué (déplacement en masse reconstituée) soit dispersé. C’est alors soit l’œuvre de ’homme soit celle d’animaux (fouisseurs ou autres), de végétaux (racines, etc.) ou de mouvements d’agents naturels (eau, vent, etc.). Le degré de hasard de l’état du dispositif (très petit ou très grand) ne peut être exclu totalement. Il serait possible de multiplier ici des simulations où non seulement les agents (l’homme, la nature) mais encore leur temps d’exécution et leur alternance pourraient se combiner pratiquement à l’infini ! Dans les structures découvertes, une modification originelle n’est pas toujours évidente.

4Il suffit d’avoir conscience du phénomène et de prendre en compte que toute érosion signifie attaque, prélèvement, transport et dépôt. Alors, c’est la configuration du trinôme « échelle-temps-espace » de l’érosion qui est primordial. C’est lui qui a produit en réalité l’état de la structure découverte.

Résistance à l’érosion naturelle

5Les structures évidentes ont quatre formes de résistance à l’érosion. Cela tient à la granulométrie, à la conductibilité, à la solubilité et à l’homogénéité de chacune de leurs composantes (fig. 2a).

• 2 — a . Résistance à l’érosion naturelle — b . Techniques de creusement des dépressions.

6Selon la taille des éléments qui composent la structure, la conservation en l’état de celle-ci était plus ou moins assurée. C’est ce qui touche à la « granulométrie » ; ainsi un dallage de blocs rocheux sera resté en place sans grand problème, même après des déformations mineures, pour autant que ses éléments aient été lourds et de format important. Mais si cette installation est située par exemple sous un égouttoir, elle peut, par tassement, avoir été entraînée par gravité et s’être modifiée. A l’inverse, on observe qu’un amas de charbons de bois, dont le calibre est assez gros, a pu mieux résister qu’un dépôt de cendres fines, en situation identique.

7La conductibilité d’une structure correspond à sa plus ou moins forte perméabilité aux effets thermiques. La pénétration en profondeur des effets du gel a pu jouer directement (érosion mécanique, gélification) ou indirectement (gel et déplacement de sédiment, etc.) et désagréger tout ou partie du dispositif. Cette fragilité d’un témoin construit est assez forte pour les structures en dépression. Souvent leurs parois ont pu évoluer (du fait donc de la conductibilité du sédiment) avec des éboulements localisés ou des effritements de leur partie sommitale. Dans certaines zones propices (humides ou exposées au vent froid), ce sont d’autres dispositifs qui ont évolué sous l’effet des écarts thermiques en profondeur et des formations de cristaux de glace dans le sol. On peut sans doute associer la plus grande conductibilité des composantes des aménagements à leur texture et leur capacité de rétention de l’eau en particulier.

8La solubilité des composantes des structures installées par les Préhistoriques joue également un grand rôle dans leur conservation. Ses conséquences sont très proches des précédentes. Il faut remarquer que son action directe a pu conduire à la décomposition ou à la dissolution (voire encourager d’autres actions chimiques ou biologiques) de certains éléments qu’elles contiennent ou qui les forment. Ici, on peut évoquer le cas des produits cendreux ou charbonneux qui peuvent être, sinon solubles totalement, du moins être entraînés par flottaison ou suspension dans des eaux d’écoulement linéaire, tourbillonnaire ou en nappe diffuse. Comme pour toute trace d’érosion, la mise en œuvre de ce principe se traduit par des phases d’enlèvement, de transport et de dépôt. Ces trois temps ont pu chacun affecter un dispositif et expliquer à terme l’objet de la découverte que nous faisons.

9L’homogénéité enfin des structures peut aussi être un facteur d’explication de leur conservation. Mais tout concourt à ce que soit déterminante l’association de ces principes de granulométrie, conductibilité, solubilité et homogénéité. Ainsi, un dépôt homogène de produits cendreux aura-t-il été plus fragile qu’un amas cerné de pierres, taché de poches de charbons de bois, etc. Mais, à l’opposé, un tapis de blocs rocheux aura été souvent plus solide que lui.

Principaux agents d’érosion et leurs effets

10Outre les perturbations dues aux actions des animaux, des végétaux et des hommes eux-mêmes, l’érosion des structures tient aux effets d’éléments naturels qui peuvent attaquer, transporter ou déposer des composantes, des aménagements ou des éléments de son environnement. Ce sont l’eau et le vent. Les écarts thermiques sont un autre agent de l’érosion dont nous avons évoqué quelques effets précédemment.

11L’eau a deux modes d’action selon qu’elle est en écoulement linéaire (concentré) ou diffus (en nappe). Elle peut désagréger, décomposer, ou assurer le développement de l’action biologique. On peut enregistrer l’action de l’eau dans les trois phases de l’érosion.

12A l’attaque, certains enlèvements en coup de gouge (l’érosion régressive en est souvent la cause) peuvent lui être attribué. C’est le cas de foyers tronqués. Ce sont sans doute aussi les affaissements des pierres plantées et les murets qui s’écroulent sous l’effet de sape de leur ruissellement. Ce sont également, associés aux jeux des températures, les éclatements, les fractures, etc., des blocs ; ce sont enfin toutes les altérations mécaniques des composantes des installations.

13Au transport, ce sont des déplacements d’objets qui affectent aussi bien les constructions que leur entourage. Si certains effets d’attaque sont perceptibles à la fouille, ces derniers sont rarement décelables.

14Enfin, les dépôts de sédiment fin ou grossier, avec ou sans blocs de roches peuvent perturber les dispositifs mis en place. Cette phase de comblement est toujours active et en fait c’est elle qui assure la conservation des témoins anciens.

15L’action de l’eau se traduit donc par des déplacements (des dissolutions, des percolations, des flottaisons), des criblages et calibrages (par lessivage et suspension, saltation, roulement) et des apports. L’action du vent ou des courants d’air (en grotte) est de trois ordres : la dispersion, la concentration et le mixage des sédiments ou des témoins des dispositifs. Ainsi, les produits fins sont-ils particulièrement soumis à ces effets éoliens. Certains épandages de cendres ou de charbons de bois sont sans doute dus à ces déplacements.

2. Altération et conservation des formes

16Les structures évidentes se présentent à la fouille comme des groupements. Mais elles peuvent être, nous l’avons dit, remaniées ou déplacées. Dans chaque cas, évacuée, dispersée ou décomposée, la structure est toutefois décelable car toutes ses composantes, en totalité ou en partie, restent groupées. Souvent, nous parlerons alors d’épandage ou de traînée pour les produits fins de cailloutis, etc. Ceci explique partiellement les contours diffus de certains groupements qui s’opposent aux contours nets de certains autres. La forme du sol d’une structure évidente est donc importante à décrire et à observer. Elle peut orienter l’interprétation soit sur le fonctionnement de la structure soit sur son intégration dans l’habitat, son accessibilité, etc.

Horizontalement

■ Contours

17Les structures évidentes sont souvent qualifiées de délimitées ou de non délimitées. Ce dernier terme est un « mot de chantier », c’est-à-dire qu’il concerne dans l’esprit d’A. Leroi-Gourhan qui l’a proposé « la mise au jour partielle d’une structure de grande surface ». Les deux termes se situent donc à des niveaux différents. Le premier sous-entend un contour net, soit matérialisé par « des éléments tangibles (pierres, cuvettes...) » soit « par une variation notable de densité sur les bords ». L’existence d’un « bord » de la structure permet donc de distinguer une structure à contours nets d’un témoin à contours diffus (Leroi-Gourhan 1973).

18Les contours nets des structures évidentes s’expliquent par la qualité, la nature et l’état des dépôts par rapport à leur environnement (sédiment, etc.). Ainsi les limites d’amas épais de cendres blanches sur une surface de terre sont-elles facilement repérables. Ces contours nets proviennent aussi du volume du dépôt; l’enfouissement ou l’exhaussement du dépôt permet également d’en tracer les limites. Lorsqu’une construction ou un changement de nature des composantes de la structure forment une bordure nette, il n’existe pas non plus de difficulté pour en lire l’extension.

19Les structures évidentes, qu’il s’agisse d’un dépôt continu ou limité par une variation de densité ou de nature de ses composantes, ont très souvent des contours diffus. Ils posent des problèmes de mensurations et de représentations graphiques ; mais ils sont généralement riches en indications sur l’évolution de la structure soit pendant son fonctionnement (nettoyage, réutilisation, situation, etc.) soit après (vieillissement, érosion, etc.).

■ Formes

20Toujours dons le souci de proposer un vocabulaire simple, nous parlons de structures ponctuelles, à contours courbes, linéaires ou angulaires. Il est certain que l’échelle d’observation est primordiale. Un fort dépôt peut être considéré comme ponctuel mais sembler à plus grande échelle un dépôt à contour angulaire. Ainsi chaque terme ne peut exclure totalement l’autre. Mais dans notre présentation, nous posons comme principe l’échelle de la fouille, c’est-à-dire du découvreur, de ses outils fins et de sa main.

21Les structures évidentes ponctuelles sont rares mais peuvent concerner de petites dépressions, des poches ou petits amas de charbons, etc. Elles sont généralement homogènes et constituées d’une seule catégorie de produits ou de vestiges.

22Les formes courbes sont les plus fréquentes parmi les dépôts à granulométrie fine ou moyenne : c’est le plan en « haricot » dont nous montrerons par la suite quelques exemples. Les formes sub-circulaires nous autorisent à parler de diamètres, les notions de longueurs et de largeurs pouvant être utilisées dans les autres cas.

23Les formes linéaires sont assez rares mais nous considérons ici certains alignements, murets, bourrelets, rigoles, etc. Le terme permet de qualifier un aspect, sans doute important, de la structure évidente qui explique le caractère de son utilisation et de son évolution.

24Les structures à contour angulaire sont fréquentes ; elles intéressent la plupart du temps des constructions à gros matériaux rocheux ou osseux, qu’ils soient des éléments encaissants ou non. L’aspect construit de ces structures n’est pas à retenir comme dans les autres cas.

Verticalement

25L’étude des sections des structures évidentes permet une meilleure connaissance de leur contenu et de leur organisation par rapport à l’espace environnant. A ce titre, nous présenterons cas par cas, des profils ou sections des témoins étudiés. Un vocabulaire simple, malheureusement mal employé, peut quand même être retenu : structures en bosse ou aériennes et structures en creux.

■ Section « en bosse »

26Les structures en bosse sont des amas lenticulaires, semi-lenticulaires (et ce sont les plus fréquents) ou pellicule ires. Les mots se suffisent à eux-mêmes. Les dépôts lenticulaires sont généralement sur des sols bosselés ou en creux ; les amas semi-lenticulaires couvrent des sols plats ou faiblement bosselés ; les dépôts pelliculaires (très peu épais donc) sont souvent observables grâce à leurs couleurs tranchant sur celles du sédiment. En section, ils forment de très fines strates continues.

■ Section en creux

27Des dépressions constituent souvent la forme des structures évidentes. Parfois elles n’en sont qu’un élément. Il est habituel de séparer les cuvettes des fosses dans le vocabulaire de description de ces trous. Il est convenu semble-t-il d’appeler cuvette, une dépression de longueur au moins deux fois plus grande que la hauteur du trou ; une fosse est donc de longueur (c’est-à-dire du plus grand diamètre) inférieure à deux hauteurs. Mais un tel vocabulaire n’est pas généralisé. Nous ne citerons que pour mémoire les formes d’habitat du groupe de Véraza ; ce sont morphologiquement des cuvettes mais leur taille de plusieurs mètres de diamètre incite les préhistoriens à les qualifier de fosses. La difficulté serait donc de concevoir des seuils de taille, d’inventer des limites entre fosse profonde, peu profonde, cuvette profonde, peu profonde, etc., en ayant comme déterminant la longueur (telle que nous la définissons sur le graphique, fig. 2a).

28Par la suite, notre étude utilise indifféremment les deux termes mais chacun est justifié par des mensurations précises. Le terme générique de trou a été retenu.

3. Formes originelles

Les dépôts

29La description des formes des dépôts constituant la totalité ou une partie des structures d’habitat permet d’interpréter les phases de fabrication. Les dépôts anthropiques sont plus ou moins construits ; c’est-à-dire que leur structuration est plus ou moins intentionnelle. Ils peuvent avoir une origine directe par rassemblement de terres, pierres, cendres, etc., ou une origine indirecte par la construction et l’assemblage de bois, ossements, etc. Ces dernières installations en vieillissant et donc en subissant les jeux de l’érosion se transformeront en dépôt dont la structuration est moins décelable.

30Les dépôts peuvent provenir de différents gestes : les versements et les apports selon leur nature, leur qualité et leur précision forment sur les surfaces planes des configurations de section parallélépipédique (dallage) ou semi-lenticulaire. Parfois des variations de teintes permettent dans des sédiments de distinguer nettement des amas. Les dépôts pierreux de cet ordre sont rarement décelables si ce n’est lorsqu’ils sont en très grosse quantité ; dans ce cas, on peut observer un calibrage des pierres, les plus petites pouvant rouler à la base du dépôt ; mais les pièges formés par les interstices entre les blocs, du sommet à la base du tas, rendent souvent difficile cette observation. Lorsque de tels gestes se font à la surface d’un trou, il peut s’agir d’un remplissage, volontaire ou accidentel.

31Les constructions et rassemblements de matériaux donnent des sections très variées aux structures évidentes. Schématiquement, ils s’inscrivent aussi en profils lenticulaires ou semi-lenticulaires. Les dépôts pelliculaires proviennent quant à eux d’étalement de vestiges qui sont alors souvent laminés. D’autres sections existent, en particulier, pour les dallages ou les comblements en hérisson de pierres.

Les dépressions

32Sur un graphique (fig. 2b), nous avons rassemblé les techniques et gestes utilisés pour creuser les dépressions que nous avons étudiées. Il est certain que l’état du sol d’habitat a dû souvent faciliter l’implantation de certains aménagements. Les micro-reliefs du sol sont exploités comme, par exemple, pour les constructions à contrepente, les installations dans les cuvettes rocheuses ou en bordure de blocs émergeant du sol, etc. De même, les désherbages pour allumer un feu, les trous d’arrachage d’arbustes, les terriers comblés etc., ont pu être utilisés pour créer de petites dépressions ou les provoquer. Trois formes de creusement peuvent être décelées à partir de l’observation des profils des dépressions.

33En effet, on rencontre des dépressions aux profils irréguliers ou dissymétriques (ce sont les plus fréquents) ou des trous aux parois régulières et symétriques. Il est évident que nous cherchons à lier directement une cause et un effet. Mais on peut souligner que certaines techniques de creusement donnent des dépressions aux profils particuliers. Notre expérience personnelle semblerait indiquer que les trois types de creusement sont utilement employés pour réaliser une cuvette destinée à abriter un feu. La percussion posée brise la surface du sol, permet d’extraire plus ou moins facilement des mottes. La percussion lancée produit, quant à elle, un profil caractéristique de la dépression. La paroi d’attaque est sub-verticale et celle qui lui est opposée présente une pente douce ; le fait de ramener le sédiment par devers soit en l’étalant, accentue la douceur de cette pente. Cette observation est fréquemment faite dans les dépressions des structures évidentes. Elle permet d’orienter le dispositif, sinon pendant sa phase d’utilisation, du moins durant sa période de construction (Guilaine 1979).

34Enfin les techniques mixtes d’arrachage et de raclage restent souvent indispensables pour obtenir, quel que soit le sédiment, une dépression aux parois régulières. La main joue ici un rôle déterminant, même si elle est employée avec un outil ou un objet pris comme tel : un tesson, une pierre plate, un os plat, etc., sont des objets bruts de raclage qui sont parfaitement efficaces.

Table des illustrations

Légende • 2 — a . Résistance à l’érosion naturelle — b . Techniques de creusement des dépressions.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30915/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search