Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Généralités

L’abri du Roc-de-Dourgne

Texte intégral

1Sur la commune de Fontanès-de-Sault, les grottes de Dourgne s’ouvrent dans le massif calcaire du même nom, sur la rive gauche de l’Aude, au-dessus de la route nationale 118. On distingue essentiellement la grotte I (ou des Maquisards) et la grotte II, concernée ici, dénommée l’abri du Roc-de-Dourgne. Les recherches ont été localisées sous l’auvent d’entrée de la cavité. La modeste surface protégée par le surplomb rocheux ou susceptible de se prêter à un aménagement par les Préhistoriques (en raison de la proximité du talus) a imposé une fouille d’assez faible développement : une dizaine de mètres carrés en 1981.

2Les recherches ont montré l’existence de foyers stratifiés indiquant une occupation humaine ininterrompue entre le Mésolithique et le Néolithique moyen. C’est la première fois que l’on rencontre dans ce secteur des Pyrénées une évolution sur place montrant la mutation des industries à un instant-clé de l’évolution techno-économique : la néolithisation.

3Les fouilles ont montré l’existence, de bas en haut, des ensembles suivants :

4— C11. Argile jaune non sondée. Paléolithique supérieur ( ?).
— C10. Horizon mésolithique sauveterroïde (pointe de Sauveterre) (VIIe millénaire).
— C9. Horizon mésolithique dont la personnalité demande à être précisée.
— C8. Horizon à trapèzes, faciès à mettre en parallèle peut-être avec les tardenoïdes du Sud-Ouest ou le Castelnovien de Basse-Provence. Apparition du mouton (VIe millénaire).
— C7. Proto-Néolithique dont l’industrie est dominée par les pointes triangulaires du type de la grotte Gazel. Elevage du mouton et du porc (transition VIe millénaire).
— C6. Néolithique ancien avec poterie et armatures de flèches déjà bien typées : flèches tranchantes à retouche envahissante et bords franchement concaves. Elevage du mouton et du boeuf (milieu du Ve millénaire).
— C5. Néolithique ancien pleinement affirmé, de type épicardial. Elevage de boeuf, mouton, porc, chèvre ; l’agriculture apparaît (pollens de céréales de tourbière de Fournas) (2e moitié du Ve millénaire).
— C5 sup. Bouleversements du niveau précédent par des documents de faciès Montboio.
— C4b Chasséen avec poterie et outillage lamellaire classique. Raréfaction des documents. L’occupation de l’abri devient très épisodique.
— C4a, 3, 2, 1 Documents épars du Bronze final, de l’Age du Fer et des Temps historiques.
L’intérêt de ce gisement est donc multiple :

  • au plan écologique, il permettra une approche du milieu en un point précis des Pyrénées de l’est et de ses modifications par suite de perturbations anthropiques et sédimentologiques, palynologiques et anthracologiques en cours ;

  • la faune permet de suivre les modifications qui interviennent lors du passage progressif vers une économie de production : dans un premier temps, apparition du mouton, puis élevage au Proto-Néolithique du mouton et du porc, ensuite généralisation des espèces domestiques au Néolithique (Geddès 1980) ;

  • au plan archéologique, les séquences isolées permettent de définir les groupes culturels ayant vécu dans les Pyrénées méditerranéennes au Boréal et à l’Atlantique.
    Les datations radiocarbones obtenues à l’abri du Roc-de-Dourgne et actuellement publiées sont les suivantes :

  • Couche 10 M.C-1108 8620 ± 120 (6670 B.C.) ; cette date est à rapprocher de celle de la couche 2b de la Cauna d’Arques (6970 B.C.) ;

  • Couche 7 M.C-1107 6850 ± 100 (4900 B.C.) - 6095 - 5375 av. J.-C. ; cette date est jugée relativement basse.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search