Version classiqueVersion mobile

La chirurgie des âges

 | 
Véronique Moulinié

III. Le sang des hommes

Introduction à la partie III

Texte intégral

Quand je suis tombée veuve, comme j'étais encore jeune, on m'a souvent demandé pourquoi je ne me remariais pas. Avec tout ce que j'avais eu avec mon premier mari, hé bé ! Merci. Pour recommencer avec les hémorroïdes, la prostate et tout le reste, non merci. J'ai assez que de moi !

  • 1 En 1973, Galier intitule ainsi son chapitre sur le retour d'âge masculin : « La ménopause masculine (...)

1Parlant de leur ménopause, les femmes abordent spontanément la question du retour d'âge masculin. « C'est un changement chez la femme qui est... chez la femme et chez l'homme aussi sans doute ; ça s'appelle autrement mais ça doit avoir les mêmes effets. Oui, c'est sûr qu'ils ont le retour d'âge aussi. Ils ne s'en vantent pas. Mais c'est sûr qu'ils l'ont, mais plus tard, vers cinquante-cinq, soixante ans. C'est là que c'est dur pour eux. » En effet, loin des débats sur l'individualisation d'une période — l'andropause — dont les symptômes sont remis en question par certains auteurs1, les femmes en font une évidence. Mais leur certitude ne naît pas de la lecture des magazines de santé, ni des émissions de télévision. D'ailleurs, le terme d'andropause n'est que très rarement utilisé par mes interlocutrices. Elles, d'ordinaire si friandes de termes médicaux précis et modernes, qui n'ignorent rien d'une « hyperplasie de l'endomètre » ou d'« une cœlioscopie endorectale » préfèrent parler de retour d'âge. Cette terminologie fait clairement référence à leur sexe, comme tout le savoir sur cette période de la vie de l'homme. En effet, c'est par déduction que s'impose l'évidence d'une « ménopause masculine », par comparaison entre les symptômes qu'elles ont vécus et qu'elles retrouvent chez leur époux. « Je pense que ça doit exister parce que les hommes ont des problèmes sanguins aussi. Il y a beaucoup d'hommes qui ont des varices. Il y en a beaucoup. Ce n'est pas simplement la femme qui a des varices. Alors s'ils ont des varices, c'est qu'ils ont des problèmes sanguins. Ils doivent connaître ça, ils doivent avoir une période assez difficile. » Il n'y a qu'elles, en effet, pour savoir apprécier à sa juste valeur le sens de certains troubles et porter le diagnostic.

Je n'arrivais pas à comprendre mon père. Il était bizarre. Ça n'a jamais été un grand sentimental mais là, c'était pire. Quand on y allait, on aurait dit presque que ça le dérangeait ; il râlait pour un rien. Et puis, lui qui aimait sortir, aller au marché, il ne quittait plus la maison. Il n'était pas comme avant, oui, bizarre. Ça a duré longtemps, cinq ou six ans. Et puis, hop ! Il est revenu comme avant. Je n'ai pas compris sur le coup. Mais maintenant, avec le recul, je sais ce qu'il a eu : c'était le retour d'âge qui le travaillait. Ma pauvre mère disait que les hommes aussi l'avaient, comme les femmes, que ça leur faisait la même chose mais je ne voulais pas y croire. Tu vois, comme quoi, elle avait raison.

2Cette période de la vie de l'homme est donc pensée par les femmes comme le symétrique parfait de la ménopause, rapprochant les deux physiologies. « Dis donc, le sang, c'est pareil. A partir d'un certain âge, il faut bien qu'il y ait une... il faut bien qu'il y ait un coup de... Mais comment ça se manifeste, et comment ça se localise, alors là ? » Ce « circuit » masculin et la nécessité pour le sang de se « localiser », toutes l'ont affirmé, suivant en cela l'exemple de leur propre corps. Mais, encore une fois, aucune n'a pu apporter la moindre précision. On est « sûre que ça existe » mais on ne « sait pas comment l'expliquer », « comment le dire ».

3Mais il faut s'interroger sur l'origine de ces représentations qu'elles ont du corps de leur époux. Cette compréhension par analogie doit sans doute beaucoup, paradoxalement, à certaines pratiques autour du corps féminin. Et tout d'abord, rappelons-nous la réprobation qui accueille la grossesse de la mère alors même que sa propre fille est sur le point de procréer à son tour. Il faut également s'intéresser au sens particulier de certains décès pour la femme. C'est elle qui doit, dans une société à maison, porter le deuil, définitivement, après la mort de l'un des ascendants du couple. Ce noir la fait accéder au statut de « vieille femme » bien avant l'âge souvent et de ce fait met un terme à toute activité sexuelle. Et le scandale éclate lorsque, sous la robe sombre, on voit poindre un ventre rebondi.

J'étais petite mais ça m'avait choquée parce que ma grand-mère ne mâchait pas ses mots. Le voisin était mort pendant l'hiver et, pour la Toussaint d'après, c'était la messe et la bénédiction des tombes. Alors on était là, près du caveau de famille. Et il y avait le fils de ce vieux qui était mort un an plus tôt et sa femme, qui était enceinte. Et en sortant du cimetière, en passant à côté de cette femme, ma grand-mère avait dit tout fort, en patois : « Regardez-moi cette salope ! Son beau-père était même pas encore froid qu'elle était déjà sur le dos, la putain ! Et ça ose encore se montrer en public ! Ça ne te portera pas bonheur, crois-moi. » Ça avait fait une histoire... !

  • 2 Jean-Claude Sangoï étudie, à partir des fiches de famille, le rapport entre la mort d'un ascendant (...)

4Cette autre éprouva une certaine gêne lors de l'enterrement de son père. « Je ne m'en suis jamais cachée, avec tout ce qu'il m'a fait subir, je le détestais. Quand j'ai appris sa mort, ça ne m'a rien fait. Seulement, j'étais enceinte et ça commençait à se voir. Alors, sans faire le cinéma des larmes, quand même, il y a un minimum à respecter. Ce n'est pas la peine de provoquer. » C'est pourquoi, le jour des funérailles, elle se comprima fortement le ventre à l'aide de bandes, dissimulant encore son corps sous un ample manteau. Ainsi, le deuil des parents se confondrait souvent pour la femme avec une ménopause sociale qu'il compléterait et parachèverait2. D'autre part, les pratiques contraceptives n'ont fait qu'accentuer cette attitude. Quel moyen plus efficace pour ne pas avoir d'enfants que de ne plus avoir de relations sexuelles ? C'est bien le conseil que donne, en 1671, Madame de Sévigné à sa fille qui vient d'accoucher. « Je vous prie, ma bonne, ne vous fiez point aux deux lits ; c'est un sujet de tentation : faites coucher quelqu'un dans votre chambre. » La pratique connaîtra un succès certain. Au xixe siècle, la mère de Pierre Rivière décide que deux de ses enfants, Jules et Victoire, rejoindront le lit conjugal, afin de tenir l'époux à distance (Moi, Pierre Rivière... 1973 : 110). Un siècle plus tard, mes interlocutrices ont affirmé y avoir eu recours, comme cette mère de quatre enfants. « Après, on a mis le sabot entre les deux, tu sais ce que ça veut dire. De toute façon, le petit dormait avec nous, alors... » Ainsi, entre les xvie et xviiie siècles, et jusqu'à une date récente sans doute, « le refus de la dette conjugale par l'épouse », entre autres, permet d'éviter aussi bien les naissances périlleuses qu'indésirées (Flandrin 1976 : 208-212). Ainsi, encore jeune souvent, la femme se voyait « désexualisée ». L'homme est alors contraint de « monter les outils au galetas », pour reprendre une expression toulousaine. Car il est, lui aussi, capté par cette rupture, du moins dans les représentations que les femmes s'accordent à donner des rythmes de son corps. Comme celui de son épouse, son corps est perçu comme voué à l'inactivité sexuelle, faisant fi de toute réalité physiologique.

5Et la médecine de la fin du xixe siècle n'a pas échappé à cette vision analogique et l'a même théorisée. Les premiers traités sur l'andropause apparaissent comme une claire transposition des problèmes féminins sur le corps viril. L'association est telle qu'en 1899, paraît un article au titre évocateur : « Troubles psychiques de la ménopause virile » (Bombarda 1899). De même, en 1907, Valleteau de Moulliac apporte sa « Contribution à l'étude de l'âge critique » qu'il sous-titre « l'âge critique chez l'homme ». Or le premier chapitre n'en est pas moins consacré à « l'âge critique chez la femme ».

6Mais qu'en pensent les hommes ? Adoptent-ils complètement l'image que leur épouse leur renvoie ? En fait leur discours fait une place au retour d'âge, mais de manière paradoxale. Qu'un des leurs fasse part de sa triste expérience pour les mettre en garde, et c'est l'irritation.

Pierre est chiant avec ses histoires de prostate. Quand on est à la battue au sanglier ou comme ça : « Ah ! Attention, il faut que je fasse doucement parce que... » et ça y est ; c'est reparti mon quiqui, c'est le cas de le dire. On y a droit et en détail. Il nous raconte ses problèmes du début à la fin. « Il ne faut pas que je soulève du poids parce que tu comprends, maintenant qu'ils m'ont opéré, parfois, je ferais au pantalon. Et puis, c'est que maintenant, je ne peux plus. C'est fini. Ça ne marche plus. » Alors, tu penses, on se fout de lui. « Et ta femme, qu'est-ce qu'elle en dit ? Tu arrives encore à passer sous les portes ? » Il se met en colère. « Marrez-vous, vous verrez. Vous ne voulez pas y croire. Vous verrez quand vous aurez mon âge, vous rigolerez moins. Vous verrez si je n'avais pas raison quand je vous disais de faire gaffe, de vous faire suivre. » Mais on s'en fout de ses histoires. Qu'est-ce que tu veux que ça nous fasse qu'il se pisse dessus ou qu'il soit impuissant ? Le pire, c'est qu'il paraît que ce n'est même pas de la prostate qu'on l'a opéré mais de la vessie. Une cochonnerie qu'il aurait ramassée pendant la guerre d'Algérie. Mais ça, il ne s'en vante pas. Il te fait la leçon alors qu'il n'y a vraiment pas de quoi. Quand on sait les dessous de l'histoire... Ça me fait rigoler quand je l'entends nous faire la leçon.

7L'allusion à cette mystérieuse « cochonnerie » permet d'ôter toute validité à son discours et ainsi toute existence à l'andropause. Mais c'est surtout à la récupération par la parole des femmes que l'homme tente de résister. Ce qui n'est pas sans entraîner quelques discussions, parfois houleuses, comme dans ce couple.

Claude sera comme son père qu'on vient d'opérer de la prostate. Déjà, il a du mal à retenir. Quand on part, il faut toujours qu'on s'arrête. Il a souvent envie d'uriner et ça presse, il ne faut pas qu'il attende trop parce que ça lui échapperait. Je lui dis qu'il faudrait qu'il se fasse suivre. Quand je vais chez le docteur, je lui dis de me suivre et ça y est, on se dispute, à chaque fois : « Tu ne vas pas recommencer avec tes histoires, non. Mais enfin, qui c'est qui a la prostate, c'est toi ou c'est moi ? Bon, alors, qu'est-ce que ça peut te faire ? » Alors, je me tais. Et pourtant il faudrait. Ils pourraient peut-être... Surtout qu'il a quarante-cinq ans alors c'est l'âge où ça commence et en vieillissant, ça ne va pas s'arranger, c'est sûr. Je suis sûre qu'un jour ou l'autre, il faudra l'opérer. Mais quand je lui en parle, il m'envoie sur les roses. Tant pis pour lui, il verra bien.

8Refus que me confirma le « malade », écho parfait des propos de l'épouse.

Ah mais bien sûr que j'ai la prostate ! Eh oui, je pisse tout le temps alors forcément ! Et puis l'hérédité ! Et puis il y a l'âge ! Et tout le reste... Tu ne te rends pas compte toi ! Et puis surtout elle m'empoisonne la vie avec ça. A croire que la prostate, c'est elle qui l'a et pas moi. Parce qu'elle sait mieux que moi ce que j'ai. Eh oui, bien sûr ! Chaque fois qu'elle me voit aller pisser : « C'est la prostate. Tu seras comme ton père. Va voir le docteur. » Et puis, j'ai beau lui dire que la bière, ça fait pisser aussi : « Non ! C'est la prostate. » A croire qu'il lui tarde d'être débarrassée. Quand elle va pisser, moi, je ne lui dis pas que c'est la totale et pourtant elle aussi, elle a l'âge. Alors qu'est-ce qu'elle m'emmerde, avec ses histoires de bonne femme.

9Il fut d'ailleurs très difficile d'enquêter auprès des hommes, même de manière informelle, de leur demander « racontez-moi votre andropause » comme j'avais demandé aux femmes de raconter leur ménopause. Beaucoup ignorent ou feignent d'ignorer ce dont il s'agit, d'autres se montrent agressifs — « Qu'est-ce que c'est que cette connerie ? D'où tu tiens ça, toi ? » —, enfin les plus conciliants détournent sans cesse les questions, glissant à la grivoiserie, mettant la curieuse dans une position qu'elle ne peut tenir très longtemps, la forçant à mettre un terme à la conversation. Les hommes reconnaissent pourtant à leur cinquantaine une spécificité que l'humour et la dérision permettent d'exprimer. Ils plaisantent de leur « coussin d'amour », « cette bouée » si prisée des femmes qui « peuvent s'y accrocher en temps voulu », de « l'œuf de Colomb », chahutent un congénère bon vivant sur l'imminence de l'infarctus, évoquent le démon de midi en proposant d'échanger « une femme de quarante ans contre deux de vingt ». Dans les conversations « entre copains », on voit émerger l'éventualité du retour d'âge. Mais il ne s'agit jamais de propos sérieux. C'est sur le mode de « la bonne blague survenue à un copain qui a eu une panne » qu'il apparaît. Rares sont ceux qui, comme celui-ci, s'affalent dans un fauteuil et avouent à leur collègue de l'air le plus sérieux qui soit qu'ils en sont victimes, que leur lassitude vient de là.

10A vouloir ouvertement parler du retour d'âge viril, on tombe nécessairement dans l'esquive ou le silence. Les femmes, pourtant plus disertes en la matière, après avoir affirmé avec force son existence analogique, avouent souvent leur incapacité à la définir. « Comment tu peux savoir si c'est la ménopause pour eux, étant donné qu'ils n'ont pas la période, eux ? Comment tu peux savoir ? Nous, on accuse la ménopause par l'arrêt et on reprend autre chose. L'homme, tu ne peux pas savoir. » Nous avons atteint les limites du formulable qu'implique l'hypothèse du « circuit ». Cependant, si les propos sur le retour d'âge s'enlisent assez rapidement, ils retrouvent de la vigueur lorsque, inévitablement, mes interlocuteurs abordent les maladies de la cinquantaine. Tous les hommes reconnaissent, en effet, qu' « à cet âge-là, il faut faire gaffe. Il y a pas mal de risques. Tu en as beaucoup qui ne passent pas ce cap. » Mais là s'arrête leur discours. Là encore, le corps masculin est avant tout une histoire de femmes. Enquêtant sur diverses pathologies considérées comme typiquement viriles, j'ai eu la surprise de constater qu'ils en ignoraient tout. Hormis quelques récits, fort brefs, de goutte ou d'opération de la prostate — « Mais sous anesthésie, tu sais, il n'y a pas grand-chose à dire » — ils sont incapables de parler de leur propre corps, d'en livrer un savoir cohérent. Souvent, à court d'explication, c'est auprès de leur épouse qu'ils vont chercher ce qui leur fait défaut car c'est elle qui sait et répond parfois à la place de l'homme, n'hésitant pas à compléter, voire à corriger les réponses. En fait, lui ne fait que parler de sa propre expérience, elle a la charge de la replacer dans un savoir qu'elle est la seule à maîtriser, donnant une dimension plus générale au propos, nous entraînant dans une logique qui dépasse largement l'affection dont souffre l'époux. Mais les avis divergent souvent.

11- Tu sais, ça lui prenait à l'orteil.

12- Moi ? Jamais à l'orteil. C'est à la cheville.

13- Ça te prend à l'orteil aussi, la cheville et l'orteil.

14- Non, toujours à la cheville.

15Par contre, la parole de l'épouse devient totalement légitime, et est même appelée en renfort, lorsqu'il s'agit d'expliquer le fonctionnement de la maladie, même si cette explication est en totale opposition avec son vécu.

16D'où ça vient ? Je ne sais pas. (S'adressant à sa femme) Hein ?

17- Des reins, oui. C'est aux reins. Après, quand il va aux W-C, ça lui donne la diarrhée. Il n'élimine pas.

18- Des reins ? Des reins ? Ce n'est pas les reins !

19- Le docteur l'a dit. Il paraît. - Tu es docteur, toi ?

20- C'est l'excès d'acide urique.

21- Et ça ne vient pas des reins que je sache, l'acide urique !

22- Ah non ? Et d'où ça vient, l'urine ?

23- Mais tu n'élimines pas de l'urine.

24- Dans les selles ! Alors...

25- Eh oui. C'est ça, oui.

26Les hommes ne sont donc pas producteurs d'un savoir sur leur propre corps. Et même si cela ne se fait pas sans heurt, c'est à leur épouse qu'ils laissent, en dernier lieu, le soin de lire les symptômes qui les affligent, de comprendre le fonctionnement de leur physiologie.

27Peu de choses donc sur l'andropause sinon la conviction — féminine — que « ça existe bien. C'est sûr. » Et à écouter les femmes raconter les « petits pépins » qui affectent leur époux, on acquiert une certitude : le retour d'âge masculin est un objet morcelé, éclaté entre les différentes maladies de la cinquantaine. En effet, c'est là qu'il faut chercher l'essence et le fonctionnement de cette période de la vie de l'homme. Les femmes disaient qu'il était impossible d'en savoir plus sur ce sujet parce que les hommes n'avaient pas « la période ». Et pourtant, chez eux aussi, « le sang travaille ». Et ces troubles ne sont pas moins manifestes chez eux que chez elles. Au travers des antiques goutte et gravelle mais aussi des plus modernes cholestérol et autres problèmes cardio-vasculaires, c'est d'abord un discours sur la vieillesse masculine mais aussi toute une compréhension de la physiologie de la différence des sexes qui se déploie.

Notes

1 En 1973, Galier intitule ainsi son chapitre sur le retour d'âge masculin : « La ménopause masculine ou andropause : mythe ou réalité ? » (Galier 1973 : 45-46.) Mon but n'est pas d'apporter une réponse à cette question, ni de plaider pour ou contre l'existence de l'andropause. Seules m'intéressent les représentations — communes et savantes — autour des physiologies masculine et féminine.

2 Jean-Claude Sangoï étudie, à partir des fiches de famille, le rapport entre la mort d'un ascendant et la fécondité de la femme de « l'oustal ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search