Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Généralités

L’abri de Font-Juvénal

Texte intégral

1L’abri de Font-Juvénal (Conques-sur-Orbiel, Aude) est situé sur la rive gauche du ruisseau de Vallouvière. Dans une vallée encaissée et par des méandres entaillant les calcaires yprésiens (à alvéolines), le ruisseau a réalisé des séries d’auvents naturels. L’abri en cours de fouille depuis 1970 est à l’aplomb d’une vingtaine de mètres de long sur 5 à 6 m de profondeur. Il s’ouvre à 16 m au-dessus du thalweg pour les niveaux récents et à environ 25 m du lit du ruisseau.

2Le site a été découvert en 1970 et fit cette année là l’objet d’un sondage. Une première campagne de fouilles y a été menée en 1971 ; la dernière a eu lieu en 1981. Il fait partie des fouilles importantes du Centre d’anthropologie des sociétés rurales (GR 44 du C.N.R.S.) dirigé par Jean Guilaine. Font-Juvénal constitue à ce jour l’une des plus importantes stratigraphies néolithiques de la France méridionale. Les recherches ont montré que le remplissage y atteint une puissance de 6 m dont 5 m pour l’ensemble des niveaux néolithiques. Encore convient-il de préciser que la base des strates néolithiques n’a pas été atteinte sur l’ensemble de la surface dégagée.

3Notre travail sur ce site a été arrêté aux derniers résultats de la campagne de fouilles de 1979. Mais à cette époque déjà, dix-sept couches avaient été reconnues, de multiples subdivisions à l’intérieur des strates avaient déjà permis de distinguer la présence de quarante-huit sols ou niveaux. Ce gisement, entre Narbonnais et Toulousain, a bénéficié d’une sédimentation abondante et rapide, ce qui explique la puissance exceptionnelle de son remplissage. Les diverses couches se composent d’une alternance d’un sédiment d’origine locale dominé par la désagrégation du calcaire à alvéolines et de foyers, structurés ou non, dus à l’occupation humaine. De gros blocs, voire de véritables effondrements de la voûte (couche 9), se retrouvent dans certains niveaux du gisement.

4L’occupation des diverses couches et niveaux reconnus s’articule ainsi :

5— C1. Moyen Age - Gallo-Romain - La Tène
— C2a’. Bronze final - Champs d’Urnes
— C2a’’. Bronze moyen
— C2b sup. Chalcolithique de faciès vérazien évolué
— C2b inf. Chalcolithique à vases campaniformes
— C2c. Néolithique final de faciès vérazien (à inclusions Ferrières)
— C3. Néolithique final de faciès vérazien
— C4. Néolithique final de faciès vérazien
— C5. Néolithique récent de faciès gourgaso-saint-ponien (à inclusions Ferrières)
— C6. Néolithique récent de faciès gourgaso-saint-ponien
— C7a. Transition Néolithique moyen-Néolithique récent
— C7b. Néolithique moyen. Chasséen évolué
— C7c. Néolithique moyen. Chasséen évolué
— C8a. Néolithique moyen. Chasséen évolué
— C8b. Néolithique moyen. Chasséen évolué
— C9. Néolithique moyen. Chasséen classique
— C10. Néolithique moyen. Chasséen classique.
Cette couche de 0,40 m de puissance moyenne est tantôt homogène, tantôt subdivisée en treize niveaux ou foyers (C10 o’, F10o’, C10a’, F10a’, C10b’, F10b’, C10c’, F10c’, F10c", C10d’, F10d’, C10e’, C10f’), abstraction faite des nombreuses fosses qui constituent autant d’unitéstraitées à part.
— C11. Néolithique moyen. Chasséen ancien.
La couche 11 se subdivise localementen neuf horizons correspondant à des passées sédimentaires ou à des lentilles cendreuses (C11 a’, Fl 1 a’, Fl 1 b’, Cl 1 d’, Fl 1 d’, Cl 1 e’, F11 e’, F11f’).
— C12 ou C12a’ Néolithique ancien évolué de type épicardial
— C12 a1. Néolithique ancien évolué de type épicardial
— C12 a2. Néolithique ancien évolué de type épicardial
— F12. Néolithique ancien évolué de type épicardial
— C12b. Néolithique ancien de type épicardial
— C 13. Néolithique ancien épicardial
— C14. Néolithique ancien, faciès péricardial
— C15. Néolithique ancien, faciès péricardial
— C16. Néolithique ancien, faciès péricardial
— C17. Néolithique ancien, faciès péricardial
La chronologie du Néolithique languedocien a pu être largement précisée par quatorze datations radiocarbones. Ces dernières concernent surtout les niveaux du Néolithique moyen et récent. Mais il a été possible de faire dater la partie supérieure de la couche 12, épicardiale : M.C-499 : 5850 ± 100 B.P. (3900 B.C.) - 5070 - 4450 av. J.-C. D’autres datations languedociennes pour des horizons de type néolithique ancien attardé confirment plus ou moins cette date (par exemple : Camprafaud, couche 17 : 3950 B.C. Gif - 1489).

6La couche 11 a montré un ensemble à poterie bien cuite et bien lissée de caractère « occidental », Nous l’assimilons à un Chasséen ancien en notant certaines affinités (récipients à anses bien dégagées) avec le groupe pyrénéen de Montbolo ou avec le Chasséen inférieur de Sargei (Aveyron). Le résultat est le suivant : M.C- 498 : 5540 ± 100 B.P. (3590 B.C.) - 4555 - 3990 av. J.-C.

7Le Chasséen languedocien classique (couche 10), qui présente les caractères habituels de cette culture, a fait l’objet d’une datation : M.C-497 : 5350 ± 100 B.P. (3400 B.C.) - 4420 - 3880 av. J.-C. Cette étape « moyenne » du Chasséen languedocien peut être datée entre 3500 et 3000. Des dates superposables sont nombreuses : Saint-Michel-du-Touch (Haute-Garonne) : 3310 B.C. (M.C-104) ; Roucadour, couche 31 : 3240 B.C. (GsY-36 b) ; Fontbrégoua, couche 11 : 3100 B.C. (Gif-2101 ) ; Camprafaud, couche 13 : 3150 B.C. (Gif-1465) ; couche 12 : 2950 B.C. (Gif-1484) ; Escanin (Bouches-du-Rhône) : 3050 B.C. (Gif-450). Deux datations des débuts du IIIe millénaire marquent la fin de la culture chasséenne : M.C-495 : 4860 ± 100 (2910 B.C.) - 3880 - 3375 av. J.-C. et M.C-496 : 4800 ±100 (2850 B.C.) - 3860 - 3360 av. J.-C. Divers résultats confirment cette date en Languedoc : Saint-Michel-du-Touch : 2950, 2630, 2550 B.C. (M.C-105, 103, 102) ; Baume Soulatget (Hérault) : 2830 B.C. (Gif-1918).

8A Font-Juvénal, la couche 6 contenant une « idole » en bois de cerf a été datée : M.C-494 : 4570 ± 90 B.P. (2620 B.C.) - 3640 - 3015 av. J.C.

9La couche 5, qui a livré notamment une flèche déjetée, a fourni une datation : M.C-493 : 4490 ± 80 B.P. (2540 B.C.) - 3500 - 2915 av. J.-C. Autres dates connues pour des ensembles superposables : grotte des Serpents : 2690 B.C. (Gif-1923) ; abri de Saint-Etienne-de-Gourgas, couche 19 : 2610 B.C. (KN-160) ; même site, couche 13 : 2340 B.C. (KN-159) ; grotte de Camprafaud, couche 10 : 2500 B.C. (Gif-1157); même site, couche 9 : 2350 B.C. (Gif-1156). A ce même groupe chronologique se rattache la couche 3 de la grotte du Gaougnas à Cabrespine ; 2660 B.C. (Gif-1274), qui connaît déjà le mamelon superposé de style vérazien.

1 — Localisation des sites de l’abri de Font-Juvénal à Conques, Aude (1) et de l’abri du Roc-de-Dourgne à Fontanès-de-Sault, Aude (2).

10L’évolution locale de ce Néolithique récent est sans doute à la base de la formation du Néolithique final de faciès vérazien dont une date a été obtenue pour la couche 3 : M.C-491 : 4200 + 90 B.P. (2250 B.C.) - 3145 - 2550 av. J.-C. Bien que situé en dehors du territoire de la civilisation de Ferrières, Font-Juvénal a livré les restes de deux vases à décor de chevrons incisés : l’un dans la couche 5 (2540 B.C.) ; l’autre dans la couche 2c pouvant être datée d’à peu près 2250, date de la couche 3. Ce gisement contribue donc indirectement à fournir une fourchette chronologique pour cette culture. Il indique une apparition précoce, vers 2600 B.C. et un terminus pouvant se placer vers 2200/2100 B.C. Autres datations de la céramique à chevrons bas-languedocienne grotte des Pins à Blandas : 2400 B.C. (Gif-1360) ; site de Chauzon à Beaussement (Ardèche) : 2200 B.C. (GsY-246) et 2150 B.C. (GsY-245); grotte de Sartanette à Remoulins (Gard) : 2320 B.C.

11Les résultats obtenus pour le niveau à campaniformes (C2 b inférieur) : M.C-567 : 4190 ±90 B.P. (2240 B.C.) - 3135 - 2440 av. J.-C. et M.C-568 : 4160 ± 90 B.P. (2210 B.C.) - 3030 - 2425 av. J.-C. montrent l’antiquité des campaniformes de faciès pyrénéen dont l’implantation paraît antérieure à 2000 B.C. Ces résultats confirment ceux obtenus en Provence.

12La partie supérieure de la couche 2b a montré l’existence d’un Vérazien récent dont le décor de cannelures subit vraisemblablement une influence fontbuxienne. Ce fait a déjà été noté ailleurs. Ce niveau n’est pas daté mais doit se rapprocher de deux dates connues : Camprafaud, couche 6 : 1960 B.C. (Gif-1092) ; les Courondes (Aude) : 1800 B.C. (Gif-1161).

13L’abri de Font-Juvénal et la grotte de Gazel (Sallèles - Cabardès, Aude) fournissent à ce jour un ensemble de séquences chronologiques incluant toutes les grandes phases du Néolithique languedocien. Il en a résulté une échelle chronologique absolue, à valeur régionale (Guilaine 1974a : 293-299). Le continuum chronologique et culturel de cet abri et la richesse de sa sédimentation nous ont permis neuf années après les premières découvertes de faire le point sur les structures domestiques des cultures préhistoriques représentées et leur articulation dans le temps.

Table des illustrations

Légende 1 — Localisation des sites de l’abri de Font-Juvénal à Conques, Aude (1) et de l’abri du Roc-de-Dourgne à Fontanès-de-Sault, Aude (2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30905/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 326k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search