Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Introduction

Texte intégral

1L’étude des structures d’habitat est à l’ordre du jour de la préhistoire récente. Elle s’inscrit dans une approche paléoethnographique que la majorité novatrice des publications actuelles tente d’appréhender. Il est certain que ce ne sont là que des héritages d’un mouvement plus ancien qui a largement touché les études sur le Paléolithique.

2Pourtant, ce travail ne peut trouver sa place auprès de telles sommes dans lesquelles la recherche pluridisciplinaire et systématique étaye largement la simple démarche descriptive. Notre propos est d’une autre nature. Il s’agit pour nous d’avancer certains principes d’analyse morphologique de témoins structurés que nous avons pu étudier. Cette démarche conduit à préciser le vocabulaire employé. Certains termes sont de nature à produire des confusions ; cet aspect a été largement développé par A. Leroi-Gourhan et son équipe. Un séminaire d’étude, des publications ont fait ainsi le point dans certains domaines pour les témoins évidents du Paléolithique. Le domaine minéral composant ces structures domestiques, mais aussi les domaines végétal ou animal ont alors bénéficié d’une terminologie analytique précise. Nous avons jugé bon de nous resituer par rapport à ce « vocabulaire d’attente ». Cependant, de manière toute volontaire, nous refusons d’arrêter un dictionnaire formalisant pour chaque composante (ou en partie) une définition. Cette attitude correspond à notre démarche générale qui place en priorité l’individualité de chaque aménagement au détriment d’un regroupement typologique et donc simplificateur.

3La typologie fine et sériée des structures d’habitat n’a pas été le but de notre travail ; il est pratiquement certain que nous serions parvenu à multiplier des types et des sous-types en autant de cas que d’exemples étudiés. C’est que, pour tout aménagement (provoqué) d’objets naturels ou produits par l’homme, il ressort que l’élément constitutif étant différent, chaque structuration ne peut être que différente. Et les vestiges organisés que nous dégageons le prouvent sans difficulté.

4Il faut bien sûr tempérer cette remarque excessive ; le préhistorien sait reconnaître, le plus souvent, un foyer d’une autre structure domestique. C’est aussi pour cela, par exemple, que notre travail est présenté en quatre thèmes : les foyers à plat, les trous de combustion, les structures de maintien et les trous de conservation. Il est possible d’assimiler des choses qui semblent identiques. L’expérience que nous pouvons avoir de la fouille de ces aménagements depuis 1969 nous permet de « reconnaître » les structures évidentes et leur appartenance probable à tel ou tel ensemble. Mais cette base de définition nous mène nécessairement à une analyse descriptive fine (confirmant ou infirmant le premier jugement). Parfois cette phase d’application de la morphologie conduit à des impasses pour la caractérisation des témoins. Mais elle peut permettre de qualifier certains dispositifs évidents d’un nom, généralement issu par analogie de l’ethnologie (proche ou éloignée).

5L’objectif terminal de notre présentation typologique est fonctionnaliste. Nous poussons notre recherche sur l’agencement de la matière dans les habitats afin d’y lire d’une part un certain degré d’organisation du milieu et d’autre part les fonctions mises en oeuvre dans les habitats. Nous parlerons d’anthropisation et de domestication des aménagements. C’est à ce titre que nous chercherons à lire l’échelle des aménagements, à estimer leur fonctionnement par l’étude de leur stratigraphie, etc.

6Deux attitudes s’offraient à nous. Nous aurions pu dresser un inventaire des installations néolithiques découvertes dans le Midi de la France. La seconde méthode consistait en l’exploitation de onze années de travaux de terrain encadrés par Jean Guilaine. Sur deux sites, les structures évidentes d’habitats néolithiques ou des Ages des Métaux sont à ce point célèbres qu’avant même leur publication, elles sont devenues des références dans les milieux archéologiques : l’abri du Roc-de-Dourgne (Fontanès-de-Sault, Aude) et l’abri de Font-Juvénal (Conques, Aude). Nous possédions là des séries de structures évidentes dont nous avions pu assumer directement le dégagement dans la quasi-totalité des cas. Ces témoins étaient datés et culturellement définis. Il nous a paru utile et nécessaire de nous limiter à ces deux sites, même si nous les avons éclairés de quelques comparaisons. Il s’agit de présenter une série de référence de structures évidentes, de les décrire morphologiquement et fonctionnellement, de les situer par rapport à l’utilisateur préhistorique et d’essayer d’en tirer des données générales applicables (soit par leur méthode, soit par des renseignements et l’observation) sur d’autres gisements.

7Nous nous sommes donc refusé à introduire en comparaison des références ethnographiques contemporaines ou passées. Cet aspect de la recherche nous paraît prématuré et toujours limité par la connaissance des techniques existantes ou ayant existé dans des cultures différentes et non comparables. Seule exception, sans doute, le four « polynésien », dont une majorité de préhistoriens accepte (par analogie) désormais l’appellation, apparaîtra dans ce travail.

  • 1 Ce numéro des « Documents d’Archéologie Française » est le résumé de la thèse de troisième cycle so (...)

8Dans le texte qui suit nous avons, par rapport au travail d’origine1, sélectionné les exemples décrits pour chaque type d’aménagement. La documentation est ainsi plus synthétique et plus caractéristique, mais les études morphologiques, dimensionnelles ou fonctionnelles font toujours appel à l’ensemble des structures dégagées dans les deux sites étudiés.

Notes

1 Ce numéro des « Documents d’Archéologie Française » est le résumé de la thèse de troisième cycle soutenue en janvier 1981 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Toulouse (612 p., 313 fig.). Le jury était composé de MM. J. Combier, maître de Recherche au Centre National de la Recherche Scientifique, J. Garanger, professeur à l’Université de Paris I, J. Guilaine, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et H. de Lumley, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search