Version classiqueVersion mobile

La chirurgie des âges

 | 
Véronique Moulinié

II. Du côté des femmes

4. Flux et reflux du sang

Texte intégral

Pendant deux ou trois mois, mes règles venaient difficilement. Enfin difficilement... Mal ! Elles venaient deux jours puis plus rien, puis quinze jours après, ça revenait. Et puis, plus rien pendant trois mois. Et puis comme ça, pendant un bon moment. Alors je me suis dit : « Il y a quelque chose qui se passe. » Et un beau jour, je me suis mise à avoir mal au ventre, mal au ventre alors beaucoup plus que d’habitude. Je me tordais, je me tordais. Et puis, c’était plus serré que d’habitude. Ça sortait à caillots. Enfin, moi, j’ai toujours eu une mauvaise circulation du sang. Bref, je me suis dit : « il faut aller voir le docteur parce que ce n ‘est pas normal quand même. » C’est que tu comprends, je me vidais. Complètement. Je ne tenais plus debout. C’est là qu’il a découvert mon fibrome.

1S’il est difficile, pour certaines, de voir dans l’histoire de Sylvianne le travail de la ménopause, c’est sans doute parce qu’il y manque la référence claire au sang. Comme me le faisait remarquer une de ses proches, « ça doit bien être ça qui la travaille depuis le temps mais c’est bizarre quand même parce qu’elle ne m’en a jamais parlé. Elle ne m’a jamais dit : "Tiens, ça y est, ça commence à bricoler." Et on est assez libres toutes les deux ; on se raconte tout. Alors, si c’était le cas, elle me l’aurait dit. Si ! Des retards comme ça, un jour ou deux, mais des trucs normaux, pas la ménopause. Mais, pour moi, c’est quand même le retour d’âge même si tout marche à peu près. » En effet, interrogées sur la ménopause, les femmes parlent d’abord du sang, d’une perturbation de la menstruation : « les règles se dérèglent. » Perception que partagent les médecins pour qui, malgré les progrès médicaux, une meilleure connaissance du phénomène de la reproduction, et notamment la découverte de l’ovulation, « la ménopause commence (...) le dernier jour des dernières règles survenues dans la vie d’une femme » (Pierrat 1993 : 18). Les menstrues et leur perte suffisent donc à qualifier la ménopause. Cette inévitable association mérite que l’on s’y attarde. Que dit-elle des transformations physiologiques ? Pour en comprendre tout le sens, il faut d’abord s’intéresser à la description de ce trouble.

« Les règles se dérèglent »

2« A l’état normal, la menstruation s’éteint lentement, par diminution progressive de la quantité du sang perdu. » (Vinay s.d. : 30.) « Des trucs de toubibs », diraient mes interlocutrices. L’enquête orale, en effet, offre une autre image, totalement opposée, qu’ébauchent certains traités. « D’autres fois, et c’est le cas le plus fréquent, la ménopause s’annonce par des oscillations très variables. Les règles paraissent avec moins d’abondance, deviennent plus rares, sont parfois accompagnées ou suivies d’un écoulement vaginal blanc ou jaunâtre. Souvent la femme éprouve un retard de huit, quinze jours ; d’autres fois ses règles sont suspendues pendant un mois, deux mois, six mois, un an et même davantage pour reparaître plus tard. » (ibid. : 12.) Exacte description à laquelle il manque cependant la dimension dramatique qui accompagne ces irrégularités, vécues comme « un cataclysme physiologique », « l’horloge biologique » féminine semblant devenir folle, hésitant entre le « trop » et le « trop peu ».

3Ce « dérèglement » s’inscrit d’abord dans le temps. Le « cycle » perd son caractère mensuel, devient incertain, et ceci selon un schéma immuable. Le premier indice reconnu est toujours un retard. « J’ai commencé à trente-huit ans à avoir des règles irrégulières, je les avais tous les deux ou trois mois. » Puis, seulement ensuite, survient l’excès inverse. « Je ne pouvais plus rien prévoir. Parce que des fois, je restais trois, quatre mois sans rien voir. "Ah ! C’est fini", je me disais. Un matin, je me levais, c’était reparti. Et là, trois, quatre fois dans le mois ça revenait. Mais quand ça revient plusieurs fois, comme ça, ça te fatigue. Surtout qu’après, je restais des fois deux ou trois mois de plus sans que ça revienne. Alors là, j’ai compris qu’il fallait faire quelque chose. » Fréquence anormale qui devient souvent chronique.

D’abord, ce qu’il y a eu, c’est que ça avait du retard. Je n’ai rien vu pendant deux ou trois mois, plusieurs fois comme ça. Au début, c’était ça. Je râlais un peu parce que ce n’est pas commode. Mais après, c’est que ça s’est rattrapé. Après, c’est venu plus souvent que normalement, toutes les semaines presque. Tous les huit jours, je les avais pendant deux ou trois jours, et puis ça s’arrêtait, et puis ça recommençait la semaine d’après. Et ça a duré un an, cette histoire, comme ça tous les huit jours, jusqu’à ce que je me fasse opérer.

4Le dérèglement affecte aussi la quantité de sang. « Le flux peut (...) diminuer de quantité » (Pagès 1876 : 12), ce que les femmes confirment. Mais si les médecins y voient une circonstance favorable, elles le vivent différemment. « Je ne perdais pas beaucoup mais juste assez pour m’empoisonner la vie. Je sentais que ça y était. Je prenais mes précautions pour me fermer. Pour rien ! C’était tout. Il suffisait que j’enlève tout, allez ! Ça recommençait. Mais c’était invivable parce que ce n’est pas beaucoup, c’est sûr, mais ça suffit pour te tacher. » « Heureuse femme », diraient la plupart qui, le plus souvent, ont connu l’excès inverse. En effet, alors même qu’elles doivent disparaître, les règles n’en restent pas moins très « abondantes », plus abondantes que jamais.

Moi, je n’en pouvais plus. J’étais sur les rotules. Parce que c’était à tout bout de champ. Et puis, j’en faisais, des hémorragies ! Ça saignait, tu pouvais y aller ! Et quand ça commençait, je ne savais pas quand ça allait s’arrêter. Ça durait huit, dix jours, des fois quinze jours. Et alors dans la journée, un petit peu moins mais alors, dès que j’étais allongée... Le matin, je me levais, j’étais dans une mare de sang. A changer les draps en plein milieu de la nuit.

5Parler, comme elles le font, de « fontaine », de « rivière », « d’inondation » n’est que justice lorsqu’on observe « pendant trois ans des pertes qui traversent fauteuils et matelas » (Brierre de Boismont 1842 : 224). Ce flux est tel que certaines sont conduites à des solutions radicales. Celle-ci décidera de faire provisoirement « chambre à part ». « Et toutes les nuits, mon mari : "Mais qu’est-ce que tu as encore ? Pourquoi tu allumes la lumière ? - Devine ! D’après toi !" Du coup, j’avais installé un vieux matelas dans la chambre d’amis. Comme ça, il pouvait dormir tranquille. » Cette autre, en proie à un flux plus opiniâtre encore, en sera réduite à s’enfermer chez elle. « Quand je voyais que c’était ça, je n’avais pas d’autre solution tellement je perdais, j’allais aux toilettes et j’y restais jusqu’à ce que ça s’arrête. Je lisais. Qu’est-ce que tu voulais que je fasse d’autre ? » On comprend que face à de tels saignements, mes interlocutrices parlent d’« hémorragies ». Mais, ce qui ne manque pas d’étonner, c’est la fréquence de ce trouble : toutes ont affirmé en avoir souffert.

6« C’est à devenir folle », reconnaissent les femmes car les anomalies se complètent et se combinent pour « leur rendre la vie impossible ». « Mais on ne sait plus à quel saint se vouer parce que, souvent, ces hémorragies, c’était deux fois, trois fois dans le mois. Et ça n’en finissait plus. Ça durait bien dix, quinze jours. T’as qu’à imaginer un peu. Et puis après, pouf ! Deux, trois mois de plus où tu voyais presque rien. Et allez ! Encore des hémorragies. Et comme ça pendant des années ! Trop de sang trop souvent avant que ne surgisse, fatalement, l’excès inverse, le corps féminin est en proie à ce qui ne peut plus être qualifié de règles, fussent-elles « détraquées », mais à ce qui semble plutôt s’apparenter à des mouvements compensatoires. Du moins est-ce ainsi que certaines les vivent, comme celle-ci qui, sans le moindre signe avant-coureur, connut brusquement six mois d’aménorrhée suivis par trois mois où elle fut « indisposée complètement tous les jours, tout le temps, tout le temps, une rivière ». Nulle inquiétude. Rien qui justifiât le recours à l’homme de science. « Et pourquoi tu voulais que j’aille voir le toubib pour ça ? Non, je ne me suis pas bilée ! C’était normal, dis ! Quand tu restes six mois sans rien voir, après il faut bien que ça sorte. Alors, c’est sûr qu’après, ça dure plus longtemps. Et tu vois que j’avais raison ; je n’en suis pas morte. » Parfois, le corps ne connaît pas de repos, en proie à une sanglance ininterrompue, rebelle à tout traitement.

Je n’avais pas des maladies mais je n’avais plus de cycle ; on essayait de les régulariser mais je n’en avais plus. Il faut te dire quand même que d’abord je suis restée un bon moment sans rien voir. Je croyais que c’était fini et puis non ! C’est revenu et là, sans arrêt ! J’avais mes règles tout le mois, ça ne s’arrêtait plus. Sans faire d’hémorragies ni rien mais c’étaient les règles du premier janvier au trente et un décembre. Pas comme certaines chez qui ça dure trois mois et puis basta, tranquille pendant quelque temps. Non, moi c’était tous les jours, toute l’année, sans exception, trois cent soixante-cinq jours par an. Alors à la fin j’en ai eu marre. Même si tu n’es pas malade, ce n’est pas agréable, c’est vrai.

7Mais peut-on encore considérer ces flux comme menstruels ? Mon informatrice qui eut à subir « les règles du premier janvier au trente et un décembre » répond par la négative : « je n’avais plus de cycle. » Ce n’est pas seulement la disparition du rythme qui est affirmée mais, plus encore, celle du phénomène lui-même. « Quand tu es indisposée tous les jours, tous les jours, sans interruption, même sans faire d’hémorragies ni rien, je ne sais pas si on peut appeler ça des règles. C’est ... c’est la ménopause, c’est ça la ménopause. » En effet, la menstruation se présente comme un flux maîtrisé, prévisible. Les femmes se vantent de savoir « quand ça va tomber », « combien ça va durer », à tel point qu’elles l’inscrivent sur le calendrier, renforçant ainsi le sentiment de maîtrise et s’appropriant de fait le phénomène. Avec le retour d’âge, cette planification-là devient illusoire, impossible. « On ne peut rien prévoir », « on ne sait jamais quand ça va tomber », se plaignent-elles car la logique menstruelle n’existe plus. La durée, le rythme sont des composantes essentielles de la menstruation à tel point que les règles sont appelées « mois ». Mais y a-t-il encore une légitimité à appeler « mois » des règles qui durent « trois époques » ou « disparaissent pendant six mois » ?

  • 1 Dès la fin du xixe siècle, les médecins ont essayé de « médicaliser » le retour d’âge. C’est la vag (...)

8Autant on peut comprendre que la caractérisation menstruelle s’estompe face à un phénomène de plus en plus aléatoire, autant il paraît difficile de comprendre certaines de mes interlocutrices. En effet la médicalisation actuelle1 de la ménopause limite le « dérèglement ». « La gynécologue me fait venir mes règles artificiellement avec des hormones, des pastilles que je colle sur les cuisses et des cachets aussi. Et c’est régulier. Là, il n’y a pas de retards ou de deux fois dans le mois ni d’hémorragies comme avant. Rien. C’est réglé comme une pendule. Toute façon, avec le traitement, ça ne peut pas faire autrement. » Semblables aux règles quant à leur rythme et à leur quantité, c’est comme tels que ces flux sont traités. En effet, on reconnaît que ces traitements sont complexes et les femmes qui y ont recours surmontent ces difficultés en réadaptant une solution qu’elles connaissent bien puisqu’elles l’utilisaient au moment des règles. « Moi, pour pas me tromper, c’est marqué sur le calendrier, quand il faut que j’arrête ou que je change de côté. Alors, il est dans la salle de bains. J’y ai mis des croix, gauche, droite, et tout. » Cependant, malgré toutes ces ressemblances, les femmes ne s’y trompent pas. « Je ne sais pas comment ça va se terminer cette histoire. Je ne sais même pas combien ça va durer parce qu’avec ce traitement, tu ne peux pas savoir. De toute façon, ce ne sont pas des règles. Si tu veux, ce sont des saignements, c’est tout. » Et toutes celles qui ont eu recours à ces traitements sont d’accord avec elle.

  • 2 Il s’agit d’une série de fiches vendues par correspondance ne présentant ni auteur, ni pagination, (...)

9Cette opposition entre menstruation et saignement, que l’on peut ici attribuer à l’intervention de l’homme de science qui a restauré artificiellement ce qui avait disparu, est tout aussi présente chez celles qui n’ont eu recours à aucun traitement. Ce glissement s’illustre parfaitement dans la façon dont elles parlent des menstrues et les situent par rapport à leur corps. Quand elles décrivent leur période de fécondité, elles se les approprient pleinement : « quand j’avais mes règles », « tu es mieux quand tu as tes règles. » Mais dès l’instant où les premières perturbations sont apparues, le vocabulaire change : « J’avais ces règles qui duraient des semaines entières », « j’avais des règles encore mais ça ne marchait plus comme il faut. » Les femmes semblent ne plus reconnaître ces « saignements ». De phénomène endogène, la menstruation devient exogène, totalement dissociée de l’identité féminine. A cette mise à distance s’ajoute une « requalification » du phénomène, à l’œuvre dans les termes employés. J’ai déjà évoqué la fréquence surprenante du terme « hémorragies » lors du retour d’âge. Or il apparaît clairement qu’il n’est pas seulement un indice de quantité. En effet, des femmes ont reconnu souffrir de flux très « abondants » lorsqu’elles étaient jeunes, nécessitant le recours à des « maxinuits », les obligeant parfois à s’isoler pendant plusieurs jours, et pourtant elles n’y ont jamais vu l’ombre d’une hémorragie. Qui devient par contre monnaie courante avec la ménopause, dès l’instant où l’on croit déceler une irrégularité aussi légère soit-elle, même si le flux ne semble pas particulièrement important. De même, pour abondantes qu’elles soient, les règles de la jeune femme ne sont jamais pensées comme un amoindrissement du corps. Bien au contraire, « c’est un bien, quand même », « ça te soulage drôlement ». Avec la ménopause, on a alors la sensation de « se vider ». On est « sur les rotules », « fatiguée, fatiguée », on devient « maigre comme un fil » parce qu’on « perd beaucoup, beaucoup trop ». C’est qu’en effet l’hémorragie ne parle pas tant de quantité que de normalité. L’hémorragie est une perte anormale de sang, d’un sang qui ne devrait pas apparaître, comme l’exprime le mot « perte » souvent préféré au mot « règles » lors du retour d’âge. Mais s’agit-il seulement de sang ? « Non », diraient les médecins du xixe siècle qui le voyaient de plus en plus fréquemment « accompagné (...) ou suivi (ou remplacé par) un écoulement vaginal blanc ou jaunâtre » (Pages 1876 : 12). Aujourd’hui, ils le trouvent « plus liquide, moins chargé en caillots » (Guide médical familial s.d.2). Les femmes ne manqueraient pas de s’élever contre cette observation, elles qui ont le plus souvent vécu le contraire — « De plus en plus, ça se tournait en caillots, de gros caillots, tout le temps » — et cela, de façon dramatique parfois.

La gynécologue m’avait bloqué les règles et puis, un jour, j’étais devant la télévision, mal mais mal, à me rouler par terre, horrible. Et puis tout d’un coup, une douleur pire encore et un gros caillot qui est descendu. Un truc gros comme un pamplemousse. Et puis pas joli ! Je l’ai fait voir à ma mère mais c’était vraiment affreux. A se demander ce que c’était. Comme une masse de sang caillé. Et justement, c’était au moment où j’aurais dû avoir mes règles. Mais ce n’étaient pas les règles. Ce n’était pas vraiment du sang, si tu veux, c’était dû à la ménopause si tu veux. Et après, ils m’ont opérée.

  • 3 Voir chapitre 8.

10Il manque à ces « hémorragies », « pertes » ou « règles artificielles », une composante essentielle que nous allons découvrir au fil de l’histoire de cette interlocutrice qui considérait que les « saignements » qu’elle connaissait étaient seulement les « règles de la gynécologue ». Elle a à peine trente-huit ans lorsque surviennent les premières irrégularités menstruelles et consulte alors une spécialiste. « Elle a découvert que je n’avais plus que quinze de taux hormonal au lieu d’avoir cinquante. Je n’avais plus d’hormones féminines. » Mais elle a découvert autre chose : « une grosseur sur les trompes » qui va nécessiter une opération. Or, cette intervention chirurgicale alliée au diagnostic hormonal — dont nous verrons le sens dans un chapitre suivant3 — suscite chez elle un avis tout personnel, radicalement différent de celui du médecin : « Elle ne voulait pas croire que c’était la ménopause. Soi-disant que c’était juste hormonal. Enfin du baratin de toubib quoi. C’était le retour d’âge, un point c’est tout. Elle me fait venir mes règles artificiellement mais je suis ménopausée. Je suis ménopausée depuis trois ans », date de ses premières perturbations menstruelles. Il faut donc moduler la description initiale. Les premières irrégularités sont plus qu’un simple signe annonciateur ; elles réalisent l’essentiel de la ménopause. Quel sens leur attribuer alors ? Que révèlent-elles du corps et du sang féminins, de leur relation, de leur fonctionnement ?

Circuits et circulations

11Pour se signaler d’abord de cette manière, la ménopause n’en reste pas moins autre chose qu’un simple problème de règles. Ce qui a disparu, et qui fait de véritables règles de « simples saignements », n’est guère facile à définir et n’est jamais explicite dans les entretiens. Les médecins eux-mêmes ont bien du mal à le formuler : « impulsion », « poussée », « effort ». Et cependant ce sont les femmes qui, au travers de leurs récits, vont en livrer la clé.

  • 4 Cette expression n’est cependant jamais utilisée pour de toutes jeunes filles. Chez elles, on l’a d (...)
  • 5 Lupu in Côté femmes 1986 : 53.

12Qu’une femme se plaigne de « jambes lourdes » ou « gonflées », de « fourmis » dans les membres, de douleurs erratiques et indéfinissables et le diagnostic tombe, net et sans appel : « C’est la circulation4. » Il se suffit à lui-même, ne nécessite pas plus de précisions. L’intéressée a compris l’origine de ses maux et sait qu’« il n’y a rien à faire ». Son problème est intimement lié à son identité de femme. Mais cette « circulation » n’a guère de rapports avec la découverte de Harvey. Certes, elle emprunte les mêmes veines mais elle n’a ni la même fonction ni le même sens. L’une est commune aux deux sexes, donc asexuée en quelque sorte, elle sert à la nutrition ordinaire des organes, l’autre est indissociable de la féminité dont elle est le vecteur, « fil rouge » matérialisé, conception que l’on retrouve chez les Tindama de Nouvelle-Guinée : « les hommes ont un système sanguin qui part du foie et retourne au foie, les femmes ont deux circulations sanguines, l’une semblable aux hommes et l’autre qui réside dans le petit bassin5 », donne les menstrues et maintient la vie. Et cette « circulation », que j’ai déjà évoquée pour l’adolescence, prend tout son sens dans les explications de la ménopause. Pourtant on bute sur un paradoxe : malgré ces hémorragies persistantes, « le sang ne circule plus, enfin, il circule bien encore mais ce n’est plus la même chose ». En fait, « le sang ne circule plus comme il faut. Il ne circule plus comme avant ». En effet, les explications des femmes ne sont apparemment plus très cohérentes. Pour certaines, « le sang est bloqué », pour d’autres « il s’agite, il va partout ». Certaines pensent qu’« il ne se renouvelle pas » mais pour d’autres « le travail continue quand même ». Elles-mêmes ont beaucoup de peine à trouver les mots justes pour exprimer leur pensée, conscientes de se contredire parfois. Mais si chacune hésite, se répète puis se reprend ou se ravise, de l’ensemble se dégage une pensée cohérente, questionnant sans relâche la menstruation et le fonctionnement de tout le corps féminin.

Circuit fermé

  • 6 A écouter mes interlocutrices décrire ce « circuit » de la menstruation, on songe à ces rondes d’en (...)

13La menstruation est perçue sur un mode très concret. Les règles sont d’abord un parcours, un cheminement de l’humeur au travers du corps, « le sang fait son circuit », « circuit » qu’il faut entendre au sens quasiment topographique et auquel la ménopause porte un coup fatal. La « circulation du sang » des femmes, source de tant de problèmes, est indissociable de cet itinéraire, véritable révolution au sens étymologique du terme, mouvement idéalement circulaire, comme l’indiquent les ronds que les femmes décrivent du doigt lorsqu’elles l’évoquent6.

14De ce circuit, on ne connaît que la dernière étape : l’utérus où « le sang se dépose » avant que ce muscle ne l’expulse du corps. Et c’est là que, à l’approche du climatère, la perturbation du « circuit » sanguin se produit d’abord. « Le sang reste bloqué dedans. Il ne peut plus sortir. Je ne sais pas comment l’expliquer mais c’est sûr que le circuit ne se fait plus. C’est l’utérus qui bricole, qui fait l’andouille. C’est dû à la circulation qui ne se fait plus comme avant. Automatiquement, surtout chez la femme pour qui les organes génitaux sont un peu considérés comme des filtres, ça passe par là, le sang. Alors, c’est ça, le fameux problème de la ménopause. Le sang ne peut plus passer par là parce que... Il ne peut plus passer. » Elle a bien du mal à pousser son explication. Et c’est en écoutant se raconter celles qui ont connu la totale que l’on comprend le dysfonctionnement utérin du retour d’âge. « Comme j’avais été opérée, il n’y avait plus d’utérus donc le sang ne pouvait plus passer par là où il faut. Il ne pouvait plus sortir à cause de l’opération et de la ménopause aussi sans doute puisque c’était le moment. » La dernière précision, mêlant processus physiologique et effet chirurgical, n’a rien d’étonnant. L’opération, qui supprime l’utérus, n’est qu’une ménopause extrêmement rapide à tel point que les médecins parlent de « ménopause artificielle » ou « chirurgicale ». Si « le circuit ne peut plus se faire », c’est qu’il lui manque une étape qui pour être la dernière, n’en est pas moins essentielle : l’utérus. Si le savoir commun a bien du mal à expliquer cette incapacité grandissante de l’organe, le médecin n’a pas manqué d’en découvrir la cause, anatomique : l’utérus a naturellement tendance à se fermer sur lui-même, « la dissection (...) a montré l’orifice cervico-utérin rétréci, oblitéré (mais) cette disposition a été regardée comme normale » (Vignes 1929 : 535). Comment pourrait-il alors pourvoir à la menstruation effective ? D’ailleurs, certaines patientes, souffrant d’une forme particulière de « mélancolie survenant à la ménopause (...) prétendent qu’elles sont bouchées » (Bruant 1888 : 30), leur état mental leur permettant de parler sans détour du fonctionnement de leur corps.

  • 7 Raciborski, par exemple, questionne longuement « le résultat de ce trop plein de sang », expression (...)

15La menstruation est donc le résultat d’un double travail : celui du sang qui circule et celui de l’utérus qui l’« attire à lui, et (l’)excrète ensuite par l’effet du spasme et de l’érection que lui procure l’irradiation nerveuse, qu’à des époques fixes et suivant des vues particulières, la nature dirige sur lui » (Béclard 1802 : 6). Une parfaite menstruation implique une parfaite harmonie entre ces mouvements. Ce qui n’est plus le cas à l’approche de la ménopause, période pensée comme un décalage. Matrice et système sanguin n’évolueraient pas au même rythme. Alors que celui-ci continue dans un premier temps à circuler comme avant, tendant toujours à la menstruation, celle-là s’épuise. « Le travail ne se fait plus, les règles quoi mais il y a toujours, à l’intérieur de la femme, ce cycle qui se fait. Même s’il n’y a plus de règles, il y a quand même le sang et il ne peut plus sortir alors il passe ailleurs. C’est comme ça qu’il y en a qui ont des maux de tête et des trucs comme ça. » La circulation menstruelle fonctionne encore même si l’organe est de plus en plus incapable d’y subvenir, mais elle se prolonge à l’intérieur du corps. Ce dont témoignent certains troubles. La prise de poids est une constante de la ménopause, reconnue aussi bien par les médecins que par les femmes. Certaines y voient les conséquences d’un certain laisser-aller mais le plus souvent, elles l’attribuent à la ménopause elle-même : « De toute façon, tu n’y peux rien. C’est comme ça ; on grossit, obligatoirement. Plus ou moins selon les tempéraments mais on prend toujours un peu. » Aucun régime, aussi draconien soit-il, ne saura venir à bout de cet excès pondéral. Échec qui est dû à sa nature même. « Pour moi, je savais que du jour où mon sang s’arrêterait, je grossirais parce qu’avant d’avoir les règles, je prenais cinq cents grammes, un kilo. Sitôt que j’avais les règles toc ! Automatiquement, je les perdais après puisque je n’étais pas grosse étant jeune. » Ce « kilo » qui surgit avant les règles et disparaît avec elles, c’est le poids du sang menstruel qu’aggrave encore la ménopause. « C’est normal. Tout ce que vous ne perdez plus, vous le gardez. Ça reste dans le corps. Ça ne sort plus. A partir du moment où on n’a plus les règles, tout ce sang qui s’écoulait reste à l’intérieur du corps donc ça le surcharge. C’est pour ça qu’on prend du ventre, qu’on s’empâte, qu’on grossit à partir de ce moment. » Propos que l’on retrouve à l’identique sous la plume médicale. « Par l’arrêt de la menstruation, la masse sanguine s’augmente de toute la quantité du sang que la femme était habituée à perdre régulièrement à chaque époque menstruelle. » (Le Barzic 1899 : 14.) Le sang, privé de son issue habituelle, ne s’est donc pas pour autant arrêté ; il se déverse simplement à l’intérieur du corps. C’est aussi l’opinion des médecins du siècle dernier pour qui ménopause était unanimement synonyme de « pléthore sanguine », « locale et générale ». « Dans les différents troubles qui surviennent à l’époque de la ménopause, le sang joue souvent un rôle simplement passif, ne produisant son action nuisible que par son abondance, par la trop grande réplétion qu’il opère dans le système vasculaire. » (Pagès 1876 : 24-25.) Et les femmes ne tardent pas à s’en rendre compte. « J’étouffais, je bouillais », « j’avais l’impression d’éclater », « c’était un peu comme si j’avais trop de sang, oui, un trop-plein de sang », déplorent-elles souvent. « Un trop-plein de sang », beaucoup utiliseront cette image pour parler de la ménopause, reprenant sans le savoir les termes exacts utilisés par les médecins un siècle auparavant7.

16« Quand tu as ton sang qui s’en va tous les mois, ça te soulage... C’est une soupape de sécurité. Tu évacues quand même. C’est un bien. Quand tu as tes règles, finalement, c’est un bien. » Lorsque les règles deviennent incertaines, cette soupape de sécurité n’agit plus. Problème d’autant plus grave que, on l’a dit, si les règles ne coulent plus hors du corps, le sang menstruel, sa production continuent à exister mais il se répand à l’intérieur. Et cette menstruation interne, ce surplus sanguin occasionnent les troubles les plus divers.

17Cet excès, un œil, aussi peu observateur soit-il, ne manque pas d’en déceler les marques. « Le sang, (...) à cause de la suppression de l’hémorragie habituelle, existe en plus grande quantité dans le système vasculaire, distend les vaisseaux d’une manière anormale. » (Pages 1876 : 25.) En effet, ce « trop-plein » agit d’abord sur les veines et artères qui font alors preuve d’une fragilité remarquable. Distendues par la pression trop élevée, elles affleurent souvent de manière spectaculaire. Les varices, que toutes les femmes redoutent de voir surgir avec le retour d’âge, n’en sont qu’une illustration. « Jeune, normalement, tu n’en as pas ou alors, c’est que tu as un sérieux problème de circulation. Et là il faut voir un docteur. En fait, les varices, c’est au retour d’âge principalement. 90 % des femmes en ont à ce moment-là, plus ou moins. Là tu n’y échappes pas parce que la circulation se fait mal alors c’est les varices qui apparaissent. » Et c’est au détriment de leur résistance que leur capacité s’accroît, les veines perdant en solidité. On sait combien « avec l’âge, on a les vaisseaux fragiles. Le moindre que tu te cognes, ça y est, tu as un bleu. Et puis, même sans te cogner, ça craque comme ça, sans raison, des petits vaisseaux violets, sur les cuisses, partout. » Un phénomène semblable se développe sur le visage : la couperose. Trouble héréditaire, « (elle) augmente au moment de la ménopause » (Barié 1877 : 52). « J’en ai toujours eu plus ou moins, même jeune, mais pas comme ça. Je me rends compte que ça ne fait pas en s’améliorant. Ces dernières années, c’est terrible. C’est l’âge aussi qui fait ça. Je ne suis pas vieille mais j’ai quarante-huit ans et ça commence. Et ça agit drôlement sur la couperose, je le vois bien. Un rien, maintenant, je suis écarlate. Je sens que je deviens rouge, à éclater, le sang qui monte à la tête, on dirait que je vais éclater. »

18D’autres troubles, plus discrets, n’en sont pas moins graves. Ainsi en est-il de la pression artérielle. « A l’époque de la ménopause, un assez bon nombre de femmes ont de l’hypertension. » (Vignes 1929 : 362.) Rappel superflu car les femmes le savent, « il ne faut pas jouer avec ça, c’est grave », ce qui les pousse à « se faire suivre » de manière plus régulière. « Bon, maintenant, je commence à faire de l’hypertension, alors que je n’en avais jamais fait avant. Je ne savais même pas ce que c’était. Et là, le docteur s’est aperçu que j’en faisais un peu trop. Pas beaucoup mais ça commence. Depuis trois, quatre ans, à peu près, j’avais quarante-cinq ans. » D’autres ont affirmé le contraire : elles souffrent de « chutes de tension ». Mais, l’une et l’autre participent du même phénomène. En effet, l’hypertension apparaît comme une donnée structurelle de la ménopause, liée à la « pléthore ». Mais que l’on « fasse ordinairement de l’hypertension » n’exclut pas les chutes de tension, donnée très ponctuelle, conséquence d’un accident ménopausique banal : les hémorragies. « C’est qu’en plus, comme je faisais ces hémorragies, du coup, j’avais des chutes de tension, forcément. J’étais tombée à neuf, quand même, une fois ! Alors là, ils ont dit qu’il fallait opérer. » Chutes et poussées de tension sont très liées aux mouvements du sang, qu’elles épousent et reproduisent parfaitement. « L’hypertension de la ménopause (...) commence quelque temps avant la ménopause, elle augmente progressivement et atteint son maximum dans le temps où les troubles généraux sont les plus manifestes puis diminue pour retomber à un chiffre inférieur plus stable, qui est généralement plus élevé que celui de la jeunesse. » (Vignes 1929 : 365.) Il suffit pour se convaincre de l’intime liaison qui existe entre hypertension et pléthore sanguine de se tourner vers l’hystérectomie. « En supprimant brusquement les hémorragies, (elle) peut être suivie d’une hypertension considérable. » (ibid. : 366.)

  • 8 Vignes 1929 : 380. « De Bella, dosant la cholestérine dans le sang avant et après castration, a tro (...)

19Cependant l’effet néfaste de ce sang n’est pas uniquement dû à sa quantité. Selon une très ancienne théorie médicale que partagent pleinement mes interlocutrices, les règles sont de véritables purgations. « Ce sang, il était sorti, alors c’était d’autre qui se renouvelait. Ça renouvelle la femme, la vie d’une femme, tous les mois avec les règles. » L’irrégularité menstruelle provoque nécessairement l’effet inverse. « Il faut t’imaginer, le sang qu’on perd tous les mois ; on en perd, moi je me rappelle. On m’a toujours dit que quand je donnais mon sang, j’aurais pu recommencer le lendemain, il paraît qu’automatiquement il se refait. Alors moi, je pense que la ménopause, c’est ça. C’est qu’il n’y a plus ce sang neuf qui revient régulièrement tous les mois et c’est pour ça que les cellules et tout le reste s’en ressentent. On vieillit, on accuse le coup parce que le mauvais sang ne s’évacue plus. Il te reste du sang, ce sang qui ne s’en va plus, qui n’est sans doute pas trop bon non plus, c’est sûr, parce qu’il ne se renouvelle plus ; c’est toujours le même. Alors c’est pour ça, quand tu n’as plus tes règles, c’est des maladies. » L’opinion commune supporte sans difficulté la comparaison avec la Faculté. « Ses qualités vénéneuses », cette « sorte d’intoxication » (Pages 1876), les taux de « cholestérine et lipidoïdes », de « phosphore et calcium en très forte augmentation8 » des uns font parfaitement écho au « mauvais sang », au « sang pas trop pur », voire au « pus du sang » des autres. Faut-il s’étonner que les femmes se plaignent de voir leur sang « s’épaissir », prendre une coloration plus foncée, indice de la présence de « matière hétérogène » ? Mais je reviendrai plus en détail sur ce « sang-poubelle » à propos des hommes, le discours ayant alors plus de densité.

« Le sang qui bout »

20Cependant, bien qu’affirmée avec force, cette surcharge n’a pas une place essentielle dans le cortège pathologique du retour d’âge. Pour mes interlocutrices, les « bricoles de la ménopause » — et elles sont nombreuses — admettent plus volontiers une autre étiologie : l’errance sanguine car, si les femmes affirment que « leur sang ne circule plus, qu’il est bloqué », cela ne signifie pas du tout qu’il reste inerte. Que le chemin de la menstruation devienne de plus en plus difficile ne signifie pas que le sang soit voué à l’immobilité. Bien au contraire. La disparition de ce circuit annonce l’émergence d’un autre : « il faut automatiquement que le sang se dépose, alors il crée des problèmes parce qu’il ne trouve plus sa place. Il finit par la trouver mais ça peut durer trois ans, même quatre ou cinq ans, on ne sait jamais. » La ménopause est ainsi un moment de transition entre deux « circuits » du sang. Pour que disparaissent totalement les menstrues, il ne suffit pas, on l’a vu, que l’utérus cesse de fonctionner, il faut aussi que le sang menstruel cesse de circuler. Et c’est paradoxalement de cette immobilité que naît l’autre circuit. Les femmes le savent, « il faut que le sang se mette ailleurs », « qu’il se localise », « qu’il se case », « se colloque », « se dépose ». Cette réorientation, certaines l’avaient déjà expérimentée avant le retour d’âge.

Le sang s’est reformé un circuit. Parce que moi, il y a trente-deux ans, on m’a supprimé la carotide parce que j’avais un anévrisme. Et, à la suite de cette histoire-là, je vais régulièrement chez le docteur, il faut que je me soigne et il m’a dit : « Votre carotide est revenue. Une veine ou un vaisseau a grossi et a pris la place de la carotide. » Alors, c’est pareil. N’ayant plus d’appareil génital, il s’est formé, je pense, des... ou chez les femmes qui ont encore l’utérus, il se forme d’autres trucs qui se faufilent dans des vaisseaux secondaires, je suppose.

21« Oublier » un circuit au profit d’un autre, tel est le « travail du sang » à la ménopause, travail plus difficile lors d’une ménopause artificielle puisque le sang, encore très actif, connaît une réorientation des plus rapides. Certaines sont malgré tout plus chanceuses. « J’ai une sœur qui a soixante-deux ans. Après son deuxième enfant, on lui a fait la totale. Elle n’a plus eu de règles. C’est une femme qui n’a jamais eu de règles, rien. Et ma sœur n’est pas malade, rien. Je pense que l’absence de règles depuis longtemps, ça n’a pas réagi pareil. Ça a été plus facile puisque ça n’a pas duré puisqu’elle n’avait plus de règles depuis l’âge de vingt-quatre, vingt-cinq ans. » Le sang n’a eu aucune peine à se « canaliser » ailleurs puisque le premier circuit n’avait pas atteint toute sa force, comme s’il n’avait pas eu le temps de « graver » son itinéraire dans le corps. Et ce d’autant plus qu’elle avait été réglée tard — « elle était vieille déjà, elle avait seize ans » — et que la totale est intervenue à la suite de son deuxième accouchement.

22Cependant, ménopause « naturelle » ou « artificielle », cette réorientation n’est pas immédiate. « Il y a une période de difficile parce que le sang est perdu. Il n’y a plus les règles mais ça continue toujours un peu. Alors le sang travaille, il te crée des problèmes parce qu’il ne peut plus sortir, il n’y a plus ce circuit et il cherche à se mettre ailleurs. Il est perturbé, le corps aussi, du coup, est perturbé. » En d’autres termes, « l’économie ayant été habituée à perdre périodiquement une quantité plus ou moins considérable de sang, continue souvent à éprouver le même besoin après l’âge climatérique. Il résulte de là que le sang, n’étant plus attiré vers les organes sexuels, prend d’autres directions, qu’il frappe en quelque sorte à toutes les portes, pour trouver une issue et pour obtempérer à la loi impérieuse de la seconde nature » (Raciborski 1868 : 265). En effet, le sang menstruel, privé de son issue habituelle et n’ayant pas encore trouvé son « nouveau circuit » se répand dans le corps, l’investit totalement, comme s’il n’était plus canalisé. Et la plupart des maux dont souffrent les femmes au retour d’âge sont, selon elles, une conséquence de cette errance sanguine.

  • 9 (Carrère d’Encausse in Santé magazine s.d. : 59). Cet article illustre parfaitement les rapports en (...)

23Impossible de s’intéresser à la ménopause sans parler des bouffées de chaleur, trouble emblématique de cette période de la vie de la femme, tant pour les femmes que pour les médecins, qui les considèrent « si caractéristiques qu’(elles) montrent que la période est commencée » (Vinay s.d. : 54). Mais l’intérêt des médecins pour ces « bouffées de belle-mère » est récent. Les Traités sur la ménopause de la première moitié du siècle dernier, s’ils ne les ignorent pas totalement, ne leur laissent qu’une place marginale dans le « cortège pathologique du retour d’âge ». On se contente de citer leur existence, d’en décrire sommairement le cours. A partir de 1860, l’attention est un peu plus soutenue ; quelques thèses les prennent pour objet d’étude mais dans des circonstances particulières, à la suite d’une hystérectomie (Lévy 1900) par exemple. Longtemps encore, elles resteront marginales dans le discours de la Faculté. Aujourd’hui la situation est tout autre ; femmes et médecins parlent d’une même voix. Les ouvrages de vulgarisation leur accordent une attention soutenue. Ainsi ce Guide médical familial les place-t-il en tête de la liste des « symptômes physiques de la ménopause », Justifiant quelques lignes plus loin ce choix : « les bouffées de chaleur et les sueurs accompagnées de palpitations sont présentes chez 75 % de femmes. » (Guide médical familial s.d.) Choix des plus judicieux si l’on en croit ce magazine féminin pour qui « les signes les plus évidents et les premiers à survenir sont l’arrêt des règles et les bouffées de chaleur. Ces dernières sont les plus mal vécues, tant physiquement que psychologiquement, socialement et professionnellement9 ».

24Mais que sont donc ces fameuses « bouffées de chaleur » ? Certains médecins, s’inspirant sans doute largement des récits de leurs patientes, en offrent une description très conforme. « La femme a la sensation d’une bouffée de sang qui lui monte à la tête, elle est prise d’un étourdissement, ses yeux se troublent, ses oreilles tintent, sa face devient rouge. En quelques secondes ou un petit nombre de minutes, la crise se termine le plus habituellement par une excrétion de sueur généralisée ou localisée. » (Vignes 1929 : 362.) Mais, encore une fois, il faut être une femme pour savoir quelle pénible réalité se dissimule sous ces mots. « Moi, je le craignais beaucoup à cause des bouffées de chaleur. Je me souvenais de ma mère quand elle les avait. J’en avais gardé un mauvais souvenir. Quand j’étais à l’usine, que j’arrivais le matin ou n’importe, que j’avais passé la nuit blanche parce que tout à coup, on a chaud, on a chaud, on se découvre, on a les sueurs qui gouttent par les jambes, on ne peut plus y tenir, là, je n’étais pas à prendre avec des pincettes. » « Ça, c’est affreux, affreux. C’est affreux. Rien que d’y penser, ça me donne le frisson, ça pique la tête. Ça y est ! Ça pique, ça pique partout. On dirait comme des petites aiguilles, pas longtemps, et puis chaud, chaud, chaud et puis terminé. Ça passe. Le plus mauvais, c’est l’arrivée de la bouffée de chaleur. Mais, là, à cinquante-deux, cinquante-trois ans, quand j’en ai eu tant, c’est que là, ça allait mal, drôlement mal. Ça me donnait des vertiges, presque envie de m’évanouir des fois. Là, c’était terrible. »

Vous avez l’impression de vous étouffer, vous arrivez à la porte. Tout de suite, si vous avez l’air, vous respirez profondément, ça va mieux. Ça vous prend comme ça. On dirait que vous avez une chaleur qui vous suffoque et puis ça passe comme ça vient et puis c’est terminé. Vous ne savez pas pourquoi. Ma coiffeuse, elle aussi, a passé la ménopause. Quand elle travaillait, « Oh ! Là là ! » Allez, elle partait, elle se déshabillait, elle ouvrait la porte, le temps que ça se passe. Alors, elle avait les sueurs qui lui descendaient. Elle disait : « Ça me provoque tellement la tête que je crois que je tomberais. » Le temps de le dire, c’était passé.

25Souvent, les femmes ont bien du mal à exprimer ce qu’elles ressentent, c’est à l’aide de gestes qu’elles l’expliquent, mimant les mouvements désordonnés et parfois contradictoires dont leur corps est le théâtre. C’est qu’en effet la bouffée de chaleur se présente comme un accès polyforme mais relativement stable dans sa variété même. Les femmes en font d’abord un bouleversement thermique. « Tout d’un coup, tu as chaud, chaud mais chaud. Tu n’en peux plus de chaleur ; on dirait que tu vas éclater. On serait en plein mois de janvier, ça ferait pareil, tu te déshabilles, à t’arracher la peau. Et deux minutes après, tu ne sais pas pourquoi ni comment, tu as froid, froid. En plein mois de juillet, il m’est arrivé de mettre le pull et tout. » On imagine sans peine les conséquences d’une telle « chaleur » soudaine. « Tu sues, tu sues, les gouttes qui te tombent le long du corps, tu ruisselles ! » Sudation parfois excessive. « La nuit surtout, je ne sais pas pourquoi. Mais là, c’était terrible. Ça me réveillait même, tellement c’était mouillé parce que je suais tellement que ça trempait les draps, les couvertures, tout. Tu imagines le cirque, en pleine nuit, changer les draps et puis impossible de dormir bien sûr. » Détail d’importance que les médecins ne manquent pas d’inclure dans leur description. « Très inégales selon les femmes, ces bouffées de chaleur peuvent être épisodiques ou au maximum survenir nuit et jour, jusqu’à vingt fois par jour, obligeant à changer de draps tant les sueurs sont abondantes. » (Carrère d’Encausse s.d. : 59.) On songe alors à ces « hémorragies », plus rebelles la nuit, qui, elles aussi, transforment le lit en « mare ». Un lien semble bien les unir. Et là est la divergence essentielle entre savoir commun et savoir médical. Celui-ci range les bouffées de chaleur parmi les affections des « glandes endocrines et du système nerveux » (Vignes 1929). Mes interlocutrices les mettent très clairement en relation avec le sang. « Quand les règles commencent à bricoler, c’est les bouffées de chaleur qui arrivent. A coup sûr. Les bouffées de chaleur, c’est dû à la mauvaise circulation du sang, au sang. La mauvaise circulation, c’est la ménopause, les bouffées de chaleur. » Ce lien entre « emprisonnement du sang » et bouffée de chaleur, les femmes qui ont subi une hystérectomie le connaissent mieux que personne. « Alors du jour au lendemain que tu es opérée, tu as des bouffées de chaleur ; ça, c’est obligatoire parce que ton sang ne circule plus. D’un coup, il est arrêté. Moi, à peine réveillée, ça a commencé, à crever ! Je n’en pouvais plus. Et juste après l’opération ! Aussitôt après. »

26Pour rendre compte d’un tel accès, nombre de mes interlocutrices ont fait référence à la même image : « c’est le sang qui bout », image qu’il faut prendre au sens premier, celui d’un liquide porté à ébullition, désignant ainsi cette sensation de chaleur excessive mais aussi l’agitation, l’errance que connaît alors le sang.

Le sang qui monte à la tête. Vous sentez que vous avez une tête prête à éclater. Si vous êtes dans un endroit que vous ne pouvez pas respirer l’air, vous vous trouverez mal. Ça va jusqu’à l’évanouissement des fois. Thérèse travaillait avec moi. Quelquefois, elle disait : « Attends, je prends cinq minutes parce que je n’y tiens plus. - Mais qu’est-ce qui t’arrive ? - Oh, mes bouffées de chaleur qui commencent. » Elle le sentait venir, elle s’en allait, elle disait : « Je vais prendre l’air. » Et quand elle revenait, elle était rouge, rouge comme une écrevisse, écarlate. « Mais on dirait que tu as bu un coup ! - C’est les bouffées. Ça me fait monter le sang à la tête. » On disait ça : « Ça me fait monter le sang à la tête. » Et c’est vrai, on sent le sang qui monte à la tête. C’est atroce. Atroce à pas tenir.
Principalement la tête et un peu partout. Ce n’est pas agréable du tout. Tu sens la chaleur qui te prend à la tête, tu deviens rouge plus ou moins. C’est le sang qui bout, qui monte à la tête. Et alors ça te met une fatigue, tu es nase pendant deux ou trois minutes. Complètement à plat.

27Agitation n’est pas désordre car toutes l’ont ressenti : dans la bouffée de chaleur, le sang se porte à la tête comme si, privé de l’issue « d’en bas », il en cherchait une autre « en haut », issue qui, ne l’oublions pas, avait été sienne lors de l’adolescence.

  • 10 « C’est ainsi qu’on a vu, dans beaucoup de cas, s’établir après l’époque critique, des hématuries e (...)

28Cette ruée du sang vers le cerveau déstabilise d’autant plus l’économie physique que d’ordinaire le sang du retour d’âge semble sis ailleurs. Beaucoup se sont plaintes de souffrir « de fourmis dans les mains », « de picotements », « comme des petites aiguilles dans les doigts ». La thérapie explique l’étiologie. « Quand ça me réveillait la nuit, ce que je faisais, je frottais mes mains sur le mur. C’était encore du crépi alors c’est drôlement rugueux. Ça gratte dur. A force, ça fait revenir le sang, je sentais que ça picotait, c’était bon, la circulation était revenue. » Ce sang, qui déserte les membres supérieurs, c’est ailleurs qu’on le retrouve. « Souvent, ce qu’on a, c’est les jambes lourdes, gonflées, comme si tu traînais dix kilos à chaque pied. Le moindre que je restais debout, tu aurais vu les poteaux ! Je ne pouvais plus me chausser, même, tellement j’avais les pieds, les jambes enflés. » « Jambes lourdes » et « fourmis dans les mains » illustrent un même phénomène. Le sang, délaissant le haut du corps, ne serait-il pas en train de se « colloquer » dans le bas du corps, poursuivant la « descente » amorcée dès l’enfance, passant de la tête à la poitrine, puis aux organes génitaux ? C’est en tout cas ce que laisse à penser le siège des hémorragies. Car, si les règles disparaissent, le sang n’en continue pas moins à apparaître. Pas un médecin qui n’ait abordé la cessation des menstrues sans rappeler et commenter longuement ce fait : « le sang, ne suivant plus désormais son cours habituel et se trouvant arrêté, va, pour ainsi dire, frapper à d’autres portes. De là des hémorragies supplémentaires » (Pagès 1876 : 24), « la nature prévient d’elle-même la plupart (des) accidents, en appelant le sang vers les différents points du système muqueux » (Raciborski 1868 : 265). Mais, de leur propre aveu, l’une de ces hémorragies est, et de beaucoup, la plus fréquente : les hémorroïdes10. Les femmes ne démentiraient pas, qui en ont « tant souffert ». « Ce que j’ai eu après, c’est des hémorroïdes. Après mes règles, des hémorroïdes, beaucoup. Mais c’est normal, tout à fait normal. Il paraît que ça vient qu’on n’a plus les règles. »

Quand les nerfs prennent le dessus

  • 11 « C’est l’idéologie, et non l’exactitude de l’observation qui détermina la vision d’eux (les organe (...)

29Mais cette absence de menstrues porte loin ses conséquences. « Si tu n’as pas tes règles, ça se porte sur la tête, sur le cerveau et c’est fini. Quand tu as la totale, combien tu en as, de femmes, que ça les travaille parce qu’elles n’ont plus le renouvellement de leur vie alors elles travaillent du chapeau. » La santé de la femme, et surtout sa santé mentale, est totalement dépendante des mouvements de son utérus, je l’ai déjà dit à propos de l’adolescence. L’aphorisme d’Hippocrate a traversé les siècles sans être remis en cause, toujours cité, jamais critiqué fondamentalement. Mais c’est le xixe siècle qui va le systématiser, analysant les « rapports du physique et du moral chez l’homme » (Cabanis 1802), ou plus spécialement chez la femme. « L’influence du cerveau sur la menstruation est évidente ; pourquoi la réciproque ne serait-elle pas vraie, et n’existerait-il pas de retour une influence de la menstruation sur le cerveau ? » (Icard 1890 : 10.) Le fait est tellement admis qu’il n’est même plus besoin de le démontrer. Et, encore une fois, comme le fait remarquer T. Laqueur11, une meilleure connaissance du corps féminin ne modifie en rien la représentation de la féminité. Hippocrate accusait l’utérus, le xixe siècle, qui connaît bien l’ovaire, le désigne comme responsable. « Le cerveau et l’ovaire sont inégalement l’un et l’autre en rapport réciproque. Si l’un et l’autre de ces organes ou si tous les deux en même temps présentent des troubles, on ne peut admettre qu’une seule influence : celle de l’ovaire sur le cerveau. » (Mayer cité par Icard 1890 : 54-55.) Du « tota mulier in utero » au « tota mulier in ovario », en somme. Mais rien de nouveau. Surtout pas les recherches des aliénistes qui, loin de remettre en cause les enseignements du « Vieillard de Cos », iront en chercher confirmation dans les asiles d’aliénées. Plus encore que dans la puberté, c’est dans le retour d’âge qu’ils vont trouver leur meilleur terrain d’expérimentation pour leurs « recherches sur la folie ».

30Intéressons-nous de nouveau aux écrits d’Icard, expression la plus aboutie de cette représentation, résumant les recherches de ses illustres prédécesseurs. Pour lui et les siens, « la femme est une malade, mais elle l’est surtout à certaines époques qui, douze ou treize fois par an, lui rappellent douloureusement son sexe et le rôle qu’elle a à remplir. » (Icard 1890 : x.) Et il le justifie : « la menstruation se rapproche plutôt de l’état pathologique que de l’état physiologique. » (ibid. : 10.) Et ses confrères de renchérir. Ainsi la menstruation « entre-t-elle pour un sixième parmi les causes physiques (de l’aliénation mentale) » (Esquirol 1838 : 35-36). Si, parfaite, elle peut entraîner à elle seule la folie, on comprend alors que le retour d’âge, avec ses mouvements sanguins désordonnés, ses menstrues pour le moins aléatoires, ait arrêté longuement l’attention de la Faculté. Avec des conclusions qui n’étonneront personne. « La ménopause est une des causes les plus importantes de la folie chez la femme. » (Ball 1880 : 580.) Icard, toujours lui, n’est pas avare d’exemples. Celui d’une « femme à la ménopause (âgée de cinquante et un ans), tombée depuis plusieurs semaines dans une morosité indéfinissable. Elle cherche à se noyer dans une baignoire, coupe la gorge à un enfant de trois ans qui est une fille de son mari. » Il se réjouit qu’elle soit « acquittée par le jury » (Icard 1890 : 173). N’oublions pas non plus cette « femme de quarante-sept ans qui, en vingt-trois jours, alluma huit incendies. C’est à l’influence de la ménopause que le médecin de la localité rattache cet accès de pyromanie » (ibid. : 156). Moins dramatiquement, les femmes n’en ont pas moins évoqué par euphémisme « celles qui travaillent du chapeau », chez qui « ça se porte sur le cerveau, la tête, quand elles n’ont plus les organes », comme celle-ci qui « perdit la tête à ce moment-là ».

Elle n’avait jamais eu de problèmes avant. Elle avait toujours été bien, elle travaillait. Et puis, elle a commencé à être bizarre. Ma grand-mère disait que son mari se plaignait. La nuit, elle se levait en chemise de nuit et elle partait se promener, comme ça. Je l’ai entendu dire quand j’étais petite, qu’on l’avait trouvée dans les champs, elle chantait. Au cimetière aussi parce qu’elle avait perdu un fils bébé. Alors, la nuit, elle allait le voir. Enfin, bref, ils ont fini par l’envoyer chez les fous. Et elle y est morte. Il paraît qu’elle s’est suicidée. Mais, ça, on n’a jamais su vraiment parce qu’à l’époque, on ne s’en vantait pas. Mais, c’est vrai qu’elle, elle avait perdu la tête. Est-ce que c’était ça ? Sans doute un peu.

31Mais ces troubles sont d’ordinaire moins graves. Le plus souvent, elles ont seulement souffert de quelque affection morale, affirmant « avoir eu une mauvaise période, pas bien, à tout envoyer bouler, pas à prendre avec des pincettes. « 

Oui, très nerveuse. Très susceptible, très sensible aussi. Un rien, j’explosais, j’envoyais tout sur les roses, comme ça, sans savoir pourquoi. Il n’y avait pas besoin de me chercher pour me trouver. Un rien, je démarrais au quart de tour. Mon mari me demandait : « La soupe est prête ? - Non, elle n’est pas prête et si tu n’es pas content, tu n’as qu’à aller au restaurant du coin. » Et je m’en allais, il se débrouillait pour manger. Je ne supportais plus rien, ni personne. J’étais devenue invivable. Et puis sensible et même, tu vois, bizarre... Je pleurais comme je riais, comme ça, sans savoir pourquoi. Quand j’étais heureuse, j’aurais ri aussi bien que pleuré. On se sent paumée.

32Aveux qu’auraient volontiers placés dans leurs « observations » Esquirol, Ball et leurs disciples pour qui « non seulement on voit l’aliénation mentale se développer avec toutes ses formes diverses, à cette époque de la vie, mais encore il existe incontestablement, chez la plupart des femmes, parvenues à cet âge, un caractère irascible, difficile et fantasque. C’est là, très certainement, l’une des causes de la mauvaise réputation dont jouissent les belles-mères ; car, de quarante-cinq à cinquante ans, beaucoup de femmes, sans être positivement aliénées, ont un caractère insupportable » (Ball 1880 : 580). Plus fréquentes encore sont les idées noires, les « idées bizarres qui te galopent », « des trucs tordus que tu rumines toute la journée ». Aucune n’a été épargnée. Et les aliénistes avaient raison, qui mettaient en garde contre une tendance suicidaire. « Quand on y réfléchit, c’est une période très difficile. Sur le coup tu ne t’en rends pas compte mais après... Je ne suis pas cafardeuse de nature mais là, un rien, tout était fini. J’étais toujours angoissée, des idées noires, des idées... Un rien, j’en faisais une montagne. Je m’enfermais dans le noir, je ne voulais plus voir personne. J’étais tellement mal, à un moment, j’ai pensé à me suicider. Bon, je ne l’aurais pas fait, c’est sûr mais j’y ai pensé. Et puis après, tout est rentré dans l’ordre. » Une science psychiatrique banalisée permet de dire ce malaise, héritier de l’aliénation mentale du xixe siècle, sous une forme édulcorée.

Ça vous travaille tout ça, le sang, et le reste. Alors c’est ça le fameux problème. Et puis la ménopause, l’âge, qu’on soit opérée ou pas, c’est pareil. Moi, j’ai fait une dépression suite à la totale. Pas à aller chez les fous, ni à prendre des calmants qui t’assomment, que tu ne réagis plus, ou à faire une cure de sommeil, non. Mais dépressive, dépressive. Pas une vraie dépression mais enfin un état très dépressif, sans être hospitalisée, rien du tout.

33On en connaît parfaitement l’étiologie. « C’est un manque de stabilité parce que le sang cherche une place pour se stabiliser, lui aussi. C’est une perte d’équilibre. Tu sens que tu n’es plus équilibrée ». En bref « les nerfs avaient pris le dessus ». Ces phrases sont des clés pour expliquer l’état psychologique lors du retour d’âge. Cette perte de « stabilité », d’« équilibre » renvoie à un autre déséquilibre, entre le sang et les nerfs. Déséquilibre que les médecins du siècle dernier avaient observé mais dont l’interprétation ne manqua pas de les partager. En effet, à parcourir les Traités sur la cessation des menstrues, on s’aperçoit que deux « écoles » s’affrontent. Certains, essentiellement dans la première moitié du siècle, accusent la « pléthore sanguine » de tous les maux du retour d’âge. Plus tard, on penche plus volontiers pour la « pléthore nerveuse » (Raciborski 1868 : 267). Trop de sang ou trop de nerfs, les deux opinions sont d’autant plus inconciliables qu’elles se fondent sur une même observation. « Le sang et le système nerveux se trouvent unis par des liens si étroits qu’ils semblent être solidaires l’un de l’autre. On dirait que l’un d’eux ne saurait s’affranchir de ce secours mutuel sans entraîner l’autre dans ses écarts. » (Pages 1876 : 42.) Et les femmes l’ont appris à leurs dépens, livrant leur propre explication : le sang, vagabondant à l’intérieur du corps, a « libéré » le système nerveux. « Les nerfs prennent le dessus » parce que, devenu irrégulier, il ne les tient plus en respect, comme il le faisait en période de menstruation normale. La femme, jusque-là gouvernée par son sang, est sous l’emprise de ses « nerfs » tant que celui-ci n’a pas trouvé sa nouvelle place. C’est donc au moment où le sang aurait dû paraître, affirmer sa suprématie et réguler le fonctionnement du corps que les nerfs ont le plus d’activité. « Il y a les nerfs... On n’est pas soi-même pendant quelques jours, surtout au moment où les règles auraient dû venir, alors là, c’est sûr, tu as les nerfs qui prennent le dessus. C’est obligé. » Ils viennent à point nommé prendre, occuper la place laissée libre par un sang devenu erratique.

34« Pléthore sanguine », « pléthore nerveuse », de tous ces troubles, les médecins du xixe siècle pensaient pouvoir délivrer leurs patientes « en pratiquant souvent de petites émissions sanguines et en administrant des purgations » (Raciborski 1868 : 265), créant ainsi d’artificielles « hémorragies supplémentaires » pour rétablir l’équilibre ébranlé. Thérapie qui aujourd’hui n’a rien perdu de son efficacité.

Le retour d’âge, je ne l’ai pas connu tout de suite parce que j’ai toujours donné mon sang. C’était régulier, j’avais une soustraction de sang à des époques à peu près régulières puisqu’ils venaient demander le sang à peu près régulièrement. Alors, au moment de la ménopause, vous vous rendez compte ! on m’enlevait le sang qu’on perd au moment des règles, que je ne perdais plus autrement. Et je pense que c’est sans doute le fait de donner mon sang qui m’a empêchée d’avoir des problèmes que beaucoup ont sur le retour d’âge. Je disais : « C’est vrai ! Qu’est-ce que tu es tranquille de ne plus avoir tes règles, rien du tout ! » Alors que le fait de donner mon sang régulièrement compensait ce truc-là.

35Bénéfice dont elle ne prend totalement conscience que lorsqu’elle est obligée d’abandonner ces ponctions, le moment de passage d’un circuit à l’autre n’étant alors plus maîtrisé.

Et puis, j’ai fait des triglycérides, on m’a trouvé cette polykystose rénale, j’ai pris des cachets pour compenser le travail que mes reins ne faisaient plus. On m’a donné tellement de médicaments qu’on m’a dit : « Non, vous ne pouvez plus donner votre sang parce que c’est une mélasse de remèdes. » Eh bien ! Si je vous disais que ça s’est mal passé. Là j’ai vraiment eu la ménopause, j’ai vraiment compris ce que c’était. On ne m’enlevait plus ce sang et ça me manquait. J’étouffais, il me semblait que j’avais un trop-plein. Ça m’a duré plusieurs mois. Je me disais : « Mais qu’est-ce que je peux faire ? Je vais aller les trouver pour leur dire. » J’y suis allée deux fois mais ils n’ont pas voulu. Mon sang n’était pas bon. Tellement je n’en pouvais plus, j’ai failli leur dire de me prendre le sang quand même et de le jeter après. Mais ils n’auraient pas voulu non plus ; ils m’auraient prise pour une folle.

36« Certaines femmes, lorsque la cinquantaine se profile, commencent à ressentir divers troubles, les poussant à s’interroger. Est-ce la ménopause ? Comment le savoir ? » (Pierrat 1993 : 17.) Ces questions pourraient prêter à sourire. Comment douter de l’imminence d’une période qui s’annonce avec autant d’évidence ? Et pourtant, j’ai, moi aussi, testé la validité de ces interrogations. Bien que reconnus comme caractéristiques de la ménopause, ces symptômes n’en sont pas forcément synonymes. Le retour d’âge aurait-il besoin, pour exister totalement, d’autre chose que de « règles déviées », de « bouffées de chaleur » et de « nerfs fragiles » ?

Du bon usage de l’âge

37La femme, une éternelle malade ? Celle-ci en témoigne, qui me raconta sa vie, véritable roman de malheurs gynécologiques. « Ce n’est pas compliqué. Du jour où c’est arrivé jusqu’au jour où ça a disparu, j’ai toujours été emmerdée. J’ai dû passer la moitié de ma vie chez les gynécologues et dans les hôpitaux. » A quarante-huit ans, souffrant à la fois de polypes et d’« un fibrome rarissime mais énorme », provoquant « des maux de ventre terribles, à se rouler par terre », en proie à de graves irrégularités menstruelles l’obligeant à garder le lit, elle est hospitalisée dans le but « d’enlever tout ça ».

Ils voulaient me faire un curetage ou un machin comme ça. Au départ il ne s’agissait pas d’une ablation. Mais moi, je leur ai dit : « Écoutez, on m’a fait un curetage il y a dix ans. Ça a servi à rien. La preuve. - Non, non, ce n’est pas la peine. » Et puis finalement, quand ils ont fait les analyses, ils ont trouvé que ce n’était pas très joli tout ça. « Il vous faut revenir dans deux jours pour faire la totale. Comme on est obligé d’ouvrir, il vaut mieux que je vous enlève tout. Vous ne voulez plus de gosses ? » Alors j’ai dit : « Écoutez ! Moi je ne veux plus être emmerdée. Vous m’enlevez tout, mais tout, trompes, utérus, ovaires. » Et ils l’ont fait et maintenant je suis débarrassée. Je suis tranquille. Je n’ai plus mal au ventre puisque je n’ai plus de règles.

38Ce discours est en tout point conforme à tous les autres récits de ménopause active. Et pourtant lorsque je suggérerai que la ménopause a été pour elle un soulagement, elle se récriera : « Ah mais non, moi je ne suis pas ménopausée encore. J’aurai le retour d’âge aussi, quand ça sera l’heure, quand j’en aurai l’âge quoi. J’aurai les mêmes trucs que les autres. » Incohérence ? Comment expliquer ce refus de se penser comme ménopausée alors que l’on n’a plus ni règles, ni organes génitaux, alors que l’on a atteint l’âge de cinquante ans ? Mais peut-être la ménopause n’existe-t-elle que si aux symptômes physiques s’ajoute un contexte de ménopause sociale ? Pour que les bouffées de chaleur par exemple deviennent significatives, il faut en avoir l’âge social. Que l’on s’interroge un instant : ne sont-elles pas aussi appelées « bouffées de belle-mère » ? Le terme implique sang et mariage de l’enfant, fonctionnement du corps et statut social.

39Et l’on s’aperçoit que la datation du début du retour d’âge ne se fonde pas sur la seule lecture du corps mais est étroitement associée à divers événements. Marguerite situe ainsi sa ménopause « dans le cours de l’été 1991, à cinquante-deux ans » mais au fil de son récit il apparaît nettement que les premiers troubles sont bien antérieurs. « Ça fait plusieurs années déjà que j’ai quelques ennuis. Depuis deux ou trois ans, ce n’est plus aussi régulier qu’avant. Et puis des vertiges aussi, pas mal de fourmis. » Son retour d’âge est moins lié à ses « problèmes de circulation » qu’à sa situation sociale : en effet, c’est en septembre 1991 que sa première petite fille est née. La grossesse de sa fille lui a ouvert la voie de la ménopause effective. Ces deux événements sont totalement dépendants, jusque dans leur retard. En effet, sa « fille avait quand même vingt-six ans. C’était temps qu’elle s’y mette sinon on prenait la canne et moi, je n’aurais pas pu en profiter. On commençait à désespérer. » Cette naissance a fait d’elle socialement une grand-mère. L’apparition prétendue de sa ménopause à ce moment précis a fait d’elle une grand-mère physiologique, une femme qui n’aura plus d’enfant. Au travers de cette ménopause, c’est donc la transmission de la fécondité qui est mise en scène. La situation de l’enfant orchestre de manière très évidente la ménopause de la mère. Si celui-ci n’est ni marié, ni parent, celle-là ne se pense pas ménopausée. Elle est au plus « en période de ménopause », ce qui lui conserve pour quelque temps encore quelque lien avec la fécondité. Lien si fort que la difficulté à supporter une hystérectomie n’est parfois pas étrangère à l’absence de petits-enfants. « Je ne voulais plus d’enfant, ça c’est clair mais quand même, je me disais : "Voilà, tu ne peux plus procréer. Tu en voudrais un autre, eh bé, tu ne peux pas. Tu n’es plus une femme." Et puis en plus, je n’avais pas de petits-enfants encore. Peut-être que si j’en avais eu, ça m’aurait aidée, je l’aurais mieux supporté. Oui, il me semble que ça m’aurait aidée parce que quand même... » La chaîne de la fécondité n’aurait pas été rompue. Sa physiologie aurait été légitimée par son histoire de vie. Cette liaison de la transmission de la fécondité et de la ménopause est telle qu’elle organise parfois la succession des événements d’une vie. J’ai demandé à la fille de celle-ci à quelle date avait eu lieu l’opération de sa mère. « Je ne me rappelle plus quel âge elle avait mais ce n’est pas bien compliqué. J’ai été indisposée pour la première fois alors qu’elle était à l’hôpital. Elle est rentrée trois ou quatre jours après. J’étais avec mes frères et mon père. J’ai dû me débrouiller toute seule. C’est pour ça que je m’en souviens. Donc c’était en 1963. » Mais la patiente la date différemment. « Je me suis fait opérer très précisément en mars 1965. Je m’en souviendrai toujours d’abord parce que c’est un truc que tu n’oublies pas mais en plus mon premier petit-fils est né en avril de la même année. C’est commode comme ça. » 1963, 1965, cette datation, incohérente dans le calendrier julien, retrouve sa cohérence dans le calendrier biologique, où elle désigne le même événement. Pour la fille, sa mère n’a pu être opérée qu’au moment où elle-même accédait à la fécondité. Quant à la mère, rien de plus logique que de la situer au moment où se manifestait son statut de grand-mère. Cet enfant qui naquit en avril 1965 n’est autre que le fils unique de Sylvianne. Sa vie privée, pour le moins chaotique, n’aurait-elle pas quelque chose à nous apprendre de l’histoire physiologique de sa mère, elle aussi chaotique ? Son célibat avéré — « je ne me marierai jamais et je n’aurai jamais d’enfant » clame-t-il à qui veut l’entendre — n’a-t-il pas en quelque sorte arrêté le temps pour tous les deux, installant l’un dans une vie d’éternel « jeune homme », « bringueur », l’autre dans une éternelle « préménopause » qui ne parvient pas à s’accomplir ? Et lorsqu’elle, Sylvianne, se plaint : « je ne serai jamais grand-mère », n’est-elle pas en train de traduire par des mots, en une situation sociale, les hésitations de sa physiologie et celles de la vie de son fils ?

40Mais il est un cas où statut social et physiologie sont plus liés encore. « C’est sûr qu’un pépin pareil, ça te travaille et parfois, oui, ça te provoque le retour d’âge. » Le « pépin » évoqué n’est autre que le décès d’un proche mais pas n’importe lequel. A l’évidence, deux situations s’opposent. « Quand ma belle-mère est tombée veuve, elle n’a plus jamais revu. Mon beau-père est mort écrasé sous une charrette. Horrible ! Sur le choc, elle a fait une hémorragie et après, ça n’est jamais revenu. Elle a été ménopausée, comme ça, du jour au lendemain. » Cette corrélation entre veuvage et ménopause, si fréquente, n’aurait rien de surprenant. Les femmes le savent et les anciens médecins, avant elles, l’avaient « démontré », les émotions fortes, tristesses, peurs, etc. « retournent les sangs » et bloquent les règles. Mais alors, comment comprendre que pareil phénomène épargne celles qui perdent un enfant ? « Mes voisins ont perdu leur fille unique dans un accident de voiture. Ça leur a fait un choc terrible, tu imagines mais ils ont surmonté très vite. Un an et demi après, ils avaient des jumeaux et ils avaient décidé d’en avoir encore un mais ils ont eu peur. Elle avait quarante-quatre ans alors ils risquaient quand même de faire un anormal. » Le « choc terrible » agirait-il de façon différente selon qu’il s’agit d’un mari ou d’un enfant ? C’est ailleurs qu’il faut chercher l’explication. La perte de l’un ou de l’autre n’a pas le même sens social et par là même la même incidence biologique. La perte d’un enfant unique rompt la chaîne de la fécondité. Il y a non-sens à voir immédiatement surgir la ménopause lorsqu’on ne sera jamais grand-mère. Il faut d’abord renouer avec la maternité, recréer ce qui a été brisé. Il en va tout différemment du rapport entre veuvage et retour d’âge : le biologique parachève alors logiquement le social. Privée de son époux, la femme est aussi privée de son sang, dessaisie de son identité féminine.

41L’histoire de cette interlocutrice qui connut six mois d’aménorrhée puis trois mois de règles incessantes illustre, a contrario, cette dualité. Ce dérèglement, nous a-t-elle dit, ne l’inquiéta pas. Elle pensait vaguement que c’était le retour d’âge. « Et puis mon mari était mourant. Il fallait s’occuper de lui sans arrêt, ça me fatiguait énormément. J’avais autre chose à penser qu’à ma petite santé. Et puis, tout ça, ça devait jouer dessus aussi. » Son mari décédé, ses règles ne vont plus paraître pendant plusieurs années. Avait-elle alors pensé à la ménopause ? « Oui », « non », « elle s’en moquait complètement », « ce n’était pas ça, l’important ». Il me parut incompréhensible, en regard des autres enquêtes, qu’elle n’y ait pas songé, la situation s’y prêtant à l’évidence mais il me fut, dans un premier temps, impossible d’avoir plus de renseignements sur cette période, qui expliqueraient cette « anomalie ». Ce n’est que plus tard, en la connaissant mieux, que j’ai compris. Au décès de son mari, une violente dispute l’opposa à ses cinq fils. Pendant des années, elle fut totalement exclue de leur vie, ni mère, ni grand-mère. « Je ne savais pas ce qu’ils devenaient, ni s’ils étaient mariés, s’ils avaient des enfants, rien. » N’est-ce pas justement cette solitude, privée de mari, d’enfants, de famille en somme qui l’empêcha d’envisager et de vivre le retour d’âge ? Le contexte ne s’y prêtait pas. Puis, vint le temps de la réconciliation qui eut une conséquence inattendue. « Je revenais de l’anniversaire de mon fils avec ma voiture sans permis et c’était la première fois que je la prenais. Alors, je n’étais pas fière. En plus, ça te secoue, ces engins quand même, ce n’est pas très confortable. Alors, tout ça, ça a dû jouer. Et c’est en arrivant que j’ai vu que c’était reparti. Mince ! Quelques gouttes dans ma culotte. Et ça a duré plusieurs années. » Le réseau familial reconstitué, le sang pouvait surgir de nouveau, « bricoler pendant quelque temps », avant la disparition finale, brutale, la seule qui ait de l’importance et un sens. En effet, lorsque je lui ai demandé de me raconter son retour d’âge, elle a d’abord affirmé qu’elle n’en avait pas eu, que « ça s’était arrêté comme ça, du jour au lendemain », passant, dans un premier temps, sous silence toutes ces années d’hésitations familiales et sanguines, datant sa ménopause du moment où elle a pu tenir pleinement son rôle de grand-mère. Gageons que si cette dispute n’avait pas eu lieu, le récit aurait été différent. Tous ces retards et ces hémorragies auraient fait partie des « bricoles » ordinaires d’une ménopause étalée sur dix années.

42Si la ménopause, avec « tous ses pépins », est difficile à vivre, elle n’est guère plus facile à raconter. Les mots ont souvent manqué à mes interlocutrices pour désigner ces mouvements du sang, ces bouffées de chaleur, ces humeurs étranges dont leur corps est le théâtre au retour d’âge. Et souvent, face aux limites de la parole, elles ont fait appel à un destin commun, cette identité qu’elles partagent avec la « curieuse » assise face à elle. « Enfin, tu vois ce que c’est », « tu sais bien comment ça fait », « ça doit bien t’arriver, à toi aussi », « tu vois bien ce que je veux dire, on est toutes pareilles ». C’est ce pont jeté entre les âges qu’il nous faut questionner pour plonger au plus profond de cette expérience féminine et comprendre pourquoi elle est si « pénible ».

Notes

1 Dès la fin du xixe siècle, les médecins ont essayé de « médicaliser » le retour d’âge. C’est la vague de « l’opothérapie ». On prescrit alors divers extraits, testiculaires ou ovariens. Mais l’expérience fait long feu. Peut-être les femmes éprouvent-elles quelque difficulté à ingurgiter des « testicules de taureau séchés ». Dans le même temps, la banalisation de la totale apportait des solutions, chirurgicales. Depuis une trentaine d’années, l’histoire se répète avec, cette fois-ci, les traitements hormonaux. Mais la pratique reste encore marginale, ne concernant que « 10 % des femmes ménopausées », si l’on en croit ce magazine féminin. (Top-Santé 1993 : 20.) C’est également ce qu’il ressort de mes enquêtes, mes interlocutrices refusant tout traitement ou l’abandonnant très rapidement.

2 Il s’agit d’une série de fiches vendues par correspondance ne présentant ni auteur, ni pagination, ni date, ni lieu et date de parution.

3 Voir chapitre 8.

4 Cette expression n’est cependant jamais utilisée pour de toutes jeunes filles. Chez elles, on l’a dit, « le sang travaille ». En fait, il semblerait que le terme ne concerne que des femmes qui sont en âge de procréer et plus spécialement sans doute celles qui ont déjà eu un enfant.

5 Lupu in Côté femmes 1986 : 53.

6 A écouter mes interlocutrices décrire ce « circuit » de la menstruation, on songe à ces rondes d’enfants où les petites filles tournent de plus en plus vite jusqu’à la chute. Le jeu ne mimerait-il pas le système menstruel, comme une sorte de préfiguration ?

7 Raciborski, par exemple, questionne longuement « le résultat de ce trop plein de sang », expression qu’il utilise à plusieurs reprises dans son ouvrage. (1868 :267.)

8 Vignes 1929 : 380. « De Bella, dosant la cholestérine dans le sang avant et après castration, a trouvé 85 p 100 d’augmentation, 4,5 p 100 de taux inchangé et 10,5 p 100 de diminution. »

9 (Carrère d’Encausse in Santé magazine s.d. : 59). Cet article illustre parfaitement les rapports entre médecines « savante » et « populaire » ou plus exactement savoirs écrit et oral. Mon interlocutrice l’a découpé dans un magazine féminin et précieusement conservé « dans un classeur spécial » avec d’autres extraits concernant les maladies cardio-vasculaires, les affections enfantines, etc. « Ça peut toujours servir. Quand j’ai une bricole, je jette un coup d’œil, ça me donne une petite idée. Parce que les explications du docteur ne sont pas toujours très claires. » La provenance de l’article explique ses références incomplètes, mon interlocutrice n’ayant conservé « que l’essentiel ».

10 « C’est ainsi qu’on a vu, dans beaucoup de cas, s’établir après l’époque critique, des hématuries et des hémorroïdes fluentes qui se répétaient pendant plusieurs années. » (ibid. : 266.)

11 « C’est l’idéologie, et non l’exactitude de l’observation qui détermina la vision d’eux (les organes génitaux mâles et femelles) et des différences qui comptaient. » (Laqueur 1992 : 104.)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search