Version classiqueVersion mobile

Grossophobie

 | 
Solenne Carof

Lutter contre la grossophobie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cinquante ans de « fat activism »

Face au rejet et aux violences sociales subies par les personnes très corpulentes, le fat activism, c’est-à-dire le militantisme des personnes grosses, s’est développé à la fin des années 1960 aux États-Unis avant de s’étendre au niveau mondial, notamment par le biais des réseaux féministes et lesbiens1. En 1967, Steve Post, un célèbre animateur radio organise le premier « fat-in » à New York sur le modèle des « sit-in2 ». À la même époque, pour défendre leurs compagnes très grosses, deux hommes, Llewellyn Louderback et William Fabrey, décident d’agir. Le premier écrit un article, puis un livre, en 1970, intitulé Fat Power3. Le second fonde la National Association to Advance Fat Acceptance (NAAFA), en 1969, année où une descente policière dans un bar homosexuel à New York, est le point de départ des mobilisations pour les droits des personnes homosexuelles. La NAAFA s’inspire de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) et...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search