Version classiqueVersion mobile

Grossophobie

 | 
Solenne Carof

Intimité et estime de soi dans une société grossophobe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De la grossophobie dans la sphère familiale

Romane, 39 ans, est cadre et très corpulente. Elle raconte un épisode particulièrement illustratif de sa jeunesse :

C’est-à-dire que j’allais déjeuner chez eux [sa famille] le dimanche […]. Moi on m’organisait mon déjeuner, trois haricots verts qui se battaient en duel. On m’a même fait un gâteau d’anniversaire qui était un moule vide retourné avec des bougies collées dessus… [S : Parce que vous étiez… ?] Parce que j’étais grosse, oui. Ils me voyaient comme grosse déjà à l’époque, je devais faire un 44 hein…

Le traitement humiliant réservé à Romane le jour de son anniversaire fait partie des violences morales que peuvent vivre dans leur famille certaines personnes très corpulentes. Au cœur de la privation, en l’occurrence d’un gâteau d’anniversaire pour Romane, se niche l’idée que la personne grosse est responsable de sa corpulence et qu’elle devrait moins manger pour y remédier. Même en famille, le fait d’être gros ou grosse est perçu comme ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search