Version classiqueVersion mobile

Grossophobie

 | 
Solenne Carof

Vivre dans une société grossophobe1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le stigmate de la grosseur

Vous savez, on a un petit bus à Montmartre qui monte sur la butte, j’étais dedans et je parlais à quelqu’un, je disais : « Oui, il fait froid et moi on ne peut pas dire, mais je n’ai pas froid, vraiment. » Y avait un homme, de 60 ans, si ce n’est pas plus, facile. Il s’est mis à ricaner : « Ah bah, ce n’est pas étonnant avec la graisse que vous avez sur le dos ! »

Cet épisode de grossophobie m’est racontée par Lucie, une ancienne aide-comptable de 74 ans, très corpulente, que je rencontre lors de mon enquête. Ce qu’a vécu Lucie est une situation de stigmatisation lors de laquelle son « stigmate » corporel a été mis en relief. Le sociologue Erving Goffman2 expliquait que les personnes porteuses d’un stigmate ont pour particularité de perturber les rites les plus habituels de l’interaction. Leur corps différent de la norme se voit, dépasse et accroche le regard. Ce stigmate corporel peut être en permanence visible, comme l’est une forte obésité, ou lors de cer...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search