Version classiqueVersion mobile

Grossophobie

 | 
Solenne Carof

La grossophobie,
révélatrice des normes sociales

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le corps des femmes sous le regard social

Pour l’historienne des sciences Ilana Löwy, il existe une « inégalité des rôles esthétiques1 » dans la société qui pèse sur les femmes, à qui l’on enjoint de prendre davantage soin de leur apparence physique que les hommes. Cette inégalité est renforcée par la dévalorisation du corps féminin ou de ses caractéristiques supposées. La cellulite, par exemple, qui est plus présente chez les femmes, a été pathologisée dans les années 1930, en devenant « une marque de laideur à la fois corporelle et morale2 ». Les poils et les vergetures sont également sujets à de nombreuses critiques. Face à cette dévalorisation constante, de nombreuses femmes utilisent du temps, de l’argent et une grande énergie physique et intellectuelle pour devenir minces, s’épiler, se maquiller et prendre soin de leur apparence selon les normes dominantes3. Dans le cadre de la société patriarcale grossophobe, le fait de mincir ou de rester mince est un enjeu particulièrement i...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search