Version classiqueVersion mobile

Grossophobie

 | 
Solenne Carof

Aux origines de la grossophobie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’évolution des normes pondérales dans les pays occidentaux

Les mots, les images et les discours véhiculent de façon quotidienne et comme une évidence une représentation négative et stigmatisante du poids. L’étymologie du mot « obésité », apparu en France au milieu du xviie siècle, renvoie déjà à l’idée d’un excès : ce terme vient en effet du verbe latin obedere qui peut signifier dévorer ou trop manger1. Le vocable de « surpoids » porte également une connotation négative puisqu’il s’agit d’avoir un « surplus » de poids. Ces mots prennent leur sens dans le cadre de représentations sociales, c’est-à-dire d’un ensemble de croyances et de valeurs, propre à chaque société, qui façonne la manière de percevoir les individu·es et d’interagir avec elleux. Aux fondements de la vie psychique, les représentations sociales sont des « phénomènes cognitifs [qui] engagent l’appartenance sociale des individus [sic] par l’intériorisation de pratiques et d’expériences, de modèles de conduites et de pe...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search