Version classiqueVersion mobile

Violences extrêmes. Enquêter, secourir, juger

Juger

Agencement des genres de vérité durant les gacaca au Rwanda

Bert Ingelaere

Résumé

Le processus gacaca a été introduit dans la société rwandaise pour faire face à l’héritage du génocide de 1994 contre les Tutsis. Une recherche empirique met en évidence les attitudes ambiguës et ambivalentes des participants concernant les activités de témoignage, lorsqu’il s’agit de la recherche de la vérité. D'où les questions suivantes : que révèle l’expérience gacaca sur cette notion insaisissable et multidimensionnelle appelée « la vérité » ? Et que révèle « la vérité » telle qu’elle est vécue par les Rwandais sur la nature du processus gacaca ? Cet article vise à répondre à ces questions en identifiant et en qualifiant les différents types de vérité à l’œuvre dans le processus gacaca, à savoir la vérité légale, la vérité morale, la vérité efficace et la Vérité-avec-un-V-majuscule. Le premier type est une conséquence de la structure du système judiciaire, le second est dérivé du contexte socioculturel, le troisième est une conséquence du milieu décentralisé dans lequel les juridictions gacaca ont été insérées, le quatrième est le résultat du contexte politique général dans lequel les activités gacaca ont eu lieu. Ce processus d’assemblage de ces différents styles de vérités est conceptualisé à travers la notion d’agencement qui saisit l’interaction complexe de la capacité d’agir et de la structure, de la contingence et de la structuration, du changement et de l’organisation qui façonnent le processus gacaca.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La solution originale mise en œuvre dans la société rwandaise par la création des gacaca afin de traiter l’héritage du génocide de 1994 contre les Tutsis a fait l’objet d’études universitaires approfondies1 (Clark 2010 ; Ingelaere 2016 ; Chakravarty 2015 ; Doughty 2016 ; Longman 2017)2. Non seulement l’observation des procès mais aussi les résultats d’enquêtes chiffrées ainsi que les discours recueillis sur le terrain montrent que les pratiques de témoignage – celles des aveux mais plus spécialement celles des accusations – constituaient la pierre angulaire du système gacaca (Penal Reform International 2003 ; Waldorf 2006). Cependant, des attitudes ambiguës et ambivalentes à l’égard des témoignages – en tant qu’outils de recherche de la vérité – caractérisent le ressenti populaire à l’égard des gacaca, et donc le processus de justice en soi (Buckley-Zistel 2005, 2006 ; Burnet 2009 ; Brounéus 2008, 2010 ; Ingelaere 2009 ; Republic of Rwanda 2010). Cet article sera centré sur les prat...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search