Version classiqueVersion mobile

Une campagne voisine

 | 
Tina Jolas
, 
Marie-Claude Pingaud
, 
Yvonne Verdier
, 
et al.

VI. Rituels

17. Les morts et les vivants1

Le cimetière de Minot

Françoise Zonabend

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Études rurales, 1973, 52.

1Les maisons du village se distribuent au long de deux voies qui se croisent. Sur l’axe sud-ouest/nord-est, qui délimite deux quartiers en opposition, le Mont et le Vaux, se rassemblent les édifices publics : l’église et le cimetière attenant, les halles, la cure, la poste, la mairie-école, le monument aux morts. Cet axe est jalonné et borné de croix qui marquent les limites du village : croix des Mouchiers au Mont, proche du château seigneurial, croix de la Levée au Vaux, auprès du pâquis, où jadis on brûlait Carnaval et aujourd’hui les ordures.

  • 1 Des sarcophages datant de l’époque mérovingienne ont été trouvés lors de fouilles entreprises à cet (...)

2Le premier cimetière dont on trouve trace au village entourait une chapelle proche du château du Mont1 : « Église-mère, sanctuaire vénéré dont le baptistère et le cimetière furent longtemps le rendez-vous des populations environnantes » (Potey 1884-1892, vol. 3). Ce vaste cimetière fut abandonné lors de la construction de la nouvelle église, vers 1450, hormis sa partie ouest, au lieudit la Maladière, où l’on continua, pendant plusieurs siècles, d’inhumer les victimes des grandes épidémies qui dévastèrent le village. Il en fut ainsi pendant la peste de 1635 et G. Potey, dans sa monographie de Minot rédigée dans la dernière décennie du xixe siècle, évoque les souvenirs de sa bisaïeule qui, enfant, allait aux Rameaux, déposer du buis bénit « au champ des Pestiférés » (ibid.). Est-ce l’exiguïté ou la vétusté de la chapelle du Mont, l’édification sur cet emplacement d’une forteresse, ou encore le désir d’éloigner dans l’espace les deux pouvoirs qui exerçaient des droits sur le village, qui motivèrent la construction d’une nouvelle église ? Nous ne le savons pas. Toujours est-il que l’érection de celle-ci au Vaux consacra la division entre haut et bas, entre pouvoir laïc et pouvoir religieux, division autour de laquelle devait s’organiser toute la vie du village.

  • 2 Extrait des Cahiers de la justice seigneuriale, Archives communales de Minot.

3L’église du Vaux — dédiée à saint Pierre — s’élève dans un pré en pente douce, entouré par la ruelle de la procession. Le cimetière date de la fondation de l’église, consacrée en 1454 : « Il est vieux le cimetière, il y a des enterrés partout. » Autour de l’église s’édifièrent les bâtiments de la vie communale : la cure et la grange aux dîmes, les fours banaux, les halles où se tenaient les fêtes et les quatre foires annuelles, l’auditoire communal qui abritait la maison rectorale et l’école des garçons, où se tenaient les Jours de la justice seigneuriale et les assemblées des habitants « assignés de la manière accoutumée de pot en pot et réunis, au son de la cloche, à l’issue de la messe paroissiale pour délibérer de leurs affaires »2.

  • 3 Cf. à ce sujet le livre de F. Lebrun (1971).
  • 4 Lettre de Joachim Pioche, citée in G. Potey (1884-90, vol. 3).
  • 5 Extrait des Cahiers de délibérations du Conseil municipal, Archives communales de Minot.

4Pendant plus de deux cents ans les sépultures entourèrent l’église sur ses quatre côtés et le champ resta, jusqu’au milieu du siècle dernier, partiellement déclos. Ouvert à tous venants, gens et bêtes, de vastes proportions, situé sur la place du village auprès des autres édifices publics, le cimetière était au centre de la vie communale. Non loin des sépultures, on se réunissait, on marchandait, on dansait, le troupeau s’égarait parfois entre les tombes. Les morts étaient étroitement associés à la vie, ils faisaient, bien plus qu’aujourd’hui, partie de la communauté. Mais, dès le xviie siècle — suivant le mouvement général qui se poursuivait en France à l’instigation des autorités tant laïques qu’ecclésiastiques3 — on s’employa à faire respecter le lieu. Vers 1650, Joachim Pioche, curé de la paroisse, réduisit le cimetière à ses dimensions actuelles et décida de le faire clore. Dans ce pays de champs ouverts, on ne s’empressa guère : on bâtit un mur à l’est, un autre au nord, un siècle plus tard ; et le lieu ne fut définitivement enclos et fermé d’une lourde porte de fer qu’en 1861. Le même Joachim Pioche, vers 1660, fit abattre les maçonneries qui obstruaient les arcades du parvis pour obliger les habitants à retirer les coffres et le mobilier qu’ils avaient entassés là, lors des guerres de Religion et de la Ligue. Une fois la paix revenue, ils gardèrent l’habitude de venir au cimetière, ou à l’église, négocier la vente de leur blé, ou changer de linge le dimanche. Le curé rappelle que : « … l’enceinte du parvis estait destinée à la sépulture des petits enfants… alors il était urgent de vuider ladite enceinte de tous les objets qui l’enchapparent tellement qu’on ne pouvait s’y tourner, ni y entrer, ni y en sortir. D’ailleurs cet encombrement empêche également de procéder à certaines cérémonies canoniques, telles que les exorcismes avant le baptême, les bénédictions avant l’entrée des corps à l’église… »4 Jusqu’aux premières années du xixe siècle, les troupeaux y paissaient, puisqu’une délibération du conseil municipal de 1802 nous apprend que « Jean-Baptiste Noirot s’engage à sonner les points du jour, moyennant quoi, il aura les herbes du cimetière, sans toutefois avoir la latitude d’y faire pâturer le bétail »5 !

5De nos jours, le cimetière flanque l’église sur deux côtés, à l’est et au nord. Il est entièrement clos et la vie communale s’est déplacée vers des lieux profanes — la mairie, le café situés à l’autre extrémité de la rue de l’église, au carrefour des deux grandes rues du village — sauf lors de la fête patronale, où l’on continue à monter le parquet du bal sous les murs du cimetière. Certains s’en offusquent : « Une année, la porte du bal donnait sur la porte du cimetière, c’est pas bien, faut respecter. » Et l’on se récrie à l’idée de transformer les halles en salle des fêtes : « C’est trop près du cimetière, cela ne va pas. » Les vieux, pourtant se souviennent : « Autrefois, on faisait le 14-Juillet sous les halles, on dansait là. Maintenant, quand on parle de faire la salle des fêtes là, les gens disent que c’est trop près du cimetière, mais alors, que je leur dis “les morts avant, ils étaient bien là”. » En lieu d’une tranquille cohabitation, on trouve aujourd’hui matière à conflit, la familiarité avec le sacré est devenue séparation respectueuse, distanciation. Proches des habitations, des gens, les morts deviennent gênants et l’on tente de les éloigner dans l’espace : « Le cimetière, il est plutôt en dehors du village, près de l’église, il est presque dans les champs. » On déplore les nouvelles maisons construites dans les prés attenants et qui le séparent, depuis peu, de l’espace sans borne des champs, ce qui tend à le réintégrer au village : « Avant, affirme-ton, on n’aurait jamais construit au-delà. » L’espace des morts n’est plus limite entre espace bâti et espace nourricier. On hésite à s’installer auprès du cimetière : une vieille maison contiguë à l’église resta longtemps sans acquéreur : « C’était trop près du cimetière. » Si l’on regrette les tilleuls qui autrefois ombrageaient le parvis, c’est moins pour évoquer la majesté du lieu que signalaient les arbres, que parce qu’ils cachaient les sépultures aux yeux des vivants : « Devant le cimetière, il devrait y avoir des arbres, c’est trop nu. »

6Mais il serait faux de croire que cet enfermement des morts, ce désir confus de les éloigner dans l’espace, de les cacher, correspond à une désaffection à l’égard du cimetière ou à une indifférence envers le souvenir des morts. Quotidiennement les vieux viennent se recueillir sur la tombe d’un conjoint ou d’un enfant : « Ma grand-mère y allait souvent. D’abord on y avait maman, puis il y a eu l’Albert. On n’y allait pas tous les jours, mais presque. Comme voilà Mme Nolé, elle y va tous les jours sur son mari. » Les femmes s’y promènent le dimanche ou certains beaux soirs d’été : « Le dimanche, on dit : tiens on va aller faire un tour au cimetière, on va voir les tombes. Les voisines on y va ensemble, mais seulement celles qui ont de la famille là-bas » ; être du village c’est non seulement y résider, y faire feu, mais aussi avoir ses tombes au cimetière. Passant de tombe en tombe, les aînées lisent les inscriptions et rappellent la vie des défunts : c’est lors de ces promenades que se forge la mémoire de la communauté, que se .transmet à tous l’histoire des familles du village. On tient à cette faculté d’aller et venir, à cette situation des morts « aux portes du village », qui facilite ces liens étroits et fidèlement entretenus, entre la partie vivante et la partie morte du groupe. Aussi le conseil municipal refusa-t-il de déplacer le cimetière hors les murs : « Il a été question de l’emmener en Fontaine Condry, mais alors on n’irait pas souvent. »

7Des parents par alliance, on dit « on est proche de loin » ; de même, les morts sont, à Minot, « proches de loin ».

L’espace des morts

8Si le cimetière demeure au même emplacement depuis 1454, la disposition des tombes a varié dans le temps, reflétant les différentes étapes de l’organisation sociale du groupe.

  • 6 Lettre de Joachim Pioche, citée in G. Potey (1884-92, vol. 3).
  • 7 Toutes ces informations sont extraites des États religieux de la paroisse de Minot, déposés aux Arc (...)

9Jusqu’au milieu du xviiie siècle, l’église, terre consacrée par excellence, est le lieu d’inhumation de la famille des différents seigneurs de Minot. Marie de Longueval, épouse d’Alexandre Pourcherot de Billy, est inhumée « au chœur » de l’église paroissiale le 9 avril 1680 avec les « cérémonies et convoy convenables aux personnes de sa condition ». Elle repose auprès de son fils Charles de Pourcherot, décédé en 1679. Denis Mairetet, titulaire du fief en 1694, bénéficie à son tour, avec sa famille, du même privilège : son frère, notaire royal, décédé en 1709, est enterré au chœur de l’église, où en 1743, lui-même, et son épouse Anne Nicolas, reposeront. L’inhumation près des murs extérieurs de l’église, là où s’étend encore la protection de la maison de Dieu, est réservée, semble-t-il, aux personnes de qualité, comme « Honnête, Marie, Morisot, veuve de Nicolas Prunier, échansson de Monseigneur le Prince » enterrée au parvis le 15 février 1691. Ce lieu qui servait aussi de sépulture aux petits enfants « afin de ne pas mêler leurs corps innocents à ceux des coupables »6, s’appelait le Paradis, car dit-on encore aujourd’hui, « ces petits êtres n’ont point péché et accèdent directement à la béatitude éternelle ». Les curés sont enterrés au milieu de leurs paroissiens au pied de la croix : Joachim Pioche mourut en 1691 et fut inhumé « devant la grande croix du cimetière, lieu qu’il s’était destiné lui-même ». Quant au reste du champ, il reçoit, sans distinction, les autres membres de la communauté : laboureurs, marchands, artisans, pauvres mendiants décédés accidentellement à Minot, ou « imbécile n’ayant donné pendant 60 ans de sa vie aucun signe de raison ni de connaissance »7. Aucune mention dans les états mortuaires ne permet de supposer qu’un coin particulier du cimetière était réservé aux personnes mortes sans sacrement.

10Ainsi la répartition des tombes entre chœur de l’église et cimetière est révélatrice de la dichotomie sociale du groupe : il y a d’un côté le seigneur et sa famille sur lesquels s’étend la plus large protection divine et les autres, dont on peut penser que la fortune varie en fonction de l’éloignement du mur extérieur de l’église, les tombes des plus pauvres étant les plus éloignées de l’ombre sacrée. Le clivage social s’inscrit, à cette époque, en termes spatiaux.

11Déclin du sentiment religieux ou mise en pratique de l’édit royal de 1776 portant interdiction d’ensevelir dans les églises, toujours est-il qu’Alexandre Mairetet, dernier seigneur, décédé en 1777, et son épouse Catherine Quirot, morte en 1787, furent ensevelis au cimetière en un endroit aujourd’hui oublié, leurs tombes ayant été brisées à la Révolution, comme toutes les autres stèles funéraires. « Pendant la Révolution, les exaltés du village mirent en pièces toutes les pierres tumulaires et le 30 ventôse an II, l’église fut déclarée Temple décadaire. » (Potey 1884-90 : vol. 3) Ainsi s’effaça, au cimetière, toute trace de l’aménagement primitif.

12Aujourd’hui, on dispose les morts selon d’autres critères. L’église ne reçoit plus aucune sépulture. Des plaques apposées aux murs rappellent seules la mémoire des morts illustres : le curé Cornemillot, les victimes de la guerre de 70. Puis le monument aux morts a remplacé, pour les soldats, les murs de l’église. La naissance, l’âge ou l’appartenance sociale ne prédestinent plus à un emplacement particulier. « On est tous les uns avec les autres, catholiques ou non, baptisés ou non, suicidés. Il n’y a pas de coin ; s’il y en a eu un qui n’était pas bénit, je ne m’en suis jamais aperçu. » Que l’on soit pauvre ou riche, propriétaire ou journalier, la sépulture est pour tous identique : une fosse creusée dans la terre, gratuite, temporaire. Le groupe social, dans la mort, se donne des allures égalitaristes que dément toutefois le monument funéraire. La norme, l’idéal affirmé, reste l’égalité entre tous, mais par certains choix, par certains gestes, la société révèle son ordre. Ainsi, dit-on, « à l’église, il n’y a pas de classe pour les enterrements. Tout le monde avait sa messe chantée qu’on soit pauvre bûcheron ou riche propriétaire. Seulement pour les plus riches, il y avait l’Offerte pendant un an. » Il en va de même au cimetière, tout le monde a droit à la terre du champ, mais l’ornementation de la tombe varie. Par le monument et les inscriptions funéraires se perpétue donc la division du village entre, d’une part, « les riches », les Messieurs, quelques familles de propriétaires terriens et, de l’autre, « les pauvres », le reste de la communauté, division qui a prévalu jusqu’après la dernière guerre mondiale.

13Une simple dalle de calcaire du pays, que cerne parfois une lourde chaîne de bronze supportée par des bornes, recouvre les sépultures des Messieurs. Gravés à même la dalle, sont inscrits les patronymes, prénoms, dates de naissance et de décès, profession et titres des défunts ; un verset tiré des Ecritures est parfois ajouté au bas de la pierre. Dans la partie centrale du cimetière s’alignent deux groupes identiques de tombes dallées : les unes en haut, ce sont les sépultures de la famille Villerey, les autres au bas, ce sont celles des Potey. Ces deux familles opposées de leur vivant dans leurs idéologies, comme dans l’espace villageois — l’une réside au Mont, dans l’ancien château seigneurial, l’autre au Vaux, dans la « Grande Maison » —, le demeurent dans la mort, mais le monument funéraire apporte la preuve ultime de leur appartenance au même groupe social.

  • 8 Un arbre planté sur la tombe ornait, autrefois, quelques sépultures : « Il y a eu des pins sur les (...)

14Les autres tombes du cimetière s’ornent à leur chevet d’une haute croix qui diffère selon le désir et la fortune des familles : simple croix de bois fabriquée par le menuisier du village pour les plus pauvres ; croix ouvragée en fer forgé ; croix de calcaire aux branches trilobées où s’enroule une fine guirlande de lierre sculptée, témoin du beau travail des tailleurs de pierre d’autrefois ; enfin, moderne stèle de granit lourdement plantée à la tête de la tombe. Pour toutes ces sépultures seules l’axe vertical, axe de la renaissance, axe qui s’élève vers le ciel, est marqué8. La fosse est simplement recouverte d’herbe ou de gravier : « Nous, on ne choisit pas les lourdes dalles, on aurait trop peur de ne pas se relever. » Inscrits sur des plaques d’émail ou gravés sur le piédestal des croix, figurent noms, prénoms, date de décès, parfois date de naissance, des défunts ; aucune mention particulière, aucun titre honorifique, ne différencient ces morts entre eux. Ces pierres tombales, d’allure identique, diffèrent cependant dans leurs formes, selon la classe d’âge du défunt : pyramide de pierres surmontée d’un tronc coupé pour les jeunes garçons, colonne tronquée pour les jeunes filles, « morts dans la fleur de l’âge », abri de verre — symbole de la maison quittée — pour les enfants morts en bas âge. Quant à ceux dont la disparition n’est jamais acceptée, jamais oubliée, nouveau-nés — « quand on l’a eu langé, c’est trop » —, enfants, adolescents morts prématurément, même les plus pauvres trouvent le moyen d’orner les sépultures d’un beau monument et de témoigner ainsi de leur attachement particulier à ces morts-là. « La Catherine a eu un seul fils qu’est mort au Creusot, elle a dépensé sa fortune pour le ramener, elle s’est privée, saignée, pour faire un beau monument sur son fils. »

15Le type de monument restitue donc, aujourd’hui, la place de chacun dans l’ordre social. Comment, dès lors, dispose-t-on les morts, dans l’espace du cimetière ?

  • 9 Nicolas Perron, cantonnier municipal, a la charge d’entretenir le cimetière. Il exerce aussi, à tit (...)

16L.-P. Chaume, instituteur au village, décrivant le lieu, dans la deuxième décennie du siècle (Chaume 1912) constate « qu’il n’est pas régulièrement aménagé, certaines tombes empêchent la circulation, mais aucun maire, aucune municipalité, n’a osé jusqu’ici, prendre l’initiative de l’arrangement et de l’organisation du cimetière ». Depuis cette époque, le champ des morts a été « arrangé ». On a tracé une allée (« On avait des parents là en entrant, maintenant ils sont sous l’allée et on marche dessus ») qui divise le cimetière en deux parties inégales ; serpentant entre les tombes, elle se perd dans l’herbe aux deux tiers de son parcours. On a redressé les monuments, aligné les tombes : « C’est moi9 qu’a fait tout ça, les allées, l’alignement, j’ai reculé les monuments, personne ne l’a jamais vu. Et puis j’en ai cassé gros, des qu’étaient par terre, dont personne s’occupait, des familles qu’étaient vieilles. » Ces aménagements du champ ne se sont pas faits sans réticence : « La mère Antoine disait qu’on passait sur son fils » ; « En faisant les allées ils ont tout saccagé, je ne retrouve plus la tombe de Claudine Prévôt, ils ont dû l’enlever. » Malgré ces efforts d’alignement, les tombes semblent encore aujourd’hui disposées sans ordre.

  • 10 Pour la définition des termes de parenté utilisés dans l’article, cf. article 7. Nous donnerons ici (...)

17Rassemblée en petits groupes que séparent d’étroits sentiers, les sépultures se pressent les unes contre les autres, déboîtées, sans alignement. L’instituteur Chaume remarquait que « chaque famille a son petit coin et le cimetière se trouve ainsi divisé en portions familiales » (Chaume 1912). Ces « portions », encore visibles aujourd’hui, sont constituées par l’ensemble des sépultures entretenues par une famille, une maison : groupe domestique restreint, « faisant même feu », et qui incarne la lignée10. Maison et tombe sont étroitement liées : la famille a ainsi une double assise terrestre. D’ailleurs, on désigne l’ensemble des tombes d’une famille par la même locution générique « chez » qui qualifie la maison : « Vous trouverez la tombe de l’Antoine Maurot au bas, vers chez Luzet, en allant vers chez nos tombes » ; on dira de même : « Vers chez nos tombes, c’est vers chez Guillaume. » Chaque maison entretien ses tombes et si une famille vient à disparaître, ce sera plutôt les voisines — voisines de cimetière —, et non une maison parente, qui « donneront un coup de pioche ». « S’il n’y a plus de famille, on fait les tombes d’à côté, pour pas que les mauvaises herbes viennent sur nous, on nettoie en voisin. » Parfois figure dans l’acte de vente de la maison, une clause portant obligation pour les nouveaux propriétaires d’entretenir les tombes des prédécesseurs.

  • 11 Parentèle : ensemble de consanguins.

18Ces « portions familiales » entretenues par chaque maison rassemblent cinq à six sépultures, où reposent un ou, plus souvent, deux défunts. Pour un individu marié, installé au village depuis plusieurs générations, sa « portion » comprend un couple de grands-parents paternels ou maternels ; ses père et mère ; un frère (+ conjoint) ou une sœur (+ conjoint) du père ou de la mère ; un frère (+ conjoint) ou une sœur (+ conjoint) ; éventuellement son conjoint, des enfants ou petits-enfants morts prématurément. Ces parents dans la mort constituent un groupe plus large que le groupe domestique qui habite la maison, et moins étendu cependant que le groupe des « propres parents » qui englobe cousins germains et issus de germains, neveux et petits-neveux, dont jamais on ne « fait » les tombes. Outre les ascendants et descendants directs, ce groupe du « chez » du cimetière, comporte un couple d’ancêtres qui fonde la lignée et une ou deux tombes de collatéraux (sans descendance directe) au premier ou au second degré qui fonde la parentèle11.

19Dans les sépultures les conjoints sont réunis, mais l’un des deux n’est là qu’en tant qu’allié, du fait de la règle de virilocalité ; car, lorsque mari et femme sont issus de familles possédant tombes au cimetière, chacun retourne dans sa lignée ; les époux se séparent dans la mort : « Mon grand-père et ma grand-mère sont enterrés chacun dans leur famille. » De plus, sur l’inscription funéraire, figure toujours le nom de jeune fille de l’épouse qui garde, jusque dans la mort, son statut d’alliée. Pourtant, le conjoint venu d’ailleurs ne retourne jamais dans son village d’origine : « Cela ne se fait pas de retourner chez soi, on s’enterre là où on a fait souche », là où on possède une maison, où sont nés les enfants. Un veuf, ou une veuve, remarié est enterré près du premier conjoint, le premier mariage étant prévalent. La règle est, à Minot, strictement observée. Le fossoyeur, époux d’une veuve, assigne à chacun sa place : « Ma femme retournera auprès de son premier mari, moi ma place est réservée au bas, près de la famille. »

20Les tombes dont on a la charge sont indifféremment celles des paternels ou des maternels. La succession, dans l’une ou l’autre lignée, des habitants d’une maison — grand-père paternel/père/fils… grand-père maternel/mère/fils… — impose, semble-t-il, le choix des sépultures. Si l’on entretient la sépulture des grands-parents paternels, celle des maternels est laissée à l’abandon, a fortiori celle des ascendants au troisième degré. Ces parents, dont pourtant on garde la mémoire puisqu’ils sont nommés dans les généalogies orales, sont, au cimetière, délaissés. En ce lieu, on ne cherche pas à accumuler les parents, on ne tient pas à avoir trop de tombes car, au-delà d’un certain nombre, « on aurait l’air de s’étaler ». Lorsqu’on possède les sépultures suffisantes pour montrer que « l’on est de Minot », on n’ouvre plus d’autre fosse et lors d’un nouveau décès, on reprend, dans le groupe, la plus ancienne sépulture : « On s’enterre sur les ancêtres », ascendants et collatéraux éloignés dont les tombes constituent une réserve de places, sur lesquelles on choisit d’enterrer un nouveau défunt de la maison. « Le père à Marie-Louise Duffaut, on l’a mis sur le grand-grand-père. » Le monument de l’ancêtre est alors enlevé, détruit, et remplacé par celui du nouveau venu. Les vieilles familles du village, dont les descendants habitent toujours à Minot, ne possèdent donc pas, au cimetière, leur histoire généalogique inscrite dans toute sa profondeur sur les pierres tombales : celles-ci sont, au fur et à mesure, détruites. Tout comme dans les généalogies, on coupe la parenté à un certain niveau pour permettre le jeu de nouvelles alliances, on ne garde pas, au cimetière, les preuves de ces filiations que l’on souhaite oublier. Le cimetière reflète la mémoire généalogique des familles, il n’en est pas le support : trois générations ascendantes s’inscrivent dans la pierre et sont nommées dans les généalogies ; cependant, les parents — collatéraux ou ascendants — dont on se souvient sont plus nombreux que ceux dont on entretient la tombe. Le savoir généalogique répond à d’autres buts — parrainage, héritage — et ne passe pas par le cimetière.

21Place d’invité laissée aux alliés, choix préférentiel des consanguins, abandon des sépultures d’ancêtres, la mort confirme ici la prééminence de la parentèle sur la lignée.

22Au cimetière, ces ensembles de tombes, ces « portions familiales », ne sont pas distribués au hasard. Les maisons parentes s’assemblent, se réunissent les unes près des autres en groupe de parentèle. Derrière l’église, on repère les « portions » de la famille Desgrange, au bas du champ sont réunis les sépultures de la fratrie Bénigaud : « Ici, on reste en famille, on se groupe les uns près des autres, on s’enterre en famille. » Pour ceux dont la famille possède des tombes au cimetière, leur place est, en quelque sorte, inscrite dès leur naissance. Le choix d’un emplacement ne se pose que pour les nouveaux arrivants au village. « Ceux qui n’ont pas de famille demandent à être près d’amis. » L’« amitié » évoque soit une même origine géographique — les tombes des Lorrains arrivés vers 1920, sont toutes rassemblées au bas du champ — ; soit une parenté par alliance non nommée : la sépulture de Louis Boucault, récemment installé à Minot, a été placée, à la demande de sa femme, près d’une tombe « amie », tombe du frère de la femme du frère du défunt. À travers la mort, on retrouve cette catégorie de consanguins d’alliés de consanguins, réserve d’individus connus, au sein desquels se nouent les mariages préférentiels — ces renchaînements d’alliances —, réserve d’« amis » pour la mort. Aussi, que l’on soit ancien au village ou nouveau venu, « tous ceux qu’on enterre en ce moment, ils ont de la famille à Minot, alors il n’y a pas besoin de nouvelles places ». Ce soin mis à rechercher la proximité, le voisinage, ce désir des familles de se rapprocher les unes des autres, ce choix des mêmes emplacements, génération après génération, expliquent l’aspect particulier du cimetière dont toute la partie sud est vide de sépulture, alors que les tombes se serrent les unes contre les autres au centre du champ, au point que certaines familles se plaignent : « Ils ont creusé la tombe de Mme Héry si près des nôtres, qu’on ne peut même plus aller fleurir nos tombes. » À la recherche d’une assise, d’une parenté, d’une famille « bien constituée », les nouveaux venus s’insinuent parmi les anciens, s’insèrent entre les vieilles familles. Récupérant des espaces vides ou reprenant des emplacements abandonnés, les nouveaux arrivants brisent les parentèles, rompent les alignements. Ce mouvement centripète qui ramène sans cesse au sein des morts, donc au sein de la communauté, les nouveaux membres, contribue à donner au village son unité.

23Désordre apparent des sépultures, choix apparemment anarchique des emplacements, le cimetière est pourtant le lieu d’un ordre qui se retrouvait dans l’arrangement des places à l’église. « À l’église, les places c’était par famille et les familles se mettaient l’une vers l’autre. Les Potey et les Villerey étaient chacun d’un bout, en haut c’était les Potey, les Villerey ils avaient leur banc en bas et on ne se serait pas mis sur leurs bancs, c’était sacré. Hommes et femmes n’étaient pas séparés. Les jeunes gens montaient au chœur avec le chantre, les jeunes filles étaient au bas près de l’harmonium. Les petits enfants du catéchisme, on les faisait asseoir sur un petit banc sur le devant. »

24Le regroupement des parentèles, l’opposition spatiale des Messieurs, la distinction entre les classes d’âges, autant d’éléments autour desquels s’organise la vie villageoise et dont le cimetière offre l’image : la géographie des morts reflète la morphologie de l’espace social des vivants.

Les vivants et les morts

  • 12 On ne « rouvre » pas une fosse creusée récemment. Une année doit, au minimum, s’écouler entre le pr (...)

25À Minot, chacun fait choix de l’emplacement où il veut être enterré et le désigne à sa famille, au fossoyeur, au maire…, afin que nul ne l’ignore. Nicolas Perron raconte : « Quand les gens viennent pour un enterrement, ils me disent : “Tiens, là c’est ma place”. Je leur dis : “Faut pas dire cela, faut pas choisir sa place, vous en faites pas quand vous serez mort, on vous mettra en place.” » Le maire se plaint amèrement de telles pratiques qui lui ont coûté des voix aux dernières élections municipales : « À chaque fois qu’il y a un enterrement, chacun me dit : “Je veux être là, tu te souviendras.” Une fois une dame m’a dit : “Là c’est ma place” et puis j’ai oublié. Quelqu’un est venu et j’ai donné la place, elle m’en a fait une histoire. » On ne se contente pas toujours d’une place « près de la famille », quelques individus font choix d’un emplacement précis : mari et femme souhaitent autant que faire se peut, occuper la même sépulture — « Ma sœur et son mari sont l’un sur l’autre, mon père et ma mère sont l’un près de l’autre, car ici on ne pouvait pas creuser profond » — ; les mères demandent à être enterrées sur leur enfant mort prématurément — « Mme Auffret, elle a voulu être enterrée sur son petit garçon qu’était mort depuis trente-cinq ans. » « Quand on veut être deux dans une tombe, on prévoit et le fossoyeur fait la fosse plus grande, c’est vrai qu’on ne peut pas toujours savoir, mais les gens ça se dégrade vite ! »12.C’est l’aîné qui, dans la fratrie, choisit en premier son emplacement dans le groupe de tombes familiales. La discorde qui scinde les fratries ne se perpétue pas jusque dans la mort. Le fossoyeur qui, depuis son mariage, « ne cause plus à son frère », insiste avec véhémence : « Même que je sois fâché avec mon frère, ma place est près de la famille, j’y ai droit. Mais je ne veux pas être sur ma mère. Je ne veux pas qu’on la relève, personne ne se mettra dessus. Ils peuvent prendre mon oncle, moi cela m’est égal, mais pas ma mère. » Le conflit, si important soit-il, n’implique pas l’abandon des sépultures familiales, ce qui équivaudrait à un bannissement de la communauté, mais le plus proche parent, celui autour de qui les membres de la fratrie tendent à se regrouper devient l’enjeu entre les frères ennemis. Mis à part ces quelques choix précis, on reprend, lors d’un décès, la plus ancienne sépulture du groupe et si, ainsi qu’il a été noté plus haut, l’occupant de la tombe est passé au rang d’ancêtre, on casse le monument ; dans les autres cas — tombe d’un ascendant ou collatéral au second ou au premier degré  — on inscrit le nom du nouveau venu sur le monument de l’ancien occupant. Dans ces sépultures, on respecte quelques principes. On rapproche des consanguins, fils et mère, grand-père et petit-fils : « La maman on l’a mise sur la maman. L’Albert [fils] on l’a mis sur la maman et quand la fille [petite-fille] de Germaine est morte, on l’a remise dessus. » On ne tient pas compte du sexe des décédés mais du niveau généalogique : entre consanguins qui voisinent dans la même tombe, il doit toujours y avoir une différence de génération.

26Lors d’un décès, un homme de la famille du défunt — fils ou mari — se rend au cimetière en compagnie du maire et du fossoyeur, et indique l’emplacement choisi. Celui-ci étant presque toujours occupé par une ancienne sépulture, le maire ou la famille entreprennent une série de démarches afin de vérifier si la tombe demandée est disponible. Le maire sert, le plus souvent, d’intermédiaire : « L’autre jour, il fallait enterrer Mme Marnet, elle voulait être sur son garçon, mais il n’y avait plus de plaque et j’ai cru que c’était un autre enfant qui était à l’endroit demandé. J’ai téléphoné à chez Jaquinot qui m’a dit que son petit frère était sous son père, dans la rangée du dessus. Quand il y a quelque chose que je ne sais pas je vais chercher la grand-mère ou la Fifine, ce sont elles le plan du cimetière. » De même que certains hommes au village connaissent les propriétés de chacun sur le terroir, et en sont en quelque sorte le cadastre, deux ou trois femmes âgées en sont l’état civil : elles savent aussi bien les généalogies des familles que l’ordonnancement des places au cimetière. Parfois, les familles s’entendent directement entre elles et une visite protocolaire règle l’échange des autorisations : « La famille Bérault est venue nous demander si elle pouvait mettre le Bérault sur le grand-père, on a dit oui, la tombe était loin des nôtres. » Tout comme l’alliance, la mort consolide dans la communauté le réseau des relations sociales. Il est mal considéré de refuser un emplacement ; d’ailleurs, on ne demande qu’une ancienne tombe, mal entretenue : l’abandon manifeste les intentions des propriétaires. Quant aux sépultures dont il n’existe plus de descendants connus, elles sont, sans autre formalité, enlevées : « Quand une tombe s’en va en ruine, on l’enlève, mais faut faire attention, les petits-fils reviennent parfois sur les tombes des parents. »

27Ainsi, pour enterrer un nouveau défunt, le plus souvent, on « relève une tombe ». Le fossoyeur explique : « Pour relever, je rouvre la tombe, si je rencontre un cercueil intact, je ne touche à rien et je mets l’autre dessus. Mais le plus souvent, je trouve des ossements, des machins en métal, du bois, je relève tout ça, je mets tout dans un coin, en petit tas, et puis quand le nouveau cercueil est descendu, je remets tout bien dessus. » Le langage respecte l’ordre des inhumations — « La maman on l’a mis sur la grand-mère » — en réalité, c’est le contraire qui se produit, mais il est impossible d’en tenir compte sans bouleverser la représentation ordonnée des générations : le langage de la mort recoupe celui de la parenté. Ainsi, continuellement, un mort prend la place d’un autre et nul besoin d’inscription funéraire pour garder le souvenir des ancêtres, ils sont, génération après génération, inhumés dans la même sépulture : la permanence de la famille s’inscrit dans la terre de ces tombes constamment « relevées ». « Les Girardot sont à gauche en entrant, on a mis les autres parents dessus, les noms ont pu changer, mais je sais que la famille c’est de côté, à gauche, c’est là, la place des parents. »

28« Relever » désigne aussi, à Minot, un labour profond sur une terre déjà travaillée. De même, au cimetière, les fosses sont sans cesse recreusées sur d’anciennes tombes. Le champ subit, morts après morts, une nouvelle « façon ».

29Ainsi, à chaque décès, on exhume les autres défunts, on côtoie d’autres morts : « Des fois, quand je fais une fosse, comme ça n’a jamais été à l’alignement, j’en coupe un par le milieu, un par le travers et ça se trouve, j’en coupe un autre à droite, il y en a tout partout. » Il n’y a pas d’ossuaire au cimetière et « tout doit rentrer dans la terre ». Le fossoyeur se souvient de son prédécesseur « l’Hussenet » : « Il creusait les fosses n’importe où et quand il trouvait des os, il les mettait sur une tombe à côté, il posait les têtes sur les monuments et les gens qui venaient pour l’enterrement, ils voyaient tout ça ! » Ces souvenirs font toujours rire au village. Mais aujourd’hui encore, lorsque Nicolas Perron « relève » une tombe, on s’enquiert de ce qu’il a découvert : « Pour Mme Marnet, Nicolas a dit qu’il avait trouvé le chapelet et les petits chaussons du bébé et puis, un autre en dessous, qu’il ne connaissait pas. » Il existe à Minot un langage de la mort ; on en parle sans embarras, sans réticence ; on décrit avec simplicité la destination terrestre des corps. Le silence n’a pas ici, comme dans la ville, parmi d’autres groupes sociaux (Ariès 1967, VIII : 169-195), enseveli cette ultime étape du cycle de vie. Au village, la mort reste familière, toujours présente : « La mort, c’est naturel, c’est réel, alors on peut bien en parler. C’est pas la peine de se cacher qu’on va partir. »

  • 13 Cf. le livre de Nicole Belmont (1971), où l’auteur analyse les axes opposés de la vie et de la mort

30Lors d’un enterrement, le cercueil est l’objet de manipulations rituelles : le mort doit toujours rester horizontal et se présenter les pieds devant. Cet axe de la mort, inverse de celui de la naissance13, est scrupuleusement respecté : « Pour sortir de la maison faut que le cercueil reste à plat, ça c’est important. Si on ne peut pas tourner dans la pièce pour sortir par la porte, alors on sort par la fenêtre. Dans le cortège, le mort a toujours les pieds devant, à l’église aussi, il en sort de la même façon et entre les pieds les premiers au cimetière. » Les croix des tombes et la porte d’entrée du cimetière se font face : “on porte donc le mort « les pieds devant » jusqu’à la fosse, là on le retourne, on pose la tête à la croix provisoire plantée au bord de la tombe, les pieds du défunt face à l’assemblée. Le prêtre prononce l’absoute. L’assemblée défile alors devant le cercueil et chacun saisissant le goupillon que lui tend l’enfant de chœur, asperge le cercueil en faisant le signe de croix. Après cette ultime bénédiction et avant d’aller présenter leurs condoléances aux parents qui se tiennent à la porte du cimetière, chaque famille dont les morts reposent ici, va murmurer une prière sur ses tombes. L’assemblée, groupée un instant auparavant, se dissémine aux quatre coins du champ et, à ce moment précis, c’est l’ensemble de la communauté, prise dans son expression temporelle associant vivants et morts, qui participe au rituel. C’est au cimetière que doit se clore toute cérémonie funéraire, c’est là où s’inscrit la continuité de la communauté et par ce rituel chacun s’éprouve collectivement comme membre du groupe : la solidarité des vivants se trouve ainsi renforcée. On parle avec commisération de ces villages où l’assemblée quitte la cérémonie après la messe et n’accompagne pas le corps jusqu’au cimetière : « À Aignay, les gens ne vont plus au cimetière. Bientôt on s’en ira tout seul comme un chien. »

  • 14 Toutes les croix des tombes au cimetière sont disposées dans le même sens. À Aignay, village voisin (...)

31Après les condoléances, tous quittent le lieu, le fossoyeur, aidé des porteurs et sous la surveillance du maire, font subir au cercueil une rotation de 180° pour le mettre dans la bonne position : « la tête aux pieds ». À Minot, la « bonne position », c’est face au soleil levant. Les tombes étant orientées vers l’ouest, le mort se retrouve donc les pieds à la croix de la tombe. « Il n’y a que Fleurot qui est tourné à l’endroit, sa femme a pas voulu. Elle a dit “faut me le retourner le sens contraire, pour qu’il me regarde quand je viens le voir”. Si les gens me le disent, moi je le fais, sinon comme je fais la tombe en évasant et puis, comme le cimetière est en pente, et que le fond doit être plat, il y a d’un côté 1,80 m et de l’autre 1,60 m. Alors si on ne me prévient pas, je ne peux pas retourner le cercueil au dernier moment. » Si la tradition veut que le mort soit placé ainsi, « c’est que le coche vient de là et il ne faut pas le louper… Le coche qui emmène les morts pour la résurrection le Jour du Jugement dernier ». Au cimetière, la mort et la vie s’inscrivent sur deux axes : à l’axe pieds-tête s’attache la mort, à l’axe tête-pieds, la vie. À Minot, du fait de la configuration des lieux14, le cercueil subit trois rotations qui illustrent les différents états par où doit passer le défunt. Tant que le mort est parmi les vivants, dans toutes les phases de la cérémonie, il se présente à l’horizontale « les pieds devant ». C’est ainsi qu’il entre au cimetière et est porté vers la croix, c’est ainsi qu’il est, une ultime fois, exposé aux vivants qui passent lentement à ses pieds. Après ce dernier hommage rendu par la communauté à l’un des siens, la partie du rituel funèbre destinée à faire du défunt un mort est achevée. Une nouvelle phase commence, dont le but essentiel est de favoriser la résurrection. Mis en terre, le mort toujours à l’horizontale, mais ayant subi une rotation de 180°, fait alors face au divin, face à la croix de la tombe : il est placé en position de vie, de renaissance. Le Jour du Jugement dernier, l’axe sera parcouru en sens inverse, de la tête aux pieds, d’où l’importance du regard, de la tête, qui émergera en premier de la tombe. Le défunt renaîtra à la vie éternelle, tout comme le nouveau-né doit venir au monde la tête la première.

32Cette dernière phase, qu’ouvre l’ensevelissement du mort, est un long processus qui ne se déroule qu’en partie au cimetière et qui ne se terminera qu’avec la destruction de la sépulture, lors de la mise en place d’un nouveau défunt. Tant que la tombe existe au cimetière, il s’établit entre vivants et morts une communication qui par le sacré — messes, prières —, ou par le profane — entretien des tombes, choix des monuments — assure pour les uns la résurrection, et garantit aux autres la tranquillité, prestations réciproques de services où vivants et mort sont également bénéficiaires. Aussi ne manquait-on jamais, autrefois, de murmurer cette courte prière en passant devant le cimetière :

« Seigneur donnez-leur le repos éternel
Et qu’ils jouissent de cette lumière divine
Qui ne s’éteindra jamais
Qu’ils reposent en paix
Ainsi soit-il ! »

  • 15 Sur ces différentes étapes du rituel, on se reportera aux pages de R. Hertz (1928 : 1-98)

33L’orientation du mort, l’entretien des tombes, revêtent, dans la perspective d’une renaissance, une importance particulière. De la même préoccupation relève cette répugnance que manifestent les gens à être enterrés dans l’eau. Une partie du cimetière est, à certaines saisons, envahie par l’eau qui ruisselle du coteau. « On a l’air de noyer les cadavres », écrivait Chaume vers 1910. Dès cette époque, la municipalité entreprend de drainer le cimetière, mais les travaux n’ont guère été efficaces, puisque aujourd’hui encore Nicolas Perron remarque : « Dans le milieu c’est de l’argile, c’est le plus dur à creuser, il y a de l’eau. Il faut enlever l’eau de la fosse, vous n’allez pas descendre un mort dans l’eau, la famille ne serait pas contente. Après qu’il est descendu l’eau revient, mais tant pis. » À l’idée d’être inhumé dans l’eau, on s’indigne : « Moi, je ne veux pas être dans l’eau, c’est froid et puis s’il faut boire de l’eau dans l’autre monde, ça ne va pas et puis ça conserve. » C’est ce dernier point qu’il faut retenir pour comprendre les motifs du refus : « L’eau, ça conserve. » L’eau corrompt certains éléments du cadavre, en préserve d’autres, si bien que le mort semble avoir été conservé : « J’ai relevé la mère du père à Marie-Louise, elle était dans l’eau. Il n’y avait plus de cercueil ni de chair, mais les habits, les os… Elle était intacte, l’eau ça conserve. » Il n’est pas souhaitable de « rester intact », c’est le signe que le rituel funéraire n’a pas été correctement accompli, ou la marque d’un destin hors du commun : le défunt est soit un saint, soit un damné. Dans l’un et l’autre cas, on se méfie pareillement. C’est dans la terre que s’accomplit la réduction physique des cadavres, c’est par elle que cesse l’impureté, c’est à la terre que doivent retourner les corps et non à l’eau. Dans la pratique funèbre, tout concourt à accélérer le processus de destruction : le choix du cercueil, « on les fait en chêne rouge, une qualité inférieure, parce que ça n’a pas besoin de durer » ; l’austérité de l’ensevelissement, « les gens d’ici n’exigent pas de capitonnage, on n’est pas tellement façonniers à Minot ». Le fait de ne retrouver que les ossements lorsqu’on « relève » une tombe est la preuve que le défunt est bien mort, que le rituel funéraire s’est déroulé normalement, que le mort est devenu un ancêtre sur lequel on peut « se ré-enterrer ». En cet état, la mort n’a plus de prise : la bonne destruction des corps assure leur résurrection15.

34Les tombes sont tenues propres et fleuries tout au long de l’année. Dans chaque jardin, autrefois, une plate-bande de fleurs était réservée « pour le cimetière ». On y cultivait dahlias et chrysanthèmes vivaces, mauves ou blancs, que l’on déposait, en bouquets ou en pots, sur les tombes. Lors d’un enterrement, les proches parents apportaient un bouquet de fleurs, la famille du défunt achetait une couronne en céramique ou en perles et « les jeunes filles allaient récupérer au cimetière les perles qui tombaient des couronnes qui se défaisaient ». Aujourd’hui, fleurs en plastique et plaquettes de marbre gravées remplacent plantes vivaces et bouquets champêtres.

35Deux fois l’an, aux Rameaux et à la Toussaint — fêtes qui, au village, ouvrent les deux saisons du calendrier annuel —, on procède à un grand nettoyage du cimetière. Nicolas Perron, en tant que cantonnier municipal, est chargé de « désherber les allées et de faire propre », les femmes de chaque maison — fille ou belle-fille — s’occupent des tombes familiales. Lors de ces fêtes se reconstituent, autour de l’occupant de la maison, les fratries dispersées. Entre les vivants, les morts créent des obligations : les frères et les sœurs restés au village ont la charge d’entretenir les tombes et de recevoir les autres membres du groupe, ceux-ci ont obligation d’aller sur les tombes des parents. Ces exigences impliquent pour les uns l’obligation de rester — « Nos tombes sont ici, je ne peux pas partir et les laisser » —, pour les autres le devoir de venir. L’absence signifie soit le départ définitif et la rupture d’avec le village d’origine, soit la mésentente entre les familles : « C’est moi qui fleuris les tombes des Trapet, parce que leur fille ne veut pas venir au pays. Elle est fâchée avec sa cousine germaine, comme elle ne veut pas lui parler, elle préfère pas venir. » Après l’office des Rameaux, chaque famille va au cimetière « piquer un morceau de rameau bénit sur les tombes de ses morts ». « Le curé ne voulait pas qu’on aille déposer du buis sur les tombes, il disait que cela n’avait rien à voir, mais ça date de temps immémorial, on l’a toujours fait et on continue. » Le buis bénit assure protection aux gens et aux bêtes, aux récoltes : « Dans chaque pièce de la maison, on accroche un rameau à une image pieuse, à un Christ. On en met aussi dans les étables. Ça protège de la foudre. Autrefois, on allait en planter dans les champs pour avoir de bonnes récoltes. » Tout comme on l’accroche dans la maison, on dépose un rameau sur les tombes, autre assise terrestre du groupe domestique, réunissant par ce geste protecteur vivants et morts : ensemble des membres de la maison pris dans son expression temporelle. S’ajoute le fait que, végétal toujours vert, le buis est naturellement associé à la pérennité du souvenir et à la résurrection des morts. Cette fête qui, dans le rituel catholique, n’est en aucune façon associée aux morts, pourquoi l’est-elle si étroitement ici, au point qu’elle en est venue à supplanter la Toussaint ? « Aux Rameaux, c’est le jour où il y a le plus de monde à l’église, plus que pour Pâques ou la Toussaint. Quand la famille fait dire une messe pour ses morts, les parents ne se dérangent même pas ; pour les Rameaux, ils sont tous là. » On assiste, semble-t-il, pour cette cérémonie, à un élargissement spontané du rituel, qu’il serait intéressant de tenter de saisir dans toute son ampleur. Mais ce n’est point là notre propos.

36« Au 1er novembre, il y avait une messe pour les saints, le 2, une pour les trépassés. Les femmes y assistaient revêtues du châle et du bonnet noir. Les cloches sonnaient depuis la fin des vêpres jusqu’à l’angélus du soir. On allait le 1er à la croix du cimetière, le 2, on bénissait les tombes. »

37Lors de toute cérémonie familiale impliquant une messe, « on passe au cimetière ». Ainsi, la messe du lendemain du mariage est dédiée aux morts des deux familles, elle s’accompagne d’une visite aux tombes familiales. Lorsque la jeune épousée quitte son village, elle dépose son bouquet de mariée sur la tombe de ses parents ou de ses grands-parents : dernière offrande d’une fille de la maison aux morts dont, désormais, elle n’aura plus la charge. Par son mariage, la femme perd son identité première, elle perd aussi ses morts.

38Au cours des deux dernières décennies, le cimetière a lentement changé d’aspect. Les étroits « sentiers » évoqués par Chaume ont fait place aux « allées ». Le désordre des sépultures a été rectifié. La végétation sauvage d’herbes, de sureaux et de frênes, qui proliférait sur les tombes abandonnées et les parties désertes du champ, et qui fournissait encore récemment un appoint apprécié au « bricolier » et un revenu pour l’église, a été coupée. Dorénavant, « on arrose de désherbant une fois l’an et tout reste propre ». Jusqu’à présent champ communal dont chacun, sans distinction, avait la jouissance temporaire, le cimetière est en passe de devenir lieu approprié, privé. Divisé en concessions, il va être « vendu ». « Maintenant, il va falloir payer pour se faire enterrer. » Et, désormais, dans le cimetière ainsi partagé, les nouvelles familles ne pourront plus se mêler aux anciennes : elles seront rejetées à la périphérie du champ. La mort va cesser de nouer entre les familles ces liens de « voisins de tombes » et, dans ce nouvel agencement du champ, ne s’inscrira plus la définition de la communauté.

39Les pratiques funéraires subissent le même lent changement. Alors que récemment encore on prenait soin d’ensevelir les morts dans ces « cercueils de chêne rouge » qui durent si peu, on trouve aujourd’hui, qu’« il ne faut plus relever une tombe. C’est pas possible, une fois qu’ils sont enterrés on ne devrait plus y toucher ». Dorénavant, dans les dernières sépultures, une dalle de ciment sépare les défunts les uns des autres. « Je creuse profond et au-dessus du premier parti, je fais une dalle de ciment, comme cela on ne touche plus à rien, mais on ne peut plus relever les tombes. » Du même coup seront perdus ces discours sur la « bonne » destruction des corps et ce langage familier de la mort. Enfin, ultime étape : on en vient aux caveaux. « Les caveaux, c’est une fosse septique, c’est amené tout d’un bloc de Dijon. » Les défunts seront alors totalement isolés, protégés de la terre qu’autrefois, morts après morts, ils « façonnaient », ils fécondaient.

40La plupart des fonctions qu’au travers du cimetière, le groupe faisait jouer aux morts, se trouvent ainsi remises en question.

Notes

1 Des sarcophages datant de l’époque mérovingienne ont été trouvés lors de fouilles entreprises à cet endroit.

2 Extrait des Cahiers de la justice seigneuriale, Archives communales de Minot.

3 Cf. à ce sujet le livre de F. Lebrun (1971).

4 Lettre de Joachim Pioche, citée in G. Potey (1884-90, vol. 3).

5 Extrait des Cahiers de délibérations du Conseil municipal, Archives communales de Minot.

6 Lettre de Joachim Pioche, citée in G. Potey (1884-92, vol. 3).

7 Toutes ces informations sont extraites des États religieux de la paroisse de Minot, déposés aux Archives communales.

8 Un arbre planté sur la tombe ornait, autrefois, quelques sépultures : « Il y a eu des pins sur les tombes Lannard, ils menaçaient de tomber, alors ils les ont fait couper. »

9 Nicolas Perron, cantonnier municipal, a la charge d’entretenir le cimetière. Il exerce aussi, à titre privé, les activités de fossoyeur-sonneur de glas : « Là je suis payé par les familles, c’est 14 000 (anciens francs) pour une tombe, c’est 200 à chaque coup que je sonne. Il y en a qui offrent à boire ou qui donnent la pièce en plus. »

10 Pour la définition des termes de parenté utilisés dans l’article, cf. article 7. Nous donnerons ici la définition des termes qui ne sont pas utilisés dans cet article. Lignée : ensemble des parents consanguins en ligne directe.

11 Parentèle : ensemble de consanguins.

12 On ne « rouvre » pas une fosse creusée récemment. Une année doit, au minimum, s’écouler entre le premier ensevelissement et le second.

13 Cf. le livre de Nicole Belmont (1971), où l’auteur analyse les axes opposés de la vie et de la mort.

14 Toutes les croix des tombes au cimetière sont disposées dans le même sens. À Aignay, village voisin, il en va de même, sauf pour une : « C’est la tombe d’un protestant. »

15 Sur ces différentes étapes du rituel, on se reportera aux pages de R. Hertz (1928 : 1-98)

Notes de fin

1 Article paru dans Études rurales, 1973, 52.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search