Version classiqueVersion mobile

Violences extrêmes. Enquêter, secourir, juger

Secourir

« Qui chantera la chanson de MSF ? » : politique de la « proximité » et pratique de l’humanitaire dans l’Est de la République démocratique du Congo

Myfanwy James

Résumé

Cette présentation de notre recherche porte sur la gestion quotidienne de la sécurité et les négociations menées par Médecins sans Frontières (MSF) pour accéder au terrain dans le Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC). Prenant appui sur une démarche ethnographique, des entretiens et la consultation d’archives, l’article traite de l’expérience des employés congolais de MSF qui mènent des activités complexes de médiation et de courtage humanitaires. Leur rôle au sein de MSF est à la fois défini et circonscrit par leur situation politique et sociale. La gestion de la sécurité de MSF s’appuie sur les réseaux interpersonnels du personnel local et sur ses capacités d’interprétation et de traduction. Ces employés sont cependant exposés à des risques ou perçoivent cette situation comme telle : ils risquent de subir des pressions et des actes de violence, tandis que leurs perspectives d’évolution professionnelle restent limitées, précisément en raison de leur ancrage local. Ils se retrouvent pris entre leurs appartenances politiques et sociales et la responsabilité pratique d’appliquer les principes de MSF. Ils incarnent de ce fait les contradictions de l’approche de MSF au Nord-Kivu : un besoin simultané de « proximité » opérationnelle et d’une distance efficace par rapport aux dynamiques conflictuelles quotidiennes.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Un matin à Goma, j’ai assisté à une réunion du Cercle de la sécurité : un groupe d’humanitaires congolais en charge de la sécurité dans différentes organisations non gouvernementales (ONG) internationales du Nord-Kivu1. Bien que les intitulés de leurs postes diffèrent, ils assurent la même mission au sein de leurs organisations respectives : à partir de la collecte d’informations sur les violences persistantes et les actes de criminalité, ils livrent une analyse des conditions de la sécurité locale. Ils construisent et entretiennent un réseau parmi les différentes autorités locales et les groupes armés pour permettre aux ONG de négocier leur présence et d’agir dans un paysage politique fragmenté et fluctuant. Les membres du Cercle sont la cheville ouvrière de la présence humanitaire au Nord-Kivu. En témoignent les propos de l’un des fondateurs du Cercle : « Nous sommes à la fois des “fixers” – des intermédiaires – et des humanitaires, c’est ce qui caractérise notre "espa...

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search