Version classiqueVersion mobile

Une campagne voisine

 | 
Tina Jolas
, 
Marie-Claude Pingaud
, 
Yvonne Verdier
, 
et al.

IV. Parenté et identité

10. Jeux de noms1

Les noms de personne à Minot

Françoise Zonabend

Texte intégral

  • 1 Texte paru dans Études rurales, 1979, 74.

« Quand elle vint au monde, aux environs de 1820, sa mère, qui était ma bisaïeule, dit à son homme : “Il faudrait pourtant lui chercher un nom à cette petite !” Et le père de répondre : “Qu’est-ce que tu t’inquiètes ? Appelle-la Marie, comme l’autre”. »
Joseph Cressot

1À partir de données recueillies à Minot, nous avons cherché à définir le rôle que jouent les noms de personne, tant dans le groupe villageois qu’au sein des parentèles, et à saisir le système de communication qui en découle, pour cerner la singularité de l’individu à travers la multiplicité des dénominations.

2Ces noms ont été répertoriés dans le discours — lors d’entretiens ou de conversations prises sur le vif — et dans les sources écrites. Nous avons consulté les archives publiques (états religieux et civil, cahiers de délibérations de la justice seigneuriale et du conseil municipal) et des documents d’ordre privé (livre de raison du seigneur, livres de comptes du maçon de 1887 à 1890, du bourrelier de 1925 à 1930, cahier de comptes pour l’année 1890 de Marie Desprey, épouse du notaire du village), à la recherche de quelques repères historiques pour l’étude du code onomastique.

3Tout habitant de Minot possède, en propre, au moins trois noms : un patronyme, un prénom, un sobriquet ; selon les circonstances, ils sont employés simultanément ou séparément, accolés parfois à d’autres noms et termes qui connotent la classe d’âge ou le statut social. L’histoire récente, les fonctions comme les règles d’emploi de chacun de ces noms se révèlent d’une surprenante complexité.

Le « GRAND nom »

4Pas plus à Minot qu’ailleurs en France, on n’emploie le terme de patronyme ; on parle volontiers du « nom de famille » parfois du « grand nom ».

5Chaque enfant reçoit le nom de famille de son père s’il est né d’un mariage légitime, celui du père de sa mère en cas d’illégitimité. Le patronyme apparaît comme un « classificateur de lignée » (C. Lévi-Strauss 1962 : 256), puisque l’enfant né de père et mère inconnus n’en reçoit aucun.

  • 1 Cf. article 17.

6Le rapport d’un homme à son patronyme reste immuable tout au long de son existence, alors que, à son mariage, la femme prend celui de son mari. Si son conjoint meurt, elle deviendra « la veuve du Paul Magnien », si elle se remarie, on continuera de la désigner sous cette même dénomination : Julienne Voillot, veuve de François Roux et remariée à Emilien Perron, reste pour tous « la veuve Roux ». En d’autres circonstances — choix de la tombe, — nous avons également remarqué que le premier mariage prévalait1.

7Le nom de famille est employé, à Minot, presque uniquement pour désigner la « maison », unité de résidence constituée par le père, la mère et les enfants non mariés du couple. Le patronyme de l’époux est alors toujours précédé de la préposition « chez » ; l’ensemble préposition plus patronyme constitue une locution générique : « Chez Pichon viennent toujours nous souhaiter le Nouvel An. »

8Toutefois, en certains lieux, émerge la lignée du père de l’épouse : sur les tombes du cimetière, sur les croix de dévotion dressées le long des chemins — dépendances étroitement liées à la maison —, s’inscrivent, gravés dans la pierre, les patronymes des deux conjoints. On peut lire sur le piédestal d’une croix de dévotion :

À la gloire de Dieu
À la dévotion
de Denis Desprey et de
Claudine Prevost, sa femme.
1839

9Chaque lignée défend sa place sur le terroir villageois. Mais dans la référence on ne retient qu’un seul patronyme : celui du plus ancien résident. Ainsi, la « croix Rossin », élevée par Joseph Joly et Françoise Rossin, sa femme, en 1819 : « On l’appelle comme ça parce que c’était la femme qu’était de Minot. » La référence révèle le mode d’organisation de la communauté, quoique, pour différencier les maisons apparentées ou non qui portent le même patronyme, on accole au patronyme du conjoint, en parlant et en écrivant, le « nom de fille » de l’épouse.

  • 2 Le droit d’afffouage était réparti, comme les autres biens communaux, par feu et non par tête.

10Voici, par exemple, sur la liste des affouagistes2 de 1883, comment sont différenciés les ménages portant le nom de Lachaud : Lachaud/Maréchal ; Lachaud Antoine ; Lachaud Victor ; Lachaud Henri ; Lachaud/Bobin ; Lachaud Lucien ; Lachaud Didier ; Lachaud/Lacagne. Lorsque le prénom du chef de ménage ne permet pas une identification certaine, on se résout à accoler à son patronyme celui de son épouse. La même pratique se retrouve dans des documents d’ordre privé : le maçon note, au compte de Guillaume/Lanier, qu’il « a relevé dans le courant de novembre 1889, trois brèches de mur à sec au pré des Petits Vaux ». Plus près de nous, un père et son fils, qui portent le même prénom et exploitent une même propriété, ont libellé leurs cartes de visite respectives Monsieur et Madame Marcel Lenoble-Desprey, Monsieur et Madame Marcel Lenoble-Lapierre. Il s’agit là d’un procédé récent. En effet, dans les cahiers de délibérations de la justice seigneuriale où sont énumérés les chefs de famille présents lors des Grands Jours, sur les listes des habitants recopiées dans ces mêmes cahiers ou dans le livre de raison du seigneur, les individus portant même prénom et même patronyme sont différenciés par un terme classificatoire ayant trait au statut familial ou professionnel, ou à une situation géographique. Prenons la liste des hommes actifs de la commune, dressée en 1790 à l’occasion d’une élection municipale. Sont électeurs : Pierre Minot-le-Jeune, Pierre Minot-le-Moyen ; Pierre Minot-l’Aîné, tous membres d’une même fratrie ; Jean Lachaud père et Jean Lachaud fils ; Nicolas Durant-du-Mont et Nicolas Durant-du-Vaux, individus non apparentés résidant l’un dans la partie haute du village, l’autre dans la partie basse ; Nicolas Lapierre de Lochères — nom d’une ferme d’écart — ne doit pas être confondu avec Nicolas Lapierre, habitant au village ; enfin, on distinguera entre un Nicolas Bergeret tissier et un Nicolas Bergeret laboureur. Suivant le lieu, la circonstance et les personnes présentes, on choisit de dénommer l’individu selon sa relation de parenté, son lieu de résidence ou par un sobriquet. Ainsi de « Jean Lapierre père » sur la liste des électeurs, dit « Jean Lapierre le Boiteux » dans le livre de raison du seigneur. Cette diversité des modes de référence a persisté d’ailleurs jusqu’à nos jours dans les relations familières. Tout se passe comme si, les modèles concevables d’identification étant très variés, on puisait pour classer les individus dans toutes les catégories disponibles : liens de consanguinité, lieux marqués du terroir, profession ; l’alliance toutefois n’est jamais mentionnée.

11Aussi, retenons que, de nos jours, la femme ne perd jamais complètement son « nom de fille » ; le ou les patronymes marquent avant tout une situation dans l’espace villageois, et celle-ci ouvre le droit à la jouissance et à la gestion des biens communaux.

12Toutefois à travers les patronymes se dessinent d’autres formes d’inscription spatiale de la communauté. Minot, situé en bordure du plateau de Langres, aux confins du Châtillonnais, isolé des autres villages par la forêt qui l’entoure presque complètement, a connu néanmoins des mouvements de population. Entrevus à la lecture de l’état civil, ceux-ci apparaissent avec netteté dans la série des recensements qui, de 1836 à 1968, jalonnent l’histoire démographique du village.

  • 3 Dans le recensement des patronymes, nous n’avons tenu compte que des patronymes masculins. Un ménag (...)

13En 1836, date du premier recensement moderne et point de départ de notre étude, Minot compte 718 habitants, soit 180 unités domestiques qui se partagent 92 patronymes différents3. En 1968, 359 habitants constituent 107 unités qui portent 77 patronymes différents, dont 8 seulement sont attestés en 1836. Ces chiffres montrent bien le mouvement migratoire dans la commune. En un siècle et demi, le stock patronymique s’est presque totalement renouvelé. À cela plusieurs raisons : départ ou extinction de certaines familles, arrivée d’autres familles dont les garçons ont épousé les filles d’anciens résidents. On pourrait poursuivre l’étude des familles du village et constater, par exemple, qu’aucun couple résident n’est issu de quatre parents originaires de Minot ; mais nous ne le ferons pas car, pour le propos qui nous occupe ici — le rôle du patronyme —, il est plus fructueux de partir des indications de nos informateurs pour saisir, à la fois, leur propre mode de classement des résidents au village et la façon dont ils vivent les changements démographiques.

14Pour 4 des 8 familles dont les patronymes étaient représentés au village en 1836 et en 1968, on relève une filiation directe certaine ; pour les 4 autres, on ne peut attester de lien de parenté avec les familles portant le même patronyme et présentes en 1836. Selon nos informateurs, celles-ci et celles-là, ainsi qu’un certain nombre qui portent des patronymes ne figurant pas sur la liste nominative de 1836, sont désignées comme de « vieilles familles ». « Les vieilles familles, c’est celles qui figurent sur les registres, celles qu’on a toujours vues, celles qui ont des noms qu’on a toujours entendus. » L’expression est fondée à la fois sur le document écrit et sur la tradition orale. Quand on retrace l’ascendance de toutes ces « vieilles familles », on s’aperçoit que leurs histoires diffèrent. Si les unes, nous l’avons déjà noté, descendent en ligne directe, féminine ou masculine, d’un couple dont la présence est attestée au village en 1836, les autres ont un ancêtre présent à la même date, mais la lignée a quitté le village pendant deux ou trois générations avant qu’un de ses membres revienne y résider. Même si son patronyme a changé, le nouvel arrivant est toujours « reconnu ». Les Simonot, fermiers à La Moloise pendant vingt ans, quittent le village vers 1840. Une de leurs filles, Anne, épouse Théophile Collin, laboureur à Essarois. Ils auront cinq filles qui toutes, lors de leur mariage, se disperseront dans des villages avoisinants. L’une d’entre elles, Amandine, épouse James Vincent, cultivateur à Coulmier-le-Haut, et leur fille unique, Louise, se marie en 1938 avec un cultivateur-propriétaire de Minot. En parlant de cette Louise Vincent, on dit qu’« elle a refait souche au village ». Dans cette région, l’obligation de louer une ferme disperse les parentèles ; les frères se séparent pour trouver un métier ou une femme : installés dans les villages d’alentour, ils font souche et deviennent alors « les Bénigaud de Saint-Broing » ou « les Toussaint d’Echalot ». Reste enfin des familles dont la seule caractéristique est de porter un patronyme familier, « un nom qu’on a toujours entendu », soit au village, soit dans la proche région. Ainsi ce nom de « Thoret » porté par une famille de laboureurs en 1836, qui disparaît du village jusqu’en 1926, date à laquelle vient s’installer un « Thoret » : ses ancêtres sont originaires de Lignerolles, ses parents de Salives et il est marié avec une femme « née de Moitron » ; cependant, on l’accueille familièrement et il devient maire dix ans après son arrivée : « Sa famille était du coin, alors on l’a élu comme maire. » Pour celles que l’on dénomme les « vieilles familles », ne comptent ni le temps de résidence ni le statut social ou professionnel ; seule importe la possession d’un patronyme entendu de longue date au village ou dans les villages voisins. « Avec les Bénigaud, on devait être parents, on devait sortir de la même souche, mais c’étaient des Bénigaud de Beneuvre. » Dans ce village aux si nombreux migrants, le patronyme sert de support à la mémoire de la communauté. De même que dans certaines familles on thésaurise deux ou trois prénoms, qu’on transmet de génération en génération, il existe, à l’échelle de cette zone de dispersion des parentèles, un stock de patronymes qui recèlent un soupçon de familiarité. Accolés au nom du village de résidence, ils permettent parfois de retracer l’itinéraire géographique d’une famille : « C’est le Grivot de Barjon qu’est de Minot » (originaire de Minot, cet individu était retiré à Barjon). À l’intérieur de cette région, entre ces patronymes, entre ces « vieilles familles », les mariages se font d’emblée : « Puisqu’on reste, qu’on se retrouve entre soi. » L’aire de dispersion des patronymes familiers recouvre à coup sûr l’aire d’endogamie. Dans ce cadre traditionnel des échanges économiques et des alliances, Minot est considéré comme le centre, c’est le « pays », par opposition aux autres villages désignés soit par leur nom, soit par leur sobriquet. « Les vieux autrefois ne se repéraient que par les sobriquets » : « les Sorcis » (sorciers) de Fraignot, « les Têtes de Bô » (têtes de bois) d’Etalente, « les Courlis » de Courlon cernent les « Loups » de Minot. Cette aire où les villages reçoivent un sobriquet, c’est celle où existe un langage commun, où l’on se parle parce qu’on porte les mêmes patronymes.

15Aux « familles-souche » de cette petite région, que l’on reconnaît à leur patronyme accolé au nom d’un village voisin, s’ajoutent des migrants venus d’autres régions de France ou de pays étrangers : « Il y a toujours eu des nouveaux à Minot, c’est à cause des fermes. À une époque, elles étaient toujours à louer et les fermiers changeaient souvent. Mais l’épicerie-boulangerie, c’est pareil. On va y avoir pour la quatrième fois du monde en pas bien longtemps. Les gens restent une quinzaine d’années et ils repartent. » On repère, à la lecture des recensements, les migrations successives.

16Dans les premières décennies du xixe siècle s’installent des Auvergnats, pour la plupart scieurs de long. Vers 1880, arrivent des Morvandiaux qui se tournent, selon l’occasion, vers l’agriculture ou le bûcheronnage. Après la Première Guerre mondiale, des Mosellans, des Luxembourgeois, chassés de chez eux par les dévastations, reprennent les fermes d’écart laissées à l’abandon faute de fermiers. Dans les années 1930 des Suisses fondent une fromagerie-laiterie où des Jurassiens s’engagent comme ouvriers ; Polonais, Yougoslaves, Italiens, Portugais, à la recherche d’un travail ou d’un refuge politique, viennent se joindre aux derniers bûcherons-charbonniers ou s’engagent comme commis de culture. Chaque migration est datée : « C’était l’époque où… » Chacune a son appellation : « Les Morvandiaux, les Yougos, les Pollaks », son histoire : « Le grand-père du Pierre Mollé, il avait de l’argent, il est venu dans le Châtillonnais acheter des fermes qui ne valaient pas cher à l’époque, moins cher que dans le Morvan. II a fait venir comme métayers des familles de son pays. C’est comme ça que sont venus les Jeunet, les Malard, les Berthaud. C’est comme ça que sont venus tous les Morvandiaux. » « Les Yougos… Ils habitaient dans les chambres à four abandonnées dans la rue Basse. Une année, on leur a demandé de faire notre affouage, ils ont tout coupé à blanc… Heureusement, le garde n’a rien dit. »

  • 4 Cf. article 2.

17Selon qu’ils se tournent vers la terre ou le bois, ces migrants ont un destin matrimonial différent. Les premiers, souvent relégués dans les fermes d’écart, se marient entre eux et n’ont accès au village et au mariage avec les « vieilles familles » qu’au bout d’une ou deux générations, une fois leur pécule arrondi et leur volonté de se fixer manifeste. Les autres — manouvriers, bûcherons, charbonniers — contractent sans délai des mariages avec les familles-souche forestières4. Chaque arrivée d’hommes amène son lot de patronymes dont la consonance atteste l’origine géographique et guide, en quelque sorte, la mémoire de la communauté. Courte mémoire d’ailleurs : les Maréchal, venus il y a à peine un siècle et demi des Monts d’Auvergne, sont considérés aujourd’hui comme une des familles-souche du village. À chaque génération s’amorce le reclassement de quelques nouvelles familles au rang des anciennes. Ces migrations scandent l’histoire séculaire du groupe : elles se succèdent en une série de vagues dont l’une s’anime lorsque l’autre s’apaise. Il est des venues, des passages qui, liés à l’événement, marquent le temps court, le cycle annuel et, là encore, le patronyme sert de point de repère.

18Aux anciens résidents et aux nouveaux arrivants s’ajoute une population marginale, fluctuante, instable, composée d’individus dont on ne connaît pas le lieu d’origine et qui, souvent, n’ont pas de patronyme : un sobriquet, parfois un prénom les caractérise. Ils n’apparaissent qu’occasionnellement dans les écrits ; au hasard d’un recensement, on apprend que Pierre Deschamps, laboureur en 1841, emploie trois domestiques : Marie-Anne, Alexandre, le troisième n’étant même pas nommé ; ou lorsque la mort les surprend au village : « Le 23 octobre 1702, Jeanne, mendiante, âgée d’environ 70 ans, mourut… » Et si l’on parle d’eux, on dit simplement : « Ils n’avaient pas de nom ces gens-là… Elle, on l’appelait la “Petite-Marie”… » Cette population était et est encore constituée en partie de commis de culture qui s’engagent pour quelques mois. On les appelait autrefois les « colons d’Auberive » ou les « Onillons », car ils venaient pour la plupart de la colonie pénitentiaire d’Auberive où un certain Monsieur Onillon se chargeait de les placer dans les fermes. Aujourd’hui, quelques jeunes ouvriers agricoles sont placés par le Centre d’éducation surveillée de Dijon.

19Parmi ces gens de passage, on comptait aussi les marchands ambulants, colporteurs et porte-balles qui passaient régulièrement au village et parfois s’y installaient. Apparaissaient en mars, au début du printemps, « Carnaval », le colporteur de menues graines, puis la « Mère aux chiens » qui vendait des allumettes de contrebande, « la Charlotte », qui déballait sur la place « un véritable bazar ». Enfin des indigents, des mendiants visitaient régulièrement les habitants : « Il y avait le Gugusse, un mendiant qui venait je ne sais d’où. Un autre, on disait “v’là le peu t’homme” [de peu en patois : vilain], il avait une besace sur l’épaule, demandait du pain et repartait. »

20Pour les gens du village, tous ces individus sont loin d’avoir le même statut social et si on leur demande de les situer hiérarchiquement, ils placent au bas de l’échelle les mendiants, remplacés de nos jours par des familles de gitans. Surnommés « les Braques », ces derniers se déplacent en groupe, cueillent l’osier et fabriquent des paniers qu’ils vendent aux habitants. Ils apparaissent une ou deux fois l’an et campent aux abords du village. Pour eux, aucune installation n’est possible, et le mariage avec un villageois entraîne le départ de celui-ci : « Il a épousé une foraine, une bohémienne quoi, il est parti. » Puis, viennent les domestiques de culture, ces anciens « colons d’Auberive » qui parfois trouvent femme au village : « Le Bastien Marnet, c’était un colon d’Auberive placé comme commis. Il a épousé une fille venue de l’Allier et s’est installé comme cantonnier à Minot. Son fils a été commis de culture pendant dix ans chez Voinchet, il a épousé une fille de l’Assistance, ils vivent toujours ici. » Enfin, viennent les colporteurs qui ont ouvert boutique à Minot, d’où ils partent désormais pour effectuer leur tournée : c’est le cas, au début du siècle, du ferblantier auvergnat et du mercier savoyard. Faisant feu au village, ils y acquièrent des droits et retrouvent patronyme, lieu d’origine et histoire : « Mon père est arrivé à Minot en portant la balle, c’était vers 1890, il était de la Savoie, d’une famille de sept enfants. Là-bas, en hiver, il n’y avait rien à faire, alors il partait, devenait colporteur et retournait en Savoie quand l’oiseau chantait… En 1897, il s’est marié dans son pays et quelques années après, il a décidé de s’installer mercier et de venir avec sa femme définitivement en Côte-d’Or. Il a choisi Minot qu’était du milieu de sa clientèle… » Ainsi s’amorce, une fois encore, l’accès d’une catégorie de population à une autre, l’intégration des gens de passage aux nouveaux venus.

21À partir de leur patronyme, les familles du village se distribuent en zones concentriques : du centre vers la périphérie, on trouve les « vieilles familles », puis les « nouveaux venus » et enfin les « gens de passage ». Dans chacune de ces catégories, le patronyme apparaît comme un outil mnémotechnique dont la fonction est, entre autres, de repérer la date d’arrivée, et au-delà, de définir les familles avec lesquelles on peut d’emblée se marier. Il constitue aussi un moyen de circonscrire les différents espaces auxquels la communauté se réfère : le « pays », c’est-à-dire le village, les villages alentour où résident ceux qui portent le même nom, puis le reste de la France et les pays étrangers d’où viennent ces migrants porteurs de noms différents, enfin l’espace sans limite de ceux qui n’ont pas de nom. Le patronyme sous-tend à la fois un champ parental et un champ territorial.

Le « nom »

22À Minot, le « nom », c’est tout simplement le prénom. Depuis environ un siècle et demi, le nouveau-né reçoit, lors de son baptême, deux ou trois prénoms. Mais le nombre de prénoms, tout comme le choix du couple de parents spirituels lié à l’attribution ont changé au cours des temps et l’on doit s’interroger sur les raisons de cette évolution.

  • 5 Notons toutefois que les descendants de la famille Mairetet, titulaire du fief à partir de 1694, ne (...)
  • 6 Nous avons trouvé, aussi loin qu’on remonte dans le passé, fort peu de parrainages illustres choisi (...)

23Autrefois — cet autrefois remonte aux premiers registres paroissiaux (1642) et va jusqu’au milieu du xixe siècle — l’enfant ne recevait qu’un seul prénom, qui pouvait être double : Jean-Baptiste pour les garçons, Anne-Marie, Marie-Madeleine, Marie-Claudine pour les filles. Toutefois, quelques enfants se voyaient attribuer plusieurs prénoms : descendants de riches familles (seigneurs locaux5, bourgeois, marchands), ils étaient parrainés par d’illustres personnages qui portaient eux-mêmes plusieurs prénoms. Ainsi, Pierre Antoine, fils de Maître Claude Mairetet, chirurgien-juré à Minot, né le 25 juin 1731, a pour parrain « Pierre Antoine Gallimard, fils de Monsieur Toussaint Gallimard, fermier des revenus seigneuriaux du lieu de Beneuvre ». Ou bien encore, bénéficiant d’un double parrainage, ces enfants empruntaient leur prénom à chacun de leurs parrains : « François Noël, fils de Maître Pierre Daniel Massenot, notaire roial à Minot, né le 9 juillet 1789, il a pour parrein le sieur François Rouhier, chapelain à Rouvre, son oncle maternel, représenté par Monsieur Noel Rouhier, son oncle à la mode de Bourgogne. » En héritant d’une partie des terres du dernier seigneur, l’intendant Joseph Joly devint propriétaire, il maria sa fille Françoise à Louis Guillemin, docteur en médecine ; son petit-fils, né le 26 juillet 1823, se prénomme Louis, Jean-Baptiste, Victor, Gustave. Ainsi, le statut social s’inscrivait-il dans la dénomination. Parfois, les enfants de simples laboureurs ou de manouvriers se voyaient offrir, pour des raisons que nous ignorons, un parrainage illustre6. Ils recevaient alors, signe distinctif, deux ou trois prénoms : « Anne Charlotte, fille de Pierre Girardot, manouvrier à Minot, et de Françoise Bordot son épouse, est née le 25 octobre 1709, elle a eu pour parein Monsieur Jean Bénigne Fleutelot, fils de François Fleutelot écuier et seigneur de Thoirey et pour mareine Demoiselle Anne Charlotte Geliot, fille de Monsieur Geliot seigneur de Salives. » Hormis ces descendants de familles aisées ou ces enfants parrainés de si digne manière, les autres membres de la communauté ne possédaient qu’un seul prénom. À la limite, les enfants nés de père et mère inconnus recevaient, en guise de toute dénomination, un unique prénom : « Antoine né de père et mère inconnus le 20 mars 1761 a été baptisé le même jour, il a pour parein Anthoine Durand et pour mareine Magdeleine Petit… » « Le8 septembre 1785… Pierre et Anne-Marie, enfants jumeaux nés de père et mère inconnus. .. » Ce prénom devenait-il plus tard un patronyme ? Il est difficile de le savoir puisqu’on perd toute trace de ces enfants dans les jours qui suivent leur naissance.

  • 7 On peut supposer que certains événements sont à l’origine de nouveaux prénoms : le 20 novembre 1791 (...)

24Le prénom était celui du parrain pour le garçon, celui de la marraine pour la fille. Claude, Bénigne, Urbain, Edme, Pierre, Nicolas ont tous un parrain homonyme ; de même Albine, Didière, Chrétienne, Mathie ou Blaise. Cette transmission du prénom par la parenté spirituelle était à ce point automatique qu’il est possible, lorsque apparaît dans une généalogie un prénom original, de postuler un lien de parrainage avec le porteur du même prénom dans la parenté : Flavie Ballet, née en 1835, et dont nous ne possédons pas l’acte de baptême, avait certainement pour marraine sa tante maternelle Flavie Toussaint, auprès de qui d’ailleurs elle vint s’installer et dont elle hérita. Entre 1730 et 1750, toutes les filles prénommées Marie-Angélique ont eu pour marraine une Chapart, la seule Marie-Angélique présente à cette époque à Minot. Ainsi transmis, les prénoms ne variaient guère : noms de saints régionaux comme Vorles ou Roch vénérés à Châtillon. Léger, évêque d’Autun ; saints locaux comme Pierre et Claude, patrons des deux églises de Minot. Certes, quelques prénoms disparaissent : Thibaut, Léger, pour les garçons ; Honnête, Chrétienne, pour les filles ; d’autres apparaissent pendant la période révolutionnaire : Flavie, Abel7, mais en très petit nombre. Il y avait donc quasi-permanence du stock des prénoms et fort enracinement régional. Mais l’important, nous semble-t-il, est que cette règle de transmission du prénom des parents spirituels au filleul ait toujours été respectée, quel que soit le prénom du père, de la mère ou des germains, ou le rang de naissance de l’enfant. Le 20 janvier 1745, fut baptisé « Quantin Voisot fils de Quantin Voisot et de Marie Naudet, il a pour parein Quantin Naudet… » ; Estiennette Deschamps est née le 26 février 1735, « fille de Didier Deschamps et de Estiennette Mairetet, elle a pour parein Didier Deschamps son grand-père et pour mareine Estiennette Mairetet son ayeule maternelle… » Les deux enfants de Jean Rouge-lin, tissier à Minot, se prénommaient Jean du fait de leurs parrains respectifs ; ils furent tous deux tissiers puis boulangers. On ne cherchait ni à singulariser le nouveau-né ni à caractériser sa naissance : des jumeaux se voyaient attribuer les prénoms de leurs parrains sans que rien ne vienne rappeler leur gémelléité. L’enfant posthume, ou celui dont la mère mourait en couches, ne recevait jamais le prénom de son père ou de sa mère ; de même, lors d’une nouvelle naissance on ne reprenait pas les prénoms des grands-parents, des frères ou des sœurs décédés précédemment. Le stock des prénoms usuels étant limité, il y avait souvent identité entre les prénoms de parents décédés ou vivants et celui du nouveau-né ; cette identité était, croyons-nous, fortuite. Cela ne signifie point qu’il n’existât pas de règle de transmission des prénoms dans la lignée, mais cette transmission dépendait des normes du choix des parents spirituels. Or, parrain et marraine étant presque toujours, comme nous le verrons, choisis dans la parenté, une telle pratique entraînait une répétition, de génération en génération, des prénoms à l’intérieur des lignées ; c’est pourquoi certains prénoms se perpétuent dans les familles : Jean-Baptiste chez les Emo-net, Jean et Jeanne chez les Lanier. Chaque parrain qui nomme un enfant a lui-même reçu, à sa naissance, le nom d’un de ses parents et est, en quelque sorte, investi de l’ombre de tous les parents disparus, porteurs de ce même prénom. Le nouveau-né reçoit, certes, le nom d’un homonyme vivant ; mais celui-ci n’est en réalité qu’un relais dans la chaîne des parents morts. Cet unique prénom d’autrefois constituait donc un véritable terme relationnel et jouait, par l’intermédiaire des parents spirituels, le même rôle que le patronyme entre parents et enfants, celui d’un classificateur de lignées. À cette époque, la dénomination participait complètement d’un rite d’agrégation aux lignées et favorisait, par le choix dans un stock de noms traditionnels, l’insertion sociale de l’enfant.

25Le prénom unique disparaît vers le milieu du xixe siècle. Pendant plusieurs siècles, deux traditions vont coexister : prénoms multiples chez les riches, prénom unique chez les pauvres. Puis, en une décennie, entre 1850 et 1860, l’une disparaît au profit de l’autre ; et nous n’arrivons pas aujourd’hui à comprendre la cause de ce brusque changement. À partir de cette époque, quelle que soit son origine sociale, tout nouveau-né a droit à plusieurs prénoms, choisis selon des normes qui vont évoluer dans le temps. Après 1860 et pendant quelques décennies, l’enfant, toujours prénommé par ses parents spirituels, reçoit leurs deux prénoms masculinisés ou féminisés selon le cas — Cécile, Françoise Autardet née en 1874 a pour parents spirituels Cécile et François Grivot — ou, en premier, le prénom du parrain ou de la marraine et, en second, d’autres noms choisis parmi les prénoms familiaux. Née en 1900, Elise Euphrosine, Justine Loisot a reçu comme premier prénom celui de sa marraine, puis ceux de ses deux grand-mères. Pendant environ un demi-siècle, les parents spirituels continuent de dénommer leur filleul et l’ensemble des prénoms donnés à l’enfant reste lié au contexte familial.

  • 8 Cf. article 9.

26Le stock des prénoms ne se renouvelle guère, si ce n’est du fait de l’arrivée de migrants. Aux alentours de la Première Guerre mondiale, le premier prénom va se détacher des autres et subir un sort différent : il sera choisi par les parents du nouveau-né selon leur goût et la mode. Il arrive encore parfois que les parents spirituels interviennent dans son attribution, mais ce n’est plus leur propre prénom qu’ils donnent à l’enfant : « Quand on a dit à mon beau-frère Jean qu’il serait le parrain, alors il a dit “vous lui mettrez Alain ou Gérard”. » La disparition de l’homonymie entre parents spirituels et filleuls va de pair avec le changement intervenu dans le choix des parrains8.

27Mais revenons au premier prénom. Les parents le choisissent au gré de leurs lectures (« pour Estelle, mon mari a trouvé le nom dans le journal »), du goût du jour (« je lui ai mis Colette parce que c’était à la mode »), de l’événement ou de la fête marquant le jour de la naissance (« la cousine, elle s’appelle Reine parce qu’elle est née le jour des Rois »), de la volonté de rompre avec la tradition (« Pourquoi Serge ? C’était le premier garçon Jeunet, il y avait de père en fils que des Jean Jeunet, la famille maternelle voulait l’appeler Achille comme le frère à maman, pour les mettre d’accord, je l’ai appelé Serge »), du désir de constituer une série identifiable en donnant à tous les enfants un prénom ayant la même initiale (« je voulais que tous leurs noms commencent par un G ») ; ou encore on vouait les filles à la Vierge, surtout au tournant du siècle : les sœurs Grivot se prénomment Marie-Louise et Marie-Célestine, leurs cousines germaines, Marie-Marcelline et Marie. De même, les jumeaux se verront, pour singulariser leur naissance, attribuer des prénoms de même consonance : Paul et Paulette, Louis et Louise.

28Jusqu’à ces dernières années, ce premier prénom, choisi dans la liste des noms de saints du calendrier, restait secret : « Jadis, on n’aurait pas choisi un prénom avant la naissance, avant la venue au monde de l’enfant, on n’aurait pas prononcé de nom. Je les entends toutes maintenant quand elles sont enceintes, elles parlent des prénoms qu’elles voudraient mettre à l’enfant. Avant, on aurait dit que ça portait malheur au nouveau gosse. » C’est là admettre que le nom a une influence sur le sort de l’enfant, croyance qu’il faut mettre en relation avec d’autres pratiques destinées à protéger le nouveau-né. Dans la décennie qui suit la Première Guerre mondiale, quelques prénoms font leur apparition dans la région (Thérèse, André ou René), mais ce sont « des noms courants, pas difficiles, on ne cherchait pas tant ». Puis, sous l’influence des magazines, de la télévision, le choix s’est considérablement élargi. À présent, à Minot, on se prénomme Florent, Sylvaire, Bricette ou Astrid, et les vieux s’en plaignent : « Aujourd’hui on a des noms, ils sont même pas sur le calendrier. Ce sont des noms qui n’existaient pas avant. » D’où l’habitude nouvelle de souhaiter l’anniversaire de la naissance et non plus la fête du saint. Les prénoms d’autrefois, inscrits au calendrier que tout un chacun consultait pour accomplir ses tâches quotidiennes, favorisaient les rencontres, les réunions et renforçaient incidemment les liens de la communauté : « Pour la Saint-René, on se réunissait avec les voisins, on tirait deux, trois coups de fusil, on apportait une bouteille de bon vin avec, au col, attaché un bouquet de fleurs, la mère faisait une tarte… » De plus, l’homonymie, même fortuite, créait « une sympathie, une familiarité, on trinquait ensemble ». Ainsi, après avoir rompu tout lien familial, ce premier prénom perd peu à peu ses attaches avec la communauté locale. Aujourd’hui, priorité est donnée à l’individualisation par le choix d’un prénom original et singulier.

29En une seule circonstance, le premier nom retrouve un lien familial : contrairement à ce qui se passait autrefois, lorsqu’un membre de la maisonnée du groupe domestique meurt prématurément, le nouveau-né reçoit son prénom : « On m’a baptisée le jour de l’enterrement de maman, on m’a mis Joséphine comme elle. » L’enfant qui naît après le décès d’un frère ou d’une sœur non mariés, ou l’enfant posthume, reçoit, quel que soit son sexe le prénom du défunt : « Ma fille a eu d’abord un petit Alain qui est mort à dix mois, puis ensuite une petite fille, qu’elle a appelée Alette. » (Le prénom est alors féminisé ou masculinisé pour le cas où il n’y aurait pas d’autre descendant.) On préfère d’ailleurs, qu’il y ait identité de sexe entre le vivant et le mort : « Mon frère Julien est mort à 17 ans, une sœur est née, on lui a mis Julienne, croyant qu’il n’y aurait plus d’autres enfants après, il y a encore eu un garçon, alors on l’a appelé Julien. » Comme si, dans le groupe, les positions devaient toujours être occupées : au sein de cette famille restreinte, les vivants prennent la place des morts. Le prénom témoigne ici d’une relation étroite entre les membres du « chez » et le souci de sa permanence. On peut voir dans cette pratique un signe de la place prépondérante prise par le ménage, le groupe domestique, au détriment de la lignée.

30Les prénoms choisis en seconde, troisième, voire quatrième place sont restés liés au contexte parental et sont toujours puisés dans le stock des prénoms familiaux. Pour ceux-là, un certain nombre de règles se sont peu à peu dégagées. Aujourd’hui, l’aîné des garçons reçoit les prénoms de ses deux grands-pères et l’aînée des filles les prénoms de ses deux grand-mères. Les membres suivants de la fratrie se voient octroyer le prénom de leur parrain et de leur marraine, féminisé ou masculinisé, auquel peut s’ajouter le prénom d’un oncle ou d’une tante, ou d’un arrière-grand-père, de l’une ou l’autre lignée. Le choix de ces prénoms secondaires semble répondre au souci de maintenir l’équilibre entre les parents des deux côtés : c’est l’ensemble des ascendants directs ou des collatéraux, pris dans les deux lignées, qui peuvent transmettre leur prénom. Et ce renfermement sur la famille restreinte que nous avions noté à propos de l’octroi du prénom usuel, se trouve contrebalancé par le choix de ces noms secondaires. Ceux-ci pourraient laisser supposer que les prénoms familiaux sont toujours transmis de génération en génération. Il n’en est rien. On assiste au contraire au renouvellement du stock de ces prénoms. En effet, l’important étant de perpétuer le souvenir vivace de l’ancêtre, c’est le prénom usuel de son aïeul que reçoit chaque enfant : les autres prénoms du grand-père, n’étant pas attribués, sont donc à jamais perdus. Et, à chaque génération, seuls les prénoms usuels des aïeuls tombent dans le stock des prénoms dits familiaux ; ils ne constituent plus le support mnémotechnique des lignées de parents morts porteurs d’un même prénom ; la relation joue tout au plus entre trois générations : la règle de transmission des prénoms s’accorde avec la mémoire généalogique.

31Avec l’introduction des prénoms multiples, il y a eu à la fois accroissement du nombre des prénoms disponibles et renouvellement des anciens noms. Le stock des prénoms s’est, à la fois, enrichi et appauvri par un constant passage des nouveaux prénoms vers les anciens. Dans la longue durée, il se peut qu’il y ait total renouvellement de l’un par l’autre et disparition des anciens prénoms. Encore faut-il compter avec la mode qui redécouvre ces prénoms rustiques et réintroduit comme premier prénom les Matthieu, Jean-Baptiste, Nicolas d’autrefois. Ainsi se perpétuent les prénoms.

32Avec l’abandon de l’homonymie entre parents spirituels et filleuls, les premiers ne jouent plus aucun rôle dans la circulation des prénoms dans les lignées. Il n’en a pas toujours été ainsi, comme nous l’avons vu, et il est possible de retrouver les règles de transmission des prénoms en remontant aux normes du choix des parents spirituels.

33La mention des liens de parenté (aïeul paternel, aïeule maternelle, oncle paternel ou tante maternelle, frère ou sœur…) unissant parrain, marraine et filleul, qui figurait parfois dans les registres paroissiaux, permet d’affirmer que les parents spirituels étaient désignés dans la proche parenté, l’un en ligne paternelle, l’autre en ligne maternelle. Toutefois n’ayant pas établi, à partir de ces actes, de distribution statistique du parrainage, nous ne pouvons rendre compte des choix qui s’inscrivent au long des pages des anciens registres. Pour les étudier, nous nous en sommes tenue à ce que disaient nos informateurs.

34Jusqu’avant la dernière guerre, le modèle du parrainage était le suivant : « On prenait pour le premier enfant le grand-père paternel et la grand-mère maternelle, pour le second le frère aîné du père et la sœur aînée de la mère, puis pour les autres on s’écartait. » Lorsque le parrain donnait son nom à l’enfant, cette préférence pour le grand-père paternel et pour la grand-mère maternelle, puis pour l’oncle paternel et la tante maternelle à l’exclusion de l’autre couple de grands-parents, semblait correspondre à une exigence quant au mode de transmission du prénom : un homme pouvait nommer l’enfant de son fils, mais non celui de sa fille ; de même, une femme pouvait nommer l’enfant de sa fille et non celui de sa bru. Le prénom se transmettait donc en ligne directe paternelle ou maternelle, selon le cas, du moins en ce qui concernait les aînés. La règle de transmission des prénoms aboutissait à une répartition des enfants entre les lignées agnatique et utérine : les garçons étaient nommés comme les hommes de la lignée paternelle et les filles comme les femmes de la lignée maternelle. Le prénom obéissait à une double affiliation.

  • 9 Il peut arriver que les parents spirituels soient choisis en dehors de la famille. C’est souvent le (...)

35Dans les parentèles, s’esquissait donc un choix entre les lignées quant à la transmission de certains biens symboliques (prénoms, savoirs, châle de deuil, cierge de famille), différente de celle des biens matériels. « Maintenant, on ne prend plus les grands-parents. On s’est aperçu que c’étaient des personnes âgées, qu’ils étaient déjà vieux, on n’avait pas ses parrains bien longtemps. » Aujourd’hui, le modèle du parrainage s’établit ainsi : « On prend pour l’aîné le frère du père et la sœur de la mère, et puis, pour les autres, on s’écarte. » Les individus qui peuvent se substituer à ce couple, soit en son absence, soit pour parrainer les cadets, sont, par ordre de préférence, les alliés (femme du frère de la mère, beau-frère du père) qui, dans l’appellation quotidienne pour le filleul, sont assimilés à des consanguins et peuvent donc, à ce titre, être choisis pour parrains et marraines ; ensuite, les consanguins de l’enfant (cousins ou cousines germains, frères ou sœurs plus âgés) de la même génération9. Ce choix des collatéraux au détriment des ascendants soulève nombre de questions que nous ne pouvons considérer ici. Retenons seulement ce qui a trait au prénom. Actuellement, les parents spirituels ne donnent plus leur nom au nouveau-né, si ce n’est en deuxième ou troisième position et lorsqu’il s’agit du troisième ou quatrième enfant d’une fratrie. En revanche, les grands-parents évincés voient leurs prénoms perpétués dans la lignée. Remarquons qu’à la faveur de ce changement, l’égalité et l’équilibre entre femmes des paternels et hommes des maternels ont été rétablis, puisque les prénoms des quatre aïeuls sont maintenant attribués aux petits-enfants.

  • 10 Cf. article 11.
  • 11 Cf. article 9.

36Dans l’institution du parrainage, il y a eu disjonction entre le rituel — désormais accompli par les collatéraux — et la transmission du prénom assurée aujourd’hui par les grands-parents qui, par ailleurs, continuent déjouer un rôle prépondérant dans l’éducation des enfants ou l’apprentissage des tâches domestiques10. Ils gardent au sein de la parenté un rôle, une place d’honneur dénués, il est vrai, d’une quelconque responsabilité spirituelle. Le nouveau choix des parrains signifie, entre autres choses, un changement dans la perception temporelle de la famille, pour autant que se raccourcit l’écart généalogique entre parrain et filleul. Aujourd’hui, les familles semblent perçues comme formées essentiellement de collatéraux qu’il faut sans cesse, par ce mouvement centripète qu’affirment les liens de parrainage, retenir et s’attacher. Liens de parenté spirituelle, liens d’alliance et de consanguinité s’entrelacent, les premiers renforçant les seconds, afin, peut-être, d’éviter des scissions, des conflits qui segmentent les fratries. Mais, entre ces quasi-contemporains — les parrains et leurs filleuls —, le prénom, dont le rôle essentiel est aujourd’hui de remémorer les parents disparus, n’a pas lieu d’être transmis. Et, désormais, la circulation des prénoms dans l’arbre généalogique se fait en dehors des normes du choix des parents spirituels11.

37Si le premier prénom devient souvent le prénom usuel, il n’en est pas toujours ainsi et chacun, à Minot, peut se voir octroyer à divers moments de sa vie un nouveau prénom puisé ou non parmi ceux qui lui ont été attribués lors de sa naissance : « Mon grand-père, on lui disait Auguste, mais c’était Denis son vrai nom, mais on lui donnait pas son nom, je ne sais pas pourquoi. »

  • 12 Jadis, l’enfant était baptisé le jour de sa naissance, au plus tard le lendemain : « Jeanne, née le (...)

38Aujourd’hui comme jadis, l’attribution du premier prénom reste liée au baptême12, bien que tout enfant reçoive légalement un prénom dans les trois jours qui suivent sa naissance. Et ce ne sont pas toujours, en effet, les mêmes prénoms qui figurent à la mairie et sur les registres paroissiaux : « Pour mes enfants, je mets un prénom à la mairie, j’en mets plusieurs à l’église. » Les prénoms de l’église auront donc le pas sur les prénoms inscrits à l’état civil : « Mon nom c’est Jeanne-Marie, mais on me dit Henriette parce que mon parrain a voulu que je m’appelle comme ça » ; « J’ai comme prénoms Denise Ernestine et à l’église mon père a ajouté Juliette parce qu’il s’appelait Jules. » Premier changement, première confusion entre deux sources écrites. Devenu adolescent, l’aîné des garçons d’une fratrie se verra souvent désigné et appelé, quel que soit son prénom, par celui de son père : « Le Philibert, c’est le Maurice du Philibert. » Autre changement, autre source d’erreurs entre prénoms de parents de générations différentes : lors de son mariage, le garçon ou la fille, si le conjoint en exprime le désir, peuvent changer une fois encore de prénom : « Le Félix, sa femme elle l’appelle Marcel, pour nous, on l’a toujours connu comme le Félix. » Parfois, il s’agit d’une permutation entre second et premier prénom, mais il peut aussi bien s’agir d’un tout nouveau prénom : « La Renée Desprey, c’est pas son vrai prénom. Je ne sais pas d’où elle l’a sorti son nom de maintenant, c’est Marie-Madeleine à l’état civil. » Autrefois, l’épouse et les enfants étaient certes appelés par leur prénom, mais auquel on ajoutait celui du mari ou du père : « On ne connaissait ma mère que sous le nom de Marie Daniel, elle avait même reçu des lettres avec inscrit “Madame Marie Daniel”. Moi, étant jeune, j’étais Marguerite Daniel. » En vieillissant, ces femmes perdront, dans l’adresse, leur propre prénom pour n’être plus désignées que comme « la mère Daniel ou la mère Saïe » (contraction d’Isaïe). Et elles s’entendront saluer par les jeunes générations d’un « Bonjour mère Bastien ! » : ultime changement, nouvelle confusion entre patronyme et prénom ou entre prénoms masculin ou féminin. Toutes ces modifications rendent ardu le dépouillement des listes nominatives : à l’homonymie des patronymes et des prénoms de plusieurs individus s’ajoutent les fluctuations qui viennent d’être signalées. Recensé en 1841 sous le nom de Jean-Baptiste Voisot, le même individu apparaît sous le nom de Gabriel en 1851. Les agents recenseurs n’ont pas commis d’erreur ; ils ont, sans le savoir, enregistré la coutume.

39Ainsi, tout porte à croire que chaque étape importante de la vie individuelle, chaque état ou nouveau statut, s’accompagne d’un changement de prénom. Un individu sera connu successivement, au cours de son existence, sous différents prénoms et, simultanément, selon le groupe auquel on s’adresse, il sera désigné différemment : « L’Hippolyte Mulot, pour nous, c’est toujours l’Hippolyte, mais sa femme, elle l’appelle René. » Cet individu sera désigné et appelé René par une partie de sa parenté — ses alliés — et ceux qui l’auront connu après son mariage ; pour ses consanguins et ceux qui l’ont connu avant son mariage, il restera Hippolyte. Ces pratiques compliquent singulièrement l’établissement de généalogies : « Papa, d’abord il s’appelait Daniel, mais ma mère elle l’appelait Jules » ; « La mère à mon père, elle s’appelait Marie-Emilie qu’on lui disait Angèle, la mère d’Angèle qu’on lui disait Zoé, mais c’était pas son nom » ; « Dans la famille, il y avait le Louis, dit Georges, et la Marguerite, elle s’appelait en vérité Jeanne. » Ce n’est que dans la mort que l’individu retrouve toutes ses identités : « Le 20 novembre 1959 est décédé Emile, Lucien, Albert, Frédéric dit Jean Camuset. »

40L’ethnologie des sociétés non européennes a depuis longtemps fait apparaître des discontinuités dans l’appellation de l’individu : à chaque changement d’état correspond une dénomination différente et toute la vie de l’individu est jalonnée d’identités où le nouveau nom donné chasse le précédent. Il semble bien que l’on soit en présence ici d’un phénomène analogue. À l’échelle de la biographie, on retrouve ces mêmes changements de noms, mais avec, en plus, une accumulation d’identités. Devant de telles pratiques, il convient de se poser la question du rôle du prénom en tant qu’identifiant. Une appellation aussi fluctuante peut-elle remplir ce rôle ? Et pourquoi ces changements de dénomination ? Le prénom fait l’objet de certaines croyances dont on trouve encore la trace dans le secret gardé sur le nom de l’enfant ou dans ce témoignage d’une femme qui, évoquant la naissance de son fils, se souvient qu’elle voulait le prénommer Bernard : « Le parrain préférait Gérard, c’est ce nom qu’on lui a mis. Eh bien, dans l’année, deux nouveau-nés appelés Bernard sont morts… Alors, je ne suis pas superstitieuse, mais parfois, je me demande… » Réminiscences d’une possible vulnérabilité de l’individu selon le prénom qu’il porte, d’un destin induit par le nom !

  • 13 « Oublierait-on d’ailleurs qu’à travers le nom de baptême s’expriment déjà tous les désirs des “par (...)

41On peut encore avancer d’autres hypothèses et remarquer, par exemple, qu’avec le prénom se produit une rupture entre identité officielle — inscrite dans l’état civil ou religieux — et identité assignée — par les parents ou le groupe —, l’individu étant assujetti au cours de son existence à une constante dissociation entre identité reçue et identité vécue. Cette variation dans le temps et dans l’espace aboutit à une sur-identification. Certes, on peut supposer que chaque appellation possède une coloration psychologique qui traduit l’image que se font les autres de l’individu qui la porte. Donner à chaque membre du groupe de multiples noms signifie qu’on restitue à chacun les nombreuses facettes de sa personnalité. L’éclatement de l’identité concourt donc à mieux refléter l’individu et la prolifération des dénominations correspond à une attention soutenue, à une observation particulièrement fine des uns envers les autres13.

42Mais en fait, ces changements ne font que refléter les positions d’un individu dans sa constellation sociale. Les appellations de parenté comme les dénominations statutaires varient selon le locuteur, la circonstance, la situation : chacun est, à la fois, père, fils, frère, beau-frère sans que son identité s’en trouve changée. De même, un individu est Marcel pour ses alliés, Jean pour ses consanguins, Maurice pour les membres de sa classe d’âge. La variabilité des prénoms renvoie à celle des positions d’une personne au sein de son groupe, et son identité est faite, entre autres, de la somme de tous ces points de référence. L’identité, ici, ne peut être que sociale. Le prénom joue, comme d’autres appellations, une fonction à la fois assimilatrice et distinctive. Reste à comprendre pourquoi on manipule ainsi les prénoms. Et si, malgré tout, on s’entend, c’est que le jeu a lieu dans l’univers clos de la communauté villageoise, où les liens d’interconnaissance insèrent fortement l’individu dans le groupe : chacun est à tout instant sous le regard des autres ; pourquoi nommer d’une unique façon puisque, de toute manière, on sait de qui on parle ?

  • 14 « Ctu qu’s’épèle Etienne
    Et pè qu’sai famme fat jeanjean
    Et pè qu’a bén innieucent
    El é tros fêtes en (...)

43Il en va du sobriquet comme du prénom et tout nouvel interlocuteur peut vous en attribuer un. D’ailleurs, en accumulant les prénoms, on glisse insensiblement vers le sobriquet, surtout lorsque certains d’entre eux prennent une connotation péjorative : « Jean-Jean » est un cocu14, « Colas », un imbécile et « Gros Jacquot », tout bonnement un benêt.

Les « noms d’à côté »

44Dernier terme du trinôme, le sobriquet était et est encore décerné à Minot, où l’on parle de « faux noms » ou de « noms d’à côté ». En 1910, G. Potey (1930 : 57), recueillant le patois de Minot, note « plus de cent cinquante sobriquets à Minot et pas tous propres », et d’en citer six, parmi les plus obscènes sans doute : « Cul-fourou, Gringue-fesse, Trousse-couille… » Les sobriquets ont existé de tout temps ; quelques-uns (une dizaine en un siècle), accolés au prénom et au patronyme des individus, figurent même dans les registres paroissiaux de la commune : « Le 10 décembre 1693, Claudine Bresson veuve de Matthieu dit Charon, laboureur à Mignot, est morte… » Leur mention disparaît totalement dès le milieu du xviiie siècle, on ne les trouve plus alors que dans les écrits à usage privé : livre de raison du dernier seigneur, livre de comptes du maçon. Le sobriquet appartient tout entier à l’expression orale.

45Au village, les patronymes et les prénoms ont toujours été nombreux et variés. Et même si quelques familles, apparentées ou non, portent le même patronyme et si, parmi leurs membres, certains ont le même prénom, les pratiques courantes de changement de prénom ou d’emploi du patronyme de la femme accolé à celui de l’époux permettent aisément de remédier à ces homonymies gênantes. Aussi la question se pose-t-elle : pourquoi le sobriquet ? Les explications classiques — le sobriquet permet l’identification des homonymes, ces types de dénomination satisfont à un esprit populaire, plaisant et malicieux —, bien que vraisemblables, nous semblent insuffisantes. Avant de tenter de répondre à cette question, il est nécessaire de préciser un certain nombre de points.

46L’enquête généalogique, si féconde en matière de code de la parenté, de noms et de prénoms, d’appellations de chaque parent, ne livre pas abruptement ces dénominations que sont les sobriquets. Le sobriquet est un nom caché à l’étranger ; il n’est d’usage courant qu’entre membres de la communauté. On ne nous les a livrés qu’après de longs mois passés au village, alors qu’avec nos interlocuteurs nous reprenions la vie des familles d’autrefois et parcourions les anciens recensements : « Les Arnault, c’étaient des pauvres gens, des bûcherons, leurs enfants ils ont gardé les vaches de bonne heure. On les appelait les Bian [en patois : blanc] parce qu’ils avaient les cheveux blond filasse… » ; « Cette femme, elle était laide à faire peur, elle avait un gros nez, violacé, on disait la Malote [en patois : petit maillet de bois]. » Ainsi, peu à peu, ces noms sont sortis de l’ombre, parachevant l’identification de nombreuses personnalités. Plus que le prénom ou le patronyme, le sobriquet qui évoque soit un comportement physique ou moral particulier, soit un événement singulier de la vie de l’individu, déclenche un véritable processus de remémoration. À son souvenir, l’évocation des familles ou des individus devient plus riche, plus fournie en anecdotes, plus proche de la vie. À son énoncé, reviennent en mémoire les comportements des individus, les habitudes bizarres des familles, et l’histoire des rapports sociaux prend un tour plus vif, une allure souvent humoristique. Le sobriquet apparaît d’abord comme un moyen mnémotechnique et comme un véritable langage du groupe.

47À l’encontre du patronyme ou du prénom, qui restent du ressort de la parentèle, le sobriquet est l’affaire de la communauté : il est laissé à la libre création du groupe social. Si tout le monde, au village, paraît capable de surnommer, il semble que ce soit surtout le fait de personnalités hautes en couleur, tout à la fois vives et se mouvant entre les groupes, mais aussi marginales soit par leur comportement, soit par leur appartenance sociale ou professionnelle. Aujourd’hui, on dit que « l’Alfred, dit Freddy-la-Vapeur, baptise tout le monde ». Propriétaire d’une ferme d’écart, il jouit d’une réputation ambiguë de joyeux compère et de faiseur d’embarras : il est toujours prêt à plaisanter et à aider l’un ou l’autre dans ses travaux, mais, tout en faisant appel à ses services, on s’en méfie. Jadis, ce don fut reconnu au postier et au châtelain. Chez le premier, appelé « le Séri » (en patois : loir) et demeuré longtemps au village, se terminaient nombre de joyeuses sorties de conscrits ou de Carnaval ; le second, propriétaire de l’ancien château seigneurial et surnommé par dérision « Not’ châtelain », passionné d’histoire locale, allait chez l’un ou l’autre recueillir souvenirs et objets d’autrefois. Ces personnages, on le remarque, sont également affublés d’un surnom.

48Le sobriquet est un signe qui sert à organiser cognitivement les individus, il informe sur les comportements et les attitudes de chacun, en même temps qu’il renseigne sur les formes de sensibilité et les valeurs du groupe. Chaque dénomination est en principe accompagnée d’une explication, encore que, parfois, on se souvienne du surnom sans se rappeler son origine : « Le Cambronne, j’ai jamais su pourquoi on lui disait ça. » Mais il est rare qu’on avoue son ignorance, sauf pour les anciens surnoms relevés dans quelques écrits et qui resteront à jamais mystérieux. Pourquoi « Grivot-trente-six-côtes » ?, pourquoi « Jean Matthieu, dit l’Amour » et « Nicolas Bénigaud, dit le Prince » ? Nous avons trouvé un autre « Prince » qui était, nous a-t-on dit, « petit, pas beau, il n’avait rien d’extraordinaire ». Il est fréquent que le sobriquet soit donné par dérision et qu’il exprime le contraire de ce qu’il est censé signifier. Procédé courant de transformation par inversion de la signification réelle du terme, si bien que la raison la plus évidente est rarement signifiante : « le Frisé » était sans doute chauve et « le Viet » a tout simplement les yeux bridés. Souvent, les sobriquets sont assortis non pas d’une mais de plusieurs explications données par des informateurs différents : « La Tarnière — sobriquet d’une femme nommée Tarnier —, ça venait de ce que c’était une petite femme gaie, qui parlait, parlait… », dit l’un ; « c’était qu’elle avait dû fricoter avec un Tarnier », raconte un autre. Pour les uns, « le Cuirassier, il avait été à l’armée dans ce corps-là » ; pour d’autres : « On lui a donné ce nom pour se moquer, parce qu’il était trop petit pour entrer dans ce corps. » Il est donc impossible, voire inutile de rechercher la véritable origine d’un sobriquet ; on n’est jamais certain de recueillir l’explication originelle ; l’important est de les retenir toutes comme autant de remémorations constructives autour de la personnalité d’un individu.

49Les sobriquets s’enchaînent, se transforment les uns les autres : « Tontine, son prénom c’était Jeanne, de Jeanne on a fait Jeanneton et de Jeanneton, Tontine. » Une fois attribués, ils se détachent de leur étymologie, en acquièrent d’autres, perdent leur signification première. La femme du manouvrier Royer était désignée par tous sous le sobriquet de « la Royère ». « Qu’est-ce qu’elle buvait ! », ajoutait-on en guise de commentaire. Le suffixe accolé au patronyme prenait là, pensions-nous, une connotation péjorative. En fait, en patois, royère signifie tranchée de drainage d’un pré. C’est à la fois de la consonance identique entre le terme patois et le patronyme et du jeu de mots entre les sillons remplis d’eau et une femme toujours ivre qu’a jailli le sobriquet. Ces résonances sont aujourd’hui oubliées. Pourtant, l’articulation entre patois et sobriquet apparaît comme une constante dans la formation des surnoms. « La Carcouêtte, c’était une faiseuse d’embarras », nous a-t-on dit ; or, en patois, cancoigner veut dire « faire des cancans ». Dans ces régions qui disposaient pour s’exprimer à la fois du patois et du français, le sobriquet pouvait signifier dans l’un et l’autre langages, s’enrichissant de l’un et de l’autre. Certains surnoms jouent à la fois sur l’assonance et la double signification ; ce sont des mots-carrefours entre les deux langages. Richesse aujourd’hui perdue, dont seule demeure la référence au français : « Le forgeron-charron, c’était le Pan, comme le bruit de son marteau sur l’enclume. » Or pan en patois, rapporte G. Potey (1930), est un adverbe qui exprime le « superlatif de la plénitude, de la continuité, de la régularité ». Le sobriquet du forgeron évoquait certes le bruit caractéristique de son métier, mais sans doute aussi la régularité dans le travail du métal et l’accomplissement du forgeron à la forge. Et même si le français est aussi souvent sollicité que le patois pour fournir des sobriquets, c’est l’esprit du second qui se reflète dans les dénominations. En patois, les termes caractérisant des comportements singuliers ou des traits physiques outrés chez un homme ou chez une femme sont beaucoup plus nombreux qu’en français : fanoche, « un jeune homme pas bien hardi qu’est tout le temps raffolé de sa mère » ; gaidrouille, « femme de rien » ; foudrou, « femme grosse, de courte taille » ; goyon, « femme mal habillée, malpropre » ; tadjevèle, « femme originale, toquée ». On comprend mieux pourquoi la formation des sobriquets semble n’obéir à aucune constante. Il reste des mots qui paraissent choisis au hasard de l’événement, de l’anecdote. Les sobriquets, s’ils ne sont ni attribués systématiquement ni empruntés à un stock fini de termes comme le prénom ou le patronyme, n’en répondent pas moins à une finalité et n’en sont pas moins évocateurs ; et contrairement à ce qu’on a l’habitude de faire, l’important est moins de les classer que de dégager ce qu’ils ont en commun.

50Toujours drôles, les sobriquets offrent une image de l’humour du groupe. Ne pas savoir retrouver ce langage, c’est perdre à jamais la place et la force du rire. Souvent péjoratifs, ils distribuent et révèlent à chacun des aspects de son caractère. Parfois pervers, ils marquent souvent une déviance par rapport à la norme ou une marginalité : « La Viergette, elle avait deux enfants sans être mariée » ; « l’Alouette » était née bizarrement, « dans un sillon, là où l’alouette fait son nid » ; « le Muniche » est né ailleurs ; « le Père la Chopine » boit trop ; « la Virette » tourne trop la tête ; « la Patare » fait trop de remue-ménage. Tout ce que la censure sociale ne permet pas de dire ouvertement, le sobriquet l’exprime à sa façon, sans tenir compte ni de l’ordre familial ni de l’ordre social. Les humbles et les nantis, les notables et le reste de la communauté sont confondus. Mais chacun est singularisé. Tout en s’octroyant le droit de considérer les comportements et les habitudes de chacun, d’apprécier les membres des classes d’âge, il récupère les marginaux, inclut les notables, traite égalitairement tous les membres du groupe. En fait, à Minot, le sobriquet abolit les différences sociales ; il ne définit pas, comme le patronyme ou le prénom, une position sociale, mais marque une place au sein de la communauté.

51Seuls les enfants sont exclus de ce système de dénomination. Leur prénom est souvent, dès le plus jeune âge, familièrement transformé en diminutif : Gogote, Gote, Goton pour Marguerite ; Fanchon, Fanchonnette pour Françoise ; Eulalie devient Lalie, Etienne, Tiénot et Marie s’entendra appeler Nanette. Ces diminutifs affectueux ne sont pas considérés comme des sobriquets. À la sortie de l’école primaire, les enfants, sauf exception, retrouvent leur vrai prénom. Le sobriquet est un nom descriptif décerné à la fin de l’adolescence ou au début de la vie adulte, lorsque l’activité et la personnalité des individus sont nettement dessinées et connues, et lorsqu’ils peuvent assumer pleinement tous les rôles requis par le groupe.

52On ne reçoit généralement qu’un surnom au cours de son existence ; toutefois quelques personnes en possèdent plusieurs, employés simultanément mais attribués par des groupes différents. L’aubergiste, réputé peu aimable avec la clientèle, est appelé par les uns « le Tisonnier », par les autres « le Gracieux » ; un buveur invétéré se voit désigner par ses compagnons d’âge comme « le Clairon », alors que les jeunes préfèrent « le grand Tagada ». Les hommes et les femmes n’emploient pas toujours les mêmes surnoms. Flavie Ballet, épouse du cantonnier, femme de belle stature toujours vêtue d’amples robes droites — « tout d’un venant » —, était surnommée par les hommes « l’Armère » (l’armoire) et plus gentiment par les femmes « la grande Flavie ». Entre les deux parties du village, entre le haut et le bas, il existait également des différences : au Mont, on connaissait « le Babouillard », au Vaux on parlait du « Bredouillard » pour un même individu qui « parlait si vite qu’on ne comprenait rien à ce qu’il disait ». Au bas du village, parmi ses voisins, on appelait Abel Maurot « le Charbonain » (le charbonnier), en haut « le Pétroleur » : charbonnier, il avait quitté son métier, acquis une batteuse à pétrole et faisait avec sa machine la tournée des fermes. Ainsi, à l’intérieur de la communauté, l’interlocuteur se sert de tel ou tel surnom, selon qu’il est jeune ou vieux, homme ou femme, réside au Mont ou au Vaux. Avec ce langage spécifique que constituent les sobriquets, on saisit quelques-unes des lignes de clivage autour desquelles s’organise la communauté locale (classe d’âge, sexe, espace) et l’on retrouve ces champs différentiels dans lesquels l’individu se meut et reçoit une dénomination.

53Ces derniers traits expliquent que « le sobriquet c’est personnel, ce n’est pas pour une famille ». La plupart restent propres à l’individu et ne passent ni à la femme ni aux enfants. 11 en va toujours ainsi lorsque chacun des conjoints possède son sobriquet : Marie Tarnier, dite « la Tarnière » avait épousé Jean-Baptiste Huguenin, dit « le Cierge pascal tant il était long ». Si la femme seule possède un sobriquet, elle ne le transmet pas à son conjoint. Toutefois, il peut y avoir transmission de la mère à l’enfant, lorsque le trait qui a donné naissance au sobriquet se répète de l’une à l’autre génération : la Malote a eu un fils qui lui ressemblait, il est devenu « le Malotard » ; ces cas sont rares. Il arrive parfois que le sobriquet de l’époux passe à sa femme et à ses enfants non mariés. Pour désigner l’épouse, lorsque le sobriquet s’y prête, on ajoute une désinence féminine : la femme du « Quirot » devient « la Quirotte ». Si la féminisation n’est pas possible, on accole le prénom. On appelait l’épouse du « Télémaque » « Marie Télémaque » ; la femme de Jean-Baptiste Lereuil, dit « le Major », était devenue « Denise Major » et ses deux filles « Marie et Madeleine Major ». Le plus souvent, les enfants une fois mariés acquièrent leur propre sobriquet : « Le fils du Carabinier, on lui disait le Petit Papa. » Le sobriquet sert parfois pour désigner l’unité domestique de résidence : le sobriquet du chef de famille est alors accolé à son patronyme. On disait « chez Lapierre-les-vers-au-cul habite dans la rue Paluet », et on se souvient encore de « chez Toussaint-marchand-de-couchons ». Si le sobriquet est transmis, c’est en ligne paternelle et à une seule génération. S’il se transmet donc comme un patronyme, il n’a qu’une durée limitée et une expansion restreinte dans l’espace. Il ne s’applique pas à tous les membres d’une lignée, il définit parfois la maisonnée, ce groupe du « chez », l’unité domestique de résidence. Par extension, il s’applique aux terres dépendantes de cette maisonnée : « Tu mèneras les vaches au pré du Cambronne » ; le sobriquet devient ainsi toponyme.

54Les sobriquets aujourd’hui se raréfient : « Alors qu’autrefois, tout le monde en avait, maintenant, ça n’existe plus. » L’une et l’autre affirmations sont excessives. Jadis, bien des personnes ne recevaient jamais de sobriquet, aujourd’hui un certain nombre s’en trouvent nanties. Mais, surtout, ces sobriquets modernes ne sont plus utilisés que par de petits groupes : les voisins, les camarades de travail, les membres de la classe d’âge. Ils ont perdu leur caractère de langage de la communauté. Sans doute parce que le groupe s’est distendu, les références comme les activités se situant au-dehors.

55Et puis les dénominations d’aujourd’hui sont moins virulentes, moins caricaturales. Est-ce le fait d’une certaine uniformisation, tant physique que sociale, de la vie villageoise ? Avec l’amélioration des conditions de vie et d’hygiène, on voit moins « de tordus, de bossus, de contrefaits, de maladifs. On ne voit plus de gens laids comme autrefois ». On a aussi perdu la possibilité, le droit même de rire aux dépens des autres : « Il n’y a plus de gens qui amusent les autres, c’étaient des gens qui avaient un genre. Il n’y a plus rien qui fait rire ; des gens qui se saoulaient dans les rues, ça amusait, on rigolait, une bonne femme couchée dans le ruisseau, on acceptait, ça faisait partie de la vie du village. » L’humour qui sous-tendait le langage des sobriquets est mal compris, mal accepté et on a oublié le patois. La disparition récente des groupes sociaux extrêmes — les notables d’une part, les bûcherons, manouvriers, ces gens du bois de l’autre — a plongé la communauté dans une sorte d’indifférenciation sociale : « On ne voit plus de gens pauvres, maintenant tout le monde est riche. » La pratique du sobriquet, eu égard à sa tendance égalitaire, a moins de raison d’être lorsque les individus se veulent — et deviennent — identiques entre eux, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du village.

Les catégories de noms et le protocole

56Patronyme, prénom, sobriquet participent donc de trois catégories différentes. Le patronyme relève d’un stock de termes fini, réglé : il est à la fois un signe d’identification à l’espace de référence du groupe, la marque d’appartenance à une lignée et l’inscription de cette lignée dans l’espace de référence. Il caractérise la maison, le « chez », le groupe de résidence et évoque des liens de consanguinité : terme relationnel, il établit la connexion entre l’espace vécu du groupe et les autres « nous », membres dispersés de la parentèle.

57Le prénom, puisé dans un stock de termes limité mais fluctuant, soumis à la mode, joue ou jouait plus parfaitement autrefois un rôle identique à celui du patronyme. Mais, si ce dernier évoque des relations de parenté entre groupes domestiques de résidence, le prénom privilégie des liens d’individu à individu. Encore qu’il faille se rappeler que la norme d’attribution des prénoms est bousculée dans la pratique au profit d’une manipulation des prénoms de l’individu au cours de son existence.

58Quant aux sobriquets, aucune règle ne vient en restreindre le nombre. Mais, à l’inverse des deux premières appellations, il détermine seulement un soi qui n’a de sens que mis en relation avec la communauté tout entière. À la limite, le sobriquet évoque « l’entre-soi ».

59Si l’on envisage ces dénominations en fonction de la référence et de l’adresse, on saisit sans doute mieux le rôle et la place de chacune d’elles et, du même coup, le protocole qui, réglant les rapports de communication au sein du groupe, se révèle dans toute sa complexité.

  • 15 Les catégories d’espace choisies pour accompagner ces noms sont celles qui ont trait aux grandes di (...)

60Pour parler d’un homme, les membres du groupe emploient son sobriquet ou son prénom ; à l’un et l’autre termes, si la nécessité s’en fait sentir, on adjoint le lieu de résidence : « C’est le Jean du Moulin » ou « le Bernard de Velbret » (noms des fermes d’écart) ; on parle aussi du « Nicolas des Creux » (nom d’un quartier du village). L’homme est donc désigné par référence à sa situation dans un espace géographique15. La femme, tout comme l’enfant, sont nommés dans un temps généalogique : l’épouse est « la Jeannine du Bernard », le fils est « Louis, celui du Jean ». Remarquons toutefois que le tout petit enfant appartient encore à sa mère : « J’ai vu le Pierrot de la Rose ». Ce n’est que vers l’âge de six ou sept ans que garçons et filles sont nommés par référence à leur père. Le nom de référence met chacun à sa place.

61Le patronyme est rarement employé en terme de référence, sauf pour qualifier la maisonnée. Toutefois, quelques hommes, aînés de fratries ou nantis d’une forte personnalité, sont désignés par leur patronyme. S’il faut y voir une appréciation qualitative positive, il n’en va pas de même pour une femme désignée par le seul patronyme de son époux (« la Delarche ») ou, pis encore, lorsque ce patronyme est accompagné du terme « femme », « la femme Grapin » : « Quand on dit “la femme”, c’est pas beaucoup de considération, ou bien si on dit “la Brenot”, c’est qu’on n’a pas très bonne réputation. » Une nuance dépréciative est ici nettement marquée. L’appellation connote un comportement et, au travers de la dénomination, le groupe trouve le moyen de caractériser ses membres en bien ou en mal. Il y a là manipulation symbolique de l’appellation.

62Comme terme d’adresse, on emploie couramment les prénoms. Le sobriquet est caché à son porteur, sauf en quelques circonstances : « Le Bredouillard, il jouait aux cartes et puis il trichait. On lui disait “sacré Bredouillard” ; à celui-là, on lui disait en face. » Certains sobriquets flatteurs se prêtaient à une utilisation directe : « Le Major, le Colonel, on leur disait comme ça. » Parfois, le bénéficiaire revendiquait son surnom comme la marque même de son appartenance au groupe : « Le Télémaque, il se présentait à tous en disant “je suis le Télémaque”. » Une fois encore, on constate que, selon la situation, interlocuteur et bénéficiaire peuvent avoir intérêt à faire usage de telle ou telle dénomination. Chacun manipule son identité sociale et celle des autres. Mais, le plus souvent, on affecte d’ignorer son sobriquet. Quant au patronyme, « on ne l’employait guère qu’à l’occasion d’un mariage ». Nous avons conclu précédemment que, dans le flux des migrations, le patronyme permet un repérage spatial des familles et que ce repérage s’actualise essentiellement dans une stratégie matrimoniale. Comme en écho, c’est bien la même idée que nous retrouvons ici.

63On aboutit donc à une situation paradoxale. Pour ce qui est de la référence, les adultes, nantis d’au moins trois noms — dont chacun peut être doublé, voire redoublé, qui tous les trois se combinent selon le locuteur, le lieu, la circonstance, avec d’autres noms, avec d’autres termes — voient leur identité comme sujette à un éclatement ; seul le prénom est, en revanche, utilisé comme terme d’adresse ; on tait le sobriquet, le patronyme est occulté.

64Dans ce jeu de cache-cache entre référence et adresse, une place particulière est assignée aux enfants. L’éthique nettement formulée veut qu’ils ne demandent pas le nom des personnes : « Ce serait de la curiosité, cela ne se fait pas » Une vieille dame raconte : « Quand je voyais quelqu’un, je demandais à maman : “Qui donc c’est ça ?” Alors, un jour pour me punir, en se promenant, elle appelle une dame dans les champs et dit : “Madame, voilà une petite fille qui voudrait savoir votre nom” — “Ah, elle est bien curieuse cette petite fille”, répond la dame, “eh bien, moi, j’en sais rien non plus !” Oh, j’étais vexée ! » Les enfants ne peuvent s’adresser aux adultes en les désignant par leur prénom, encore moins par leur sobriquet et, le plus souvent, ils ignorent leur patronyme : « J’étais bien jusqu’à trente ans sans savoir que le Télémaque s’appelait en réalité Lafourcade et que Didier Rose était un Lachaud. » D’où ces nombreux quiproquos : « Un jour, j’ai dit “Bonjour Mère Dama” [en patois : petite prune], oh ! elle m’a disputée ! » Sans le vouloir, sans le savoir, les enfants révèlent les noms. Trop jeunes, nous l’avons noté, pour être qualifiés dans le système social, ils jouent le rôle de trublions et signifient innocemment à chacun ses dénominations. Par leur intermédiaire, le code de communication fonctionne parfaitement.

65Mais, quelle que soit l’appellation employée, celle-ci est toujours précédée de l’article défini le ou la. Il s’agit d’une formule populaire de désignation qui existe dans nombre de régions rurales. L’arrière-petite-fille du notaire, élevée en partie à l’école de Minot, raconte que tous les efforts de l’institutrice, vers les années 1930, consistaient à faire perdre à ses élèves « cette vilaine habitude ». Elle-même, lorsque plus tard elle entreprit de donner des leçons d’art ménager aux jeunes filles du village, les reprenait constamment : « Vous n’êtes pas des bêtes pour parler ainsi. »

66L’emploi de l’article appelle d’autres considérations. Hors du groupe, l’article disparaît, sauf lorsqu’on parle d’un proche parent ou d’individus que leurs activités conduisent souvent au village et avec qui on entretient des relations régulières. Ainsi, on guette le passage de « la Huberte », commerçante en bestiaux qui « prête des taureaux ». Devant l’énoncé du nom d’une personne résidant hors des limites du « pays », dans une zone d’échanges familiers, l’article défini est remplacé par l’article indéfini, auquel s’ajoutent les termes « appelé » ou « nommé » : « L’Alice Belin elle a épousé un appelé Simonet » ; « j’allais garder les vaches chez un appelé Ravaut. » Si l’individu vient de plus loin, son nom n’est plus assorti d’aucun article.

67Au sein de la communauté, l’article est supprimé devant le nom des morts : son emploi est lié à la contemporanéité. De même, il disparaît toujours lorsque s’interpose un indicatif de classe : Monsieur, Madame, Mademoiselle. « Je dis, je vais chez la Germaine, chez la Marcelle, mais je vais chez Madame Aubert ou je monte chez Mademoiselle Vincent. C’est pas pareil, avec “la”, c’est plus familier. » Ces titres de courtoisie sont utilisés, en référence comme en adresse, à l’égard des « Messieurs », propriétaires, rentiers, résidant à Minot : Charles Villerey, fils du notaire, était appelé par tous « Monsieur Charles » et son épouse « Madame Charles ». La mention du prénom plutôt que du patronyme marque que la famille fait partie du groupe villageois.

  • 16 Les termes notés par G. Potey (1930) sont complètement oubliés aujourd’hui, au point d’avoir perdu (...)
  • 17 Avec lu et vous s’ébauche une classification que nous ne faisons qu’évoquer ici. « On se tutoyait q (...)

68Entre membres vivants du groupe, l’article accompagne toute désignation. Si un informateur parle de lui-même, il emploie l’article : « Pour tous ici, je suis la Fifine » ; ou encore : « Pour les commis, on marche pour la Nelly et pour l’Auguste. » Cela est vrai lors même que s’interpose devant le nom le terme indicatif d’une classe d’âge — chaque classe autrefois avait chacune sa dénomination : les nouveau-nés étaient « le papon ou la paponne » et l’on parlait du « papon de la Jeanne ou de la paponne de la Rose » ; plus âgés, les enfants devenaient « le gaîchnin », la « gaîchnette » (gamin, gamine), appellations auxquelles se substituaient, à l’adolescence, les termes qui attribuaient à chacun une place dans sa fratrie : « Le second fils se nomme “cadet”, le dernier “frérot”, l’intermédiaire se nomme souvent “fanfan”. L’aînée des filles s’appelle “fillette”, la dernière “sœurette”16. » Ainsi, Marie Desprey, épouse du notaire, note dans son cahier de comptes qu’elle a payé le 26 juillet 1850 « huit sous à fillette Elie pour une journée de raccommodage ». L’appellation était alors suivie du prénom ou du patronyme de l’enfant. Les adultes recevaient un sobriquet. Les vieux enfin étaient appelés « le père », « la mère ». Aujourd’hui, toutes ces appellations ont disparu, sauf celles qui concernent les personnes âgées. « Le père », « la mère » désignent donc des non-parents, individus qui par leur âge font plus partie de la génération des grands-parents. Mais les termes de « grand-père », « grand-mère » ne désignent à Minot que des individus morts, « ceux d’autrefois, d’avant nous », les ancêtres qui, par leur savoir et leurs actions, ont façonné le terroir : « Les grands-pères, eux, ils plantaient des arbres, nous on ne le fait plus. » Les seuls termes de parenté qu’on pouvait détourner de leur sens originel étaient ceux de « père », « mère » qui, lorsqu’ils désignent les parents généalogiques, sont toujours employés avec tu ou accolés à des pronoms possessifs mon ou ma et lorsqu’ils désignent la classe d’âge, sont utilisés avec vous17 ou accompagnés de l’article défini. Il ne peut y avoir confusion entre parents biologiques et ces « pères » et « mères » du groupe. Certaines personnes, bien qu’ayant l’âge requis, demeureront à jamais « le Maxime », « le Télémaque »… N’ayant pas eu d’enfant, de descendant direct, elles ne peuvent prétendre entrer dans cette catégorie : « La petite Catherine, on n’aurait pas dit “la mère”, d’abord elle avait pas eu d’enfant. » De même, les célibataires gardent leur nom sans que jamais ne s’y ajoutent les appellations de « père », « mère ». Autrefois, quelques vieilles femmes étaient appelées, en termes de référence comme d’adresse, « tante » : « La tante Justine, c’était la tante à tout le monde », ou « maman » : « Tous les petits enfants l’appelaient maman Tontine, alors moi aussi, quand j’allais la voir, je disais “bonjour maman Tontine”. » Ces deux termes marquaient un comportement particulièrement affectueux, auquel s’ajoutait une nuance de respect pour les « tantes » et une note de tendresse pour les « mamans ». Ces dernières avaient pour charge de garder et d’élever de jeunes enfants dont les parents travaillaient au-dehors ou qui leur étaient confiés par l’Assistance publique. Cette appellation utilisée par leurs petits pensionnaires était reprise par l’ensemble des jeunes générations du village.

69Ainsi l’article accompagne toute dénomination, fait partie de l’appellation de l’individu et, parmi les membres du groupe, sert d’identifiant : « Stéphanie Collet, la femme du Nouelle, on disait la Fannie, comme la Stéphanie Lannard, mais pour elle on disait plus volontiers la Malote. » Deux personnes portant le même nom n’étaient jamais, au village, désignées de façon identique : « La Suzanne, c’est la Suzanne, l’autre c’est la Suzanne Javelle. » Dans la pensée de ceux qui qualifient un individu par l’article suivi du prénom, du patronyme ou du sobriquet, il ne peut y avoir confusion : chaque personne dans le groupe est parfaitement singularisée et ne peut être confondue avec une autre. L’utilisation de l’article rétablit, dans l’esprit de l’interlocuteur, la singularité certaine de l’individu dont il parle. Chacun à Minot peut, comme nous l’avons noté, recevoir tant d’appellations diverses, s’entendre nommer de tant de façons différentes que l’article, employé avec l’une quelconque de ces appellations, restitue au moment où l’on parle l’unicité de l’individu.

70L’article défini participe d’un processus inconscient qui tend à instituer un seul signe onomastique pour identifier une personne. Opérateur à la fois spatial et temporel, il désigne les seuls membres vivants du groupe. Accompagner le nom d’un individu de l’article défini revient, en quelque sorte, à le sortir de l’anonymat et à l’intégrer dans le groupe, au sein, nous le verrons, de l’espace villageois. Le, la sont les véritables marqueurs de la singularité. On comprend mieux à présent la boutade de cette informatrice qui associait jeunes filles et bêtes ; l’association est littérale : les animaux domestiques, de même que les hommes, sont conçus comme faisant littéralement partie de la communauté. Ils sont nommés et leur désignation s’accompagne toujours de le ou la.

71Si le ou la définissent l’individu, les, accompagné du patronyme, marque la lignée. Mais pour désigner le groupe de résidence, pour donner l’indication spatiale et contemporaine de la maison, les est alors remplacé par la préposition chez. Dans une maisonnée, pour désigner un des membres, on accumule, on combine les locutions et on n’hésite pas à parler « du jardin de chez le René » ; on identifie ainsi à la fois l’individu et la maison. Se pose alors le problème du remplacement de la préposition chez, qui, du fait de son utilisation à cette place, est en quelque sorte éliminée du vocabulaire courant : on lui substitue la préposition vers. « Tous les hommes venaient vers chez Lacagne pour se faire raser » et on se souvient que « la mère Mou-laine elle cousait encore bien vers chez l’Isabelle Camuset ». Toutes ces opérations onomastiques, ces manipulations de prépositions, ces adjonctions d’article au patronyme, au prénom ou au sobriquet, se retrouvent dans la toponymie.

72Le finage est nommé et les toponymes sont fréquemment accompagnés de l’article ou d’une préposition. Pour désigner un lieu particulier, pour le circonscrire, le singulariser, le nom de ce lieu est assorti de l’article défini et ce aussi bien en forêt que sur la clairière centrale. Par ailleurs, les toponymes sont souvent accompagnés d’une préposition qui souligne une localisation géographique : « sous les Monts », « sur le moulin du Mont », « près le petit Velbret », « derrière les Clos » ; ou encore — et c’est ce qui nous importe le plus — la préposition évoque une division de l’espace entre communal et privé. Ces contrées, ces vastes portions de la plaine cultivée centrale — regroupant un grand nombre de parcelles appropriées, mais qui, traditionnellement, retournaient, pendant l’année de jachère ou dès la moisson enlevée, à une jouissance collective — possèdent des toponymes assortis de la préposition en ou ès, forme archaïque de en les ; de même les fontaines, les carrières de sable ou de lauzes qui, sur le terroir, sont exploitées en communauté, sont dénommées avec la préposition en : « En Tailletote, l’eau n’était pas bonne et on nous défendait de la boire. » Sur le terroir, tout ce qui est de l’ordre du collectif est identifié par en, tout ce qui est de l’ordre du singulier est désigné par le. Le en sur le terroir cultivé correspond à la collectivité des chez — collectivité qui exerce des droits « en Curtil », « en Charmoille » —, comme le le des terres individualisées correspond au le des personnes singularisées.

73Les toponymes de ces lieux ouverts aux usages collectifs, assortis de la préposition en, évoquent toujours une caractéristique du milieu naturel : ils ne renvoient jamais à un incident, à un nom de personne, et demeurent inchangés cycle après cycle. En revanche, les prés, si peu nombreux, si précieux, soustraits dans la mesure du possible aux usages collectifs, ont des noms qui souvent renvoient à un patronyme — « le pré Aubert, le pré Bollet » — et sont toujours précédés de l’article défini. Enfin, l’appellation d’autres lieux-dits obéit à une démarche qui évoque singulièrement celle que nous avons mise en évidence pour la formation du sobriquet ou la modification des prénoms. Il s’agit, en forêt, de chemins ou d’arbres et, dans la plaine, du parcellaire des fermes d’écart. En ces lieux, chaque génération de chasseurs place ses repères, chaque fermier donne un nom à son terroir. Ces dénominations évoquent, bien souvent, des incidents qui y sont survenus : « Le pré de la tisse brûlée, c’est notre pré où autrefois une meule a pris feu » ; « le bois de la grand-mère, c’est qu’à l’abri de ce bois la grand-mère du voisin venait faire paître ses moutons sur notre champ » ; de même, en forêt, on parle du « chêne du curé ». Ces toponymes, assortis de l’article, n’apparaissent jamais au cadastre, ils ne seront pas cristallisés par l’écriture. Intelligibles seulement à une ou deux familles, parfois à un groupe de voisins, à une classe d’âge, ils ne durent qu’une ou deux générations, puis sont oubliés au profit d’autres dénominations.

74Ainsi tandis que demeurent immuables les contrées de la plaine centrale, vastes rassemblements de parcelles, lieux-dits inscrits au cadastre qui servent de repères principaux et répondent, nous l’avons vu, à une classification spatiale qui leur est propre, et dans les limites que nous venons de tracer, chaque génération invente ses toponymes, nomme son territoire. Tout comme chacun dans le groupe peut se voir octroyer un sobriquet, un prénom, certains lieux peuvent recevoir un nom temporaire, fortuit. Le feuilletage qu’évoquent les nombreuses dénominations reçues par une personne a son équivalent sur le terroir. Tout comme les noms inscrits à l’état civil ne révèlent qu’une partie de l’identité de chaque individu, le cadastre ne reflète qu’une fraction des noms de lieux.

75Si, partant des noms de personne et après un long cheminement entre le passé et le présent, entre les parentèles et la collectivité, nous débouchons sur l’espace, ce n’est pas un hasard : un village, c’est d’abord un territoire dénommé, ordonné et dont quelques parties constitutives offrent une résistance extrême au changement. Certes, les noms de lieux se modifient comme passent les personnes dans ce village aux si nombreux migrants. Mais, de même qu’au groupe des « vieilles familles » aux patronymes familiers viennent constamment s’amarrer de nouveaux venus pour perpétuer la communauté, autour du réseau de lieux-dits quasi immuables de la plaine centrale, d’autres noms, plus éphémères, s’accumulent puis changent, sans que pour autant varie l’ordonnance du terroir. Nous avons également remarqué que les prénoms peuvent changer, les appellations s’accumuler, sans que pour autant l’identité de l’individu s’en trouve modifiée. Il apparaît bien qu’appellations toponymiques et appellations individuelles relèvent d’un même système et qu’il y a une similarité entre catégories spatiales et catégories nominales. La même pensée organisatrice semble avoir ordonné l’un et l’autre domaines. Toponymie et patronymie constituent deux langages en miroir. Une continuité existe entre espace nommé et société dénommée.

76D’ailleurs, une même évolution marque l’un et l’autre domaine. L’espace communal s’appauvrit, subit un nivellement : les maisons et les tombes sont mises à l’alignement. Dans le village on arase les murs, sur le finage on arrache les haies, on aplanit les murgers. Dans le même temps, les noms deviennent moins nombreux : on connaît le patronyme et on en use, le sobriquet s’affadit et à la ronde des prénoms succède la permanence du prénom de naissance.

Annexes

Annexe. Liste des sobriquets

* Les mots patois sont extraits de G. Potey (1930), de Mignard (1856) et de Clément-Jannin (1878).
** Ces sobriquets ont été relevés dans les registres paroissiaux de Minot (Archives communales) et dans le livre de raison de Denis Mairetet, seigneur du lieu (Dijon : Archives départementales, E.1337, 1338, 1339).

Notes

1 Cf. article 17.

2 Le droit d’afffouage était réparti, comme les autres biens communaux, par feu et non par tête.

3 Dans le recensement des patronymes, nous n’avons tenu compte que des patronymes masculins. Un ménage dirigé par une veuve a été recensé sous le nom de son conjoint décédé.

4 Cf. article 2.

5 Notons toutefois que les descendants de la famille Mairetet, titulaire du fief à partir de 1694, ne reçoivent, suivant l’usage local, qu’un seul prénom.

6 Nous avons trouvé, aussi loin qu’on remonte dans le passé, fort peu de parrainages illustres choisis en fonction du statut social des parrains afin que le lien ainsi créé soit profitable à l’enfant. Aucun des enfants de fermiers des derniers seigneurs n’a eu, à notre connaissance, l’honneur d’être parrainé par eux. Les deux familles qui, à partir de 1840, ont acquis l’une par l’héritage, l’autre par achat de vastes propriétés, n’ont, pas plus que le seigneur d’autrefois, parrainé les enfants de leurs fermiers. Au village on s’étonne que récemment le propriétaire de la ferme du Château ait parrainé le cinquième enfant de son fermier. « Ce sont sans doute eux qui se sont offerts. » (La tradition veut en effet « qu’on vienne nous demander d’être parrain et on ne peut refuser, mais on ne s’offre pas ».) « C’étaient des jumeaux. » Et on ajoute : « Ils sont en bonne intelligence avec leur fermier. »

7 On peut supposer que certains événements sont à l’origine de nouveaux prénoms : le 20 novembre 1791, remise des prix d’instruction civique : « … Audit Couturier [le] livre du Télémaque et d’un exemplaire de la charte constitutionnelle… Au dit Nicolas, des fables de La Fontaine et d’un pareil exemplaire de la constitution et enfin au dit Sauvageot du poème de la Mort d’Abel… » (Extrait des délibérations du Conseil municipal.) Après 1800, on trouve au village quelques Abel et un individu dont le sobriquet est Télémaque.

8 Cf. article 9.

9 Il peut arriver que les parents spirituels soient choisis en dehors de la famille. C’est souvent le cas lorsqu’on ne dispose pas d’une famille démographiquement bien constituée et géographiquement regroupée. Il en est toujours ainsi, semble-t-il, lors des naissances illégitimes — « un enfant de fille ». La mère n’ose demander aux proches parents, aussi s’adresse-t-elle aux enfants des voisins : « Ma grand-mère disait “vous viendrez chez nous, on vous donnera les gosses” comme parrains. »

10 Cf. article 11.

11 Cf. article 9.

12 Jadis, l’enfant était baptisé le jour de sa naissance, au plus tard le lendemain : « Jeanne, née le 20 mars 1761 a été baptisée le même jour… François né la veille… » Puis les risques de mortalité allant diminuant, on prit l’habitude de baptiser les enfants quelques semaines ou quelques mois après leur naissance. L’Église s’élève contre ce retard et on peut lire dans l’Almanach paroissial de 1916 ce reproche de l’abbé : « Les parents attendent trop pour baptiser leur enfant… » Le dernier curé de Minot donnait trois semaines à ses paroissiens pour faire baptiser leurs enfants, après quoi, il leur refusait les cloches.

13 « Oublierait-on d’ailleurs qu’à travers le nom de baptême s’expriment déjà tous les désirs des “parrains” ? Qu’un fossé trop large s’ouvre du nom à la vie et tous les baptêmes intermédiaires entrent en jeu : sobriquets, surnoms, noms de religion. » (Gaignebet et Florentin 1974).

14 « Ctu qu’s’épèle Etienne
Et pè qu’sai famme fat jeanjean
Et pè qu’a bén innieucent
El é tros fêtes en södiant. »
(Celui qui s’appelle Etienne et que sa femme fait jean-jean, et puis qui est bien innocent, il a trois fêtes en suivant.) La Saint-Etienne, la Saint-Jean d’hiver, les Saints-Innocents, 26, 27, 28 décembre (Potey 1930).

15 Les catégories d’espace choisies pour accompagner ces noms sont celles qui ont trait aux grandes divisions de l’espace habité : les fermes d’écart défrichées vers le xve siècle, situées en auréole autour du village entre la clairière centrale cultivée et la forêt, et qui obéissaient quant aux pratiques communales à des règlements différents ; les deux parties du village — le Mont et le Vaux — dont les habitants se sont toujours opposés ; enfin, les quartiers, subdivisions de ces parties — les Creux, la Maladière —, groupements de voisins entre lesquels s’organisent l’entraide et les manifestations collectives de la vie familiale. Dans ce village où la population se renouvelle sans cesse, aucun nom de maison ne vient se substituer aux noms des habitants ou les accompagner, et la mémoire du groupe ne retient que les divisions stables de son espace habité, divisions autour desquelles s’est organisée la vie économique et sociale.

16 Les termes notés par G. Potey (1930) sont complètement oubliés aujourd’hui, au point d’avoir perdu toute signification. Certains sont restés dans la mémoire comme sobriquets : « Le Fanfan », « le Cadet » (cf. Annexe : p. 275), mais on ne souvient plus de leur véritable origine.

17 Avec lu et vous s’ébauche une classification que nous ne faisons qu’évoquer ici. « On se tutoyait quand on était du même village, quand on s’était toujours connu. » Entre personnes de même génération ayant toujours vécu au village, on se dit tu, on dit vous aux membres des générations plus anciennes et tu aux plus jeunes. « Ceux avec qui on est allé à l’école ensemble, on se dit tu. A la Suzanne Cochois, la mère du maire, je lui dis tu, elle est plus jeune que moi, alors elle me dit vous. Le maire je l’ai toujours vu, je lui dis tu, il me dit vous. La femme du maire, je lui dis vous. » Les nouveaux venus au village, immigrants de fraîche date, conjoints venus d’ailleurs, disent vous à tout le monde et s’entendent répondre de la même manière. Disons tout de suite que l’emploi plus ou moins rapide du tu, et donc l’intégration des individus à la collectivité, est fonction du sexe. Les femmes étrangères seront vouvoyées toute leur vie par les autres femmes et par les hommes ; les hommes seront, par les autres hommes, tutoyés plus vite. L’utilisation de l’une ou de l’autre forme d’adresse implique une connotation temporelle — dans la classe d’âge —, spatiale — ceux d’ici, ceux d’ailleurs —, enfin, sociale — les propriétaires des fermes tutoyant leurs fermiers, ceux-ci leur disant toujours vous.

Notes de fin

1 Texte paru dans Études rurales, 1979, 74.

Table des illustrations

Légende * Les mots patois sont extraits de G. Potey (1930), de Mignard (1856) et de Clément-Jannin (1878).** Ces sobriquets ont été relevés dans les registres paroissiaux de Minot (Archives communales) et dans le livre de raison de Denis Mairetet, seigneur du lieu (Dijon : Archives départementales, E.1337, 1338, 1339).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3061/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3061/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3061/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3061/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3061/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3061/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 481k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search