Version classiqueVersion mobile

Une campagne voisine

 | 
Tina Jolas
, 
Marie-Claude Pingaud
, 
Yvonne Verdier
, 
et al.

IV. Parenté et identité

8. Terres et familles dans un village du Châtillonnais1

Marie-Claude Pingaud

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Études rurales, 1981, 2.
  • 1 Cf. article 6.

1L’étude de la commune de Minot a, dans une première période, porté plus particulièrement sur l’observation des faits de parenté et sur l’analyse de la relation entre l’évolution de l’économie agricole et celle de la structure foncière depuis le début du xixe siècle. L’analyse foncière qui fait l’objet du présent article s’est développée conjointement avec le travail de reconstitution des généalogies, et de différenciation des comportements et attitudes de parenté1. L’une et l’autre démarches s’éclairent mutuellement, d’où le parti pris de mettre en relation le mouvement foncier et la transmission des patrimoines familiaux.

2La lecture attentive des archives familiales, l’interprétation des actes enregistrés, dont la formulation évolue de manière significative au cours de la période considérée, ont permis d’ébaucher une histoire des modalités de la transmission des patrimoines fonciers des débuts du xixe siècle à la période actuelle. Les commentaires de nos informateurs et l’appréhension, à travers la série des listes nominatives du recensement, de l’évolution des familles au village, ont aidé à la reconstitution d’histoires de vie, témoignages précieux pour la compréhension de l’histoire de la relation entre les familles et les terres.

  • 2 Outre qu’il était impossible, au cours d’un dépouillement manuel, de saisir le mouvement de 5000 pa (...)

3Ayant relevé, pour un échantillon représentant au moins 80 % de l’ensemble des comptes figurant sur les trois matrices cadastrales (1835, 1913, 1968), les mutations significatives à l’échelle du lot2, j’ai projeté, sur la trame généalogique reconstituée à travers l’entretien direct et la consultation des actes de l’état civil, l’image du mouvement des terres dans le réseau de parenté. Trois de ces diagrammes figurent en annexe : l’un illustre le rassemblement persévérant, entre les deux guerres, par un ménage d’agriculteurs, des terres familiales dispersées par le système du partage en lots égaux à chaque génération ; un autre met en évidence l’effet d’une démographie restrictive sur le maintien de l’intégralité des lots transmis dans la filiation, tandis que le troisième souligne la progression algébrique de l’émiettement des patrimoines quand se succèdent les familles nombreuses.

4La confrontation des diagrammes, où se lisent les étapes de la constitution des patrimoines, de leur transmission dans la famille, parfois de leur dispersion entre des mains étrangères, a permis d’élaborer l’histoire foncière de la commune — histoire complexe, difficile à saisir et à relater — et de dégager les régularités qui se manifestent durant une période donnée pour ensuite disparaître, remplacées par d’autres, non sans chevauchements ni retours en arrière. M’efforçant de retracer l’évolution de ces régularités, j’ai distingué celles qui relevaient de l’événement et celles qui relevaient de la pratique culturelle, et j’ai constaté qu’elles ne prenaient signification qu’à condition d’inscrire leur déroulement dans des temporalités différenciées et interférentes.

5Il est apparu que le temps le plus significatif de l’histoire foncière locale est le temps cyclique marquant, dans la longue durée, le retour périodique d’opérations destinées à assurer d’abord la continuité de l’appropriation familiale : la transmission dans la filiation, et le rassemblement partiel ou total des biens dispersés par le partage qui s’opère, immédiatement ou aux générations suivantes, au niveau de la collatéralité.

6Un temps à périodicité plus courte anime les comportements individuels, les actes arbitraires, manifestations du dynamisme social au sein de la culture ; leur cadre est le temps de l’activité foncière du chef de la famille restreinte, qui reste la cellule économique et sociale de base ; on peut, se référant à la périodicité de l’inscription cadastrale, le qualifier de temps annuel ; ainsi la présence tenace sur le marché foncier de Jean Baudot, aïeul d’Auguste Camuset, entre 1850 et 1870, ou de Johann Leckli le fromager, entre 1921 et 1935, relèvent de ce cadre temporel, dans lequel s’insèrent aussi les ventes par adjudication, échelonnées souvent sur une ou deux années, qui liquident les patrimoines.

7À une échelle différente, les « périodes chaudes » de l’histoire foncière locale sont en relation avec les événements qui affectent l’histoire nationale ou régionale, et dont la périodicité est totalement indépendante des temps vécus par le groupe : l’ouverture du marché national aux laines puis aux grains étrangers ruine la petite exploitation agricole et favorise la concentration bourgeoise des terres, au tournant du siècle ; de même, le caractère massif de l’appropriation agricole des années 1920-1930 à Minot est en relation directe avec l’importance du reflux d’immigrés de l’Est vers les régions du Centre, qui marque la fin de la guerre.

8Dans la première partie, j’ai décrit les faits d’appropriation qui ont abouti à l’état foncier actuel comme autant d’événements inclus dans l’une ou l’autre de ces temporalités, et exposés en référence à l’histoire des familles.

9Dans la seconde partie, j’ai cherché à préciser le rôle de la parenté dans la répartition des biens fonciers : l’analyse des actes de mutation durant un siècle a permis d’établir comment l’attribution préférentielle de la propriété agricole à un seul des enfants a succédé à la dispersion imposée par les exigences du partage entre tous les héritiers.

10La mise à jour annuelle des inscriptions cadastrales permet à tout moment la projection de la grille de la propriété foncière sur le territoire communal : superposer cette grille à celle des « natures » de terres — terres labourables, prés, bois, landes et friches —, à la fois inscrites au parcellaire cadastral et données immédiatement par l’aspect du paysage, permet de définir la composition des lots fonciers selon les propriétaires, et d’en déduire la spécificité de l’emprise foncière selon les grandes catégories « naturelles ».

11À la révision cadastrale de 1963, le territoire communal s’étend sur 3 545 ha, dont :

121 575 ha de terres labourables

13391 ha de prés

141 284 ha de bois

15271 ha de « landes ».

Les bois

16On remarque l’importance des bois, occupant une superficie voisine de celle des terres, l’exiguïté des prés, l’aspect très résiduel des « landes », plus étendues en 1913 et même en 1939 ; cette répartition cadastrale a un sens, à la fois écologique et historique : prédominance des formations forestières sur des plateaux calcicoles bien arrosés, tandis que de minces bandes de prés suivent les rares vallons drainés ; défrichement précoce d’un terroir de clairière autour du groupe serré des habitations, défrichements partiels plus tardifs de la masse forestière ceinturant cette clairière.

La forêt communale

17Près de la moitié des bois (634 ha) sont propriété communale ; aucune mutation n’affecte ce lot depuis l’inscription de 1835 jusqu’en 1968. Cette immutabilité de la forêt communale remonte bien au-delà des 135 dernières années.

  • 3 Au viiie siècle, selon G. Potey (1884-1892).
  • 4 Le pâtis de Montaire (7,84 ha), vendu en 1959 par la commune à un exploitant du village, fut le der (...)
  • 5 Des règlements stricts protégeaient la forêt de l’envahissement du bétail ; les témoignages abonden (...)

18Il est probable que, depuis la période où les groupes résidents délimitèrent leurs territoires d’usage par rapport aux communautés voisines — G. Duby date de la fin du xiiie siècle cet effet de « la cohésion croissante du groupe » —jusqu’aux défrichements du début xviie siècle, une forêt dense enfermait, en deux demi-cercles (nord-est-sud-est et nord-ouest-sud) la clairière continûment cultivée depuis la fixation du site du village3. Autour du lieu d’habitat groupé, on peut imaginer que se disposaient alors, en cercles concentriques, d’abord la ceinture étroite des jardins, chènevières et vergers rattachés aux manses familiaux, ensuite l’ager où se récoltaient les céréales de base pour l’alimentation humaine, cultivé selon une rotation d’abord très lâche qui s’est resserrée peu à peu jusqu’à l’assolement triennal, les rares prés naturels, étroites bandes au fond des vallons drainés, réservés au bétail des riches, et d’abord du seigneur, enfin les compascua4 s’étendant jusqu’aux marges de la forêt, parcours du troupeau commun qui, en temps de disette, pénétrait la forêt interdite5.

  • 6 Aux archives municipales est conservée la copie, écrite de la main d’Alexandre Mairetet, seigneur d (...)

19C’est dans les dernières années du xvie siècle que la communauté, pour se dégager des dettes contractées durant la dure période des guerres de religion, commence à céder à ses créanciers, petits seigneurs des communautés voisines, des portions de son immense forêt. De la propriété forestière originelle dans la zone du nord-est, la commune ne garde que les bois de Doucharme et des Brosses (34 ha en 1968 comme en 1835) ; la série des ventes aux particuliers6, qui s’échelonnent durant tout le cours du xviie siècle, entraîne le démantèlement de l’ensemble forestier des marges de l’est ; il en reste un morceau de 47 ha intact — La Chappe et Champeaux — et une centaine d’hectares en lambeaux de contenance diverse parsemant les terrains des écarts, ouverts par les défrichements immédiatement consécutifs aux ventes ; c’est en un second temps — dans le courant du xviie siècle — qu’est entamée, mais seulement à son extrémité nord, la masse boisée communale couvrant tout le sud-ouest du territoire : les bois du Fays, de Janessot, de Combe Marie, la Petite Forêt et La Chassignole (cf. Fig. 2) rejoignent le fonds déjà considérable de la famille Mairetet.

20La forêt communale, en taillis sous futaie, est exploitée en rotation de 27 ans ; le bénéfice de la coupe annuelle alimente le budget municipal ; les chutes de la coupe sont utilisées par les habitants du village qui ont droit d’affouage.

Les bois privés

21Les bois en propriété privée couvrent environ 650 ha ; la différenciation des parcelles boisées selon leur contenance et la nature de leur peuplement, leur autonomie foncière ou leur inclusion dans des unités comportant des terres d’une autre nature, enfin la position des propriétaires par rapport au groupe résident, mettent en évidence deux formes d’appropriation des lots significatives pour l’histoire économique et sociale du groupe.

  • 7 L’histoire foncière de chacune des grandes parcelles boisées est relatée en Annexe I, infra, pp. 21 (...)
  • 8 Une exception : Louis Guillemin, gendre de Joseph Perron, fut médecin à Minot de 1820 à 1845 et mai (...)

22La plupart des grandes parcelles détachées de la forêt communale au cours des dernières ventes du xviie siècle ne furent pas défrichées. Le rythme très lent des mutations qui les ont affectées7 — l’ordre moyen en est le siècle — ont préservé leur autonomie financière, manifestée par la permanence de leurs limites et d’un nom qui apparaît dans les plus anciens textes de référence. Actuellement elles constituent trois lots de contenance très inégale, couvrant une surface totale de 248 ha ; ces lots n’ont jamais appartenu qu’à des « bourgeois » résidant hors de la commune, n’y exerçant aucune activité8, et les relations actuelles entre leurs propriétaires et les habitants du village sont nulles ou très lâches.

23Face à la reprise récente du mouvement foncier en faveur des agriculteurs et aux transformations essentielles des fonds qui s’ensuivent, ces unités boisées massives, excentriques par rapport au territoire agricole, appropriées et exploitées de l’extérieur, apparaissent comme des valeurs figées hors du procès évolutif de l’économie communale, formes résiduelles d’une emprise étrangère au groupe de résidence et de travail.

24Il n’en est pas de même pour les 272 ha de bois associés aux terres agricoles, au sein des unités foncières des écarts, ni pour les 110 à 120 ha de petites et très petites parcelles dont l’appropriation dispersée intéresse surtout les émigrés depuis seulement une ou deux générations ; une seule famille, les Villerey, en détient environ les deux tiers ; occupant, entre les grandes zones agricoles du terroir, les sites intermédiaires, tant dans le plan que dans le relief, ces parcelles en bois, dont la contenance, le dessin au sol, le peuplement (feuillus ou conifères), et l’origine (permanence de la grande forêt ou reprise d’une végétation boisée spontanée sur une friche abandonnée) paraissent très divers, sont restées liées à l’exploitation et à l’appropriation des terres agricoles qu’elles parsèment et encadrent.

FIGURE 1. Carte du territoire de Minot (G. Potey, Archives départementales)

Les défrichements

25Les périodes d’expansion et de récession de l’économie agricole se traduisent par une alternance de défrichements et d’abandons. Durant le temps de notre étude (1968-1970), nous avons assisté au défrichement de plus de 100 ha de parcelles en bois ; les exploitants invoquaient tous la nécessité de s’agrandir pour amortir un matériel coûteux qu’ils font tourner rapidement, indispensable, affirment-ils, étant donné la carence de main-d’œuvre qualifiée, pour assurer l’intensification du système cultural nécessaire à l’équilibre de l’entreprise. La Société d’aménagement des friches et taillis de l’Est, dont le siège est à Chaumont, fut le principal maître d’œuvre ; certains propriétaires firent appel à la SAFE de la Côte-d’Or, ou à des sociétés privées.

  • 9 A Lourosse, l’ensemble des plantations en résineux, dont une parcelle de 15 ha, n’a pas été touché. (...)
  • 10 La concurrence pour la prise en exploitation des terres libérées a été vive ; les transactions pass (...)

26Les propriétaires non-exploitants n’ont guère entamé leurs bois9 sauf sur l’ancien écart de Petit-Velbret, dont un ensemble de 18 ha d’un seul tenant, juxtaposé à l’ensemble des terres en culture, a été découvert10. Chez les exploitants propriétaires, c’est le dynamisme individuel, qu’on peut mesurer au chiffre avancé par chacun pour définir la surface optimale d’exploitation, qui a joué, compte tenu de la situation initiale de l’occupation du sol ; à Lochères comme à Charme, on est en train de tout raser ; à Bange, des déboisements partiels, qui ont eu lieu sur la partie du domaine situé sur la commune limitrophe de Saint-Broing, n’apparaissent pas sur le tableau ; à La Moloise au contraire, on n’a touché à rien, non plus qu’à Veroille où le jeune propriétaire, encore endetté par l’acquisition récente de son fonds, estime suffisante la surface de 150 ha qu’il exploite seul, avec l’aide temporaire d’un membre de sa famille.

27Hors des écarts, le défrichement a porté sur une quarantaine d’hectares, dispersés en petites parcelles situées dans leur grande majorité en Basignerolle, c’est-à-dire au bord de la masse de la forêt communale, au-delà des écarts de Grand-Velbret et de Champ-Vivant. Ici l’opération de mise à nu de nouvelles terres s’est doublée d’une opération de translation foncière. Les vendeurs — la famille Villerey pour la plus grande part, soit 32 ha, des émigrés de familles résidant à Minot à la fin du siècle dernier pour le reste — se sont en fait désistés de leur droit de principe à récupérer les terres défrichées ; celles-ci ont été redistribuées aux seuls agriculteurs de la commune ; l’exploitant du Grand-Velbret, dont les terres sont limitrophes, a récupéré 19 ha, tandis que la part des autres bénéficiaires se limite à quelques hectares.

28Les bandes étroites défrichées en Basignerolle étaient presque toutes plantées en sapins, comme une minorité des parcelles boisées mises à nu dans les écarts. L’arrachage des sapins, plus encore que celui des bois naturels, et la translation foncière simultanée des parcelles défrichées aux seuls exploitants de la commune, sont les points marquants de la phase d’extension, actuellement en cours, du terroir cultivé. Ces opérations, combinant un nouvel aménagement du sol et une modification du parcellaire foncier, peuvent être mises en relation avec les opérations symétriques et inverses qui coïncidèrent avec la crise agricole du tournant du siècle.

29La mention la plus ancienne de plantation en conifères apparaît dans un acte daté de 1860 ; lors d’un partage de succession incluant le domaine du Grand-Velbret, un additif marginal fait état de « 22 ha de bois, à déduire plantation en pins et épicéas coupés et devant être remplacés » — ce qui laisse supposer que les plantations en avaient été faites au moins 30 années auparavant. L’extension de la spéculation sur les plantations en résineux — notamment le pin noir d’Autriche qui s’acclimata bien sur le territoire — fut cependant plus tardive et semble avoir été un effet secondaire de la crise économique, dont on analysera plus loin les lourdes conséquences au niveau de l’appropriation des terres agricoles.

  • 11 Le cadastre ne fournit que des indications sommaires sur le rythme de rétraction des terres laboura (...)
  • 12 « Ils ont acheté toutes les friches éloignées pour y mettre des sapins », nous a-t-on dit.

30Gravement affectées par la mévente des grains qui suit l’effondrement des cours de la laine, de nombreuses exploitations rétractent leur terroir cultivé11 concentrant les efforts sur les meilleures parcelles, abandonnant les terres de rendement médiocre, ou trop éloignées des centres d’exploitation. Une grande part de ces terres délaissées par l’agriculture, dispersées en menues parcelles aux marges du terroir central, sont mises en vente. Charles Villerey, inscrit comme sylviculteur sur la matrice de 1913, regroupe entre 1890 et 1914 une surface de 60 à 70 ha environ de ces friches, qu’il plante en sapins12. L’accroissement de la demande en bois industriels — étais de mines, traverses de chemins de fer — rend l’opération fructueuse ; les propriétaires agriculteurs qui disposent de parcelles en friches suivent son exemple. Entre 1910 et 1920, on assiste à une seconde phase d’extension des conifères. L’émigration des agriculteurs s’accentue durant cette décennie — c’est en 1921 que l’effectif de population communale atteint son point le plus bas, avec 220 habitants — et les propriétaires des écarts qui ne trouvent plus de fermiers transforment en plantations de résineux soit l’ensemble du domaine, comme au Fays ou à Peu-Coteau, soit une partie, comme à Lourosse. Le rétrécissement du terroir s’accentue, des dizaines d’hectares sont détournés d’une vocation agricole assumée depuis au moins deux siècles.

31Lorsqu’on commente avec les habitants les plus âgés les effets économiques de cette spéculation secondaire, qui s’inséra dans les marges du terroir agricole et bénéficia surtout aux non-agriculteurs, ils reconnaissent que « le sapin s’est bien vendu jusqu’à la dernière guerre » ; mais tout le monde affirme qu’aujourd’hui « le sapin ne vaut plus rien » ; c’est pourquoi les propriétaires dont les coupes n’arrivaient pas à terme dans les années immédiatement à venir ont, dans leur grande majorité, accepté les offres faites par la SAFE de Chaumont, en 1967.

32Dans sa monographie, Georges Potey (1884-1892 : IV, 15) évoque l’origine des écarts, dont la superficie « représenta jadis le plus beau domaine communal qu’on puisse imaginer », et mentionne « les nombreux bois qui les enrichissent ». Pour la seconde ou troisième génération des exploitants propriétaires, la seule richesse, en 1970, c’est la terre porteuse de grain et de foin, dont on tend à faire coïncider la surface avec celle de l’exploitation. Hors du groupe des jeunes agriculteurs cependant, la mise à nu du paysage n’est pas uniformément appréciée ; l’objection la plus fréquente, « Lochères et Veroille sont des fermes à bois », se réfère aux risques d’un accroissement de la sécheresse des plaines à culture et des pâtures de fonds si l’environnement boisé qui retient l’eau disparaît ; plus diffus, mais plus fréquemment manifesté, apparaît le sentiment, entretenu par les récentes campagnes contre la pollution, que les bois font écran aux miasmes malsains « venus d’ailleurs », et qu’il faut garder des arbres pour garder la santé.

Les terres agricoles

  • 13 Dans la sous-rubrique des landes se trouvent inclus, outre les affleurements rocheux, les versants (...)

33En dehors des 1 284 ha de bois dont on a différencié les formes d’appropriation selon la contenance et la localisation des parcelles, leur isolement massif ou leur dispersion dans le terroir en culture, la révision cadastrale de 1963 fait état de 1 575 ha en terres labourables, 391 ha en prés, et regroupe sous la rubrique « landes » 194 ha de pâtis et 77 ha de landes ; les terres non boisées couvrent donc une surface totale de 2 237 ha, dont 2 160 sont utilisés pour l’agriculture13.

34D’après les déclarations faites au printemps 1968 à la Caisse de Mutualité sociale agricole de la Côte-d’Or, l’ensemble des surfaces cultivées à partir des 26 exploitations ayant leur siège sur la commune atteint 2 117 ha. Les extensions des exploitations hors du territoire sont limitées (60 ha) et d’ailleurs presque exactement compensées par les empiétements sur le territoire communal d’exploitations extérieures (62 ha).

  • 14 Il faut distinguer deux formes de micro-exploitations : sur une majorité de petits lots constitués (...)

35Les 43 ha de terres agricoles (2 % de l’ensemble) non incluses dans le champ des exploitations déclarées, extensions de jardins et vergers familiaux, ou surfaces en herbe utilisées pour des élevages annexes à des entreprises non agricoles, se trouvent dispersées entre un grand nombre de propriétés dont la grande majorité n’atteint pas un hectare14.

36Les 26 exploitations déclarées dans la commune regroupent donc plus de 98 % des terres utiles. La coïncidence presque parfaite entre l’ensemble du territoire agricole cadastré et l’ensemble des surfaces déclarées par les exploitants de la commune d’une part, la prédominance, actuellement manifeste pour le groupe, du découpage de l’exploitation sur celui de la propriété d’autre part, ont paru justifier une étude de l’appropriation des terres agricoles à partir du cadre des exploitations.

  • 15 Les surfaces en bois incluses dans les propriétés exploitées directement sont données à titre indic (...)
  • 16 Un ancien exploitant, auquel a succédé son neveu sur une exploitation en fermage, déclare les 5 ha (...)

37La figure 2 met en relation propriété et exploitation des terres agricoles15 ; trois des exploitants figurant sur la liste des entreprises soumises à l’imposition sur les bénéfices agricoles, affichée dans la salle de mairie, n’ont pas été pris en compte, car ils n’exercent pas, en fait, d’activité agricole16.

  • 17 L’opposition traditionnelle entre « fermes » du village, exploitant un ensemble très dispersé de pe (...)

38Les 23 exploitations actives au printemps 1968 sont classées par taille de surface, en trois groupes définis par la localisation du siège et des terres exploitées. C’est l’opposition entre propriété agricole et propriété non agricole qui est la plus marquée ; dans la catégorie des propriétés agricoles, j’ai différencié la propriété personnelle de l’exploitant et la propriété « familiale », indivision provisoire dans laquelle il se trouve partie prenante avec un ascendant et/ou des collatéraux et qui, en fait, retarde seulement la légitimation de l’emprise personnelle de l’exploitant en place, sur un bien qui doit lui revenir ; pour la propriété non agricole, à laquelle les résidents n’ont que peu de part (40 ha), la différenciation secondaire porte sur l’importance des ensembles pris en location par les exploitants : d’une part, les fermes au village — terres et bâtiments indissociés depuis au moins quatre générations dans les familles propriétaires —, ou les écarts, toujours affermés d’un seul bloc17 ; d’autre part, les ensembles de parcelles louées sans bâtiments à plusieurs propriétaires, et dont les baux portent sur des lots de 5 à 22 ha.

FIGURE 2. Structure foncière des exploitations

  • 18 Il s’agit seulement de ceux dont l’exploitation est autonome.

39L’analyse du diagramme fait apparaître la différence fondamentale de la structure foncière de l’exploitation entre écarts et fermes du village : dans les dix écarts18, la corrélation remarquable entre la dominance de la propriété agricole et la prépondérance du mode de faire-valoir unique atteste la permanence de l’indivisibilité des unités foncières constituées au xviie siècle (seule la métairie de Charme reste divisée en deux lots égaux entre les descendants des cousins qui la partagèrent en 1878) ; sur une surface de 1 012 ha exploitée à partir des écarts, 864 le sont par des propriétaires. Dans les exploitations ayant leur siège au village, la majorité des terres ne revient pas aux agriculteurs : 752 ha sur 1 056 appartiennent à des propriétaires non résidents ; par ailleurs, la propriété agricole se trouve relativement dispersée, puisque 9 exploitants sur 13 sont propriétaires d’une partie de leur fonds.

40Si le mode de faire-valoir est en relation avec la localisation des exploitations, il semble indépendant de leur surface ; certes c’est dans le groupe des écarts, où la propriété agricole domine, que l’on repère les exploitations les plus vastes (135 à 150 ha) ; mais sur les 4 exploitants du village qui, au printemps 1968, ne possèdent aucune terre en propriété, l’un regroupe 100 ha, un autre 157 ha.

41L’opposition marquée entre la structure foncière des exploitations d’écart — appropriation unique, en majorité agricole — et celle des exploitations du village — appropriation multiple, en majorité non agricole — a inspiré le plan de l’étude des modes de circulation des terres cultivées. Base indispensable à la subsistance et à l’activité de l’ensemble de la communauté durant des siècles, elles restent aujourd’hui valeur essentielle pour un groupe d’effectif restreint — 40 actifs agricoles sur une population de 360 habitants — mais dont le poids reste prépondérant dans la commune.

La propriété des exploitants

Les écarts

  • 19 A l’automne 1967, il faisait état d’un rendement d’orge de 14 qx/ha, quand les autres agriculteurs (...)

42Un seul des 9 exploitants propriétaires des écarts ne réside pas sur place : la ferme de Peu-Coteau, située à l’extrême nord du territoire communal, abandonnée par les derniers exploitants en 1914, est en ruine et André Giraudon dirige son exploitation de la ferme de son père, au village (cf. Annexe II, cas 1, infra : p. 204). Il a fait défricher et cultive à peine le quart du fonds, travaillant seul, en utilisant le matériel de son père, et « sans mettre d’engrais pour avoir des produits naturels »19 ; système jugé marginal par le groupe des agriculteurs de la commune, entraînant la précarité de l’emprise foncière ; de son propre aveu, le propriétaire de Peu-Coteau n’est « sans doute plus là pour longtemps » ; avant de devenir agriculteur, il fut ouvrier laitier chez son père, monta une épicerie dans les années qui suivirent la Deuxième Guerre et exerce encore actuellement les fonctions de facteur auxiliaire ; orientant les études de ses deux enfants vers des activités autres qu’agricoles, il aspire lui-même manifestement à une nouvelle conversion professionnelle.

43C’est également en 1956 que l’actuel propriétaire de Bange, venant des Ardennes, s’installe sur une propriété de 139 ha, dont 36 sur Saint-Broing, achetée au nom de l’époux d’une de ses sœurs (cf. Annexe II, cas 2, infra p. 205) ; la métairie lui revient dix ans plus tard, à la suite d’un règlement de succession. Âgé de 38 ans, il a orienté son exploitation vers une spéculation importée de la propriété familiale des Ardennes, l’élevage pour la reproduction du mouton de race Texel ; son entreprise, dont le réseau commercial dépasse le cadre régional, est en quelque sorte doublée par celle d’un frère cadet qui, devenu propriétaire de la métairie de La Rieppe sur Salives, spécialise également son exploitation dans l’élevage ovin.

  • 20 Cf. supra : p. 55.

44Le sort des quatre métairies de Lochères, Veroille, La Moloise et Buxerolle, dont les terres s’échelonnent du nord-est au sud-est du territoire, fut longtemps lié ; elles sont nées, au début du xviie siècle, des défrichements de la grande forêt appartenant à la communauté et qui recouvrait tout le site20. En 1750, les quatre métairies sont dénombrées parmi les biens d’Alexandre Mairetet, qui débordent largement la paroisse où ils occupent cependant près de 1 200 ha. Après la Révolution, La Moloise et Buxerolle restent jumelées dans le don qui en est fait par Denis Mairetet à son intendant Perron. Elles se trouvent dissociées entre les héritiers de celui-ci au cours des partages de succession : les filles d’un petit-fils, ne résidant plus à Minot, vendent les terres et les bâtiments de Buxerolle (63 ha), en 1923, à un exploitant venu de Lorraine ; depuis le décès de ce premier acquéreur, c’est son fils aîné qui exploite la propriété encore en indivision entre la veuve et six enfants ; le propriétaire virtuel de Buxerolle a deux filles mariées, l’une avec un agriculteur qui n’habite pas Minot, l’autre dans la commune avec un non-agriculteur.

45La Moloise est vendue en 1920 par les descendants d’une petite-fille de Joseph Perron — « 100 hectares d’un seul tenant en prés, terres, pâturages, maisons d’habitation et d’exploitation rurales » — ; c’est le fermier alors en place, successeur de son père, qui rachète, « pour pas cher, en reconnaissance d’avoir payé régulièrement les fermages pendant la guerre », d’après sa veuve. Leurs deux filles épousent deux frères Desprey, héritiers de la moitié de Charme et de biens importants sur la commune d’origine de leur mère, Luxerois, à 25 km au sud de Minot. Le règlement récent des successions échues aux deux familles parentes a attribué à l’exploitant en place la propriété de La Moloise ; un fils, marié et père de famille, aide familial sur l’exploitation, en est l’héritier désigné ; ses frère et sœur exercent des professions non agricoles.

46Les métairies de Veroille et Lochères restent incluses, après son décès, en l’an XIII, dans la succession de Denis Mairetet ; elles sont vendues par ses descendants en 1874 (cf. Annexe II, cas 3, infra : p. 205).

47Les co-acquéreurs de Veroille résident dans la Nièvre : le gendre de l’un d’eux hérite de la métairie en 1907 et vend, en 1921, à un émigré de Moselle qui s’installe. Depuis 1965, c’est un petit-fils de ce dernier qui exploite : il s’est endetté lourdement pour racheter deux des quatre parts jusque-là restées en indivision entre les enfants de son grand-père ; il se trouve donc copropriétaire de Veroille avec son père, exploitant propriétaire d’une ferme proche située sur le territoire de Salives, et qui, héritier d’un quart du patrimoine du grand-père, a racheté aussi la part d’un frère.

  • 21 Tous deux viennent de la Nièvre, sans que l’on connaisse exactement leur lien de parenté.

48L’acquéreur de Lochères en 1874 porte le patronyme de l’un des acquéreurs de Veroille21 ; en 1913, il vend la métairie à un marchand de biens de Dijon — on a signalé déjà la carence des acquéreurs locaux durant cette période — ; en 1922, la propriété est rachetée par un exploitant venant du Luxembourg, père de l’exploitant actuel ; ce dernier, seul fils après trois filles, se trouvait le successeur « naturel » de son père sur l’exploitation ; son mariage hors de la culture déplut à son père qui, se retirant en 1959, fit un bail de neuf ans à l’une de ses filles et à son époux ; ce bail vient d’expirer et le fils, auquel le père a tout de même, dans un partage d’ascendant incluant aussi des biens situés hors de la commune, attribué Lochères, vient de rentrer en maître dans la ferme qu’il a dû quitter il y a douze ans.

  • 22 On est frappé, à la lecture de la liste nominale du recensement de 1911, par la proportion, excessi (...)

49Ainsi les quatre métairies défrichées dans la première moitié du xviie siècle restent des biens « bourgeois » durant près de trois siècles. Leur appropriation par des agriculteurs, dans la décennie qui suit la fin de la Première Guerre, est signe d’un changement social d’autant plus affirmé qu’il s’opère par la médiation d’étrangers au groupe local, par une sorte de renouvellement de sa classe paysanne, dispersée par l’émigration du tournant du siècle et réduite par la stagnation démographique consécutive22.

50Selon Georges Potey, le hameau de Thorey fut détaché de la paroisse de Salives et rattaché à celle de Minot dans le courant du xve siècle. Deux exploitations en totale propriété — l’une de 146 ha, l’autre de 82 ha — cultivent la presque totalité de cette péninsule méridionale tardivement rapportée au terroir. Le dessin du parcellaire y est plus régulier que celui des écarts — le défrichement en est plus ancien —, beaucoup moins morcelé que celui de la clairière centrale avant le remembrement ; il est probable qu’une emprise foncière qui fut longtemps bourgeoise, comme dans les écarts, a évité que les lots fonciers, sous-ensembles de biens patrimoniaux plus vastes, n’y subissent les partages successifs qui émiettaient les lots paysans. Le rassemblement effectué, de 1911 à 1925, par le père de l’un des actuels propriétaires, a simplifié le dessin foncier et l’accélération récente du processus d’échange de parcelles supprime les dernières enclaves.

  • 23 Son autorité sur le marché foncier est évoquée par son petit-fils Marc, successeur d’Auguste sur l’ (...)

51La plus importante propriété de Thorey a pour noyau un bien de 60 ha figurant en 1835, au nom de Biaise Voinchet, arrière-arrière-grand-père de l’exploitant actuel, Auguste, de même patronyme. Les lots égaux qu’il attribue en 1844 à sa fille Marie et à son fils Biaise se transmettent dans les deux lignées jusqu’à leur rassemblement par Jules, père d’Auguste, à la faveur d’une déshérence dans la lignée parallèle (cf. Annexe II, cas 4, infra : pp. 205). L’ascension foncière de Jules Voinchet est unique, pour la période, à Minot : dépourvu de tout héritage puisque son père, fils de Biaise, a cédé sa part de patrimoine à un frère et une sœur, et d’abord seulement fermier à Thorey, il parvient non seulement à racheter l’ensemble du bien que détenait son arrière-grand-père Biaise en 1835, mais encore à constituer la plus importante propriété agricole dirigée d’une ferme située sur la commune23. Lors de la donation-partage faite en 1938 par sa veuve entre ses quatre enfants, Auguste reçoit la ferme et les bâtiments sur Minot, avec 117 ha de terres sur Minot, et 18 ha sur Salives ; une de ses sœurs, mariée sur Salives, reçoit les terres situées sur Salives, et une quarantaine d’hectares sur Minot, avec les bâtiments « du côté de Salives » — la limite entre les deux communes passe au milieu d’une des cours de ferme. Les frère et sœur qui ne restent pas sur l’exploitation sont dédommagés par des sommes d’argent et une maison au village. Auguste a trois fils : l’un est marié au village où il exerce la profession de mécanicien dans l’entreprise d’entretien de matériel agricole ; le second quittera la ferme en 1969 pour devenir camionneur, refusant, au dire du cadet, ses propositions d’association sur l’exploitation : « On ne peut pas être deux patrons. »

52La surface de la seconde exploitation de Thorey coïncide avec le dessin de l’ensemble foncier figurant au cadastre de 1835 au nom d’une famille de petite noblesse et de profession libérale résidant à Dijon. En 1882, la propriété est achetée par un pharmacien de Meursault, dont les descendants vendent en 1956 au fermier en place depuis 1947, originaire de Moselle. Au printemps 1967, ce dernier, qui n’a pas d’enfant, et se retire dans la commune d’origine de son épouse, met en vente ; ses exigences paraissent trop fortes au groupe des agriculteurs, notamment au « voisin des terres » le plus proche, Auguste Voinchet ; l’affaire ne se décide qu’au printemps 1968, quand la demande du vendeur a baissé de près d’un tiers : l’exploitation est achetée, au nom de son fils aîné, âgé de 22 ans, encore célibataire, par le propriétaire qui exploite la ferme de Montmorot, écart proche de Thorey par les chemins de desserte, mais situé sur Fraignot ; le jeune propriétaire réside à Montmorot d’où il se rend à Thorey, chaque jour, avec l’un de ses frères ; ses parents le pressent de se marier, car il ne peut vraiment « s’installer » dans sa ferme que nanti d’une épouse.

Le cas de Charme

  • 24 Sur l’étal des sections de 1835, chacune des parcelles de Lourosse est divisée en quatre et chacun (...)

53La structure foncière de la métairie de Charme présente un cas aberrant au regard des autres écarts, dont les mutations n’ont jamais réellement divisé les fonds24. Actuellement les 170 ha de Charme sont répartis presque également entre deux comptes de propriété dont les titulaires ont une ascendance commune — ils le reconnaissent et s’écrivent en s’appelant « mon cher cousin » — : le grand-père d’André Desprey, père de l’épouse de l’exploitant en place, et la grand-mère maternelle des huit frères et sœurs qui constituèrent en 1964 la Société familiale immobilière des domaines Villerey, étaient cousins germains (cf. Annexe II, cas 5, infra ; p. 206) ; ils partagèrent en 1878 l’unité foncière restée indivise depuis la première acquisition à la fin du xvie siècle. Au long des trois générations, aucun des héritiers de l’une et l’autre lignée n’a voulu céder sa part ; en 1968, le gendre d’André Desprey a pu toutefois racheter la part des bâtiments qui n’appartenait pas au père de son épouse : toute entreprise de modernisation ou seulement d’entretien se trouvait jusque-là paralysée par l’imbrication des droits fonciers à respecter. L’exploitant de Charme est père de trois enfants, son entreprise « marche bien », il avance le projet de reconstituer pour sa descendance l’unité foncière originelle de Charme.

La seule métairie d’écart encore en fermage, Grand-Velbret

  • 25 En 1970, le fermier de Grand-Velbret figure au cadastre avec une propriété de 22 ha ; nous avons vu (...)
  • 26 Cette réserve « des bois, plantations de pins, friches d’un seul tenant, d’une contenance de 22 ha (...)

54En 1968, le jeune exploitant de Grand-Velbret, successeur du père de son épouse depuis 1961, n’a aucune terre en propriété25. Le domaine — 64 ha de terres et prés donnés à bail, 27 ha de bois en réserve26 — se trouve, depuis le décès récent du dernier propriétaire, indivisé entre sa veuve et ses enfants ; la disparition prématurée d’une fille laissant une enfant mineure bloque provisoirement la succession ; les cohéritiers manifestent leur intention de vendre dès que possible et font état des avances faites par le fermier en place, par l’intermédiaire du notaire (cf. Annexe II, cas 6, infra : p. 206).

Les fermes au village

55Ici le rapport de force s’inverse — le terme n’est pas excessif, s’agissant de l’emprise sur la terre, dans une société paysanne. Les deux tiers des terres de la clairière centrale qui, dans leur ensemble, représentent 45 % du territoire agricole de la commune, relèvent de la propriété foraine, et la proportion s’élève à 72 % si l’on inclut les terres, désormais rattachées à des exploitations ayant leur siège au village, de trois écarts autrefois autonomes.

  • 27 Les exploitants et les propriétaires se sont d’abord trouvés satisfaits des effets du remembrement. (...)

56S’opposant aux ensembles fermés, massifs, juxtaposés, qui occupent la zone périphérique, aucun des lots fonciers cultivés depuis les fermes du village ne dessine au sol un ensemble d’un seul tenant (sauf les terres qui relèvent d’anciennes métairies d’écart). Les effets du remembrement effectué en 1959 ne sont cependant pas négligeables. Le plan parcellaire dressé en 1939 ne différait pas sensiblement, malgré la longue pratique des échanges de parcelles et l’accélération du processus de concentration durant les décennies 1880-1900 et 1920-1940, du plan très émietté de 1835 ; en 1939 encore, la moyenne de surface de la parcelle, autour du village, ne dépasse guère 1/3 ha. Non seulement le remembrement opère une concentration globale des terres — la moyenne de surface de la parcelle passe à 4,4 ha — mais encore il rapproche, et souvent juxtapose, les parcelles d’un propriétaire dans un même « quartier » ou « lieu-dit », et cette localisation est en rapport avec la position de la ferme dans le site du village27.

  • 28 Les lots fonciers les moins importants se trouvant être aussi les plus dispersés, car les grands pr (...)

57Au morcellement du parcellaire correspond une structure foncière plus complexe que celle du finage périphérique. Sur le diagramme mettant en relation la propriété et l’exploitation (cf. Fig. 3, supra, p. 171), on lit la fréquence de la propriété agricole au village, mais aussi la variabilité de sa surface (de 2 à 83 ha) et son insuffisance par rapport à la surface moyenne d’exploitation ; un seul des propriétaires exploitants ne prend aucune autre terre en location. Les surfaces relevant de la propriété non agricole — en grande majorité foraine — sont encore moins homogènes : 224 ha, répartis entre 4 locataires, appartiennent au même propriétaire, mais des baux sont aussi passés pour des parcelles ne dépassant guère l’hectare. Du côté de l’exploitant, la prise à bail peut être unique, ou multiple ; du côté du propriétaire, même variété des choix pour l’attribution des lots : des ensembles de 10 à 30 ha sont divisés entre 2, 3, même 4 preneurs28.

58La diversité des combinaisons de faire-valoir (direct et/ou indirect, en location unique ou multiple) pratiquées par les exploitants du village, l’hétérogénéité sociale de la propriété foraine, que traduit l’écart important entre les attributions extrêmes, sont des éléments caractéristiques de la situation foncière présente, terme provisoire d’une histoire en partie rapportée par nos informateurs, en partie déchiffrée au long des matrices cadastrales, des archives notariales et des papiers de famille.

59Sur les 13 exploitants dont les bâtiments d’habitation et d’exploitation s’inscrivent dans le périmètre du village, 8 sont propriétaires d’au moins 10 ha ; l’un de ces propriétaires partage son patrimoine avec cinq frères et sœurs, tous exploitent toutes les terres qu’ils ont en propriété.

  • 29 Cf. infra : p. 182.
  • 30 Le rassemblement effectué par Jules Voinchet est d’un autre ordre ; c’est en une seule mutation qu’ (...)

60L’exploitation n° 7, la seule dont toutes les terres soient exploitées directement, s’étend sur 82 ha ; la majeure partie en a été rassemblée, entre 1912 et 1930, par Auguste Camuset et Isabelle Guillaume, les grands-parents paternels de l’épouse de l’actuel exploitant (cf. Fig. 4). Ayant acquis d’abord quelques hectares autour des bâtiments dans lesquels ils s’installent dès leur mariage (1900), affermant les terres (24 ha) des parents d’Auguste, ils ont la chance de recevoir l’intégralité des héritages de leurs parents : Isabelle est fille unique d’un exploitant propriétaire de 27 ha dont elle hérite en 1917 ; Auguste, en rachetant la part de sa sœur unique, mariée en ville et sans descendance, devient seul propriétaire du patrimoine familial, au décès de ses parents (1923). En même temps, ils entreprennent de racheter, une par une, les parts échues aux cinq frères et sœurs de la mère d’Isabelle et au frère de la mère d’Auguste dans les successions des communautés des grands-parents maternels29. La propriété, à peu près figée depuis 1932, regroupe donc la presque totalité des biens advenus par héritage et alliance, et des biens achetés durant trois générations. Bien qu’ils limitent presque exclusivement leur stratégie au réseau familial, les époux Camuset manifestent le même esprit d’entreprise foncière que leurs ascendants qui, de part et d’autre, tout au long du xixe siècle, s’acharnent à maintenir l’intégralité des patrimoines en limitant, par des initiatives individuelles, les effets du partage égal des terres ; les archives familiales témoignent aussi de leur présence persévérante sur le marché public, par des acquisitions menues et réitérées qui suivent le rythme et le taux d’une épargne accumulée « en se privant de tout »30. En 1937, l’exploitation est reprise par l’aîné des quatre fils d’Auguste, la propriété restant indivise entre eux après donation par les parents ; elle l’était encore quand l’époux d’une fille succède à son beau-père, en 1952, puis rachète, en 1960, à l’aide d’un emprunt au Crédit agricole, à la fois les parts des frères du père de son épouse, et celles des frère et sœur de son épouse. Le ménage a cinq enfants : le second fils, stagiaire dans une école d’agriculture, est déjà désigné comme le successeur de son père sur l’exploitation, tandis que l’aîné poursuit des études.

61Au village, une seule autre propriété relève, en 1968, de la catégorie du patrimoine de longue durée ; la majeure partie des 17 ha en propriété indivise inclus dans l’exploitation de 78 ha de René Mairet — n° 6 — vient du patrimoine laissé par son arrière-arrière-grand-père François, qui cultivait la ferme de La Rieppe. Cependant, la transmission familiale des terres ne s’est pas opérée selon un schéma aussi simple (cf. Fig. 3) : la coïncidence d’occurrences démographiques rares — décès des fils avant le décès du père, remariage s’inscrivant dans une double alliance à deux générations successives — et d’incidences économiques défavorables ont multiplié les échanges entre parents (cf. Annexe II, cas 7, infra, p. 207). Dans les 26 ha que rachète le grand-père de René Mairet en 1906 se trouve récupérée la part d’héritage dont il a dû se défaire en 1889 ; ce lot patrimonial constitue l’essentiel de la propriété dont ses deux fils — l’aîné, Théodore, est actuellement le doyen d’âge du village — maintiennent l’indivision tout en partageant strictement l’exploitation. C’est seulement en 1968 que les terres sont réparties entre Théodore d’une part, et les six enfants de son frère d’autre part, et que René Mairet devient propriétaire pour l/6e des 17 ha indivis qu’il exploite depuis le décès de son père.

FIGURE 3. Rôle prévalent de la collatéralité dans la circulation des biens en l’absence de descendance directe

62L’autre moitié du patrimoine de François Mairet, rassemblé en 1889 par son petit-fils Théodore-Nicolas, passe, au décès de ce dernier, à son épouse. Celle-ci, qui n’a pas d’enfants, se retire chez sa sœur, mariée à un cultivateur de Minot, auquel elle loue ses terres. En 1925, elle vend à Isaïe Courtot, son beau-frère et fermier, les 14 ha hérités de son époux, avec les bâtiments d’exploitation dont elle a, au préalable, racheté la moitié à sa belle-mère. Elle privilégie ainsi sa propre parenté, alors que la mère de Théodore-Nicolas, héritière de la moitié de son patrimoine, avait choisi de le restituer à un membre de la lignée dont il était originaire. Remarquons que, dans l’un et l’autre cas, les transmissions dans la collatéralité ne sont pas gratuites. Le petit-fils de l’acquéreur de 1925, Georges Courtot, est aujourd’hui le propriétaire exploitant — n° 11 — de ces 14 ha, auxquels se sont ajoutés 4 ha hérités de ses grands-parents maternels : faute de rejoindre la lignée issue de François Mairet et de son épouse, rassembleurs du bien initial, une partie des terres est passée dans le réseau de la parenté élargie, celle qui inclut les parents des alliés ; solution mieux admise, dans la pratique successorale, que la transmission à un « étranger ».

63Pour chacun des cinq autres propriétaires exploitants au village, l’accession familiale à la propriété est relativement récente : elle eut lieu, pour quatre d’entre eux entre les deux guerres, pour le cinquième en 1946. L’un des acquéreurs est l’exploitant encore en activité, à l’âge de 73 ans ; trois sont des ascendants directs, le dernier un ascendant indirect, des actuels propriétaires.

64L’exploitant n° 9, 50 ans, a hérité de son père, en 1937, une propriété de 47 ha constituée de deux lots acquis. Le lot principal — 40 ha dont le père est fermier depuis 1915, ayant succédé au frère du père de son épouse — est acheté en 1921 à un gendarme de Moitron. Le second lot est acquis en 1933 au nom de l’exploitant actuel ; il s’agit des 17 ha de son voisin immédiat, qui se retire sans descendance. L’une et l’autre transactions sont exemplaires pour la période : tandis que la seconde ressortit à une concentration d’ordre économique — « les gros mangent les petits » — favorisée par l’extinction d’une lignée, la première fait partie des récupérations, par les agriculteurs résidents, de biens issus du groupe paysan local mais appropriés hors de la commune durant plusieurs générations à la suite d’une émigration. En effet, les conditions des mutations successives dans la parenté (cf. Annexe II, cas 8, infra ; p. 207 et Fig. 5) du bien hérité par Jean Lapierre de ses parents, qui résidaient à Minot au début du xixe siècle, sont autant d’étapes qui laissent présager l’abandon définitif du patrimoine au bénéfice d’une famille étrangère : le défaut de descendance interrompt la transmission directe dans la lignée des propriétaires ; la translation dans la famille alliée non résidente ne gratifie que des filles, dont aucune n’épouse un agriculteur. Face à ces propriétaires qui n’ont plus ni relation de travail ni relation de colocalité avec un bien dont la rentabilité n’a cessé de diminuer, les fermiers, enrichis dans une conjoncture économique d’après-guerre par la plus-value des produits agricoles, obtiennent facilement l’acquisition des terres qu’ils cultivent ; c’est à la même époque que Jules Voinchet achète les lots qui tripleront son patrimoine familial, que le fermier en place à La Moloise achète la métairie et que se constituent, comme nous allons le constater, d’autres nouvelles propriétés paysannes.

65En 1968, l’exploitant n° 9 a 72 ha en propriété : il a acheté en viager, notamment, une propriété de quelques hectares avec une maison d’habitation, héritée de ses grands-parents maternels par la fille — âgée de 70 ans et célibataire — d’un garde forestier retiré à Minot. Il vient de faire défricher une dizaine d’hectares acquis en 1967 sur la commune de Saint-Broing, et contigus à l’ensemble le plus important de parcelles regroupées de sa propriété. Il prend encore en location une vingtaine d’hectares sur Minot. Sa fille est mariée dans la culture hors du village ; l’un de ses fils, encore célibataire, l’aide sur l’exploitation, qui doit lui revenir, tandis que l’autre fait un apprentissage de commerçant.

66En 1934, Ali Giraudon — qui dirige l’exploitation n° 5 —, fromager venu de Suisse s’installer à Minot en 1925, achète une propriété agricole — terres et bâtiments — de 35 ha, dont l’offre figure durant plusieurs mois dans un journal local ; il s’agit d’un bien de famille, dont le noyau apparaît en 1835 au compte d’un commerçant du village, et que vend son arrière-petite-fille, émigrée dans l’Ariège (cf. Annexe II, cas 9, infra : p. 208). De 1934 à 1939, Ali Giraudon agrandit son bien de 6 ha, par petits lots ; en 1962, il achète 6,40 ha à la veuve, résidant à Paris, d’un propriétaire décédé à Minot. En 1968, la propriété est de 48 ha au sein d’une exploitation de 77 ha gérée par un chef de culture qui habite à la ferme — où un logement est réservé au fils de la maison, propriétaire de Peu-Coteau — tandis qu’Ali Giraudon réside dans une maison proche.

67Ici, comme dans le cas précédent, l’accession à la propriété s’est effectuée par l’achat, en une mutation unique, d’un ensemble important, constitué depuis au moins cinquante ans et quittant pour la première fois la famille des rassembleurs.

68La constitution des propriétés dont bénéficient actuellement les exploitants n° 12, n° 2 et n° 1 s’est opérée différemment, par acquisitions successives de petits lots. Cette appropriation progressive témoigne du comportement des agriculteurs ne disposant pas d’un capital suffisant pour acquérir en une fois un ensemble d’exploitation, mais immobilisant, quasi annuellement, les bénéfices de leur entreprise, au gré des libérations de terre sur le marché local, fréquentes durant la décennie qui suit la Première Guerre.

  • 31 Prédécesseur à la laiterie d’Ali Giraudon.

69– Stephan Galski, venu de Pologne en 1919 comme ouvrier agricole, époux de la fille de fermiers d’une commune voisine, achète, en 1946, alors qu’il est fermier à Minot d’une exploitation de 60 ha, un ensemble de 29 ha, avec une petite ferme, à l’ancien fromager Leckli31 que son origine suisse-allemande a rendu suspect durant la période d’occupation, et qui doit quitter le village ; il ne s’agit pas là d’une transaction portant sur un bien de famille : la propriété du fromager n’est que la somme d’une série d’acquisitions faites entre 1921 et 1931 ; aucun apport d’héritage n’est venu étoffer gratuitement cette patiente entreprise foncière (cf. Annexe II, cas 10, infra : pp. 208). En 1948, Stephan Galski agrandit l’emplacement de sa ferme en rachetant un ensemble de bâtiments contigus ; à son décès, en 1965, sa veuve est usufruitière de 35 ha ; la liquidation de la succession est difficile ; c’est au compte du fils, âgé de 30 ans, marié et père de famille, locataire de Champ-Vivant depuis 1959, que s’inscrit, en 1968, le patrimoine familial qu’il exploite depuis le décès de son père — une sœur est mariée dans la culture hors de Minot, une autre avec un exploitant de Minot : il ne leur revient que 2 et 5 ha.

70– Joseph Duffaud, arrivé du Jura comme ouvrier fromager vers 1930, actuellement propriétaire du commerce le plus prospère du village, le café-tabac-restaurant-hôtel, exploite 40 ha dont 19 sont inscrits au nom de son épouse, fille cadette d’Auguste Vautelot, ancien fermier au village. Il s’agit ici encore d’une propriété entièrement constituée de lots achetés, d’une activité foncière qui tire profit du mouvement relativement intense consécutif à la Première Guerre : (cf. Annexe II, cas 11, infra : p. 209) ; dans le courant de l’année 1968, Joseph Duffaud rachète les 6 ha qu’il loue depuis dix ans à un ancien cantonnier du village retiré dans une commune voisine ; les 15 ha qui restent en location appartiennent au propriétaire du Moulin. Les deux fils, mariés, exercent des professions non agricoles à Minot ; la fille aînée est mariée, hors du village, la seconde suit des cours de secrétariat à Dijon et aide ses parents au café le dimanche.

  • 32 Propriétaire par ailleurs de la moitié des biens indivis de la succession de ses parents (cf. supra(...)

71– Gabriel Berthon et son épouse, le seul ménage d’exploitants qui n’ait pas d’enfants, cultivent la plus petite ferme du village : 58 ha. Depuis 1959, ils sont propriétaires de 10 ha, que leur a vendus en viager, avec la petite ferme désaffectée depuis au moins cinquante ans où il réside, Théodore Mairet, veuf sans enfant de la sœur de la mère de Gabriel Berthon, son père adoptif et son prédécesseur sur l’exploitation jusqu’en 1959. Ce bien avait été acquis par la communauté de Théodore Mairet32 et de son épouse, entre 1922 et 1930, par acquêts de six lots ; le plus important de ces lots — 6 ha —, vendu par un agriculteur émigré à la fin du siècle dernier, faisait partie d’une petite propriété agricole de 15 ha en 1874, dont une partie des terres est déjà « déclarée », en 1791, par l’arrière-grand-père maternel du vendeur.

72J’ai tenté d’exposer par quelles voies et dans quelles conditions les exploitants du village qui, actuellement, font valoir tout ou partie de leurs terres directement, avaient accédé à la propriété. Environ les deux cinquièmes des biens — tant en nombre qu’en surface — ont le caractère de « patrimoines de longue durée », c’est-à-dire constitués, totalement ou partiellement, de parcelles inscrites en 1835 aux comptes d’ascendants des propriétaires actuels, ou certifiées d’appartenance familiale plus ancienne encore par des actes archivés.

73Le rassemblement, effectué par Auguste Camuset et son épouse, de la quasi-totalité des biens disponibles à l’ouverture des successions de trois des communautés de leurs grands-parents, et partagés entre douze preneurs à la génération de leurs parents, est unique.

74Les propriétés des héritiers Mairet et de Georges Courtot sont issues, dans leur majorité, du partage en deux lots des biens inscrits en 1835 au nom de François Mairet : une part a suivi la descendance directe, mais selon un circuit dévié du cours « normal » de la succession des générations dans le temps par diverses incidences démographiques ; l’autre part a échu dans la parenté élargie, par défaut de descendance dans la ligne directe. Mais les trois cinquièmes des propriétés des exploitants actuels ont été constituées relativement récemment. Le phénomène se présente comme une version atténuée, quant aux surfaces engagées, de l’ensemble des mutations qui, dans la même période, font passer aux comptes d’agriculteurs la plupart des métairies d’écart. Au village, la cession par un non-résident, à un agriculteur — les seuls qui achètent —, d’un ensemble d’exploitation important, en une mutation unique, est loin de représenter la forme exclusive des transactions. La variété de contenance et de provenance des lots offerts sur le marché diversifie les formes de l’offre : les adjudications sont fréquentes, qui, émiettant les propriétés, facilitent l’accession progressive à un ensemble agricole de ceux qui ne disposent que d’une épargne limitée et doivent fractionner leurs achats.

75Face à cette propriété encore modeste des exploitants, quelles sont les formes de l’emprise foncière de ceux qui ne cultivent pas mais possèdent 72 % des surfaces travaillées à partir des fermes au village ? Quels événements, à quelles périodes de l’histoire du groupe, ont favorisé l’accession aux bénéfices fonciers de ces étrangers au pays ? Leur « extériorité » est-elle absolue — sans qu’il y ait jamais eu résidence familiale ? L’émigration date-t-elle de plus d’un siècle, ou de moins de cinquante ans ? Enfin, comment les différents degrés de la distance au groupe dans le temps, au site dans l’espace, nuancent-ils leurs intentions foncières face à la demande actuelle latente — et parfois manifeste — du groupe agricole ?

Les propriétaires non agriculteurs

  • 33 La mère du grand-père maternel du locataire était sœur de la grand-mère maternelle du propriétaire.

76Ceux qui résident au village sont peu nombreux et l’ensemble des terres qu’ils louent aux agriculteurs n’excède pas une cinquantaine d’hectares, alors que 708 ha appartiennent à des non-résidents. On peut inclure dans la catégorie les trois exploitants figurant sur la liste affichée à la mairie mais n’ayant en fait aucune activité agricole : l’ancien maire — qui exerça ce mandat continûment de 1935 à 1965 — il donne en location 9 ha de terres achetées par petits lots depuis son installation comme commerçant à Minot, en 1928, à l’un des fermiers de la famille qui détient la plus importante propriété agricole au village ; un exploitant retraité « s’arrange » avec le neveu qui lui a succédé sur l’exploitation et cultive ses trois champs ; le propriétaire du Moulin a un bail régulier avec Joseph Duffaud pour 15 ha. Par ailleurs, c’est à Ali Giraudon, chez lequel son fils est chef de culture, que la doyenne du village, âgée de 91 ans, fille et épouse de bûcheron, loue 2,17 ha, dont la moitié vient de l’héritage paternel ; enfin un retraité de l’aviation civile, dont la grand-mère maternelle est issue d’une des familles ayant le plus grand nombre de représentants au village durant la seconde moitié du xixe siècle, est revenu s’y installer en 1960 ; héritier unique du bien de 13 ha regroupant les acquêts de la communauté de sa mère et de son second mari, et un noyau patrimonial inscrit au nom du grand-père maternel de ce dernier en 1835, il le loue dans la parenté élargie, c’est-à-dire à Gabriel Courtot33, dont la ferme est voisine de sa maison.

77Quant à ceux qui résident hors de la commune, un classement selon la surface détenue apparaît pertinent car il correspond sensiblement au classement par catégorie sociale d’une part, par âge de la propriété familiale d’autre part.

78Sur un ensemble de 708 ha loués par des exploitants du village à des non-résidents, 610 ha sont regroupés sur six comptes de propriété — l’un établit une indivision entre huit frères et sœurs — dont les titulaires, dans leur majorité, vivent en ville ; sur ces six propriétés, cinq sont détenues par la même famille depuis plus d’un siècle.

79Environ 100 ha sont dispersés entre dix-sept comptes ; douze portent des inscriptions inférieures à 2 ha, ce sont des petits lots (prés, clos plantés mais aussi terres) gardés par la dernière vague des émigrés du commerce ou de l’artisanat, entre 1930 et 1955 ; quatre des cinq propriétés qui rassemblent 87 ha relèvent d’une propriété agricole encore active avant la dernière guerre.

80– La Société familiale immobilière des domaines Villerey a été constituée, en 1965, en accord avec la sœur cadette de leur mère, retirée à Minot, âgée de 75 ans et sans descendance, par les huit petits-enfants de Charles, qui laissa à son décès, en 1918, un fonds de 423 ha. La propriété comprend alors 410 ha, répartis de la façon suivante : un peu moins de 100 ha de friches et bois en petites parcelles dispersées surtout dans les marges du terroir ; la moitié de la métairie de Charme, soit 89 ha ; 227 ha de terres situées autour du village — plus du quart de l’ensemble qui fut remembré en 1959 — et dont la location se trouve répartie, en 1968, entre quatre exploitants.

81L’exploitant n° 8 ne cultive que les terres des Villerey (87 ha), il a repris et joint, en 1959, deux petites fermes exploitées l’une par son père, l’autre par l’époux d’une sœur de sa mère ; il utilise pour l’exploitation les bâtiments de la seconde ferme et vient de racheter ceux de la première où, célibataire, il vit avec ses parents.

  • 34 Georges Potey (1884-1892 : 19 et sq.) y décèle les traces de l’architecture des Templiers dont les (...)

82René Mairet exploite, avec 17 ha en propriété familiale héritée de ses parents, 61 ha appartenant aux Villerey : le siège de l’exploitation est une des plus anciennes fermes du village34 qui fut acquise en 1823 par le grand-père de Charles Villerey et garda des allures de maison de maître tant que son père, Jean-Baptiste, notaire à Aignay, y habita.

83L’exploitant n° 10 n’a aucune terre en propriété ; il exploite, à partir d’une ferme qui appartient aux arrière-grands-parents maternels de Charles Villerey, 62 ha pour la Société, et 38 ha répartis sur trois comptes de propriété.

84Gabriel Berthon, propriétaire de 10 ha, est bailleur d’un lot de 17 ha sans bâtiment que la fille de Charles Villerey appelle encore « la petite ferme » ou « la réserve » ; la coutume de « vivre sur soi », qui impliquait des échanges en nature mais très peu de circulation monétaire, était vécue à tous les niveaux de la hiérarchie sociale, dans le groupe dont les Villerey étaient issus : au tournant du siècle encore, la « réserve » de la famille n’était pas affermée mais « faite à façon », à partir de petits bâtiments annexes à la maison bourgeoise acquise par Jean-Baptiste en 1880 : on en tirait, comme dans les foyers les plus modestes du village, les ressources de base nécessaires à la subsistance de la famille.

85C’est au compte de l’arrière-grand-père Jean-Baptiste, puis du grand-père Charles, son fils unique, qu’affluent, entre 1860 et 1914, les lots qui constituent le patrimoine actuellement indivis de la Société. Cependant, les formes d’accession à la propriété sont différentes à l’une et l’autre générations : Jean-Baptiste et son épouse, tous deux enfants uniques, sont essentiellement des héritiers (cf. Annexe II, cas 12, infra : p. 209). Charles, leur fils unique, qui épouse à 39 ans, deux ans seulement avant le décès de son père, une parente de propriétaires exploitants du village, double, par une activité constante sur le marché local durant vingt-cinq ans, le fonds qu’il a reçu de ses parents.

  • 35 Charles Villerey prête de petites sommes à ses fermiers, à un intérêt réduit : 2 % à l’un, « pour c (...)
  • 36 Quand le grand-père d’un des actuels fermiers de la famille Villerey reprend une des fermes, en 190 (...)

86Ce rassemblement foncier apparaît comme la contrepartie positive de l’effondrement de la petite propriété agricole. Dès 1870 en effet, on constate, et de nombreux actes passés devant notaire en témoignent, que s’accroît l’endettement des agriculteurs ; de 1880 à 1900, les ventes de matériel agricole et de terres, les résiliations de bail, les faillites se multiplient ; souvent l’émigration s’ensuit — entre 1891 et 1901 la commune perd 100 habitants, le quart de son effectif ; les propriétaires ne trouvent plus de fermiers ; pour les retenir, ils doivent leur consentir des avances sur le cheptel ou le train de culture35, voire les aider à nourrir leur famille36 ; « le métier de la terre ne rapportait plus rien » commente une informatrice, et ceux qui sont arrivés à traverser la crise sans perdre leur bien « n’y sont arrivés », selon leurs descendants, « qu’à force de travailler sans rien dépenser » ; aucun bénéfice sur les produits ne vient alimenter le budget des petites entreprises familiales. Chez certains, on arrive juste à manger, et quand le besoin d’argent est trop criant, on se tourne vers ceux qui, sur place, peuvent en fournir : deux ou trois commerçants ou rentiers de la terre, l’instituteur et, surtout, les Villerey.

  • 37 Les emprunteurs témoignent de leur reconnaissance ; l’un d’eux propose, dans une lettre datée de 18 (...)

87Jean-Baptiste déjà, notable et manieur de fonds par sa charge — il est notaire à Aignay de 1847 à 1862 —, rassembleur de terre par ses bénéfices d’héritier, est le prêteur privilégié : sur son livre de comptes figurent les noms de ses obligés, artisans, manouvriers, veuves, domestiques, pour des sommes variant de 40 à 1 000 francs ; l’intérêt courant est 5 %, mais « à notre meunière la mère B. », « à Fanfan S. », « à mon cousin Mathieu, tonnelier », on fait confiance et la dette n’est due que « par sa reconnaissance » de débiteur. La relation semble vécue avec bonhomie37, favorisée sans aucun doute par l’imbrication des relations de parenté dont témoigne, à l’époque, l’extension du cousinage.

  • 38 La suite de l’énumération évoque avec précision la situation de faillite où sont acculés de nombreu (...)

88Après 1880, cependant, la situation s’aggrave ; les sommes empruntées sont plus conséquentes et gagées par le train de culture ou les terres. Dans les cas fréquents de non-remboursement de la dette, les Villerey recouvrent les biens hypothéqués : en 1882, Blaise Villerey, cultivateur et marchand de laine, lointain parent de Jean-Baptiste, lui emprunte 7 500 francs ; en 1896, après son décès, sa veuve revend les 30 ha du domaine familial à Charles Villerey. Quand, en 1884, Antoine Mortelot et son épouse émigrent en ville avec leur fils, ils empruntent 9 000 francs à J.-B. Villerey pour acheter un commerce ; vingt ans après, ils n’ont pas remboursé leur dette, leurs terres — 13 ha, estimés 8 000 francs — reviennent en paiement au créancier. En 1886, au décès d’un agriculteur descendant d’une famille notable — comme en témoignent les 38 chemises dénombrées dans l’inventaire de son trousseau ! — la dette de 2 160 francs due à « Villerey notaire » figure en première place sur la liste des éléments du passif de la communauté38 ; les terres sont vendues pour satisfaire les créanciers. En 1889, Eugénie Lachaud, épouse de François Mairet, et son frère doivent liquider les terres dont leur père leur a fait don par partage d’ascendant ; les 3 850 francs retirés de la vente ne suffisent pas à rembourser la totalité de sa créance ; il faut vendre le train de culture. En 1895, c’est un prêt hypothécaire de 12 500 francs que signe J.-B. Rougelin, qui a constitué, autour d’un petit héritage paternel, une propriété de 23 ha ; l’intérêt est faible, mais il ne peut rembourser sa dette ; après son décès, les terres passent à ses créanciers. En 1898, Gabriel Lapierre, octogénaire, après avoir vendu, parcelle par parcelle, le bien familial, donne quittance à trois prêteurs, dont Charles Villerey, d’une somme de 5 104 francs.

89Ces exemples, choisis parmi d’autres, rendent compte de l’importance du processus de translation des terres agricoles à la grande propriété bourgeoise résidente. Entre 1886 et 1906, cinq propriétés agricoles — terres et bâtiments —, totalisant 115 ha, passent au compte de la famille Villerey, sans mentionner les lots plus modestes ; la série de ces cessions, liées aux nombreux départs de familles ancrées au village, traduit clairement l’appauvrissement des paysans modestes, qui ne peuvent surmonter les crises agricoles, et la concentration des biens abandonnés entre les mains de notables locaux.

90La famille Villerey est d’origine paysanne et son accession à la bourgeoisie s’opère par étapes. Vers 1870, le notaire habite encore un des corps de bâtiments de la ferme achetée par son père en 1823 ; certes, derrière la maison, il y a, selon la description qu’en donne sa petite-fille, « un grand clos aux murs couverts d’espaliers, une charmille, un jardin de fleurs », mais devant, c’est la cour qu’on partage avec le fermier : « ils avaient le même nombre de poules, ils relevaient les œufs chacun leur semaine ». Charles achète, en 1890, à une petite-fille, célibataire et âgée, de Jean Vautelot dit le Jeune, riche marchand de laine du début du siècle, la grande maison entourée d’un jardin où ses petits-enfants et arrière-petits-enfants passent encore une partie de l’été ; cette demeure est vite désignée comme « le château du bas ».

  • 39 Au chef-lieu de canton, le descendant d’une longue lignée de propriétaires bourgeois confirme la pl (...)
  • 40 Soigneusement rangé encore avec les « papiers de famille ».

91Un ancien fermier évoque les relations de sa famille avec les Villerey : « Mon père a été quarante ans sur la même ferme, ce sont les plus anciens fermiers qui portent le corps à l’enterrement du propriétaire39, mon père a porté Monsieur Villerey, j’ai porté Madame Villerey et son gendre » ; il insiste sur la cordialité de ses rapports avec ce dernier, qui fut le gérant actif des biens de famille après son beau-père et l’un des instigateurs du remembrement. « Entre nous pas de papiers, je faisais mon compte, j’écrivais sur le carnet40, j’allais à Dijon chez lui le payer ; des fois on n’était pas d’accord, je gueulais ; quand il me voyait arriver, il disait : “Voilà la forte tête.” J’y restais déjeuner des fois, on mangeait bien, pendant qu’il disait le bénédicité, moi je ne disais rien, je restais à attendre que ce soit fini. »

92Malgré la dispersion, depuis la Seconde Guerre, des descendants de Charles Villerey, les relations actuelles avec les fermiers en place restent marquées par la longue durée de l’interconnaissance des familles.

93– Les biens des descendants de Jean Vautelot : un bien foncier qui comporte, avant 1830, environ 200 ha, répartis entre les petits-enfants de Jean Vautelot, laboureur décédé à Minot en l’an VIII, reste durant quatre générations dans sa lignée (cf. Fig. 5).

94La propriété de son fils aîné Jean dit le Jeune qui, avant son décès en 1829, partage 90 ha entre ses cinq enfants, appartient toujours (cf. Annexe II, cas 13, infra ; p. 210), en 1968, à ses descendantes, Claire Maurot et Marie Jobard, arrière-petites-filles d’une fille et d’un fils ; sans savoir précisément le cheminement de leur parenté, elles se reconnaissent « cousines par les Vautelot ».

95Au village, le lien de parenté (cousinage au troisième degré) qui unit Claire Maurot et Marie Jobard est peu connu ; l’une et l’autre sont âgées, n’ont jamais vécu à Minot, et les relations avec les fermiers passent par la fille de l’une, le gendre de l’autre ; leurs arrière-grands-parents, sœur et frère, ne résidaient pas à Minot et, dès cette génération, pour l’une d’elles, le patronyme de leur ancêtre commun disparaît. Pour l’une comme pour l’autre, les biens fonciers sur Minot ne constituent que des parties d’ensembles accumulés par les alliances avantageuses de leurs ascendants ; l’extension de leurs biens hors des limites communales souligne aux yeux de la communauté actuelle leur position hors du groupe ; la dispersion des propriétés dans plusieurs communes accentue sans aucun doute la distance établie par la non-résidence des ascendants.

96La masse des biens sur Minot — une ferme de 28 ha et la métairie de Lourosse — que se partagent, à son décès, les quatre enfants de Jean-Baptiste (1758-an XII), frère cadet de Jean dit le Jeune, reste intégralement dans la descendance de l’un d’eux, également prénommé Jean-Baptiste, jusqu’en 1933 (cf. Annexe II, cas 14, infra ; p. 211). À cette date, le domaine de Lourosse, dont les propriétaires sont décédés sans descendance, est vendu dans la parenté par alliance des Vautelot. La ferme du village, agrandie jusqu’à 40 ha par Emile Vautelot, petit-fils du second Jean-Baptiste, et donnée en dot à sa fille Jeanne en 1933, est exploitée par cette dernière et son époux jusqu’en 1959. Le remariage, après son décès, de l’époux auquel elle avait fait donation de son bien, prive définitivement sa parenté du patrimoine familial.

FIGURE 4. Rassemblement des terres familiales

97Emile Vautelot, exploitant à Moitron une ferme achetée par son grand-père qui était né à Minot, visitant fréquemment sa ferme de Minot qu’il donnait à bail, réputé dans tout le canton pour ses compétences et son intégrité de maquignon, ne fut jamais, au village, aussi « étranger » que ses cousines Marie Jobard et Claire Maurot. L’enchaînement des hasards démographiques et des choix individuels qui privèrent sa descendance d’un bien acquis par sa famille depuis au moins 150 ans est ressenti encore par les habitants du village comme une injustice faite à l’un des leurs ; la coïncidence scandaleuse de la non-parenté et de la gratuité rompt la régularité du modèle de transmission patrimoniale.

  • 41 Alors qu’au décès de Charles Villerey en 1918, la propriété s’étendait sur 423 ha, des réductions p (...)

98L’évolution sociale des deux vastes ensembles familiaux qui viennent d’être analysés présente des points communs. L’un et l’autre furent constitués à partir de la moyenne et de la grande propriété paysanne telle qu’elle se mettait en place dans les premières décennies du xixe siècle. Les familles se sont détachées du groupe paysan dont elles étaient issues, détachement opéré moins par le changement de résidence à l’une ou l’autre génération que par le changement de profession et donc de classe des propriétaires. Dans la perspective des 160 dernières années, la propriété Villerey relève d’une histoire encore jeune, quoique arrivée sans aucun doute au terme de sa période progressive41, tandis que la propriété Vautelot, ensemble plus anciennement constitué, dont les lots se sont maintenus durant plus d’un siècle dans chacune des lignées qui en avait été investie, a déjà subi un démantèlement partiel.

99La situation hors du groupe local est sensiblement différente pour la famille Villerey et pour les descendants des frères Vautelot. Depuis 60 années couvrant trois générations au village, la propriété Villerey reste un bloc peu entamé, indivisé, le plus vaste ensemble de l’histoire foncière de la communauté depuis la dispersion des biens de la famille Mairetet, détentrice de la seigneurie à la fin de l’Ancien Régime ; si l’on fixe à la date du décès de la veuve de Charles Villerey (1939) le changement de résidence des propriétaires, l’émigration n’a pas été brutale, mais progressive ; la gestion directe des biens familiaux par l’époux de la fille aînée de Charles Villerey d’abord, puis par une de ses filles, les fréquents séjours des huit petits-enfants et de leurs familles dans la maison de Minot, enfin la retraite définitive au village de la fille cadette de Charles Villerey, maintiennent des relations personnelles entre les membres de la famille propriétaire et les habitants du village. C’est probablement à la génération des dix-sept arrière-petits-enfants, dont les premiers-nés arrivent à l’âge adulte, que se produira la rupture définitive : élevés en ville, formés aux modèles urbains d’activité et de loisirs, il est peu probable qu’ils soient tentés de revenir souvent à Minot. Leur grand-tante évoque avec sérénité la dispersion éventuelle du fonds patrimonial, pour contribuer à l’installation des jeunes.

100Il ne peut y avoir aucune mémoire, au contraire, dans la population actuelle, d’une famille Vautelot propriétaire de plus de 200 ha sur la commune, dont les membres émigrèrent entre 1840 et 1860. Certains, parmi les habitants les plus âgés, savent qu’il y a un lien de parenté éloignée entre les propriétaires des fermes n° 3 et n° 4, et que l’une et l’autre étaient aussi en parenté avec Jeanne Vautelot, décédée en 1959 ; pour l’ensemble des habitants cependant, les biens issus du patrimoine des frères Vautelot sont appréhendés comme des unités patrimoniales isolées et non comme les lots dispersés d’un ensemble préalablement constitué.

101– Petit-Velbret et Champ-Vivant, deux ensembles fonciers de contenance supérieure à 50 ha, appartiennent à des propriétaires forains dont aucune relation avec le groupe résident n’apparaît dans l’enquête ni dans les archives ; les rapports avec les fermiers passent par l’intermédiaire du notaire d’Aignay.

  • 42 Ils sont défrichés en 1969 et les terres louées au fermier de Champ-Vivant.

102L’ancienne métairie du Petit-Velbret, dont les bâtiments sont abandonnés depuis 1913, comprend encore, en 1968, 18 ha de bois42et 35 ha de terres louées à la famille Courtot depuis 1914 ; à cette date, le grand-père de l’actuel exploitant déclina l’offre de vente qu’on lui en fit. La propriétaire de Petit-Velbret, très âgée — elle décède en 1969 —, veuve d’un notaire, réside à Tonnerre ; elle est la descendante directe du propriétaire inscrit en 1835 pour le même fonds et dont on sait seulement, par l’inscription cadastrale, qu’il résidait dans l’Yonne.

103L’ancienne métairie de Champ-Vivant — 75 ha de terres cultivées sur les 93 ha du lot foncier — appartient à un propriétaire résidant en Moselle (cf. Annexe II, cas 15, infra : p. 212). La terre est louée, depuis le décès du dernier propriétaire-exploitant, en 1959, par un jeune fermier également propriétaire, par le règlement récent de la succession de son père, Stephan Galski, de 35 ha au village. Allié à une famille d’agriculteurs notables dans une commune voisine, père de deux enfants, il apparaît comme l’un des jeunes exploitants les plus entreprenants de la commune ; il est probable que, si le lointain propriétaire de Champ-Vivant met en vente, il se portera acquéreur.

104En dehors des grands lots qui regroupent 85 % de la surface des terres louées par les exploitants à des propriétaires ne résidant pas au village, deux séries de lots modestes, appartenant à dix-sept émigrés de la première ou de la seconde génération, n’occupent que 98 ha : douze lots fonciers, dont la contenance varie de quelques dizaines d’ares à 2 ha, appartiennent soit à des émigrés âgés qui ne passèrent que leur enfance à Minot, soit à des émigrés plus jeunes qui n’ont jamais résidé au village mais y gardent encore la maison et le champ de leurs parents : un hôtelier, un cerclier, une couturière, un maçon… jamais un agriculteur. Chacun de ces lots minimes est cultivé par l’exploitant qui l’insère le plus aisément dans un ensemble cultural ; ils se trouvent en fait dispersés entre huit exploitations.

  • 43 L’histoire foncière de la propriété de la veuve de Michel Tourski n’a pas été reprise en annexe pui (...)

105Cinq lots plus importants43 apparaissent comme les témoins résiduels du type le plus courant dans la commune, jusqu’à la Première guerre, de la petite propriété paysanne exploitée directement. Ils résultent d’une accumulation lente de petits acquêts, d’héritages réduits parfois à quelques parcelles, au cours de trois ou quatre générations (Annexe II, cas 16, 17, 18, 19, infra : pp. 212-214) ; transmis de père en fils, trois de ces biens ne furent abandonnés à des héritiers émigrés qu’au décès de ceux qui les cultivaient, en 1945, 1954 et 1960. Actuellement, ces propriétés agricoles modestes semblent appelées à disparaître, absorbées, dans le processus accéléré de concentration, par les exploitants en place. En 1970 Théodore Grivot avait vendu toutes ses terres sur Minot — chacun de ses locataires ayant acheté son lot ; René Vernet faisait savoir à l’automne qu’il attendait des offres ; il est probable que les veuves de Michel Tourski et de Gilbert Lacagne, qui n’ont jamais résidé à Minot, auront des comportements analogues quand la majorité de leurs enfants cohéritiers libéreront les successions. Lucienne Toussaint, elle, a grandi dans la ferme de son père au village et ne l’a quittée qu’à son mariage ; elle reste en relation avec plusieurs habitants de Minot et nie toute intention de vendre un bien familial auquel elle reste sentimentalement liée.

106L’état foncier de la commune, à partir duquel a été menée cette analyse, a été fixé au printemps 1968. Cette date de référence n’a été outrepassée que lorsqu’il était nécessaire d’éclairer, par la mention de faits postérieurs, le sens des situations observées : ainsi, bien que le résultat des mutations foncières engagées parallèlement aux défrichements n’ait été enregistré qu’en 1970, les opérations commencées à l’automne 1967 ne pouvaient être exposées que dans leur ensemble.

107La translation foncière qui s’est opérée en faveur des exploitants en place a d’ailleurs dépassé le cadre de l’action de la SAFE ; hors de la zone défrichée, plusieurs propriétaires ont cédé des lots de 5 à 8 ha de terres. Ainsi, des exploitants qui n’avaient aucune propriété au début de 1968 sont devenus propriétaires — le fermier de Grand-Velbret a 19 ha, les exploitants des fermes n° 3 et n° 4 ont respectivement 10 et 8 ha ; d’autres ont agrandi leur fonds — le fermier de Champ-Vivant a agrandi de 13,57 ha sa propriété au village ; le propriétaire de l’exploitation n° 7 a acquis 13 ha de plus.

108Certes, les grands lots de la propriété non résidente sont encore en place ; mais leurs bénéficiaires sont pour la plupart des gens âgés, dont les descendants habitent en ville et se trouvent totalement détachés du patrimoine familial considéré seulement comme un capital investi. Au contraire, la grande majorité des exploitants est relativement jeune ; la rentabilité des entreprises — les produits commercialisés bénéficient de prix soutenus — leur permet d’envisager de lourds emprunts fonciers au Crédit agricole. Des transactions sont déjà en cours entre propriétaires non résidents et exploitants en place dont l’emprise sur le territoire communal ne peut que s’accroître dans les prochaines années.

Les mécanismes de la transmission des patrimoines

109En tentant cette analyse historique de l’appropriation foncière, j’ai mis en rapport, essentiellement, les taux et les rythmes du changement avec les termes de la relation — parenté/non-parenté — entre les partenaires. Reste à préciser, l’interprétation des actes notariés éclairant celle des inscriptions cadastrales, l’évolution des modalités de la circulation des biens dans le réseau de parenté, c’est-à-dire les pratiques mises en place pour assurer, sans porter atteinte trop brutalement à la stabilité normative du groupe, son adaptation à l’histoire.

110À Minot, comme dans tout le département, « une impression de morcellement continu se dégage de l’examen des cotes foncières pendant la première moitié du xixe siècle » (Laurent 1931 : 41). En fait, tout au long du siècle reste appliquée la règle de la division du patrimoine foncier en autant de lots égaux qu’il se trouve d’héritiers directs ; cependant, à partir de 1860 environ, on assiste à des efforts d’indivision ou de moindre division du patrimoine qui indiquent le sens du changement souhaité par le groupe. On verra que ce changement ne s’opère que lentement et de manière discontinue, les comportements conservateurs freinant les initiatives audacieuses. C’est seulement à la fin du siècle que le renforcement de la notion d’unité d’exploitation, fondée sur la prévalence de sa fonction économique, stabilise la petite propriété agricole et que se généralise l’indivision successorale de l’exploitation familiale, indivision que sanctionnera la loi du 7 juin 1938 et qu’aménageront des lois ultérieures.

  • 44 Il est essentiellement question des terres agricoles et des bâtiments d’exploitation, les autres bi (...)
  • 45 Les dotations patrimoniales faites à l’occasion d’alliances deviennent rares après 1830 ; elles don (...)

111C’est par « donation entre vifs » ou « partage d’ascendants » que les patrimoines fonciers44 se transmettent le plus fréquemment aux héritiers : les droits d’enregistrement sont réduits et les donateurs peuvent « charger » à leur gré la donation, donc bénéficier d’une contrepartie du don, variable selon la situation des familles dans l’échelle sociale, mais aussi selon que la donation des fonds précède de peu le décès du donateur ou s’accomplit ultérieurement, à l’occasion par exemple de la dotation d’alliance faite à l’un des héritiers45 : quand, en 1836, Germain Toussaint partage 21,29 ha entre ses huit enfants, ils doivent « servir solidairement au donateur en un seul paiement, le premier janvier de chaque année, en sa maison de Minot, une pension annuelle et viagère de trois cent cinquante francs ».

112En 1860, le gendre du notaire de Salives, après le décès de son épouse, fait donation des biens de leur communauté — 170 ha environ, dont la métairie de Grand-Velbret et un domaine sur Thorey — à ses deux fils ; le revenu du patrimoine étant évalué à 850 francs, c’est « une rente annuelle et viagère de 600 francs que MM. les donataires s’obligent solidairement de payer, en bonnes espèces au cours actuel et non autrement »…

  • 46 Il s’agit de « 26 doubles décalitres de blé couceau de bonne qualité
    14 doubles décalitres de pommes (...)

113Dans les familles pauvres, la rente viagère versée par les donataires équivaut à une prise en charge quasi totale des ascendants et parfois d’un cadet : la veuve de Bénigne Mathenet, qui était tisserand, partage en 1846 une maison et sept pièces de terres — d’une contenance totale de 1,21 ha — entre ses trois enfants ; les aînés bénéficient des lots fonciers, mais doivent verser à leur mère et à leur jeune frère une rente annuelle qui égale au moins le revenu des biens cédés46.

114Le cas est fréquent même, quand sévit la crise économique, de parents gratifiant leurs descendants de biens endettés : Jean Lanier, grand-père maternel de l’épouse d’Auguste Camuset, partage en 1873, entre ses sept enfants, son fonds de 27 ha ; ceux-ci lui serviront solidairement une rente viagère de 500 francs et paieront 7 500 francs de dettes. En 1876, J.-B. Lachaud, ancien charron, partage 5,57 ha entre son fils, instituteur dans le département, et les enfants mineurs de sa fille décédée et d’un scieur de long, contre une rente de 115 francs payée par le premier, et la charge, pour le second, de lui verser chaque année 6 doubles décalitres de froment, la même quantité de pommes de terre, 10 kg de lard salé, 2 kg de beurre et 2 litres d’huile ; une clause annexe précise que les donataires se sont engagés à payer aussi 2 900 francs de dettes contractées par le donateur, chacun par moitié.

115En 1882, Victor Lachaud établit un partage entre sa fille Eugénie, épouse de François Mairet, le grand-père de Théodore, et son fils ; ce sont eux qui encaissent la faillite de l’exploitation paternelle en 1889 ; pressés par les créanciers, ils doivent vendre non seulement les terres mais le train de culture ; il ne leur reste rien.

  • 47 La donation d’une partie de la propriété agricole sur laquelle résident et travaillent les parents (...)

116Dans les actes de donation sont parfois mentionnées, outre les prestations en nature et en espèces, les charges d’assistance : lors du mariage de sa fille, en 1825, avec Jean-Pierre Vautelot, fils de Jean le Jeune, Charles B. lui fait don de la moitié d’un domaine de 66 ha à Fraignot — moyennant une pension de 300 francs ; il est stipulé aussi que, « en reconnaissance de la présente donation, les futurs demeureront dans une des maisons dépendantes dudit domaine près des père et mère B. pour les aider dans leurs besoins et les soigner… »47.

117Quand Marie et Anne Vautelot, célibataires sexagénaires, font donation de leurs biens — un domaine de 40 ha sur Minot —, en 1861, à leurs trois frère et sœurs, les charges des donataires comportent une rente en espèces, des corvées et charrois pour l’entretien des bâtiments, des versements en nature, « dont 6 chapons gras, à livrer dans les moments convenables et suivant les besoins des donatrices » ; cependant, l’engagement essentiel consiste à « donner auxdites donatrices tous les soins dont elles auront besoin pendant leur vie, tant en santé qu’en maladie, soit par une assistance personnelle, soit en leur procurant une gouvernante de leur choix ».

118L’examen des actes de partage et de donation révèle donc à la fois la valeur essentielle attribuée à la nature du don — argent, nourriture, assistance sont cumulés en échange de la terre — et le maintien de l’emprise de la génération possédante sur celle qu’elle gratifie, à travers les modalités de l’échange. Encore les réserves de biens mentionnées par les parents impliquent-elles rarement à Minot, on l’a constaté, une cohabitation ; la plupart des donateurs partageant leurs biens au moment où ils se retirent de la vie active, les réserves portent le plus couramment sur l’usufruit d’une résidence et les quelques parcelles — verger, chènevière, pré et champ — qui suffisent à assurer la subsistance d’un couple âgé.

119Le partage d’ascendants exige l’égalité des lots entre les héritiers et la pratique du tirage au sort souligne l’égalité des chances. On va jusqu’à morceler la parcelle : la pratique est fréquente pour les prés, rares et précieux, et d’ailleurs toujours mentionnés à part dans les indications de contenance des propriétés. Toutefois, le partage en quarts de chacune des parcelles de la métairie de Lourosse (99 ha) entre les quatre enfants de Jean-Baptiste Vautelot est unique ; les effets n’en dépassèrent pas ceux de l’inscription garantissant la stricte égalité d’attribution : l’ensemble d’exploitation ne s’est jamais trouvé effectivement divisé.

120Il apparaît avec évidence que, pour chaque opération de partage, le degré de morcellement du fonds est fonction de sa surface initiale et du nombre de descendants à pourvoir. Quand il s’agit d’une propriété dont la contenance approche ou dépasse la centaine d’hectares, chacun des enfants d’une famille nombreuse moyenne (trois à cinq) peut bénéficier d’un lot valable dans le cadre de l’économie locale : quand Jean Vautelot le Jeune dote son fils, à l’occasion de son mariage, il lui abandonne « le 1/5e d’un domaine de 92 ha de terres et 5 ha de prés », regroupés autour de trois fermes, sis sur Minot ; « les parents — est-il précisé — se proposent de faire donation entre vifs des quatre autres cinquièmes ». Cette donation devient effective en 1827 ; chacun des enfants de Jean Vautelot a donc reçu un lot qui équivaut à une exploitation de taille moyenne pour la période.

121De même, lors du partage qui a lieu plus tard en 1891 entre les trois arrière-petits-enfants de Jean-Baptiste Vautelot, frère de Jean le Jeune, chacun des héritiers reçoit respectivement une ferme au village de 40 ha, une métairie d’écart de 99 ha et un ensemble foncier non agricole sur une commune limitrophe.

122On constate, au contraire, que s’effondre l’exploitation en faire-valoir direct du laboureur à une ou deux charrues du début du siècle, quand les héritages sont partagés entre une trop nombreuse descendance — les familles de six à dix enfants sont alors fréquentes au village : Nicolas Guillaume, notable et maire durant les années révolutionnaires, propriétaire et laboureur d’au moins 35 ha à son décès, en 1827, a partagé son bien entre les six enfants de deux épouses ; en 1835, cinq de ses enfants sont inscrits au cadastre pour un lot de 6 ha (sa fille Madeleine, mariée hors de la commune, a déjà liquidé sa part, par vente dispersée dont ses cohéritiers n’ont récupéré que quelques parcelles) ; après 1836, Noël, manouvrier, quitte le village ; de Salives, en 1854, il vend son lot, hors de sa parenté ; après ces deux ventes, le tiers du patrimoine familial se trouve donc dispersé. Un autre tiers est rassemblé au bénéfice des descendants de François Mairet, cultivateur, et de son épouse Marie Guillaume, par la donation de son bien que consent le frère aîné de Marie, Nicolas, qui passe toute sa vie au foyer de sa sœur comme domestique. Jean-Baptiste, le cadet, garde son lot de 6 ha, qu’il joint à des terres prises en location au village ; son patrimoine, intact, passe à son fils unique Antoine, puis à la fille de ce dernier, épouse d’Auguste Camuset. Marie-Anne, la dernière fille de Nicolas Guillaume, et son époux reconstituent, à partir de ce noyau patrimonial et par des achats hors de la parenté, une petite propriété agricole de 15 ha, insuffisante pour élever leur famille puisqu’en 1847, ils prennent à bail les moulins et leurs terres, et quittent le village pour reprendre une plus grande ferme en 1858. Des quatre enfants entre lesquels ils partagent leurs terres, en 1873, trois émigrent et vendent leurs parts à des non-parents ; l’aîné abandonne, à 40 ans, la profession agricole pour celle de mercier, mais assume cependant, à cette génération, le rôle de chaînon de transmission généalogique du patrimoine : son lot (4,8 ha) joint à l’héritage de son épouse (6 ha) reste indivis dans sa descendance, où le métier agricole est définitivement perdu, durant trois générations : une vente par adjudication, en 1948, disperse l’ensemble.

  • 48 Cf. Annexe II, cas 16, infra : pp. 212.

123On suit ici le processus déclenché par le partage de la propriété à chaque génération : par la dispersion du fonds qui, pour toute une classe d’exploitants, soutient l’entreprise économique, celle-ci se trouve annulée. Ces effets négatifs sont ressentis par les intéressés qui tentent, au niveau de la fratrie, des rassemblements partiels : lorsque Germain Toussaint, en 1836, partage ses biens entre ses huit enfants, les parts sont constituées à partir d’une masse successorale qui comprend 21,30 ha de terres, une ferme, une maison et de l’argent dont la répartition pondère l’inégalité de contenance des lots fonciers ; ainsi, Nicolas le Jeune reçoit 1,50 ha de terres et la moitié des bâtiments de la ferme, mais doit rendre à deux de ses sœurs quelques centaines de francs. Le fils aîné reçoit 4,20 ha ; il émigrera, après avoir vendu un ensemble de 20 ha, en 1840 ; une fille, Anne, qui vit avec son père au moment du partage, n’y figure pas et se marie la même année hors du village. Des trois filles qui restent à Minot, Marie, épouse d’un agriculteur sans terre, reçoit 0,50 ha qu’elle vend à son frère Jean en 1839 et une maison qu’elle garde ; Jeanne, épouse de Louis Maréchal, aubergiste et déjà propriétaire, apporte son lot à la communauté conjugale ; une autre, Jeanne, épouse d’un marchand de bois, garde son lot qu’elle lègue, en 1872, n’ayant pas de descendants directs, à la veuve de son frère Nicolas, mère de six enfants. Nicolas, qui fut fermier au village, a vendu sa part peu avant son décès, en 1861 ; Jean, cabaretier, puis fermier à Charme, à La Moloise, de nouveau à Charme, père de dix enfants dont six atteignent l’âge adulte, vend, dès 1839, son lot de 4,12 ha (incluant 0,50 ha racheté à sa sœur Marie), moitié à son frère aîné, moitié à son frère Nicolas le Jeune ; à ce dernier, qui a reçu la moitié des bâtiments de la ferme, il cède aussi, dès 1836, l’autre moitié qui lui était échue. Nicolas le Jeune, installé sur la ferme paternelle, rassemble d’abord 5 ha du patrimoine dispersé — son propre lot, une part de celui de Jean, quelques parcelles rachetées lors de la vente par adjudication des biens du frère aîné — puis, par une série d’achats hors de la parenté, constitue une propriété qui atteint 17 ha à son décès, en 1867 ; sa veuve et ses trois plus jeunes enfants remettent alors au seul fils aîné, moyennant le paiement de 2 800 francs de dettes, le train de culture et le bail de la ferme48.

124On constate, par cet exemple, le peu d’efficacité des tentatives de regroupement, dans la collatéralité, du patrimoine divisé : pour chacun des huit enfants d’un laboureur modeste, le capital disponible pour des achats fonciers reste faible ; d’autre part, pour la grande majorité de ceux qui exercent par ailleurs une activité agricole, artisanale ou commerçante, un bien propre de quelques hectares procure la sécurité du pain quotidien ; ne s’en défont que ceux qui quittent le village, ou se trouvent, dans leur vieillesse, acculés à une situation proche de la misère — à plus de 70 ans, ils sont recensés comme « journaliers », « domestiques », « manouvrières ».

  • 49 Dans les années post-révolutionnaires, les traités de mariage sanctionnent la fondation de la commu (...)

125Ainsi, durant la première moitié du xixe siècle, les tentatives individuelles de rassemblement au niveau de la fratrie restent sans grande portée sur la dispersion qu’entraîne le partage égal des propriétés agricoles de taille moyenne entre une nombreuse progéniture. Par ailleurs, dans la situation d’isogamie rarement transgressée — un héritier de moins de 5 ha n’épouse pratiquement jamais une héritière de plus de 25 ha et réciproquement —, les apports gratuits d’héritage qui échoient à chacun des membres d’un couple49 restent insuffisants pour pallier la dispersion à venir entre les enfants.

126Le maintien de l’intégralité du patrimoine, ou sa moindre dispersion, dépend donc essentiellement de facteurs démographiques favorables. Sur la circulation des terres dans le réseau généalogique, les situations de célibat, les mariages stériles ou à enfant unique, les alliances dans la parenté — entre cousins germains notamment — ont des conséquences manifestes. On constate que, dans certaines familles paysannes propriétaires d’un bien de contenance moyenne en 1835, ces occurrences constituent des séries qui, non seulement assurent l’inscription de l’intégralité du patrimoine à la troisième ou quatrième génération, mais encore favorisent, par l’accumulation des apports d’alliance, un accroissement du capital foncier permettant l’accession à la profession de rentier du sol et à la classe bourgeoise.

  • 50 La mère de Marie Desprey, Marie Dugat, était également fille unique.

127On ne cite que pour mémoire la somme des biens — 170 ha environ — hérités par Jean-Baptiste Villerey et Marie Desprey, tous deux enfants uniques50 ; c’est à un fils unique, qui n’aura que deux héritiers, qu’ils laissent ce patrimoine, augmenté d’une cinquantaine d’hectares acquis.

FIGURE 5. Maintien de l’intégrité des lots par démographie restrictive et stratégie familiale

128Le rôle du célibataire, maillon « isolé » de la chaîne de transmission des biens familiaux, apparaît surtout dans la généalogie de la famille Vautelot (cf. Fig. 5) : dans la descendance de Jean le Jeune, à la génération 1, les héritages de deux sœurs célibataires sont partagés, avant leur décès, entre trois frères et sœurs ; à la génération 2, chez la fille aînée, l’héritage reste indivis entre une fille célibataire et une fille mariée qui n’aura, à la génération 3, qu’une fille unique ; chez la fille cadette, à la génération 2, une fille, mariée deux fois, a trois fils, qui tous trois se marient, mais dont deux restent sans descendance — ayant épousé sur le tard des veuves sans enfants — ; le troisième a deux enfants, dont l’un reste célibataire ; le seul fils de la génération 1, Jean-Pierre, a deux enfants, dont une fille qui reste célibataire et un fils qui, à son tour, a deux enfants ; l’un décédant prématurément, l’autre, Marie-Berthe Vautelot née en 1873, mère de Marie Jobard, se trouve seule héritière des biens de la communauté de ses parents.

129Dans la descendance de Jean-Baptiste, frère cadet de Jean le Jeune, à la génération 1, sur quatre héritiers, deux célibataires ; à la génération 2, d’une part, une fille unique qui ne réside pas à Minot et dont la descendance n’a pas été suivie, d’autre part, les trois enfants du seul fils qui ait « fait souche » ; à la génération 3, le nombre des héritiers reste réduit à trois, puisque l’un des ménages est stérile, un autre ayant une fille, le troisième deux enfants.

130Devant un renouvellement si constant, à chaque génération, de situations malthusiennes, on présume évidemment l’intervention de choix volontaires, motivés par l’intérêt du groupe familial à réduire les éléments du réseau de circulation des biens pour en préserver la concentration.

  • 51 Par la pratique, notamment, du mariage tardif, engendrant un unique héritier, dont on a de nombreux (...)

131Pour la majorité des petits propriétaires paysans, la diminution de la fécondité, sensible dès la fin du xixe siècle, ne sera manifeste que dans les premières décennies du xxe51. Cependant, on constate, dès la période 1860-1870, une réduction de la dispersion des fonds. Le malthusianisme décelé dans la classe des grands propriétaires fonciers définitivement sortis du groupe paysans semble moins manifeste chez ceux qui font valoir directement leur bien et tentent, par d’autres aménagements, de préserver la cohésion du fonds patrimonial.

132Dès 1853, dans un acte de partage, apparaît une argumentation explicite en faveur de la réduction du nombre des lots fonciers ; les quatre enfants de Jean-Baptiste Bergeret, « donataires co-partageants [de 12 ha], voulant faire cesser l’indivision entre eux, mais sans morceler les parcelles de terrain, ont formé amiablement deux lots des terres avec attribution des prés de la manière suivante… » : deux sœurs reçoivent chacune 6 ha et versent à leurs germains une équivalence monétaire.

  • 52 Deux de ces onze enfants.

133Les enfants Bergeret sont des précurseurs. C’est seulement quinze ou vingt ans plus tard qu’on relève quelques cas de transgression radicale du modèle de partage en parts foncières égales, puisqu’il s’agit en fait de formes d’attribution préférentielle à l’héritier qui exploite : en 1866, la licitation par la veuve de Blaise Voinchet et ses onze enfants « à Félix Voinchet, propriétaire à Thorey, et à Adélaïde Voinchet52, épouse Mairet, d’un domaine à Thorey moyennant 12 000 francs » empêche l’émiettement des 30 ha reçus par Blaise, en 1847, de son père Blaise — et représentant la moitié du domaine que ce dernier a partagé entre son fils et sa fille Marie.

  • 53 Terme utilisé par la petite-fille de Louis-Félix, fille unique de son fils et héritière de la propr (...)

134En 1879, Louis-Félix Toussaint, fils aîné de Nicolas le Jeune auquel, en 1867, sa mère veuve et ses trois frères et sœur avaient remis le bail du domaine paternel et ses dettes, « dédommage »53 ses germains et devient seul propriétaire du patrimoine familial.

  • 54 Au même moment où s’accélère l’émigration, l’intensification de la circulation monétaire, due à l’e (...)

135Ce mode de transmission, qui maintient la cohésion du fonds au profit de l’un des héritiers, assure la permanence de l’ensemble foncier sur lequel repose l’entreprise économique : les choix individuels qu’il implique indiquent le sens du changement de la relation entre la famille et sa terre, changement lié à l’ensemble de l’évolution démographique, économique et sociale du village54.

136Ce changement cependant est loin de se manifester par une généralisation immédiate de l’attribution préférentielle du patrimoine familial. Le poids de la coutume — soumise à la rigueur de l’égalité roturière — est tel que le partage en lots égaux des fonds persiste effectivement, en dépit des inflexions économiques nouvelles, jusqu’au delà des limites du siècle : en 1894, six des huit enfants restés vivants de Jean Lachaud, qui fut tisserand puis cultivateur, se partagent environ 6 ha hérités par leurs parents de l’une et l’autre communautés de leurs grands-parents ; aucun des co-partageants ne réside plus au village — deux sont à Dijon, un troisième dans la région parisienne— ; chacun d’eux garde néanmoins sa part intacte durant trente ans : la dernière vient d’être vendue en 1969 (cf. Fig. 6).

FIGURE 6. Emiettement des patrimoines quand se succèdent les familles nombreuses

137En 1896, Claude Lacagne répartit ses terres le plus également possible, comme en témoigne le détail de l’acte, entre son fils et sa fille : les lots sont respectivement de 13,36 ha et 13,91 ha.

138En fait, ce sont des aménagements transitoires qui sont mis en œuvre pour accéder aux fins désormais recherchées — freiner la dispersion des fonds, faire coïncider la surface de l’exploitation avec celle du fonds — sans porter atteinte trop brutalement à la norme. Tandis que la transmission d’un patrimoine à un unique héritier par rachat immédiat, dès la succession, des parts des germains n’est observée que dans des cas isolés, se généralise, à partir de 1870 environ, la pratique du rassemblement plus ou moins retardé des lots distribués dans l’égalité au moment du partage ou de la succession. Il s’agit donc d’opérations consécutives et complémentaires au partage, qui tendent à l’annuler. Il s’agit aussi d’échanges non gratuits, se déroulant au sein d’un marché « fermé », puisque limité au réseau de collatéralité, et où le droit moral de préemption est relatif à la proximité de la parenté.

139Quand les partenaires appartiennent à la même fratrie, le regroupement des lots peut soit s’inscrire dès le partage, soit se trouver différé. Ainsi, en 1873, l’année même de la donation-partage de 27 ha qu’établissent les parents Lanier-Bergeret, deux de leurs sept enfants doublent leur lot en rachetant chacun la part d’un frère émigré ; en 1889, la cession de son lot consentie par l’une des sœurs à une autre est notifiée dans l’acte du partage de la succession, indivise depuis 1877, des parents Baudot-Villerey entre leurs cinq enfants. Mais entre 1871 et 1890, Antoine, l’un des quatre héritiers de Jean et Rose Lachaud — qui étaient cousins germains — ne peut agrandir jusqu’à 12 ha les 5 ha reçus lors du partage en lots égaux de 1856, qu’en rachetant, progressivement et par morceaux, les lots d’un frère et d’une sœur qui restent sans descendance ; en 1899, les deux parts rassemblées dix ans auparavant par une des sœurs Baudot sont rachetées par une troisième, qui se trouve ainsi posséder les trois cinquièmes du patrimoine initialement partagé.

140Si le regroupement tarde trop par rapport à la date du partage, il s’effectue entre deux collatéraux de degré plus éloigné ; en 1871, c’est à leur cousine germaine que les trois enfants de J.-B. Vautelot, héritiers dans l’indivision des biens de leur père et de leurs oncles célibataires, rachètent le quart des terres de Lourosse échu à sa mère lors du partage en parts égales établi par leur grand-père ; en 1894, Henri Lachaud, le seul des cinq enfants restés vivants de Jean et Rose Lachaud qui ait une descendance, rassemble 8 ha du patrimoine de ses grands-parents en rachetant la majeure partie du lot que son oncle Antoine avait déjà partiellement regroupé par achats à son frère et à sa sœur. C’est à trois des oncles maternels de son épouse qu’Auguste Camuset rachète, entre 1912 et 1923, quatre des sept lots égaux répartis par les parents Lanier entre leurs enfants en 1873 (l’un des lots se trouve déjà « doublé » par un rassemblement immédiatement consécutif au partage) ; deux autres lots, regroupés par la mère de son épouse, lui reviennent gratuitement par héritage ; le septième échappe à la famille : il est récupéré par un créancier lors d’une faillite. En rachetant 36 ha, en 1914, à Sylvestre Desprey, petit-fils de la sœur de son grand-père et héritier d’un patrimoine que des occurrences démographiques favorables ont permis de ne pas diviser, Jules Voinchet, qui dispose déjà du bien hérité par son grand-père, reconstitue l’intégralité du patrimoine inscrit au nom de son arrière-grand-père en 1835.

141Bien qu’ils se situent en marge de la concentration foncière dont bénéficie la classe bourgeoise, entre 1880 et 1914, ces rassemblements de terres familiales, limités aux biens proposés dans le cadre de marchés fermés puisque réduits au réseau de parenté, sont favorisés par les mêmes conditions démographiques. Les sœurs se marient plus fréquemment hors du village — c’est le cas des quatre sœurs Baudot — ; les frères émigrent vers des professions non agricoles — ceux de la mère d’Isabelle Guillaume deviennent, hors du village, boulanger, instituteur, militaire ; ceux qui restent, et n’exploitent pas, se défont plus facilement qu’au début du siècle d’un lot minime qui ne fait plus vivre une famille ; enfin, les premiers effets de la baisse de la fécondité entraînent des déshérences — il apparaît probable que, s’il avait pu transmettre son bien à un héritier direct, Sylvestre Desprey ne l’eût pas vendu à son cousin au deuxième degré.

142Le succès des échanges dépend aussi de la « bonne entente » dans la famille, qui suppose, de part et d’autre, d’abord le respect de la priorité au plus proche parent dans les situations de concurrence, ensuite qu’on s’abstienne d’exigences excessives : « en famille, on ne doit pas se manger », décrète le fils d’Auguste Camuset. Une « famille où on ne s’entend pas » est celle, par exemple, d’une héritière ne résidant plus au village et qui, en 1948, a vendu un bien de 8 ha non pas à son plus proche parent, fils de sa sœur et exploitant, mais à un cousin germain non exploitant et sans descendance directe (cf. Fig. 7).

143On a pu constater, au cours de la période étudiée, l’évolution des modèles de la transmission des biens dans les familles paysannes : au début du xixe siècle, le partage en lots égaux s’inscrit effectivement au sol, entraînant non seulement le morcellement des fonds, mais leur constante mobilité partielle — seuls les lots bourgeois restent figés dans l’indivision durant des siècles.

144À l’époque contemporaine, l’instauration, imposée par les nouvelles formes d’économie et sanctionnée par le Code rural, de l’indivision de la propriété agricole, détermine une certaine immobilisation de la structure foncière — la mobilité ne jouant que dans le sens de la concentration, donc d’un accroissement de l’immobilisation. L’égalité des ayants droit devant l’héritage ne s’inscrit plus au sol : le versement de soultes, réduisant la valeur de la terre, pour celui qui ne l’exploite pas, à celle d’une monnaie d’échange, se substitue à la répartition effective des parcelles. Ces deux systèmes ont des incidences sur la cohésion de la famille ; dans le premier cas, on peut parler d’un cloisonnement inter-familial ; chacun de ceux qui restent au village vit sur son lot, puis le transmet à ses enfants ou le vend hors de la parenté — c’est le modèle suivi par les descendants de Germain Toussaint, ou ceux de Nicolas Guillaume — ; dans le second cas, les frères et sœurs exclus de la succession sur l’exploitation ne participent plus à l’appropriation de la terre familiale, et l’absence de tout lien passant par un patrimoine foncier commun accentue la dispersion qu’entraîne l’émigration.

  • 55 141 pièces.

145Entre ces deux systèmes, le rassemblement des lots familiaux, procédant par actes individuels qui tendent à annuler les effets de la dispersion antérieure, apparaît comme une étape significative de l’adaptation de la norme culturelle à l’histoire. Parce qu’il se généralise dans la période de changement la plus menaçante pour le groupe agricole, il prend aussi le sens d’une défense de ses intérêts fonciers contre l’emprise extérieure. À l’inverse des deux autres systèmes, et parce qu’il repose sur la mémoire efficiente de la distribution des terres au cours des partages effectués par plusieurs générations, il implique l’attachement du groupe familial au maintien des relations de parenté. Dans la descendance du « rassembleur » de lots familiaux le plus persévérant du tournant du siècle, Auguste Camuset, cette mémoire survit à la fois sous la forme d’une masse exceptionnelle d’archives foncières55 conservées dans la maison de celui des fils qui succéda au père sur l’exploitation — restée propriété indivise entre quatre frères —, de la connaissance minutieuse, par ce même fils, de l’histoire du parcellaire de la propriété familiale, enfin de sa vénération manifeste à l’égard des « grands-pères » qui consacrèrent leur vie à entretenir, améliorer, agrandir le patrimoine. Rien n’illustre mieux la force et la permanence du lien affirmé tout au long de cette étude entre la famille et sa terre.

Annexes

Annexes

Annexe I. Les bois

La propriété entièrement en bois la plus importante (189 ha) est inscrite au nom des deux fils d’un industriel de Troyes ; elle joint deux lots qui se trouvaient inclus dans le domaine seigneurial avant la Révolution et furent vendus séparément lors de la liquidation de ce domaine par des descendants de Denis Mairetet, dernier seigneur de Minot. La « rente » du Fays — une trentaine d’hectares défrichés dans le courant du xvie siècle — jointe aux bois limitrophes toujours intacts de Janessot et de Combe Marie, fut vendue — en un lot de 89 ha — à l’instituteur de Moitron, époux d’une héritière de ce village, en 1870 ; en 1914, l’exploitation agricole fut abandonnée, les terres furent plantées en résineux ; en 1963, le fils de l’instituteur, avant de prendre sa retraite en Belgique, d’où son épouse était originaire, vendit à l’actuel propriétaire cet ensemble de peuplement hétérogène : bois « naturels » et sapinières de cinquante ans ; le second lot, composé de deux grandes parcelles limitrophes entre elles et voisines du premier lot, la Petite Forêt (55 ha) et La Chassignole (45 ha), fut vendu en 1872 au notaire d’Aignay et acheté, à ses descendants, par l’actuel propriétaire, en 1968. La chasse est louée à un propriétaire-exploitant de Moitron qui porte le patronyme de l’épouse de l’instituteur, acquéreur en 1870 ; en 1969, un étang, alimenté par le ruisseau du Fays qui traverse la propriété du sud au nord, a été creusé, « pour donner un point d’eau au gibier » ; 3 ha de sapins ont été vendus en 1968 à Châtillon. Le propriétaire du plus grand lot boisé du territoire communal n’a aucune relation avec le groupe résident ; les contacts n’ont lieu qu’avec Moitron, plus proche du site de la propriété que Minot ; quand le propriétaire et ses fils viennent chasser sur leurs terres, ils déjeunent chez le locataire de la chasse.

Une unité foncière moins importante — les bois de La Chappe et Champeaux, 47 ha — tire son nom du premier acquéreur de cette portion de la forêt communale, sise à la limite nord-est du territoire, le chevalier Edme de Champeaux ; incluse dans les biens des Mairetet au dénombrement de 179156, elle fut acquise de leurs héritiers, en 1873, par la fille d’un propriétaire d’origine paysanne57 ayant toujours résidé à Fraignot — dont le territoire est limitrophe des parcelles de bois — ; les enfants de la fille de son frère, qui fut son unique héritière et épousa un médecin de Léry, résident à Dijon. Ils ont divisé récemment la parcelle unique du lot initial en cinq parcelles réparties entre leurs trois comptes : l’inégalité du partage de ce lot n’a qu’une valeur relative au sein du système de compensation qui assure à chacun des héritiers une part finale égale de l’ensemble des fonds hérités, s’étendant sur les territoires de quatre communes — Minot, Fraignot, Moitron, Léry. La chasse est louée « sur Fraignot » ; l’exploitation de l’ensemble du lot familial est dirigée, de Dijon, par le gendre d’une des propriétaires ; les coupes ont lieu tous les dix ans environ, selon une rotation limitée en principe à 30 ans, mais que « la sécheresse du pays », qui ralentit la croissance des fûts, oblige d’allonger jusqu’à 40 ans.

Le bois du Tremblois (12 ha) à la limite nord des terres de la métairie de Buxerolle, faisait partie, comme La Chappe et Champeaux dont il est voisin, de la masse forestière bornant à l’est la clairière cultivée ; ce bois était inclus dans le domaine de 200 ha — les métairies de La Moloise et de Buxerolle — dont Denis Mairetet fit don, en 1802, à son intendant, en reconnaissance de ses services et de ses bons offices d’avocat devant l’assemblée des citoyens de la commune durant la période révolutionnaire ; grâce à la fidélité et au zèle de Joseph Perron en effet, le dernier seigneur de Minot, d’abord jeté en prison à Châtillon, put obtenir de ses concitoyens un certificat de civisme, réintégrer son château et garder l’essentiel de ses biens. Les partages qui eurent lieu entre les petits-enfants de l’intendant gratifié, qui ne résidaient plus à Minot, séparèrent les deux métairies, le Tremblois restant adjoint aux terres de Buxerolle ; quand la métairie fut vendue, en 1924, par une des arrière-petites-filles de J. Perron, le bois fut « réservé » et resta dans la famille ; son actuel propriétaire réside hors du département.

Annexe II. Les terres agricoles

Les écarts

Cas 1. L’ensemble d’une centaine d’hectares — dont le tiers environ situé sur le territoire de Saint-Broing — appartint tout au long du xixe siècle à la même famille d’exploitants, dont les filles épousèrent occasionnellement des agriculteurs de Minot, mais dont tous les actes civils sont passés sur Saint-Broing. La dernière héritière proposa le domaine, avant la Première Guerre, à Auguste Camuset, dont le fils regrette encore qu’il ait décliné une offre aussi avantageuse — comportant un long échelonnement des paiements — au temps où les propriétaires, ne trouvant plus de fermiers, « vendaient pour rien ». Le domaine fut alors racheté, en 1914, par un neveu de la propriétaire, qui convertit aussitôt les terres en sapinières. Les plantations n’étaient plus régulièrement exploitées quand André Giraudon racheta l’ensemble foncier en 1956.

Cas 2. Bange appartient, en 1835, à une famille de petite noblesse résidant à Châtillon et dont les biens, à la fin du siècle, s’étendent largement sur d’autres territoires puisque la métairie constitue le septième lot de la vente par adjudication judiciaire requise par les trois sœurs héritières en 1901 ; des exploitants venus de la Nièvre — département pourvoyeur de la vague d’immigrants qui précède celle des marches de l’Est — achètent et revendent en 1927 à un Luxembourgeois ; ce dernier, en 1944, fuit avec les troupes d’occupation pour éviter de graves représailles de la part des résidents locaux ; durant douze ans, les terres, sous séquestre, sont prises en location par le propriétaire d’une exploitation du village et de la laiterie, qui y installe un chef de culture ; quand les Domaines mettent en vente, il s’obstine à ne pas surenchérir et perd ainsi le domaine dont il convoitait la propriété. C’est la même année que Peu-Coteau est acheté par son fils.

Cas 3. C’est une des filles d’Alexandre, frère unique de Denis Mairetet, qui hérite de tous les biens sur Minot ; les deux fils de cette dernière, épouse du châtelain de Montmoyen, sont propriétaires, en 1835, de 751 ha et 169 ha respectivement ; en 1954, à la suite d’un partage successoral portant sur un patrimoine qui déborde largement le territoire de la commune, la fille de l’un d’eux, mariée dans la Nièvre, se trouve propriétaire de 851 ha sur Minot — c’est-à-dire de la majorité des biens dont disposait Denis Mairetet. Aussitôt son époux, qui tient « à reporter sa fortune dans la Nièvre où les placements sont beaucoup plus avantageux », cherche à tout vendre ; la liquidation est difficile58, Lochères et Veroille seront les derniers lots vendus, après son décès, par ses enfants.

Cas 4. Lorsque Blaise, fils de Blaise et héritier de la moitié de son bien, décède en 1853, sa veuve et neuf de ses onze enfants quittent Thorey pour Etalente, la propriété restant indivise entre eux jusqu’en 1866, date à laquelle, par licitation de l’ensemble des héritiers, elle est dévolue à deux d’entre eux, Adélaïde et Félix. Ce dernier revient exploiter son bien à Thorey — il figure en 1866 sur la liste de recensement. En 1870, la propriété passe au nom de Nicolas Toussaint, 62 ans, résidant à Etalente mais venant de Thorey et non parent des Voinchet. Au recensement de 1876, c’est ce nouveau propriétaire qui exploite « la ferme Voinchet » ; ses deux fils, l’un sans descendance, l’autre fixé après son mariage à Echalot, revendent l’exploitation, qu’ils ont agrandie de 10 ha, en 1911, à Jules Voinchet, leur fermier depuis 1906, l’un des quatre fils du frère cadet de Félix. Jules, réinstallé en propriétaire sur les terres familiales, reconstitue d’abord l’ensemble du bien partagé en 1844 : il rachète en 1914, à son « cousin » Sylvestre Desprey, petit-fils de la sœur de son grand-père, résidant à Larçon et sans descendance, 36 ha dont la grande majorité est constituée des parcelles héritées en 1844 par la fille de Blaise. De 1923 à 1925, il agrandit son bien en achetant 8 ha à la commune de Salives, 60 ha à un officier en poste en Afrique qui liquide la propriété inscrite au nom de ses ascendants en 1835, enfin, au propriétaire de Grand-Velbret, 22 ha. Après avoir acquis toutes les terres disponibles sur Thorey, Jules Voinchet s’étend sur Salives, où il se trouve propriétaire, à son décès, de plus de 100 ha.

Cas 5. Nicolas Desprey, venu de Moloy, où il était « marchand », achète en 1789 la métairie à la famille d’origine paysanne qui la détenait, depuis 1599, d’une vente consentie alors par la communauté. En 1790, le contrat de mariage de son fils Denis porte « avance d’hoirie » du « quart des biens-fonds de la métairie, évalué cinq mil six cent cinquante six livres » ; son fils aîné Claude, qui ne réside pas à Minot, est gratifié en même temps d’un autre quart. Au décès de Nicolas — à une date inconnue, hors de Minot —, les deux frères sont propriétaires chacun de la moitié de Charme. Le décès de Claude (1883), qui laisse douze enfants, de deux épouses, précède de peu celui de Denis (1835), qui laisse trois héritiers ; ses deux fils, Gabriel-Martin, résidant au village, dans la ferme héritée du père de son épouse, et Nicolas, résidant à Luxerois où il s’est marié, héritiers chacun, comme leur sœur mariée hors de Minot, d’un tiers du domaine paternel, donc d’un sixième de l’ensemble de la métairie, rachètent la moitié du domaine aux héritiers de Claude, puis le sixième à leur sœur. La métairie reste indivise entre eux, puis entre les descendants de chacun d’eux jusqu’en 1878 : la fille unique de Gabriel-Martin, épouse du notaire Jean-Baptiste Villerey, résidant au village, d’une part, et les deux fils de Nicolas, d’autre part, partagent exactement entre eux les terres et les bâtiments de la ferme.

Cas 6. Roger Tainturier, décédé en 1967, officier de carrière dont la famille paternelle était originaire d’Auvergne où elle garde des biens, était l’arrière-petit-fils, par sa mère, d’un magistrat originaire d’Is-sur-Tille, qui épousa, dans les premières années du xixe siècle, la fille unique du notaire de Salives ; en 1801, ce dernier avait acheté Grand-Velbret à Denis Mairetet, dont il était probablement le créancier ; en 1861, au décès de sa fille, seule héritière de ses biens, ses deux petits-fils se partagent un patrimoine qui dépasse 260 ha, tant sur Minot que sur Salives : Grand-Velbret échoit au grand-père maternel de Roger Tainturier. Après le décès du notaire, aucun des propriétaires successifs de Grand-Velbret ne réside à Salives ni à Minot. Magistrats, puis officiers, ils se trouvaient en poste loin de la Côte-d’Or. Roger Tainturier, encore célibataire, gérant la métairie pour sa mère, fait cependant de fréquents passages à Minot après la Première Guerre ; il descend au château, chez Georges Potey, auquel le fermier verse les loyers ; ayant installé à partir de 1936 l’ouvrier agricole des fermiers sortants, émigré de Pologne, comme métayer, il s’intéresse de plus près à l’exploitation, rénove une partie des bâtiments, où le bail lui réserve « une chambre à feu, au premier étage de la maison d’habitation… »59. Ses enfants font à la ferme de fréquents séjours de vacances et toute la famille s’installe à Minot, dans une maison paysanne prise en location, durant les hivers les plus rudes de la guerre ; on se ravitaille à la ferme ; à la première communion de la fille des fermiers, Roger Tainturier et son épouse sont les hôtes d’honneur. Après la guerre, le métayer devient fermier, et le propriétaire, plus âgé, espace ses visites. Depuis son décès, aucun membre de sa famille n’est retourné à Minot ; « les affaires » passent par le notaire d’Aignay.

Les fermes au village

Cas 7. François Mairet décède en 1866, après son fils cadet (1856) et peu avant son fils aîné (1872) ; sa succession — 28 ha dont la moitié venant de son épouse — n’est partagée qu’en 1889, après le décès de cette dernière, entre ses deux petits-fils, chacun enfant unique. L’un d’eux, le grand-père de René, vend aussitôt sa part de terres à son cousin germain, Théodore-Nicolas ; ce dernier décède sans descendance, en 1896 ; sa succession, c’est-à-dire l’ensemble du patrimoine de François Mairet, reconstitué par la cession que lui a consentie son cousin, est partagée entre sa mère Pélagie et son épouse Henriette, seules héritières. Quand en 1906, Pélagie, remariée avec le père de la veuve de son fils, vend un ensemble de 26 ha à François, fils du frère décédé de son premier mari décédé et grand-père de René, une bonne moitié du lot est constituée des terres héritées par son fils François Mairet de son grand-père, puis par elle au décès de son fils.

Cas 8. La ferme de Minot est, pour l’épouse du gendarme un bien de famille : la majeure partie du fonds (32 ha) se trouve inscrite en 1885 au compte de Jean Lapierre, né à Minot, cultivateur à Saint-Broing après son mariage ; sa fille Claudine, dont le mariage est resté stérile, vend son héritage, jamais exploité directement puisqu’elle réside à Saint-Broing, à une fille du frère de son époux, dont le mari est garde forestier à Moitron ; la dissociation entre propriété et exploitation persiste quand les terres reviennent à la fille unique du garde et donc à son époux le gendarme Desliens qui vend au fermier en place, l’exploitant n° 9. « Mon père voyait que la terre ne rapportait plus, il a vendu pour prendre de la rente d’État », constate amèrement leur fille unique, âgée de 80 ans.

La petite ferme d’Hippolyte Meunier, achetée au nom de l’exploitant en place en 1933, est constituée pour les deux tiers d’achats par petits lots effectués par son père, fermier originaire d’une commune voisine que son mariage a fixé à Minot, pour un tiers du lot échu à sa mère au décès de son grand-père, Nicolas Vernet. Le patrimoine de ce dernier — près de 13 ha à son décès en 1876 — se trouvait, comme celui de son gendre, constitué en partie de lots achetés au hasard des adjudications locales, en partie de l’intégralité de la part (7 ha) échue à son épouse dans la succession de son père.

Cas 9. En 1835, Louis-Clément Maréchal, aubergiste et marchand de bois, notable dans la commune puisqu’il est nommé capitaine de la Garde nationale de 1831 à 1837, élu conseiller municipal, enfin maire de 1846 à 1848, est propriétaire de 7,35 ha ; des acquisitions hors de la parenté — environ 4 ha en trois lots — puis en 1839 les héritages successifs du père de son épouse, Germain Toussaint, et de ses parents, doublent son patrimoine. En 1852, il est à la tête de plus de 20 ha. À son décès en 1868, le partage entre ses quatre enfants est inégal : Louis-Félix, marchand de vins en gros, époux de la fille d’un aubergiste du village, reçoit la majorité des terres (17 ha), tandis que le fils aîné, marchand de vins à Paris où il s’est marié, n’apparaît pas sur la matrice ; le troisième fils, boulanger comme son grand-père paternel, reçoit 3 ha et l’auberge ; la fille, mariée hors du village, ne figure que pour 1,16 ha. Louis-Félix achète quelques terres, son épouse hérite 8 ha de sa mère ; en 1878, la fille unique du ménage et son époux Nicolas Gormond, originaire du sud du département, héritent de 30 ha, dont ils assurent l’exploitation directe, parallèlement au commerce de vins. Nicolas Gormond est à son tour élu conseiller municipal, puis maire ; en 1896, il vend le fonds de commerce et loue la ferme à un fils de sa sœur ; à son décès, son épouse se retire dans l’Ariège ; leur fille unique — celle qui met en vente son héritage en 1934 — y réside, son époux ayant dû suivre à Pamiers l’entreprise dont il était l’employé à Châtillon, au moment de son mariage — type d’émigration professionnelle lointaine exceptionnelle dans la période.

Cas 10. À titre d’exemple, voici ce qui s’inscrit au compte du ménage Leckli, arrivé de Suisse à Minot en 1921 avec huit enfants :

  • en 1921, une maison avec dépendances, enclos pour les porcs à l’écart du village (un élevage de porcs consommant le petit-lait est toujours adjoint à la fromagerie), provenant du premier fabricant professionnel de fromages à Minot, installé depuis 1913 ;

  • en 1923, 4 ha venant de Frachot, aubergiste et voisin qui, n’étant pas originaire de la commune, rejoint pour sa retraite ses enfants installés ailleurs ;

  • en 1925, 6 ha vendus par Hippolyte Affre, célibataire de 67 ans, menuisier au village depuis l’âge de 17 ans ; il liquide le petit héritage personnel venant de la sœur de sa mère et de son époux, menuisier, ménage stérile dont il fut l’enfant adoptif— les enfants de sa sœur hériteront de sa part indivise dans le patrimoine transmis par ses parents ;

  • en 1925, encore 2,30 ha vendus par deux des six cohéritiers, tous émigrés, d’une petite propriété agricole de 15 ha qui faisait vivre leurs parents à la fin du siècle dernier ;

  • en 1926, 7 ha achetés lors de la vente par adjudication, par des héritiers résidant dans la Nièvre, d’un bien de 22 ha ayant appartenu à une famille de commerçants notables au début du xixsiècle, mais dont aucun membre ne réside plus à Minot depuis 1850.

À la tête de 19 ha, Leckli vend la fromagerie et s’installe comme exploitant en louant un supplément de terres ; il continue d’acheter des parcelles isolées, est encore l’acquéreur principal, en 1927, d’une vente par adjudication d’un ensemble de 13 ha accumulés, selon un processus analogue à celui qui est à l’origine de sa propriété, par Eusèbe Voinchet, père de Jules, fermier durant trente années au Grand-Velbret et dépourvu de tout héritage.

Cas 11. Vers 1750, les ascendants d’Auguste Vautelot sont fermiers, dépourvus de tout bien personnel, à Lourosse. Son grand-père est manouvrier, puis cantonnier du village ; son père reprend, vers 1880, une des fermes Villerey ; lui-même, après son mariage avec la fille du fermier de La Moloise — on remarque la progression sociale, en trois générations — reprend, en 1920, la ferme du Château, au village. Il commence alors à acheter des terres : 3 ha au descendant d’une ancienne famille du village, instituteur retraité dans une commune limitrophe ; plus de 10 ha lors de la liquidation des biens de l’ancienne famille notable mentionnée à propos des achats faits par Leckli ; il est preneur aussi d’un lot plus modeste, à la vente, en 1927, des 13 ha d’Eusèbe Voinchet ; enfin il obtient quelques terres du propriétaire de la ferme qu’il exploite. En 1936, il s’installe à son compte dans une petite ferme acquise avec un des lots de terres, à la tête d’une propriété de 25 ha. À son décès, en 1948, ses terres passent dans leur grande majorité à sa fille cadette qui est mariée dans la commune, l’autre résidant dans une ferme d’écart de la commune d’Aignay dont son époux est propriétaire.

La propriété foraine

Cas 12. Le noyau patrimonial le plus ancien inséré dans l’ensemble foncier actuel est la ferme d’une trentaine d’hectares héritée de ses parents, descendants l’un et l’autre de riches laboureurs, par Marie Dugat, épouse de Gabriel-Martin Desprey. Ce dernier, copropriétaire, depuis 1835, avec son frère Nicolas, de la métairie de Charme héritée de leur père, habite et exploite la ferme héritée par son épouse et, selon son arrière-petite-fille, « s’enrichit en faisant commerce de laine ». Sa fille unique, Marie, épouse en 1847 Jean-Baptiste Villerey, fils unique de Jean-Baptiste, originaire de Saint-Broing, cordonnier à Minot et propriétaire en 1835 de 48 ha : 25 ha achetés à un propriétaire agriculteur retraité dont le fils a émigré, 6 ha hérités par son épouse de ses parents, laboureurs à La Moloise.

Jean-Baptiste, le second, notaire à Aignay de 1847 à 1862, achète, en 1857, un lot de prés (2 ha), puis les moulins des Vaux et du Bas comprenant 20 ha de terres, aux héritiers de Denis Mairetet qui commencent à liquider l’héritage ; en 1861, son épouse hérite 47 ha de son père Gabriel-Martin Desprey ; en 1866, lui-même reçoit 43 ha après le décès de son père. Quand, en 1878, son épouse reçoit la moitié de Charme — l’autre allant aux deux fils du frère de son père —, le fonds accumulé par les conjoints atteint 206 ha ; jusqu’à son décès, en 1888, J.-B. Villerey continue d’acheter aux ventes publiques ou par accord privé des parcelles isolées.

Cas 13. Claire Maurot, veuve d’un médecin, résidant à Le Meix, est propriétaire, en indivision partielle avec son frère célibataire, d’une ferme de 58 ha. Elle a hérité d’abord de la « petite ferme » de 28 ha qui venait de la fille cadette de Jean le Jeune, son arrière-grand-mère. Sa grand-mère, fille unique, épouse Pascal Maurot, propriétaire à Bussières ; le père de Claire se trouve le seul des trois fils de ce couple à avoir des enfants ; Claire Maurot et son frère célibataire sont donc les seuls héritiers de ce lot. Claire a deux enfants : sa fille, âgée de 50 ans, est célibataire, son fils réside à Dijon et a deux enfants : sur la tête de ces derniers se concentreront les biens hérités et accumulés par des alliances qui donnèrent naissance soit à un enfant unique, soit à plusieurs enfants dont un seul assurait la continuité généalogique.

En 1931, Claire Maurot hérite une autre « petite ferme » de 39 ha : la petite-fille de la fille aînée de Jean le Jeune lui lègue ce bien familial après le décès prématuré de ses deux enfants. Les terres sont jointes en 1948 pour l’exploitation ; c’est actuellement un fermier de 34 ans, successeur de son père et père de deux enfants, qui dirige ; il n’a aucune terre en propriété et loue 13 ha de plus à plusieurs propriétaires.

Marie Jobard, veuve d’un médecin, résidant à Dijon, est propriétaire d’une ferme de 53 ha, dont 25 étaient échus au partage de 1829 à Jean-Pierre son arrière-grand-père, fils unique, après quatre filles, de Jean le Jeune60. Jean-Pierre réside à Fraignot où il exploite une ferme de 63 ha donnée en dot à son épouse ; il agrandit néanmoins son fonds sur Minot jusqu’à 48 ha. En 1886, une épidémie l’emporte, ainsi que son fils et son petit-fils de 19 ans ; sa fille étant célibataire, c’est sa petite-fille — mère de Marie Jobard — qui hérite tous les biens des communautés de ses grands-parents et de ses parents. Lors du partage d’un patrimoine, ferme et bois, s’étendant tant sur Minot que sur Fraignot et Moitron entre Marie Jobard, son frère et sa sœur (célibataire), la première reçoit la ferme et une partie des bois de Minot. L’époux de sa fille unique assure la gestion des propriétés et les relations avec le fermier, successeur de son beau-père en 1952. Concurrent malheureux lors de la redistribution des lots défrichés par la SAFE de Chaumont, il tient des propos amers sur la solidarité massive avec laquelle les exploitants de Minot s’opposent à toute incursion foraine sur le marché foncier. Persuadé qu’une meilleure rentabilité passe par un agrandissement de la surface de l’exploitation, il envisage, faute de pouvoir s’agrandir sur Minot, de concentrer sa ferme de Minot et celle de Moitron sous une seule direction d’exploitation.

Cas 14. Le célibat des deux fils cadets de Jean-Baptiste Vautelot, frère de Jean le Jeune, et la cession de part consentie par sa fille, mariée hors de la commune, favorisent la concentration du patrimoine familial entre les mains des trois enfants de son fils aîné Jean-Baptiste. L’indivision entre eux dure jusqu’en 1891. L’un des ménages étant sans enfants, un autre ayant une fille unique, le troisième deux enfants, ce sont ces trois héritiers qui, en 1891, au partage des biens familiaux localisés sur Minot et Saint-Broing (biens Vautelot exclusivement), reçoivent leur lot par tirage au sort61.

Adélaïde Saunier, fille unique d’une fille de Jean-Baptiste, « tire » la métairie de Lourosse. Elle a épousé Georges Potey, propriétaire du château de Minot et de la ferme attenante (92 ha) que son père avait achetés, en 1853, aux descendants des Mairetet. Le ménage reste stérile ; les revenus des biens fonciers ne suffisant pas à couvrir les frais de la vie de châtelain que mène G. Potey, les dettes sont criantes au décès d’Adélaïde, en 1933 ; l’ensemble de la propriété est racheté par le fils d’un frère du père d’Adélaïde. Actuellement, c’est une des filles de ce premier acquéreur d’un patrimoine paysan inaliéné depuis 130 ans qui, en communauté avec son époux, vétérinaire retraité à Dijon, est propriétaire de l’ensemble de 200 ha, dont 157 de terres agricoles affermées. Leur fils unique réside dans l’ancienne maison d’habitation de la ferme, aménagée en résidence bourgeoise ; il n’exerce aucune activité professionnelle dans le cadre de la commune ; au village, on dit qu’il vendra les terres dès le décès de ses parents. Le jeune fermier qui, à la ferme du Château, a succédé en 1967 au père de son épouse, exploite dans le cadre d’un groupement familial impliquant la mise en commun du travail aux champs et du matériel, avec les deux frères de son épouse, l’un propriétaire au village, l’autre locataire dans un écart. Cette communauté partielle d’exploitation, dont l’arbitre incontesté, lors des prises de décision, reste son beau-père retiré au village mais participant aux activités du groupe, est considérée comme valorisante par les autres exploitants. On envie « le groupe Clément » qui « s’étend en famille » et le prestige rejaillit sur chacune des trois exploitations ; il apparaît peu probable que le jeune exploitant de la ferme du Château, père de deux enfants, laisse échapper, lors d’une mise en vente éventuelle, le fonds qu’il cultive.

Revenons au partage de 1891 ; la fille de Claude Vautelot, Marie, défrichés par la SAFE de Chaumont, il tient des propos amers sur la solidarité massive avec laquelle les exploitants de Minot s’opposent à toute incursion foraine sur le marché foncier. Persuadé qu’une meilleure renreçoit la propriété non agricole sise sur Saint-Broing ; son fils, Jean-Pierre dit Emile, qui exploite la ferme achetée à Moitron par son grand-père Jean-Baptiste, en 1840, devient propriétaire de la ferme de Minot, agrandie jusqu’à 40 ha par des achats effectués aux générations précédentes. En 1933, il la donne en dot à sa seconde fille Jeanne62, lors de son mariage difficilement admis par la famille avec un ouvrier agricole d’origine polonaise. Le nouveau couple exploite alors l’héritage de Jeanne ; avant son décès, n’ayant pas d’enfants, celle-ci fait donation de son bien à son époux, Michel Tourski. Ce dernier abandonne l’exploitation, quitte le village et se remarie à Paris. À son décès, en 1962, c’est sa seconde épouse et le fils qu’elle a d’un premier lit qui deviennent par donation propriétaires du bien des Vautelot. Madame Tourski réside à Paris, loue les terres à deux exploitants du village — après en avoir vendu une partie —, les bâtiments d’exploitation à un troisième. Malgré les ouvertures faites par ses locataires, « elle ne veut pas vendre, elle garde comme capital pour son fils ».

Cas 15. La métairie de Champ-Vivant faisait partie des biens seigneuriaux ; en 1870, elle est vendue par les descendants de Denis Mairetet au notaire d’Aignay, puis, en 1923, par les héritiers de ce dernier à un exploitant originaire de Moselle ; celui-ci décède en 1929, sa veuve revend la métairie à un compatriote qui l’exploite jusqu’à son décès, en 1959. La fille de ce dernier réside toujours à Minot, où elle exerce une profession non agricole. Elle n’a pas hérité du bien de son père ; celui-ci, un an avant son décès accidentel, l’avait cédé au fils de sa sœur, resté en Moselle, contre une rente viagère.

Cas 16. Un lot de 25 ha — dont 22 ha de terres agricoles — appartient à Julienne Toussaint, épouse d’un éleveur propriétaire en Haute-Marne et fille unique de Félix Toussaint, qui lui laisse ce bien, cultivé directement jusqu’à son décès, en 1945. Ayant longtemps vécu avec ses parents avant son mariage tardif — sur les recensements, il est inscrit comme « domestique agricole » à leur foyer —, tandis que ses frère et sœur s’étaient installés dans les communes d’origine de leurs conjoints, Félix a hérité de l’intégralité de leur bien. C’est à partir du lot de 3 ha reçu en 1836 au partage des terres de Germain Toussaint, laboureur propriétaire de 21 ha, entre ses huit enfants, que Nicolas, grand-père de Félix, avait acquis un bien qui atteint 17 ha à son décès, en 1864 : il rachète à la fois une partie des parts de ses co-héritiers, et des terres hors de sa parenté. Après son décès, son fils aîné Louis-Félix, le père de Félix, reprend la ferme, mais doit rembourser aussitôt une dette de 2 800 francs à un créancier du village. La mise en route de l’exploitation est difficile ; en 1873, il signe une reconnaissance de dette de 500 francs qu’il s’engage à rembourser en annuités de 25 francs, ce qui atteste la précarité et les faibles disponibilités du budget mais rend d’autant plus évidente l’opiniâtreté à maintenir une position d’acheteur sur le marché foncier : de 1873 à 1901, Louis-Félix achète encore 5 ha, parcelle par parcelle.

Cas 17. Un lot de 14 ha, inscrit au nom des « héritiers de Gilbert Lacagne », qui résidait à Marey-sur-Tille et décéda à 30 ans, en 1954, est figé dans la même contenance depuis 1896. À cette date, Louis Lacagne, grand-père de Gilbert, fermier à La Rieppe, reçoit la moitié des biens que partage entre ses enfants Claude, cultivateur à Minot. Ce dernier bénéficia d’abord de l’apport que fit à la communauté son épouse, veuve sans enfants du fils d’un propriétaire notable et héritière partielle de ses biens, puis d’un lot de 4 ha hérité de son père, garde forestier au village ; le reste du patrimoine partagé entre son fils et sa fille fut acheté, pour la majeure partie, lors de la liquidation des fermes seigneuriales, entre 1853 et 1856. L’ensemble des « terres aux Lacagne » était loué à Théodore Mairet ; c’est maintenant son successeur, Gabriel Berthon, qui les « fait ».

Cas 18. Théodore Grivot, qui fut cultivateur chez son père à l’Etolot (commune de Salives), puis cantonnier à Minot, actuellement âgé de 83 ans, sans descendance, retiré à Barjon chez un fils de sa sœur, est propriétaire de 18 ha, dont 10 sont en indivision avec les enfants de sa sœur : hérité en 1956 de ses parents, ce patrimoine figure déjà en quasi-totalité au compte du père de sa grand-mère maternelle, cultivateur à Minot, décédé en 1864. Il a aussi acheté 8 ha, en un seul lot, aux héritiers — une fille et le fils d’un fils décédé — d’un frère de son père ; transaction « déplacée » (le sens littéral entraînant le sens figuré), selon le jugement du groupe. Gabriel Courtot, exploitant, descendant direct par sa mère du testateur, héritier d’une part de sa succession, apparaissait comme le destinataire « régulier » des parts vendues à Théodore Grivot (cf. Fig. 7).

FIGURE 7. Rôle du choix individuel dans la transmission collatérale (illustration du cas 18)

Cas 19. René Vernet, né en 1899, résidant à Dijon, est propriétaire de 5,25 ha, dont 3,10 ha en terres agricoles, louées à un seul exploitant. C’est seulement en 1953, après le décès de sa mère, qu’est partagé le « petit domaine agricole avec maison, écurie, grange, fenil, 10 ha de terres » laissé par son père, décédé en 1944. Après estimation des biens, ses deux sœurs reçoivent de l’argent, son frère Henri et lui se partagent les terres. L’histoire de la famille durant trois générations — celle de René et celles qui l’encadrent — est une illustration éclairante du changement social qu’entraîne la crise économique du tournant du siècle. En 1913, Hippolyte, le père de René, propriétaire de 1,79 ha, hérite seul — son frère étant décédé prématurément — du bien de ses parents, fermiers à Minot : 5,05 ha, dont trois lots seulement ont été achetés, l’essentiel s’étant accumulé par une série de petits héritages en ligne directe et collatérale. Hippolyte a passé la première partie de sa vie active à Minot où, après avoir été domestique chez son père, il a repris successivement, entre 1896 et 1913, deux petites fermes ; il émigré en 1913, avec ses cinq enfants, pour reprendre une grosse ferme, sur le territoire de Mirebeau. Son fils René aide ses parents dans la ferme — son frère aîné a été tué à la guerre — jusqu’à son mariage, après lequel il s’installe à Dijon et entre dans la fonction publique. Les parents reviennent vers 1930 se retirer à Minot, où ils ont gardé une maison et agrandissent leur bien jusqu’à 10 ha, par petits achats ; le fils cadet, Henri, locataire d’une ferme à Saulx-le-Duc, ayant perdu sa femme prématurément, les parents quittent à nouveau Minot pour s’installer avec lui ; Hippolyte meurt en 1944 ; Henri revient vivre à Minot avec sa mère et sa fille, et « fait du houblon » ; il meurt accidentellement en 1954, un an après sa mère ; sa fille va vivre à Dijon, où elle se marie et vend les terres et la maison héritées de son père. René a deux enfants qui résident à Dijon : une fille mariée à un employé de la SNCF, un fils employé de banque. À sa dernière visite à Minot, en octobre 1970, il a laissé entendre qu’il cherchait à vendre. Ainsi sera aliéné hors de la parenté ce qui reste d’un patrimoine paysan dont l’origine remonte à la cinquième génération. L’émigration du père de René, celle de son frère même, resté dans la culture, ont été provisoires : ils avaient gardé la maison pour se retirer à Minot. Celle de René fut définitive, il n’a gardé que la terre pour revenir y chasser. Ses enfants, sa nièce ont perdu tout contact avec le village et se désintéressent du patrimoine familial.

Notes

1 Cf. article 6.

2 Outre qu’il était impossible, au cours d’un dépouillement manuel, de saisir le mouvement de 5000 parcelles durant 135 années, le lot apparaît comme l’unité de référence la plus courante dans les partages familiaux et la plupart des transactions commerciales.

3 Au viiie siècle, selon G. Potey (1884-1892).

4 Le pâtis de Montaire (7,84 ha), vendu en 1959 par la commune à un exploitant du village, fut le dernier témoin des vastes communaux qui, entre la zone des champs cultivés et la lisière de la forêt, nourrissaient le troupeau commun.

5 Des règlements stricts protégeaient la forêt de l’envahissement du bétail ; les témoignages abondent dans les Actes de la Justice seigneuriale (aux archives municipales) des délits de pacage forestier et des sanctions qui s’ensuivent.

6 Aux archives municipales est conservée la copie, écrite de la main d’Alexandre Mairetet, seigneur de Minot de 1743 à 1777, des actes de vente de Veroille et La Moloise (1597) et de Lochères (1601). La vente de Charme est relatée dans les Actes de la Justice seigneuriale.

7 L’histoire foncière de chacune des grandes parcelles boisées est relatée en Annexe I, infra, pp. 213-214.

8 Une exception : Louis Guillemin, gendre de Joseph Perron, fut médecin à Minot de 1820 à 1845 et maire durant quinze ans.

9 A Lourosse, l’ensemble des plantations en résineux, dont une parcelle de 15 ha, n’a pas été touché. A Grand-Velbret, on a défriché de petites parcelles isolées mais la masse de 22 ha tenue en « réserve » depuis 1801 par la famille propriétaire est restée intacte.

10 La concurrence pour la prise en exploitation des terres libérées a été vive ; les transactions passèrent par l’intermédiaire d’un notaire de la région ; le lot fut attribué à un jeune fermier du village, aux dépens de l’exploitant de l’ensemble cultural contigu, que tenait sa famille depuis 1901. La plupart des agriculteurs de la commune manifestèrent ouvertement — et jusque devant les instances départementales — leur désapprobation pour ce qu’ils considéraient comme une infraction au droit moral de préemption du fermier en place, successeur de son père et de son grand-père.

11 Le cadastre ne fournit que des indications sommaires sur le rythme de rétraction des terres labourables : elles couvraient 2 255 ha en 1835, 2 057 en 1913, 1653 en 1939 ; la périodicité de la série est trop lâche pour que soient mis en évidence les abandons de terre qui eurent lieu entre 1890 et 1920.

12 « Ils ont acheté toutes les friches éloignées pour y mettre des sapins », nous a-t-on dit.

13 Dans la sous-rubrique des landes se trouvent inclus, outre les affleurements rocheux, les versants en pente raide et les fonds de vallons envahis de ronces, la « lande à genévrier » qui, il y a vingt ans encore, entrait dans la rotation des pâtures.

14 Il faut distinguer deux formes de micro-exploitations : sur une majorité de petits lots constitués de quelques parcelles en terre ou en herbe, d’anciens exploitants, des retraités pratiquent un jardinage qui assure la provision de pommes de terre et de choux pour l’hiver, et la nourriture de la basse-cour ; une quinzaine d’hectares, en pâtures ou pâtis plus vastes et plus éloignés du village, appartiennent en partie à un propriétaire qui y surveille les bêtes engraissées par son fils, boucher dans une commune voisine, en partie au fromager qui a développé un élevage de porcs annexes à la laiterie.

15 Les surfaces en bois incluses dans les propriétés exploitées directement sont données à titre indicatif, d’après la situation du début de 1968.

16 Un ancien exploitant, auquel a succédé son neveu sur une exploitation en fermage, déclare les 5 ha de son petit patrimoine familial, qu’il « donne à faire », pour maintenir ses droits à la retraite agricole ; il est manœuvre dans une entreprise de travaux publics du village. Un propriétaire de 18 ha — dont 9 ha en prés, utilisés par son fils qui ne réside pas dans la commune et 9 ha de terres données en location à un exploitant voisin — n’a jamais exercé la profession d’exploitant ; il cotise néanmoins pour une retraite agricole tandis que son épouse est titulaire de la patente du commerce familial. Au Moulin, le propriétaire, en indivision avec sa mère et son frère, de 28 ha sis sur Minot et Saint-Broing, déclare exploiter 15 ha ; grand malade relevant du régime d’invalidité, il « donne à faire » ce lot à son voisin de terres le plus proche : c’est donc à ce dernier qu’ont été imputées les terres qu’il cultive effectivement.

17 L’opposition traditionnelle entre « fermes » du village, exploitant un ensemble très dispersé de petits champs dans la clairière centrale, et « métairies d’écart », installées au centre d’un terroir fermé constitué de pièces massives juxtaposées, s’est beaucoup atténuée après le remembrement, terminé en 1959, de 951 ha de parcelles dans la clairière centrale (cf. article 6) ; l’uniformisation du parcellaire, les progrès très rapides de la motorisation ont facilité la reprise par des exploitants du village d’ensembles de terres d’écart dont les bâtiments d’exploitation se trouvaient totalement ou partiellement ruinés.

18 Il s’agit seulement de ceux dont l’exploitation est autonome.

19 A l’automne 1967, il faisait état d’un rendement d’orge de 14 qx/ha, quand les autres agriculteurs récoltaient 40 qx/ha.

20 Cf. supra : p. 55.

21 Tous deux viennent de la Nièvre, sans que l’on connaisse exactement leur lien de parenté.

22 On est frappé, à la lecture de la liste nominale du recensement de 1911, par la proportion, excessive pour la santé démographique du groupe, de célibataires de plus de 30 ans vivant dans la ferme des parents.

23 Son autorité sur le marché foncier est évoquée par son petit-fils Marc, successeur d’Auguste sur l’exploitation depuis 1969 : « Si ton grand-père avait été là, m’a dit ma mère, la ferme d’à côté [mise en vente en 1968] ne serait pas allée à d’autres. »

24 Sur l’étal des sections de 1835, chacune des parcelles de Lourosse est divisée en quatre et chacun des quatre enfants de Jean-Baptiste Vautelot est inscrit pour le quart de chaque parcelle… En fait le partage n’a jamais eu lieu qu’au niveau de l’inscription, et le temps d’une génération.

25 En 1970, le fermier de Grand-Velbret figure au cadastre avec une propriété de 22 ha ; nous avons vu qu’il était le principal bénéficiaire des opérations de défrichement et de translation foncière consécutive « en Basignerolle ».

26 Cette réserve « des bois, plantations de pins, friches d’un seul tenant, d’une contenance de 22 ha environ », est mentionnée dans chacun des baux de la série consultée : 1839, 1863, 1933, 1939, 1956.

27 Les exploitants et les propriétaires se sont d’abord trouvés satisfaits des effets du remembrement. La puissance croissante du matériel agricole les conduit, aujourd’hui, à commenter son insuffisance : « il faudrait tout recommencer, remembrer ce qui a été remembré », en prenant pour référence les parcelles foncières les plus vastes des écarts, dont la surface atteint 35 à 40 ha, mais qui sont divisées en trois ou quatre « champs » pour la mise en culture.

28 Les lots fonciers les moins importants se trouvant être aussi les plus dispersés, car les grands propriétaires ont été privilégiés par les regroupements. C’est bien sûr la proximité d’un grand ensemble de pièces de la même exploitation qui détermine l’attribution locative d’une parcelle à cette exploitation.

29 Cf. infra : p. 182.

30 Le rassemblement effectué par Jules Voinchet est d’un autre ordre ; c’est en une seule mutation qu’il récupère le lot échu à une lignée collatérale et reconstitue la totalité du patrimoine de son arrière-grand-père.

31 Prédécesseur à la laiterie d’Ali Giraudon.

32 Propriétaire par ailleurs de la moitié des biens indivis de la succession de ses parents (cf. supra : p. 171).

33 La mère du grand-père maternel du locataire était sœur de la grand-mère maternelle du propriétaire.

34 Georges Potey (1884-1892 : 19 et sq.) y décèle les traces de l’architecture des Templiers dont les maisons mères se trouvaient à Bures et Montmorot.

35 Charles Villerey prête de petites sommes à ses fermiers, à un intérêt réduit : 2 % à l’un, « pour cheptel », à l’autre « pour payer sa faucheuse » ; en 1913, à un fermier qui s’installe, il avance 3 000 francs « pour achat de bestiaux et de matériel agricole pour exploiter ma ferme ».

36 Quand le grand-père d’un des actuels fermiers de la famille Villerey reprend une des fermes, en 1906, « il arrivait sans rien, avec sept enfants ; on lui a donné une tisse (une bâche) de farine pour faire le pain ».

37 Les emprunteurs témoignent de leur reconnaissance ; l’un d’eux propose, dans une lettre datée de 1860, de rembourser une partie de sa dette, 1 000 francs, pour montrer « sa bonne volonté » ; « si je pouvais vous tout rembourser, je travaillerais avec goût ».

38 La suite de l’énumération évoque avec précision la situation de faillite où sont acculés de nombreux petits propriétaires :

  • « … 1 500 francs dus à Claude V. le jeune » ;

  • une série de petites sommes dues « à la compagnie d’assurances, au marchand de vin, au charron, à l’épicier, au boucher, au maréchal, au bourrelier » ;

  • « dû à la bergère pour ses gages 144 francs à Baudot pour amodiation

à divers ouvriers pour la récolte 100 francs
à Camuset de Conclois pour prêt 200 francs
à divers pour fauchage et fanage du regain 29 francs
à Verdier Lanier pour 1 brebis 15 francs
à Guillemin médecin 50 francs ».
Même les frais funéraires n’ont pu être réglés…

39 Au chef-lieu de canton, le descendant d’une longue lignée de propriétaires bourgeois confirme la place des fermiers dans les cérémonies familiales : « Ils étaient invités à mon mariage en bonne place, avant mes camarades de faculté. »

40 Soigneusement rangé encore avec les « papiers de famille ».

41 Alors qu’au décès de Charles Villerey en 1918, la propriété s’étendait sur 423 ha, des réductions progressives et la vente de 32 ha de bois à défricher à la SAFE, en 1967, l’ont réduite à 379 ha.

42 Ils sont défrichés en 1969 et les terres louées au fermier de Champ-Vivant.

43 L’histoire foncière de la propriété de la veuve de Michel Tourski n’a pas été reprise en annexe puisqu’elle a été mentionnée dans la description des biens de la famille Vautelot, dont était issue la première épouse de Michel Tourski.

44 Il est essentiellement question des terres agricoles et des bâtiments d’exploitation, les autres biens immobiliers n’étant mentionnés que s’ils pondèrent la masse partagée.

45 Les dotations patrimoniales faites à l’occasion d’alliances deviennent rares après 1830 ; elles donnaient des garanties foncières immédiates au jeune ménage qui s’installait pour aider les parents à gérer un vaste domaine.

46 Il s’agit de « 26 doubles décalitres de blé couceau de bonne qualité
14 doubles décalitres de pommes de terre
10 kilogrammes de lard salé de bon choix
10 kilogrammes de sel
6 kilos de beurre fondu
2 litres d’huile
12 douzaines d’œufs
1 douzaine de fromages secs
2 kg de savon »
en termes payables — comme les baux — le 24 juin et le 25 décembre.

47 La donation d’une partie de la propriété agricole sur laquelle résident et travaillent les parents entraîne une proximité d’habitation mais rarement une cohabitation des ménages ; on revendique haut, à Minot, et comme un des éléments de l’individualisme traditionnel, la séparation des ménages au sein des familles ; une informatrice traduit cette exigence : « les vieux et les jeunes, jamais sur la même cour » ; de fait, la consultation des listes de recensement, dressées maison par maison, indique un très fréquent voisinage familial, mais rarement une réelle cohabitation ; dans les grandes fermes d’écart, où deux ou trois ménages furent longtemps nécessaires à l’entretien de vastes ensembles culturaux, des logements séparés assuraient leur indépendance.

48 Cf. Annexe II, cas 16, infra : pp. 212.

49 Dans les années post-révolutionnaires, les traités de mariage sanctionnent la fondation de la communauté, pivot de la transmission bilatérale des biens : « … et ce qui leur échéra par successions, dons et legs, leur retournera et aux leurs nature d’anciens, comme si le tout avait fait tronc et double tronc, dans leur famille, en quelques mains que le tout puisse passer soit directe ou collatérale ».

50 La mère de Marie Desprey, Marie Dugat, était également fille unique.

51 Par la pratique, notamment, du mariage tardif, engendrant un unique héritier, dont on a de nombreux exemples pour la période 1880-1920.

52 Deux de ces onze enfants.

53 Terme utilisé par la petite-fille de Louis-Félix, fille unique de son fils et héritière de la propriété.

54 Au même moment où s’accélère l’émigration, l’intensification de la circulation monétaire, due à l’extension des circuits commerciaux, fournit à ceux qui restent sur la terre les moyens de dédommager ceux qui partent.

55 141 pièces.

56 La veuve d’Edme de Champeaux n’ayant pas honoré ses créances, Alexandre Mairetet se saisit de son bien sur Minot.

57 Agée de 45 ans et célibataire, elle était déjà en possession d’un héritage, indivis avec la fille unique de son frère décédé prématurément, comportant plus de 40 ha de terres agricoles sur Minot (acquis de la lignée paternelle) et 60 ha de terres sur Fraignot (acquis de la lignée maternelle).

58 Cf. article 6.

59 Dans tout le cours du xixe siècle, les baux mentionnent fréquemment la réserve d’une chambre et d’une place à l’écurie pour un cheval, pour les propriétaires ne résidant pas dans la commune, et qui assurent ainsi leur hébergement lors des visites aux fermiers.

60 Claire Maurot a « toujours entendu parler dans sa famille des avantages » dont a bénéficié, dans la distribution des biens, en 1829, le fils unique de Jean le Jeune, « tant pour la terre que pour l’argent ».

61 C’est la formule la plus courante pour assurer la gratuité du partage ; « après avoir examiné les lots tels qu’ils sont composés, nous les avons reconnus être de même valeur, représentant le même revenu. Nous avons ensuite fait trois billets sur papier de même dimension que nous avons pliés dans la même forme, déposés dans un vase et bien remués. Ayant voulu par un tirage précédent connaître celui ou celle qui aurait le droit de tirer le premier, il en est résulté en suivant l’ordre obtenu par le tirage que... »

62 Ses trois autres enfants recevront des biens acquis sur la commune de Moitron par le déplacement des fortunes foncières de sa mère et de son épouse.

Notes de fin

1 Article paru dans Études rurales, 1981, 2.

Table des illustrations

Légende FIGURE 1. Carte du territoire de Minot (G. Potey, Archives départementales)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3059/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende FIGURE 2. Structure foncière des exploitations
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3059/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende FIGURE 3. Rôle prévalent de la collatéralité dans la circulation des biens en l’absence de descendance directe
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3059/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende FIGURE 4. Rassemblement des terres familiales
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3059/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende FIGURE 5. Maintien de l’intégrité des lots par démographie restrictive et stratégie familiale
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3059/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Légende FIGURE 6. Emiettement des patrimoines quand se succèdent les familles nombreuses
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3059/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende FIGURE 7. Rôle du choix individuel dans la transmission collatérale (illustration du cas 18)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3059/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search