Version classiqueVersion mobile

Violences extrêmes. Enquêter, secourir, juger

Secourir

Ciblage des services de santé en Syrie : stratégie militaire ou dommage collatéral ?

Abdulkarim Ekzayez et Ammar Sabouni

Résumé

Neuf années de conflit continu en Syrie ont été marquées par de nombreuses exactions commises contre des civils, certaines constituant des crimes de guerre. La plupart des acteurs impliqués ont commis de telles atrocités, mais le gouvernement syrien (GS) et ses alliés demeurent les premiers responsables. Sur une population de 21 millions de personnes en 2010, plus d’un demi-million de Syriens ont été tués jusqu’en janvier 2019, et plus de 13 millions ont été déplacés, soit à l’intérieur du pays, soit dans les pays voisins ou encore au-delà. En outre, les infrastructures civiles, notamment dans le domaine de la santé, ont été lourdement impactées, entraînant l’interruption de leurs services et beaucoup de souffrances. L’examen des caractéristiques de ces atrocités, de leur chronologie et de leurs conséquences, pourrait contribuer à en dégager les motivations. Si le GS affirme que ces attaques avaient pour cible des combattants civils, nous soutenons que les civils et les infrastructures civiles constituaient des objectifs militaires et stratégiques, plutôt que des dommages collatéraux résultant des attaques commises par le gouvernement et ses alliés. Les attaques contre des civils peuvent être motivées par un avantage militaire, en imposant la soumission et la capitulation ; elles peuvent aussi répondre à des objectifs à long terme, notamment le déplacement forcé et l’ingénierie démographique. La présente étude soutient, à l’aide de plusieurs exemples survenus tout au long du conflit, que le GS a adopté une stratégie militaire en cinq points, au cœur de laquelle figure le ciblage des services de santé. Cette stratégie repose sur cinq étapes consécutives visant à obtenir la soumission des populations civiles et à les affaiblir ; (1) assiéger et exténuer les populations ; (2) cibler les civils et les infrastructures civiles ; (3) cibler les professionnels de santé et les établissements de soins ; (4) proposer des accords de reddition et d’évacuation. Enfin, si tout échoue, la dernière étape, (5) est le recours aux armes chimiques. Cette tactique militaire a montré son efficacité en permettant de reconquérir la plupart des bastions de l’opposition au prix de la souffrance des civils et de la catastrophe sanitaire.

Entrées d'index

Keywords :

Syria, war crimes, health care

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le salaire du premier auteur est partiellement couvert par UK Research and Innovation dans le cadre du Global Challenges Research Fund ; projet Research for Health in Conflict in the Middle East and North Africa (R4HC-MENA), bourse numéro ES/P010962/1.

Introduction

La production de connaissances et d’enseignements sur les atrocités et la violence extrême est une tâche indispensable mais périlleuse et difficile à mener1. Conduire des travaux de recherche dans de tels contextes est très complexe (Mfutso-Bengo, Masiye et Muula 2008). Les acteurs humanitaires, y compris les services de secours locaux, ont généralement du mal à trouver un équilibre entre, d’une part, la collecte de données et la compilation des enseignements tirés et, d’autre part, l’adaptation à des environnements en constante évolution et la réponse à des besoins urgents. Naturellement, les besoins vitaux immédiats relevant des différentes formes d’aide humanitaire et les interventions ad hoc priment sur la recherche. Qu...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search