Version classiqueVersion mobile

Une campagne voisine

 | 
Tina Jolas
, 
Marie-Claude Pingaud
, 
Yvonne Verdier
, 
et al.

I. Premier regard

1. Paysage, population et histoire foncière dans le Châtillonnais

L’exemple de Minot (Côte-d’Or)1

Marie-Claude Pingaud

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Études rurales, 1968, 32.

1La commune de Minot (Côte-d’Or) occupe une position excentrique dans le Châtillonnais, aux confins de la région, à 8 km de la limite départementale de la Haute-Marne.

2Son vaste terroir (3 540 ha) s’inscrit au centre du plateau calcaire qui domine de 350 m la dépression argileuse de la « Vallée » du nord du Châtillonnais et, s’élevant lentement vers le sud, retombe sur la plaine de Dijon par une côte démantelée dont les sommets dépassent 600 m. Les limites naturelles de la vallée de la Seine à l’ouest, de la vallée de la Tille à Test font de ce plateau un compartiment autonome que certains géographes rattachent au plateau de Langres.

3Cette situation détermine les caractères géographiques essentiels de la commune : relief relativement élevé par rapport à l’ensemble du Châtillonnais ; climat rude ; isolement (le village est à l’écart des grandes voies de communication) ; enfin un terroir en clairière dans les hauts les plus boisés du Châtillonnais.

Le milieu naturel

  • 1 Certaines de nos informatrices évoquent des étés brûlants où elles partaient faner : « à peine la v (...)

4L’altitude moyenne de la commune est de 470 m (420 m au bas du village, 494 m à l’« Arbre fourchu » sur les hauts de Thorey) ; cette altitude de plateau découvert accentue les caractères continentaux du climat régional : l’hiver est long, souvent très rigoureux et précoce. Au cœur de l’hiver, l’enneigement dure plusieurs semaines et impose des périodes d’activité réduite. On craint l’hiver à Minot ; le verglas rend les routes dangereuses, « les vieux ne sortent plus » ; le vent du nord, malveillant, « remonte tout le village en enfilant la rue, des creux jusqu’au château ». On connaît aussi les reprises du froid ; février est le mois le plus dur, « c’est un peû (petit) bâtard qui ferait geler l’enfant dans le ventre de sa mère ». Les étés sont chauds et secs, du moins le furent-ils, en cet « autrefois » auquel se réfère ce qu’on a entendu dire en cet « avant » plus récent, qui fut le temps de la jeunesse des actuels quinquagénaires ; car maintenant, de l’avis général, « il n’y a plus d’étés », « on ne fait plus jamais la fête dans la chaleur » (le premier dimanche de juin)1. Et c’est seulement à travers le souvenir des récits qu’en firent les « grands-pères » que sont évoquées les sécheresses destructives d’un lointain passé.

5On peut évaluer la moyenne des pluies, sur le plateau de Minot, à 900 mm ; cependant, pour ceux qui cultivent la terre, la moyenne des précipitations est une notion nécessaire mais non suffisante ; en fait il y a les bonnes années, suffisamment arrosées, et les mauvaises. Les pluies bénéfiques, sur cette terre qui boit l’eau rapidement, ce sont surtout les pluies d’automne, qui font lever le blé tôt semé, et les pluies de printemps, précieuses pour la croissance des fourrages, amenées par les vents du sud et du sud-est. Elles sont souvent violentes et qualifiées alors par les habitants de « tempêtes » ; les grands orages d’été semblent avoir, comme les fortes chaleurs, disparu ; vers 1950 encore, un cyclone arracha les arbres d’une petite combe, au bas de la forêt, « même des chênes vieux de 150 ans ». On craint moins la grêle qui, selon un de nos informateurs, « s’arrête à Echalot », village situé au sud-ouest de Minot, de l’autre côté de la forêt ; il est de fait que les taux de l’assurance-grêle sont plus bas à Minot que dans les communes voisines.

  • 2 Les plus intéressés par l’histoire de leur commune ne manquent pas de signaler qu’à l’origine Minot (...)

6La route nationale à faible circulation qui relie Dijon à Montigny-sur-Aube passe sur le territoire de Minot, en longeant à peu près la lisière de la forêt, c’est-à-dire qu’elle ne traverse pas le village et se trouve en dehors des axes de communications internes à la commune ; le tracé en fut défini en 1836, et les délibérations communales reflètent le dépit d’une bonne partie des habitants à voir négliger leur village ; aujourd’hui, ils se félicitent plutôt de se trouver à l’écart de la « nationale »2.

FIGURE 1. Carte de situation

FIGURE 2. Le terroir communal

7Cette situation du village hors de l’axe de passage interdépartemental est sans aucun doute favorable au maintien d’une certaine vie sociale locale : les voitures qui traversent le village sont toujours connues ou reconnues ; le trafic est réduit et correspond, pour une large part, aux activités des habitants de la commune, excédant peu son cadre et le champ clos d’interconnaissance.

8La ville, pour les habitants de Minot, c’est Dijon, à 53 km ; Châtillon est moins loin (40 km) mais aussi moins fréquenté ; peut-être cette distance semble-t-elle allongée par l’épaisseur de la forêt domaniale qui sépare Minot de Châtillon et que contournent les routes.

9C’est à Dijon que sont pensionnaires la plupart des enfants qui font des études et que l’on fait des achats importants ; cependant, on va chez le médecin à Recey ou à Grancey ; le dentiste, le coiffeur, le notaire et la Caisse de Crédit agricole sont à Aignay-le-Duc.

10L’aspect de terroir-clairière de Minot apparaît nettement sur la carte IGN au 1/50 000e. L’évidement central est cerné par les bois et ne s’ouvre que vers le sud. Le terroir s’ordonne en éléments bien différenciés : la masse de la forêt communale (630 ha), la grande clairière où le village actuel figure l’état présent d’un habitat très ancien, les trouées périphériques correspondant à un défrichement plus récent et qui constituent autant de cellules rurales autonomes depuis leur création (les « écarts »), enfin le hameau de Thorey et ses terres, étrange appendice communal qui plonge vers le sud, détaché vers le début du xviisiècle de la paroisse de Salives.

11Dans des actes de vente datant de la fin du xvisiècle, la forêt de Minot apparaît comme un bien collectif et elle le demeure. Son rôle dans la vie de la communauté est cependant aujourd’hui bien réduit : elle est devenue un vestige. Sous sa haute futaie où les hêtres et les frênes dominent le chêne-rouvre plus noueux et plus court, l’abondance des pluies entretient un sous-bois vivace d’arbustes, de hautes graminées, une pelouse dense parsemée au printemps de toutes les fleurs des bois. Cependant la forêt n’est plus hantée que par les chasseurs qui poursuivent un gibier devenu rare et qu’il faut chaque année renouveler, par les bûcherons espagnols salariés d’une entreprise étrangère à la commune, par de très rares promeneurs. Nous avons parcouru ses sommières en compagnie d’un des derniers amateurs vanniers de Minot qui, à l’automne, en période de « vieille lune », y choisissait des coudres ; un ancien agriculteur nous a mené devant les excavations des mines abandonnées depuis le haut Moyen Age, et dont on extrayait à l’époque de la paix romaine un minerai de fer transformé sur place, comme l’attestent les noms des lieux-dits voisins (Les Lavières, Les Forges de l’Etang, La Combe Ferret, Les Poisets). L’étymologie de Minot — qui fut « Mignot » jusqu’à la Révolution, et auparavant « Mignae » — se réfère peut-être à la présence de ces mines, connue de presque tous les habitants grâce à la passion archéologique de leur dernier vieux curé.

12Jusqu’à la Première Guerre, la forêt était encore le lieu d’une grande activité. De nombreux bûcherons y travaillaient tout l’hiver ; les charbonniers élevaient dans ses clairières leurs huttes rondes et fumantes ; les gardes l’arpentaient, surveillaient sa croissance, « bali-vant et martelant » les coupes vendues aux maîtres de forges des petites vallées voisines et aux marchands de bois ; les habitants inscrits sur le rôle de l’affouage — tous les chefs de foyer — y venaient ramasser les branches abattues par la foudre, les branchages abandonnés sur la coupe communale exploitée chaque année ; les sabotiers y choisissaient leurs fûts, les vanniers leurs coudres, les corroyeurs les jeunes chênes à écorcer. Pour tous, elle était aussi un lieu de ramassage et de cueillette : avec les poirottes, on fabriquait la « pique », boisson fermentée légère, avec les prunelles, l’eau-de-vie ; on cueillait les noisettes, les merises, les châtaignes, les champignons ; les glands servaient à nourrir les porcs ; en temps de disette, on autorisait même l’effeuillage des frênes ; la nuit, les braconniers — tous les pauvres du village — y préparaient leurs pièges. La route vers Etalente la traversait, celle d’Echalot suivait sa lisière ; un moulin fonctionnait à son pied, sur les eaux aujourd’hui disparues de l’étang du Mont.

13Peu à peu les habitants de Minot ont déserté leur forêt. Nos informateurs quinquagénaires y ont encore déniché les oiseaux, s’y sont promenés en bandes de jeunes ; ils s’étonnent qu’aujourd’hui « les jeunes n’y aillent plus jamais rôder » ; le dernier grand rôle de la forêt fut d’abriter, de 1943 à 1945, un maquis de prisonniers russes et polonais évadés, regroupés sous les ordres d’un colonel russe. L’an dernier les défonceuses et les bulldozers d’une entreprise de défrichement se sont dangereusement approchés de sa lisière : 70 ha de sapins furent déracinés pour mettre à nu de nouvelles terres de cultures que les exploitants de la commune se sont partagées, car « c’est de la très bonne terre ; avant c’était trop loin, maintenant avec les tracteurs on va partout ».

14Des points hauts du terroir on découvre le paysage de Minot aux reliefs larges et ouverts ; le contraste est frappant quand on « monte » des petits vallons encaissés, « pittoresques » et très habités des affluents de la Seine et que l’on aborde à Minot les hauteurs venteuses et sévères du plateau de Langres. Un ensemble de petits vallons boisés semble articuler, dans un apparent désordre — car le réseau hydrographique est peu marqué —, des croupes aux versants dénudés, portant des cultures en champs ouverts (essentiellement orge, blé, prairie artificielle, un peu de colza). Le nom des « quartiers » évoque le relief : ce sont les Hautures, les Monts, les Côtes ; pour les agriculteurs de Minot, cet ensemble de champs, ce lieu du travail agricole, c’est la « plaine ». Les pâtures occupent les bas de versants trop pentus pour le travail du tracteur, les têtes de vallons, certains flancs mal orientés ; elles sont closes d’un fil électrifié, ou de haies vives soigneusement entretenues, c’est-à-dire brûlées chaque hiver, dégagées à coup d’herbicide, « ce qui a fait fuir presque tous les oiseaux, les serpents et les escargots » ; mais « on garde les haies pour l’ombre, et ça coupe le vent ». Près du village, les pâtures sont entourées d’un muret de pierres sèches dégradé. Certains fonds de vallons larges, plats, non drainés par les eaux superficielles, sont ensemencés en longues lanières sinueuses. Les seuls prés naturels se situent sur les alluvions du val de la Dijeanne et du val confluent du ru Dolent ; ils sont drainés par un réseau de poteries mis en place il y a plusieurs siècles par les « grands-pères », l’herbe y est excellente et ce sont les terres les plus chères. Au bas des versants béent quelques carrières : la pierre blanche du bajocien, qui se délite en dalles, n’est plus exploitée ; elle a fourni la « lauze » des toits jusqu’à la fin du siècle dernier, et les pavements des salles de fermes. Les « cailloux », le sable sont ramassés par « qui en veut » moyennant une infime redevance au propriétaire.

15Partout l’arbre, l’arbuste, la broussaille animent le paysage ; la masse de la forêt barre l’horizon, le taillis plus ou moins clairsemé obscurcit les vallons ; les boqueteaux signalent les fermes d’écart ; le genévrier, l’épine-rouge, le prunellier, l’aubépine croissent au long des haies, envahissent les friches et les murgers ; des plantations de pins noirs d’Autriche, introduits à Minot vers 1880, donnent à certains sites une austérité de plateau jurassien. Si l’arbre est partout présent, favorisé par l’humidité, abondante en dépit de la sécheresse du sol, l’eau courante est presque invisible. C’est que Minot est situé en plein cœur du plateau jurassique, tout près du dôme structural de Fraignot, qui divise les eaux entre la vallée de la Seine et celle de la Saône.

16Le terroir est assis sur un banc de roches perméables et dures, le bajocien supérieur, calcaire blanc fissuré qui se délite facilement et fut largement exploité. Ses affleurements apparaissent au bas des versants, et correspondent aux sols qu’on appelle ici les « craies » ou « cras », secs et friables, assez fertiles, mais dont les agriculteurs redoutent réchauffement rapide. Dans cette roche, la Dijeanne a découpé les petites falaises qui bordent le val profond de son cours, près de l’étang Madame. Au-dessus de la roche bajocienne s’étagent les couches imperméables de la marne grise dite « à foulon », qui retient les eaux et constitue l’élément essentiel du système hydrologique local. Au-dessus des marnes, c’est dans le calcaire oolithique du bathonien inférieur, épais de 40 à 50 m, que se modèle la plus grande étendue du territoire de Minot. Sol très remanié, mélangé d’argile, d’éléments minéraux (notamment de fer), hétérogène, aéré, c’est le cafre, constitué d’un enchevêtrement de cailloux calcaires blanc-gris enrobés dans une argile rouge, et que les agriculteurs de Minot considèrent comme une terre fertile malgré sa minceur (« la terre rouge entre les pierres retient les racines, qui peuvent aller profond »). Le cafre, en certains points du terroir, est dégradé : l’argile manque, il reste les pierres, « on les creuse facilement, sans résistance, on pourrait aussi bien creuser avec ses mains, les racines ne trouvent pas à s’accrocher » ; mais la surface de ce sol ingrat se réduit à une soixantaine d’hectares.

17Le système hydraulique local dépend essentiellement de la présence d’une couche marneuse dans l’étagement stratigraphique, entre les deux terrains calcaires, la quantité et la répartition des précipitations établissant le rythme de fonctionnement du système. Les eaux du ruissellement s’infiltrent dans le calcaire oolithique fissuré, aboutissant à la marne à foulon. À ce niveau (environ 430 m) l’eau affleure en sources pérennes à débit faible mais régulier, ou jaillit en sources précaires après les grandes pluies de printemps et d’automne.

18Cette abondance de sources, dont quelques-unes sont captées, mais la plupart sauvages, intermittentes, impossibles à dénombrer, compense un réseau hydrographique très réduit. La Dijeanne, formée par la confluence de petits vallons irrégulièrement drainés dont les têtes se situent sur les territoires d’Echalot et de Minot, coule du sud au nord, vers l’Ource, affluent de la Seine ; elle a l’apparence d’un ruisseau paresseux mais se mue en torrent dévastateur après les pluies d’orage. Son débit moyen a dû se réduire cependant car, « autrefois », la Dijeanne alimentait deux étangs sur le terroir de Minot et faisait tourner deux moulins. Celui du Mont, au pied de la forêt et de la route d’Echalot, s’est arrêté vers 1860 ; les ruines de la chaussée témoignent seules aujourd’hui de l’emplacement de l’étang. Celui du Bas, sur l’étang Madame, a fonctionné jusqu’en 1950. Le vallon du ru Dolent descend vers le nord et rejoint le val de la Dijeanne près de l’étang Madame ; c’est sur sa rive que s’établit, au viisiècle, le site du village actuel ; le ru a été canalisé et recouvert en 1856, car ses crues inondaient régulièrement tout le bas du village.

19On peut signaler enfin, comme un élément du mince réseau hydrographique de Minot, le cours naissant, au fond de la combe au Lièvre à l’extrême nord de la commune, de la Groesne, qui rejoint l’Ource à Recey.

20Avant l’installation de l’eau courante au village, en 1958, bêtes et gens disposaient de huit fontaines et de treize puits ; aujourd’hui encore, dans chaque écart, les sources captées fournissent en eau potable la maison d’habitation et l’abreuvoir, auge de pierre où viennent boire les bêtes avant de rentrer à l’étable, où par les fortes chaleurs d’été, on refroidit les bidons de lait avant le passage du laitier. Les sources des petits vallons assurent l^alimentation de la Dijeanne, l’humidité constante des prés de fonds, et surtout l’abreuvage sur place des troupeaux en pâture.

Le bourg

21Le territoire de Minot comprend 1 575 ha de terres en culture, 391 ha de prés naturels et 1 285 ha de bois. La densité d’habitat est faible, 360 habitants en 1968 dont 48 dans les écarts. On peut définir Minot comme un village-rue qui s’ouvre, vers la moitié de son cours, en une agglomération plus lâche. L’artère principale, dessinant un Z étiré du sud-sud-ouest au nord-nord-est, relie le Haut et le Bas, quartiers autrefois séparés. Cet axe sinueux et ce dénivellement empêchent toute perception globale du village.

22Le quartier du Bas, que les habitants de Minot appellent aussi les Vaux, a dépassé le strict alignement de la rue. À partir d’un carrefour, au coude de la grand-rue, l’agglomération s’est étalée au long de petits axes secondaires. Autour de ce carrefour, que l’on peut considérer comme la place du village, sans arbres, sans surélévation, mais marquée par le monument aux morts, se regroupent, dans un rayon très court, l’église et le cimetière, l’ancien presbytère, la halle en bois qui abritait autrefois les foires et sert maintenant de garage à la pompe à incendie, la mairie et l’école, le lavoir public, le café-tabac et la boulangerie-épicerie.

23Dans le Haut ou quartier du Mont, le seul bâtiment de la vie collective est le château d’eau, édifié sur l’emplacement ruiné d’une des plus anciennes cours à puits intérieur. La laiterie, à mi-côte, anime du bruit des bidons chargés et déchargés deux fois par jour un quartier où les cours de fermes alternent avec des pavillons de retraités. Au haut bout du village, flanqué de frênes centenaires, un château, construit par Marie de Longueval, titulaire de la seigneurie de Minot de 1657 à 1680, est caché derrière de hauts murs et un portail de bois.

24Sur d’anciennes photographies, le village apparaît entouré d’une ceinture de verdure ; un quadrillage de murets cerne des vergers opulents, des petits clos, des jardins potagers. Sur la carte dessinée par G. Potey, châtelain du village, auteur au début du siècle d’un manuscrit relatant l’histoire de Minot, apparaît mieux encore ce parcellaire menu qui, derrière les maisons bordant la rue, répartissait les chènevières, les jardins, les clos plantés, et dont l’assemblage évoque le très ancien groupement des meix, au village originel des communautés rurales bourguignonnes, selon P. de Saint-Jacob (1942).

  • 3 La culture du chanvre fut définitivement abandonnée vers 1880. Sur ces terres qui durant des siècle (...)

25Aujourd’hui, les toits de Minot — où la tuile et l’ardoise ont remplacé la trop pesante lauze — ne disparaissent plus parmi les arbres ; l’enceinte de verdure s’est éclaircie ; on fauche encore l’herbe des clos pour les lapins ; on cueille les prunes, mais on ne soigne plus les poiriers ni les pommiers dont parfois on ne ramasse même pas les fruits ; seuls les jardins potagers ont subsisté, installés sur l’emplacement de l’ancienne chènevière3.

26L’agglomération est peu dense, et la surface bâtie trouée de cours, de jardins, de ruelles, de passages. Traditionnellement, les maisons de Minot étaient construites en gros blocs de pierre blanche taillée. Le poids du toit de lauze obligeait à l’étayer par une forte charpente et à réduire sa surface. L’unité de construction était petite, à toit court et on la multipliait selon les besoins dans la cour étroite : grange, écurie, remise, gélinière, « têt à porcs ». Certes, depuis la fin du siècle dernier, l’abandon du toit de lauze, l’agrandissement des bâtiments d’exploitation, les normes nouvelles d’habitat ont modifié la physionomie du village et il y a peu d’homogénéité dans l’aspect extérieur des constructions : la plupart sont des maisons rurales aménagées et modernisées par tranches successives, mais qui, derrière la façade peinte ou recrépie, sous le toit de tuiles neuves, ont gardé la disposition intérieure traditionnelle, avec la salle dallée vers laquelle on descend par deux marches, l’évier de pierre sous la fenêtre de façade, la cheminée monumentale sur un des murs latéraux, car la paroi du fond était réservée à l’alcôve.

27Quelques dates inscrites sur les linteaux de pierre ou de bois des portails témoignent de l’âge de certaines demeures. Il subsiste ici, en effet, de nombreux éléments d’architecture du xvie et du xviisiècle : ce sont des tourelles d’angle abritant un escalier de pierre aux paliers voûtés en ogive, des arcs en plein cintre aux portes charretières, des piliers à chapiteaux soutenant une galerie de bois à l’étage, des vantaux cloutés.

28Quelques maisons apparaissent même dans leur ensemble comme de précieuses reliques de l’architecture traditionnelle locale ; celle de la doyenne du village a gardé intact son toit de lauze : l’abside de la chambre à four s’adosse au mur latéral, derrière la cheminée ; à la façade est accolé l’escalier de pierres qui monte au grenier, les murs sont percés de fenêtres étroites surmontées d’un arc en doucine.

29Les fermes du village regroupent leurs bâtiments autour d’une cour ceinte de hauts murs, ouverte sur la rue par une porte charretière à piliers ; la maison d’habitation présente un pignon aveugle sur rue (des fenêtres y ont été percées, dans une phase de modernisation toute récente) et s’ouvre sur la cour.

30Les modèles d’architecture urbaine sont représentés par deux ensembles. L’un se réduit à quelques spécimens témoignant du goût du début du siècle : pavillons en meulière apparente, avec véranda en décrochement et frise de céramique au ras du toit. L’autre regroupe un nombre, qui va croissant chaque année, de pavillons crépis de ciment coloré, surélevés pour l’aménagement du sous-sol en garage, éclairés de larges baies, agrémentés de ferronneries d’art.

31Depuis 1958, onze permis de construire ont été délivrés dans la commune, dont sept à des « moins de 30 ans », comme le reconnaît avec satisfaction le maire : « Maintenant les jeunes restent, ils gagnent leur vie ici, ils s’installent, ils n’ont pas peur d’emprunter pour faire construire ; c’est le signe, depuis dix ans, d’une expansion économique, d’une évolution positive à Minot. »

Les gens et leurs activités

  • 4 La densité moyenne des communes rurales du Châtillonnais est de 15 hab./km2 ; celle des communes ru (...)

32Lors du recensement de 1968, Minot comptait 360 habitants dont 48 dispersés dans les écarts. La densité est proche de 10 habitants au km2, conforme à la densité moyenne pour le canton d’Aignay4, mais bien inférieure à celle de l’ensemble des communes rurales du Châtillonnais.

33Aux habitants des communes voisines cependant, Minot apparaît comme un village « vivant ». Ce jugement porte reconnaissance d’un certain prestige : on apprécie que les voisins jalousent les signes extérieurs de prospérité agricole, le succès des élèves aux examens de fin d’année, l’activité municipale et l’esprit d’entreprise du maire, les victoires de l’équipe de football, mais surtout « la bonne entente des gens entre eux ».

34En fait, la population a progressé faiblement mais régulièrement depuis 1921, date du minimum démographique, atteint au terme de la lente décroissance inscrite au long des recensements du xixsiècle.

35En 1968, parmi les 114 habitants recensés comme « actifs », 40 seulement ont une profession agricole : nous sommes loin de la primauté traditionnelle du métier de la terre, déclaré au recensement de 1836 par la majorité des chefs de famille, exercé, en fait, comme activité nourricière essentielle, par tout le monde.

36Les activités qui font vivre, actuellement, une population presque réduite de moitié par rapport à celle du milieu du xixsiècle, sont plus diversifiées. Tandis qu’en 1851, on dénombre encore à Minot 78 artisans travaillant pour « l’industrie de l’habillement » et 26 pour « l’industrie du bâtiment », en 1913, il n’en reste que 12 : 2 menuisiers et 3 maçons, 1 ferblantier, 1 cerclier, 2 charrons, 2 maréchaux et 1 sabotier. En 1968, aucune profession artisanale n’est plus déclarée. Comme partout dans la France rurale, les spécialistes des techniques dont les produits ou les services n’ont plus cours ont dû changer de profession ; le dernier maréchal-ferrant a réparé, jusqu’en 1953, le matériel agricole dans un atelier aménagé au début du siècle, puis s’est embauché à Sochaux ; le bourrelier a travaillé avec son père jusque vers 1955 ; depuis, les tracteurs ont totalement remplacé les chevaux ; il répare à l’occasion des colliers de veaux, de taureaux ; sa profession déclarée est celle de facteur auxiliaire dans une commune voisine.

37Cependant, certains ateliers n’ont pas été abandonnés, mais transformés, et ont été à l’origine des petites entreprises à caractère familial ou en association, qui constituent actuellement le cadre des activités de services à Minot. Ainsi, le jeune charron qui s’installa en 1948 dirige maintenant, aidé d’un fils et de deux apprentis, une entreprise orientée vers les fabrications complémentaires du bâtiment, et sa clientèle dépasse largement le cadre de la commune.

38Un des fonds de maréchalerie, racheté par trois associés (dont deux beaux-frères), a pris, en déplaçant et en agrandissant considérablement ses ateliers, la dimension d’une entreprise d’entretien de matériel agricole qui emploie 7 personnes. Enfin, deux frères arrivés à Minot vers 1920 comme artisans maçons ont mis sur pied deux entreprises de bâtiment rivales, dirigées actuellement par leurs fils : l’une d’elles est devenue une « grosse affaire », emploie une cinquantaine d’ouvriers recrutés dans un rayon de 25 km — 15 seulement sont de Minot — et passe des contrats de travaux publics dans tout le département.

39La laiterie, fondée en 1904 par un fromager suisse qui traitait alors 60 hl par mois, transforme aujourd’hui 1 800 à 3 000 hl par mois, et emploie 9 personnes. C’est la seule industrie locale de transformation de produits agricoles depuis que le moulin a cessé de fonctionner, en 1950.

40À Minot comme dans de nombreux villages français, la distribution des biens de consommation courante est assurée surtout par des commerçants itinérants : il en passe au moins un chaque jour, et certains jours quatre. L’unique boutique du village, le seul lieu où les femmes se rencontrent depuis qu’elles ont cessé de fréquenter les lavoirs publics, c’est la boulangerie-épicerie. Les jeunes hommes, eux, se retrouvent pour l’apéritif du dimanche soir au café-tabac-hôtel-restaurant, récemment modernisé. Son propriétaire est aussi exploitant agricole — il cultive 50 ha et son commis soigne 20 laitières —, dépositaire de la pompe à essence, « taxi », occasionnellement facteur auxiliaire, coiffeur le dimanche, et lieutenant des pompiers. Les plus âgés restent fidèles au café de l’ancien maire, où ils se réunissent pour la partie de cascaret. Une grande annexe y a été aménagée en salle des fêtes ; le propriétaire la loue pour les mariages et le cinéma du mercredi soir.

41L’activité de la propriétaire du château qui, depuis 1963, prend en pension quelques vieillards l’hiver et abrite des groupes d’enfants l’été, reste tout à fait dissociée des activités professionnelles du village.

42Un jeune ménage d’instituteurs a pris ses fonctions à Minot, en octobre 1967 ; comme ceux qui les ont précédés, ils s’inséreront probablement étroitement dans la vie du village, investis de la confiance entière des parents, qui comptent sur eux pour l’éducation de leurs enfants tout autant que pour leur instruction. Deux cantonniers, le receveur des postes et sa femme, employée auxiliaire, complètent l’effectif des fonctionnaires.

43Depuis 1964, il n’y a plus de curé à Minot ; la paroisse est desservie par un jeune prêtre en tenue civile, qui réside à Salives.

44Le secrétaire de mairie, ancien mercier qui tint boutique jusqu’en 1954, un cantonnier municipal qui remplit les fonctions de fossoyeur et de sonneur de cloches, une apparitrice, à laquelle incombent les tâches autrefois dévolues au garde champêtre, constituent le corps des employés communaux.

45Depuis 1964, « ceux du Valduc » forment à Minot un groupe professionnel nouveau, considéré par la population comme fermé et « à part » : ramassés par le car du matin, déposés par le car du soir, leur vie active se déroule hors du cadre de la commune. On appelle « le Valduc », du nom d’une ancienne abbaye ruinée, un centre de recherche et d’expérimentation dépendant du Commissariat à l’énergie atomique, situé dans la forêt de Moloy, à 20 km de Minot, et qui recrute parmi les villages environnants le personnel d’entretien et d’administration. La différenciation des activités parmi les 18 participants de ce groupe — certains sont employés par le CEA, d’autres par des entreprises qui travaillent pour le compte du CEA, certaines sont femmes de ménage, d’autres secrétaires — y crée une sorte de hiérarchie. Le sentiment collectif des habitants du village à l’égard du Valduc est ambigu : la majorité de la population se gausse un peu des prétentions de ces nouveaux « cols blancs » (« ça fait bien de dire qu’on travaille au Valduc, même si on balaye la cour ») et de l’ostentation manifestée à propos du « secret » auquel ils sont tenus ; cependant, ceux qui sont encore sous l’emprise du temps indéfini du travail agricole envient le salaire régulier, supérieur aux salaires locaux, les nombreux congés, les vacances payées. L’attrait reste tempéré pourtant par la crainte d’un réel danger (« pour rien au monde je n’irais travailler là-bas »), et le mystère d’un lieu enfoui à la fois dans la forêt et sous la terre.

46Tout le monde reconnaît que « beaucoup de jeunes sont restés à Minot à cause du Valduc », que « le Valduc rapporte à Minot ». Il est certain que le Valduc a offert aux jeunes, à certains exploitants marginaux, à ceux qui bricolaient, sans grande qualification, une issue professionnelle.

47En mars 1968, 23 chefs d’exploitation, 5 aides familiaux et 9 ouvriers représentent la profession agricole à Minot. Le statut économique et social le plus bas revient aux ouvriers agricoles. Étrangers à la commune — pas un n’y est né —, nourris et logés par un patron dont ils se sentent constamment dépendants, sans qualification, peu stables dans un emploi mal payé, en majorité célibataires et donc sans foyer, ils sont pratiquement exclus de la communauté. Leur mobilité personnelle, la dispersion des fermes dans lesquelles ils travaillent les empêchent de constituer un groupe social.

48Les agriculteurs sont donc essentiellement — par le nombre réel et le poids social — les chefs d’exploitation et les membres de leur famille. La moitié d’entre eux exploitent selon le mode associé faire-valoir direct et fermage ; 5 sont seulement propriétaires, 6 seulement fermiers. En 1962, la moyenne d’âge des chefs d’exploitation était de 47 ans (2 avaient moins de 30 ans, 12 plus de 50 ans) ; 2 seulement étaient célibataires.

49L’effectif actuel des exploitations agricoles apparaît très réduit, si on le compare à celui que donnent les « Recensements généraux de l’Agriculture » pour 1882 et 1892 — respectivement 52 et 51 exploitations de plus de 5 ha. Une comparaison avec une situation antérieure à la fin du xixsiècle serait peu pertinente, car la notion moderne d’exploitant agricole ne peut s’appliquer à l’activité des 192 « agricoles » dénombrés, par exemple, au recensement de 1851. C’est donc essentiellement dans la dernière décennie du siècle dernier et la première décennie de celui-ci qu’a eu lieu cette concentration des exploitations de plus de 5 ha dont le nombre est réduit à 30 en 1913. À partir de cette date, une stabilisation de la répartition des terres exploitées semble s’être opérée, puisque en 1962 on dénombre 28 exploitations. Or, de 1962 à 1966, on assiste à une concentration nouvelle et beaucoup plus rapide : près du quart des sièges d’exploitation disparaissent ; les terres des deux plus petites exploitations (moins de 10 ha) sont louées, 2 décès et 1 retraite entraînent l’abandon de 3 sièges ; en 1967 enfin, le propriétaire d’une exploitation de 30 ha, obligé au repos pour raison de santé, donne ses terres en location à ses voisins.

50Dans le même temps, on assiste à un renouvellement de près de la moitié des chefs d’exploitation : 12 hommes jeunes, dont 6 avaient moins de 30 ans au moment de la reprise, ont remplacé leur père, leur beau-père, un oncle, un beau-frère. La moyenne d’âge s’est abaissée à 43 ans, 6 seulement des 23 exploitants de Minot ont plus de 50 ans et chez 2 d’entre eux, c’est le fils qui dirige effectivement l’exploitation.

51À Minot, comme dans de nombreux villages français, l’activité globale de la population dépasse le cadre étroit des actifs effectivement recensés.

52Si les enfants de moins de 16 ans ne manquent plus l’école, comme dans un passé encore récent — l’immédiat après-guerre —, pour aider aux travaux de la ferme, ils participent très jeunes, hors des heures de classe, à l’activité des adultes : à 12 ans, un garçon peut conduire un petit tracteur, une fille aider sa mère au café ou à l’épicerie.

53L’activité des femmes est permanente dans les exploitations : elles ne travaillent plus aux champs, mais ont traditionnellement la responsabilité de l’étable, entretiennent une basse-cour, un jardin, et sont requises par les nombreuses tâches d’entraide familiale ou de voisinage : ramassage des pommes de terre, des carottes ou choux de plein champ, cueillette des fruits, cuisine du cochon. Tout un réseau d’échanges de biens et services passe par elles, échappant au circuit monétaire mais cependant rigoureusement comptabilisé. Actuellement toutefois, les jeunes femmes participent moins à ces activités de groupe : on admet qu’elles soient entièrement absorbées par les soins aux petits enfants.

54Les hommes âgés et valides constituent, avec les travailleurs non agricoles qui disposent de temps libre et d’une période de congé payé, la main-d’œuvre occasionnelle des exploitations à la saison des grands travaux. En outre, ils bricolent, ils donnent des coups de main : jardinage, sciage de bois, petits travaux du bâtiment. Il n’y a d’oisifs que les malades ; ceux qui peuvent travailler s’accrochent à cette preuve de santé : « celui qui s’arrête, il est mort ».

Le paysage agraire

55Sur la photographie aérienne prise en 1956 apparaît, deux années avant le remembrement, la structure agraire du terroir. On constate une différence marquée des formes et de la dimension des parcelles entre la clairière centrale, autour du village, lieu des petits champs plus ou moins allongés regroupées en quartiers, en un parcellaire menu, et les cellules rurales périphériques, isolées du centre du terroir et les unes des autres par des vallons boisés, zone des grandes pièces massives entourant chaque ferme d’écart.

56Le parcellaire visible ne coïncide pas exactement avec celui du plan cadastral établi en 1939 : des regroupements, par échanges à l’amiable entre exploitants ou entre propriétaires, ont opéré déjà une ébauche de remembrement ; c’est dire que le morcellement apparent sur le cliché recouvre un morcellement foncier plus accentué ; en fait, le parcellaire de 1939 ne diffère pas, dans les grands traits de son dessin, de celui de l’ancien cadastre dressé en 1835.

57En 1958, le remembrement des terres de la clairière centrale a totalement modifié le paysage cultural ; 2 041 parcelles couvrant 955 ha et dont la superficie moyenne était de 0,46 ha ont été regroupées en 251 parcelles dont la superficie moyenne est de 4,04 ha. La photographie de 1968 met en évidence l’uniformité sur tout le territoire de Minot du grand parcellaire autrefois localisé à son pourtour.

58Ainsi, la structure agraire en place procède d’une longue et lente évolution, brutalement accélérée en 1958, vers une concentration des terres, concentration appelée à la fois par l’évolution des techniques de culture et par l’évolution de la structure foncière.

  • 5 L’ancien cadastre — plan parcellaire, état des sections, matrice des propriétaires — fut établi en (...)

59Pour reconstituer l’histoire foncière de Minot au cours des cent trente dernières années, nos sources ont été d’abord les documents du cadastre, offrant une image de la situation de la propriété à trois dates de référence (1835, 1913, 1967)5, les listes nominatives de recensement, dont la série est complète de 1836 à 1936, les listes électorales signalant, avant 1870, la hiérarchie des fortunes. Nous avons pu consulter en outre des archives privées, communiquées par les habitants, notamment la correspondance d’un des plus gros propriétaires fonciers à la fin du siècle dernier ; le notaire d’Aignay nous a ouvert son fonds d’archives, dont les plus anciens documents datent de la période révolutionnaire. Auprès des Services de l’Enregistrement de Châtillon, nous avons pu suivre les mutations des cinquante dernières années. Enfin, les témoignages oraux recueillis auprès des informateurs les plus âgés nous ont été précieux : durant un moment privilégié pour l’imagination, ils ont redonné vie aux familles disparues dont les heurs et malheurs se réduisent aux comptes rendus impartiaux des actes.

60Sur le plan de 1835, l’aspect du parcellaire central évoque les caractéristiques définies par Marc Bloch (1960) et Roger Dion (1934). Les longues lanières parallèles des champs, d’une largeur réduite parfois à quelques mètres, se regroupent en rectangles qui se disposent perpendiculairement les uns aux autres, en une trame géométrique dont les déformations signalent le modelé du relief, le dessin des chemins. Cette structure des champs correspond à une propriété très dispersée, dont le morcellement procède à la fois des pratiques agraires et des coutumes juridiques. Un assolement triennal strict, dans ce pays de champs ouverts et d’abondant bétail — essentiellement des moutons, jusqu’à la fin du xixsiècle — imposait une première dispersion, puisqu’il répartissait les parcelles cultivées en trois « contrées » ou soles : saison des bleds, saison des avoines, saison des sombres. En outre, l’éparpillement des champs sur tout le terroir apparaissait alors comme la seule assurance d’égalité des chances contre les risques agricoles (Bloch 1960 : 171).

61D’autre part, selon une tradition locale bien antérieure aux règles établies par le Code napoléonien, le patrimoine foncier, chez les roturiers, se divisait en autant de lots égaux qu’il y avait d’héritiers ; à Minot, la lecture du plan cadastral, l’analyse des mutations tout au long des comptes de propriété, les histoires d’héritage contées par nos informateurs confirment l’analyse de M. Bloch : « Chacun, assoiffé d’égalité, exige un morceau de champ et la fragmentation se poursuit à l’infini. »

62Ce parcellaire du centre de la commune, où se localisent toutes les petites et moyennes propriétés, évoque donc une occupation foncière du sol déterminée par l’application du principe d’égalité entre les héritiers du fonds et une occupation agricole régie par un ensemble de règles communautaires.

  • 6 Les échanges de parcelles se multiplient, après application de la loi de 1884 qui réduit considérab (...)

63C’est seulement dans le dernier tiers du siècle, alors que la crise économique frappant les milieux ruraux est fortement ressentie à Minot, que les faillites, les départs, entraîneront une série de mutations commerciales des biens fonciers et favoriseront une première étape de concentration des propriétés ; vers 1890, la diffusion des nouvelles techniques de culture atteint Minot, les plus audacieux se libèrent de la contrainte de l’assolement traditionnel, tous sont convaincus de la nécessité de regrouper les parcelles pour constituer de plus vastes ensembles culturaux6. Au début du xxsiècle naît la notion de l’importance et de l’autonomie de l’exploitation qui aboutira à l’instauration du principe d’indivision consacré par le Code rural en 1946.

  • 7 L’indivision des grandes propriétés d’écart — alors qu’à chaque héritage on voit se morceler les pe (...)

64Hors de cette clairière centrale, les cellules rurales périphériques présentent un tout autre aspect : les grandes parcelles de forme massive, très apparentes surtout à l’est du territoire communal, y dominent. La date de leur défrichement est beaucoup plus récente que celle du défrichement du centre du terroir, habité déjà au néolithique ; elle correspond à la période de grande activité agricole des ordres monastiques ; on y trouve trace, notamment, des Templiers et des Cisterciens, du xe au xiisiècle. Les « granges » ainsi créées, entourées de leur terroir global, fermé, sans enclave, appartenaient à la fin du xvisiècle à la « communauté des habitants » de Minot, puisque son « assemblée » décide de les vendre pour payer le lourd tribut des dettes de guerre : Véroille est cédé en 1597, Charme en 1599. Unités de culture depuis leur fondation, les écarts ont été aussi, depuis plus de quatre siècles, à l’encontre des propriétés foncières très morcelées, du centre de la commune, des unités foncières massives, intégrales, indivisées7. La seule exception est la ferme de Charme : depuis 1835, ses terres sont réparties entre deux lignées dont aucune n’a voulu jusqu’à présent céder sa part à l’autre.

L’évolution foncière

65En 1835, date de l’établissement du premier cadastre, la situation foncière est la suivante : on compte 212 cotes, correspondant à 201 propriétaires, pour 2 760 ha cadastrés, sur une surface totale de 3 470 ha. Parmi ces propriétaires, 153 résident à Minot, où l’on dénombre alors 718 habitants, répartis en 179 ménages. Presque tous les chefs de famille sont propriétaires ; beaucoup cependant ne possèdent que quelques ares.

66L’ensemble des propriétés des habitants de Minot ne couvre que 41 % de la surface cadastrée : plus de la moitié du terroir appartient donc à des étrangers à la commune. D’autre part, l’inégalité de répartition est frappante : un seul propriétaire possède plus du quart du terroir, 9 propriétaires en possèdent 58 %, et 130 propriétaires seulement 7 %.

  • 8 C’est son grand-père, conseiller du roi au Parlement de Bourgogne et descendant de marchands du vil (...)

67En fait, la situation de l’Ancien Régime s’est à peine modifiée : les petits-neveux du dernier seigneur de Minot, Denis Mairetet8, décédé en 1804, détiennent 1 100 ha, et quatre acquéreurs récents de leurs biens ont 370 ha, l’ensemble de ces biens « seigneuriaux » couvrant plus de la moitié du territoire cadastré. Des dix grands propriétaires de la commune, deux seulement résident à Minot. L’un exploite la ferme de Charme (170 ha) acquise par son père, en 1789, auprès d’un descendant direct de ceux qui, deux siècles plus tôt, l’avaient rachetée à la communauté des habitants ; c’est le seul grand propriétaire qui vit sur ses terres et les exploite. L’autre, médecin, non originaire de la commune, a épousé la fille de l’ancien intendant de Denis Mairetet, héritier d’une partie de ses biens.

68Toutes ces propriétés ont plus de 50 ha et tous les écarts s’y trouvent inclus.

69La catégorie des propriétaires de 10 à 50 ha comprend la plupart des notables locaux : 21 sur 32 résident à Minot ; les autres, toujours apparentés directement à des habitants de Minot, habitent des communes limitrophes. Parmi ceux de Minot, 14 sont désignés, dans la matrice cadastrale ou sur la liste de recensement, comme « propriétaires », 5 comme veuves ou filles de « propriétaires » : le terme implique, dans la conjoncture de l’époque, soit le faire-valoir direct, soit le bénéfice d’une rente du sol. Deux seulement sont des artisans : un menuisier et un cordonnier. Ce dernier est le père du futur notaire d’Aignay, qui agrandira le bien familial jusqu’à devenir, à la fin du siècle, le plus grand propriétaire de la commune.

70La grande majorité des 29 propriétaires de surfaces de 5 à 10 ha réside à Minot. La plupart sont désignés comme « cultivateurs », mais on trouve aussi, parmi eux, l’instituteur, un maréchal, les meuniers, l’épicier, deux aubergistes. Ce bien modeste est déjà sélectif ; il désigne l’aristocratie des petites gens : les « laboureurs » à un ou deux attelages de bœufs, les commerçants prospères.

71La catégorie des propriétés de moins de 5 ha regroupe les deux tiers des propriétaires résidents, dont :

  • 54 « laboureurs », « manouvriers », « journaliers » ;

  • 21 individus dont la profession n’est mentionnée ni sur la matrice ni sur la liste de recensement ;

  • -35 artisans ou commerçants : 12 tisserands, 3 bûcherons, 5 charrons, 3 cordonniers, 3 maréchaux, 3 sabotiers, 1 fendeur de merrain, 1 couvreur, 1 tailleur de pierres.

72Ces petits propriétaires pauvrement nantis sont pourtant des privilégiés en regard de ceux qui n’ont rien. On peut les classer, selon les catégories professionnelles dominantes, en « agricoles » et artisans. Les artisans se distinguent évidemment de ceux qui ne font que travailler la terre par leur aptitude à un art manuel, la possession d’un outillage, voire d’un atelier, et des relations de commerce avec tout le village. Pour beaucoup d’entre eux, cependant, les activités spécialisées ne sont que saisonnières et presque tous font aussi valoir directement leur bien, empruntant le matériel qu’ils ne possèdent pas, louant parfois un attelage ou les services d’un manouvrier. Au sein de chaque grand groupe professionnel — les tisserands notamment et les tailleurs de pierre —, comme d’ailleurs chez les « agricoles », on constate une tendance à l’endogamie et à la transmission héréditaire du métier.

73Les dénominations de « laboureurs », « journaliers », « manouvriers » s’appliquent à tous ceux qui n’ont d’autre profession que le travail de la terre. Propriétaires de moins de 5 ha, ils ne peuvent pas faire vivre une famille sur leur lot, en un temps où le rendement des céréales ne dépasse guère 70 dal (5 à 6 qx) et celui des pommes de terre, 320 kg/ha. L’hiver, ils se font bûcherons ; l’été, ils convoient les voitures de bois ou louent leurs bras à un propriétaire. Le plus souvent, leur travail n’est pas rémunéré : il est considéré de part et d’autre comme un service rendu, en échange du labour d’un champ, ou de prêt de semences.

74Ainsi, dans cette société de petites gens qui ne possèdent que 6 % de la terre de leur commune, l’activité agricole généralisée atténue les différenciations professionnelles : tout le monde vit sur sa terre, et la petite propriété est essentiellement et directement nourricière. Même inférieure à un hectare, elle comporte toujours, avec le sol bâti et la cour, un jardin, une chènevière, la parcelle pour le seigle, le clos pour la vache. Les habitants de Minot sont installés alors dans un système économique clos : les carrières et la forêt fournissent les matériaux pour la construction, le mobilier, l’outillage et le chauffage, la terre produit les biens de subsistance, les autres biens et services s’échangent et la monnaie circule peu. Des traces de cette économie autarcique ont persisté longtemps ; certains informateurs âgés, descendants de propriétaires fonciers qui résidaient au village mais n’exploitaient pas eux-mêmes leurs terres, évoquent « la réserve » familiale, jamais amodiée mais donnée « à façon » à l’un ou l’autre des fermiers et dont le produit assurait directement la subsistance de base de la famille.

75En 1913, le terroir approprié atteint 2 897 ha. On ne compte plus que 187 propriétaires, dont 102 résidents, pour 361 habitants.

76Il y a eu concentration des propriétés, puisque le nombre des comptes a diminué sensiblement tandis que la surface cadastrée augmentait ; cette concentration s’est opérée au profit des propriétés de plus de 50 ha, dont la surface occupe maintenant 71 % du terroir au lieu de 54 % en 1835. Il y a, en 1913, 16 propriétés de plus de 50 ha, dont 8 de plus de 100 ha, tandis qu’il y en avait 8 en 1835, dont 1 de 751 ha. Cette duplication vient essentiellement de la dispersion des anciens biens seigneuriaux dont la majorité appartenait en 1835 à un seul propriétaire.

77La concentration au profit des grandes propriétés accentue donc l’inégalité de répartition déjà constatée en 1835 :137 propriétaires de moins de 5 ha ne disposent plus que de 5 % des terres appropriées.

78Ce regroupement des propriétés ne s’est pas effectué au niveau de la catégorie 20-50 ha, dont la surface totale n’a que légèrement régressé (498 ha au lieu de 560 en 1835), et pour laquelle le nombre des comptes est resté sensiblement égal. C’est la classe des propriétaires de 1 à 20 ha qui a fait les frais de la concentration : la surface totale de ses terres a diminué de moitié, le nombre des propriétaires intéressés se réduit au quart de son effectif de 1835.

79Quant à la très petite propriété (moins de 1 ha), elle est désormais, en majorité, à des gens qui n’habitent pas la commune.

80Enfin, si le pourcentage des surfaces appartenant aux habitants est resté à peu près le même (40 %), la part de la propriété résidente revenant aux « agricoles » s’est réduite de moitié : elle est tombée de 22 à 11 %.

81L’histoire de cette évolution foncière est inscrite au long des registres de la première matrice cadastrale. Sa reconstruction précise, possible au niveau de chaque parcelle, exigerait le recours à un moyen de traitement automatique des données de base. Nous avons seulement tenté, en analysant la nature et l’importance des mutations qui sont intervenues dans chaque grande catégorie de surface, de cerner quelques aspects de cette évolution.

82La première livraison de biens fonciers sur le marché vient du démembrement de la grande propriété seigneuriale, couvrant 751 ha en 1835.

83Le gendre du propriétaire, dont le nom figure sur la matrice en 1835, cherche à déplacer la fortune foncière de sa femme pour la joindre à ses propres terres, dans la Nièvre. Sa correspondance avec le notaire d’Aignay, résidant à Minot, son chargé d’affaires, témoigne de l’indifférence totale du grand propriétaire à la gestion défectueuse de ses terres : absent, il passe au château deux fois par an toucher l’argent des fermages et régler la coupe de ses bois. « Pensez-vous que j’atteigne un chiffre de 700 000 francs ? », écrit-il en 1854 au notaire, qui tempère ses exigences. Aucun de ses cinq fermiers au village ne peut racheter l’ensemble des terres qu’il exploite : elles sont mises en vente par adjudication en 1855. Un marchand de biens en rachète la plus grande part pour les revendre ultérieurement, par lots « remembrés » ; les agriculteurs de Minot sont presque tous acquéreurs de quelques parcelles. La vente des métairies d’écart, dont aucune ne compte moins de 70 ha, et qui sont indivisibles, est plus malaisée : le notaire, alléguant « le grand refroidissement que l’on apporte dans les acquisitions d’immeubles, depuis que les capitaux ont pris leur essor du côté des opérations de bourse ou vers les actions d’usine et de chemins de fer », fait des propositions qui sont jugées dérisoires par le vendeur ; ce sont seulement ses héritiers qui liquideront, de 1874 à 1907, les métairies dont aucune ne reviendra à un habitant.

84Qui achète, à Minot, ces terres disponibles ? Les agriculteurs, propriétaires déjà d’au moins 20 ha, qui joignent aux revenus de la terre ceux du commerce de la laine, alors encore prospère ; d’autres qui, comme l’arrière-grand-père d’un de nos informateurs, « arrivaient seulement à force de ne rien dépenser », et « se privaient toute une vie » pour agrandir de quelques hectares le patrimoine de leurs enfants : « Il est impossible d’obtenir de l’argent en ce moment à Minot — écrit le notaire à son mandant dans la Nièvre pour justifier le retard de paiement des fermages —, le pays est aliéné, par suite de la vente de vos propriétés et de la grêle de l’année dernière... »

85Assez curieusement, aucun des biens qu’il était chargé de vendre n’a échu au notaire, sauf le moulin du Bas, en 1860. Il connaissait l’état des terres, le revenu qu’il était possible d’en tirer, et ses offres ont paru trop modestes au vendeur. Se mettant sur le même rang que les petits agriculteurs de Minot, classe dont son grand-père était issu, il acquit seulement, lors des adjudications, des parcelles isolées, propres à agrandir un bien foncier regroupant en 1865, grâce aussi à de fructueux héritages, plus de 150 ha. Aux yeux de la population paysanne, il est l’homme de loi, celui qui sait débrouiller les affaires. Représentant du châtelain, intermédiaire indispensable pour toute sollicitation, c’est aussi à lui - puis à son fils, unique héritier de ses biens - qu’ont recours ceux qui sont dans la gêne, pour un emprunt à court terme. Or, la gêne d’une grande partie des habitants du village est une situation irréversible, durant les dernières décennies du xixsiècle.

86En effet, la diminution de la population est régulière depuis 1835 ; chaque recensement marque un déclin ; la chute la plus brutale intervient entre 1891 et 1901. Cette récession est liée à la dégradation générale des conditions de l’économie rurale : à Minot, non seulement les agriculteurs, mais les artisans sont atteints. Dès 1870, l’offre d’emploi venant de l’extérieur pousse les jeunes à partir en ville, dans les chemins de fer, le bâtiment, la gendarmerie, le petit commerce. Ainsi, la dispersion spontanée des familles libère de nombreux petits biens ; d’autres, appartenant à des agriculteurs frappés par la succession des années de mauvaises récoltes, la mévente de la laine et des grains, à dès artisans qui ne peuvent plus affronter la concurrence des produits industriels de série, à des bûcherons privés de travail par le déclin du commerce du charbon de bois, sont mis en vente pour éviter une faillite, ou satisfaire des créanciers pressants.

87L’ancien notaire recueille une grande partie des petites propriétés délaissées par ceux qui s’en vont, vendues parfois par décision de justice. À sa mort, en 1888, il laisse à son fils unique 223 ha de terres sur Minot. Ce dernier continue à agrandir son patrimoine qui constituera à son décès, en 1914, la plus importante propriété foncière de la commune.

88Ainsi, tandis que le démantèlement de la grande propriété foncière seigneuriale ne profitait que dans une mesure très réduite aux agriculteurs de Minot, une nouvelle fortune foncière bourgeoise, issue de la paysannerie locale, se formait à partir de l’effondrement de toute une classe de petits artisans, commerçants, exploitants, condamnée à disparaître lors des transformations de l’économie agricole. Les grandes terres des écarts étaient encore interdites aux habitants de la commune ; cependant, leur récente individualisation foncière renforçait leur individualisation agricole initiale et préparait le transfert à la classe rurale.

89En 1967, les 2 847 h de territoire cadastré sont répartis en 151 comptes de propriété concernant 137 propriétaires ; 78 d’entre eux résident à Minot et sont en possession de 52 % de la surface cadastrée, alors qu’ils n’en occupaient que 38 % en 1835 et 40 % en 1913.

90La concentration des propriétés s’est accentuée puisque le nombre des comptes a diminué de près du tiers pour une surface identique à celle de 1913, à peine réduite à la suite des opérations de remembrement.

91Nous avons constaté qu’au cours d’une première phase, cette concentration s’est faite aux dépens de la catégorie des propriétés inférieures à 20 ha. Dans les cinquante dernières années, ce sont les propriétés inférieures à 10 ha qui disparaissent en 1913, on comptait 148 cotes pour une surface de 229 ha ; en 1967, on compte 97 cotes pour une surface de 96 ha, soit moins du quart du terrain occupé en 1835 : 3 % au lieu de 12 % de la surface totale cadastrée. Le seul sous-groupe qui ait gardé un effectif consistant — 42 individus contre 39 en 1913 et 47 en 1835 — est celui des propriétaires résidents de moins de 1 ha ; parmi eux, 25 actifs et pas un agriculteur, mais des employés du Valduc, des maçons, des mécaniciens, des commerçants, des cantonniers. Beaucoup sont jeunes, et leur accession à la propriété signifie essentiellement la fixation de leur habitat, liée à celle de la vie professionnelle dans le village.

92Le nombre et la surface des propriétés de 10-50 ha reste à peu près analogue à ceux de 1913. La propriété foraine, incluant fréquemment des bois, y prédomine légèrement ; pour les habitants de la commune, une propriété de cet ordre constitue le noyau d’une exploitation, auquel on adjoint des terres prises en location : les quatre propriétaires résidents inclus dans cette catégorie sont des agriculteurs.

93C’est au niveau de la catégorie des propriétés supérieures à 50 ha que s’est produit le phénomène significatif de la période récente : l’augmentation de la part du terroir appropriée aux habitants de la commune, en un lieu bien défini : les écarts.

94Les mutations survenues à la fin du xixsiècle, lors du démantèlement de la grande propriété d’origine seigneuriale, n’avaient pas profité à la propriété résidente, puisque les acquéreurs de chacune des métairies d’écart mises en vente étaient des étrangers à la commune ; la ferme d’écart restait, pour l’agriculteur de Minot, extérieure au domaine des propriétaires locaux, dont les biens se situaient exclusivement sur les terres de la clairière centrale.

95C’est dans une nouvelle période de bouleversement économique, entre 1920 et 1930, que les écarts passent entre les mains non pas des habitants de Minot, mais d’agriculteurs étrangers à la commune qui viennent s’y installer.

96Ainsi les fermes de Champ-Vivant, Bange, Veroille, Lochères et Buxerolle sont achetées par des immigrants venant des régions de l’est, Luxembourgeois ou Mosellans. Certains réinvestissaient, loin de régions trop menacées, le prix des dommages de guerre.

97La Moloise et l’une des deux exploitations qui regroupent les terres de Thorey passent, durant la même décennie, entre les mains des fermiers en place, dont la famille est installée là depuis au moins deux générations.

98Deux autres fermes d’écart, Peu-Coteau et la seconde exploitation de Thorey, seront achetées par les fermiers, après la Seconde Guerre mondiale, dans une période de mutation économique et sociale analogue à celle de la décennie 1920-1930.

99Le domaine de Charme, bien roturier depuis sa cession par la communauté, en 1599, à un habitant du village, reste divisé entre les descendants des frères qui en 1835, partagèrent leur héritage en deux parties égales : l’épouse de l’actuel exploitant porte leur nom.

100Ainsi, 7 sur 11 des anciennes métairies d’écart, qui regroupent la moitié des terres en culture de Minot, sont passées à des propriétaires qui les exploitent : arrivés en étrangers, ils se sont mariés, eux ou leurs fils, dans le pays, et c’est déjà parfois la troisième génération qui se trouve installée sur l’exploitation.

101Dans la partie centrale du terroir, la phase de concentration foncière qui avait abouti à la constitution de la grande propriété bourgeoise, et à l’augmentation de la surface moyenne des propriétés agricoles survivantes, semble terminée. Les mutations sont rares et ne portent que sur de petites surfaces, en général quelques hectares.

102Actuellement le marché foncier des terres agricoles apparaît figé ; la situation est différente cependant, si l’on considère les possibilités de changement dans un proche avenir, selon qu’il s’agit des terres indépendantes — non liées à des bâtiments d’exploitations — ou des fermes.

  • 9 Les terres libres se louent à Minot jusqu’à 3 q/ha, alors que des baux pour les fermes sont encore (...)

103Pour les premières, d’après les propos recueillis auprès des intéressés, la demande dépasse l’offre : « ici, tout le monde cherche à s’agrandir, mais il n’y a pas de terres à vendre » — on concède qu’il y en aurait peut-être, mais à des prix prohibitifs. Certaines terres, dans les communes voisines, ont été mises à prix, en 1967, à 4 700 F l’hectare : « c’est trop cher — dit l’ancien maire de Minot —, il faut crier ». L’offre est, d’autre part, effectivement réduite, car les petites propriétés non agricoles appartiennent en majorité à des gens du pays, habitant Minot ou les communes voisines, de condition modeste, attachés à la fois au patrimoine rassemblé et cultivé par un proche ascendant, et à un bien « solide », dont le revenu est proportionnellement supérieur à celui des grandes exploitations9. Ces terres sont donc louées par les exploitants qui cherchent, en étendant les surfaces en culture, à rentabiliser un matériel coûteux acquis au cours des récentes années, et dont le poids financier interdit d’ailleurs à beaucoup tout investissement foncier.

104En dehors de ces extensions, par location des petites propriétés n’appartenant pas à des agriculteurs — toutes situées dans le centre du terroir —, une surface de 100 à 120 ha a été gagnée par le défrichement d’anciennes sapinières et de boqueteaux improductifs ; une Société d’aménagement foncier a pris en charge une grande partie des opérations et réparti 70 ha de bonnes terres — au prix moyen de 3 000 F l’hectare — entre les nombreux postulants.

105La circulation commerciale des exploitations (terres et bâtiments) est, depuis une vingtaine d’années — c’est-à-dire depuis les quelques mutations qui suivirent la fin de la dernière guerre —, à peu près nulle. Les seules mutations enregistrées portent sur des transmissions patrimoniales marquant la succession des générations au sein des familles possédantes, exploitants-résidents ou non-exploitants étrangers à la commune. La ferme de Thorey mise en vente en 1967 appartenait à un propriétaire-exploitant qui se retirait sans successeur, cas marginal à Minot.

106Or, depuis la récente accession à la direction des exploitations d’une génération nouvelle — actuellement près de la moitié des chefs d’exploitation effectifs ont moins de 35 ans —, l’immobilité du marché foncier paraît menacée. Contre la pression qui commence à s’établir pour une récupération définitive des terres par ceux qui les exploitent, la résistance de ceux qui les détiennent sans les exploiter n’a que des motivations sociales faibles et l’on peut exclure les motivations d’ordre économique, étant donné le faible rapport des locations : pour la plupart de ces bourgeois de profession libérale résidant à Dijon ou hors du département, le lien familial ou sentimental qui attachait leurs ascendants à la terre de Minot s’est détendu ; on peut prévoir qu’ils seront tentés de répondre aux propositions des jeunes fermiers — ceux-ci, assurés de leur descendance, d’une ouverture de fonds du Crédit agricole et confiants, après les récentes années de prospérité agricole, dans la viabilité de leurs exploitations, n’en doutent pas.

Notes

1 Certaines de nos informatrices évoquent des étés brûlants où elles partaient faner : « à peine la vaisselle finie, le râteau sur l’épaule, on faisait jusqu’à deux kilomètres, pour arriver au champ, sous le soleil tapant ; on suait au foin ; à quatre heures, c’était les bêtes, on retournait en courant pour traire ; on se mettait le front sur le flanc chaud des vaches ; qu’est-ce qu’on avait chaud en ce temps-là » ; « en 1938 — dit un ancien agriculteur —, j’ai vu tomber les chevaux de chaleur sous les charrettes de foin.

2 Les plus intéressés par l’histoire de leur commune ne manquent pas de signaler qu’à l’origine Minot était situé sur un axe de communication de première importance : la voie romaine qui reliait Langres à Alésia.

3 La culture du chanvre fut définitivement abandonnée vers 1880. Sur ces terres qui durant des siècles furent les mieux fumées, les plus travaillées, on installe les potagers ; et les plus âgés des habitants disent encore « je vais à la chènevière » quand ils vont au jardin.

4 La densité moyenne des communes rurales du Châtillonnais est de 15 hab./km2 ; celle des communes rurales de la Côte-d’Or, de 21 hab./km2.

5 L’ancien cadastre — plan parcellaire, état des sections, matrice des propriétaires — fut établi en 1835. Une révision de la matrice, sans réfection du plan, eut lieu en 1913 : elle fait état d’une structure foncière très différente de celle de 1835, et qui traduit, au niveau d’une commune rurale, les transformations profondes de la société globale dans les dernières décennies du xixe siècle. C’est le cadastre rénové en 1939 qui est actuellement conservé ; en 1958 y furent portées les transformations résultant des opérations de remembrement.

6 Les échanges de parcelles se multiplient, après application de la loi de 1884 qui réduit considérablement les droits de ces mutations.

7 L’indivision des grandes propriétés d’écart — alors qu’à chaque héritage on voit se morceler les petites et moyennes propriétés du centre du terroir — procède à la fois d’autres règles de transmission (prise en compte du droit d’aînesse dans les familles nobles) et d’une différence d’échelle des lots attribués quand les patrimoines comportent plusieurs fermes de 100 à 200 ha, sans compter les biens mobiliers, les offices et les immeubles en ville.

8 C’est son grand-père, conseiller du roi au Parlement de Bourgogne et descendant de marchands du village qui avait, en 1764, acheté la seigneurie de Minot aux descendants de Mme de Longueval.

9 Les terres libres se louent à Minot jusqu’à 3 q/ha, alors que des baux pour les fermes sont encore passés moyennant 1,5 q/ha. D’autre part, le bail n’étant pas obligatoire pour une location inférieure à 17 ha, le prix de location de ces terres est révisable tous les 3 ans.

Notes de fin

1 Article paru dans Études rurales, 1968, 32.

Table des illustrations

Légende FIGURE 1. Carte de situation
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende FIGURE 2. Le terroir communal
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3049/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search