Version classiqueVersion mobile

Une campagne voisine

 | 
Tina Jolas
, 
Marie-Claude Pingaud
, 
Yvonne Verdier
, 
et al.

Présentation

Tina Jolas, Marie-Claude Pingaud et Françoise Zonabend

Texte intégral

  • 1 En accord avec Monsieur le Maire de Minot et le Conseil municipal, nous avons gardé le nom du villa (...)

1À Minot1, de 1967 à 1975, nous avons fait de nombreux séjours, en toute saison. Nous n’avions guère, les unes et les autres, d’expérience de terrain, mais l’idée un peu confuse de mener à bien la monographie d’un village français. Cette étude, nous avions convenu qu’elle serait réalisée solidairement : tous les dossiers de travail, toutes les notes de terrain, les dépouillements d’archives, étaient mis en commun. Par ailleurs, nous trouvant le plus fréquemment à deux ou à trois sur place, les échanges entre nous étaient constants, nous commentions longuement ce que chacune avait saisi au cours d’une promenade, lors d’une rencontre, d’un entretien, de la lecture d’un document. Cette communication intense dans l’agitation affective du « terrain », davantage pondérée quand nous étions à Paris travaillant toutes quatre dans le même laboratoire, donna corps peu à peu tant à une commune perspective qu’aux choix d’approche élus par chacune. Ajustant le cheminement de notre étude de commentaires constamment relayés, nous en avons par là même négligé le journal d’enquête, cet outil au travers duquel l’ethnographe prend conscience du cours de sa recherche ; il ne fut ici qu’un agenda.

2La conduite de ce travail doit beaucoup à Marcel Mauss dont l’influence peut se lire dans plusieurs de ces articles, notamment « Gens du finage, gens du bois », où nous avons cherché à faire jouer, sur ce territoire contrasté, les grandes alternances saisonnières selon les lieux, les modes de vie, les espaces de subsistance. Mais avant tout, c’est à Claude Lévi-Strauss que nous sommes redevables : pour avoir souligné la portée significative des éléments disparates, la « prégnance du détail », nous incitant à recueillir minutieusement l’infime quotidien ; et pour sa suggestion d’étendre les études de parenté aux sociétés complexes, de « faire parler les généalogies ». Dans ce dessein, nous nous sommes attachées à reconstituer l’ensemble du réseau de parenté au village, espérant même un temps, présomptueusement, grâce aux archives, arriver à un grand ancêtre commun, ce à quoi, bien évidemment, nous avons dû renoncer.

3À relire ces textes qui jalonnent sensiblement toute la période d’enquête, nous sommes frappées par l’assurance naïve avec laquelle nous abordions cette réalité profuse : un village ; comme si nous possédions la grille explicative qu’il suffisait d’appliquer. Ce ton catégorique correspond mal à ce que furent en vérité les tâtonnements des débuts.

4Armées de méthodes quelque peu rigides, sans projet encore bien établi, nous ramassions tous les faits dans l’indifférenciation, retenant, selon une ethnologie du fragment, des « traits culturels » consignés de façon aussi laconique que possible, qui devaient servir à constituer un vaste fichier-matières qui se révéla, à l’usage, inopérant, et que nous dûmes abandonner. Nos questions sollicitaient des réponses ponctuelles, thématiques, éludant, écartant toute information qui n’entrait pas dans leur champ, aussi nous sommes-nous trouvées devant une masse d’informations exsangues dont nous maîtrisions mal les correspondances.

5En cette première période, outre nos propres lectures sur l’histoire de ces campagnes, telle que la relatent Marc Bloch, Gaston Roupnel, Pierre de Saint-Jacob et dont nous devions entendre, mais seulement plus tard, l’écho dans la parole des gens, les documents écrits nous furent d’un grand secours. Car nous eûmes la chance de pouvoir disposer d’une abondance d’archives publiques et privées — Livre de Raison du dernier Seigneur, Cahiers de délibérations de la Justice seigneuriale du xviie siècle à la Révolution, liasses diverses contenant les actes de juridiction ou de règlement sur les bois, les foires, les fêtes..., listes nominatives des recensements depuis 1836, états religieux et civils ; et aussi de ces monographies locales rédigées, vers 1890, par le propriétaire du château, détenteur alors des archives seigneuriales, par l’instituteur au début de ce siècle, et dans les années trente par le dernier curé de la paroisse.

6Enfin, nous eûmes la bonne fortune de découvrir une série de plaques photographiques prises autour de 1900 par le menuisier du village, jetées sur le tas d’ordures à sa mort, récupérées par le dernier forgeron qui nous les remit. De ces photographies ont surgi toute une génération d’hommes et de femmes saisis dans leurs tâches domestiques et leur vie cérémonielle et dont les plus âgés au village avaient gardé le souvenir. Le déploiement, dans les maisons, de ces photographies anciennes, fit sortir les boîtes et les albums serrés dans l’armoire, les clichés d’un passé plus récent relayant le fonds du menuisier et se raccordant à ceux que nous prenions, pour illustrer la vie de ce village pendant près d’un siècle. Autour de ces portraits se reformaient les cercles où se tissaient les histoires de vie, où l’on « parlait famille », cercles où nous nous trouvions désormais admises.

7Par ailleurs, la durée, en quelque sorte, nous favorisait. Parce que nous étions quatre, démultipliant l’investigation, parce que nous revenions à intervalles réguliers durant plusieurs années, nos interlocuteurs étaient enclins, d’un entretien à l’autre, à la remémoration ; sur place se créait comme une circulation de ces petits faits particuliers qui, s’insérant dans une chaîne d’informations dès lors cohérente, permettait de saisir cette société dans toute sa richesse. Les entretiens se transformaient en récits que nous n’interrompions plus et qui gagnaient densité aux échanges qui avaient lieu en notre absence. Ils — et elles surtout — ne se lassaient pas d’évoquer le jeu des terres et de l’alliance, ce qui, au delà de la parenté, conduisait aux manières de se conduire et de juger : à l’ordre du monde.

8Ce fut le moment charnière de l’enquête. Car enfin nous avons entendu, dans ce qui nous était dit, cette langue juste, suggestive, forte que les gens parlaient, s’agissant d’eux-mêmes et de ce qu’il y avait à connaître autour d’eux ; ce parler qui avait une expressivité propre, s’enracinant dans un lointain passé, nécessaire pour rendre compte d’une réalité dont la mémoire restait vivante. Beaux mots immémoriaux, restés incrustés dans la langue : saison, feu, affouage, dommage, pardon ; « on tournait sur trois saisons », « on partage l’affouage par feu », « il fallait veiller à ne pas laisser pâturer en dommage ou bien on allait au pardon ». Verbes chargés d’une valeur transitive particulière subsumant toute une série de gestes et d’obligations : porter, courir, rendre ; « on porte à la noce », « on court conscrit », « on se rend la main ». Ou ces manipulations de mots et d’expressions qu’une simple torsion de la règle grammaticale rend déclinables et dès lors aptes à couvrir des domaines singuliers de la vie sociale : vers, qui peut venir à signifier le rapport d’apprentissage, et chez qui connote la famille non seulement en tant que maisonnée mais en tant que chaînon d’une lignée ; de même, les multiples désinences du champ les vaches, devenant selon les saisons et les parties en cause « le champ la forêt », « le champ les moutons », « le champ les autres », elles font accéder à l’articulation du terroir aussi bien qu’aux temps des enfances et des adolescences. Enfin nous comprenions la vigueur du faire, notamment allié au mot coutume — « faire la coutume » qui s’applique aussi bien aux soins requis par le nouveau-né, aux gestes autour du défunt, qu’au découpage du sanglier et à la conduite des moutons sur les chaumes après moisson.

9À ce point, les entretiens deviennent de prolifiques conversations — leur rédaction couvre des centaines de pages —, ils sont lus et relus, soulignés, annotés, utilisés et réutilisés selon les intérêts de chacune. D’où certainement des redites d’un article à l’autre, les choses étant reprises sous des éclairages distincts. D’où aussi, peut-être, les lacunes de l’ensemble — le politique, les tensions de l’histoire récente, les intérêts et les activités des jeunes dans le présent — ; en effet, d’un commun accord nous avons privilégié le passé, ou plus exactement un passé en voie de transformation sous nos yeux, cherchant à décrire l’ultime ordonnance des lieux, des familles et des mots selon une figure communautaire encore réelle jusqu’aux lendemains de la dernière guerre — et que nous avons vu revêtir des formes nouvelles liées à un espace qui s’ouvrait largement.

10Au terme de ce long terrain, chacune puisant dans ces matériaux foisonnants, développe son propos, tire son fil. Ainsi a fait Yvonne dans ce recueil où elle a part si belle, et dont nous voudrions qu’il porte témoignage de sa généreuse, de son imaginative présence.

11Aux habitants de Minot, qui savaient relater la geste de leur monde et en dire la norme, et dont nous avons sollicité le concours des années durant, nous faisons hommage de ces travaux où nos mots se mêlent aux leurs.

Notes de fin

1 En accord avec Monsieur le Maire de Minot et le Conseil municipal, nous avons gardé le nom du village. En revanche, tous les patronymes sont fictifs.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search