Version classiqueVersion mobile

Une campagne voisine

 | 
Tina Jolas
, 
Marie-Claude Pingaud
, 
Yvonne Verdier
, 
et al.

Éditorial

Texte intégral

1Pourquoi rassembler sous la forme unificatrice d’un livre des articles dont la parution, échelonnée entre 1968 et 1982, n’est pas à ce point ancienne que le lecteur doive éprouver, pour les consulter, des difficultés insurmontables ? C’est que ces articles ponctuent les étapes d’un chantier prolongé, poursuivi au fil des ans, qui porte en lui-même témoignage du tournant qui s’est produit dans les recherches ethnologiques sur la France. Par ce qu’ils disent d’une communauté humaine, de ses membres et de leurs œuvres collectives, mais aussi par les moyens de connaissance mobilisés pour le dire, les articles réunis dans ce volume ont conféré au travail de recherche dont ils sont issus une valeur d’exemple. On s’y réfère désormais ; il n’est pas exagéré d’affirmer que « Minot », cet atelier ethnographique de près de dix années, a fait date.

2On sait que l’ethnologie de la France, longtemps contenue pour l’essentiel dans les entreprises collectionneuses du folklore, souffrait à l’intérieur de la communauté anthropologique d’un défaut de légitimité lié aux hésitations de ses desseins, à la dispersion de ses démarches. Il fallut, pour que cette situation change, qu’elle rompe le lien qui l’attachait à l’enregistrement de la « tradition populaire » et s’essaie, de propos délibéré, à mener l’étude de notre société selon les modèles méthodologique et heuristique proposés par l’ethnologie exotique. De cette rupture, le laboratoire de Minot offre une illustration privilégiée. Consacrés à un village de la campagne française dont le caractère le plus remarquable est sans doute d’être relativement ordinaire, les articles rassemblés ici transforment par les ressources de l’obstination ethnographique des rencontres que chacun peut faire avec des hommes et des femmes, leurs lieux, leurs gestes, leurs paroles, leurs réalisations, leurs habitudes de vie en objet de connaissance. Rien là d’inhabituel au regard de l’activité ethnologique sinon qu’elle était exercée ici même, sans le secours de méthode qu ’apporte ailleurs le sentiment d’étrangeté immédiat des faits mais à l’aide d’instruments de recherche et selon des orientations de savoir élaborés et fixés pour de tous autres contextes.

3Le chantier de Minot mit à la disposition de la communauté anthropologique des documents ethnologiques exactement comparables, du point de vue de l’inspiration qui présida à leur constitution, à ceux produits aux quatre coins du monde. Il valait la peine de livrer au public les différentes pièces de sa construction.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search