Version classiqueVersion mobile

Violences extrêmes. Enquêter, secourir, juger

Enquêter

Le tout et la partie. À propos des lectures savantes du génocide tutsi

Nicolas Mariot

Résumé

À partir d'une revue de la littérature spécialisée sur la question, l'article met en lumière l’existence de grandes lectures savantes du génocide. D’un côté, on peut rassembler des travaux qui, en prenant pour focale d’analyse le face-à-face entre bourreaux et victimes, insistent sur le rôle présumé générique de la cruauté et de la haine dans le déploiement des massacres. De l’autre, on trouve des enquêtes qui, à des échelles clairement circonscrites mais en élargissant l’analyse au-delà des seuls massacres, s’efforcent de restituer ce que la chronologie, les protagonistes et les logiques des tueries doivent à l’évolution des rapports de pouvoir dans le territoire considéré. Une fois présentées ces deux perspectives, l'article tente de donner quelques explications à cet antagonisme interprétatif, et enfin de montrer comment l’opposition peut conduire à réfléchir à la nature même du phénomène génocidaire.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Contrairement aux autres textes réunis dans ce volume, le présent article n’est pas celui d’un spécialiste du génocide des Tutsis au Rwanda. En conséquence, il ne relève pas du travail empirique, mais plutôt de la revue de littérature. À travers un regard extérieur de lecteur d’ordinaire plus familier des travaux sur la Grande Guerre ou la Shoah, je voudrais mettre en lumière ce qui me semble être les spécificités des interprétations savantes de l’événement. Deux caractéristiques seront mises en exergue et questionnées.

La première insiste sur l’ampleur des différences qui séparent ce qu’on peut désigner comme les deux principales lectures du génocide. Un lecteur ignorant tout de l’événement, mais qui se donnerait pour tâche de lire la littérature spécialisée, ne pourrait en effet qu’être frappé par l’existence de récits dont on pourrait dire, en exagérant à peine, qu’ils ne parlent pas de la même chose : d’un côté des travaux qui, en prenant pour focale d’analyse le face-à-face entr...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search