Version classiqueVersion mobile

Violences extrêmes. Enquêter, secourir, juger

Enquêter

Écrire l’histoire des violences durant les années 1990 au Rwanda

Writing the history of violence during the 1990s in Rwanda

Scott Straus

Résumé

L’historiographie des violences durant les années 1990 au Rwanda, telle qu’elle est écrite par des chercheurs non Rwandais, a été centrée sur les crimes du génocide contre les Tutsis perpétrés d’avril à juillet 1994. D’autres violences de masse furent cependant commises contre des Rwandais durant ces mêmes années 1990, mais elles n’ont pas fait l’objet d’enquêtes universitaires si bien que, pour de nombreux observateurs, le génocide des Tutsis est devenu l’unique épisode de violence systématique et à grande échelle dirigée contre des civils. Le gouvernement rwandais post-génocide a travaillé systématiquement à l’invisibilité de ces autres violences en interdisant les enquêtes et en bloquant toute procédure judiciaire qui les concerneraient. L’auteur préconise une recherche qui affirme la spécificité du génocide des Tutsis et ne s’interdit pas de produire une histoire complète incluant tous les crimes de masse. Enfin, en tant que chercheur étranger, il estime qu’il doit prendre la responsabilité de rendre visibles ces crimes dont tant de Rwandais ne peuvent parler ouvertement dans leur pays.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ma réflexion portera sur l’histoire des violences durant les années 1990 au Rwanda1. Elle traitera du génocide contre les Tutsis commis en 1994 mais aussi des autres cas de violences de masse. Il s’agit d’une question sensible, c’est pourquoi je souhaite clarifier ma position le plus explicitement possible. Je ne suis pas rwandais, mais le Rwanda me tient profondément à cœur. En outre, j’estime que les étrangers doivent prendre la responsabilité de parler de ce qui s’y est passé. Depuis le génocide, des hommes politiques, des chercheurs (dont je suis), des juristes et des professionnels de la mémorialisation ont travaillé à constituer un champ de narrations qui mettent en lumière les crimes du génocide tandis que les autres crimes de masse restaient dans l’ombre. C’est là le sujet de ce travail. J’envisage de mettre en question ce champ de narrations que les étrangers ont contribué à produire. En effet, je prends la responsabilité de parler haut et fort de ces crimes de masse qui so...

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search