Version classiqueVersion mobile

Violences extrêmes. Enquêter, secourir, juger

Enquêter

Vingt ans après Aucun témoin ne doit survivre

Timothy Longman

Résumé

En 1999, Human Rights Watch (HRW) et la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) ont publié un compte-rendu détaillé du génocide au Rwanda, intitulé Aucun témoin ne doit survivre. Basé sur des entretiens et l’examen d’archives accomplis par une équipe de chercheurs et rédigé principalement par Alison Des Forges, Aucun témoin ne doit survivre a rapidement été reconnu comme un apport décisif à la connaissance du génocide de 1994. Cependant, au cours des deux décennies suivantes, de nouvelles recherches ont permis de mieux comprendre la violence de 1994. Dans mon texte, j'évalue Aucun témoin ne doit survivre à la lumière des recherches menées depuis sa publication ; je me concentre en particulier sur deux défis majeurs de l'analyse. Premièrement, les recherches sur l'organisation du génocide ont induit une controverse sur son degré de planification préalablement au déclenchement. Deuxièmement, les recherches conduites au niveau local sur les motivations des participants contestent l’influence déterminante de l’idéologie sur le génocide. En outre, les recherches ont fourni de plus en plus de preuves et de détails sur la violence perpétrée par le Front patriotique rwandais. Je soutiens que, en dépit de ces apports, une grande partie de l’analyse présentée par Aucun témoin continue de tenir le coup, tout particulièrement en ce qui concerne le rôle des personnalités nationales dans la promotion du génocide au niveau local, l’impact de la dynamique des luttes de pouvoir locales sur la violence, enfin les schémas de violence, y compris l’effort après les premiers massacres pour impliquer une large partie de la population. Enfin, en tant que membre de l’équipe qui a effectué les recherches et participé à la rédaction de Aucun témoin ne doit survivre, je réfléchis à la valeur de ce type de travail rare qui engage les organisations des droits humains dans un projet de recherche universitaire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis 1990, le Rwanda a été secoué par un mouvement pro-démocratie et par l’initiative armée d’un groupement rebelle, mené par les membres exilés de la minorité ethnique des Tutsis1. Le gouvernement répondit à cette double pression qu’exerçaient la protestation et la guerre par l’offre de réformes politiques, tout en cherchant simultanément un regain de popularité parmi les membres de la majorité hutue en excitant des sentiments anti-tutsis. Nombre d’organisations rwandaises et internationales des droits humains documentèrent la répression qu’engagea le régime contre des journalistes et l’opposition politique, ainsi que les violentes attaques contre les Tutsis. En janvier 1993, Human Rights Watch (HRW) et la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) firent partie des organisations participant à l’envoi d’un groupe international de 10 experts qui enquêtèrent au Rwanda sur les atteintes aux droits humains. Ces experts publièrent un rapport dévastateur : ils mo...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search