Version classiqueVersion mobile

Sur la trace des suspects

 | 
Joëlle Vailly

Troisième partie. Techniques récentes et nouveaux cadres normatifs

La (dé)problématisation de l’origine des suspects établie par l’ADN

Joëlle Vailly

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Si la visée des empreintes génétiques, utilisées aujourd’hui de manière routinière, est l’identification par comparaison (à la manière des empreintes digitales), ce chapitre traitera d’une nouvelle technique qui commence à être mobilisée lors des enquêtes policières et judiciaires1. Son objectif est la prédiction, sur la base de l’ADN, de l’apparence et/ou – pour ce qui nous intéresse ici – de « l’origine » d’un suspect, en complément ou en remplacement d’un témoin oculaire. De fait, l’extension à cette technique de la formule de « témoin génétique », proposée par l’historien Jay Aronson (2007) à propos des empreintes génétiques classiques, semble particulièrement pertinente. Certains acteurs sociaux qualifient même cette approche de « portrait-robot génétique », ce qui semble abusif si l’on considère le nombre relativement limité de caractéristiques analysables, on le verra plus loin, au moins à l’heure actuelle. C’est ainsi que l’origine géographique grossière (par con...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search