Version classiqueVersion mobile

La bête noire

 | 
Bernadette Lizet

Conclusion

Texte intégral

1« Pourquoi s’intéresser à une race qui n’existe plus ? » s’exclame abruptement un éleveur, au cours de l’enquête récemment menée en pays nivernais. La race noire, en effet, a officiellement perdu son autonomie en 1966, rejoignant le noyau percheron à partir duquel elle s’était laborieusement différenciée, à peu près un siècle auparavant. « Pourquoi, pourrait-on rétorquer, l’acharnement actuel des éleveurs à faire naître encore, envers et contre toute rationalité économique ? » Le marché français des gros chevaux est en plein marasme. Pourquoi cette fidélité aux concours de race, alors que le statut de celle-ci est plus faible, plus ambigu que jamais ? Et pourquoi, en définitive, l’acharnement des raceurs de l’origine, voilà un siècle, inventant et imposant leur cheval noir sur un marché national très encombré et en plein cœur de l’aire culturelle du bovin charolais ? Le bœuf blanc n’était-il pas un animal à tout faire, qui comblait les vœux des éleveurs en leur apportant l’efficacité et le confort matériel d’une part, le prestige social d’autre part ?

2Dès les premières pages de son ouvrage historique sur les Haras français, J. Mulliez explique le maintien d’une production aussi peu rentable par la puissance du lien affectif qui unit l’homme et l’animal (Mulliez 1983). Que l’éleveur « aime d’amour » sa poulinière, qu’il tienne à conserver la pouliche issue d’une lignée qui vient de loin, moins par le temps écoulé — l’histoire de la race noire est courte ! — que par l’adversité surmontée, c’est encore plus vrai en Nivernais que partout ailleurs.

3Mais une fois repéré, ce caractère passionnel inquiète en général le chercheur. Saura-t-il garder la bonne distance scientifique ? Ayant constaté le phénomène, il est assez pressé de passer à autre chose. Il se pourrait, ce faisant, qu’il laisse de côté une réalité essentielle : cette tempête sentimentale n’est-elle pas à la fois spécifique du monde du cheval (et pourquoi, bien sûr ?) et source bien connue, depuis longtemps, de blocages techno-économiques ?

4Le compagnonnage avec les chevaux compte moins par le profit matériel que par les conflits qu’il permet d’exprimer et de faire jouer. C’est en effet de rapports sociaux singulièrement chargés que parlent les « robes » des chevaux et les codes esthétiques circulant dans les prestigieux concours de race. L’écho s’en fait entendre à tous les niveaux de la société française, jusqu’au menu peuple, plein de fierté, des charretiers et des cochers.

5L’excitabilité propre à l’espèce a été mise à profit pour lui faire endosser bien des violences sociales. En témoignait cet hiver, à Paris, l’affiche d’une exposition sur l’art espagnol, qui n’était autre que la tête terrifiée du cheval de Picasso, l’un des éléments-clefs de Guernica. Violences sur les frontières nationales, mais aussi violences internes. J.-P. Digard écrivait récemment :

Pour feutrées qu’elles apparaissent vues de l’extérieur (...) aussi ritualisées (...) [les passions] soient-elles, les controverses qui agitent aujourd’hui les milieux équestres (sur l’élevage et les modèles de chevaux de selle, sur les méthodes et les finalités du dressage, sur les. structures et la pédagogie de l’équitation, sur la « sponsorisation » des compétitions, etc.) n’en sont pas moins comme par le passé, de véritables batailles rangées symboliques, mise en scène inconsciente d’enjeux et d’antagonismes sociaux et culturels profonds (Digard 1987 a : 183).

6Sur le champ de bataille symbolique, la moindre des aventures n’a pas été celle de l’affrontement du cheval de selle et du cheval de trait, tout au long du siècle dernier. Un siècle dont les tensions et les bouleversements peuvent se lire au travers des polémiques chevalines. C’est d’abord le désir de protéger l’animal des brutalités humaines (celles de l’humanité laborieuse : le cheval urbain de travail, entre les mains des charretiers et des cochers, est le déclencheur de la célèbre loi Grammont). Le mouvement de protection de l’animal surgit entre deux révolutions sociales (voir Agulhon 1981, Pelosse 1981-1982). C’est aussi le sanglant épisode hippophagique, presque synchrone, qui bouleverse les protagonistes. Sur cette toile de fond « haute en couleurs », se détache la trajectoire ascendante, irrésistible, spectaculaire, des tractionneurs énormes et superbes. L’envergure, les formes, la couleur, le « look » des gros chevaux ne cessent de prendre de l’éclat, à l’image et à la mesure de la bourgeoisie marchande dont les pouvoirs s’épanouissent en ce siècle des échanges mondialisés. Mondialisation des échanges, et mondialisation d’un idéal esthétique : dans la concurrence grandissante avec la machine, et sous l’impulsion d’une clientèle américaine aux idées (de grandeur) bien arrêtées, l’Europe urbanisée et industrialisée élabore un modèle uniforme, qu’elle donne à voir dans les expositions internationales. Corps sculptural, monumental. Le noir intégral. On a l’impression que les hommes de chevaux explorent les limites des possibilités de modelage de l’espèce. La bourgeoisie parachève ainsi, semble-t-il, son œuvre de marquage du corps chevalin, emblème de classe, un emblème du pouvoir qu’elle dispute à la noblesse, héritière de la culture chevaleresque.

7Face aux mastodontes trapus, « adipeux et pléthoriques », tout en présence physique ostentatoire, qui affichent en particulier la couleur du poil comme une marque identitaire, la communauté cavalière de haute tradition cherche l’épure et allonge les lignes. Elle affirme jusqu’à l’outrance les caractères essentiels de l’animal de sang : inscription dans l’ascendance généalogique (les ancêtres fondateurs, le réseau d’alliance hautement contrôlé), sécheresse du squelette et de la musculature (la tête tout particulièrement, fine et minuscule), sobriété du système pileux, émotivité et vivacité du tempérament et enfin, spécialisation décidée, en dépit de l’anachronisme, pour la selle.

8C’est le siècle de la surenchère sur le « sang » des chevaux : les inventeurs laissent filer leur imagination dans une course folle après les bêtes emballées. Les trouvailles les plus excentriques — dûment brevetées — fleurissent alors : un mors à impulsions électriques par exemple, ou la « lunette d’arrêt d’urgence », qui aveugle l’animal affolé. Les lignes déjà citées de Virilio restituent ce climat :

La constante acquisition des vitesses supérieures n’est (...) que la courbe de croissance de l’angoisse ; en ce sens, la « révolution des transports » en produisant au xixe« siècle, la fabrique de vitesse, industrialise l’épouvante (Virilio 1984).

9Un siècle marqué par une guerre des races et des codes esthétiques, qui jette, au terme d’une ultime course au pouvoir, deux classes et deux systèmes idéologiques dans un corps à corps avec l’animal. Dans le duel bourgeoisie-aristocratie nobiliaire par corps de chevaux interposés, la première s’approprie, « s’acculture » l’emblème de l’autre, jusqu’à fabriquer cette chimère du « sang sous la masse » : d’énormes chevaux, brillants, agiles et véloces, plus encore peut-être que les chevaux de course. Pour chacun des camps, c’est la course à l’ancêtre primordial. La bourgeoisie s’empare de l’arabe ; la communauté cavalière enfourche l’anglais. C’est la guerre des « pur-sang ». Celui qui réussit le mieux le « sang sous la masse », le plus énorme des percherons, apparaît comme un arabe monstrueusement dilaté.

10Les violences symboliques, dans le langage corporel des chevaux de grande race, se terminent dans le sang : que voit-on sur les façades des boucheries chevalines françaises sinon l’arabe, tous les sens en alerte, effaré, douloureux... L’incorporation du cheval par la bourgeoisie intellectuelle et marchande s’accomplit pleinement dans l’acte hippophagique, l’une de ses œuvres majeures (voir Grange 1981). D’emblée, l’idéal boucher se fixe sur le cheval de sang, le fin coursier de la maison des Haras, et par voie de conséquence sur sa réplique bourgeoise, le « pur-sang » de trait : le percheron, chef-d’œuvre de l’ajustement entre les contraires idéologiques et sociaux. Parallèlement, s’élabore la théorie — encore développée aujourd’hui — de la supériorité alimentaire, hygiénique, de la viande la plus rouge, la plus sanguine qui soit.

11Entre transposition et acculturation du modèle aristocrate : tel est encore le sens du rituel d’ouverture des livres généalogiques pour les chevaux de trait, à l’image de l’aristocratique pur-sang anglais, importé sur le territoire (naturalisé ?) dès 1833. Le Stud-Book est un document écrit qui atteste l’origine. État civil pour l’animal, il garantit tout à la fois l’inscription dans l’histoire et l’établissement dans le présent et dans l’avenir. Car c’est surtout par la fonction de reproduction que les meneurs des races de trait se doivent de donner des preuves matérielles d’authenticité, de stabilité et de pérennité.

12En même temps que s’ouvraient les livres généalogiques, le roulage privé s’enfiévrait, couvrant les territoires de race (et les espaces intermédiaires) d’un réseau d’amours chevalines, imposant aux étalons de véritables performances sexuelles. E. Gayot, l’un des hippologues théoriciens les plus brillants du siècle, une grande figure des Haras, relève le défi. Il reconnaît l’efficacité de ces « rouleurs » au grand cœur (plus de deux cents femelles pour les plus « forts », évidemment visitées plusieurs fois). Et il en vient à critiquer l’économie traditionnellement avare de l’étalonnage d’État (vingt juments « pour un reproducteur de race », dit-il, contre deux cents pour les gros chevaux) ; une économie sédentaire de surcroît dans les locaux de l’institution ou dans des « antennes » privées trop bien contrôlées.

13L’enquête orale et certaines sources écrites (voir le prolixe Gayot) laissent entendre que le désir de rattachement à la filière généalogique se vit comme un jeu d’évitement-enveloppement de l’administration (osera-t-on parler du thème, tabou s’il en est, des substitutions de cartes et de géniteurs ?). La figure du bidet — terme d’origine ancienne désignant le cheval de route, de type intermédiaire entre le « trait » et la « selle » — fait surgir des renseignements passionnants sur cette question du sang et de l’origine contrôlée. Pour fabriquer ce produit de synthèse entre les deux grandes catégories chevalines, les éleveurs disent « toucher au sang », c’est-à-dire qu’ils croisent le trait léger avec les sujets de race fine de l’administration, tout en se gardant bien d’entrer de plain-pied dans le système officiel, avec le « papier » (attestation généalogique).

14Le jeu du sang et du sexe (voir Foucault 1976), de l’ascendance et de la descendance, de l’essence et du « look » se corse avec la demande américaine — les États-Unis —, singulièrement pressante sur la question du livre. Les acheteurs d’outre-Atlantique se sont avérés passionnément preneurs du produit résultant du grand corps à corps de la société française : le fameux percheron, intégrateur des contraires, champion du « sang sous la masse ». Preneurs, et au plus haut prix, les Américains l’étaient sous la condition expresse que le candidat à l’exportation, susceptible de se comporter en améliorateur de la jumenterie du Nouveau Monde, administre les preuves infaillibles de son inscription dans l’histoire : un certificat d’origine en règle. C’est dans les écuries du Perche que la clientèle américaine procède à son propre marquage du produit. Elle préside à l’élaboration du type noir et énorme.

15La machine d’auto-valorisation et d’auto-affirmation de la bourgeoisie par cheval-emblème interposé pourrait bien s’emballer et dérailler à partir de cette aventure du livre et de la course à la légitimation. La création des Stud-Books intervient au moment où les cavaleries régionales entrent dans la phase d’uniformisation européenne. A mesure que s’affirme la fameuse « régularisation » du modèle, si chère aux hippologues, et que s’effacent les distinctions entre les populations régionales, montent les discours sur l’identité des dites races et les appels aux preuves écrites d’authenticité.

16Vertigineux sommet du tournant de siècle qui adore un corps parfait, coulé au moule d’une esthétique internationale, dans le concert des discours identitaires nationaux et régionaux et dans les prémisses d’une motorisation qui sonnera bientôt le glas de la traction chevaline. Le plus célèbre des étalonniers de la Nièvre ne qualifiait-il pas son œuvre de « fabrique fin de siècle », tandis qu’un étalon nivernais allait porter ce même nom écrasant : Fin de siècle ? « Tous pareils », « magnifiques », mais, justement, ne permettant plus de faire la différence : cette évolution (normalisation ?) mènerait à un consensus, générateur de troubles d’identité.

17Le consensus social ne sied décidément pas à la production de l’espèce chevaline. A la fin du premier chapitre de son livre, L’identité de la France, F. Braudel voit dans une « prédilection pour la désunion et la discorde », une « aptitude à comprendre la guerre du dedans [plus] que celle du dehors », l’un des traits spécifiques de notre culture et la source de difficultés économiques et sociales très actuelles :

Cette France immense d’autrefois, divisée contre elle-même, a été réduite par le progrès inoui des vitesses, enfermée, claquemurée dans son « hexagone » qui rétrécit de jour en jour. Elle n’a pas réussi — ce qui s’appelle réussir — le Marché commun... (Braudel 1986 : 103-106).

18Empruntons encore à F. Braudel cette citation de S. de Gramont (1970), où émerge l’image d’un corps social tout en discordances (projetées sur le corps des chevaux), qui convient si bien à notre propos : « La France n’est pas un pays synchronisé (...) ; elle ressemble à un cheval dont chacune des pattes se déplacerait à un rythme différent. »

19Notre société a besoin de ses jeux — et enjeux — équestres. Un exemple : l’explosion du réseau routier et l’accélération des échanges à la fin du xviiie siècle condamnent-elles le voyage à cheval, démodant le cheval de selle rustique ? Les animaux changent de style (non sans résistance... les « chères races d’antan » !) et changent de lieu de production. Mais ils réapparaissent aussitôt en masse — et massifs — pour servir le grand commerce. Une autre preuve, très actuelle ? Le compagnonnage des hommes et des chevaux ne se pratique plus dans les campagnes vidées par la motorisation, l’exode rural et une nouvelle distribution des secteurs économiques. Mais on le retrouve dans un infaillible mouvement de balancier et dans une flambée hippophagique exactement synchrone du « développement spectaculaire de l’équitation sportive et de loisir à partir des années 1960 » (Digard 1987). Deux cent douze mille visiteurs au Salon du cheval et du poney en 1987 à Paris, pour la seizième manifestation consécutive !

20Ces nouveaux cavaliers ont une conduite provocatrice à l’égard de la tradition équestre. Ne serait-ce que par la nouvelle façon de vivre avec les chevaux : massivement paysannes, les classes moyennes de la première moitié du siècle suivaient à pied leur partenaire de travail. Urbanisées et employées dans le tertiaire, elles réinvestissent l’espèce chevaline, se l’approprient matériellement (plutôt que de se servir des chevaux des clubs, elles l’achètent) et symboliquement. Car les voilà à cheval, et d’une insolente manière, avec un vêtement et un équipement chamarrés, là où régnait le noir et blanc solennel. La robe des montures, les styles équestres, les races privilégiées (étrangères, dites « de couleur »), les montes (« à l’américaine », ou « à l’andalouse ») participent de cette polychromie iconoclaste. Comble d’exotisme, voici les chevaux de trait, réchappes de la boucherie et des « ateliers de production animale » sous la selle pour la promenade, ou entre les brancards pour l’attelage de loisir. L’affiche du Salon agricole 1987 exprime, mieux qu’un long discours, ce plaisir populaire d’accéder à l’espèce chevaline, de dépasser le grand clivage socio-économique du cheval de selle et du cheval de trait. Exotisme et syncrétisme : le galop de charge d’une fantasia en vedette et, à l’arrière-plan, une foule de silhouettes qui racontent l’histoire sociale de l’espèce dans sa richesse et sa diversité.

21De la ville à la campagne, de l’exhibition sur un terrain de concours, à l’accomplissement d’une modeste tâche journalière : l’espèce chevaline est véritablement transversale de la société française et de son histoire sociale, vouée au commerce, à l’échange matériel et symbolique. Elle est donc profondément socialisée, passionnément investie. La confrontation avec cet « autre » naturellement doué pour porter, se laisser emporter et envahir, conduit, dans ses formes extrêmes, à l’identification dangereuse, qui estompe les contours des territoires de l’humanité et de l’animalité, qui biaise la perception du réel. Dans le climat actuel de sensiblerie (Digard 1987), l’hippophagie, comme l’« écourtage » ou les violences ritualisées du négoce sont devenues impensables, et violemment rejetées.

22L’histoire tumultueuse de la race noire du Nivernais apparaît comme une cristallisation exemplaire des conflits : un cas d’école pour développer cette problématique des tensions sociales par l’animal interposé. Elle est un défi lancé sur la scène des échanges, à l’échelle locale, nationale et internationale. Elle est remarquable par le choix initial (inconscient en bonne partie) d’une impressionnante combinaison d’épreuves à surmonter.

23« J’ai fait la race charolaise blanche, je voudrais faire une race de chevaux noirs ». Telle était l’idée dualiste, forte et simple, du père fondateur de la race, aristocrate agromane, grand propriétaire terrien, une figure politique départementale. Il désirait passionnément que le « cheval noir » incarne, dans sa région, la théorie des physiocrates et des agronomes : le passage des bœufs aux chevaux de trait — changement d’espèce et de couleur — devait parachever le progrès rural dans ce Nivernais adossé au Massif central et au grand bloc méridional de la culture technique du bovin.

24Les leaders des premiers temps adoptent le cheval noir du consensus international comme idéal. Ils posent, fait remarquable, la toute première pierre de l’édifice français des livres d’origine pour la cavalerie de trait (d’autres suivront aussitôt : les percherons, en tête bien sûr, trois ans après les nivernais — 1883).

25Dans cet acte fondateur, le réseau des fervents de la race noire se donne comme principe de race, bouclé par un standard et un label, ce noir intégral, énorme, qu’une mode tapageuse impose à tous les esprits. Ils s’enfoncent ainsi, d’emblée, dans le piège d’une identité récitée, avec l’enchaînement généalogique et les grands ancêtres inscrits, et dans le culte rendu à l’idole collective.

26A l’époque où germe l’idée du cheval noir labélisé, sur les foulées de l’illustre race bovine nivernaise, le Perche a déjà réalisé son chef-d’œuvre animal : c’est le cheval de trait par excellence. Jouant sur sa position géographique privilégiée, entre le grand Ouest naisseur et la capitale, les Percherons ont spécialisé leur économie autour de l’espèce chevaline (trait-concours), exactement comme les Nivernais organisent la leur autour des bovins (trait-viande-concours). Ils maîtrisent un stock génétique à la fois exogène et très riche. Ils apprennent à en tirer parti au gré du commerce ; ils savent produire, à la demande, l’ouvrier ou la bête à concours. Ils sont à la fois grands éleveurs et grands négociants : l’élan des meneurs de la race noire du Nivernais, vers la conquête du marché américain et du statut de grande race pour la reproduction, restera trop faible, indéfiniment trop « jeune » diront les témoins.

27Le grand voisin de la Nièvre, c’est donc le Perche. En ces années dorées où affluent les acheteurs américains, où les cavaleries urbaines et rurales travaillent à plein rendement, une fièvre de cheval le prend tout entier. L’hégémonie percheronne n’est pas nouvelle : la Poste l’a faite, le roulage urbain et l’agriculture la consacrent. Il est le grand modèle, le pourvoyeur de reproducteurs d’élite, le frère ennemi, le partenaire puissant et obligé, dans une lutte d’emblée très inégale. Il puisera à la source neuve, au gré de ses besoins, perchisant à rebours ce qui émanait de ses écuries : la signature percheronne couvre la marque nivernaise.

28Fabriquée avec ferveur (et un réel talent zootechnique) la race noire ne « passe » pas dans le négoce. Pour qu’une population régionale « prenne » et acquière une renommée, la connexion doit se faire entre les idéologues de la race (les raceurs, les sélectionneurs) et les maquignons. En Nivernais, l’intégration ne se réalise pas.

29La filière marchands-emboucheurs-étalonniers submerge le « noir », impose la « couleur » (la race rouge ardennaise) et fait abdiquer la Société d’agriculture, gardienne du Stud-Book et de l’image de la race. Le rouge contre le noir : choc de la race marchande (les bêtes de service) contre la race idéale (les bêtes à concours).

30La saga percheronne ne parle que d’excellence maquignonne, d’une grande aptitude (trop grande aux yeux de certains) à suivre les marchés : de l’agile postier gris (presque) conforme à l’idéal des hippologues au monstre noir américanisé, le cheval percheron est toujours en route entre les extrêmes, prêt à réagir aux tendances du commerce, dans un sens ou dans l’autre.

31L’entreprise nivernaise est une ligne droite. Elle a la rigueur (la raideur ?) d’un schéma intellectuel, d’une fidélité irréprochable aux principes fondateurs, que nulle tentation matérielle ne saurait corrompre. Fascinés par le fastueux moment américain dans l’histoire du cheval de trait, les éleveurs ont fait abstraction, purement et simplement, d’une série de facteurs éminemment défavorables à l’émergence d’une population chevaline de trait dans la région.

32Repliée sur une position défensive à l’égard de l’encombrant concurrent du cheval fin, la maison des Haras va focaliser son agressivité sur le premier essaim échappé du grand bloc chevalin de l’Ouest.

33La première riposte sera cartographique : en 1874, un zonage en couleurs des territoires de race exclut brutalement la Nièvre et sa jeune entreprise. Pour affirmer son interdit, l’institution gardienne de l’orthodoxie s’appuie sur tous les moyens mis à sa disposition : l’encadrement juridique, avec la loi sur la surveillance des étalons (1883), qui convoque le corps vétérinaire par le jeu d’un discours sanitaire ; la pression psychologique aussi, avec la gradation des statuts attribués aux étalons privés : approuvés, autorisés et... refusés (niés !).

34La plus grande violence symbolique faite à l’œuvre nivernaise, reste l’excommunication pure et simple du noir comme principe de race, légitimé et attesté par le « papier d’origine ». Le combat idéologique du noir et du blanc, qui divise le monde du cheval de trait, va se traduire dans la théorie hippologique par un interdit de penser ces deux couleurs du poil. Désormais, les manuels d’hippologie affirment (aujourd’hui encore) que les robes noire et blanche n’existent pas dans l’espèce chevaline. Une façon de refuser la réalité économique d’un âge d’or pour les tractionneurs ?

35Aux échelons national et international, les meneurs de la race noire affrontaient donc à la fois le savoir-faire redoutable des gens du Perche et les foudres de l’administration centrale. Ils se heurtaient par ailleurs, chez eux, à une résistance structurelle de l’économie locale. Au contraire de ce que pensaient la plupart des observateurs (la brillante fabrication du bovin blanc aurait préparé la carrière du cheval noir), la puissante tradition d’élevage des bêtes à cornes allait contrecarrer leur projet.

36Car la Nièvre est alors, de la montagne à la plaine, tout entière bovine de cœur, d’esprit et d’intérêts marchands. Avec l’ancienne race morvandelle de travail, puis la nivernaise-charolaise polyvalente, le bœuf à tout faire laissait bien peu de place et bien peu de chance aux coûteux équidés, si magnifiques et prestigieux fussent-ils. Dans cette filière bovine, il y avait eu, dès le début du siècle, une semblable adoption du modèle de sélection à l’anglaise, puis l’ouverture pionnière d’un livre généalogique (une bonne trentaine d’années avant celui des autres races bovines françaises). Vis-à-vis du voisin charolais, le standard de la race bovine dite « charolaise améliorée », puis « nivernaise-charolaise » était particulièrement pointilleux ; sa fonction était de légitimer l’appropriation d’un bétail désigné, sans ambiguïté à l’origine, comme exogène.

37La Nièvre réitère cette opération de marquage avec les représentants percherons de l’espèce chevaline. Mais l’exercice analogique entre ces deux parcours s’arrête bien vite. Certes, la jumenterie progresse, en nombre et en qualité. Les équidés nivernais resteront cependant, à tous points de vue, subordonnés aux bovins, à l’image de ces poulains mangeurs de refus dans les embouches bovines : un trio noir (à trois ils ne se battent pas) complémentaire du troupeau de bœufs blancs.

38Pour bien comprendre la question des statuts respectifs des bêtes à cornes et des équidés, un fil conducteur s’avère particulièrement intéressant : une tenace réputation de mauvais caractère, qui fait aujourd’hui se récrier les éleveurs, s’attache à la race noire. Le « noir zain », « noir jais », le signe distinctif, se trouve dévalorisé sur les champs de foire de l’entre-deux-guerres et minore le prix des poulains. Cette image des lots bradés sur le critère même qui les faisait prévaloir dans les concours de race à peine un demi-siècle plus tôt, résume la dure histoire des chevaux nivernais.

39Dans la tactique des marchands, l’association couleur noire/sauvagerie personnifie commodément 1’« ancienne race » bousculée par le commerce. Le reproche que l’on fait en bloc aux éleveurs de la Nièvre — et le manque à gagner pour eux — tient à Y inadéquation du système d’élevage au marché des bêtes de service. Les foires de la Nièvre livrent de beaux poulains, au gabarit prometteur. Mais au contraire des concurrents boulonnais, percherons ou bretons, maniés et « civilisés » à l’écurie dès les premiers mois, les laitons et les antenais nivernais sortent tout droit des prés comme les bœufs d’embouche, violents et maladroits devant l’homme. Et la Nièvre ne dispose pas d’un véritable équivalent à la plaine beauceronne, entre capitale et berceau de race percheronne, où pourrait s’accomplir la maturation physique et psychologique des poulains bruts venus par l’herbe et le plein air. Les poulains noirs ont-ils trébuché dans l’épreuve d’admission au statut indiscutable de race, parce qu’ils sont restés sauvageons, et culturellement peu investis ?

40La Nièvre a fini par adopter le cheval, par lui faire une place dans son système économique. Elle produit, elle élève, elle vend. Elle en vient même à spécialiser ses bœufs pour la viande et à mettre ses poulinières noires au travail. Mais les belles attelées qui flattent l’oeil, tant vantées par les historiens locaux et les hommes de la race, auront-elles jamais été dressées à fond ? Les gens du métier disent généralement la supériorité de l’attelage de front au palonnier sur l’attelage en file, qui n’exige pas la franchise au collier de toutes les bêtes. Question délicate, hérissée d’embûches dans l’enquête... Le pays possède bien sûr ses glorieux spécialistes de chevaux, ses dresseurs courageux et efficaces, souvent hommes du bois, qui débardent plus qu’ils ne labourent. Mais on sent, dans le cheminement de l’enquête, la prégnance de l’attachement aux lents attelages de bœufs blancs.

41L’irrésistible montée du « rouge » (la race ardennaise) sur le « noir » dans les foires de l’entre-deux-guerres, sanctionne donc l’embouche nivernaise, la subordination du poulain mangeur de refus au bovin-roi. La nouvelle vogue de l’ardennais osseux et tranquille — aux pattes « feuillues » (fortement poilues) disent les marchands — correspond aussi au cantonnement de la traction chevaline au seul secteur agricole. La motorisation des transports urbains et routiers est accomplie. Ce passage technique de première importance pourrait bien avoir démodé le percheron, trotteur magnifique, au zénith de la culture bourgeoise et marchande. C’est précisément avec l’offensive des bêtes « rouges » que la Nièvre s’approprie enfin l’espèce chevaline pour le travail, alors même que les tracteurs font leur apparition dans certains domaines agricoles.

42A l’origine de la race noire, une identification à l’idéal percheron, dont les feux étaient sur le point de s’éteindre sur la scène internationale. A l’origine de la race noire encore, un lourd passif de difficultés mal surmontées ; et au bout d’un parcours pénible, l’impuissance à se faire reconnaître, dans les circuits de l’élevage et du négoce local, comme sur le terrain des concours nationaux et internationaux. Cette blessure d’amour-propre originelle, cette identité vacillante vont se rejouer sans cesse, jusqu’à nos jours.

43La Société d’agriculture s’apprête-t-elle à baisser la garde devant le combat des étalonniers qui prônent la couleur ? L’administration des Haras, qui avait tant disqualifié l’entreprise nivernaise, entre en lice et investit l’animal anachronique, malmené par le négoce. La race existerait-elle enfin, au titre de l’adversité traversée, et parce qu’elle est tombée en désuétude ? Fascinante séduction du passéisme pour la Société d’agriculture et pour les raceurs de chevaux : ils choisissent l’alliance avec les Haras pour mieux combattre le réseau marchand. Face à l’ouvrier agricole ardennais, le cheval nivernais redevient un percheron de concours.

44L’histoire profonde des races chevalines de cette région montre de façon exemplaire le travail de deux forces contraires. La première, pragmatique, matérielle, marchande, tend à modeler la forme animale en fonction de l’offre et de la demande, qui peut modifier ses critères en quelques décennies (c’est particulièrement vrai pour l’espèce chevaline au xixe siècle). La seconde résiste, en investissant l’animal anachronique de fortes valeurs affectives et symboliques. Le standard de race (le noir monumental), donné au départ comme une stratégie économique, un moyen d’emprise sur un marché encombré, fonctionne vite comme un piège, puisqu’il fige le type dans une période particulièrement évolutive, et gêne le jeu d’adéquation aux besoins changeants du commerce. La race devient une fin en soi, au lieu d’être la résultante du système d’élevage et d’échange.

45C’est le même « noir de velours » que vante aujourd’hui Cheval Magazine, dans un texte qui suggère de se laisser « séduire » par cette race, en suivant l’exemple de ces « 900 élèves du collège Henri-Vallon, à Nevers (...) qui veulent [la] sauver et en faire l’emblème de leur région » (Cheval Magazine décembre 1987). Et ce sont encore deux « fleurons du département » qui participent durant l’été 1988 à « Euro- Cheval », le premier salon européen du cheval. De « Tarquin de Chassy » à « Porte-Drapeau » le bien nommé, qui remportait le premier prix du concours général de Paris en 1905 (l’année même qui consacrait la race nivernaise en compétition officielle), l’une des fonctions historiques de la bête noire est de soutenir l’image de la région. Le géographe régionaliste J.-B. Charrier ne fait pas mystère de sa faiblesse. Insuffisance démographique, absence de métropole, langueur économique, position charnière entre une Europe du Nord-Nord-Est et une Europe du Sud : depuis un siècle, dans les découpages régionaux successifs, la Nièvre passe d’un ensemble à l’autre. Le rattachement final à la Bourgogne suscite ce commentaire :

La Nièvre, jusqu’alors sans polarisation bien définie (autre que parisienne) s’est ainsi retrouvée bourguignonne (...). Le Conseil régional a finalement approuvé ce rattachement, mais à une voix de majorité seulement (Charrier 1976 : 171).
Enfin la dernière condition de la survie de la Nièvre nous paraît être le maintien de sa personnalité, qui pourrait s’exprimer aussi bien dans la transformation du nom de région en « Bourgogne-Nivernais » que par une publicité accrue pour faire savoir que notre département n’est pas seulement le pays des bœufs blancs et des verts pâturages (ibid. : 243).

46Du trait nivernais au coursier morvandeau... Le Parc naturel régional du Morvan a provoqué une recherche sur son animal emblématique : une monture celte galope sur son blason. Vertiges de questionnements identitaires des pays nivernais et morvandeaux, fuyante réalité biologique de l’animal investi comme figure symbolique des lieux ! Car cette recherche pourrait prouver que le fin cheval de selle du Morvan — si vanté par les hippiatres et les cavaliers militaires — fut fantasmé au moins autant qu’il fut véritablement élevé, par quelques aristocrates, dans les haras sylvestres de « l’ancien temps » (l’Ancien Régime ?). Les traces historiques font étrangement défaut. Reste la nostalgie d’une race enfuie (un ordre social, un mode de vie ?) et le long feu de la renommée. Une renommée que la pensée savante (anthropologique, zootechnique) du siècle dernier explique et entretient par une filiation avec un grand ancêtre « indo-européen ». Des « indo-européens », aux « celtes », en passant par les « arabes » fabuleux : la vieille montagne morvandelle et sa forêt profonde ne manquent pas de héros des origines ni de mythes fondateurs. Cet appareil symbolique perdure, puisque des éleveurs de poneys « connemara » (une autre contrée hercynienne, mais anglaise) se réclament aujourd’hui d’un antique lien de parenté avec le petit cheval du Morvan granitique. Un beau sujet à explorer...

47Les chevaux de la Nièvre (le bidet et la race noire) échapperaient-ils aux rythmes cycliques de la mode — le « langage des époques », dit Braudel — parce qu’ils sont mythifiés ? Le bidet traverse l’histoire longue et ses « vicariants » anglais réinvestissent le Morvan d’aujourd’hui. Un siècle durant, la race noire survit aux pires difficultés. Réduite à quelques spécimens, elle semble renaître dans cette décennie qui commémore son centenaire.

48En dépit de leur déclassement officiel, les grands chevaux noirs continuent donc de figurer dans les concours de race régionaux. Modelés pour le spectacle des expositions internationales voilà un siècle, ils paraissent bien à leur place dans le « show » équestre mondial qui fait du cheval de trait un animal à voir, dans les courses de « trait-tract » à la japonaise, dans les compétitions d’attelage aux États-Unis et en Europe, dans les scènes folklorisées du travail agricole, de la grande brasserie traditionnelle dans les pays d’Europe du Nord, ou encore le débardage des forêts résineuses dans le Bade-Wurtenberg allemand, où le parc forestier et l’animal anachronique sont perçus comme des objets patrimoniaux.

49Mais pour investir le nouveau champ de pratiques ouvertes aux gens de chevaux d’aujourd’hui, il faut d’une part dresser les animaux et d’autre part, jouer sur toute la gamme des solutions techniques et économiques possibles, depuis le concours de race jusqu’au travail (polyvalent) et au jeu-spectacle.

50La montagne morvandelle s’est prise au jeu des nouvelles pratiques équestres. Une structure associative, Les Écuries du Morvan, y organise ces fêtes si prisées par le public citadin, qui se déplace en foule pour applaudir les galopeurs d’une tonne attelés à leurs traîneaux ou goûter le charme « rétro » des défilés de bêtes de race, des concours hippiques, ou des scènes de débardage... dont les vedettes se trouvent être de jeunes néo-ruraux installés dans le sud du Morvan dans les années 1980. Ils donnent un réjouissant exemple d’expérimentation souple et diversifiée : tout en s’appuyant sur les institutions officielles (soutiens des Haras nationaux, de l’Office national des forêts, du Parc), ils combinent l’élevage des bêtes de race (le petit trait de la montagne franc-comtoise, l’ardennais et le percheron), les contrats de débardage (privés, ou avec l’ONF), la randonnée attelée et enfin la fonction d’école (stages de formation à cette panoplie de savoir-faire).

51Pour le plaisir de vivre avec des chevaux et pour en tirer subsistance, ces nouveaux éleveurs suivent une stratégie de la polyvalence, de la transversalité, et de l’adaptabilité à la réalité économique et sociale du moment, qui contraste vigoureusement avec la linéarité austère des élevages en race noire.

52Mais l’identité du « Nivernais » s’est construite dans les conflits, et s’exprime dans une étonnante aptitude à renaître de situations qui paraissent désespérées. Quelques éleveurs relèvent aujourd’hui le défi, revendiquent le label « trait noir » et jouent le jeu de la nouvelle demande. A la Fête du cheval et de l’équitation de Nevers, en septembre 1988, on était saisi par le spectacle d’une énorme pouliche de race, confrontée aux poneys dans l’épreuve de maniabilité et attelée à un traditionnel chariot de débardage, bricolé pour la circonstance « à la Ben-Hur ». L’observateur initié pouvait y lire une scène des origines, sans cesse réactualisée, où se donnait à voir l’épreuve toujours surmontée.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search