Version classiqueVersion mobile

Sur la trace des suspects

 | 
Joëlle Vailly

Deuxième partie. Conditions du débat public

Usages de l’ADN par la police

Les conditions épistémiques de l’absence d’un débat public

Gaëlle Krikorian

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Si l’on peut s'interroger sur ce que recouvre la « science de l'identité judiciaire » qui a émergé à la fin du xixe siècle (About 2004) et a beaucoup évolué depuis, ou même se demander si invoquer une « science criminologique » est réellement approprié, il est indéniable que la science, sous de multiples formes, occupe actuellement une place clé dans le travail de la police. Au xixe siècle, la statistique offre à l'action policière un premier outil de tri et de surveillance. Aujourd'hui la police technique et scientifique (PTS) est omniprésente dans les enquêtes, les affaires criminelles complexes comme dans la « petite délinquance » et la « délinquance de masse » qui constituent la plus grande part des affaires (Jobard et Maillard 2009)1. Les activités liées à la PTS et la maîtrise des techniques sont d'ailleurs l’enjeu de distinctions et de valorisations au sein de la profession entre catégories de personnels (Mucchielli 2006). Parmi toutes les techniques impliquées, l...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search