Version classiqueVersion mobile

La bête noire

 | 
Bernadette Lizet

Chapitre 3. La grande bataille de la race noire

Texte intégral

  • 152 En 1879 et 1881, le Journal d’agriculture pratique fait par exemple paraître deux articles sous la (...)

1Le modelage d’une population chevaline selon les goûts de l’époque et la conquête d’un statut de race reconnue ont pris dans la Nièvre l’intensité d’un combat, ou mieux d’une croisade, dans un environnement national et régional souvent hostile et toujours plein de passions. L’affaire est d’ailleurs portée d’emblée sur la place publique : la presse locale et nationale se fait l’écho d’une actualité perçue comme hors du commun152.

2Des personnages aussi influents dans le monde du cheval que A. Sanson ou E. Lavalard (supra 73 et 100), critiquent sans ménagement l’entreprise naissante. Le second écrit par exemple dans son Traité de zootechnie :

  • 153 Il s’agit précisément de la Nièvre (voir infra p. 182). D’autres régions ont recours à l’importatio (...)

La Champagne, la Bourgogne, le Nivernais, le Berry, sont peuplés de chevaux communs introduits par le commerce, mais en partie produits sur les lieux mêmes, à l’aide de reproducteurs importés (...). Les conseils généraux, imbus de la doctrine protectionniste en vertu de laquelle chaque pays doit avant tout se mettre en mesure de se suffire sans recours à l’échange (...) votent des fonds pour encourager l’introduction d’étalons et même, dans plusieurs cas153, pour en faire directement l’acquisition (...).
Souhaitons seulement que les ressources fourragères créées par le progrès agricole soient mieux employées que dans la production de chevaux. La région que nous considérons appartient par droit économique, au mouton et au bœuf et quant à ce dernier, la belle race charolaise la conquiert de plus en plus. Qu’on y importe des chevaux tout faits pour les travaux agricoles ou, du moins, des poulains en état d’exécuter ces travaux en achevant leur éducation, pour les vendre ensuite avec bénéfice dans les grands centres de consommation. Telle est la ligne tracée par les principes de la zootechnie, conformes comme toujours à ceux de l’économie rurale (Sanson 1867 : 67).

3Les chevaux de gros trait de la Nièvre finiront pourtant par obtenir droit de cité sur la scène des concours de race internationaux. C’est à Paris, en 1904, qu’ils entrent en compétition directe, en tant que corps constitué (la « race nivernaise de trait ») avec les boulonnais, les percherons et les bretons. Événement fondateur qui couronnait leurs efforts pour sortir de la catégorie indifférenciée et infamante des « races diverses ». Reconnaissance bien tardive, si l’on considère que le Stud-Book de la race, le premier à s’ouvrir chez les chevaux de trait français, fonctionnait depuis vingt ans déjà (1882). Reconnaissance incomplète par ailleurs, puisqu’elle n’éteindra pas la polémique sur l’émergence d’une nouvelle race, sur la légitimité biologique et culturelle d’une semblable revendication d’autonomie. En 1907, l’article-fleuve de l’étalonnier P. Denis parle de cette blessure de l’amour-propre :

Voici (...) le Nivernais, réputé dans le monde entier par l’excellence de son élevage, ses méthodes rigoureuses et ses heureux résultats. Pourtant, il piétine sur place tout en étant, dans l’espèce chevaline, une race merveilleuse pour ses qualités de fond et de forme, rivale indiscutable des races percheronne et charolaise, pour ne parler que de celles-ci. Le cheval nivernais, comme cheval de gros trait, ne le cède à aucun autre et malgré cela, il a le malheur d’être passionnément et agressivement discuté (Denis 1905).

4La question de l’identité de la race n’a jamais été résolue, sur place comme à l’extérieur. Le vétérinaire A. Gallier aura, en 1908, ce mot lapidaire et d’autant plus cruel au cœur des éleveurs nivernais qu’il reviendra sous la plume de nombreux auteurs ultérieurs : « Les chevaux nivernais ne sont en définitive qu’une variété de percherons ».

5Dans les années 1970, la position des Haras nationaux est aussi négative (supra p. 1). La race n’existe plus officiellement depuis 1973 ; les éleveurs n’en continuent pas moins de présenter des bêtes en concours — en dehors de toute rationalité économique — et d’y mettre en scène inlassablement la problématique du gris (le percheron) et du noir (le nivernais).

6Question fondamentale au sens étymologique : question des origines, une fois encore. Elle mérite qu’on s’y attarde, afin de comprendre les motivations des protagonistes, et découvrir le sens d’une si longue résonnance historique pour ce qu’il faut bien nommer, en suivant J.-B. Charrier, le « demi-échec » de la race noire (Charrier 1981).

Le volontarisme des débuts

7Un nom, toujours le même, quelle que soit la source consultée — d’hier ou d’aujourd’hui, orale ou écrite — s’attache à l’aventure de la race noire : celui de Charles de Bouille, dont le portrait fut déjà esquissé à propos des bovins charolais-nivernais (voir supra p. 166, note 145). Gentleman farmer et homme politique à la personnalité rayonnante, il semble avoir effectivement porté la race noire. Il a construit le cadre matériel et institutionnel qui devait permettre son élaboration (le conseil général de la Nièvre avec ses subventions, et la Société d’agriculture de Nevers) ; il a également mis en place le système idéologique qui allait animer toute l’entreprise.

L’idéologie de la race

8Le commentaire de Sanson sur la genèse tardive des races chevalines du centre de la France dépeint bien la ligne de conduite de notre « raceur » et ses implications politiques les plus évidentes. Mais il se cantonne à l’analyse économique ; cet éclairage partiel (et par ailleurs partial) ne lui permet pas d’expliciter réellement les faits.

  • 154 J.-B. Charrier dit de la Nièvre qu’elle fut le « second berceau » du bétail charolais.

9L’étude du parcours des bovins charolais a montré la diversité des mobiles habitant les éleveurs : mettre sous standard et « labéliser » pour prendre un marché lucratif, certes, mais aussi pour monter dans l’échelle sociale, au niveau local et surtout dans le réseau national et international de l’élevage de « pointe ». Engager des bêtes aux concours, c’est aussi, on l’a vu, faire sien un bétail exogène (processus de nivernisation du charolais), parer la région d’un emblème animal aux formes magnifiques (supra pp. 151-171)154.

10La lecture de l’abondante littérature consacrée aux chevaux nivernais ne laisse aucun doute sur l’étroite subordination, dans les choix d’élevage, des aspects économiques aux motivations d’ordre idéologique. Le propos monolithique du père fondateur, le comte de Bouille (« nous avons créé la race blanche de l’espèce bovine, nous devons également créer la race noire nivernaise de trait de l’espèce chevaline ») allait faire une brillante carrière et devenir un mot d’ordre inlassablement repris dans les discours. Il disait, avec la force d’une évidence, la nécessité du passage des bœufs aux chevaux comme un objectif de progrès absolu, susceptible de faire aboutir le développement agricole et social. Le prix à payer pour le « raceur » est un engagement personnel et passionnel, un acte de foi dans un idéal. Un idéal économique et social qui se confond avec un idéal esthétique pour l’espèce chevaline :

Les habiles innovateurs (...) étaient pour la plupart passionnément amoureux du beau cheval, et ils ne comptèrent pas toujours avec leur porte-monnaie pour se payer le plaisir d’introduire dans leur pays des reproducteurs de premier ordre (Denis, 1905).

PLANCHE 47. La clientèle américaine, les garanties sur l’origine et le Stud-Book nivernais
(Extrait du Bulletin de lu Société d’agriculture de la Nièvre, 1887)
Stud Book de la race chevaline de trait. A différentes reprises l’attention des membres de la Société a été appelée sur l’importance des inscriptions au Stud Book de la race chevaline nivernaise de trait et sur les avantages qu’ils étaient appelés à retirer de cette création au point de vue de la vente et de l’exportation de leurs animaux. La lettre suivante que le président de la Société d’agriculture de la Nièvre vient de recevoir du territoire de Dakota (États-Unis d’Amérique) vient à l’appui de ce qui a été dit tant de fois :
12/11/87, Fleur-de-Lys, Horse Ranch
Buffalo Gap P.O.
Custer County, Dakota
Monsieur,
M. le baron de Grancey s’est rendu acquéreur, au mois d’août dernier, au compte de la compagnie, d’un étalon de la race chevaline nivernaise de trait, âgé de deux ans. Frappés de la beauté des formes de ce cheval, nous serions tentés de le garder sur notre Ranch comme étalon. Mais nous voudrions auparavant être assurés que ses origines justifient un degré de sang suffisant à garantir ses qualités reproductrices. Le cheval s’appelle
Dumphlun et est né dans la commune de Billy-Chevannes. Il est inscrit au Stud Book nivernais sous le n° 114. Le moyen le plus simple d’arriver au résultat que nous nous proposons serait, je pense, d’avoir entre les mains ce Stud Book de fondation récente. Je prends donc la liberté de vous demander le moyen par lequel nous pourrions nous le procurer.
Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.
Jules Jannet Secrétaire de la Compagnie.
Le « degré de sang », chez cette race de « fondation récente » est-il attesté par la filiation écrite avec des étalons de race reconnue sur la scène internationale (percherons surtout, et boulonnais) ?

11L’argument civique et patriotique sied décidément à l’élevage des chevaux :

Ces hommes de bonne volonté (les premiers étalonniers), heureux de justifier la confiance de leur chef (le comte de Bouille) et celle de leur pays, partirent à leurs frais à la recherche des reproducteurs, donnant ainsi l’exemple des sacrifices que chacun doit s’imposer quand l’intérêt général est en jeu (ibid.).

12Fait très significatif, un conflit éclate à propos de l’attribution répétée de primes par le conseil général : un député défend, contre les puissants étalonniers, la cause des « enfants de petits cultivateurs et d’ouvriers [qu’il faudrait aider pour] qu’ils fréquentent les grandes écoles » (ibid.).

13Le député épingle ici l’ambiguïté des motivations chez les raceurs qui affichent la « mission d’intérêt public », mais qui disent volontiers le plaisir pris à ce jeu, et à une activité de prestige et de luxe :

Je ne payai pas la somme de 3 600 F le luxe d’un cheval noir de trois ans, énorme (...) contrairement à ce qui se dit en terme commercial, (...) l’argent valait facilement la marchandise » (ibid.).

14L’animal qui allait matérialiser dans son corps l’ensemble de ces fonctions symboliques, se devait d’être à la fois monumental et superbe, la « bête à concours » par excellence :

[Elle] se distingue tout d’abord, par sa robe d’un noir brillant à reflets presque bleutés, d’un noir admirable et uniforme (...). Ensemble puissant, nerveux, élégant, souple et cependant je ne sais quoi de léger (...). Le sens de l’amélioration est de grossir toujours de plus en plus, et de maintenir, sans abandonner la robe, l’élégance, l’énergie et la souplesse dans les allures (ibid.).

15Et voici la description des étalons qui s’affrontent au concours de Nevers, en 1910 :

Quarante-cinq (...) véritables colosses toisant 1,70 m à 1,78 m, avec des muscles puissants, une magnifique ouverture de poitrine, de bons applombs et des membres en rapport avec leur masse (1 011 kg pour l’un d’entre eux ; Saint-Hubert, à trois ans, pesait 1 004 kg).
Si des chevaux atteignant 1,80 m de taille et 1 000 kg de poids n’étaient pas bien proportionnés, ils seraient des monstres » (Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre 1910 : 61).

  • 155 L’ambition de la Société d’agriculture est d’entrer en concurrence avec le Perche pour le marché sp (...)

16Dans ces évocations, impossible de ne pas reconnaître l’idéal américain, la chimère née du savant dosage de la masse énorme et de l’esthétique du cheval de selle : comme on le laissait entendre dans le paragraphe sur « le marché national et international du cheval de trait » (supra, p. 109), la race noire du Nivernais se pose en rivale du Perche, pour saisir le marché américain du trotteur urbain magnifique155.

Le noir américain, une stratégie pour la « fabrique fin de siècle »

17Le modèle est donc percheron à l’origine, et nul n’en fait mystère. Les hagiographes de la race valorisent, au contraire, les voyages des « ouvriers de la première heure » — des éleveurs en quête d’étalons — vers la plaine de Chartres, travaillée par des légions de grands et beaux chevaux de l’Ouest, à mi-chemin de la capitale. La mode de l’époque les veut en effet entiers. Le repérage et la sélection dans les fermes beauceronnes est effectué par les gens de métier, ces étalonniez qui ont déjà installé les poulinières comtoises dans la Puisaye et en Bazois, dès le début du xixe siècle (supra p. 137). Le croisement comtois/percheron, vers le milieu du siècle, a également été leur fait (supra p. 140). La Nièvre s’ouvre aux chevaux.

18Ce sont des bêtes massives, au modèle déjà régularisé par rapport aux rustiques comtois. Parachevant une amélioration en cours à l’instar de ce qu’il était advenu des bovins charolais un siècle auparavant, la « nivernisation » allait pouvoir s’accomplir, avec son jeu de formalisation de l’apparence et sa mise en scène dans les concours. Il fallait faire vite et fort pour « construire les fondations » et ce type de « marchandise » de grand luxe débordait les compétences et les circuits habituels des étalonniers-marchands locaux. Après un contact décevant avec les redoutables éleveurs percherons, les gens du Nivernais se tournent vers les plus cotés des marchands parisiens, Vidal et Rivière, associés dans cette affaire. Ils sont investis de la tâche de trouver — où bon leur semble, seul compte le résultat — « les six premiers champions qui seront (...) présentés au concours de Nevers en 1874 et vendus aux enchères publiques » (Denis 1905).

  • 156 L’enracinement de ces étalons dits « départementaux » dans la région passe le rite d’attribution du (...)

19Ce contrat passé avec les plus gros négociants de la capitale, qui gèrent, pour partie non négligeable, le marché des reproducteurs européens (les grands modèles passent les frontières), est éminemment révélateur de la tendance à la banalisation de l’apparence morphologique des chevaux, par-delà les types régionaux et en dépit des discours les plus militants sur les races locales (supra p. 106)156.


Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre

  • 157 En 1881, E. Gayot dit de la livrée noire qu’elle est « fort rare aujourd’hui encore dans, la popula (...)

20Quant à « l’invention retentissante de la couleur noire » — c’est-à-dire, pour être plus précis, du brevet dûment déposé de ladite uniformité de robe — elle procède d’un enchaînement logique déjà analysé (supra p. 106). La demande américaine se fait pressante sur le « noir », et les modèles imposants ; les éleveurs, percherons en particulier, sélectionnent en ce sens une partie du cheptel. La Nièvre innove en systématisant ce double principe, en l’élaborant en critère de race obligé157.

21La primauté est donc donnée à la couleur, aussitôt protégée par un label : c’est le caractère le plus marquant, le plus évident au premier coup d’œil, au moment où le modèle-type du cheval de trait se mondialise et se banalise ; car en ce qui concerne l’identité — et l’identification — des différentes races, la confusion règne, on l’a vu, parmi les esprits les plus avertis.

22La forte maxime du comte de Bouillé apparaît comme le fruit d’une expérience de voyageur curieux de son époque, observateur du sens de l’évolution économique, et singulièrement attaché aux faits marquant la vie des grandes races animales, au rythme des expositions internationales. Il a pressenti l’immense prestige qui allait s’attacher à la couleur noire des chevaux de trait, comme il a perçu, avant tout autre, la nécessité de protéger une stratégie raciale de la robe exclusive, par le biais d’un livre des origines. Il a su également tirer parti du travail d’amélioration déjà réalisé par la communauté des étalonniers de la Puisaye et du Bazois.

Le montage administratif et politique de l’opération

  • 158 875 francs par sujet ; pour mémoire, noter la gamme de prix des étalons importés dans la Nièvre en (...)

23Pour faire naître la race qui lui tient tant à cœur, le président de la Société d’agriculture de la Nièvre joue de tous les rouages de son institution. Fort de ses succès et de son expérience de « leader de races » (bovine surtout, ovine également), il obtient une première subvention du conseil général du département, dès 1872. Son objectif est simple : galvaniser les éleveurs par l’attribution de primes aux meilleurs étalons158. Mais il ne rencontre que tiédeur :

Le goût du bon cheval était si peu développé chez les éleveurs de cette époque, que les primes ne purent être distribuées en entier en 1872 et même en 1873, faute de chevaux présentés à l’examen (Denis 1905).

24Les professionnels qui utilisent les services de bons étalons ne manquent pourtant pas, on l’a vu (supra pp. 131-141). On en déduira qu’ils choisissent alors de demeurer à l’écart.

  • 159 La Société d’agriculture achète en 1883 par exemple 3 étalons pour la somme de 10 500 F et les reve (...)

25Piqué au vif, le châtelain de Villars passe à l’offensive. En 1875, il fait voter au sein du conseil général un budget de 10 000 francs pour « mener à bien la création d’une race de chevaux noirs ». Il l’obtient à l’unanimité. Les subsides doivent contribuer à financer l’acquisition d’un lot de géniteurs de haute qualité, appelés à être vendus aux enchères publiques. L’opération va s’effectuer à perte159, mais sous étroites conditions morales : saillies réservées aux seules juments nivernaises, numériquement limitées (à partir de 1878 : 100) et obligation faite aux acheteurs de conserver l’animal au moins 6 ans dans le département.

26Les étalonniers entrent dans le jeu : en dépit du retrait de la prime allouée aux Haras pour les chevaux de trait, il y a affluence lors des ventes qui concernent, entre 1874 et 1880, 41 sujets.

27Pour pallier la défection des Haras nationaux qui intervient au moment où s’amorce le développement de l’élevage, la Société d’agriculture étend sa politique d’incitation aux femelles. Elle se livre elle-même à quelques achats de poulinières, selon le procédé appliqué aux étalons. Mais elle cherche surtout à intéresser les propriétaires de juments au jeu des concours et des primes. E. Lavalard commente ainsi cette pratique :

La Société d’agriculture de la Nièvre a inauguré pour la production des chevaux de trait un nouveau mode d’encouragement. Au lieu de se borner, comme le font les haras et comme elle le faisait elle-même jusqu’ici, à répandre dans le département des étalons approuvés faisant la monte des juments bonnes ou mauvaises, cette société a pensé que l’amélioration de la race serait bien plus rapide en choisissant un certain nombre d’excellentes juments qui seraient saillies aux frais de la société par des étalons d’élite.
Dans ce but, elle a fondé à Nevers un grand concours de poulains, pouliches et juments de gros trait. Les poulains de 6 mois et 18 mois reçoivent des primes graduées selon leur âge et leur mérite ; quant aux juments, les meilleures seront classées pour la reproduction.
Par cette sélection bien entendue, la Société d’agriculture compte arriver à créer une pépinière de bons étalons, dont les meilleurs recevront plus tard des primes importantes, à la condition de faire gratuitement la saillie de juments classées (Lavalard 1894 : 231).



(Bulletin de la Société d’Agriculture de la Nièvre, 1880 : 50-51)



Foire aux chevaux à Nevers
Bulletin de la Société d’agriculture

28E. Gayot, l’hippologue des Haras, est surtout séduit par l’autorité avec laquelle la société savante lutte contre les intérêts immédiats du commerce :

Le système adopté touche à tous les points du cercle. La commission achète des reproducteurs, les vend à des étalonniers privés et en surveille le service ; elle organise des exhibitions publiques et tient des concours, dans lesquels sont distribués des encouragements spéciaux, des primes aux poulinières et aux pouliches, à ces deux catégories, en vue de les soustraire à la vente hors du département. En les retenant ainsi, on compte sur elles pour faire souche (...) (Gayot 1881 : 231).

  • 160 Pour P. Denis, la supériorité de la jumenterie dans le « rayon de Nevers » tient à la présence, dur (...)

29Centre administratif et stratégique de la race, la ville de Nevers exerce un vif rayonnement ; l’emprise sur les éleveurs et l’effet pratique sur la cavalerie sont particulièrement forts dans le Val de Loire, au sud des Amognes et dans l’Entre-Loire-et-Allier. Ainsi peut-on adhérer au point de vue de Lavalard (l.c.) qui voit prospérer l’élevage « surtout aux environs de Nevers, dans la partie du Morvan que parcourt le chemin de fer de Decize au Creusot » (Lavalard 1894)160.

30Avec la décision unanime de « créer un Stud-Book de la race chevaline nivernaise », la Société d’agriculture accomplit le dessein stratégique du comte de Bouille (séance du 28 janvier 1880).

31On voit donc cette société savante, avec en fer de lance son énergique et subtil président, conduire une action audacieuse, totalement novatrice dans sa conception. Pour la première fois en France, une communauté d’éleveurs de chevaux de trait se trouve provoquée, encadrée, entraînée dans un travail d’élaboration de race « à concours ».

32La Nièvre innove avec l’ouverture d’un livre des origines au sein de la population chevaline de gros trait ; elle va également ouvrir la voie d’un processus d’individualisation de races départementales à partir des grandes races régionales qui se sont imposées sur le marché à la fin du xixe siècle. Très actif et très combattu, ce mouvement se déploiera dans les premières décennies du xxe siècle.

PLANCHE 50. Un Stud-Book pionnier pour les chevaux de trait français


Bulletin de la Société d’agriculture

Bulletin de la Société d’agriculture
  • 161 A noter que la Statistique agricole départementale de 1899 donne (sans préciser les catégories du c (...)

33Il est difficile d’apprécier quantitativement l’impact de cette vigoureuse campagne. Pour mémoire, on peut citer les résultats de saillies obtenus en 1881 : sur 16 étalons recensés, 11 ont atteint le maximum réglementaire fixé (100 juments) ; 3 dépassent 80 ; les 2 scores inférieurs (59 et 68) apparaissent à l’évidence liés à la position station-noire des étalons (les autres sont « rouleurs », c’est-à-dire qu’ils circulent de ferme en ferme). La moyenne de saillie est de 92 juments et 56 poulains par étalon, soit 729 poulains, dont 527 sont de robe noire (Bouille 1881 : 129-132)161.

34Nous suivrons, au bilan, le point de vue de R. Musset : « Les produits nivernais devinrent aussi bons que les percherons » (Musset 1917 : 198).

  • 162 A l’extrême sud-est du Cher, à une vingtaine de kilomètres de la Nièvre.

35Et un informateur marchand d’aujourd’hui, fin connaisseur du cheptel du centre de la France, nous confiait, en contemplant les paysages des environs de Blet, qui marquent la transition entre la plaine berrichonne céréalière et les confins du pays d’élevage nivernais162 :

  • 163 La vigne, le maraîchage, l’élevage en « berceau de race », sont des activités qui font la différenc (...)

Ils avaient sélectionné, dans tous ces pays (...) y tournaient à faire des formes. Il y avait de beaux concours dans tous ces pays d’élevage. C’étaient des juments à se mettre à genoux devant, des 900 kg dans ces foires-concours. Il fallait avoir ça dans la peau pour sélectionner, du pognon, et de père en fils. On a la fierté de la race ici, c’est comme en pays vignoble avec le vin [il évoque les derniers temps du commerce des bêtes de trait, dans la période de transition travail-boucherie]163 (XX).

36A l’époque héroïque de la race noire — celle de l’émergence —, E. Lavalard convient de l’efficacité du système mis au point par la Société d’agriculture de la Nièvre :

On trouve ces chevaux de service, à la robe noire lustrée, élevés dans les fermes (...) dont la contenance varie entre 50 et 100 ha [et qui] ont 2 ou 3 juments poulinières, qui sont saillies par des étalons appartenant à la Société d’agriculture (...). Ces dernières années, un certain nombre de marchands allemands et italiens sont venus en enlever une assez grande quantité pour les services des tramways de leurs villes (Lavalard 1894 : 211).

37Lavalard est pourtant un adversaire déclaré des chevaux noirs élevés dans la Nièvre (voir infra p. 195).

38Au terme de son « Rapport annuel sur les étalons départementaux » en 1881, le président de Bouille dresse un bilan positif, qui nous paraît également fondé :

Cette race se transforme et s’améliore ; le nombre des poulains augmente, la vente se fait à des prix rémunérateurs et (...) il nous a été possible d’acheter, cette année, pour le département, un cheval né et élevé dans la Nièvre (...). Plusieurs départements, frappés par l’amélioration de notre race de chevaux de trait, cherchent à nous imiter, et s’organisent pour importer des reproducteurs de trait (Bouille 1883 : 130-132).

39L’objectif suprême, celui d’entrer dans le réseau commercial franco-américain, est enfin atteint au tournant du siècle. M. Girard, directeur des Services agricoles de la Nièvre écrit dans La Vie agricole et rurale de 1917 :

La race nivernaise était créée et elle allait bientôt attirer l’attention des éleveurs américains, car elle remplissait justement les conditions de couleur et de format qu’ils désiraient. En décembre 1902, deux poulains nivernais, âgés de deux ans et demi, appartenant à M. A. Naudin, l’autre à M. Ph. Denis, sont vendus 6 000 francs pièce pour l’Amérique du Nord. En juillet 1903, vingt chevaux partent pour les États-Unis et le Canada. En 1904, Arcole, le premier prix au concours de Nevers, s’en allait aussi dans le Nouveau-Monde, et son propriétaire, M. Félix Carré le vendait un prix énorme (Girard 1917 : 243).

40Comme dans le Perche, la clientèle américaine exige un document écrit attestant l’origine contrôlée (voir La clientèle américaine..., planche 47). La Société d’agriculture relance activement les éleveurs :

La commission administrative du Stud-Book des chevaux de trait français (section nivernaise) a décidé de se transporter (...) dans les différents centres d’élevage du département, à l’effet de procéder à l’examen des étalons, poulains, juments et pouliches de la race chevaline nivernaise de trait, qui lui seront présentés en vue de leur inscription (...).
Il paraît inutile d’insister sur l’intérêt qui résulte pour les éleveurs à réclamer l’inscription de leur jument, afin de pouvoir établir, plus tard, la généalogie des produits, non seulement par le père, mais aussi par la mère, et leur donner ainsi une plus grande valeur.
Les Américains, qui maintenant connaissent la valeur de nos chevaux, font tous les ans des achats dans notre département, mais ils n’achètent que ceux qui sont munis de leurs papiers, et ils exigent l’origine au 4e degré » (Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre 1906 : 146).

41A Nevers, les gros acheteurs américains font sensation au concours de reproducteurs de 1901 :

Parmi les étrangers, citons un grand propriétaire américain, M. Fletcher, qui exploite à Wayre, près de Chicago (Illinois) une ferme immense où il entretient 287 étalons et 235 juments. Il a importé chez lui Castelar (...) qui a obtenu, pendant trois ans, le premier prix au concours de Nevers, puis le premier prix à l’Exposition universelle.
Castelar vient de remporter en Amérique le grand championnat de toutes les races étrangères. Cet étalon avait été acquis à trois ans, par M. Flament, chez un des meilleurs éleveurs du Perche. Le but de la visite de M. Fletcher était de se rendre compte de la valeur des produits issus d’étalons percherons avec des juments nivernaises, avant d’introduire cette dernière race dans sa propriété des États-Unis.
Tous les meilleurs produits exposés à Nevers proviennent de Rameur, Jérôme, Pyrrhus, Brutus, Castelar, etc., étalons percherons.
Les éleveurs de la Nièvre auraient intérêt à faire des chevaux ayant de l’ossature, les forts chevaux étant appréciés par toutes les branches du commerce, aussi bien que pour les travaux de culture et d’étalonnage (Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre, 1901 (1) : 11-12).

42Où l’on voit la machine à fabriquer une race nouvelle se mettre en mouvement, atteindre un certain rendement (la race s’implante sur le marché), sans toutefois parvenir à une véritable autonomie : dans les premières années de notre siècle, les grands reproducteurs mâles sont restés percherons.

  • 164 Les prix moyens des antenais montrent par ailleurs la préférence du commerce pour les mâles : d’apr (...)

43Ces lignes qui vantent les premiers succès internationaux de la race noire disent aussi, en filigrane, toutes les difficultés rencontrées sur le parcours et l’incertitude sur le fond, à savoir l’identité pleinement assurée à la race sur la scène publique. Le texte fait ressortir que la femelle seule, reçoit le qualificatif de nivernaise. La jument donne ses preuves sous le croisement percheron. Comment exprimer plus clairement, sachant le rôle primordial attribué aux mâles dans l’idéologie des éleveurs et du monde du cheval164, que la race doit encore s’améliorer avant d’être consacrée et reconnue sans réserve.

44Dix ans plus tard, un article paru dans le Journal d’agriculture pratique (et reproduit dans le Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre) ne tarit pas d’éloges sur « l’escadron des étalons » qui défile au concours de Nevers :

  • 165 Au Concours central hippique de Paris de 1906, P. Denis expose 14 des 22 sujets nivernais dans la s (...)

C’est M. Denis165, de Lys, qui est toujours le grand triomphateur (...). Ses chevaux forment une masse importante (...), [il] doit se préoccuper surtout, dans son élevage, des désirs des Américains, qui réclament la jument pesant une tonne !
(...) avec quelle rapidité nos éleveurs ont fait disparaître tous les défauts reprochés à leurs chevaux. Les Nivernais, disait-on, ont de mauvais pieds, le pâturon mal fait, la tête grossière et commune, la hanche plus élevée que le garrot. Ils n’ont ni proportion dans leurs formes, ni harmonie dans leurs lignes.
Que les temps ont changé ! (...) En ce qui concerne la question de race, je pense que personne n’osera plus l’agiter. Les chevaux du dernier concours étaient tous d’origine nivernaise, nés et élevés dans le pays. Tous se ressemblaient, avaient un air de famille, une parfaite homogénéité.

45Le rédacteur de l’article paru dans le Journal d’agriculture pratique de 1910 est enchanté par le spectacle des étalons : il se range à leur cause. Cause il y a en effet. Elle n’est toujours pas gagnée, et la meilleure preuve en est, par-delà l’optimisme affiché avec ostentation et l’impérieuse formule de conjuration, que l’auteur relance lui-même le débat sur la race.

L’adversité

46Deux images émaillent les discours de l’époque sur le sujet : l’enfance et la guerre. L’enfance, c’est l’état de dépendance vis-à-vis de ceux qui possèdent le pouvoir de décision (et qui s’efforcent de le conserver). La guerre, c’est celle, multiforme, qu’il faut faire pour modifier le rapport de pouvoir, et s’imposer :

La question de l’élevage du cheval de trait dans la Nièvre est sans contredit la plus importante de celles qui peuvent intéresser notre Société d’agriculture, parce qu’elle concerne une industrie sinon naissante, du moins, il faut bien le reconnaître, encore à l’état d’enfance, par suite de la routine dans laquelle on la tient enfermée (Guerrin 1880 : 91).
L’éleveur nivernais, qui était encore très peu connu, paraissait et était, en effet, bien petit à côté de ces hommes (les Percherons) qui avaient su grandir (...). Un de ces méconnus [un éleveur nivernais] avait cependant la témérité de figurer à cette exposition (Paris, 1889) ; et c’est bien timidement qu’il se présenta pour la première fois en haute société (Denis 1905 : III).

47L’étalonnier hésite entre le constat d’une situation difficile dans l’adversité et un volontarisme guerrier :

Les obstacles ne devraient pas tarder à disparaître devant l’autorité des chefs qui devaient conduire à la victoire. Il [le comte de Bouille] constitua un état-major auquel il confia la mission très délicate de partir, de voir, d’étudier et finalement de ramener les premiers éléments de la race nouvelle (ibid.).

  • 166 Il est probable que le comte de Bouillé n’ait pas pris, au départ, la pleine mesure des difficultés (...)

48Pour vaincre les résistances, l’échéance que se fixent tous ces pionniers est courte. L’exemple de la pleine réussite des charolais leur suggère quelques décennies : à peine deux pour certains (supra p. 159), mais un demi-siècle pour le comte de Bouille, qui a sans doute rapidement mesuré l’ampleur des difficultés à surmonter166. En témoigne ce texte écrit dans le Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre en 1882 :

Le conseil général ne réussit pas dans l’application des primes aux étalons de trait (...). En 1872 comme en 1873, ces primes ne purent être distribuées que dans deux arrondissements, faute de sujets dignes de les recevoir (...). Il ne faut pas, en effet, se le dissimuler, l’industrie privée réduite à ses seules ressources, est impuissante à accomplir pour l’amélioration du cheval ce qu’elle a fait dans notre département pour le perfectionnement des races bovines et ovines (...). Il appartient au conseil général de venir (...) à l’aide des agriculteurs, et de soutenir cette branche de production (...) (Bouille 1882 : 118).

49Le comte de Bouillé en appelait, fait classique en matière de chevaux, à la cause d’intérêt public pour le soutien des éleveurs. Il exhortait le conseil général à la persévérance, en se gardant bien d’interpeller l’organisme d’État spécialisé qui, depuis longtemps déjà, avec l’inspecteur général E. Gayot, avait déclaré la guerre aux éleveurs de chevaux de gros trait (voir supra pp. 114-121).

L’hostilité des Haras : le noir excommunié

  • 167 Le percheron est encensé lorsque les idéologues du cheval de sang croient reconnaître chez lui l’em (...)

50Cheval marchand par excellence et par là même très évolutif, le percheron, on l’a vu, polarise l’attention des théoriciens de la race pure, supérieure, protégée des aléas du commerce167. Le parcours sans faute du percheron, depuis la Poste jusqu’aux Américains, en passant par le roulage rapide de Paris, agace d’autant plus les hippologues que le succès autorise les éleveurs à revendiquer un label de race. Et pas n’importe lequel : l’héritage de l’arabe primordial, antérieur au pur-sang anglais. Cette lutte du monde marchand contre la maison des Haras pour la reconnaissance et la légitimation de la « race » se durcit et se formalise, on l’a vu également, dans la période américaine. Car les riches industriels d’outre-Atlantique, en quête d’historicité, exigent des preuves généalogiques écrites et impriment leur propre marque à l’animal, qui prend alors des formes impressionnantes, et vire au noir (voir supra p. 106).

51Comment les Haras n’auraient-ils pas pris en grippe l’instigateur de cette course à l’origine officielle, à la noble filiation et à la monstrueuse symbiose du sang sous la masse ? D’une génération à l’autre, l’anathème tombe de la bouche du haut personnel des Haras :

  • 168 E. Gayot (voir supra p. 100, note 87 : quelques éléments biographiques) suit de près les évolutions (...)

La question chevaline est toujours et partout théoriquement la même (...). Jamais la discussion n’est fermée, jamais on ne laisse au système de reproduction adopté, le temps de se faire juger expérimentalement d’une manière définitive ; toujours on change ; et grâce à cette versatilité — qui est la règle — on n’arrive à aucun résultat sérieux. On reste dans le commun, dans le grossier, dans l’insuffisant (...). On ne transforme pas plus une race de chevaux en une ou deux générations, qu’on ne fait en un ou deux ans un cheval de cinq ans (...).
C’est toujours, c’est exactement du cheval de trait dont il s’agit, d’un cheval dont on veut seulement régulariser les formes et accroître dans la plus large mesure possible les dimensions corporelles, c’est-à-dire le volume et le poids (...) chez les jeunes surtout (on fait naître dans la Nièvre pour vendre en bas-âge), la dominante c’est la nourriture, la nourriture administrée pendant les premiers mois de l’existence (Gayot 1881 : 233)168.

52Aux cavaliers et hippologues de haute tradition, le privilège de gérer la véritable origine, le sang supérieur des chevaux nobles, l’essence même de l’espèce. Chez cet animal idéal et idéel, tout est chaleur, énergie, vivacité, sécheresse du corps, muscles durs répartis sur un sobre squelette. Le monde marchand est laissé libre — bien à contrecœur — de pousser à la viande et à la graisse comme il est d’usage pour les bovins :

Les éleveurs de gros trait sélectionnent peu sur l’origine. Dans ces races, la carrière des géniteurs est généralement trop courte pour qu’ils aient le temps de se distinguer et les reproducteurs sont interchangeables sans grand mal. Ce qu’on veut c’est du poids, de la taille, de la corpulence ; on achète au quintal métrique, quitte à entretenir des chevaux lourds, sans âme, d’entretien coûteux pour lequel augmente le travail automoteur et diminue le rendement mécanique.
Les éleveurs de gros trait n’utiliseront pas, en vue de la reproduction, d’éléments étrangers à leurs conceptions. Il existe là tout un courant en vue de pousser à la graisse, on veut obtenir le cheval-locomotive et, pour ce faire, on produit le mastodonte adipeux et pléthorique, le cheval d’une tonne (Choin 1918 : 235).

53Le grand siècle du cheval de trait, comme E. Gayot l’a fort justement observé, provoque une révolution dans les techniques de reproduction ; traditionnellement confiné (étalon stationnaire de l’État), le mâle privé se fait rouleur auprès de sa clientèle. Gayot reconnaît honnêtement l’efficacité des saillies effectuées par les nomades :

Effectivement, si dans les vieux traités des Haras, on voit fixé à 20 le nombre des juments à faire couvrir par un reproducteur de race, il n’est pas rare dans le présent, de compter au livre de monte des chevaux de trait, plus de 200 juments dans la même saison, en Angleterre aussi bien qu’en France (...). De la monte de 1877 (dans la Nièvre) (...) nous voyons (...) que la proportion des naissances, qui n’est que de 50 p. 100 pour les sédentaires, s’élève à 67 p. 100 pour les routeurs (...). Disons cependant que ce métier use promptement, non l’individu, mais ses qualités prolifiques ; aussi les rouleurs ne les conservent-ils pas longtemps (Gayot 1879 : 527).

54Les amoureux du cheval fin ont beau excommunier, la réalité économique s’impose ; ils doivent faire la place aux énormes chevaux labélisés. De Choin écrit dans l’article cité plus haut :

Sous l’impulsion des hommes politiques en mal de réélection, qui sont en France la toute-puissance, le service des Haras avait bien dû laisser l’élevage de trait empiéter un peu plus chaque année, les étalons de trait (postiers y compris) étaient bien passés d’une proportion de 31,98 p. 100 en 1912 à 39,74 en 1916 ; mais d’une façon générale les élevages de trait, grâce à la gestion des Haras, avaient des zones délimitées (Choin 1918).

  • 169 C’est la carte dite « Boscher », annexée au rapport sur la loi organique des Haras, du 29 mai 1874. (...)

55Après la Première Guerre mondiale, l’administration du cheval se tient sur la défensive, elle gère le débordement. Quarante ans plus tôt (1874-1875), elle attaquait résolument l’entreprise nivernaise, au moyen d’importantes décisions administratives qui s’appuyaient précisément sur une cartographie des territoires d’élevages, rendue publique en mai 1874169.

  • 170 Le montant des diverses primes d’approbation est par ailleurs nettement discriminatoire : « le taux (...)

56Une fois délimités ces berceaux de race pour le trait, le Conseil supérieur des Haras proposait de réserver les primes d’approbation aux seuls étalons en service dans les régions cartographiées. Le ministre de l’Agriculture signe et entérine l’exclusion de la Nièvre, comme celle de la Mayenne170.

57Le Conseil des Haras avait bien perçu le bourgeonnement oriental et méridional du grand ouest chevalin, et sans doute pressenti l’essaimage des sous-races qu’un farouche désir d’autonomie allait très vite habiter. Par des mesures coercitives dirigées sur le front percheron en pleine effervescence, il entendait bien enrayer le processus à sa naissance.

58Mise en difficulté financière et politique, la Société d’agriculture de la Nièvre interpelle le conseil général du département pour obtenir une subvention compensatoire, et aussi pour qu’il intervienne auprès du ministre de tutelle, seul habilité à faire modifier le fameux zonage.

59Assaillie de réclamations, l’administration des Haras réintègre la Mayenne (Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre 1883 : 56) — limitrophe du foyer percheron — mais résiste au siège que lui fait la Nièvre. En plein travail d’élaboration, la race noire reste à l’extérieur du domaine consacré.

60Mais les Haras ne pouvaient pas tenir longtemps sur la position de refuser toute légalité au roulage privé de gros trait. Le 2 décembre 1882, le Conseil supérieur vote un assouplissement, donnant à l’administration « toute latitude pour faire approuver ou autoriser des étalons de trait, si elle le jugeait convenable, dans des départements situés en dehors du périmètre ».

61Malgré ces amendements à la brutale manœuvre de 1874-1875, les étalons noirs restent perdus, durant des années, dans un vide juridique. En témoigne ce document paru dans le Bulletin de la Société d’agriculture en 1883 :

Nevers, le 9 mai 1883

Monsieur le Président,

  • 171 La crise de confiance des éleveurs nivernais dans le Stud-Book sera durable. Voici par exemple un e (...)

J’ai l’honneur de vous informer, en réponse à votre dépêche du 3 de ce mois, que je n’ai reçu aucune communication de M. le Ministre de l’agriculture au sujet de l’admission des étalons de trait nivernais à l’approbation ou à l’autorisation administrative171.

Agréez, Monsieur le Président, l’assurance de ma considération la plus distinguée.

Pour le Préfet de la Nièvre en tournée de révision :

Le Secrétaire général,

Edouard Ferre

62La mainmise de l’État sur la reproduction des chevaux de trait se concrétise d’une autre manière, avec la « loi sur la surveillance des étalons » (voir supra p. 101) qui met en scène le contrôle sanitaire et le corps des vétérinaires, traditionnels alliés de la maison des Haras.

63Les interdits officiels s’élèvent de toutes parts sur le chemin de la race noire. La carte 5 de Musset, Régions de production et régions d’élevage au milieu du xixe siècle (voir supra p. 126) montre bien l’isolement géographique de ce petit foyer de production en pleine gestation, encore dépendant du Perche pour la remonte des étalons...

  • 172 Arrêté ministériel concernant les étalons approuvés et autorisés :
    — Titre I. — Étalons approuvés : (...)

64Les premiers leaders reçoivent d’autant plus fortement ces interdits que leur préoccupation fondamentale est de porter leur race sur la scène publique, de la faire admettre et reconnaître. La réglementation des Haras pour la monte privée joue d’ailleurs subtilement sur les registres de l’autorisation (tolérance) et de l’approbation (reconnaissance, et octroi de la prime)172.

65Les spécialistes institutionnels désapprouvent la stratégie raciale du noir. E. Gayot (1881, l.c.) contient difficilement son agressivité :

Le point de départ a été la recherche d’étalons supérieurs aux mâles employés jusque-là, et leur importation dans la Nièvre. Une condition sine qua non de leur admission étant qu’ils fussent sous poil noir — un manteau fort rare aujourd’hui encore dans la population, très nombreuse pourtant, de l’espèce de trait.
L’éleveur de la race bovine charolaise-nivernaise, si fort attaché à la robe blanche de son gros bétail (...), paraît non moins attaché à la couleur noire de la robe de ses élèves chevalins. C’est bien le cas de rappeler cette remarque très ancienne, que nous transmettons comme nous l’avons reçue : de gustibus et coloribus non disputandum... ; mais nous permettrons de faire observer que, dans le choix des étalons à introduire ici, l’exclusion de toute couleur du manteau, autre que le noir, n’a pas facilité la tâche de l’acheteur (...).
Rien d’étonnant alors que le médiocre ait pu parfois prendre la place du bon (...). Faisons remarquer (...) que l’uniformité du manteau, chez des animaux qu’on assemble et qu’on expose en public, toujours impose et prédispose en faveur du groupe qu’il distingue. C’est une sorte de trompe-l’œil dont il y a lieu de se méfier dans quelque mesure (Gayot 1881).

66Gayot voit dans le choix d’une couleur exclusive l’un des traits de cette culture marchande qu’il abhorre. La livrée noire viendrait parachever l’entreprise de perversion de l’espèce chevaline de noble essence : démesurément épaissie dans son squelette et sa musculature, enrobée de graisse et de surcroît, porteuse d’un habit factice. Au regard de l’authentique cheval de sang, le « trait » est faux, et ce noir orgueilleux qui marque la fin du grand siècle du roulage (avec l’apogée de la traction chevaline) l’est plus que tout autre.

67E. Lavalard (voir supra p. 100, note 87) va encore plus loin que Gayot, son partenaire de jury de concours. Pour lui, la mode du noir absolu, qui l’emporte dans les deux dernières décennies du xixe siècle, a dénaturé les pures races blanches françaises :

La Direction des Haras, dès le général Fleury sous l’Empire, avait exclu les robes grises de la reproduction (...). On prétendait (...) que les chevaux de cette couleur se voyaient de trop loin dans les reconnaissances à la guerre (...). Les étrangers ont demandé des robes sombres, au détriment de la pureté d’origine des chevaux qu’ils voulaient acquérir (...).
J’ai constaté que les chevaux percherons sont généralement de robe claire, et c’était une grave erreur des acheteurs étrangers, surtout américains de donner la préférence aux robes sombres. En effet, regardez, parmi nos effectifs si nombreux à la Compagnie générale des omnibus, les caractères présentés par les chevaux entiers de provenance percheronne ou boulonnaise, les types présentant la couleur claire de ces races, et ceux de couleur sombre (...) et vous verrez les premiers présenter tous les caractères zoologiques de leurs vraies races, tandis que ceux de couleur sombre accusaient les formes et surtout les membres et les jarrets défectueux des races avec lesquelles on les avait mélangés. Considérez un cheval percheron ou un cheval boulonnais mareyeur, et vous verrez les conditions d’énergie et de vivacité que vous ne rencontrerez jamais chez les chevaux créés avec les races étrangères qui, avec la couleur, ont donné en même temps de mauvais jarrets, et un tempérament bien inférieur à celui de ces deux belles races.
Aussi suis-je étonné d’entendre dire qu’il existe une race nivernaise de chevaux de trait, parce que les éleveurs lui ont donné la robe noire. Il suffit d’examiner ces animaux et de les comparer aux vrais percherons pour voir les différences qu’il existe entre cette race de premier ordre et ces métis, qui ont apporté tous les défauts des races donnant la couleur noire (...).
Notre confrère, M. Poubelle, ici présent, avait, sur mes conseils, acheté des percheronnes grises, pures de race, auxquelles il avait donné des étalons arabes. Il pourra vous dire les produits exceptionnels qu’il a obtenus (Lavalard cité par Vacher 1905 : 84-86).

  • 173 Bourgeois et aristocrates, également théoriciens de l’élite et idéologues de la race chevaline d’or (...)

68De la théorie de la race animale pure, au racisme et à l’eugénisme...173. Ces propos nous replongent dans l’univers idéologique de la bourgeoisie française à la fin du siècle dernier. Le culte de l’arabe chez l’espèce chevaline — dans lequel les humains se mirent jusqu’au vertige — serait-il le pôle inversé de l’antisémitisme et de la xénophobie ambiantes ?

PLANCHE 51. L’image flottante de la race


er



Dactylo, 1er prix




Danseur, 2e prix




Départ, 3e prix




noire, spectaculaire







Larousse agricole

69En évoquant le bidet morvandiau (supra pp. 76-84), nous avons eu l’occasion d’aborder le thème fondamental de la lutte idéologique entre la bourgeoisie savante et l’aristocratie, par la médiation de l’animal emblématique. Un animal-chimère, que l’on chargeait de deux idéologies et vers lequel convergeaient deux cultes : celui de l’Orient, et celui de la civilisation indo-européenne qui passionne alors les savants. Dans sa récente Histoire de la psychanalyse en France, E. Roudinesco écrit :

Pour devenir un antisémite conséquent, l’homme moderne devra s’identifier à la noblesse antique des conquérants indo-iraniens de race blanche qui eurent l’intelligence, des siècles avant notre ère, de soumettre à leur loi d’airain les populations aborigènes au teint sombre et au crâne rondouillard.
Avec l’antisémitisme, la bourgeoisie française de la fin du xixe siècle a enfin trouvé du côté de la race le mot qui lui manquait pour conquérir la noblesse dont l’Ancien Régime l’avait privée. Revanche inouïe sur la révolution de 1789 : contre la noblesse de sang, la bourgeoisie avait proclamé l’égalité des peuples, des hommes et des nations. Au nom de la science, elle reprend maintenant son dû en proclamant son culte d’une race élue et supérieure (Roudinesco 1986 : 187).

70La question de la couleur des chevaux déclenche une polémique nationale, provoque de violents argumentaires. La conviction des leaders de la race noire vacille. En 1875, dans sa requête auprès du conseil général pour obtenir la réintégration dans le « berceau » des animaux d’origine, la Commission d’achat des étalons plaide l’extension du « noir pur » aux « couleurs sombres » (bai, bai-brun, alezan brûlé) pour le recrutement.

71Mais le comte de Bouillé persiste sur la voie étroite qu’il a tracée, et il fera passer le principe du noir, en dépit de l’opposition qui resurgira régulièrement au sein de la Société d’agriculture.

  • 174 Voici les définitions contenues dans l’Encyclopédie du cheval (1964-1974 : 26) :
    Blanche (robe). Rar (...)

72L’épisode haut en couleur du binôme Perche-Nièvre a vivement marqué le monde du cheval et laissé des traces évidentes. Il se pourrait que le fameux interdit de penser le « blanc », et surtout le « noir », qui frappait les candidats à l’examen d’équitation du premier degré de ma génération, ait surgi dans ces époques troublées174.

73Aujourd’hui encore, le personnel des Haras s’interpose entre les éleveurs et les acheteurs étrangers en quête de poil noir, qui ne s’encombrent pas de subtilités sémantiques :

  • 175 La même enquête, poursuivie dans le milieu marchand à Paris, livre l’information suivante : « Je me (...)

Encore à l’heure actuelle, vous avez des vieux palefreniers des Haras, je suis embêté avec ça, pour eux la robe noire n’existe pas. Dans le cheval de sang, il n’y a pas de noir. Il y a des noirs, aussi noirs qu’une jument noire (nivernaise), mais ils disent bai-brun. Ils mettent bai-brun sur nos papiers percherons ou nivernais, il faut que je fasse changer après. Si je présente un cheval comme ça aux étrangers, avec le papier marqué bai-brun, ça va pas. On dit noir, mais le noir n’existe pas (enquête dans la Nièvre, 1985175 [III]).

74L’institution gardienne de l’espèce chevaline s’oppose donc sans mystère à l’entreprise nivernaise. P. Denis écrit dans l’avant-propos de son article « Le cheval nivernais » :

Je ne demanderai certainement pas à ces messieurs de reconnaître les mérites de nos chevaux, sachant très bien que par amour de carrière ils n’aiment pas le cheval de trait, mais ce que nous pourrions leur demander (...) ce serait d’être un peu moins exclusifs et plus équitables (...). Sachant reconnaître les qualités d’autres races (de trait) ils ne voient, par parti-pris, que des imperfections et des défauts dans la nôtre (Denis 1905).

75L’étalonnier se plaint, à juste titre sans doute, de la subjectivité des jurys de concours statuant sur les représentants de la race noire. Mais il n’en demeure pas moins que le cheptel équin de la Nièvre, par comparaison avec d’autres régions, présente des faiblesses : il reste numériquement réduit, et culturellement peu investi par des éleveurs que comble la production bovine.

Faiblesses intrinsèques de la population chevaline nivernaise

76Un an après l’ouverture solennelle du livre des origines, un vétérinaire du pays soumet à la Société d’agriculture un « mémoire sur l’élevage du cheval de trait » qui dresse un état sévère de la jumenterie :

(...) la perfection est loin de l’ensemble de nos juments de trait. Généralement elles ont la tête trop forte, trop lourde ; l’encolure trop courte ; la tête, par suite, semble collée dans les épaules. Grave défaut, aussi bien au point de vue du travail, l’animal étant peu souple dans ses mouvements, qu’à celui de la vente, parce qu’il enlève l’élégance (...), le garrot est généralement trop bas (...), la côte est presque toujours trop courte et souvent plate. On rencontre aussi, assez fréquemment, un rein mal attaché (...) (Guerrin 1881 : 96).

77S’il reconnaît la fréquence d’une conformation athlétique des épaules et de la croupe, il enchaîne sur l’insuffisance notoire des membres, concluant sur cette forte image :

Ce sont ces juments qu’on a comparées à de magnifiques édifices péchant par la base. Et ce défaut est tellement généralisé qu’il constitue à nos yeux un caractère des races de chevaux de la Nièvre (ibid.).

78Un bilan cruel, d’autant qu’il l’assortit de considérations peu amènes sur le système d’élevage et d’utilisation local. Il est pourtant approuvé sans réserve par les membres de la Société qui l’examinent, et publié dans le bulletin (1881 : 91-102).

79Que croire ? Ce jugement impitoyable sur le modèle courant de la jumenterie, ou le dithyrambique commentaire sur le concours de Nevers de 1910, avec les étalons de rêve qui séduisent les Américains (supra p. 188) ? L’un et l’autre sans doute, et surtout l’un et l’autre dans leur contexte.

  • 176 Faute de moyens financiers suffisants, les épreuves réservées aux poulinières et aux pouliches disp (...)

80Trente ans se sont écoulés entre les deux descriptifs qui, par ailleurs, s’attachent à des objets différents. Le premier concerne la fine fleur de la production, ces mâles triés sur le volet pour l’exercice singulier du concours. Le second considère la cavalerie de base, la cohorte plus ou moins obscure des femelles, peu touchées, finalement, par les concours176. La jumenterie est en pleine mutation. Dans les années 1880, les importations américaines ont commencé ; la mode des géants noirs se répand dans les campagnes :

  • 177 Ce passage éclaire les présupposés du vétérinaire Guerrin, qui ne nous sont pas étrangers. Comme La (...)

Il est fâcheux que le grand commerce exige plus gros que (...) ce type de juments carrées, près de terre, trottant et pleines de vigueur, qu’on rencontre encore (...). Ne laboure-t-on pas aussi bien, la moissonneuse n’est-elle pas mieux conduite avec des juments de moyenne grosseur qu’avec ces énormes bêtes, véritables mastodontes à allures de tortues, qui ne peuvent marcher que dans la raie, si on ne veut pas courir le risque de voir endommager le travail par leurs pieds ? (Guerrin 1881 : 92)177.


Bulletin de la Société d’agriculture

Bulletin de lu Société d’agriculture

81Les achats américains font flamber les prix, et le recrutement des étalons départementaux se tarit :

La dernière importation d’étalons départementaux s’est faite dans des conditions beaucoup plus difficiles que les précédentes.
L’Amérique et l’Allemagne ont fait en France, depuis le commencement de 1881, de nombreuses acquisitions de chevaux et ont enlevé à des prix supérieurs à ceux qui ont été payés jusqu’ici, les meilleurs reproducteurs des races percheronnes et boulonnaises. Aussi la commission (...) n’a-t-elle pu trouver au mois de septembre les étalons d’élite qu’elle recherchait. Une délégation s’est rendue dans le Boulonnais afin de voir plusieurs étalons qui avaient été signalés comme étant des plus remarquables, et qu’elle n’a pas trouvés à sa convenance. A son retour à Paris, elle s’est rendue chez MM. Rivière et Vidal, marchands de chevaux. Elle n’a pas non plus trouvé chez eux de chevaux dignes de son choix » (Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre 1881 : 144, 160-161).

82Interviewé par un journaliste du quotidien Le Fermier (repris par Le Moniteur de la Nièvre le 8 avril 1892), l’étalonnier Léon Lhoste donne les renseignements suivants :

Cette mission [l’achat d’étalons à robe noire dans le Boulonnais et le Perche] était très difficile à remplir, les délégués ne rencontrant pas toujours ce qu’ils voulaient dans ces contrées de production. Bien malgré eux souvent ils revenaient à Paris, s’adressaient à MM. Rivière et Vidal (...). On comprend que dans ces conditions les prix d’achat étaient assez élevés (...) et bien que réunis avec beaucoup de soins et de démarches, [les chevaux] n’étaient pour la plupart pas des animaux de premier choix (V.B. 1892).

83Pour grossir le cheptel, on accouple par ailleurs des gabarits par trop dissemblables : Guerrin observe les premiers temps du processus d’absorption, et décrit sans doute objectivement un déséquilibre morphologique général (Guerrin 1881). Girard, directeur de l’Office agricole départemental de la Nièvre, écrit en 1928 :

Par suite de la demande américaine qui exigeait des chevaux puissants et lourds, par suite de l’origine de la race qui, au contraire, expliquait un type moins important, notre race a évolué entre ces deux pôles d’attraction (Girard 1930).

  • 178 « Dans la décennie 1920-1930 », nous dit un rapport manuscrit sur l’enquête agricole de 1929, « 120 (...)

84La métamorphose est longue, lente, mais elle s’accomplit sûrement : nul doute qu’elle puisse conduire, dans ses formes les plus élaborées, aux étalons de luxe qui éblouissent l’auteur du Journal d’agriculture pratique de 1910178.

85Mais les tout premiers leaders de la race vivent mal la lenteur de la gestation, et le front de résistances qu’elle soulève. P. Denis exprime son malaise dans ces termes : « Il y a près d’un demi-siècle que la race existe. Il semble que dans ce laps de temps, on aurait pu arriver à lui donner la célébrité qui ne se discute pas » (Denis 1905).

  • 179 La « base » évoquée par Guerrin est constituée par les pattes, et également par les pieds. La mauva (...)

86Avec son réquisitoire en règle contre les « races nivernaises » qui se caractériseraient par de « magnifiques édifices péchant par la base »179, le vétérinaire Guerrin dit-il autre chose que l’inquiétude sur la légitimité de l’entreprise, à l’origine même du processus de création ?

87Cette histoire si laborieuse pourrait bien éclairer les propos d’informateurs d’aujourd’hui, qui témoignent d’une représentation collective de la race plutôt négative. On a rapporté, à la fin de l’introduction de cet ouvrage, le jugement sans appel du marchand parisien : la tactique des gens du négoce consiste, c’est bien connu, à tirer parti des faiblesses de l’autre. Le jeu était facile ici, avec cette image mal assurée de la race et jamais véritablement consolidée au travers de l’histoire. Des entretiens récents avec des éleveurs nivernais montrent une tendance persistante à l’auto-dévalorisation.

88Et d’abord, la confusion :

Nivernais, c’est percheron, mais nivernais c’est noir, percheron c’est gris. C’est tout nivernais, mais c’est pas pareil (III).

89Et puis, la formulation du constat d’impuissance à atteindre l’idéal esthétique incarné par le percheron :

Les percherons sont plus fins que les nivernais... ils ont du chef (VII).
— Ils étaient un peu feuillus [les pattes très poilues], ces nivernais, l’ancienne race, patouillards.
— Oui, ils avaient assez de poils, une grosse tête, et longue, avec de grandes oreilles. Le percheron, lui, a le front large, plus de bec, de la distinction, de l’encolure, et la patte plus propre. Le percheron, il sort d’un cheval arabe
(XIX et XX).
La nivernaise n’était pas très jolie, un peu cornue [anguleuse], grande (I).

90Nous revoilà, de fil en aiguille, dans les dédales du questionnement sur le beau cheval. P. Denis le formule avec une belle puissance évocatrice :

Le caprice par le cheval idéal fut bientôt une ivresse, surtout dans le Val de Loire ; tout fut sacrifié à la robe ; il se produisit alors des déceptions du côté de la puissance des membres (Denis 1905).

  • 180 Dans La Vie agricole et rurale de 1931, A. Spindler écrit : « Les éleveurs du Nivernais avaient ame (...)

91Éternel second du percheron, incarnant son double « paysan »180, le nivernais n’aurait-il pas vraiment réussi à naître sur le plan symbolique, c’est-à-dire acquérir ses « titres de noblesse » ainsi que la « célébrité » qui ne se discute pas ? Aurait-il jamais vraiment existé en tant que race ?

92Ce n’est pourtant pas faute d’avoir cherché à faire le poids (« si des chevaux atteignant 1,80 m de taille et 1 000 kg n’étaient pas bien proportionnés, ils seraient des monstres », supra p. 177) ni joué la carte de l’effet spectaculaire (« il se distingue tout d’abord par sa robe d’un noir brillant à reflets presque bleutés... ensemble puissant, nerveux, élégant, souple et je ne sais quoi de léger », supra p. 197).

93Pour faire le poids dans l’adversité, il eût fallu des effectifs nombreux. Or les rangs resteront toujours clairsemés :

Malgré les efforts les plus louables de la Société d’agriculture de la Nièvre, le livre généalogique ne compte guère plus de 3 300 inscriptions, dont 1 400 sujets mâles et 1 900 sujets femelles » (Denis 1905).

  • 181 Il faut se garder de prendre « au pied de la lettre » ces chiffres livrés par R. Musset. Le Bulleti (...)

94A la même époque exactement, le Stud-Book percheron compte 70 000 bêtes — contre 45 000 en 1900181. Et en 1910, la Société d’agriculture de la Nièvre écrit à l’intention de ses adhérents :

Les Américains qui ne connaissent encore qu’imparfaitement notre race de chevaux nous conseilleraient, paraît-il, d’étendre notre Stud-Book, de l’augmenter considérablement (Bulletin de la Société d’agriculture 1910 : 26).

95La même année, quelque 320 « taureaux reproducteurs de race blanche » se pressent au concours hivernal de Nevers. Les éleveurs d’étalons exhibent d’impressionnantes bêtes noires ; mais ils sont seulement 45 à rivaliser avec les bovins. En 1926, les syndicats hippiques, regroupés en fédération, gèrent 15 étalons pour 1 500 juments déclarées (Girard 1930 : 136).

96Autres chiffres révélateurs, qui débordent le monde relativement fermé des concours pour englober l’ensemble de la population départementale des grands animaux domestiques : le recensement agricole de 1899 dénombre 195 360 bovins, contre 26 230 chevaux.

Le bovin roi

  • 182 « L’élevage nivernais compte environ 15 000 poulinières qui, dans l’ensemble sont d’un bon modèle : (...)
  • 183 Progression remarquable, puisqu’en 1783 (supra p. 39), l’inspecteur De Soultrait relevait leur rare (...)

97Si l’on détaille ces données brutes, on trouve un nombre à peu près équivalent de bœufs de trait (24 360) et de chevaux (26 230). La source consultée (Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre 1900 : 18) ne décompose pas la rubrique chevaline. Mais la comparaison de deux cartes dressées par R. Musset, celle des naissances de poulains en 1892 et celle des effectifs globaux, confirme bien ce qui ressortait du paragraphe « Le déplacement Morvan-Nivernais » (supra pp. 125-142) : la masse et la qualité des juments augmente, avec un cours élevé persistant pour les poulains de gros trait dans l’ensemble de la France septentrionale, sur la fin du xixe siècle et au début du xxe182. Mais cette croissance est inégale dans le département, et surtout, le développement des effectifs chevalins ne signifie pas qu’il y ait une véritable substitution des chevaux aux bœufs dans les travaux agricoles et forestiers. Tout porte à croire, au contraire, que les poulinières « améliorées » ne détrônent pas les bœufs dans la fonction de trait. Et le rôle des poulinières dans l’éventail des tâches de traction paraît d’autant plus réduit que le recensement de 1899 donne 10 390 ânes en Nivernais183.







Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre


Bulletin de la Société d’agriculture

Des bœufs, des chevaux et des tracteurs

98L’attachement manifesté aux bovins de travail est l’un des traits saillants de l’enquête conduite ces dernières années auprès d’éleveurs et d’artisans du département :

Dans le temps, ici, avant 1940, il y avait des bœufs qui roulaient le bois. Il y avait des fermes qui ne se servaient que des bœufs, mais surtout dans le Morvan, en pays accidenté (III).
Quand je suis arrivé en 1940, j’avais une clientèle de quatre cents juments à ferrer sur la commune, mais aussi beaucoup de bœufs. Il y a un versant raide, en allant sur le coteau, c’est dur, c’est dur ! Les bœufs ça allait beaucoup mieux, ils montaient les côtes tandis que les chevaux, quand ils se voyaient dans une pente, ils se cabraient et ne voulaient plus monter. Mais il ne fallait pas être pressé. Heureusement qu’il y avait des arbres. Tiens, il est quand même passé de l’autre côté ! Il fallait longtemps pour faire un hectare (XVI).

99Dans la région de Verneuil, le long du canal du Nivernais, un couple se souvient de son installation, en 1946 :

On a commencé avec des bœufs, trois paires qui travaillaient, de trois-quatre-cinq ans. Tous les ans, on vendait les cinq ans, on les remplaçait par des petits veaux de six mois. Puis on est passé aux chevaux, en 1952, quand il y a eu la fièvre aphteuse qui a décimé les bœufs. Le cheval valait le double. On a acheté dressé, on ne connaissait pas et puis la pouliche qui est venue après, on Ta faite dresser par un voisin qui était charretier de bois. Il y a des voisins, là, sur trente ha, ils avaient quatre juments noires et des poulains, ils allaient au concours de Decize. Nous on n’y allait jamais (XVII).

100Dans cette même région, mais dans une ferme plus importante qui produit, aujourd’hui encore, des bêtes de concours :

En 1932, on avait six bœufs et une attelée de chevaux, sur soixante ha de culture, plus de la moitié de la ferme. Dans ce temps-là, toutes les fermes avaient des bœufs. A la foire de Decize, il y avait toujours des paires de bœufs qui partaient dans le Nord. Ils emblavaient, étaient engraissés l’hiver et ça recommençait Tannée d’après. Ici les bœufs étaient dressés à deux ans, duraient trois saisons, étaient vendus à l’automne.
En 1931, en s’installant, on avait trente et une pièces de terre. En 1951, on en avait quatre-vingt-quatorze, et treize chevaux. Toutes les fermes n’avaient pas de chevaux, certaines avaient douze bœufs. C’était plutôt les grosses fermes qui avaient les chevaux, ils allaient plus vite. Mais il y avait des fermes où il y avait un attelage de chevaux et un attelage de bœufs en même temps, qui faisaient le même travail. Les gens aimaient partir avec les six bœufs qui se suivaient, attelés deux par deux, C’était plus beau que les chevaux. On a eu des bœufs jusqu’en 1940, ils ont été réquisitionnés pendant la guerre. Et les bœufs n’étaient plus à la mode. Pourtant un joug garni durait une vie d’homme, un collier, ça coûtait plus cher, il fallait le faire réparer au moins une fois par mois pour qu’il ne blesse pas (I).

101Considérant le fil de sa propre histoire, ce septuagénaire fait comprendre la logique du choix du partenaire de travail à la ferme, qui reflète l’amélioration progressive du niveau de vie, d’une génération à l’autre :

Du temps de mon grand-père, à Saint-Seine (extrême sud-ouest du Morvan), dans la petite propriété, il y avait les vaches adroites [dressées]. Il y avait des ânes, dans les petites bricoles, on labourait avec, à trois-quatre. Mon père avait des bœufs ; il y avait des vaches aussi, mais dans les petites fermes. Dans le temps, ici [environs de Verneuil], on labourait avec les bœufs, jusqu’à huit avec le brabant, ça allait plus lentement, mais ils fatiguaient moins. Il y avait un domestique qui aimait dresser les vaches, des blanches à veau, mais seuls les bœufs travaillaient. C’était un enfant de l’Assistance publique qui a réussi à monter sa ferme.
Après on s’est mis, même dans les buttes de Verneuil, à quatre juments de file et deux juments de côté pour soutenir le brabant, c’est des terres fortes, des bonnes terres, mais difficiles à travailler
(I).

102Dans cette trajectoire familiale, on voit donc se succéder, au fil du temps et des migrations dans l’espace : les vaches, d’abord, sur la terre ancestrale du Morvan, puis les bœufs, sur la nouvelle exploitation des coteaux du Val de Loire ; tard enfin, et brièvement, les juments qui sont l’orgueil de la famille :

On a commencé les concours en 1934, à Cercy. Deux noires, deux pouliches de dix-huit mois. L’année d’après, on en a amené douze, des juments et leurs poulains... Pour le travail, on nattait la crinière mais pas de la même façon que pour le concours. La crinière ne tombait pas sous le collier, ça échauffe moins. Mais tout le monde ne le faisait pas. On était fier de nos chevaux ! (I)

  • 184 Le nattage pour le travail est loin d’être un fait général, et mériterait une analyse comparative r (...)

103Anodine en apparence, la pratique du nattage met bien en évidence le caractère d’exception de cette culture chevaline familiale, qui paraît liée, chez cet informateur comme chez d’autres, à l’activité de débardage des bois184 :

J’ai commencé dans les années 30, pour des particuliers et des marchands. Il y avait une usine et quelques coupes dans le coin. J’ai roulé beaucoup de bois, je faisais ce que je voulais des juments. Il y a des gens qui restaient en rade dans les bois, moi jamais, je savais les faire tirer toutes à la fois. Une fois, pour partir en journée, je n’avais que deux juments, j’ai pris une pouliche bonne à dresser, je l’ai mise au milieu, le soir elle était à moitié rendue, le lundi elle a rentré du bois (...). On venait me chercher pour faire tirer la batteuse, quatre tonnes et demie, avec deux ou trois juments attelées en flèche (I).
Mon père dressait les pouliches pour les voisins, c’était pas toujours commode. Il avait roulé du bois. Un jour, il a emmené une jument de quatre ans jamais prise avant. Le roulage à pied, les traits accrochés au pied des chênes, c’était crevant pour les chevaux, il fallait des chevaux dociles, qui ne craignent pas les coups (V).

PLANCHE 54. Portraits de grands raceurs


(a)

(b)
er

(c)

104Toujours « bien mis », mais également bons travailleurs, spécialistes du roulage des gros bois, tels apparaissent les étalons, en représentation permanente :

le cheval était habillé, (...) un lapis, avec des plaques de chaque côté, prix d’honneur, premier prix, le nom, le nom de l’étalonnier, des rubans qui allaient sous la croupe, sous la queue, qui tombaient de chaque côté. A l’avant il y avait un cœur qui s’accrochait devant la poitrine (...) ils ne rentraient jamais et la maison. C’était joli quand ils partaient en mars, des fois, sept, huit, le même jour, allant chacun dans leur direction. Dix étalons, dix palefreniers, pour servir I 200, I 300 juments. Un étalon, une année, a rapporté 233 juments payantes ! On faisait l’étalonnage, et aussi le roulage de bois. Toujours douze-quatorze chevaux, sept-huit attelées de file pour tirer les gros chênes qu’on amenait à la scierie (III).

105Les charretiers du bois s’entraident, en particulier pour dresser :

On roulait à deux ou trois, avec six-neuf chevaux. Moi j’en avais cinq, je me mettais en équipe avec deux autres, l’un en avait un, un autre deux [des juments]. C’est Ici qu’on dressait les pouliches (IV).

106Même si les charretiers débardeurs reconnaissent les bons services des bœufs, ils savent que le cheval doit finir par l’emporter, parce qu’il répond mieux à l’accélération des rythmes du travail et des échanges :

Avec les chevaux, on allait plus vite qu’avec les bœufs. Ils étaient plus faciles en attelées. C’est venu d’un temps où il fallait aller vile (...). Les bœufs travaillaient alors beaucoup moins, ils faisaient les emblavures au printemps. L’été, ils étaient au pré, les juments faisaient tout le travail, ça allait mieux (IV).

107Ce « temps où il fallait aller vite » consacre donc l’espèce chevaline dans les travaux agricoles et les transports. M. Girard souligne bien, en 1917, la supériorité nouvelle de l’espèce chevaline, à la fois véloce et polyvalente :

Chaque ferme possède une ou deux attelées de bonnes juments noires qui, en même temps qu’elles travaillent, sont également utilisées à la production de poulains. Les juments nivernaises font tous les travaux possibles : elles effectuent les charrois, les labours, elles traînent les faucheuses, les moissonneuses et souvent aussi elles sont attelées à la voiture ou à la charrette, pour conduire le fermier aux foires et aux marchés de la région (Girard 1917).

108Brève consécration ! La génération qui opère ce changement technique, dans l’entre-deux-guerres, adoptera bientôt le tracteur :

Dans ce coin, entre Loire et Allier [château de Villars à cinq km, au sud de Nevers], ce sont des grosses fermes en propriété, beaucoup, (...) de bons éleveurs qualifiés. Ici [les terres du château], du temps de mon grand-père déjà, il n’y avait pas de bœufs, il n’y avait que des chevaux. Mais dans les fermes il y avait des bœufs, j’en ai connu. Il y en a qui préféraient les bœufs, d’autres des juments, d’autres à la fois. Il y a eu des bœufs jusqu’à la Grande Guerre, 1920-1925. Après il y a eu exclusivement des chevaux et en 1930 ont commencé les tracteurs (VIII).

  • 185 Ceux qui fréquentent, par ailleurs, le concours de Nevers (supra, p. 156).

109Ce témoignage provient de R. de Bouille, le petit-fils de Charles, président de la Société d’agriculture (supra pp. 166 et 175). Il donne, à demi-mot, toute une chaîne de corrélations. La localisation géographique du « berceau » de la race noire s’expliquerait en grande partie par la structure foncière et le mode de faire-valoir (les « bons éleveurs qualifiés », dans « de grosses fermes, en propriété, beaucoup »). Mais ceux-là mêmes qui innovent dans les exploitations les plus vastes et les riches185 avec les belles attelées noires médaillées en concours, devront bientôt abandonner la traction animale, pour suivre le progrès agricole. Le changement technique va s’opérer partout, mais avec un décalage d’une région à l’autre.

110Quand M. Girard voit « une ou deux attelées de bonnes juments noires » dans « chaque ferme » en 1917, il généralise à l’évidence une situation socio-économique très diversifiée, à la fois dans l’espace et dans le temps. L’Entre-Loire-et-Allier et la proche région de Nevers ont un pôle opposé : le Morvan. Un informateur de la région de Corbigny, à la limite de la montagne en polyculture et des riches collines herbagères, fait le raisonnement suivant :

Le Morvan, c’est tout granit, c’est la montagne, vous achetez des bêtes de par en haut pour les mettre en bas, elles vont bien, le contraire non. Le Morvan, c’était les bœufs. Et il n’y a pas encore si longtemps. Il y en a encore deux ou trois paires. C’était plutôt bœufs là-haut et chevaux ici. Du temps de ma mère [celle qui parle a une soixantaine d’années] aussi, de ma grand-mère aussi. Peut-être, dans son jeune temps... (XV).

111Le témoignage d’un ancien étalonnier confirme :

  • 186 Une courte enquête réalisée en Morvan central (Gouloux) au cours de l’automne 1987, apporte les pré (...)

Les bœufs, c’était surtout dans le Morvan, accidenté. Ici [région de Decize], il y avait aussi des bœufs qui roulaient, mais c’était avant 1940. Dans le Morvan, ils ont tout doucement laissé tomber les bœufs186 (III).

112A l’intérieur de la même région, d’une structure d’exploitation à l’autre, l’attelée de juments continue, comme dans les siècles passés (voir supra p. 57) à marquer la différence sociale. Les propos de l’éleveur de sujets de concours d’aujourd’hui, comme celui de R. de Bouille sont éclairants sur ce point. Ils rejoignent celui d’un membre de la Société d’agriculture, s’exprimant dans le bulletin, en 1882 :

Les fermes un peu importantes entretiennent en moyenne trois à quatre juments, qui font tous les charrois sur les routes, labourent mieux que les bœufs par les temps les plus humides, ce qui ne les empêche pas d’élever de bons poulains... (Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre 1882 : 39).

113Pour le travail agricole et forestier, le tracteur va bousculer tout à la fois les bœufs et les chevaux :

En comparant la statistique de 1913 à celle de 1929, nous voyons la diminution des bœufs (...). Cette diminution de 25 000 à 10 000 bœufs porte surtout sur les animaux de 4 à 5 ans ; elle est la conséquence du remplacement des bœufs par les chevaux et par les tracteurs pour les charrois dans les bois et sur routes, pour les travaux des champs, comme aussi la suite de la diminution des terres cultivées. L’augmentation des prairies est en rapport (Commentaire manuscrit de la Statistique agricole de 1929, Archives départementales de la Nièvre).

114Dans l’entre-deux-guerres, la lente motorisation de la campagne nivernaise ne gêne pas la progression du nombre de chevaux : 26 230 têtes en 1899, 31 683 en 1913 et 34 756 en 1929. Mais elle les confine de plus en plus à la fonction de reproduction. Une dangereuse spécialisation, sur le plan du statut culturel de l’espèce chevaline, qui ne fait qu’accroître le traditionnel déséquilibre du rapport de force entre les bovins et les équins.

Des poulains sauvageons, mangeurs de refus

115Dans les échanges internationaux, la race noire de la Nièvre est avant tout représentée par des poulains qui mangent l’herbe derrière les bœufs. La carte nationale du rapport du nombre de chevaux au-dessus de trois ans au nombre total dressée par Musset pour 1906, montrait la Nièvre en bonne position, avec 27 % (supra planche 53). En 1929, ce pourcentage a encore augmenté (30 %).

116Ce sont de beaux poulains, massifs, issus d’un élevage globalement amélioré. Les foires de la Nièvre attirent une foule de marchands des départements limitrophes : pour les mâles, ce sont le Cher, l’Indre, l’Yonne, le Loiret, mais aussi le Perche (Orne, Eure-et-Loir) ; quant aux femelles, elles sont recherchées par des « négociants de Dijon, de Lyon, de Belfort, de Genève, de Marseille ». Parmi les observateurs de ces actives transactions, on en retiendra deux, émanant de personnalités plutôt critiques quant à la race noire :

117En 1906 :

Les éleveurs nivernais paraissent satisfaits. Cependant, on constate que leur percheron nivernais est exigeant comme nourriture, peu précoce ; malgré cela chevaux et poulains sont de vente facile (Dechambre et Rossignol 1906).

118En 1922 :

Aptes au service de la culture et du gros trait, ces chevaux sont exigeants comme nourriture et de tempérament lymphatique, ils se vendent néanmoins très facilement (Larousse agricole).

119La marchandise qui se négocie si bien dans les foires ou dans les vastes prés de la Nièvre, c’est la production des emboucheurs, sans carte ni origine contrôlée.

  • 187 Ou du moins, plus récemment généralisé. En 1819, rappelons-le, le sous-préfet de Château-Chinon déc (...)

120Au cours de l’enquête menée en 1985, un éleveur de chevaux décrit la pratique hautement traditionnelle de l’engraissement des bovins avec un sous-produit plus récent187, le premier élevage de poulains :

  • 188 Cet étalonnier-marchand fait le « courtier », c’est-à-dire l’intermédiaire entre le marchand (étran (...)

A la foire de Corbigny, ça tombait des 500, 600, 800, I 000 poulains. Ça venait des emboucheurs, ceux de Germigny, qui mettaient des bœufs de trois ou quatre ans à l’herbe, pour engraisser, avec trois poulains. Vingt bœufs de trois ans dans le pré, plus trois poulains de six-sept mois ; et ils revendaient tout l’année d’après.
Ici on ne castrait pas les chevaux. Dans le Cher, oui, mais ici même les chevaux qui travaillaient étaient entiers. Alors on mettait trois poulains, pour qu’ils se battent pas ; quand il y en a trois, il y en a deux qui se battent, le dernier vient et les sépare.
Les marchands venaient de l’Indre, du Cher, de l’Yonne, ils achetaient ces poulains-là de dix-huit mois, bons à travailler. Il y a X, de Sens, un grand marchand de chevaux, il vendait
[sur Sens] un poulain de dix-huit mois et il reprenait un cheval de quatre ans, pour les vignes du Midi, n’importe où, s’il valait à ce moment 100 000, il lui redonnait [au paysan] 20 000 ou 30 000. Le paysan gagnait ça en deux ans, et il avait toujours un jeune cheval. Ça se faisait partout, dans tous les pays de culture, il y avait des marchands de partout, de Châteauroux, du Loir-et-Cher, de Beauce. On allait dans la vallée de Germigny, il avait dix-huit, vingt et un poulains chez les éleveurs, trois par trois et sur vingt et un, le marchand achetait trois, deux ou un dans un paquet, un dans l’autre188 (III).

121Le système bovins-chevaux des emboucheurs est donc bien réglé ; il repose sur le principe d’un séjour synchrone des deux espèces. Plus bref est le séjour, plus rentable il est : on ne joue pas sur l’avenir de l’animal.

122Pour les fondateurs de la race noire, ces rythmes courts du négoce représentent un danger majeur. Les « raceurs » voudraient retenir les « poulains de tête ». Le risque commercial sévit dans la sphère d’influence directe de la Société d’agriculture, sur le lieu même du concours :

Le 2e prix [a été] obtenu par M. Chaumareuil pour le poulain César (...), animal [possédant] toutes les formes athlétiques qui doivent caractériser le cheval de trait. Malheureusement, nous avons appris qu’il a quitté notre département pour celui du Finistère, le prix de 2 100 F ayant tenté son propriétaire. (Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre 1882 : 18).

123L’étalonnier P. Denis est bien placé pour faire l’analyse de la situation. 11 opère en plein territoire des emboucheurs, dans les riches prairies liasiques des Vaux d’Yonne et du Bazois. Voici dans quels termes il plaide la cause difficile de la race à bâtir :

S’il est (...) démontré que les poulains médiocres élevés dans nos prairies deviennent de bons chevaux, il ressort, avec la même évidence, que les bons poulains ont encore bien plus de chance de devenir très bons ; en marchant ainsi dans une sélection intelligemment étudiée, nous devons arriver rapidement à la perfection (...). Par ce raisonnement, je ne me préoccupe que de l’amélioration de la race, sans tenir compte du bénéfice ou de la perte qu’un tel système peut donner. Si je n’envisageais que le bénéfice que l’on doit retirer de la vente d’un poulain de dix-huit mois, je m’attirerais assurément la critique de beaucoup d’emboucheurs, car il est bien démontré que la moyenne d’un lot de poulains, achetés à six mois de 350 à 400 F, est bien plus sûr d’être vendu à dix-huit mois de 700 à 800 F, qu’un lot coûtant de 600 à 700 F serait sûr d’être vendu de 1 000 à 1 100 F (Denis 1905).

124P. Denis vit lui-même de l’embouche :

Monsieur Denis, de Lys, faisait des étalons noirs, il en a eu jusqu’à quarante. C’était un château, une grosse maison. Le grand-père Denis était déjà étalonnier, il était très fort, ça remonte de loin. Ils achetaient des bœufs de trente mois, pour les faire à quatre ans (III).

  • 189 Voir supra notes 115 et 116 ; une monographie familiale devrait permettre d’élucider un aspect de c (...)
  • 190 « [Que nos éleveurs] s’appliquent donc à vaincre leur reste d’indifférence pour l’élevage du cheval (...)

125Les Denis se définissent socialement comme étalonniers — ils élèvent des poulains d’élite et ils « tiennent » étalon — et non comme emboucheurs189. Ils figurent en bonne place dans le réseau numériquement réduit, mais fervent, des leaders de la race noire. Ils cherchent, par l’exemple donné, à réduire « l’indifférence » générale pour l’espèce chevaline, historiquement subordonnée aux bovins à tous les niveaux et dans tous les aspects du système d’élevage190.

126Parmi les reproches qu’ils formulent avec insistance à la tradition locale d’élevage, un leitmotiv : l’absence de soins donnés aux poulains :

Bien que nos éleveurs aient tous un certain sens pratique qui les guide (...) je n’hésiterai pas à leur adresser un blâme, ils ne s’occupent pas assez des jeunes laitons (...). Lorsqu’on veut faire travailler la mère (...) généralement on les laisse au pré (...), ils s’inquiètent, courent, s’échauffent (...). Mieux vaudrait donc les laisser à l’écurie (...) et profiter de leur séparation de la mère pour s’occuper d’eux en cherchant à les rendre familiers et à assouplir leur caractère. Que de mécomptes on s’éviterait ainsi lorsque viendrait le moment de les mettre au licol ou de les conduire à la foire (...). Le sevrage a lieu dans notre département sans trop de discernement, vers la Saint-Martin (...), on prive brusquement le jeune animal d’un aliment complet et substantiel (...) pour ne lui offrir qu’une herbe sans grande qualité nutritive (...). Quelques précautions seraient donc à prendre qui deviendraient aussi profitables à l’emboucheur qui garnit les prés de poulains mâles, qu’au fermier désirant élever ses pouliches. Presque toujours le poulain sevré est abandonné dans les embouches pour ne plus s’en occuper. Tout au plus lui tiendra-t-on quelques poignées de foin, de la paille le plus souvent, si la terre plusieurs jours vient à être couverte de neige (...). Que nos éleveurs reviennent de leurs préjugés relativement à l’avoine. Rien de plus facile et de moins coûteux : une auge sous un de ces abris qui devraient exister dans tous les prés (Guerrin 1881 : 91).

127Un demi-siècle plus tard, soucieux de l’image de marque de la race noire, le directeur de l’Office agricole départemental de la Nièvre, M. Girard, vante les conduites modernes de son époque. Mais il laisse entendre qu’elles restent rares !

Pendant longtemps, ces poulains et pouliches étaient simplement laissés au pâturage, hiver comme été, sans aucune attention. Les emboucheurs sérieux ont compris que leur intérêt même leur commandait de créer des abris dans les prés, où les jeunes chevaux peuvent se réfugier l’hiver et recevoir un supplément de nourriture : foin et avoine. De même, la surveillance est devenue plus fréquente ; on s’occupe de parer les pieds, de ferrer quelquefois. Ces précautions et ces soins ont produit les meilleurs effets. Un poulain racé devient toujours grâce à cela un bon cheval (Girard 1930).

128L’enquête réalisée en 1985 montre la persistance des traditions extensives d’élevage dans les décennies qui suivent :

C’était l’élevage des bœufs qui prédominait, ils n’avaient pas besoin des chevaux pour gagner des sous. Ils restaient des fois deux ans sans voir personne. Ils étaient dans des pâtures de 50 ha, des kilomètres d’herbe, abandonnés jusqu’à deux ans, on pouvait pas les approcher à moins de 30, 50 mètres (un marchand de l’Indre, qui fréquentait les foires et « villageait » dans les fermes, après-guerre [XX]).
Les juments étaient toute l’année dehors. On allait les chercher le matin pour travailler, avec un picotin d’avoine, après elles revenaient manger à l’écurie, sécher, et repartaient au pré. Il y en avait à l’écurie qui ne se couchaient pas de toute une année, parce que dans le champ elles ont de la place pour se tourner. Elles étaient dehors, sans abri. Mais dans les fermes où il y avait beaucoup de culture et chez les entrepreneurs qui n’avaient pas de terres alors les chevaux étaient à l’écurie, parce qu’ils travaillaient beaucoup (VI).
Celui qui avait pas de juments achetait une pouliche ou deux, à l’automne, au sevrage, pour faire manger l’herbe des prés. Après ils les revendaient, après l’hiver. Juste pour nettoyer, pas trop pour ne pas abîmer l’herbe. On revendait les poulains d’embouche quand il ’y avait plus d’argent, quand il y avait besoin d’argent (VII).

129Certains éleveurs diffèrent donc la vente au-delà de dix-huit mois. Ces poulains relèvent d’une certaine façon d’une économie de cueillette, on les a « en plus ». Le parfait contre-exemple de ces poulains sortis des embouches bovines se rencontre en Bretagne :

– Ils étaient sauvages ces poulains de la Nièvre, parce qu’ils ne les maniaient pas comme les Bretons qui les élevaient comme des gamins, ils naissaient en box, et un licol sur le nez tout de suite.
– A Rennes où j’ai été quand j’ai acheté les dernières juments [dans les années 1960], il y avait des gens qui attelaient encore des poulains d’un an, ils les dressaient à un an et ils allaient en limon.
C’est comme à Bourges, ils étaient connaisseurs les gens, ils revendaient à trois, quatre ans aux marchands du Midi, ils faisaient le commerce, ils rachetaient des poulains. Il y avait de rudes chevaux.
– A Rennes, oui, pareil, ils allaient chercher du vert aux vaches avec un poulain d’un an. C’est marrant.
– Ils étaient dressés dans le ventre de leur mère ces chevaux-là, quasiment. C’était des ouvriers.
– Ah ça oui, c’était d’origine, et les gars ils savaient bien mener ça, hein ! Ça touche les Côtes-du-Nord.
– Et puis quand c’est chatouillé de bonne heure...
(échange entre le marchand de l’Indre et son père, retraité de la même profession [XIX et XX]).

  • 191 « Pas de pied, pas de cheval », dit le dicton. Et la réputation confère à chaque race chevaline des (...)

130Ainsi s’éclairent les deux derniers volets de la critique sans appel du maquignon parisien (supra p. 6), « les nivernais, des pieds à ferrer tous les deux jours, et durs comme des lions avec ça ! »). La mauvaise conformation des sabots résulterait d’une croissance sans contrôle ni entretien191. Pour luxuriante qu’elle soit sur la nourriture, et propre à édifier un puissant squelette, l’embouche nivernaise ne « civilise » pas les jeunes chevaux.

131Pour « tirer » sur les prix d’achat, les marchands ont évidemment joué la carte des manières sauvageonnes que ne pouvaient pas manquer d’avoir les jeunes colosses, débarquant tout épouvantés sur les foires :

C’était dangereux les foires de la Nièvre, des poulains tous en vrac, jamais pris au licol. On les amenait avec des vieilles juments, en vrac, comme des bœufs. Ça se rassemblait, trois-quatre gars avec une poulinière et le troupeau suivait, ils les encadraient sur la foire. C’est comme aujourd’hui, dans les stabulations libres du Cantal, ils se dirigent qu’à coups de bâton. Pour en wagonner, tous les gars étaient là sur le quai, ils avaient pas peur (XX).
Pour la foire de la Sainte-Catherine à Tannay, on amenait toutes les juments avec le poulain derrière. On partait la veille, à pied. Les dix-huit mois, en groupe, en vrac, avec une jument. Ça se suivait, mais il fallait être trois, patron et patronne, tout le monde y allait. Les juments n’étaient jamais à l’écurie, on leur donnait juste à manger au retour du travail, autrement, tout le temps dehors, on enfermait le poulain à l’écurie quand il fallait atteler. Ça c’était dangereux, le poulain veut conserver sa liberté, un poulain est toujours sauvage, c’est comme les veaux aujourd’hui, on les attache plus. Avant, ils étaient tous attachés, [les veaux] ça les adoucissait beaucoup. Maintenant, pour les prendre, même si la mère est docile... Pour dresser les poulains, euh là ! Ça faisait peur. Mon mari aimait ça les dresser, ils se cabraient, c’était un drôle de chantier (une femme d’éleveur de « charolais », sur Corbigny [XV]).
Il y en avait quelques-uns qu’étaient dressés quand même. Ceux qu’avaient une petite ferme. Pour dresser un jeune cheval, on s’en fait un monde, c’est rien du tout. Si le cheval est élevé dans une ferme, on le voit tous les jours, il se dresse tout seul. Dans ces pays-là, ils avaient des châteaux, ils avaient deux cents ha, ils lâchaient des poulains de six mois, on allait les chercher à trente mois, c’étaient des juments qui les amenaient en troupeaux, je me rappelle, à la foire de Tannay, là, par Arnay-le-Duc, à la Sainte-Catherine, ils étaient gardés avec des chiens comme des bœufs (XXI).

132Toutes les personnes rencontrées au cours de l’enquête menée en 1985 prennent plaisir à des évocations de dressage homériques :

  • 192 Longue corde d’environ deux mètres, équipée d’un anneau de fer à l’une des extrémités, dans lequel (...)
  • 193 Le câble et le caveçon figurent dans la panoplie des objets spécifiques au maniement des bovins de (...)

On gardait que les pouliches qu’on avait besoin. On dressait pas avant deux ans, des fois quatre. Pour attraper les deux ans, on prenait la jument, la pouliche suivait, on les menait à l’écurie. Après on l’attrapait avec le câble192, une grosse corde en chanvre, longue, comme pour les bœufs, on pouvait tirer dessus. On les prenait comme les Américains, et puis on tirait, on maniait, on faisait tourner, jusqu’à ce qu’elle finisse de tirer, qu’elle se rende, qu’elle pisse l’eau. Après, on mettait le caveçon193, avec une boucle dessus, on tenait mieux, on tirait la tête tout de suite, six bonhommes au bout de la longe et puis on faisait marcher deux, trois jours (...). Avant, des fois, à quatre ans, elles n’étaient pas attachées, maintenant on les attache à un mois (VI).
J’ai dressé au bois une jument de quatre ans jamais prise, de zéro à quatre ans rien, elle avait pas été mise au licol, pas saillie. C’était un gros propriétaire qui avait vingt-cinq chevaux sur deux cents hectares. On l’a amenée un vendredi en liberté derrière une autre jument ; c’était une noire. On l’a rentrée à l’écurie, enfermée au box. Le dimanche matin avec un copain, j’attelle deux juments. J’attrape la pouliche au lasso avec un câble, on lui met le licol, elle faisait des bonds, on l’attache au mur. On l’a sortie doucement, le chariot était reculé devant l’écurie. On la tenait au licol avec deux longes de chaque côté, avec en plus une chaîne autour du cou, avec des petites mailles, une chaîne marine. Si elle tirait, elle se faisait mal. Attachée au chariot, elle s’est laissée traîner longtemps dans la cour. La chaîne était attachée au chariot. Elle tirait au renard, faisait des sauts, mais elle a fini par marcher. Le lendemain, je l’ai emmenée au bois, attachée derrière, toujours. Une fois le chariot chargé, on l’a mise devant. Avec deux juments devant elle et la limonière. En une semaine elle savait tout faire
(IV).

PLANCHE 55. Un commerce actif en pays emboucheur, mais des cours qui sanctionnent un système technique produisant des poulains sauvages


xxe




133Quant aux jeunes mâles livrés au commerce, ils vont bientôt mettre les écuries du marchand à rude épreuve :

  • 194 Coulache, prolonge et câble : termes régionaux, désignant le même objet.

Ils n’avaient des fois vu personne depuis deux ans, ça revenait toujours l’instinct sauvage, ils voulaient garder leur liberté. Pour les prendre dans l’écurie, si on pouvait leur mettre une corde dans le cou, la coulache ou la prolonge194 c’est pareil, il fallait les étrangler, ils arrachaient les rateliers, ils tombaient par terre, ils perdaient le souffle. C’est quand ils étaient rendus à la prolonge qu’on leur mettait le licol. Ça se faisait pas en Bretagne, c’était pas la peine ! Ils se faisaient comme ça, après, dans les fermes. Les charretiers du Berry les mettaient avec les autres. Ils ne tapaient pas, ils avaient le caractère dur, c’est tout. Ils étaient gros, durs à dresser. Le travail les domptait, à la charrue, tous les jours, ça faisait des bons chevaux pour finir. Les noirs étaient catalogués sauvages, et mes oncles les achetaient beaucoup moins cher, c’est ce qui faisait l’atout de mes oncles, parce que dans le Berry, ils les vendaient aussi cher. Dans le Berry il y avait des charretiers qui mettaient leur fierté à les mater (XX).

Mécanismes de la dévalorisation marchande du noir

134Le fait est que les « noirs » ont la réputation d’être d’un tempérament malcommode. Une réputation bien établie, dans la région même de production :

Les noirs ils étaient pas faciles à ferrer ceux-là, ils avaient mauvais caractère. Les bons chevaux c’était les boulonnais, c’était doux, le noir était plus revêche, plus difficile à dompter. L’ardennais, c’est un cheval docile (XVI).
On gardait la meilleure pouliche, on choisissait de préférence celle de la mère qu’était bonne, qui tirait bien, de bon caractère, ce qu’on recherchait surtout, c’était le caractère, ça arrivait beaucoup qu’il y en ait de méchantes, des pisseuses, il fallait les éliminer (VI).
La race noire était un peu plus difficile à dresser. L’ardennais a meilleur caractère. En ce temps-là, les poulains noirs ne se vendaient pas. Les chevaux de couleur, oui, parce qu’ils partaient en Belgique (VII).
Les noires piquaient les oreilles en l’air, les ardennaises les avaient écartées.
Avant les belges, il n’y avait que des chevaux de pays. Les belges, c’est plus facile à dresser que le percheron. Ils ont moins de sang. Les noirs, c’est des chevaux qui ont du sang
(I).
Ça s’est toujours dit, le caractère. On sait pas pourquoi, ils avaient plus de sang, le sang plus fort, ils étaient plus têtus, plus durs de caractère (XX).

135R. Musset résume ainsi ce qui se disait et s’écrivait, de son temps, sur l’histoire de la race :

La Société d’agriculture acheta de bonnes juments qu’elle fit saillir à ses frais par ses reproducteurs d’élite ; à son exemple, encouragés par les excellents résultats obtenus, les cultivateurs sélectionnèrent les juments : on ne conserva que les juments fortes, larges, étoffées, on élimina les bêtes vicieuses ; la race devint douce, patiente, robuste, résistante (Musset 1917 : 197).

136Cette réputation de mauvais caractère, il faut bien sûr la mettre en question et en chercher la signification : encore une fois, s’efforcer de distinguer le niveau de la réalité objective et celui de sa manipulation dans les discours. Définir, d’un côté, la population chevaline dans la Nièvre telle qu’elle existe objectivement avec sa charpente osseuse et musculaire, son esthétique propre et son aptitude au travail au sortir du système technique d’élevage. Analyser, de l’autre, ce que l’on en pense, et ce que l’on choisit d’en dire dans les milieux de l’élevage et du négoce.

137Une première remarque : le diagnostic de « mauvais caractère » ne fait pas l’unanimité parfaite. En 1917, Musset relève que « quelques-uns des clients du Perche considèrent le cheval noir comme plus lymphatique que l’animal à robe claire ». La remarque va dans le sens de ce qu’écrit le Larousse agricole de 1922 à la rubrique « chevaux nivernais » (voir L’image flottante de la race, planche 51) et rejoint également le sentiment de la direction des Haras :

L’Administration des Haras a souvent fait remarquer que, d’une façon générale, ils étaient (...) trop grands, trop gros mangeurs, trop lymphatiques et critiquables dans leur modèle (lettre adressée à la Société d’agriculture de Nevers, le 28 octobre 1919, signée du directeur général, voir infra p. 277).

138Le discrédit unanime jeté sur cette couleur noire qui fait la race pourrait bien sanctionner le principe même du système d’élevage, dans ses aspects technico-économiques, idéologiques et symboliques :

Les rouges, les noirs, c’était sauvage pareil (...). À Corbigny, c’était le coin des sauvages, il y avait un étalon rouge qu’avait fait des poulains méchants. Ils avaient fini par le faire abattre. Sur la foire les marchands disaient aux paysans qu’avaient une jument dure, je t’achète plus les poulains de cette jument-là. Et les noirs étaient catalogués sauvages, ils valaient moins cher, c’est tout (XX).

  • 195 « Voilà trente ans en arrière, dans les années 1960, on mangeait les vieux chevaux, qui n’étaient p (...)

139Dans ces années où la boucherie ne touche que les animaux accidentés ou réformés195, un cheval de service vaut cher sur le marché s’il promet d’effectuer une bonne carrière. Deux critères pour en juger : la bonne conformation d’une part et la bonne éducation de l’autre :

L’ardennais a été mis pour améliorer le caractère. Ce n’était déjà plus le nivernais, les poulains n’étaient plus sauvages et ils étaient de couleur. L’ancienne race nivernaise en général elle était noire. C’étaient de grands bestiaux, charpentés, pas coquets, mais pas mal faits. Pas méchants, sauvages. Les juments ne travaillaient pas. Je gagnais sur les poulains nivernais pour le Berry, parce que je les achetais pas cher (XIX).

140Même convertie à la traction chevaline, la Nièvre n’emploie pas à fond la puissance musculaire de ses chevaux. Dans la période 1913-1929, la diminution du nombre de bœufs de trait n’est pas déterminée par la seule progression numérique des chevaux : les tracteurs arrivent, en même temps que régressent les cultures, au bénéfice des prairies permanentes :

  • 196 « Un charretier de la Beauce, c’est l’attelée de trois chevaux. Après ça, du côté de l’Ain, les att (...)

C’était pas le souci de dresser, c’était pour amener des poulains. Ils n’avaient pas le souci de revendre des bêtes de service, franches. Dans ces régions, c’était pas des bêtes d’écurie, ils avaient des juments en supplément, des fermes à dix poulinières, en champ [au pré] toute l’année, pas franches de collier parce qu’elles étaient pas habituées à travailler.
Là où dans l’Indre on en mettait deux à tirer à plein collier pour les labours, ici on mettait deux, trois ou quatre juments à la file, à tour de rôle pour le peu de travail qu’il y avait à faire. On est moins charretier ici que dans les fermes de culture. Les débardeurs dans les bois ou sur les routes étaient plus adroits, mais ils se fiaient qu’ils avaient quatre juments, cinq si ça flanchait. Dans l’Indre, il y en aurait eu deux, ou une196 (XX).
Il y avait une foire, à Blet, une foire spéciale de juments à vices. Des juments grasses, belles, mais mauvaises ouvrières, pas franches de collier. On les plaçait dans notre coin, elles étaient belles (...). Ça rouspétait un peu, on n’est pas dedans ! On disait (XX).

141Le fait se trouve confirmé lors d’une conversation engagée avec un éleveur, sur le terrain du concours, à Decize, en automne 1985 :

Quand il y a quatre chevaux, on n’a qu’un guide, pour la jument adroite [dressée] et intelligente, devant, les autres suivent (VI).
Dans les tourbes, ici, on mettait cinq juments à la file, et des fois une autre pour ramasser le brabant de 175 kg. Attelées les cinq à la file, pour pas abîmer la terre. Dans le Boulonnais, ils attelaient de front, parce que les terres étaient légères (I).

142Dans ces conditions d’utilisation, ce n’est pas la valeur intrinsèque de l’animal que jauge le commerce, mais la valeur ajoutée par le degré de dressage.

143Avec ses poulains ou ses poulinières réformées, la Nièvre n’est pas à même de livrer des produits très élaborés. Ce qui faisait sa toute-puissance dans l’économie herbagère et bouchère du siècle dernier — vastes espaces bien rentabilisés avec peu de main-d’œuvre (voir note 148) — représente un lourd handicap dans la filière chevaline de la première moitié du xxe siècle. On attend alors des chevaux spécialisés dans le trait, qu’ils soient le plus familiarisés et le plus socialisés possible (voir supra p. 218 : « ils étaient dressés dans le ventre de leur mère »).

144En 1880, au retour d’une tournée de repérage pour des reproducteurs mâles destinés à la monte « départementale », le vétérinaire Guerrin dit sa fascination pour une chaîne intensive de production, une véritable mainmise sur l’animal, aux antipodes du mode d’élevage de son pays, qu’il qualifie de « naturel » :

Je me sens pris du désir de dire un mot sur ce qui m’a le plus frappé sur l’élevage du cheval dans les contrées que je viens de parcourir : Picardie, Artois et Haute-Normandie. Là (...) le poulain (...) est vendu une première fois au sevrage (qui a lieu dès l’âge de trois et quatre mois) pour être hiverné à l’écurie et revendu à dix-huit mois. J’ai rencontré jusqu’à douze poulains mâles dans une seule ferme des environs de Lens. Ces jeunes animaux sont pêle-mêle dans une écurie bien aérée, peu chaude, et sont lâchés trois fois par jour dans la cour pour aller boire (...). De la paille garnit toujours leur râtelier, et matin et soir ils reçoivent deux rations de fourrage sec, de trèfle le plus souvent, de gesses ou de luzerne. Puis on leur donne une petite ration d’avoine, deux ou trois litres au plus. A dix-huit mois, après avoir passé la belle saison au pré, ils sont vendus à nouveau aux éleveurs du Vimeux, qui les conservent alors définitivement à l’écurie et ne les dressent guère avant le mois de mars suivant, à l’époque des roulages et des hersages. On ne les emploie au labour qu’une fois bien dressés, à l’automne suivant, alors qu’ils ont trente mois.
(...) J’ai été frappé de l’absence de tares même chez de vieux animaux de travail. Le travail chez eux en effet n’est plus qu’un exercice salutaire. Habitués qu’ils sont dès leur jeune âge à subir en quelque sorte la volonté de l’homme, ils ne se tourmentent pas et fournissent un labeur sérieux sans se fatiguer. Il est vrai de dire aussi qu’ils ont à faire à de véritables charretiers. Autre particularité : pas un animal n’ignore la manière de se présenter à l’acheteur, soit tenu immobile en main, soit à l’exercice du trot. Je signale ce fait parce qu’il contribue certainement à faire donner à l’animal sa plus grande valeur. Tout cela n’est le résultat que du goût et de la bonne volonté. J’en appellerai donc une fois de plus au bon vouloir de nos éleveurs (...) (Guerrin 1880 : 136-137).

145Éloge d’un compagnonnage précoce entre l’animal et l’homme, avec des auges garnies d’avoine dans de bonnes écuries... lesquelles resteront exceptionnelles dans la Nièvre et réservées aux seules juments de travail et au moment du travail.

L’hégémonie du Perche

146Mais le vétérinaire Guerrin se trompe lorsqu’il rend les éleveurs nivernais seuls responsables des insuffisances de la race en cette fin du xixe siècle. La renommée qui fait affluer les marchands est un phénomène complexe, qui dépasse la valeur intrinsèque de l’animal et résulte plutôt de la place que celui-ci occupe dans les circuits commerciaux d’une région à l’autre.

147L’hégémonie du Perche repose ainsi sur une parfaite symbiose entre quatre régions voisines, quatre niveaux d’un même système économique. La Bretagne et le Perche font naître et accomplissent un premier élevage très proche de l’homme ; la Beauce assure la finition du produit — faire grandir en douceur, tout en éduquant — et Paris le consomme :

  • 197 Rédigé en pleine période « percheronne » par un admirateur de la race (A. Sanson), ce texte analyse (...)

Les poulains naissent dans les environs de Mortagne, du Merlerault (...), de Bellesme, de Nogent-le-Rotrou, de Saint-Calais, de Laval, de Courtalain, de Mondoubleau où il n’y a dans les fermes que des poulinières exécutant les travaux agricoles. Après le sevrage, ils sont vendus. Les mâles vont tous ou presque tous dans la plaine de Chartres dès qu’ils ont atteint un développement suffisant pour pouvoir être dressés aux travaux de culture, peu intensifs, comme on sait, dans cette plaine à sol calcaire léger. Ils sont nourris abondamment de fourrages de Légumineuses et d’Avoine, dont la ration journalière atteint, vers l’âge de dix-huit mois, 3 à 4 kilogrammes. Cette ration augmente progressivement à mesure qu’ils avancent en âge, en telle sorte qu’elle se trouve portée à 8 et 9 kilogrammes quand ils arrivent à quatre ans, âge de leur dentition permanente complète. L’Avoine de Beauce, dont la culture est très étendue, passe à juste titre pour l’une des plus nutritives. Nous avons constaté, en outre, qu’elle est aussi l’une des plus riches en principe excitant, c’est-à-dire en avénine.
Avec une telle alimentation et le travail modéré qu’exécutent chaque jour les jeunes chevaux Percherons, travail de labour, de hersage ou de charroi, ils se trouvent dans les meilleures conditions de gymnastique fonctionnelle (...) pour leur faire acquérir non seulement un bon développement corporel, des articulations solides et des muscles puissants, mais encore un tempérament vigoureux et une excitabilité neuro-musculaire considérable. C’est ce régime qui transforme les poulains de race Frisonne, par exemple, introduits en Beauce chartraine à côté des Percherons, et qui, selon le barbarisme usité, en fait des chevaux perchisés197. C’est ce régime de fourrages beaucerons et surtout d’Avoine beauceronne, qu’il faudrait introduire en même temps que les étalons, pour obtenir ailleurs de véritables Percherons. Ceux qu’on produit sans cela, dans la Nièvre notamment, ont bien les caractères spécifiques de la race, mais ils n’en peuvent avoir les autres attributs, ce qui fait la valeur pratique du Percheron (Barrai et Sagnier 1886-1892 : 95-96).

148Une chaîne de production analogue s’est pourtant organisée à partir de la Nièvre, qui assure en partie la remonte des attelages de la grande culture berrichonne, sénonaise, auxerroise et champenoise. Elle fonctionne, n’en doutons pas ; l’argument de « l’avoine beauceronne » n’est guère convaincant. Sous le feu de la critique marchande, la Nièvre a amélioré son cheptel. Elle fabrique un animal efficace et utile, même s’il est de caractère revêche. Mais l’essentiel lui manque toujours : la bonne réputation qui fait la reconnaissance, et avec elle, l’identité de la race. Musset le dit clairement :

Les produits du Nivernais devinrent aussi bons que ceux du Perche ; si le commerce, pourtant, les recherchait moins, c’est qu’ils ne s’étaient pas acquis une égale renommée (Musset 1917 : 197).

149L’intérêt des marchands de chevaux de service est de jouer l’inertie, et de manier le handicap historique. C’est la grande époque du chemin de fer, qui couvre la France et l’ensemble de l’Europe industrielle d’un réseau dense, (voir Les chevaux-monuments..., planche 30). La mobilité des marchands est extrême, leurs connaissances se généralisent bien plus vite que celles des éleveurs. Fins psychologues, parfaitement au fait de l’état de la France chevaline, ils font peser les comparaisons, comme ils jouent sur les hiérarchies bien établies. Le trafic est intense, mais le cours des poulains noirs est à la traîne. Voilà bien le sentiment d’impuissance qui habite P. Denis, et que traduit l’image de l’enfermement dans un état infantile persistant (supra p. 189).

150La Nièvre est donc contrée par le Perche dans le « commerce des tares » (chevaux de service). Elle l’est encore plus sur le marché international des reproducteurs. Les effectifs de races dans la grande compétition parisienne parlent d’eux-mêmes : le concours central de 1906 accueille 142 percherons, 131 boulonnais, 60 ardennais, 50 bretons et 22 « nivernais noirs » ; en 1928, il enregistre 224 percherons, 119 ardennais, 18 nivernais.

  • 198 « Monsieur P. Denis, l’éleveur bien connu (...) exposait à lui seul 14 animaux qui tous ont été ven (...)

151Si quelques étalonniers nivernais concluent directement de lucratives affaires avec les Américains198, c’est souvent le Perche qui valorise leurs sujets :

En 1904, à l’exposition de Saint-Louis, M. Mac Laughlhin, le grand marchand de chevaux américains, obtint le Championnat des chevaux de trait avec Casino. Or Casino est né à la ferme de Mignard, commune de Marcy (Nièvre), chez M. Bossuat. Il fut vendu laiton l’année de sa naissance à la foire de Champlémy, pour la somme de 465 F à un éleveur nivernais, qui lui fit faire la monte chez lui et le vendit ensuite à un éleveur du Perche, M. Tachan, à qui M. Mac Laughlhin l’acheta (Girard 1917 : 243).

152Le retour au pays pour la vente aux Américains est l’une des modalités de la « perchisation » déjà évoquée. On comprend mieux, à présent, l’opiniâtreté de la Société d’agriculture et de Charles de Bouille, à établir un livre des origines et à en imposer la pratique aux éleveurs. L’opération de marquage (« fabriqué en Nivernais ») réussit-elle ? Le Bulletin de 1887 fête la première exportation officielle outre-Manche comme un événement :

  • 199 Dumphlun est un hameau de la Nièvre (commune de Billy-Chevennes).

Dumphlun199, poulain de deux ans, fut acheté par M. le baron de Grancey pour être importé dans l’Amérique du Nord. Expédié tout d’abord dans le Perche, afin d’y être soumis durant quelques semaines à un régime préparatoire, il arrivait en Amérique (...). C’était la première fois qu’un cheval de notre pays était importé dans ces contrées sous son véritable nom.

153Le « livre » va-t-il assurer la reconnaissance de l’origine nivernaise, et protéger ses chevaux d’une « perchisation » à rebours ? Mais encore faut-il que les éleveurs de la Nièvre profitent du livre, et enregistrent les naissances. Étaient-ils inscrits, ces deux cents « dix-huit mois » achetés en 1902 par deux marchands de l’Eure-et-Loir et de l’Orne (Girard 1930 : 139) ? Et même dans l’affirmative (fort peu vraisemblable), il n’est pas interdit de penser qu’ils pouvaient être promptement débaptisés...

154R. Musset (1917 : 157) explique la puissance percheronne par le voisinage normand... et l’antique tradition maquignonne. Le dicton dit bien : « Bretons et Normands à vendre des chevaux tromperaient le diable ! »

155Il manque aux Nivernais, pourtant rompus au négoce des bovidés, ce savoir-faire hautement spécialisé du commerce des chevaux. Enfin introduit sur le marché international, P. Denis peut se moquer de sa candeur initiale :

  • 200 C’est P. Denis lui-même qui le présente.

En 1889, où la grande fête internationale avait attiré à Paris toutes les races françaises et étrangères, les représentants des races percheronne et boulonnaise étaient dans toute leur splendeur, et tenaient à juste titre les premiers rangs. Tous ces animaux d’élite, qui étaient présentés avec un luxe absolument séduisant, étaient vendus à l’avance à MM. les Américains, à des prix dépassant toute limite connue à ce jour. L’éleveur percheron ne connaissait plus la fraction, il vous parlait de 10 000, 15 000 et de 20 000 F avec un sans-gêne effréné !
(...) Joli-cœur, classé premier au concours de Nevers (...) ne fit pas trop déshonneur à son pays, car il fut classé premier dans la catégorie des races diverses (...)200. L’effet ne fut pas lent à se faire sentir, et dès le commencement de 1890, quelques éleveurs se hasardèrent à aller visiter les écuries d’Eure-et-Loir (...). Je fus de ceux qui tentèrent le voyage et je me fis accompagner par un courtier que je croyais percheron, mais qui était plutôt croisé-normand : je revins absolument désillusionné de cette excursion (Denis 1905).

  • 201 Dans les Vaux d’Yonne. Il est donc voisin de P. Denis. En 1901, L. Flament entretient 16 étalons, d (...)

156Mais c’est l’aventure de Castelar qui renseigne le mieux sur la nature des relations entre les deux régions, et qui donne toute la mesure de la puissance du Perche. En 1896, L. Flament, installé à Tannay201, fait l’acquisition d’un sujet percheron prometteur. Il le choisit énorme et noir zain, en parfaite conformité avec le style de la race ; il profite de l’éclipse américaine qui sévit depuis 1892 et provoque un effondrement des prix. Castelar représente la Nièvre à Bourges, au concours régional de 1896 : ce jour-là, le jury réserve tous les honneurs aux « chevaux blancs de l’Ouest » — le Perche se remet a la demande nationale — et décerne une sorte de prix de consolation au champion plusieurs fois consacré à Nevers. Puis, en 1898, Castelar retourne dans son pays d’origine... et s’en va triompher à l’Exposition universelle de 1900, sous les couleurs percheronnes et, pourrait-on dire, américaines, car leur présence massive provoque alors le « triomphe éclatant de la robe noire ».

157P. Denis tire la morale de cette histoire :

Lorsque l’habile éleveur percheron entendit parler que MM. les Américains devaient revenir en France (...) il sut bien trouver le chemin de la Nièvre, il s empressa d’acheter tous les gros chevaux que nous voulûmes bien lui vendre (...). Les éleveurs nivernais, qui avaient le brevet de cette invention retentissante, commirent encore la faute d’abandonner à d’autres l’avantage de l’exploiter. Les chevaux percherons, qui quelques années auparavant étaient presque tous gris, se trouvaient présentés par un nombre de chevaux noirs dans une proportion d’au moins 70 %. Les éleveurs du Perche avaient mis bien moins de temps que nous à obtenir un pareil résultat et on serait volontiers porté à croire qu’ils avaient dû se frotter serré contre les bas-flancs des chevaux nivernais (ibid.).

158Et voilà Castelar vendu pour une fortune au « plus gros éleveur américain de l’époque, M. Fletcher, qui possédait 287 étalons et 235 juments ».

  • 202 « Le percheron, c’est un bon cheval, mais le malheur est que c’est la race la plus camelotée qui ex (...)
  • 203 « Ainsi que l’a exprimé M. l’Inspecteur des Haras, il serait à désirer que l’on entreprît à nouveau (...)

159La leçon est à la fois claire et amère pour les éleveurs nivernais... comme, d’ailleurs, pour « MM. les Américains ». L’officier des Haras De Choin dira en 1925 l’impuissance de ce même Fletcher, richissime industriel de Chicago — tout comme ses prédécesseurs Mac Dunham et Mac Laughlhin — à « acclimater » la race (voir supra p. 124). On a beau reprocher aux gens du Perche de « cameloter »202 leurs chevaux, pour répondre à une demande vive et persistante, ils gardent les clés du marché. Leur force, on l’a dit (supra p. 124), tient à leur mobilité même, à leur capacité d’ajustement à la demande. Le petit postier gris infatigable devient l’élégant ouvrier qui passe de la plaine beauceronne au pavé parisien ; plus tard, c’est l’hercule d’ébène modelé selon les goûts de la clientèle américaine. Après une période d’achats réguliers, les prestigieuses visites se font intermittentes et la population chevaline percheronne fait l’objet d’une sélection alternée, tantôt sur le « gris moyen » pour la consommation intérieure et la satisfaction des Haras, tantôt sur le colosse noir si cher aux étrangers203.

160Au fil de tous ces changements, les écuries percheronnes ne désemplissent pas. C’est le rythme accéléré et constant des transactions qui fait la réputation de la race, au moins autant que les qualités propres des animaux.

161Les Nivernais ont une stratégie radicalement opposée. Face au marché fluctuant et au mouvement pendulaire de la demande américaine, puis intérieure (bête à concours — bête de service), ils pensent et veulent leur race immuable, conforme au parti-pris initial.

162Les résultats du concours central de Paris, en 1927, illustrent bien cette position :

Le Nivernais, fidèle à ses animaux de robe noire, envoie 18 animaux, qui tous appartiennent à M. Denis, l’éleveur bien connu de Flez-Cuzy. Ses étalons de 1,67 m, 1,70 m et même plus, sont, comme on voit, de haute taille.
Si le Nivernais est toujours noir, en revanche, on a pu voir au concours que le percheron ne se trouve plus qu’exceptionnellement sous cette robe. Ce beau cheval percheron, une des gloires hippiques les plus incontestées, se présente en masse à Paris cette année, où il n’est pas représenté par moins de 224 sujets, dont la robe joue toutes les nuances du gris, en général. Ce lot est un des plus beaux du concours cette année, avec ses deux subdivisions de grande et petite taille (Choin 1928 : 85).

163Ce choix opiniâtre et solitaire marginalise la race nivernaise. Le compte-rendu de l’événement hippique de 1931 confirme la disgrâce du type noir et monumental :

  • 204 Sur cette question du « retour » au postier gris, il convient de rester prudent quant aux assertion (...)

Le concours central présentait un intérêt particulier (...). Nul pays n’a mieux réussi que la France, à résoudre le problème si délicat de l’adaptation de la production chevaline aux nécessités pratiques de notre époque motorisée.
Chez le cheval de trait, les formes trop massives et inéconomiques ont disparu. C’étaient les acheteurs américains, qui, plutôt en recherche de la masse et du poids, que connaisseurs de la qualité, avaient en première ligne donné cette orientation à l’élevage. Leur disparition actuelle presque totale du marché français, ainsi que les expériences de la guerre qui ont appris (...) d’abhorer tout ce qui est inutile (...), a ramené (...) à une production plus pratique (...). On rencontre donc, chez toutes les races qui peuvent produire les deux catégories, toujours davantage le type postier au lieu de celui du trait lourd204. Les percherons ont nettement suivi cette orientation (...). En contraste avec les expositions agricoles aux États-Unis, la grande succursale (...) où la robe noire se trouve (...) en prédominance, le gris pommelé, caractère presque foncier de cette race, prédominait au concours de Paris, les expériences de la guerre ayant démontré que les gris étaient capables de supporter les plus grands efforts, tandis que les noirs y succombaient (Spindler 1931 : 102).

164L’euphorie américaine, la « folie des grandeurs », « l’ivresse du beau cheval » se seraient donc éteintes dans les bouleversements de la Première Guerre mondiale et dans le bruit grandissant des moteurs qui font à présent tourner toutes les branches de l’économie. Le chemin de fer avait vidé les écuries de la Poste ; le tramway, celles des grandes compagnies de transport urbain. Voici l’ultime épreuve pour le cheval de service : la motorisation agricole qui commence.

165Dans cette nouvelle conjoncture, le Perche joue à fond de son arme la mieux rodée, la polyvalence. La Nièvre ne dispose pas d’un semblable « réservoir génétique » : elle défend son grand cheval noir contre vents et marées.

166M. Girard exprime bien le caractère linéaire de l’entreprise nivernaise et sa faible marge de manœuvre :

Par suite de la demande américaine, qui exigeait des chevaux puissants et lourds, par suite de l’origine de la race qui, au contraire, expliquait un type moins important, notre race a évolué entre deux pôles d’attraction (Girard 1930 : 141).

167Pour l’image de marque de ces deux races, la percheronne et la nivernaise, la tempête surgira de l’Est. La mode (ou les besoins de l’époque, le goût du jour, comme on voudra) délaissera quelque peu le « percheron » pour s’emparer de l’« ardennais » :

La grande sensation de l’exposition du trait était les ardennais. Déjà solidement et définitivement établi dans quinze départements, il est en train de se créer partout de nouveaux amis, aussi bien en France qu’à l’Étranger (...). Avec une croupe très longue, des jarrets bas se prolongeant vers le haut dans une culotte puissamment musclée et un équilibre naturel magnifique, il joint aux qualités d’un cheval de trait parfait celles que le cheval de trait rapide avait cru pouvoir apporter lui seul à l’attelage (Spindler 1931 : 261).

168A la limite nord-est du département de la Nièvre, sur le front même du territoire ardennais (voir Le rouge et le noir, planche 56), la riche vallée de l’Auxois prend l’offensive. Avec sa race qui « monte », elle va en fait reproduire l’exemple nivernais : introduire de bons étalons issus du lointain foyer, puis sélectionner dans l’« indigénat » pour revendiquer bientôt la reconnaissance nationale de « sa » race, désignée par le nom de la petite région naturelle.

Le rouge contre le noir : la crise

169Un demi-siècle après le périple de la race noire essaimée du Perche, cette histoire de l’Auxois marquera symboliquement le passage à l’état de crise pour la devancière nivernaise.

  • 205 En 1919, les livres d’origine des races bovines nivernaise et charolaise fusionnent sous la dénomin (...)

170Bien loin d’être une « affaire définitivement classée » (c’est-à-dire acceptée, reconnue) comme l’affirmait avec autorité l’auteur d’un article du Journal d’agriculture pratique de 1908 (Gallier, 1908 : 87), et une fois le demi-siècle probatoire plus que largement écoulé, la « race noire » n’est toujours pas passée, et contribue à mettre la Société d’agriculture de la Nièvre en échec205. La polémique sur le noir est à son paroxysme. Trente ans après le mot découragé de P. Denis, déplorant l’impossibilité de dépasser l’état infantile, M. Girard parle ainsi de la tension qui règne chez les producteurs : « Si on a l’air d’imposer une idée à un éleveur nivernais, il se fâche et il voit rouge, en matière de chevaux tout au moins » (Girard 1930).

  • 206 Le rouge correspond au bai du langage zootechnique. Cette dénomination englobe les couleurs apparen (...)

171Il se pourrait que l’éleveur voie rouge au sens propre : dans le parler spécialisé du négoce, le « rouge », c’est l’ardennais206. L’échauffement des esprits, provoqué par les ajustements entre les territoires des grandes races, n’est pas spécifique à la Nièvre. Considérant la toute nouvelle section de l’Auxois dans la palette des races françaises, l’officier des Haras De Choin ne cache pas son agacement devant ces mouvements de populations chevalines régionales :

La race de l’Auxois, nouvellement cataloguée depuis quatre ans, se présente sous le patronage du Syndicat du Cheval de trait de l’Auxois, soutenu par de puissantes influences (...). Les animaux sont ici de modèle encore peu fixé ; mais l’influence ardennaise, qui se trahit souvent par le format bréviligne et la robe rouanne, est bien reconnaissable ; il semble qu’on fasse ici des progrès dans la voie de l’indigénat (...). La race du Maine (...) forme un rameau détaché et dorénavant classé à part de la famille percheronne. Cette affirmation d’indigénat est-elle un bien ou un mal ? (...) Il paraît que, pour le moment, cette mesure est liée à une facilitation des échanges commerciaux. Ce qu’il y a de certain, c’est qu’on ne saurait trop encourager l’ouverture et la tenue des livres généalogiques (...) mais, une fois qu’une race a son livre généalogique séparé, la tentation est grande de ne plus être considérée comme une sous-race, un rameau de telle grande race, mais bien comme un groupement à part. C’est ainsi que nous avons vu surgir l’une après l’autre les races désormais distinctes du Nivernais, de l’Auxois, du Maine, et on ne voit pas ce qui empêchera demain les races du Berry, de la Vallée d’Auge, qui ont aussi leur stud-book, de s’ériger en races séparées (Choin 1927 : 83-84).

172Assertion remarquable, qui désigne l’impuissance de la Nièvre — pourtant novatrice en la matière, et très imitée —, à faire authentifier son entreprise. En 1918, P. de Choin rangeait les chevaux noirs du « bon côté », celui des races légitimées par l’histoire :

  • 207 Le ton nationaliste s’explique en partie par des circonstances historiques singulières. En effet, l (...)

Jusqu’ici les berceaux d’animaux de trait étaient à peu près fixés : c’était le Nord de la France, l’Est et surtout les Ardennes, le Perche, la Nièvre, etc. Les races plus particulièrement fixées dans le trait lourd (Boulonnais, Trait du Nord, Nivernais et Gros Percheron) (...) et le trait léger (Petit Percheron, Ardennais, Bretons) formaient avant la guerre des catégories fixées (...) une richesse dont la valeur est proclamée partout207.

173Le même auteur confirmait cette position en 1922 :

Les classements administratifs comportent (...) comme groupes officiellement désignés, en allant du Nord au Sud : le cheval de trait du Nord, l’ardennais, le boulonnais, le trait breton, le percheron, le nivernais et le mulassier.

174Le cheval de la Nièvre vient à peine de s’imposer en tant que race ; le voilà presque aussitôt déclassé et repris dans la catégorie percheronne. L’histoire a tranché : de l’aventure de « nivernisation » du bétail, elle ne retiendra que le travail des éleveurs de bovins. Les cartes des grandes races figurant dans les atlas en témoignent (Heuzé 1870, carte 32 ; Schrader et Gallouédec 1920, carte 66).

La montée de la « couleur »

175Dans la période qui s’écoule entre les deux guerres, l’ardennais et son satellite méridional, l’auxois, repoussent le bloc percheron et son dérivé local, le « noir ». Les sources écrites le disent clairement, en soulignant le rôle joué par la vallée de l’Auxois :

Il nous faut maintenant signaler une autre orientation qui s’est fait jour depuis la guerre dans notre élevage chevalin. Dès 1918, elle s’est dessinée en faveur des chevaux dits de couleur, les acheteurs de poulains de 18 mois, venant de l’Yonne, de l’Auxois, ont manifesté le désir d’acheter des animaux de robe grise, baie, alezane. La répercussion n’a pas tardé à se faire sentir sur les poulains de 6 mois, sur les laitons achetés par nos emboucheurs, et naturellement les naisseurs ont été amenés à produire des poulains de couleur. La tendance s’est accentuée ; aussi les étalonniers ont-ils importé de plus en plus de reproducteurs de Belgique, du Mord de la France et des Ardennes (Girard 1930 : 141).

176La Société d’agriculture entre en guerre contre les étalonniers, qui font pression pour assouplir la réglementation du Stud-Book à propos de la clause du noir exclusif (voir anonyme, « Stations d’étalons... » 1875 : 122).

177L’enquête orale confirme l’inexorable progression des chevaux du Nord-Est :

Il y avait six rouges à la ferme, six rouges et une ou deux pêchardes. On les emmenait en champ, toutes l’une attachées à un tombereau. Elles étaient jolies, on aimait bien le rouge. Mon mari faisait le commerce, il en passait beaucoup, quand il y en avait une qui lui plaisait, il la gardait. On avait un cousin qui avait des étalons à A vallon, des juments, des poulains. Il faisait la tournée pour saillir des juments, à pied, il dormait chez, nous (XV).
Il y avait une foire à Saulieu, mon père achetait aux foires d’Arnay-le-Duc. Mon père m’avait toujours montré la race de l’Auxois, quand on descendait dans la Côte-d’Or. C’était déjà un croisement avec l’ardennais qui avait amélioré en grandissant, avec un sol qu’était bon pour nourrir. De bons chevaux, les auxois, c’est près de l’ardennais, en plus distingué que l’ardennais qu’on trouvait dans la Nièvre. On allait à la foire de Semur le 7 novembre, pour la foire d’Ardentes de chez nous, le 9 novembre (XX).

178Et voici ce que dit le père de cet informateur marchand, qui fréquente le pays durant l’entre-deux-guerres :

En Côte-d’Or, il y avait une foire à Semur-en-Auxois où se trouvait une race spéciale. De beaux poulains de deux ans, plus beaux que dans la Nièvre. Ils étaient jolis, avec de l’os, beaucoup de membre, pas poilus comme les belges qui sont trop feuillus. Les belges, pour les vendre un bon prix, il fallait les vendre à quatre ans. Après sept-huit ans, ils avaient du poil des sabots aux genoux, ce qui donnait des crevasses, des cloques qui suppuraient. Ils étaient invendables. Dans l’Auxois, la race était pas poilue, ils devenaient gros, ils avaient bon caractère. L’Auxois ça convient pour l’élevage du cheval parce qu’il y a une vallée jusqu’à Dijon. C’est des monts, ils sont à l’abri et au fond il y a un cours d’eau, sur les deux côtés de la prairie. C’est un vrai pays pour les amener gras à dix-huit mois. Les poulains n’étaient pas sauvages, ils étaient tenus en bride sur la foire, avec le mors, à dix-huit mois (XIX).

179Dans le pays nivernais, beaucoup considèrent le Morvan comme la terre d’élection de cette nouvelle race :

Le Morvan a toujours été appelé à aimer mieux l’ardennais. Y avait là-bas des étalonniers qui n’avaient que de l’ardennais, l’étalonnier de Luzy, il avait que des ardennais là-bas (III).
On allait à la foire de Saint-Honoré-les-Bains en février, j’étais gamin, 14-15 ans, quand j’ai commencé à voyager avec mon père [dans les années 1950]. C’était beaucoup d’ardennais, de chevaux de couleur, avec les percherons de X., l’étalonnier. Le croisement ardennais-percheron, ça fait de grands chevaux, de bons chevaux, ça fait des noirs, des bais, du pêchard, n ’importe quoi, mais beaucoup de bais, beaucoup de bais (XX).

PLANCHE 56. Le rouge et le noir le front de races en Nivernais


(a) (b) )

180La vague de la couleur déferle jusqu’au foyer même de la race, aux environs de Nevers et dans l’Entre-Loire-et-Allier. L’un des propagateurs les plus zélés se trouve même être le maire de Nevers :

Le docteur Gaulier, maire de Nevers, était médecin ; il a introduit des étalons ardennais, il avait une dizaine d’étalons, il se faisait mettre des contraventions au début, avec des chevaux de couleur (VII).
Il était fou de chevaux, le docteur Gaulier, qui a amené les chevaux belges, des trait du Nord (XX).

181L’enquête orale évoque deux autres médecins, originaires de Seine-et-Marne, qui auraient importé des étalons nordiques. Ces hommes et ces étalons participent d’un courant d’échanges avec le nord-est de la France, qui ne cesse de se renforcer :

L’ardennais a meilleur tempérament. Les poulains noirs se vendaient pas, les poulains de couleur oui, parce qu’ils partaient en Belgique (VII).

182La carte des couleurs se brouille partout, aux quatre coins du département :

  • 208 Les syndicats hippiques, à partir de 1926, prennent le relais de la Société d’agriculture pour gére (...)

Mon père avait des étalons noirs, et une paire d’ardennais pour contenter les clients (III).
Par ici, beaucoup de gens préféraient la couleur. Mais c ’est tout le même travail ! (VI).
J’ai fait des noirs, des blancs. Dans le temps, il y a eu de bonnes juments ardennaises (I).
J’ai fait de l’ardennais, j’étais écarté [géographiquement éloigné] du Syndicat208. Mon père était étalonnier et faisait de l’ardennais, de la couleur, du belge. A l’époque, les paysans n’auraient pas voulu d’un étalon noir, sauf par ici [La Fermeté-Decize], ils étaient portés au noir (VII).

183Si les concours régionaux ne se sont jamais ouverts aux ardennais, leurs descendants — issus de croisements — y accèdent sans problème, sous la condition qu’ils soient de robe noire. Pour beaucoup d’éleveurs, le mélange des races est d’ailleurs jugé bénéfique :

La race d’aujourd’hui est issue de croisements nivernais, ardennais et percheron. Le croisement a été bon. Le vrai percheron est retroussé un peu, l’ardennais est court, profond, le percheron a pas trop de boyau, il est un peu allongé. Les juments noires d’aujourd’hui ont souvent de l’ardennais, la croupe oblique, le dos un peu creux, le garrot pas trop sorti. J’ai eu des ardennais et des croisés ardennais-percheron. Une jument issue de ce croisement n ’a eu que des premiers prix (I).

PLANCHE 57. La tournée d’un palefrenier rouleur












184A l’occasion du concours central des reproducteurs de Paris, en 1927, P. de Choin relevait le chiffre de quelque 25 000 sujets belges, importés en France, qu’il disait, à son grand regret, « toujours plus grands, toujours plus lourds ».

185A rencontre des affirmations de A. Spindler (supra p. 231), le goût et la demande marchande pour le « gros » persiste donc depuis la seconde moitié du xixe siècle : « L’industrie réclame ce modèle (...) ces grands animaux atteignent des prix formidables » (Choin 1927 : 84).

186Mais la préférence va à présent au type nordique, « éclaté et près de la terre, le membre épais », avec « du poil un peu », et « lourdaud ».

187Un informateur marchand, dans une discussion avec un alter ego parisien, raconte l’histoire parallèle de la pénétration belge en plein territoire breton :

  • 209 Ay du Fosteau, le champion de la race « trait du Nord » à Paris, en 1924, fait l’objet d’une offre (...)
  • 210 Gabarit de canon alors en usage. La guerre des races et des gabarits chevalins bat son plein : les (...)
  • 211 A l’exacte limite du territoire de la race bretonne...
  • 212 « Ils mesuraient, les Bretons, les Percherons, ceux qui élevaient des étalons, ils sortaient tous l (...)

– En 39, avant la guerre, quand on vendait un cheval [de service] 10 000, 11, 12 000, un petit bonhomme du Landivisiau s’était permis de venir à Paris au concours central de reproducteurs, acheter un cheval 200 000, un vrai beau cheval209. C’était un vrai beau cheval, un ardennais. Les Haras n’ont pas voulu l’accepter. Il a dit aux Haras, il faut pas faire des petits machins pour remonter tes 75210, s’il y a une guerre maintenant, vous voyez bien comment va la culture, vous avez des moissonneuses qui faisaient 1,25 m — 1,50 m, maintenant c’est 2 m — 2,50 m, il faut faire de gros, gros chevaux. Les Haras ont pas voulu : si vous voulez aller en Loire-Atlantique... c’est un pays perdu du côté de Nantes, Saint-Nazaire (...) Il avait un petit-fils ce petit bonhomme de Landivisiau, il lui a dit : tu vas aller là-bas faire la monte. Et lui il est reparti en Hollande, il a ramené un cheval extraordinaire, Casque d’Or, le modèle et tout. Et les petits bonshommes de Landivisiau, après, ils couraient acheter des poulains là-bas, en Loire-Atlantique211.
– J’en ai entendu parler en Bretagne aussi. Quand j’ai acheté mon étalon, Astra, il avait été refusé par les Haras, il pouvait pas le vendre, l’éleveur, parce qu’il avait de grosses pattes d’ardennais, il avait les pattes trop grosses pour la Loire-Atlantique. Il lui était resté sur les bras, les Bretons n’en voulaient pas
212.
Moi je vais vous le prendre, je lui dis, je suis dans un pays de grosse culture. Il était content, l’éleveur, il avait toujours deux étalons pour présenter aux Haras » (XX et XXI).

La logique des couleurs

188Expression synthétique de l’idée de race dans le langage des gens de chevaux, la « couleur » exerce une fonction classificatoire, elle intègre l’histoire profonde et l’actualité, les phénomènes de mode, les usages passés ou présents de l’animal, sur place (lieux de production) et ailleurs (lieux de consommation).

189Les « chevaux rouges » ont une forte personnalité physique. Ils sont d’abord plus grands, et surtout plus massifs que les « noirs » :

  • 213 L’ardennais qui gagne la Nièvre se rapprocherait plutôt du type « trait du Nord » que du petit modè (...)

Le croisement percheron-ardennais, ça fait de grands chevaux (XIX).
L’ardennais est plus lourd, avec plus de tête et plus de membre, le percheron est plus léger, allongé, pas de boyau, avec des membres assez fins (I).
Des rouges il y en avait des solides (...). Les noirs, c’était peut-être un peu plus petit213 (XV).

190Les chevaux du Nord plaisent surtout par les qualités dont ils font preuve au travail ; puissance, mais également docilité, donnée singulièrement appréciée dans le contexte technique (supra pp. 215-226) :

L’ardennais, c’était la race pour le travail. Les juments ardennaises c’était pour le travail agricole (VI).
L’ardennais est plus facile à dresser que le percheron, il est plus docile, il a moins de sang (I).
Si on était passé avec un noir, on n’aurait pas fait saillir une jument... Il y avait cent quatre-vingts juments sur trois, quatre communes, il y avait des fermes avec dix juments des fois, qui travaillaient et poulinaient bien. Elles n’avaient pas de carte (VII).
Chez X., un marchand de bestiaux, il y avait des hongres ardennais, des chevaux qui faisaient du poids, pour faire les foins, nourrir les bêtes. Il y avait aussi des juments noires pour faire des poulains (XVII).

191Dans les « pays » voisins de la Nièvre, les bêtes de couleur ont également ce profit de travailleurs agricoles, rustiques et puissants :

  • 214 Près de Vierzon.

Dans le Berry céréalier, les grosses fermes avaient un ardennais comme limonier. A Sainte-Thorette214, les paysans préféraient tous l’ardennais qui allait moins vite et avait le pied plus large que le percheron, il s’enfonçait moins dans la terre noire tourbeuse. Il était moins fragile aussi, avec des os solides. Pourtant il avait du poil aux pattes, mais les paysans leur coupaient (XX).

PLANCHE 58. La filière des bêtes de travail





Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre

(Bulletin de la Société d’agriculture
supra Sud de la Puisaye...,

192L’ardennais de la Nièvre serait-il le véritable héritier du bœuf dans sa fonction la plus pragmatique : le travail ? Un court texte paru en 1906 dans le Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre, intitulé « le cheval de trait », le laisse entendre :

N’oublions pas que le monde entier nous envie nos belles races de trait : boulonnaise, percheronne, nivernaise et bretonne ; à côté de celles-ci, qu’on a su conserver et améliorer, une belle place revient à l’ardennaise, et peut-être pourrait-on faire revivre certaines autres précieuses races rustiques (1906 : 166).

193L’auteur distingue deux mondes clos. Il y a celui des souches prestigieuses de reproducteurs que le « monde entier » s’arrache à prix d’or. Celles-là apportent l’aisance matérielle et le prestige, apanages de toute production de luxe. Et puis il y a la « rustique » et méritante cavalerie de travail, qui fait marcher les exploitations agricoles, l’industrie, le commerce.

194En ce xxe siècle commençant, l’ardennais représente le type même de l’ouvrier. Les gestionnaires du Stud-Book nivernais reconnaissent son utilité et sa valeur pratique. Le conflit éclate lorsque les chevaux rouges, arrivés en nombre, entrent en concurrence avec la race noire sur la fonction de reproduction. Et les concours seront l’occasion d’une traque à la couleur bannie :

Les chevaux de couleur n’avaient pas le droit d’être présentés (...). En Saône-et-Loire, il y avait des concours pour l’ardennais, c’était la race, mais pas ici (VII).
Autrefois le poil rouge était éliminé (I).
Tout le monde ne concourait pas, loin de là, il fallait que les bêtes soient inscrites, c’était seulement ceux qui étaient installés autour, il y avait bien plus de bêtes sans carte qu’avec (VI).

195Robe rouge contre robe noire : la race du travail et du « commerce des tares » contre la race des « pères », c’est-à-dire les reproducteurs exportés, avec le commerce des étalons.

196Dans le réseau des bêtes de service, l’ardennais siège en position haute : c’est la race étrangère qui gagne du terrain, poussée par le commerce et le changement technique dans les villes (motorisées en grande partie) et dans les campagnes (en voie de motorisation). L’ardennais de la Nièvre pourrait appartenir à la catégorie des animaux « de pays ». La « race du pays » (selon l’expression populaire) peut se définir par la fonction principale du travail, mais complétée par la reproduction. Elle peut se définir aussi par le désir d’autonomie vis-à-vis des directives de l’administration :

Il faut noter que dans l’espèce chevaline, la notion de race est encore plus difficile à saisir que dans la plupart des autres espèces domestiques. Pendant des siècles le cheval a été essentiellement l’animal de selle ou de trait, sa destination pour la boucherie n’a été envisagée que très secondairement (...). Presque tous les jeunes sujets étaient donc conservés et il en est résulté, notamment aux limites des aires d’expansion de types différents, une masse plus ou moins importante d’animaux sans race définie que le commerce achetait et disséminait comme animaux de service, au gré des besoins, souvent variés, des utilisateurs. Les juments ainsi dispersées, parfois loin de leur pays d’origine, n’en étaient pas moins envoyées souvent à la saillie. Elles ne rencontraient pas toujours des étalons appartenant à leur race et ainsi s’accroissait le nombre des croisements et des animaux sans type bien défini (Quittet et Blanc 1974 : 12).

197La race rouge fait contrepoids à la race départementale (la race officielle). Elle est à l’image, si forte dans la Nièvre, de la logique marchande, de la logique de foire, celles du « tout venant » et des intérêts du moment, qui s’imposent aux théories déclinantes de la race au long cours, que l’institution s’efforce de dégager et protéger des contingences matérielles :

Le docteur Gautier [l’introducteur de forts étalons belges], Il se plaisait avec les marchands de chevaux. C’était un grand ami de mon frère aîné qui achetait dans toutes les foires de la Nièvre (XIX).
Dans le temps, la race nivernaise n’était que noire, seules les noires avaient droit aux concours, aucun rouge. Mais il y avait quand même des ardennaises (VI).

Le rouge, le noir et les autres : races officielles et races « bricolées »

198M. Girard écrivait en 1929 :

Sur 128 étalons rouleurs employés pour la monte publique (...) 64 étaient de robe noire. Les autres sont de toutes races et de toutes robes. Dans ces conditions, il n’est pas exagéré de dire qu’il règne actuellement dans la Nièvre un véritable désarroi (...). Chacun, qu’il soit zootechnicien, agriculteur (...) a une idée personnelle, très nette, pour l’élevage, le croisement, l’amélioration, les concours, etc. Cette diversité d’opinions est évidemment infaillible pour n’arriver qu’à la plus effroyable confusion (Girard 1929 : 142-143).

199La cavalerie de travail offre donc toute une palette de couleurs et de types morphologiques. Elle est à la fois hétérogène et évolutive. Elle reflète la diversité des tâches imparties à l’espèce chevaline dans la Nièvre ; elle réagit également aux tendances particulièrement changeantes du marché dans ces décennies troublées par les deux guerres mondiales et par l’inéluctable processus de disparition du moteur animal dans toutes les branches de l’économie.

PLANCHE 59. Réseau concours, réseau travail






er


Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre

200Nous avons déjà abordé cette problématique complexe du choix du partenaire de trait à la ferme, dans les bois ou sur la route, avec l’examen de l’alternative bovins-chevaux (supra pp. 208-214).

201On poursuivra ici pour les seuls équidés (ânes-chevaux) et avec les données de l’enquête orale récente.

  • 215 Le métayer n’est pas propriétaire des animaux : il s’en sert et reçoit en partie des bénéfices réal (...)

202Anes, mulets, bretons, ardennais, nivernais, percherons... Le propriétaire ou le « preneur à cheptel »215 décidera en fonction de divers paramètres. La nature du travail exécuté par l’animal, bien sûr ; entrent également en compte : l’argent disponible pour l’alimentation de l’attelage, le rang à tenir — ou à gagner —, les habitudes culturelles locales et familiales, à suivre ou à bousculer.

203Le nivernais apporte le prestige ; mais il faut pouvoir entretenir un animal de prix, réservé aux concours :

On n’a jamais été bien mordus. Parce que pour avoir de beaux chevaux comme ça, il faut avoir un bon nourrit [nourriture], un bon herbage. Si vous êtes dans une ferme maigre, un peu coteau, les chevaux ils se développent pas tellement. Ils étaient bien plus petits, on pouvait pas lutter avec les autres. C’était pas le même nourrit qu’à la loge [l’écurie], et ils se fatiguaient (VI).

204Ce sont donc les grosses fermes qui font vivre les concours, qui élaborent les modèles choyés par l’administration. Ces « chevaux-spectacles » fournissent peu d’efforts.

205La race noire était d’ailleurs inconnue de plusieurs informateurs mariniers et mineurs rencontrés dans la région de Decize-La Machine. Dans les galeries de la mine ou sur les chemins de halage, l’argent et l’avoine étaient durs à gagner pour le charretier comme pour ses bêtes. Fiers de leur métier, les mariniers attelaient pourtant assez souvent des bêtes plus fortes que nécessaire :

Sur le canal du Nivernais, il y avait des péniches de trente mètres. On attelait indifféremment deux chevaux, deux ânes, un cheval, un âne. Ça ne dépendait pas de la grosseur et de la charge des péniches, mais de l’argent qu’on avait (X).

206L’âne était le plus modeste, le plus dur au travail, et le plus efficace. Mais il allait moins vite :

Avec deux ânes, on faisait deux kilomètres en une heure, avec deux chevaux, quatre (X).
Il y avait des mariniers qui avaient trois ânes, deux devant et un derrière, ça valait mieux que deux chevaux. Un âne ça ne recule pas, un mulet ou un cheval, oui. Un âne c’est plus dur, plus endurant, le cheval c’est délicat (...), ça attrape des bronchites, des pneumonies, plus que les ânes (X).
Sur le canal du Nivernais, c’était mieux des ânes plutôt que des chevaux, parce qu’il n’y avait pas d’eau. Avec des chevaux si ça traîne [sur le fond] ça ne marche plus, les ânes ils tendent et ils ne bougent plus. Quand le bateau passe sur une butte de vase, les chevaux ne passent pas ; ils refusent. Les ânes avancent, les chevaux reculent (XI).

PLANCHE 60. Où la couleur importe peu




207L’un des mariniers rencontrés a accompli un travail saisonnier dans une mine de kaolin :

Il y avait des ânes, les galeries n’étaient pas assez hautes, l’âne se pliait. Les chevaux sont trop fragiles des reins (XI).

208Pour un charretier de la mine de La Machine, l’âne et le mulet peuvent être très bons, mais ceux-là font l’exception ; on leur reproche en général d’être trop fantasques et trop indépendants :

Les ânes, surtout, étaient tannés, ils étaient battus, les gens s’énervaient, les chefs gueulaient (...). Avec une mule, j’ai roulé 300 wagonnets dans une journée. C’était une mule noire. Quand elle voulait travailler on pouvait faire ce qu’on voulait, des jours rien, je m’énervais avec (...).
Certains chevaux refusaient de tirer quand il y avait trop de bennes, plus que le nombre habituel, réglementaire. Ils se repéraient au bruit d’accrochage des bennes et partaient, mais s’arrêtaient si on en rajoutait. Mais c’était surtout les ânes qui le faisaient.
Mon préféré c’était Gigot, un petit cheval gris. Il s’appelait Gigot, ça me plaisait pas alors je l’appelais Henri. Il était à moitié castré, une fois il a tué une jument (...). Il avait son caractère, c’est comme les personnes. Il était rusé, bon, brave, pas méchant. Des fois il voulait pas attendre, il s’en allait sans écouter, des fois je l’astiquais un peu pour lui faire comprendre et ça repartait. Je descendais de la graisse, surtout le lundi, car les plaies étaient sèches, ils s’écorchaient avec la poussière de charbon, je graissais le collier. Un noir m’a fait de la misère, il n’était pas dressé. Aucun ne l’était avant de descendre, mais lui il était dur, pendant 15 jours, Henri a été au repos pour habituer l’autre, je mettais jusqu’à 20-25 bennes, il partait comme une fusée. Il était poussif. Il est mort d’un arrêt du cœur au bout de 15 jours. Henri a repris à sa place, ils ont mis un bourricot presque aussi grand qu’Henri qui était brave, il était castré, pas feignant
(XIV).

209A la différence des bateliers qui sont souvent propriétaires de leurs attelages, qui essayent et choisissent leurs compagnons, les mineurs doivent s’accommoder de ce qui leur échoit. Leur préférence est individuelle, plutôt que spécifique.

210A l’air libre, au vu des riverains et des collègues, le marinier qui veut briller avec son attelée choisit le prestigieux percheron gris :

Les harnais étaient beaux, il y avait des cuivres, des pompons pour les mouches, les chevaux étaient bien nourris, bien nettoyés, bouchonnés. J’ai connu un marinier qui avait deux étalons gris pour haler, il allait pas plus vite, c’était sa fierté. Un autre qui avait deux petits bretons allait aussi vite (X).

211Mais le seul fait de tirer avec un cheval, n’importe lequel, creuse la différence :

Je tenais l’écluse de X. Il n’y a eu que des attelages jusqu’en 1958. C’étaient des mulets ou des bourricots, pas de chevaux. Un marinier pourtant avait un gros cheval jaune avec des pattes blanches, un seul, il faisait Cercy, le Puy, il transportait du sable (XII).

212La provenance de l’animal, la race à laquelle il appartient comptent beaucoup dans la batellerie :

  • 216 Des liens étroits unissent les mariniers et les meuniers : « On ne revendait jamais nos bêtes à la (...)

Le breton, c’est le meilleur, le plus dur, il a une grosse encolure arrondie, il est endurant (XI).
Les ardennais, c’était des beaux chevaux, gros, lourds, principalement rouges, avec des crins noirs. Ils étaient dociles. Les percherons étaient plus fragiles, c’était des belles bêtes, mais qui mangeaient beaucoup. Le breton, un peu d’avoine, de foin, et il est toujours frais, toujours disponible. Les bretons, ils arrivaient par les routiers, par les meuniers216, c’était une race recommandée pour nous, les mariniers, aussi. Un cheval rustique, sans pneumonie (X).

213Au-delà du canal, dans la campagne nivernaise, le breton occupe une place à part. C’est le compagnon des « bricolous », petites gens qui exercent de multiples fonctions. Un peu de terre (la « locature », bien insuffisante pour vivre), des travaux à façon (vigne, jardins, corbillard), un peu de commerce :

Le breton, ici, c’était rare. Il y en avait quelques-uns, chez des bricolous. C’étaient de bonnes juments, spéciales : pas lourdes, plus petites, moins de membre [que chez l’ardennais, ou le nivernais percheron] (1).

214L’informateur précise bien qu’il s’agit de juments ; pas question bien sûr, de faire pouliner les femelles en service à la mine ou au halage des bateaux. Dans les petites locatures de la campagne nivernaise, la reproduction est par contre l’une des tâches de la bretonne :

On a eu une rouge croisée, de mère bretonne et de père percheron. Une petite, avec une crinière noire. La mère [de cette rouge croisée] appartenait à mon oncle qui avait une petite ferme (huit ha), un peu de lait [deux vaches], un jardin et qui vendait du vin du Midi ; il était dépositaire, il le recevait à la gare de Verneuil. Il faisait de la route, la bretonne était plus nerveuse, ça allait mieux (...). Après on l’a achetée, cette vieille bretonne à l’oncle, elle s’est emballée un jour à cause d’un avion, nous on connaissait pas bien [les chevaux], on était venu du Morvan avec une ânesse, c’était notre voiture et elle passait la binette dans les betteraves, les patates (un couple de petits cultivateurs, région de Verneuil) (XVII).

PLANCHE 61. L’âne à tout faire








215Entre l’ânesse et la jument bretonne, une génération s’est écoulée ; un déménagement a déplacé la famille du Morvan vers le Bazois, où elle a trouvé des conditions d’existence sensiblement meilleures.

216Cette « bretonne » à la vie dure et à la réputation tenace nous donne l’occasion d’approfondir l’analyse de l’idée de race chevaline dans le monde marchand et chez les charretiers de tous bords :

Le Finistère, c’est le petit breton, celui qui a le nez retroussé, un peu comme un arabe, avec du blanc jusqu’aux yeux, c’était pas beau, ils achetaient moins cher. C’est mon père surtout, moi j’ai pas connu assez, j’en ai vu quelques-uns, et mon père m’expliquait. C’était des chevaux qui venaient à 35 ans, ça. Durs de caractère, une vieille race, ils étaient habitués avec ça les paysans, c’était leurs chevaux (...). C’était une petite taille, une trop petite taille, ils ont éliminé ça parce qu’au fur et à mesure il avait des besoins plus gros pour la traction, et après pour la boucherie. Celui qui vendait des étalons aux concours, il était en concurrence, avec son gabarit d’1,50 m, avec les plus petits de l’autre race. Le petit il avait 10 cm d’écart, alors il était toujours perdant. Alors l’administration a recréé c’te race-là. C’est une race, parce que les petits qu’étaient de cette ancienne race, ça se perd pas. Il y a toujours eu des éleveurs qui préféraient ça dans leur coin, dans la montagne, pour monter dans leurs petits chemins. Alors il s’en est toujours trouvé (XX).

217En 1927 (voir Choin 1928), les éleveurs bretons obtiennent la création d’une troisième catégorie au sein de leur cheptel : le « centre-montagne » figure désormais aux côtés des « petites tailles » (postiers) et des « grandes tailles » (trait). Notre informateur relie le « finistérien » et le « centre-montagne » au bidet vieux comme le monde :

(...) C’étaient peut-être des descendants des arabes ? C’est le finistérien sûrement, qu’on appelle. C’est vieux, moi c’était déjà périmé de mon temps, mais j’ai entendu dire, le bidet breton, et puis ils trottaient, ils faisaient tout, ils touchaient l’arabe, le plus (XX).

218La race, telle que la conçoit un marchand de chevaux de haute tradition (trois générations de spécialistes) est une notion complexe. Elle relie la personnalité physique de l’animal au système écologique, économique et social qui le produit et au réseau marchand qui le diffuse. Mais une vraie race possède aussi une histoire forte. Elle est trempée par le temps, et par une confrontation séculaire avec l’administration qui, on l’a vu, a une tout autre idée de ce que doit être un cheval.

219Et voilà les chevaux bretons, aussi opiniâtres que leurs naisseurs et leurs premiers éleveurs de la maigre dorsale armoricaine, occupés à « bricoler » dans la France agricole que l’on dirait aujourd’hui « marginale », des micro-propriétés maraîchères solognotes aux pentes herbagères et forestières de la Haute-Savoie, ou encore chez quelque original en riche plaine céréalière berrichonne :

X., dans le Cher, c’était un gros fermier, il achetait des petits chevaux maigres, il les faisait travailler beaucoup et il les nourrissait mal. C’était rare, les fermiers du coin soignaient leurs chevaux à plein corps. Lui il prenait des petits bretons qu’il achetait à mon père. Les autres étaient fiers d’avoir des ardennais ou des percherons bien nourris. Son voisin avait des percherons dont le plus petit faisait 850 kg (XX).

  • 217 Les vignobles méridionaux seront une manne pour l’élevage breton. Les vignerons recherchent un modè (...)

220Mais l’image marchande du breton, c’est aussi celle de l’animal coquet, à encolure rouée, activement recherché — et bien payé — par les marchands du Midi217. Dans ce même département du Cher, où s’interpénétrent les trois territoires de races, percheronne, ardennaise et bretonne, certains cultivateurs servent de relais à la filière bretonne du Midi :

Dans le haut du Cher, il y avait des percherons et des ardennais depuis longtemps, surtout l’ardennais. A la foire de Bourges, il y avait surtout des bretons. C’est la Champagne du Cher, des terres calcaires, légères. Les gars faisaient du commerce, ils étaient connaisseurs. Ils n’achetaient que des mâles entiers, d’un an. Ils prenaient de l’os, profitaient tout en travaillant. A quatre ans, ils étaient dressés pour aller partout et doublaient leur valeur. A quatre ans, ils les revendaient par courtage aux gars du Midi (XX).

221On comprend aisément que rien de tel ne puisse se produire dans la Nièvre « percheronne » et herbagère. Le breton reste en situation d’exception, affecté aux postes les plus pénibles. La fonction que les plus « fiers » et les plus légers d’entre eux auraient pu remplir dans les grosses fermes, est en fait assurée par une catégorie tout à fait singulière dans le monde du cheval, et qui mérite un peu d’attention. C’est le bidet, dit également parfois demi-trait ou demi-sang :

Il y avait six juments rouges à la ferme (...). Et la bidette, elle était jolie ! C’était pour tirer une petite carriole ronde, le tonneau. Il a fallu la tuer un jour de Pâques, c’était une catastrophe, elle avait eu un accident. On l’aimait bien, la bidette, on sortait avec elle pour aller au marché (XV).

222N’est-ce pas l’exacte fonction socio-économique du « fameux » petit cheval du Morvan ? L’enquête orale menée en 1985 n’indique aucune filiation entre la race morvandelle d’antan et le bidet nivernais d’hier. Mais il faudrait poursuivre le travail dans cette direction :

Dans le temps il y avait des demi-trait, des demi-sang, il y en avait beaucoup chez les petits particuliers, c’était le cheval qui assurait le transport. Les juments avaient plus de sang, elles labouraient aussi. Ils n’avaient pas de papiers, ces demi-sang, ils n’allaient pas au concours. Les particuliers qui avaient en plus des grosses juments, ils les mettaient devant pour les entraîner.
Ils étaient presque comme des chevaux de trait, avec un peu moins de membre. On disait aussi, dans le temps, bidet, cheval à deux fins — trait et voiture. Il y avait des entiers et des juments. On leur laissait souvent la grande queue, c’était plus joli, c’était l’habitude. On les appelait les longues queues (II).
On avait une jument de route, croisée de cob avec du demi-sang, achetée chez X., à Luzy. Il y avait du demi-sang dans les châteaux, ils reproduisaient dans leurs demi-sang. Elle s’appelait Nénette, elle faisait tout, elle travaillait au jardin, les voisins la prenaient, elle menait le corbillard. Elle avait une queue coupée, celle-là. Elle savait revenir derrière le curé sans qu ’on la tienne. Le charron qui la prenait pour s’en servir, il la lâchait la journée terminée, elle rentrait seule, jamais au milieu de la route (un éleveur de la région de Verneuil).
Une fois j’ai été au marché de Fours, elle marchait si bien qu’elle est tombée sur les genoux dans une descente (sa femme).
Il n’y a pas eu de mal, on a mis du charbon de bois sur les plaies, ça fait cicatriser et ça empêche les poils blancs. Elle a fait des poulains, avec des demi-sang et du trait. On n’aurait jamais dû la vendre, c’était une pouliche faite au pinceau, qui aurait pu faire des choses en course (l’éleveur) (V).

PLANCHE 62. Le rite de l’écourtage et la mutation des races chevalines (selle-trait)





er
er


er(La Maison rustique, Journal d’agriculture pratique


223Tirant tantôt la charrue et tantôt l’élégante voiture de route, queues longues ou écourtées, ces juments possèdent un statut ambigu. Les éleveurs aiment à l’évidence jouer sur les catégories, en manipulant les contraires dans les deux sens :

Quand les juments [les nivernaises noires] ne prenaient pas, qu’elles avaient le sang trop fort, qu’elles n’arrivaient plus à pouliner, on mettait un demi-sang dessus [un étalon des Haras]. Ils n’avaient pas de papiers, ils n’avaient pas droit aux concours, mais c’était des chevaux exceptionnels (...). Il y a dix ans, X. a demandé aux Haras une saillie avec un demi-sang, ils n’ont pas voulu, maintenant ils accepteraient. Il y avait bien des étalons privés, mais de trait ; des chevaux de sang, il n ’y en avait que dans les Haras. Une fois, il y a vingt-cinq ans, une jument qui ne pouvait plus prendre, on a eu comme ça un poulain qui a été vendu 85 000, 90 000 à la boucherie. Le poulinage a été plus facile et elle a repris derrière au percheron (I).

224Derrière la manière dont on conduit les amours du bidet, transparaît le plaisir de transgresser les interdits de l’administration, d’effacer les frontières de races et de catégories officielles, d’élaborer un type intermédiaire pour en jouer ensuite, dans un sens ou dans un autre, suivant le mouvement du commerce.

  • 218 Cet intérêt porté au bidet n’est pas le seul fait des éleveurs nivernais. Une monographie comparati (...)

225Dans la Nièvre, le « bidet », « cob », « demi-trait » ou autre « demi-sang » est choyé par la famille (toute la famille, « patron-patronne »). Il est fortement investi sur le plan affectif ; proche de la maison et de la communauté paysanne nivernaise218, il est le plus fortement socialisé des représentants de l’espèce chevaline.

Races, mode et modernité

226La personnalité élastique du bidet enrichit notre problématique de la race chevaline autour du clivage entre le cheval de trait et le cheval de selle. Ses métamorphoses racontent l’histoire des affrontements (et des évitements) entre les éleveurs, les marchands et l’administration.

227Le bidet est d’abord le cheval « marchand » qui va dans le sens du commerce, qui en réfléchit les tendances. Mais il réussit également à satisfaire (à peu près) les désirs de l’administration, à savoir la production de chevaux (presque) fins, à généalogie (presque) contrôlée. Pour les éleveurs, le jeu consiste à revenir régulièrement à l’origine (la carte, le mâle orthodoxe de l’administration), à « toucher au cheval de sang », comme dit un informateur, pour rester en prise avec l’administration.

228Il se pourrait que les éleveurs gèrent symboliquement en lui le lourd passé et l’avenir toujours aléatoire de la production chevaline nationale, avec la ligne d’opposition « trait commun, marchand » / « monture de sang, noble ».

229Postés au carrefour des races, les producteurs de bidets mènent une antique bataille sociale, tout en entretenant un potentiel d’adaptabilité. Car dans leur réalité physique comme dans l’idée qu’on s’en fait, les races du commerce sont vivantes. A l’image d’un corps animal ou humain, elles sont inscrites dans la durée. La plainte de P. Denis et ses allusions à l’état d’enfance prolongée pour les chevaux noirs, sont significatives à cet égard. Tout aussi révélatrice apparaît la polémique, vieille de près d’un siècle, sur les montures morvandelles en bout de course, qui entravent le mouvement de la nouvelle race noire (supra p. 95).

230L’espérance de vie d’une race dépend précisément de cette capacité à évoluer, voire à changer radicalement en quelques décennies. En 1927, l’administration fait ainsi passer le « postier breton » de la catégorie « demi-sang » à la catégorie « trait » :

Ce faisant on obéit à une évidence car il est bien clair que le postier avait beaucoup évolué depuis une quinzaine d’années, s’éloignant de plus en plus de ses ancêtres Norfolk et se rapprochant du format de l’animal de trait, au point que la distinction était difficile à établir et que la référence des papiers d’origine elle-même ne correspondait plus à rien, en raison des substitutions de cartes trop fréquentes. Voilà donc les postiers formant maintenant une subdivision dans la race de trait bretonne (Choin 1928 : 83).

231Au cours des xviiie et xixe siècles, le bidet breton avait subi un mouvement inverse, vers le « sang ». E. Quittet et H. Blanc racontent :

Il existait au Moyen-Age deux variétés bretonnes autochtones : le « sommier », cheval de bât, de culture, utilisé parfois aux transports légers et rapides, le « roussin », dérivé sélectionné du sommier, plus fin et plus svelte que ce dernier, servant de monture. C’était le « bidet de Briec » ou « cheval de la lande », marchant l’amble et recherché précisément pour la selle à cause de cette allure. Ce roussin était surtout commun dans tout le sud et la partie centrale de la Bretagne. En Cornouaille et dans la montagne, il se continua longtemps par le bidet breton, puis croisé avec des arabes et pur-sang importés dans les haras bretons, il donna naissance au « cheval de Corlay » qui conserve son utilité comme cheval de selle et dans les courses locales (Quittet 1974 : 34).

232Les races émergent donc, et traversent l’histoire ; leur passage est plus ou moins long, plus ou moins spectaculaire. Car la mode peut enlever une population régionale, enflammer le commerce autour d’elle. Au tournant du siècle, elle semble passer des chevaux de l’ouest-nord-ouest (avec les percherons grands triomphateurs) vers ceux du nord-est (les ardennais). Trente ans encore, et c’est l’ascension des auxois, si contestés par l’administration et par les hommes de chevaux (supra p. 233).

233Dans cette période troublée de l’entre-deux-guerres, l’auxois représente l’expansion méridionale de l’ardennais, sur le front national de la culture technique du bovin pour le trait et pour la viande. Il exerce une véritable fascination auprès des marchands, qui se rendent aux foires pour célébrer l’animal à la mode :

C’était une race connue, les paysans savaient qu’ils avaient de bons produits, et ils vendaient cher. Je n’en ai pas acheté souvent parce qu’ils étaient trop chers pour le Berry. Mais je n’ai pas raté une foire, j’y ai vu tellement de beaux poulains (XIX).

234Le témoignage du fils, qui embrasse le même métier, confirme cette fonction spectacle, cette fonction de vitrine de la modernité que la race auxoise assume alors :

Mon père m’avait toujours montré la race de l’Auxois, quand on descendait dans la Côte-d’Or (...). De bons chevaux, les auxois, en plus distingués que l’ardennais qu’on trouvait dans la Nièvre (XX).

235Tout berceau de race soigne l’esthétique de ses chevaux, l’harmonie des rapports de proportions. « Distingués », les reproducteurs d’élite le sont également en race ardennaise et en race percheronne. Mais le code diffère, et le passage d’une esthétique à l’autre marque deux époques successives. M. Girard (refusant l’évidence !) s’interrogeait, en 1929, sur l’issue de la guerre des couleurs et des types qui sévissait en Nivernais :

  • 219 L’auxois réalise une nouvelle synthèse historique, sur un détail morphologique jouant un rôle curie (...)

Maintenant, le goût général se porte sur des chevaux (...) épais, près de terre, aux membres forts, et bien d’aplomb (...).
Quelle sera dans quelques années l’orientation définitive ? Du type percheron ou du type « trait du Nord » ? Quel sera le vainqueur ? (...) Les deux tendances ont des partisans résolus219.

236L’ardennais massif, court, osseux, champion tranquille du tirage au pas, supplante le trotteur percheron à la charpente élégante, et aux pattes fines. Il s’épanouit vraiment dans l’entre-deux-guerres, quand s’achève l’ère percheronne du camionnage urbain. Les chevaux se maintiennent en nombre dans le seul secteur agricole, qui se met à l’heure ardennaise. Un secteur agricole en plein bouleversement lui-même, sous le choc des deux guerres mondiales, des fluctuations démographiques et du changement technologique : le processus de l’exode rural et celui de la motorisation vont de pair. Lorsque survient le brillant épisode auxois, la grande agriculture de l’Europe du Nord (Belgique, Hollande, Angleterre) s’est déjà remontée en tracteurs. Et ce cheval de trait perfectionné des années 1930, qui exerce si grand pouvoir de séduction dans le monde marchand du centre de la France, ne vivra qu’une splendeur éphémère.

237Dans le centre de la France, l’ardennais précède le tracteur de quelques années à peine :

J’avais des ardennais, des mélangés. Je roulais beaucoup de bois (...). J’avais mon étalon pour cinq juments, deux baies, une noire (...). J’avais acheté l’étalon à un éleveur [un emboucheur] qui achetait vingt-cinq, trente poulains, pour la mort. Peu d’éleveurs avaient des étalons, c’était des chevaux sans papiers. Je l’ai vendu — il avait douze ans — quand j’ai acheté un tracteur. Je l’ai revendu à un éleveur (IV).

238L’ardennais, c’est l’ouvrier agricole que l’on s’arrache dans la fiévreuse reconstruction du cheptel des après-guerres, entre le flux et le reflux des machines, un temps repoussées par la crise politique mondiale, mais prenant irrésistiblement possession des campagnes...

239La grande vague de la race rouge coïncide aussi avec le déclin de la grande époque du cheval de trait :

On allait à la foire de Saint-Honoré-les-Bains (...). On aimait mieux les bêtes qui sortaient de par là, les croisés ardennais, ça se vendait mieux quand ils étaient de cette couleur. Les gens préféraient un poulain rouge, c’était pour la région de Graçay, Vatan, les petites fermes. Il n ’y avait plus personne pour les étriller, que le patron, les enfants y touchaient plus. Ça se salissait moins que le percheron (...). A la fin, on ne vendait plus que des chevaux très bien dressés. C’était que pour des clients âgés (XX).

240La gloire de l’ardennais marque la fin de l’âge d’or du cheval de trait et relance la vieille polémique sur les races et leur devenir. L’institution des Haras et les organismes techniques auxquels échoit la tâche de gérer la question chevaline, s’efforcent d’aménager une nouvelle place pour les grandes races lourdes. E. Rossier et J. Coléou écrivaient récemment :

Le progrès technique a tué le cheval agricole et militaire (...). 11 faut reconnaître que le cheval aujourd’hui doit accomplir une reconversion totale, et chercher à se développer dans d’autres voies : c’est à cette mutation difficile vers les sports, le loisir et la boucherie que nous assistons depuis quelques années (Rossier et Coléou 1977 : 33).

241Il se trouve que la race noire, qui avait grandi dans l’épreuve sans jamais parvenir à se faire reconnaître ni à affirmer son identité, va renaître en ces circonstances troublées.

Notes

152 En 1879 et 1881, le Journal d’agriculture pratique fait par exemple paraître deux articles sous la signature de l’hippologue Eugène Gayot, alors retraité des Haras depuis près de trente ans ; le premier, élogieux, porte sur les étalons « rouleurs » de la Nièvre, et le second, plus caustique, traite plus généralement du « cheval de trait dans la Nièvre ».

153 Il s’agit précisément de la Nièvre (voir infra p. 182). D’autres régions ont recours à l’importation méthodique de mâles et de femelles : « En certains coins, la population fut entièrement renouvelée, par exemple dans les environs de La Châtre ; à partir de 1820, on fit venir des juments bretonnes d’Ille-et-Vilaine et du Finistère, des étalons du Perche ; la vente des poulains, à peu près nulle, devint considérable » (Musset 1917 : 120). Une différence majeure entre les deux entreprises (Nièvre et Loir-et-Cher) : la première recherche passionnément la « marque de fabrique », au contraire de la seconde.

154 J.-B. Charrier dit de la Nièvre qu’elle fut le « second berceau » du bétail charolais.

155 L’ambition de la Société d’agriculture est d’entrer en concurrence avec le Perche pour le marché spécialisé des reproducteurs.

156 L’enracinement de ces étalons dits « départementaux » dans la région passe le rite d’attribution du nom : sur cette liste des effectifs de 1880 (planche 48) 20 sujets « portent » des noms du pays nivernais.

157 En 1881, E. Gayot dit de la livrée noire qu’elle est « fort rare aujourd’hui encore dans, la population, très nombreuse pourtant, de l’espèce de trait ». On trouve par ailleurs dans le Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre de 1882, le commentaire suivant : « [A] l’exposition hippique de cette année (...), c’est surtout l’augmentation en nombre et en qualité des poulains nés dans la Nièvre, qui la faisait remarquer (...). Le 1er prix (des mâles nés dans le département âgés de deux ans) a été obtenu par M. Clostre, de Saint-Pierre, pour un très bon poulain. C’est la taille de cet élève qui lui a valu le succès sur le 2e prix (...), le poulain César (...). Les trois catégories comprenant les femelles étaient peut-être moins nombreuses que les années précédentes (...) conséquence de la décision prise par la Société qui, à partir de cette année, n’a plus admis au concours que les bêtes noires » (pp. 17-18).

158 875 francs par sujet ; pour mémoire, noter la gamme de prix des étalons importés dans la Nièvre en 1879 : entre 3 000 et 3 500 francs pièce. En 1870, le cours des poulains de deux ans est aux environs de 800 francs.

159 La Société d’agriculture achète en 1883 par exemple 3 étalons pour la somme de 10 500 F et les revend 6 435 F (Bouille 1883 : 115).

160 Pour P. Denis, la supériorité de la jumenterie dans le « rayon de Nevers » tient à la présence, durant plusieurs saisons de montes consécutives, de l’étalon Villars (lieu de résidence, notons-le, du comte de Bouille) : « Villars était particulièrement remarquable par la beauté de ses formes (...). [C]est une des raisons principales pour laquelle cette contrée a la faveur de posséder une très belle collection de juments noires ».

161 A noter que la Statistique agricole départementale de 1899 donne (sans préciser les catégories du cheptel) 26 230 chevaux (Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre 1900 : 18).

162 A l’extrême sud-est du Cher, à une vingtaine de kilomètres de la Nièvre.

163 La vigne, le maraîchage, l’élevage en « berceau de race », sont des activités qui font la différence avec la pratique agricole courante. L’esthétique de l’animal-partenaire compte beaucoup. Voici ce qu’en dit le père de cet informateur, lui-même ancien marchand, âgé de 94 ans en 1982 : « Par là, dans le Midi, y pardonnent pas ceux qu’ont pas d’encolure. Quand y ont l’encolure faite comme ça, les petits bretons avec du « chef » [l’encolure racée, haut placée], on les vend plus cher qu’ailleurs, mais autrement, on peut pas les vendre, ils n’achètent pas quand ils ne sont pas de vrai modèle. »

164 Les prix moyens des antenais montrent par ailleurs la préférence du commerce pour les mâles : d’après E. Gayot, par exemple, un prix moyen de 550 F contre 375 F pour les femelles (Gayot 1879) ; d’après un compte-rendu sur le concours de Nevers en 1882, le rapport est de 500 F pour 400 F. On ne castre pas en Nivernais, car ces gros poulains vont faire des limoniers et des camionneurs dans la grande culture et le roulage des plaines céréalières et des villes de la partie nord-est de la France, où l’on préfère employer des étalons, réputés plus forts que les juments ou les hongres.

165 Au Concours central hippique de Paris de 1906, P. Denis expose 14 des 22 sujets nivernais dans la section des étalons de trois ans. Ils sont tous achetés sur l’heure par les Américains. Le jury lui décerne le prix d’honneur.

166 Il est probable que le comte de Bouillé n’ait pas pris, au départ, la pleine mesure des difficultés que son projet dualiste blanc bovin/noir chevalin allait rencontrer ; parti de son expérience bovine, il allait bientôt subir l’épreuve très singulière de conflits d’intérêt et de pouvoirs autour de la production chevaline.

167 Le percheron est encensé lorsque les idéologues du cheval de sang croient reconnaître chez lui l’empreinte du pur-sang anglais aux lignes longues, et vilipendé lorsqu’il tend vers une réplique monstrueusement amplifiée de l’arabe — courte, ronde, épaisse — à l’image des cavaleries industrielles de l’Europe du nord-est (voir supra p. 124).

168 E. Gayot (voir supra p. 100, note 87 : quelques éléments biographiques) suit de près les évolutions du cheval nivernais ; il lui consacre deux articles dans le Journal d’agriculture pratique (1879, 1881).

169 C’est la carte dite « Boscher », annexée au rapport sur la loi organique des Haras, du 29 mai 1874. Source d’information de tout ce passage : Procès-verbal des séances du conseil général de la Nièvre, session d’août 1875, 5e séance : 121 (Archives départementales de la Nièvre).

170 Le montant des diverses primes d’approbation est par ailleurs nettement discriminatoire : « le taux des primes est ainsi fixé : Étalons de pur-sang, 800 à 2 000 F ; Étalons de demi-sang, 500 à 1 000 F ; Étalons de trait, 300 à 500 F » (article 4 de l’arrêté ministériel concernant les étalons approuvés et autorisés, paru dans le Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre 1882 : 207).

171 La crise de confiance des éleveurs nivernais dans le Stud-Book sera durable. Voici par exemple un extrait de la séance du 14 décembre 1901 de la Société d’agriculture : « M. Denis demande qu’un nouveau délai soit accordé pour les déclarations d’animaux ; il fait ressortir que les inscriptions ayant été interrompues pendant plusieurs années, les intéressés ont besoin d’un délai pour établir la filiation des animaux (...), on ne doit pas perdre de vue que le Stud-Book n’aura une valeur que si les animaux qui y seront inscrits sont présentés avec le nom de leur ancêtre » (Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre 1901 : 141).

172 Arrêté ministériel concernant les étalons approuvés et autorisés :
— Titre I. — Étalons approuvés : « L’approbation est un brevet désignant à l’attention des éleveurs un étalon susceptible d’améliorer l’espèce. Elle est conférée par le Ministre, sur la proposition de l’inspecteur général de l’arrondissement et le rapport du directeur des haras. »
— Titre II. — Étalons autorisés : « L’autorisation est un brevet délivré au cheval entier susceptible de reproduire sans détériorer l’espèce (...). Elle est conférée par la même forme que l’approbation ; mais les étalons autorisés ne sont astreints vis-à-vis de l’administration des haras à aucune des formalités exigées pour les étalons approuvés, quant à la déclaration du prix du saut, aux papiers d’origine des poulains et aux justifications du service de monte. Néanmoins, les propriétaires peuvent délivrer des cartes de saillies sous leur responsabilité, à la condition de ne pas imiter la couleur blanche ou rose usitée pour les produits d’étalons de l’État et d’étalons approuvés ».

173 Bourgeois et aristocrates, également théoriciens de l’élite et idéologues de la race chevaline d’origine pure, cherchent à contrôler la reproduction par une réglementation parcimonieuse des circuits du « sang » et du sperme. Le contrôle et la sélection se renforcent à mesure que l’on s’approche du « sang » :
Art. 11 de l’Arrêté ministériel concernant les étalons approuvés et autorisés (voir note précédente) : « La totalité de la prime d’approbation ne sera due qu’autant que l’étalon) approuvé aura sailli, savoir : l’étalon de pur-sang arabe, anglais ou anglo-arabe, trente juments ; l’étalon de demi-sang, quarante juments ; l’étalon de trait, cinquante juments.
La Société d’agriculture, pour ses étalons départementaux, transigera sur 100 saillies (Haras : 50 ; Société d’agriculture : 100, contre la pratique courante d’étalons à 200 cartes).

174 Voici les définitions contenues dans l’Encyclopédie du cheval (1964-1974 : 26) :
Blanche (robe). Rarement rigoureusement blanche ; désignée plutôt « gris très clair » en raison de l’existence habituelle de poils foncés mélangés, peu abondants.
Noire (robe). Se définit d’elle-même ; pour des raisons de tradition, au lieu de dire qu’un cheval est noir, on préfère dire qu’il est « bai-brun très foncé ».
Le glossaire du Nouveau parfait maréchal voit les deux couleurs :
Blanc : poil de cheval qui n’a aucun poil noir sur tout le corps.
Noir : poil de cheval, noir jais, ou maure, ou moreau, ou vif, c’est le vrai noir. On appelle un cheval qui, quoique noir a une teinte roussâtre, noir mal teint (Garsault 1741 : 487, 530).

175 La même enquête, poursuivie dans le milieu marchand à Paris, livre l’information suivante : « Je me méfiais toujours des gens qui s’attachaient à la couleur, c’est qu’ils ne connaissaient pas autre chose en général, alors qu’il y a le proverbe qui dit : il y a de bons chevaux de tous poils » (XXI).

176 Faute de moyens financiers suffisants, les épreuves réservées aux poulinières et aux pouliches disparaîtront rapidement. En 1900, le Bulletin de la Société d’agriculture publie le texte suivant, dans la rubrique « Stud-Book » (p. 77) : « Le Président explique qu’il s’est produit une interruption dans les inscriptions au Stud-Book depuis la suppression des concours de poulains de dix-huit mois et de classement des juments. »

177 Ce passage éclaire les présupposés du vétérinaire Guerrin, qui ne nous sont pas étrangers. Comme Lavalard et comme Gayot, il défend la thèse du cheval à tout faire, le gabarit « trotteur », à l’encontre de la « monumentalisation » du modèle.

178 « Dans la décennie 1920-1930 », nous dit un rapport manuscrit sur l’enquête agricole de 1929, « 120 étalons appartenant à des particuliers sont présentés chaque année à la marque de l’administration des Haras ». (Archives départementales de la Nièvre, dossier Enquête agricole de 1929).

179 La « base » évoquée par Guerrin est constituée par les pattes, et également par les pieds. La mauvaise conformation des sabots constitue un trait morphologique érigé en critère de race, étonnamment persistant, depuis P. Denis jusqu’au marchand parisien d’aujourd’hui cité dans les premières pages de cet ouvrage (« des pieds à ferrer tous les deux jours », voir supra p. 6). Citons encore des témoignages actuels d’éleveurs : « Avec les premiers croisements percherons, on a été très contents, parce que le cheval noir était un cheval très épais, avec la fesse descendue, pas trop de pied, le pied plat. Avec le percheron qui était très distingué, le pied de mulet, relevé de la cuisse, de la fesse, ça a l’ait des croisements qui ont donné exceptionnel » (évocation des années 1930, [III]). « Dans le temps la race noire, c’étaient des jolies juments, grosses, qui avaient pas de bons pieds » (I).

180 Dans La Vie agricole et rurale de 1931, A. Spindler écrit : « Les éleveurs du Nivernais avaient amené un lot de chevaux dont l’homogénéité et la vivacité des allures trahissaient un progrès marqué, en comparaison avec un passé assez proche » (Spindler 1931). Et, sous la plume de M. de Saint-Palais, directeur général des Haras en 1950 : « Dérivé du percheron, le cheval nivernais présente avec lui des points communs (...). Dans l’ensemble, s’il conserve le cadre et la direction des rayons osseux du percheron, il n’en est pas toujours de même de la distinction. Souvent la tête est plus lourde, les oreilles plus longues, les yeux moins expressifs, la croupe un peu plus rabattue, les tissus plus communs » (Saint-Palais 1950).

181 Il faut se garder de prendre « au pied de la lettre » ces chiffres livrés par R. Musset. Le Bulletin de lu Société d’agriculture relève, en 1906, 2 500 sujets inscrits en spécifiant que « ce qui donne une plus grande valeur au Stud-Book percheron, c’est qu’il comprend plus de 10 000 animaux ». D’après Musset, de nombreux animaux inscrits dans les premiers tomes du Stud-Book, d’origine incertaine, auraient disparu ultérieurement.

182 « L’élevage nivernais compte environ 15 000 poulinières qui, dans l’ensemble sont d’un bon modèle : la poulinière de choix a 1,65 m environ, l’encolure bien sortie, la tête moyenne, le dos court, les côtes longues et rondes, la croupe bien développée et un peu allongée, les membres larges, fort et secs » (Girard 1917 : 244). L’enquête agricole de 1929 dénombrera 19 (XX) poulinières. En 1840, il y avait 6 967 juments dans la Nièvre (minimum national : Tarn, 1 467 ; maximum : Finistère, 50 502) ; en 1866, on était passé à 11 379 femelles (Heuzé 1870).

183 Progression remarquable, puisqu’en 1783 (supra p. 39), l’inspecteur De Soultrait relevait leur rareté insigne. Il poussait à leur multiplication, dans le but de neutraliser les bidets de bât, par la fabrication de mulets stériles. La statistique de 1899 montre l’échec de sa politique : 160 mulets seulement pour la Nièvre. Les ânes semblent avoir remplacé purement et simplement, dans l’économie rurale, les rustiques petits chevaux de bât et de selle.

184 Le nattage pour le travail est loin d’être un fait général, et mériterait une analyse comparative régionale.

185 Ceux qui fréquentent, par ailleurs, le concours de Nevers (supra, p. 156).

186 Une courte enquête réalisée en Morvan central (Gouloux) au cours de l’automne 1987, apporte les précisions suivantes : « J’avais une paire, deux paires de bœufs, qu’on gardait cinq-six ans, qu’on vendait à la foire de Montsauche, puis j’ai eu un tracteur en 1956. Mais avant le tracteur, j’ai eu deux juments, une rouge et une grise, pendant deux-trois ans, c’était pour aller plus vite, pour herser » (petite exploitation en faire-valoir direct) (XVIII).

187 Ou du moins, plus récemment généralisé. En 1819, rappelons-le, le sous-préfet de Château-Chinon décrivait l’enchaînement saisonnier suivant, dans les embouches : au printemps, les bœufs réformés sont mis à l’engrais ; les vaches suivent et, juste avant l’hiver, arrivent les jeunes chevaux (voir supra p. 54).

188 Cet étalonnier-marchand fait le « courtier », c’est-à-dire l’intermédiaire entre le marchand (étranger) et l’engraisseur.

189 Voir supra notes 115 et 116 ; une monographie familiale devrait permettre d’élucider un aspect de cette recherche qui demeure nébuleux : quelle est la logique socio-économique du choix de l’espèce chevaline ? quels sont, d’autre part, les liens avec les étalonniers poyaudins qui les ont précédés, au milieu du xixe siècle ?

190 « [Que nos éleveurs] s’appliquent donc à vaincre leur reste d’indifférence pour l’élevage du cheval (...), le monde agricole de tous les pays est à la recherche du bon étalon de trait (...). Le courant d’idées étant à la production du cheval de trait (...), avec lui naîtra et se développera le goût du cheval (...) qui, force m’est de le reconnaître, manque à notre pays » (Bulletin de lu Société d’agriculture de la Nièvre 1882 : 18 ; 1880 : 68).

191 « Pas de pied, pas de cheval », dit le dicton. Et la réputation confère à chaque race chevaline des caractéristiques propres quant à la conformation des sabots : les percherons , champions du trafic rapide (ville et route) les ont logiquement petits, durs, hauts en talons ; les ardennais, spécialistes du roulage lent et de la grande culture, partagent avec les nivernais le défaut du pied plat et de la faiblesse de la corne. De l’héritage génétique à l’idéologie... affaire à suivre.

192 Longue corde d’environ deux mètres, équipée d’un anneau de fer à l’une des extrémités, dans lequel on passe l’autre bout pour faire un nœud coulant.

193 Le câble et le caveçon figurent dans la panoplie des objets spécifiques au maniement des bovins de concours.

194 Coulache, prolonge et câble : termes régionaux, désignant le même objet.

195 « Voilà trente ans en arrière, dans les années 1960, on mangeait les vieux chevaux, qui n’étaient pas chers. On usait les chevaux, les bœufs on les usait pas. Les chevaux, quand ils allaient à la boucherie, ils avaient vingt-cinq ans, la peau sur les os, ils allaient souvent au saucisson. C’était pas de la viande de luxe, elle était moitié moins chère que le bœuf. Les chevaux on en avait besoin pour faire le travail » (XX).

196 « Un charretier de la Beauce, c’est l’attelée de trois chevaux. Après ça, du côté de l’Ain, les attelées c’était quatre chevaux et quand vous allez vers l’est, des attelées de cinq, y mettaient trois devant et deux derrière. — Et dans la Nièvre, bout-à-bout, en flèche. — Ça tire mieux quand ils sont tous de front, il faut que ça démarre ensemble. — On en revient toujours aux mêmes histoires, parce que les juments, dans la Nièvre, avaient du vice un peu, il n’y en avait pas une franche de collier, ils en mettaient six où nous on pouvait en mettre trois, parce qu’il y en avait pas une de vraiment franche. Trois chevaux de front c’est plus fort que de file, parce qu’ils tirent sur la même barre, sur la même ligne, ils tirent long, fort, en file c’est dur de les faire s’entendre, pour qu’ils tirent pareil. C’est des habitudes de région » (XX et XXI).

197 Rédigé en pleine période « percheronne » par un admirateur de la race (A. Sanson), ce texte analyse bien l’opération singulière de la perchisation. Mais il passe sous silence le mouvement massif des poulains d’origine bretonne, qui alimente pour bonne part cette machine économique bien rodée. De nombreux auteurs en ont fait l’analyse (Musset 1917, Le Berre 1982 et Mulliez 1983).

198 « Monsieur P. Denis, l’éleveur bien connu (...) exposait à lui seul 14 animaux qui tous ont été vendus séance tenante pour l’Amérique (...). Dans la section des étalons de 3 ans, il remporte les 4 premiers prix (...). P. Denis a en outre obtenu le prix d’honneur de la section nivernaise » (compte-rendu du concours central des reproducteurs à Paris, Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre, 1906 : 114).

199 Dumphlun est un hameau de la Nièvre (commune de Billy-Chevennes).

200 C’est P. Denis lui-même qui le présente.

201 Dans les Vaux d’Yonne. Il est donc voisin de P. Denis. En 1901, L. Flament entretient 16 étalons, dûment munis de leur certificat sanitaire.

202 « Le percheron, c’est un bon cheval, mais le malheur est que c’est la race la plus camelotée qui existe » (XXI). « Cameloter » n’est-il pas synonyme, ici, de « perchiser » ?

203 « Ainsi que l’a exprimé M. l’Inspecteur des Haras, il serait à désirer que l’on entreprît à nouveau la création d’un type de moyen percheron, transformation facile à réaliser pour qui connaît la souplesse des procédés d’élevage locaux (...). L’on sait en effet qu’il n’est pas de race plus aisément malléable que la race percheronne, et l’on a pu dire justement de la science accomplie de ses éleveurs qu’elle leur permet de produire tout type de chevaux qu’il plaît à leurs clients de demander ». (Barbier 1922 : 358).

204 Sur cette question du « retour » au postier gris, il convient de rester prudent quant aux assertions des personnels des Haras et de leurs proches. La distance est parfois grande, entre le désir de voir les éleveurs se conformer à leur idéal — le cheval à deux fins — et la réalité (voir supra p. 121). La France se relève à peine de la guerre de 1914, qu’elle s’ouvre à une nouvelle folie du gros, cette fois-ci venue du Nord : « Le cheval de trait du Nord n’a de limite ni dans la taille, ni dans le poids (...). Laissons donc ces grands animaux, qui atteignent des prix formidables, mais qui ne s’élèvent et ne s’utilisent pas partout, au nord de la France (...). Ce serait une grande erreur d’encourager le cheval toujours plus grand, toujours plus gros (...). L’ardennais représente par définition, pour le Service des Haras, un cheval de petite taille ou de moyenne taille et de format moyen (...). Nous avons sous les yeux un rapport (...) concernant l’obligation de maintenir le cheval de trait léger ardennais dans les tailles moyennes, en s’opposant aux tendances en vue de trop grandir la race... » (Choin 1927 : 84).

205 En 1919, les livres d’origine des races bovines nivernaise et charolaise fusionnent sous la dénomination « Herd-Book de la race charollaise » ; le siège reste fixé à Nevers, et la gestion confiée à une commission interdépartementale (Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre 1919 : 28-44).

206 Le rouge correspond au bai du langage zootechnique. Cette dénomination englobe les couleurs apparentées, à dominante de poil « rouge », par exemple le pêchard (ou aubère), poils blancs et rouges mêlés, fréquent dans la race auxoise. S’y oppose le pôle blanc-noir, avec tous les gradients du gris.

207 Le ton nationaliste s’explique en partie par des circonstances historiques singulières. En effet, les chevaux américains (chevaux de trait tout particulièrement) affluent vers l’Europe en guerre : « [En 1916], le nombre de chevaux exportés des États-Unis en Europe et au Canada atteignait, d’après la statistique officielle de Washington, le chiffre de 510 185 et celui des mulets 185 000 (...). Leur destination est le champ de bataille et principalement la France (...). Il s’y ajoute à présent les chevaux amenés par les Américains avec leur propre armée (...). C’est un énorme contingent de juments de trait qui restera sur notre sol, à côté duquel il n’y aura que peu (...) de chevaux de sang, comparables aux nôtre » (Choin 1918).

208 Les syndicats hippiques, à partir de 1926, prennent le relais de la Société d’agriculture pour gérer la race (voir infra p. 281 et note 236).

209 Ay du Fosteau, le champion de la race « trait du Nord » à Paris, en 1924, fait l’objet d’une offre de vente à 300 000 F (refus du propriétaire).

210 Gabarit de canon alors en usage. La guerre des races et des gabarits chevalins bat son plein : les Haras plaident la petite race, contre les éleveurs qui veulent « grossir » pour suivre — disent-ils — les progrès des équipements civils ou militaires.

211 A l’exacte limite du territoire de la race bretonne...

212 « Ils mesuraient, les Bretons, les Percherons, ceux qui élevaient des étalons, ils sortaient tous leur mètre, ces étalonniers quand ils achetaient des poulains. Ils mesuraient tout, d’après des cotes normalisées, ils connaissaient toute la lignée, les origines » (XX).

213 L’ardennais qui gagne la Nièvre se rapprocherait plutôt du type « trait du Nord » que du petit modèle prôné par l’administration : « A Nevers, le docteur Gaulier, il en a passé de l’argent pour améliorer la race de la Nièvre. Il avait introduit des étalons belges qui faisaient 1 300, 1 350 kg dans les années après 1914 » (XIX).

214 Près de Vierzon.

215 Le métayer n’est pas propriétaire des animaux : il s’en sert et reçoit en partie des bénéfices réalisés par les ventes, selon les clauses fixées par son contrat (voir supra pp. 47 et 55). L’enquête de 1985 a confirmé la persistance tardive de ces liens contractuels dans la Nièvre, et en particulier dans le passé récent des éleveurs de chevaux noirs.

216 Des liens étroits unissent les mariniers et les meuniers : « On ne revendait jamais nos bêtes à la boucherie, on essayait de leur trouver un coin tranquille, chez un meunier par exemple. C’étaient des bêtes usées, on leur donnait s’il le fallait » (X).

217 Les vignobles méridionaux seront une manne pour l’élevage breton. Les vignerons recherchent un modèle particulier, qu’ils payent nettement au-dessus des cours : « Dans la Bresse, on débarrassait n’importe quel cheval breton. Mais pour le Midi, y pardonnaient pas, les gars, ceux qu’avaient pas d’encolure. Quand y ont l’encolure faite comme ça [rouée], les petits bretons on les vendait plus cher qu’ailleurs, mais ceux qu’étaient pas de vrai modèle, on pouvait pas les vendre » (XIX).

218 Cet intérêt porté au bidet n’est pas le seul fait des éleveurs nivernais. Une monographie comparative inter-régionale sur le sujet reste à faire.

219 L’auxois réalise une nouvelle synthèse historique, sur un détail morphologique jouant un rôle curieusement important pour la sensibilité française : la sobriété, nouvelle pour le groupe ardennais, du système pileux sur les pattes (voir supra p. 235). On le dit également plus « distingue » que l’ardennais.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3010/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search