Version classiqueVersion mobile

La bête noire

 | 
Bernadette Lizet

Chapitre 2. Les prémisses de la race noire

Texte intégral

Le grand siècle du roulage et les fastes du cheval de trait

  • 1 « Le cheval qui valait au commencement du siècle 500 à 600 F a passé successivement par les prix de (...)

1Tandis que se ferme le marché des chevaux de selle et de bât, celui des attelages (voitures et charrettes) entre dans une phase de prospérité qui durera tout le xixe siècle1.

Tendances du marché national et international

2A peine amorcée au moment de la Révolution, la substitution va s’accomplir dans les décennies suivantes. Un agriculteur percheron écrit en 1847 :

En France (...) tout le monde veut aller en voilure. Il en résulte que le cheval de trait est demandé et que le cheval de selle est délaissé. Les faits sont là pour nous dire l’augmentation prodigieuse de tous les véhicules dans Paris et dans les autres villes, l’établissement des petites voitures dans toutes les directions au fur et à mesure que les routes deviennent viables, les habitudes des fermiers, des commis-voyageurs, des colporteurs qui ont tous cabriolets, carrioles ou charrettes, les besoins et l’intelligence du commerce qui veut aller vite et diminuer ses frais de déplacement, et même l’agriculture qui abandonne peu à peu le travail par les bœufs pour le remplacer par celui des chevaux (Desvaux-Lousier, cité par Musset 1917 : 105).

3Sous l’influence des maîtres de transports (malles-postes et diligences), les routes s’allongent et se perfectionnent. Le coût des transports de marchandises diminue d’un tiers entre 1810 et 1850 ; entre 1830 et 1845, la fréquentation des routes double (Musset 1917 : 106). G. Duby et R. Mandrou voient dans les transports routiers et fluviaux, à la veille de la construction du chemin de fer, « le secteur de l’économie française qui a sans doute le plus progressé depuis la Révolution » (Duby et Mandrou 1958 : 173).

4Deux pôles dans ce puissant monde du roulage. La poste et les messageries, d’une part, qui emploient 20 000 chevaux en 1840 ; les grandes entreprises urbaines, d’autre part : la Compagnie des omnibus achète par exemple 24 571 chevaux en 15 ans (1855-1870). Elles usent leurs cavaleries : toujours plus vite, toujours plus lourd. L’expérimentation scientifique vise à perfectionner sans cesse le rendement de la traction. La régularité des débouchés pour de « bons » produits entraîne les éleveurs à spécialiser et intensifier leur activité :

Par suite de l’emploi de reproducteurs mieux choisis, plus substantiellement nourris, mieux logés, moins surmenés (...) il s’est produit une profonde amélioration de l’espèce qui a grandi et s’est trouvée mieux appropriée aux nécessités de la consommation (Lavalard 1894 : 233).

5L’expansion spectaculaire du cheval de trait et l’amélioration de son élevage sont des affaires résolument privées. Tous les auteurs l’affirment avec autorité :

Sans vouloir donner une aussi grande importance que Gayot à l’influence administrative des Haras (...) il faut reconnaître que c’est surtout à l’activité imprimée aux transports industriels et commerciaux au commencement de ce siècle, qu’on doit le bon entretien et le développement de nos races de trait (...). Il est facile de remarquer qu’à partir de cette époque les éleveurs suivaient les différents détails de la production, les exigences du commerce (...) (Lavalard 1894 : 233).

6ou encore :

  • 2 Quelques éléments biographiques sont utiles pour situer le propos de ces trois auteurs (voir l’ouvr (...)

Nos chevaux de trait, que l’agriculture a perfectionnés, sans l’intervention de l’État, par son usage et son commerce, sont très distincts les uns des autres ; ils sont de plus très propres aux diverses spécialités de service auxquels ils sont employés (Richard dit « du Cantal » 1859 : 3)2.

PLANCHE 27. Loi relative à la surveillance des étalons
Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté,
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :
Art. 1er. — Tout étalon qui n’est ni approuvé, ni autorisé par l’administration des haras, ne peut-être employé à la monte des juments appartenant à d’autres qu’à son propriétaire, sans être muni d’un certificat constatant qu’il n’est atteint ni de cornage, ni de fluxion périodique.
Art. 2. — Ce certificat, valable pour un an, sera délivré gratuitement après examen de l’étalon par une commission nommée par le ministre de l’agriculture.
Art. 3. — Tout étalon employé à la monte, qu’il soit approuvé, autorisé ou muni de certificat indiqué ci-dessus, sera marqué au feu sous la crinière.
En cas de retrait de l’approbation, de l’autorisation ou du certificat, la lettre R sera inscrite de la même manière, au-dessus de la marque primitive.
Art. 4. — En cas d’infraction à la présente loi, le propriétaire et le conducteur de l’étalon seront punis d’une amende de cinquante à cinq cents francs (50 à 500 F). En cas de récidive, l’amende sera du double.
Art. 5. — Seront passibles d’une amende de seize à cinquante francs (16 à 50 F), les propriétaires qui auront fait saillir leurs juments par un étalon qui ne serait ni approuvé, ni autorisé, ni muni de certificat.
Art. 6. — Les maires, les commissaires de police, les gardes champêtres, la gendarmerie et tous les agents et officiers de police judiciaire, les inspecteurs généraux des haras, les directeurs, sous-directeurs et surveillants des dépôts d’étalons, les chefs des stations d’étalons de l’État, dûment assermentés, ont qualité pour dresser procès-verbal des infractions à la présente loi.
Parue dans le Journal officiel du 18 août 1883.

7Derrière ces affirmations péremptoires, on devine une dure rivalité entre l’étalonnage privé et l’étalonnage d’État. En 1883, pour la première fois, un texte de loi vise à la « surveillance des étalons » (voir planche 27). E. Gayot écrit en 1887 :

[Voici] l’obstacle le plus grand à des améliorations généralisées et soutenues (...) : un millier d’étalons nationaux contre une force étalonnière privée onze ou douze fois supérieure (...).
Voici quatre-vingts ans que l’administration des Haras réclame quelque mesure (...) contre les étalons destructeurs de toutes qualités (...), dont l’intervention stérilise les sacrifices consentis en faveur de l’industrie chevaline (...).
Depuis cent ans, dans les départements limitrophes de la Belgique (...), les possesseurs de cinq cent à six cent mille poulinières (...) ont dû accepter six à sept mille étalons, dont le quart venait de l’étranger, tous les entiers imaginables (...), des restes du commerce aux rebuts de la Belgique (...). [La loi] porte atteinte au droit sacré de propriété (...) (Gayot 1887).

8Mais c’est bien, en définitive, le grand négoce qui fait et défait les races de trait. Il met les producteurs en rapport avec les consommateurs ; il fait circuler les produits d’un élevage diversifié et spécialisé, il en organise la composition et la différenciation.

9Les cavaleries régionales possèdent leurs caractéristiques propres et jouissent d’une réputation construite sur une tradition marchande séculaire (voir supra note 77). Cette personnalité, qui détermine leur valeur pécuniaire d’un bout à l’autre de la chaîne des échanges et qui attire de loin les maquignons (c’est la grande époque de nomadisation pour ce groupe professionnel), repose sur des bases solides. Un aspect physique relativement homogène, d’abord, qui permet de s’y retrouver :

  • 3 Cerner les caractéristiques physionomiques des populations régionales n’est pas une entreprise aisé (...)

La forte race boulonnaise, si puissante pour le gros trait (...) a la tête forte, droite, l’encolure épaisse, les épaules grosses, le dos et le rein courts et larges, la croupe arrondie et fortement musclée ; ses membres sont vigoureux et d’aplomb (Richard du Cantal 1859).
Les (...) flamands étaient plus grands, plus gros, mais plus mous que les boulonnais ; ils étaient utilisés pour de très lourdes charges (Musset 1917 : 116).
Les chevaux poitevins étaient très grands, presque autant que les flamands, mais mal conformés : tête longue et pesante, encolure effilée, croupes larges avec des hanches saillantes, membres forts, mais long-jointés, jarrets souvent clos (ibid.)3.

  • 4 Voilà un thème d’une grande richesse : la genèse d’un critère de couleur dans la stratégie de sélec (...)

10Parmi les caractères physionomiques, figure la couleur du poil ; elle passe parfois en premier plan : c’est le cas des percherons. Chevaux de poste par excellence, ils porteraient fréquemment la robe grise, pour faciliter le repérage pendant la nuit4.

11Mais l’aspect des chevaux et leur type morphologique importent dans la mesure où ils correspondent à une fonction économique précise : le corps animal et la race dans laquelle on le classe ne sont pas beaux en valeur absolue ; ils le sont pour autant qu’ils rendent de bons services au travail et rapportent de l’argent. Richard du Cantal conclut ainsi sa dithyrambique description de la « forte race boulonnaise » (voir page précédente) : « Elle fournit des individus du plus beau type connu comme puissance musculaire. »

12Éloge de la machine animale, du « moteur animé » ainsi qu’on aime le formuler à l’époque. Voici le tractionneur exactement mis au point entre les mains expertes de l’éleveur. Mais si le boulonnais est à ce point rodé aux besoins, s’il forme l’élite de sa catégorie, c’est qu’il est produit tout près de la capitale :

Les lourdes charrettes dont l’usage est si général dans un rayon de 60 à 70 lieues autour de Paris, rendent nécessaires des chevaux épais ayant la jambe forte, l’encolure chargée, le poitrail et la croupe très larges (Quentin 1842 cité par Musset 1917).

13D’après Musset, les flamands, les comtois, les poitevins sont de qualité inférieure ; mais ils coûtent moins cher (Musset 1917 : 113-115).

14Il en est de même pour l’autre grande classe de chevaux de trait : chez les « trotteurs » (dits « trait léger »), le percheron est l’homologue du boulonnais ; autour de lui gravitent les populations de même type, mais de seconde catégorie : le breton principalement, le berrichon, l’ardennais et le lorrain.

PLANCHE 28. La gloire du percheron



xixe


xixe
ibid. : ibid.


15Ce distinguo entre les animaux massifs et paisibles qui acheminent des fardeaux pesants et les coursiers énergiques véhiculant les marchandises urgentes et les personnes, sera bientôt discuté avec passion dans le monde du cheval. Car l’avènement du chemin de fer, laborieux mais inexorable (premières lignes charbonnières en 1823, 3 000 km en 1848) met un terme à la brillante carrière du « trait léger », jusque-là soutenu par les progrès incessants de la poste et des messageries. En vingt ans, le chemin de fer supprime le roulage rapide et met ses écuries au chômage : exactement comme l’amélioration des routes et de la circulation hippomobile, un demi siècle auparavant, avaient fait tomber le cheval de selle dans l’anachronisme. Toutefois, le négoce du cheval de roulage ne s’est jamais aussi bien porté.

16Bien loin de condamner la traction chevaline, le chemin de fer lui donne une vive impulsion. Le chantier même d’installation multiplie les lourds charrois. Après quoi, les attelages transportent voyageurs et marchandises, depuis les gares jusqu’au point final de destination. Pour tous ces chevaux de service, le commerce demande de plus en plus « gros ». Cette tendance va de pair avec une spectaculaire uniformisation des cavaleries régionales. Les deux processus conjoints, âprement combattus par les hippologues des Haras et leurs alliés, atteignent un point culminant dans les deux dernières décennies, avec l’ouverture du marché aux Américains des États-Unis et d’Argentine. Les prix flambent, la « folie du gros » gagne les éleveurs auxquels on achète « au poids ». Les défenseurs de l’ancien type déchu se rendent à l’évidence : les cavaleries de l’Europe industrielle sont parfaitement adéquates à la mode américaine :

Est-ce un progrès ? Oui, si l’on ne considère que la vente à des prix très élevés. Il est bien évident que le gros cheval est très demandé par le commerce et l’industrie, aussi bien en France qu’à l’Étranger et sa production est actuellement très prospère (...), les chevaux énormes de couleur noire, amenés aux concours, ont atteint des prix très élevés. Mais si ce sont des machines puissantes (...), ils n’ont plus les allures vives de nos anciens percherons et boulonnais et ils se rapprochent des races anglaises et belges, avec plus de modèle. Ils ont plus d’élégance du reste et ils gardent une activité qui vient de leurs ancêtres (Lava-lard 1908).

  • 5 Dans sa célèbre « statistique de la Compagnie des omnibus », Lavalard donne, pour la période 1877-1 (...)

17Cette fixation sur la couleur noire5, provoquée par les Américains, parachève le processus de standardisation des races européennes et des cavaleries françaises régionales : du boulonnais au breton, à l’ardennais (plus « près de terre » toutefois) et au percheron, plus personne n’est capable, dans les grands concours, de repérer la provenance géographique des bêtes. Vers la fin du siècle, les jurys qui jaugent les lots en arrivent à refuser les catégories territoriales. A partir des années 1880, l’Eldorado américain a pour effet d’accroître la circulation des reproducteurs mâles de fort gabarit : « C’est l’époque où les étalons boulonnais et percherons se répandent dans toutes les régions d’élevage du cheval de trait » (Musset 1917 : 124).

PLANCHE 29. Les chevaux bretons statufiés




  • 6 L’étude extraordinairement documentée de Musset reste qualitative sur ce point : on ne pèse pas les (...)
  • 7 Mulliez critique Musset sur ce point : l’élevage percheron ne serait pas une innovation du xixe siè (...)

18Dans cette course au poids et même à l’embonpoint6, destinée à attirer les fabuleux acheteurs américains, les éleveurs n’ont pas, bien sûr, les mêmes chances. La production d’animaux d’un tel calibre suppose un riche capital génétique dans la jumenterie, permettant un jeu dans la sélection (en recourant à d’éventuels mâles étrangers). Elle suppose aussi une nourriture abondante. Le clivage classique régions pauvres/régions riches se dessine plus vigoureusement que jamais. La France du nord ne craint pas la concurrence du Sud ; et le Nord voit se détacher un centre particulièrement offensif : le Perche. Il n’a fallu qu’une centaine d’années pour y métamorphoser le bidet à demi-sauvage des landes et des terres vagues7 — celui que toute la France agricole extensive produisait presque partout avant la révolution agricole et industrielle — en un géant sophistiqué, coulé au moule d’une esthétique internationale ; un véritable objet de luxe et de salons, ou tout au moins d’écurie richement garnie. Le Perche : un voisin immense, très attentivement observé en Nivernais.

19Mais le « Perche aux bons chevaux » (de trait), à l’image de toute région d’élevage amélioré, ne fabrique pas que des champions. Exposant les prix du marché durant le xixe siècle, Lavalard (voir supra note 86) distingue soigneusement les cours des bêtes de service et ceux des reproducteurs. Et pour cause ! En 1889, l’année de la célèbre exposition internationale de Paris, où triomphent les percherons, les étalons promis à l’exportation valent dix fois plus cher que les meilleurs ouvriers (jusqu’à 15 000 F, contre 1 600). Cette année-là, les Américains achètent 3 000 chevaux dans les concours et les fermes percheronnes. Ces chevaux-monuments, exactement construits pour séduire les grands éleveurs d’outre-Atlantique « villageant » au pays, rapportent beaucoup d’argent et beaucoup de prestige ; ce n’est évidemment pas l’affaire de tout le monde. On trouve ce propos, en 1900, dans la grande revue agricole de Chicago :

  • 8 Musset précise : « Les Perriot sont les éleveurs les plus importants du Perche. » Quant à Mark Dunh (...)

Les Perriot ont l’ait le Perche. Cela peut paraître un langage extravagant. Mais, en outre, il y aura quelqu’un pour dire : c’est Mark Dunham qui l’a l’ait (Musset 1917 : 187)8.

  • 9 La meilleure preuve en est que les grands importateurs américains, qui l’ont valoir à leur gouverne (...)

20Boutade, certes. Mais elle dit bien la mise en place d’un véritable monopole de l’élevage entre les mains de quelques familles, étroitement associées aux acheteurs américains ; leur territoire géographique, vers 1880, se localise aux environs immédiats de Nogent-le-Rotrou. Concentration géographique et sociale, mais aussi, sélection génétique rigoureuse chez l’animal : on procède à des accouplements consanguins, à partir d’un tout petit nombre d’étalons. Le contrôle de la généalogie s’organise sous la pression américaine. Les importateurs créent à Chicago en 1883 une « American Percheron Association » et publient la même année un « Percheron Stud-Book of America », quelques mois après l’ouverture d’un Stud-Book percheron français où figurent les expatriés. L’inscription au livre des origines est donc un sésame à l’exportation et à la compétition internationale. L’objectif est avant tout économique, puisqu’il s’agit de conquérir un territoire et de le défendre9. En Amérique, les grands éleveurs construisent des empires percherons :

M. Dunham transporta ses étalons dans sa grande ferme d’Oaklawn en Illinois : [il en employa] plus de 100 (...) à la production des métis qui entrèrent en concurrence dans les grandes villes du Centre et de l’Ouest avec les produits des shires, des clydesdales et des belges. La supériorité de ces métis issus du percheron éclata bientôt à tous les yeux : les compagnies d’omnibus et de tramways des villes de la région des Grands Lacs et du bassin du Mississipi les adoptèrent à l’exclusion de tous les autres (...). De très nombreux éleveurs, suivant l’exemple de M. Dunham, vinrent chercher des percherons en France (Musset 1917 : 188).

xixe



xxe








cheval-locomotive mastodonte adipeux et pléthorique,
  • 10 Ces manifestations consacrent la mondialisation des échanges et du modèle de développement à l’euro (...)
  • 11 Deux auteurs américains écrivent en 1917 une énorme saga du percheron : A. Sanders et W. Dinemore, (...)

21En 1893, la ville de Chicago (siège du Stud-Book) apporte sa contribution à l’aventure des expositions universelles10. Elle la conçoit comme exceptionnelle, puisqu’elle doit fêter la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. Comment ne pas relier ces faits presque synchrones : la cérémonie des origines, sa mise en scène dans la vie économique internationale et la passion généalogique des Américains pour les animaux domestiques importés d’Europe11 ?

  • 12 « De riches Américains achetaient, sur un coup d’œil, le percheron de la diligence qui les emportai (...)

22Considérons l’esthétique étonnante des gros chevaux, sortis vainqueurs d’une rude compétition européenne, qui traversent alors l’Atlantique. Ces corps pléthoriques peuvent apparaître comme une exagération du grossissement qui a affecté les cavaleries tout au long du siècle, comme l’image d’une modernité européenne qui va se déployer dans la richesse de la plaine américaine et de ses marchés urbains12. Cette monumentalisation du « moteur animal », si caractéristique du tournant du siècle, est d’autant plus frappante qu’elle intervient à la veille de la motorisation de l’agriculture et des transports urbains.









L’esthétique chevaline et ses enjeux sociaux

23L’ampleur des formes surprend, certes, mais plus encore le style imprimé au corps. Un style que Lavalard considère comme européanisé (voir supra p. 106 : « ils se rapprochent des races anglaises et belges ») et tout de même français (« ... mais avec plus de modèle. Ils ont plus d’élégance du reste et ils gardent une activité qui vient de leurs ancêtres »). Il nous reste à analyser cette signature nationale, particulièrement bien exécutée chez le percheron promis à la reproduction en Amérique.

24Dans son ouvrage intitulé Le cheval, économie rurale et industries de transport, E. Lavalard sélectionne trois modèles qu’il juge caractéristiques du perfectionnement plastique et fonctionnel accompli au cours de son siècle. On n’entrera pas ici dans le détail du raisonnement sur la forme et la fonction, qui a tant préoccupé les zootechniciens et qui relance le vieux débat des hippiatres sur le « beau » et le « bon ». On se contentera de deux remarques, en parallèle aux commentaires de l’auteur (voir planche 31). Ce qui frappe d’abord, c’est la posture de l’animal le plus tardif : les sens en alerte, tendue en avant, cette championne a appris à se présenter devant le jury. Nous sommes en 1878. Paris et Londres en sont à leur troisième exposition internationale. Le rituel sophistiqué du concours est désormais élaboré.

25La comparaison entre les lauréats, de 1867 à 1878, renvoie par ailleurs irrésistiblement aux objectifs énoncés par l’administration des Haras à propos de la sélection des animaux de trait. C’était en 1806, peu de temps après son rétablissement (la Révolution française l’avait dissoute) :

Le cheval de trait léger étant fréquemment dans le cas de trotter, il doit être, dans toutes ses parties, de moindre volume [que le cheval de gros trait] (...). Il doit avoir la tête moins forte, l’encolure moins épaisse, le rein plus court, le poitrail moins chargé, le poil aux jambes plus rare, le pied plus léger (...). Le caractère distinctif du cheval de trait léger est d’être propre à tout usage autre que la selle ; encore convient-il (...) comme bidet de poste. Il est propre au service de l’artillerie, du train, des messageries, des postes et généralement à l’industrie, notamment à l’agriculture (cité par Lavalard 1894 : 234).

26En cette période de généralisation — et forcément de démocratisation — de l’usage des chevaux dans la vie économique du pays, le trotteur véloce est-il à même de réaliser une synthèse entre les besoins du capitalisme marchand et les intérêts de l’État (ceux de l’armée, et ceux de la puissante maison des Haras nationaux) ? Avec les alliés qu’elle s’est faits dans la bourgeoisie marchande, celle-ci lutte en effet contre l’amplification du gabarit chez les bêtes de trait.

PLANCHE 32. Le percheron un pur-sang de trait ?
« Percheron en action » (Trolet 1907 : 65)



er


27Elle use de toute son autorité pour protéger le type léger dont le commerce se détourne. E. Gayot en est l’apôtre le plus convaincu, le défenseur le plus engagé. Il se réjouit de la montée de la concurrence du rail, qu’il juge (à tort) mortelle pour toute cette « plèbe » mal contrôlée :

Le gros étalon de trait, ce cheval sans type (...), lourd et commun (...), qui a été depuis vingt ans en France l’objet d’une prédilection si marquée, a désormais fait son temps. Le Perche avait grossi et alourdi sa race ; maintenant il revient sur ses pas, il modifie la structure ronde et courte de son cheval ; (...) on allonge les lignes, on ouvre, on étend le compas (...) ; aussi, chez le percheron amélioré, on commence à trouver plus de vitalité, une aptitude plus grande au trot rapide et soutenu, une plus forte dose d’innervation, plus de légèreté d’allures sous le même volume et le même poids, plus de distinction, le même gros et moins de commun, plus de véritable énergie » (Gayot 1850 : 26).

28Derrière le vocabulaire technique et le raisonnement pragmatique, (faire efficacement tirer au trot), on reconnaît le fantasme du retour au cheval des origines, ce cheval irrigué par le « sang » supérieur, l’exact contraire de la plèbe grossière, de la foule innombrable, en un mot, l’élite : celle des temps féodaux et de l’appropriation exclusive du cheval par la noblesse.

29L’inspecteur des Haras poursuit :

Quand cette transformation sera complète, le cheval percheron redeviendra un cheval de croisement utile pour produire des mères capables d’être livrées à des étalons supérieurs par le sang (ibid.).

30Mais la tendance est bien au « gros » :

Dès 1861, (...) on se plaignait déjà de la préférence des éleveurs pour les gros étalons. C’est contre cela que les promoteurs de la Société hippique du Perche et de la Beauce voulaient réagir, et nous n’avons pas hésité à lui prédire qu’ils échoueraient (...). On ne produit pas, dans des vues purement spéculatives de prétendue conservation d’une race, une marchandise moins chère quand on peut en produire une plus chère et plus lucrative (Barral et Sagnier 1886-1892 : 97).

31Le combat est donc rapidement perdu : pour qu’une race existe sur la scène économique, il lui faut un marché ; s’il évolue, elle doit changer, quel que soit le degré de perfection plastique et physiologique atteint dans son type.

32Le remplacement d’une catégorie d’animaux par une autre, comme s’il cristallisait les enjeux du rapide changement économique et social dont il participe, s’effectue donc une fois de plus dans un climat émotionnel tendu.

33Ce n’est pas nouveau : derrière le débat d’idées sur l’esthétique chevaline, se dessinent des luttes sociales. Si l’on s’en tient à la démonstration de Lavalard sur la régularisation du modèle, en trois étapes schématiques échelonnées sur le siècle, on peut croire au triomphe de l’idéologie aristocrate élitiste : les traits « paysans » (voir supra, note 77) de l’étalon primé en 1867 — ensemble pesant, allure endormie, grosse tête, membres épais et chargés de poils, croupe saillante et large — s’effacent chez la jument de la décennie suivante. Aurait-on réussi à anoblir les chevaux de trait, en les tirant vers la norme plastique du cheval de sang ?

  • 13 Dans son avant-propos d’un long article paru par épisodes dans L’Indépendance de Clamecy en 1905, l (...)
  • 14 On analysera ultérieurement leurs divergences idéologiques (infra : 121).
  • 15 Ce processus d’« anoblissement » du cheval de trait, par la mise en adéquation progressive du cheva (...)

34Lavalard, ce vétérinaire qui gère la cavalerie de service parisienne la plus performante et sans doute la plus en vue, fait partie des jurys qui classent l’élite des grandes races européennes dans les expositions et les concours13. Il y côtoie les dirigeants des Haras dont il partage à l’évidence le système de valeur14. Il croit notamment au « cheval à tout faire », celui qui réduirait enfin les tensions sociales nées des divergences d’intérêt sur les modalités de la production et de l’emploi de l’espèce equine15.

Nous avions le soin de recommander aux éleveurs de sélectionner (...) le cheval de trait qui peut convenir en même temps aux travaux de la culture, du commerce, à l’industrie et même au luxe et dans certains cas à l’armée (Lavalard 1894 : 243).

35Il ne cache pas son hostilité à la demande marchande pour les bêtes épaisses. Il réagit aussi contre la fascination exercée par les cavaleries des pays plus avancés dans le processus d’industrialisation et d’urbanisation :

Nous avons toujours répété (...) [que les éleveurs] devaient éviter la production du cheval lourd, dont le type ressemble au cheval belge ou au cheval anglais nommé « clydesdale » (ibid.).

  • 16 Comme les « misérables » chevaux exclusivement agricoles, ou les « mauvaises poulinailles » servant (...)

36Son schéma de « modification des races de trait », en fin de compte, ne reflète sans doute pas la réalité la plus actuelle de son temps ; il gomme, la jugeant néfaste pour les « races » de son pays, la phase monumentale qui clôture le siècle. Les hippologues se désolent de cette « folie du gros », dans laquelle ils voient une sorte de corruption de l’espèce16. Mais ce dernier genre s’inscrit pourtant dans le continuum esquissé par Lavalard, sous-tendu par l’idéologie cavalière. Voilà, entre les mains des éleveurs, une troublante incarnation de la théorie du « sang » formulée par Gayot (voir supra p. 116 : « plus de distinction, le même gros et moins de commun, plus de véritable énergie »). Idée bien formulée dans le jargon des hommes de cheval, du « sang sous la masse ». Le redressement de la tête s’est accusé, l’épaule est joliment oblique, les membres sont courts, fins, imberbes ; l’ensemble est « régulier ». Mais quel triomphe, à rencontre des goûts de Gayot, pour le style « court et rond » !

PLANCHE 33. Le marché américain et la relance de la guerre des pur-sang
La filiation anglaise pour la culture équestre traditionnelle














xxe

37Là réside tout le problème. Le bloc de l’élevage de pointe et du grand négoce enveloppe le squelette des chevaux sous d’énormes masses musculaires : une statue à la gloire de la bourgeoisie marchande en pleine ascension. Il parvient, ce faisant, à « envelopper » le pouvoir des spécialistes séculaires du cheval, à les prendre à leur propre piège. Fringants, élégants malgré leur énormité, prêts à jaillir en allures élastiques, les champions modernes sont beaux. Ils sont beaux comme l’arabe. Face au modèle idéalisé de Lavalard et Gayot pour le trait léger (la jument de l’Exposition internationale de 1878), qui tend vers le pur-sang anglais (voir Gayot supra p. 116 : « on allonge les lignes, on ouvre, on étend le compas »), s’élève une réplique monstrueuse de l’arabe, dont on récite d’ailleurs l’ascendance, de Gallipoli au célébrissime Jean le Blanc, l’un des rares pères fondateurs de la race percheronne « régénérée ». Nouvelle variation sur le thème de la guerre des pur-sang : le pur-sang arabe du capitalisme marchand, et l’anglais de la tradition équestre, en réaction contre l’appropriation de son emblème.

  • 17 E. Lavalard écrit dans son ouvrage : « E. Gayot considère les races de trait comme des races commun (...)

38Derrière l’esthétique des chevaux, la marque spécifiquement française réside-t-ellc dans ce corps à corps social ?17

39Le commerce a tranché. Gayot se résigne devant l’évidence de la disparition des trotteurs routiers et d’une adéquation parfaite des animaux de concours, toutes races confondues, à la mode américaine :

L’histoire de l’une quelconque de nos anciennes races de trait est l’histoire de toutes. Elles ont eu les mêmes phases dans les mêmes temps et, puis-je dire, même destin. Elles commencent toujours par appartenir de plus ou moins près au type léger et graduellement s’avancent vers le gros et le très gros, s’efforçant par là de répondre aux besoins changeants des diverses évolutions de la civilisation.

Brillant
Dictionnaire des peintres, sculpteurs... (Labourage Nivernais). Marché aux chevaux,


er

40Réflexion désabusée sur un combat perdu... Propos à l’emporte-pièce, qui n’est d’ailleurs pas dénué de fondement, mais qui gomme rageusement l’originalité des élaborations régionales de races entre les mains de groupes professionnels et sociaux activement combattus. Il nie le talent de ces éleveurs, leur étonnante aptitude à jouer avec un stock génétique local, ou emprunté à des contrées voisines. Avec toute l’autorité institutionnelle dont il dispose, il refuse de légitimer une pratique consistant à métamorphoser sans cesse le corps de l’animal pour suivre les fluctuations du commerce.

41Les Américains eux-mêmes, malgré tous leurs efforts, n’auraient pas réussi à conjurer ce risque de la dérive morphologique. Ils avaient pourtant imposé aux gens du Perche l’outil de contrôle généalogique généralisé en terre anglaise : le Stud-Book, garantie de l’origine par une reproduction étroitement surveillée. Mais différentes sources tendent à montrer que s’ils se rendaient maîtres d’un matériel génétique, s’ils recherchaient chez eux l’exacte réplique du milieu naturel propre au « berceau », il leur manquait l’essentiel, l’inappropriable savoir-faire de l’éleveur :

Les Américains ont essayé avec ténacité d’acclimater [le percheron] en tant que race ; ils n’ont jamais réussi. Ils ont acquis des modèles de premier ordre à prix d’or ; ils ont essayé sur des massifs crétacés, rappelant la géologie du Perche, à des altitudes comparables de 200 à 300 mètres, en pays de fraîches vallées ; ce fut en vain. On aura vu tour à tour les essais de M. Mac Dunham de Illinois, achetant 100 étalons et plus annuellement, et rivalisant avec M. Ellwood, puis plus tard M. Mac Laughlin de Columbus (Ohio) et M. Fletcher de Chicago (Choin 1925 : 40).

42Comment affirmer plus fortement que la « labélisation » d’une race animale est un processus social et relève de la culture bien plus que de la nature ?

43La littérature hippologique a souvent fait référence — en termes d’ailleurs souvent disqualifiants — à des modes qui dévoieraient les grandes races à standard. L’usage du mot est loin d’être anodin. Les concours de race de la fin du siècle dernier, dans ces vitrines de la modernité que sont les expositions internationales, s’apparentent à des défilés de mode :

Ce qui fixera encore plus le souvenir de cette belle exposition du bois de Vincennes (en 1900), ce fut le triomphe éclatant de la robe noire, qui fut bientôt proclamée la plus belle et la plus pratique de toutes les robes. Le public, et principalement les étrangers, firent à cette mode nouvelle (sic), gracieuse et de bon goût, un accueil tellement flatteur (...) » (Denis 1905).

44Du corps animal au vêtement féminin, les spécialistes travaillent à l’apprêtement codifié de l’apparence, donné en spectacle par les grands éleveurs et les grands couturiers.

45Par-delà les traits communs à toutes les races de trait, qu’il importait de dégager, il nous appartient à présent d’étudier la trajectoire particulière de la race noire du Nivernais, à quelque 130 km à vol d’oiseau du Perche, vers le sud-est.

Le déplacement géographique des « berceaux » de race : du Morvan en Nivernais

Quelques cartes pour attester le phénomène

46Elles permettent de le suivre, et dans une certaine mesure, d’en esquisser l’interprétation. Ce sont, respectivement, les cartes dressées par E. Levasseur (1876), combinant les effectifs de chevaux au km2 par arrondissement et la localisation des grandes races d’après les statistiques de 1862 et 1872, et celles où R. Musset (l.c.) fait figurer les régions de production et d’élevage, en 1750 et 1860 (Musset 1917, voir planche 36). Les indications concordent : le Morvan perd de l’importance au profit du Nivernais, qui apparaît pour la première fois dans l’histoire comme détenteur d’un certain capital de chevaux. Richesse relative, par ailleurs : avec une fourchette de 2 à 6 bêtes pour l’avant-pays collinéen (et 0 à 4 pour le Morvan), la Nièvre reste loin derrière les grands foyers qui comptent plus de 12 sujets au km2, rassemblés dans la France du nord. Plus précise parce que chiffrée, la carte de E. Levasseur affermit l’hypothèse d’une progression par l’ouest-nord-ouest dans les coteaux nivernais.

47A l’appui de sa cartographie historique comparée, Musset avance une thèse lapidaire : il y aurait eu un « remplacement d’une variété de selle par une variété de trait », marqué par un changement de label, du « cheval du Morvan » au « Nivernais », phénomène qu’il cite d’ailleurs à titre d’exception notoire dans l’élevage français.

48Pour comprendre ce glissement géographique de l’espèce, et progresser dans l’identification du type d’animaux que Musset localise désormais en Nivernais (« l’avant-pays »), il faut faire intervenir l’espèce bovine et différencier les fonctions de la production (naissage, premier élevage) et du travail (accomplissement complet du cycle production-consommation locale ou bien dressage-revente, dressage-finition, etc.). Les trois états successifs sur les animaux de labour dressés par R. Musset (1780, 1850 et début de notre siècle) montrent une poussée du bloc de la culture technique du cheval agricole par la Puisaye, le Donziais, les vallées de la Loire et les Vaux d’Yonne (planches 37 et 38).

PLANCHE 36. Régions de production et régions d’élevage (milieu du xviiie siècle, milieu xixe siècle)

49Ce sont des poulinières qui remplacent les bœufs : les données sur les animaux de labour recoupent celles de la production et de l’élevage. La contrée tend à changer de partenaire pour le travail agricole, un partenaire qu’elle produit d’ailleurs sur place et dont elle exporte l’excédent (non « fini » : des poulains, en particulier vers la Brie). D’après Musset, vers 1850, la Loire ferait frontière entre deux systèmes d’élevage fort contrastés : le Berry, à l’ouest, se contenterait d’acheter ses poulains au Poitou pour les dresser, s’en servir en complément des bœufs et finalement les revendre en Beauce.

50La Nièvre septentrionale et occidentale adopterait donc progressivement l’élevage du cheval, en même temps qu’elle le mettrait au travail, en abandonnant la traction bovine. Ce courant technique et géographique de l’espèce chevaline annonce la race noire du Nivernais. On peut le rapprocher du flux bovin charolais, qui suit en gros le même axe, mais dans l’autre sens, et avec un demi-siècle d’avance. Sur la route des toucheurs de bœufs en marche vers les marchés à viande parisiens avec l’installation des gros fermiers charolais (voir planche 11), les bovins blancs gagnent le Nivernais par une trajectoire sud-sud-est/nord-nord-ouest. Ils font reculer les races rustiques en place, spécialistes exclusives du travail : la morvandelle à l’est, la bourbonnaise à l’ouest. Ainsi « monte » la race bovine charolaise un temps polyvalente (trait-viande), puis bouchère, tandis que « descendent » les gros chevaux de trait.

51Si les cartes disent juste, la spécialisation des espèces et des fonctions, chère aux agronomes du xviiie siècle, tend à s’accomplir. Mais le vétérinaire O. Delafond, auteur d’une monographie sur les tendances de l’élevage en Nivernais au milieu du xixe siècle (1849) nuance le schéma, en insistant sur la lenteur du processus et en détaillant les obstacles dressés devant le « progrès agricole » venu du Nord :

  • 18 Combattue, comme chez Lavalard et Gayot, ou tout à fait opérante comme chez O. Delafond, l’attracti (...)

Il peut être permis d’avancer, dès à présent, que si les grosses races chevalines françaises, et nivemaises particulièrement, sont destinées dans un avenir récent, comme elles le sont en Angleterre et en Belgique18, à exécuter les plus pénibles travaux champêtres et les charrois des produits agricoles, la destination des bêtes bovines élevées pour le travail pourra, avec le temps et le perfectionnement des cultures, être changée dans beaucoup de départements. Devenant animaux de renie ou de produit, nos meilleures races bovines pourront être engraissées et livrées à la boucherie dès l’âge de deux, trois et quatre ans (...).
Je sais bien que le travail des champs et les nombreux charrois de la Nièvre sont exécutés d’une manière fort économique avec le bœuf, qui s’élève en travaillant, qui est attelé à peu de frais, qui ne se nourrit que d’herbes et n’est point ou fort peu exposé aux accidents et aux maladies, conditions si favorables qui n’existent point dans l’élève du cheval ; je sais bien que la Nièvre fait un grand commerce lucratif de poulains qui, jusqu’au moment où ils quittent le département, ont été revendus deux ou trois fois ; je n’ignore point que les accidents de terrain, la nature tenace du sol et la difficulté de sa culture, sont des conditions qui s’opposeront longtemps à l’emploi exclusif des chevaux pour la culture et les charrois sylvicoles et métallurgiques ; mais je ne puis m’empêcher de dire que le progrès est là, et que tôt ou tard il sera atteint dans beaucoup de régions de la Nièvre (Delafond 1849).

e, au milieu du XIXe et au début du XXe siècle

52Pour cet intellectuel natif du pays, professeur à l’école vétérinaire de Maisons-Alfort, et très bien intégré au milieu d’éleveurs nivernais, une « grosse race chevaline » s’est donc formée dans la région, dont elle porte le nom. Sa puissance motrice n’est pas employée à fond : elle produit des poulains bien plus qu’elle ne produit du travail. La Nièvre figure désormais dans la liste des bonnes régions de « nais-sage ». Mais — situation classique — son économie herbagère et son système technique reposent sur les bovins (voir La fidélité aux bovins de trait, planche 53). Juments et poulains « n’y sont que comme un accessoire, mangeant les refus des bêtes à cornes », et « tantôt causent de la perte, tantôt donnent un gros profit » (suivant les aléas climatiques et commerciaux ; Mulliez 1983 : 337 à propos de la Normandie, mais généralisant).

53De nombreux points de ce bilan fort schématique appellent un éclaircissement. Avec quels matériaux ce nouveau « berceau » d’élevage, qui va bientôt prétendre aux grands concours de race et au commerce interrégional et international, s’est-il construit ? Quelle est l’origine de cette race chevaline nivernaise suffisamment volumineuse pour développer une puissance de travail au moins égale à celle des bœufs (même si les agriculteurs, de fait, n’y ont pas systématiquement recours) ? Autrement dit, comment une race de gros trait prend-elle naissance de toutes pièces ? On a, en effet, souligné la faiblesse numérique, et surtout le petit format de la cavalerie locale. Comment s’organise enfin ce « commerce lucratif de poulains », et par quelles étapes et mécanismes les chevaux finissent-ils par pénétrer dans la « forteresse » technique des bovins ?

La percée des chevaux de trait en Nivernais

54Pour dépasser le constat laconique de Musset (glissement Morvan-Nivernais), ainsi que les généralités cartographiques, nous allons reprendre la monographie de Delafond. Ce travail fourmille de renseignements ponctuels manifestement tirés de son expérience personnelle et de ses relations avec le monde de l’élevage et du négoce.

55Une fois ordonnées, les indications fournies par O. Delafond permettent de reconnaître quatre phases dans la progression d’une jumenterie de trait, quatre temps dans la mise en place d’un circuit commercial à la fois complexe et fort rentable.

Fin du XVIIIe siècle : passage des bovins aux chevaux pour le labour et le trait, au sud-ouest de la Puisaye

  • 19 Si l’on en croit la carte 11 de Musset (voir planche 37), le pays vient de se mettre à la traction (...)

56Un groupe de marchands de la Puisaye et du Donziais septentrional se met à importer de jeunes chevaux (15 à 20 mois, sans doute des mâles) depuis la Bresse et la Franche-Comté. Les sujets de races réputées pour le charroyage et les labours (voir supra p. 14) ont peu de chose à voir, par l’allure et la puissance de travail, avec les animaux du cru19. Les maquignons placent les sujets importés dans les fermes les plus riches du secteur (la partie médiane de la vallée du Nohain), celles qui changent leur système de culture. Utilisé mais aussi montré, l’attelage, ici encore, serait l’un des signes de la modernisation agricole (en même temps qu’un facteur). Les charretiers dressent les jeunes recrues et s’en servent, sans doute avec soin car elles représentent désormais un capital, jusqu’à en parachever la croissance et l’éducation. Expérimentés et efficaces (« rassis », disent les Berrichons d’aujourd’hui), ils atteignent leur plus grande valeur technique et marchande. Venus d’ailleurs, ils repartent et transitent par le marchand pour remonter vers le nord, vers les grandes propriétés des vallées de l’Yonne (Sens) et de la Seine et vers les entreprises de roulage.

  • 20 J. Mulliez cite un rapport du Parlement de Besançon sur l’état des haras (1768), où il est question (...)

57O. Delafond prend la peine de spécifier que le groupe de marchands novateurs se rend dans la région même de production : « [Ils] s’étaient adonnés à l’importation de jeunes chevaux de 15 à 20 mois qu’ils allaient acheter dans la Franche-Comté et la Bresse »20.

58La « race » réputée bonne fait courir les marchands qui fréquentent les foires spécialisées, même lointaines. A propos de la Puisaye extensive d’avant les améliorations agricoles, O. Delafond signale d’ailleurs la mobilité des chevaux et des bestiaux qui « pouvant être conduits assez facilement aux foires, offraient (...) de sûrs débouchés aux cultivateurs ».

59Comparativement aux bovins, les chevaux marchent vite et longtemps. Les maquignons qui les conduisent sont de grands voyageurs. Ce sont des observateurs professionnels de la différence économique, technique et culturelle : l’art du métier consiste à faire jouer les complémentarités, à acquérir la « marchandise » idoine là où elle se trouve — quitte à aller loin — pour la vendre dans les régions qui ne font pas naître.

  • 21 Pour une position de recherche sur la question du personnage social du maquignon, voir Lizet 1984.

60Quel rôle ont-ils joué dans cette substitution bœufs-chevaux, étroitement liée à l’introduction d’une race chevaline de gros trait ? On peut supposer, en reprenant l’examen des cartes 7 et 11 de Musset, (Régions de production et régions d’élevage du cheval dans la 2e moitié du xviiie siècle, Animaux de labour en 1780) qu’ils ont activement contribué à pousser vers le sud cette vaste zone « Brie-Champagne », caractérisée par l’élevage (combiné au travail) de « poulains nés dans d’autres régions » et dans ce cas particulier, originaires de Franche-Comté. L’histoire de cette corporation éminemment spécialisée et dotée d’un statut si particulier dans la société française21 reste à faire ; à cette période précise, et dans cette région en mutation (en acculturation technique), suivre quelques générations de grands maquignons dans leurs rapports avec les marchands de bovins, les territoires et stratégies professionnelles respectifs serait du plus haut intérêt.

PLANCHE 38. Sud de la Puisaye, fin du XVIIIe siècle : développement agricole et importation de poulains (Delafond 1849)

  • 22 Que se passe-t-il, sur le front des grandes races chevalines (percheron-comtois), à la limite de la (...)

61Confrontée aux remarques du vétérinaire Delafond, la carte 7 de Musset soulève un autre problème. Le point d’infiltration des chevaux comtois en Puisaye/Donziais se présente comme la marge occidentale extrême de la zone d’influence comtoise. Par la commodité des communications et par la proximité géographique, on aurait plutôt attendu, logiquement, des échanges avec le Bas-Perche (via la Beauce) et avec le Poitou22. Mais le marché du cheval de trait est au comtois. L’heure du percheron sonnera bientôt, nous y reviendrons.

La « naturalisation » de la race comtoise, la division de l’élevage et le développement du commerce (fin du XVIIIe siècle)

62D’après O. Delafond, les jeunes comtois plaisent tant à leur clientèle poyaudine que les marchands « tentèrent l’importation de belles juments, (...) qui, aussi bien que les poulains, trouvèrent de nombreux acquéreurs ».

  • 23 Rapport du Parlement de Besançon, 1768 (cité par Mulliez 1983 : 25).

63« Belles » juments... le qualificatif élogieux n’est pas anodin. Il ne s’agit pas de ces poulinières de réforme et bon marché, que les rouliers du baillage d’Orgelet (dans le Jura) achètent, par exemple, à la même époque, pour « voiturer les fromages et autres denrées de la Province »23. Ce sont des femelles jeunes, choisies avec soin pour leur aptitude à la reproduction, leur aptitude à faire de beaux poulains. D’éleveurs, certains deviennent donc naisseurs, et bientôt toute la filière d’auto-reproduction locale s’organise : « Des étalons de choix furent conservés, et (...) la race naturalisée dans toute la Puisaye ».

64Il faut se garder, bien sûr, de prendre ces informations au pied de la lettre. Dans son enthousiasme et son désir de voir s’accomplir le progrès (voir supra p. 57), l’auteur extrapole sans doute à partir de témoignages locaux et d’observations personnelles. Mais ce qu’il dit corrobore l’allusion de Drancy (voir supra p. 13) sur la provenance nivernaise de juments employées, dans le comté d’Auxerre, au labour et au grand roulage. De puissants animaux, à n’en pas douter car les rouliers recherchent d’épais limoniers.

65Dans cette phase d’émergence d’un grand élevage où l’on « fait » race — puisqu’O. Delafond peut dire la comtoise « naturalisée » —, la sélection s’opère à deux niveaux : celui de l’animal, et celui de la position sociale des individus. De Soultrait (voir supra p. 41) nous a déjà renseignés sur ce point :

Les particuliers (dans les environs de Cosne) n’ont pas, comme dans les cantons du Nivernais à chevaux de selle, cette multitude de mauvaises espèces [les « mauvaises poulinailles »] : ils n’ont que deux et rarement trois juments par chaque domaine ; ils les nourrissent bien, ainsi que leur production, et ils n’en élèvent pas moins des bœufs pour la provision de Paris.

66On reconnaît bien l’enchaînement déjà décrit à propos des systèmes agraires du centre de la France et de leur évolution :

67Dans l’agriculture de la Puisaye méridionale, du Donziais et de la vallée de la Loire, le cheval de labour est à la fois signe et facteur de différenciation sociale. Une véritable révolution technique s’accomplit avec le changement d’espèce. L’achat de jeunes femelles adultes et étrangères — l’élite dans la catégorie de trait — est onéreux, réservé à ceux qui peuvent investir. Il en est de même pour la mise au travail, qui met en jeu une constellation de nouveaux objets, de nouveaux savoir-faire très spécialisés : ferrure, bourrellerie, matériel agricole, dressage et menage. Mais s’il faut des capitaux, du pouvoir économique et social pour engager le processus, celui-ci enrichit rapidement l’investisseur :

Cette race grandie et étoffée par une bonne nourriture donne de beaux poulains de gros trait qui (...) trouvent un débouché avantageux (Delafond 1849 : 87).
Le commerce (des chevaux pour le trait) est très avantageux : les poulains se vendent, à l’âge de 18 mois, depuis 240, jusqu’à 300 F (...), les marchands viennent les acheter aux foires qui se tiennent dans les environs de Cosne ; ils sont employés à la culture des terres jusqu’à l’âge de 3 ans. C’est à cette époque qu’ils sont dans leur plus grande valeur. Alors ils sont revendus pour faire des limoniers, tirer des coches d’eau et de terre et autres voitures pesantes (Soultrait 1915 : 78).

  • 24 Longtemps localisé (à la Bretagne, à la Normandie et à la Franche-Comté), il s’est généralise au xi (...)

68Voilà un bon exemple du phénomène de division de l’élevage étudié par R. Musset dans de nombreuses régions françaises24. Un important trafic routier anime la vallée de la Loire (axe Paris-Lyon via Sens). La race comtoise, avec la lointaine boulonnaise, convient seule par sa puissance au grand roulage routier.

69Les riches prairies se prêtent tout à la fois à l’embouche bovine pour Paris et au naissage des gros chevaux. Ceux-ci trouvent un débouché facile dans l’agriculture locale : terres légères des coteaux viticoles du Sancerrois, vignobles de la Loire, plateaux calcaires de la Puisaye sud ; ils finissent leur croissance avec un travail mesuré, avant d’être livrés à la rude tâche du roulage spécialisé. Autant d’épisodes dans la vie des chevaux, autant de bénéfices réalisés, à la fois par ceux qui vendent et ceux qui achètent. Ce système se localise ici à la vallée de la Loire. En Puisaye, O. Delafond analyse la structure commerciale établie par le réseau des maquignons d’Étais, Entrains, Saint-Sauveur, Donzy et Bouhy :

  • 25 Prix sensiblement plus élevé que ceux donnés par de Soultrait (voir supra p. 41) ; fluctuations du (...)

Bientôt les cultivateurs livrèrent au commerce des poulains de gros trait à l’âge de 15 à 18 mois, pour le prix de 350 à 400 F25 ; jeunes animaux qui, achetés par des marchands étaient conduits et revendus aux cultivateurs de la vallée de la Seine, dans les environs de Sens notamment.

70Un foyer de production de chevaux de trait s’individualise donc, vers la fin du xviiie siècle, dans le nord-ouest de la Nièvre. Le commerce s’organise ; il est d’autant plus actif que se multiplient, au fil de l’existence de l’animal, les changements de propriétaire et de « métier ». Une jumenterie exogène, importée de toutes pièces est à l’origine de cette nouvelle filière chevaline, si lucrative pour les intervenants successifs. Il est remarquable qu’elle s’implante à l’opposé, en diagonale, du territoire traditionnel du bidet de selle morvandiau (voir supra 12). L’analyse comparée des systèmes de culture montre l’improbabilité d’un mélange de populations car dans la logique technique, le bœuf s’interpose entre les deux types de jumenterie. Le bidet des terres vagues était sans doute trop petit, trop dévalorisé dans était sans doute trop petit, trop dévalorisé dans l’idéologie des agriculteurs progressistes, pour se prêter au croisement :

Dès ce moment (l’introduction des comtoises), l’élevage du bidet léger ou bidet du Morvan se ralentit, diminua annuellement et bientôt finit par disparaître. Cela devait être, à dater du moment où les cultivateurs eurent reconnu que, pour vendre un bidet tous les ans à l’âge de 4 ou 5 ans, et au prix de 350 à 400 F, il fallait entretenir annuellement 4 à 5 poulains avec la mère, qui d’ailleurs n’était pas assez étoffée pour les travaux agricoles et les charrois ; et qu’ils eurent constaté que l’entretien des 2, 3 et 4 grosses juments travaillant à la culture et donnant tous les ans un poulain vendu 350 à 400 F, à l’âge de 15 à 18 mois donnait de plus beaux et plus sûrs bénéfices. Ainsi les officiers de cavalerie préposés aux remontes de l’armée, qui trouvaient beaucoup de chevaux légers dans le Bazois et les gradins inférieurs du Morvan, n’en rencontrèrent plus que dans les montagnes du haut-Morvan, où l’agriculture était encore presqu’entièrement pastorale. Dans le Bazois et dans l’arrondissement même de Château-Chinon, la race y est devenue si rare que les cultivateurs sont forcés, pour se procurer des bidets marchant le pas relevé, de s’adresser à la Basse-Normandie qui élève une excellente race de chevaux ayant cette allure (Delafond 1849 : 49-50).

La progression des poulinières comtoises en Bazois : l’itinéraire d’une grande famille d’éleveurs (1800-1830)

71Sans doute favorablement impressionné par les grands éleveurs auprès desquels il a enquêté pour son étude, le vétérinaire Delafond suit la trajectoire exemplaire d’une famille novatrice qui ose passer au cheval, et en amorce la diffusion :

Les marchands de chevaux des environs d’Entrains, qui avaient déjà introduit la jument franc-comtoise dans la Puisaye, conduisirent ces juments aux foires du Bazois et particulièrement de Saint-Révérien. Parmi les bons agriculteurs d’alors qui achetèrent ces bêtes, se trouvent notamment MM. Cornu, qui cultivaient à Moussy et Saint-Révérien. Plus tard, les enfants de ces bons agriculteurs allèrent s’établir dans le Bazois, aux environs de Montigny, et emmenèrent avec eux les nouvelles juments franc-comtoises des Vaux de Montenoison.

  • 26 Dans la Nièvre, comme partout ailleurs, les agriculteurs « progressistes » forment une catégorie so (...)

72Ainsi émergent de grandes figures sociales, des dynasties célèbres d’éleveurs dont l’exemple modifie peu à peu les systèmes économiques locaux26. Drancy avait déjà repéré la forte personnalité charolaise de Mathieu d’Oyé, qui épargna in extremis aux Haras de Bourgogne un échec humiliant dans leur entreprise de placement des étalons provinciaux (voir supra p. 30).

73Mais la partie est difficile ; rappelons, parmi d’autres, le point de vue de Chambray, qui exploite lui aussi un domaine à Saint-Révérien, et à la même époque (1800-1830) :

(...) il aurait dû y avoir (...) de l’économie à employer les bœufs pour le labourage ; mais je pense qu’il eût été avantageux de leur adjoindre, dans les fermes un peu considérables, un attelage de chevaux destinés principalement à faire les charrois, les hersages et les labours légers (voir supra p. 57).

  • 27 Pour apprécier les progrès effectifs de la traction chevaline (et pas seulement l’augmentation des (...)

74Admirateur de la race bovine charolaise polyvalente (trait-viande), conscient de la supériorité manifeste du bœuf dans les terres lourdes, O. Delafond ne croit pas lui-même à la généralisation du labour avec les chevaux dans sa région. Les grosses poulinières gagnent du terrain, car leurs poulains se vendent bien ; mais tout porte à croire qu’elles travaillent peu sur l’exploitation27.

75Le marché du cheval de trait est florissant, on l’a vu. Le commerce recherche du « gros ». Il le trouve ici, dans les élèves des « belles comtoises » auxquelles O. Delafond oppose les « bêtes chevalines » de la Puisaye traditionnelle :

  • 28 Le long portrait disqualifiant se termine donc par une note positive. En fin de compte, O. Delafond (...)

Généralement mal conformées, ayant la poitrine étroite et basse, le ventre pendant, les épaules minces, l’encolure allongée et supportant une tête généralement grosse et mal faite, la croupe large et courte, les membres longs et grêles, mais terminés par de bons, bien forts et solides sabots28.

76O. Delafond oppose donc l’esthétique comtoise (présumée bonne, harmonieuse) à ces corps chevalins indigènes, caractérisés par la disproportion de ses différentes parties, et, thème décidément récurrent, par la tête volumineuse. Mais la jument comtoise, même triée sur le volet, perd du terrain : elle se trouve concurrencée par une race plus conforme au goût du jour, moins « paysanne ». La percheronne entre en scène.

Aujourd’hui, ces animaux [les percherons] sont croisés avec les plus belles juments de trait pouvant soutenir le trot, afin d’obtenir des descendants mieux conformés cl plus légers qu’elles (Delafond 1849).

77Énoncé subtil de ce qui fait la race pour notre observateur vétérinaire : un corps normalisé, pensé comme une machine exactement adaptée aux besoins fluctuants du marché. A ses yeux, la période du lent tractionneur est révolue ; le trait léger prend la relève, et l’esthétique doit changer :

L’habitude généralement contractée aujourd’hui d’aller en voiture légère ; l’inutilité du cheval de gros trait qui va se faire sentir de plus en plus, à cause du transport des marchandises sur les chemins de fer ; le besoin impérieux pour le gouvernement de remonter sa cavalerie et son artillerie en France ; enfin l’utilité bien sentie aujourd’hui d’employer les chevaux aux travaux de culture, afin de pouvoir soumettre le bœuf à l’engrais dès l’âge de trois, quatre à cinq ans au plus, sont de puissantes raisons qui doivent engager les cultivateurs du Nivernais à persister dans l’élève du cheval percheron de trait léger, et l’étendre sur la plus grande échelle possible. Les communications nombreuses et faciles de la Nièvre avec les principales villes de la France en assurent des débouchés certains (ibid.).

78Comme beaucoup de ses contemporains, O. Delafond se trompe sur la carrière du trait léger, présumée complémentaire de celle du chemin de fer (voir supra p. 116).

1830-1850 : le métissage comtois-percheron

  • 29 En tous cas, ils se plaisent à l’affirmer et à jouir des nouveaux pouvoirs de spécialistes exclusif (...)

79On s’en serait douté : la race percheronne s’introduit en Nivernais par le réseau géographique et social qui avait déjà fait passer les comtoises. Mais d’un flux de « grande race » à un autre, les modalités ont changé ; une bonne jumenterie se trouve déjà sur place : les mâles, seuls, viendront d’ailleurs, pour modifier la production dans le sens d’une nouvelle demande (allègement et harmonisation du modèle). Les leaders du moment ne sont plus marchands, mais étalonnicrs29. Ils vont choisir leurs géniteurs dans le Perche, lieu de naissage de la race en grande vogue ou encore en Beauce, son vaste chantier d’exercice agricole.

  • 30 L’étalonnier P. Denis, dont on a déjà parlé (supra p. 95), habite la même commune que Simon. Son af (...)

80On s’en serait encore douté : aux sources mêmes de la race noire du Nivernais, quelques grands éleveurs contrôlent le métissage comtois-percheron. Voici, par exemple, un Simon « de la Coudraye » (un lieu-dit près de Tannay). Il crée un haras — mâles et femelles — vers 1840. On lui attribue un rôle si grand que sa mort — son œuvre « de progrès » ne sera pas reprise — précipite l’élevage régional dans une crise grave (Denis 1905 : 330). Plus au nord-nord-ouest, les relais marchands de « la » comtoise ont aussi opéré pour « le » percheron : M. Girard cite St-Amand-en-Puisaye, Étais, Clamecy (Girard 1917). Vers le sud, à faible distance de Montigny-sur-Canne, une famille Cornu fait parler d’elle ; quels liens de parenté unissent l’étalonnier diffuseur de « sang » percheron et les « bons cultivateurs » qui émigrèrent, une génération plus tôt, de St-Révérien vers Montigny, poussant vers le sud la race comtoise ? (voir planche 39.)

  • 31 Avant d’engager cette démarche, il faudrait étudier à fond les monographies déjà existantes sur les (...)

81Il y a là, évidemment, un beau programme de recherche : suivre quelques-unes de ces familles de négociants, leurs trajectoires professionnelles (passage et symbiose négoce-étalonnage), leur mobilité géographique et les stratégies d’alliances matrimoniales31.

  • 32 Des bœufs aux chevaux, de l’activité de naissage à l’embouche, la question du mode de faire-valoir (...)

82Dans ce processus d’adéquation au marché généralisé du cheval de trait, à la fois lucratif et prestigieux, le marquage du statut social opère bien entendu plus que jamais. Notons l’allusion significative d’O. Delafond à la qualité de « propriétaire-éleveur » du grand Simon de la Coudraye32.

83Pour sommaires que soient les indications sur ces héros historiques du cheval de trait, on peut avancer l’hypothèse d’une progression nord-sud de la race percheronne. Progression rapide, bientôt suivie de la division classique de l’élevage, signe infaillible de son dynamisme :

Dans les Amognes, où les terres sont moins pénibles à cultiver que dans le Bazois, l’élevage du métis percheron se répand de plus en plus. Les cultivateurs de ce riche pays font naître les poulains et les vendent à l’âge de six mois le prix de 200 à 350 F à l’herbager du Bazois, qui les conserve dans ses prés d’embouche jusqu’à l’âge de dix-huit mois. Ces jeunes animaux sont revendus alors pour la somme de 380 à 500 F, quelquefois beaucoup plus, s’ils sont bien conformés et peuvent servir d’étalons, aux cultivateurs des environs de Clamecy ou de la Puisaye. Enfin ces derniers, après avoir bien nourri ces poulains pendant trois à cinq mois, les vendent une troisième fois aux agriculteurs de la vallée de la Seine la somme de 500 à 600 F, et quelquefois 800.

  • 33 Partisan convaincu du « trait léger », O. Delafond reconnaît la nécessité pour les éleveurs, même d (...)
  • 34 Plus herbager que céréalier depuis le moyen âge déjà, le Bazois réduit notablement sa surface culti (...)

84Ainsi le lieu de naissage semble avoir glissé des Vaux d’Yonne et du Bazois vers les Amognes. O. Delafond fournit l’explication : la traction chevaline serait effectivement en progrès (à préciser !). Les terres relativement légères des Amognes, comparativement au Bazois, se prêteraient au changement de partenaire pour le travail33. La région se mettrait vraiment au cheval, envoyant ses poulains au Bazois — resté fidèle aux bovins34. Les antenais en repartent, par étapes, vers la vallée d’Yonne et la Puisaye. La production s’est donc méridionalisée, mais le flux commercial tend toujours vers le nord-ouest.

85Trois points sont à retenir dans cette prime histoire de la race noire :

  • Comme nous le supposions déjà au chapitre précédent (voir supra p. 42), l’introduction s’est bien faite par les confins nord-ouest du pays, sur le front même de l’aire culturelle du cheval de trait, localisée dans la moitié nord de la France.

  • Quant à l’idée du « remplacement d’une variété de selle par une variété de trait », l’analyse détaillée des matériaux lui enlève, on l’a vu, quelque pertinence : il n’y a pas de remplacement, puisqu’il n’y a pas unité de lieu. Les deux races, par les mécanismes qui les ont fait surgir, exister et disparaître, sont plutôt antithétiques l’une de l’autre. Si la filiation Morvan-Nivernais s’affirme avec force dans l’idéologie des éleveurs qui créent la race noire, comme chez ceux qui la gèrent par la suite, elle s’avère peu vraisemblable sur le plan biologique au sens large, et génétique en particulier. Les deux populations ne se sont sans doute pas, ou très peu mêlées.

  • Dans l’idéologie des éleveurs, enfin, un véritable renversement des valeurs s’est produit, depuis la valorisation de l’exogène, érigée en principe d’élevage (un principe encore opérant au tout début de l’élaboration de la race noire) à l’éloge du local et d’un indigénat largement fantasmé.

L’indifférence aux chevaux de selle

86En Nivernais, les réseaux économiques et sociaux du cheval de trait et du cheval de selle ne se recoupent pas. Les lieux et les méthodes d’élevage diffèrent, comme les objectifs poursuivis.

87Trois articles parus dans le Journal de la Nièvre à la fin de l’année 1849 aident à faire le point sur les motivations et les pratiques des producteurs d’animaux « distingués ». Les textes du 30 octobre et du 29 novembre, anonymes, portent la simple mention « Un éleveur du Morvand » (d’après son contenu, il s’agit vraisemblablement d’un noble). Celui du 15 novembre est le fait d’un grand notable de la région, A. de Bourgoing, membre du conseil général de la Nièvre et président de la Société centrale d’agriculture.

88Comme Drancy et Lorry, un demi-siècle plus tôt (voir supra pp. 9 et 63), les deux auteurs en appellent au sens civique des lecteurs qu’ils considèrent comme autant d’éleveurs potentiels, au sein d’une contrée autrefois prolifique. Dans l’urgence d’assumer le devoir patriotique, la cause du cheval de selle et celle du cheval de guerre se confondent. L’éleveur du Morvan parle de « l’honneur national » ; pour le président de la Société d’agriculture, « l’affranchissement de la France » est en question.

891789 (Drancy 1791), 1848 (anonyme et Bourgoing 1849) : entre les deux grandes révoltes populaires, par deux fois, la restauration de la royauté.

90Les chevaux du Morvan sont au cœur de l’agitation sociale. Bourgoing cite le Journal des Haras :

L’ancien Morvand, si renommé pour ses chevaux de cavalerie et de chasse, a fourni aux guerres de la révolution une grande quantité de chevaux étoffés, robustes et résistant longuement au travail.

91Cette vieille race tant regrettée ! Le « coup d’œil sur la foire de Montigny en 1849 » (titre de l’article anonyme du 30 octobre) est désenchanté :

  • 35 L’usage de l’adjectif tride n’est pas anodin. Tire de l’espagnol trido, ce mot appartient au vocabu (...)

La foire de Montigny, du mois d’octobre, a une ancienne renommée pour le commerce de chevaux. On y trouvait autrefois tin grand nombre d’élèves de la race dite du Morvand. Qu’est devenue cette espèce précieuse, au corps trapu, d’un tempérament rustique, aux allures trides35 et sûres ? (...) Les nombreux visiteurs qui ont parcouru le champ de foire ont pu acquérir la pénible conviction de la perte absolue, non seulement de la race type, mais de l’espèce même des chevaux de selle.

92Mais si les anciens éleveurs n’assument plus leurs responsabilités civiques en abandonnant leurs poulinières, l’État lui-même aurait failli à son devoir :

Il est de principe que l’élevage du cheval de selle a besoin de l’intervention de l’État. Cette idée inspira à Louis XIV la création des haras (...).
L’introduction des chevaux anglais, en 1815, arrêta l’essor d’amélioration [après la désorganisation post-révolutionnaire, la situation se serait relevée sous l’Empire]. La mode se mettant à la place du patriotisme (...), le cheval anglais et presque toujours le cheval anglais de race inférieure fut presque exclusivement employé comme reproducteur. Il communiqua à ses dérivés un tempérament nerveux et irritable qui vint en accélérer l’usure. Les produits ne trouvant pas chez la masse des éleveurs de bonnes conditions d’existence, s’amincirent, devinrent généralement grêles et délicats, impropres à la chasse comme à la guerre. Les événements de 1840 constatèrent que la France était loin de suffire à la remonte de sa cavalerie.

93Les Haras et leur « pool » de mâles d’État, ne donneraient donc pas satisfaction aux éleveurs de chevaux fins. Ce sont ici les géniteurs anglais que l’on incrimine, et la mode anglomane, mais Drancy tenait le même discours à propos des étalons allemands, mal appareillés aux jumenteries locales (voir supra p. 27).

94Voyons à présent la version de l’administration des Haras. Dans son Atlas statistique de la production des chevaux en France, E. Gayot expédie, en quelques paragraphes acerbes, l’état des lieux du vaste territoire couvert par la circonscription de Cluny. Le ton et le contenu de son propos, comme les chiffres des étalons en service, expliquent le sentiment d’abandon des éleveurs de chevaux fins, à la fois dépendants de l’administration et peu gratifiés par elle. La surface de la circonscription est énorme : 8 départements du centre de la France (Ain, Allier, Ardèche, Cher, Isère, Loire, Nièvre, Saône-et-Loire). Les remous de la révolution de 1789 ont entraîné l’absorption d’une petite circonscription anciennement centrée sur Corbigny (nord du Bazois), qui regroupait l’Allier, le Cher et la Nièvre.

95En 1850, 44 étalons nationaux s’égayent dans cet immense territoire. Dix d’entre eux sont de la race anglaise dite de pur-sang, dix autres sont désignés comme « légers de demi-sang », et les 24 derniers, plus solidement bâtis, sont des « carrossiers » (chevaux de voiture). 44 reproducteurs sélectionnés d’après les critères de l’administration, en face d’une jumenterie, d’après le recensement de 1850, de 48 267 sujets de « 4 ans et au-dessus ». Au bilan, les tableaux de Gayot dénombrent 1 742 juments saillies sous contrôle de l’administration, par ses propres étalons, auxquels s’adjoignent 49 mâles reconnus par leurs soins, dits « autorisés » (les moins bons) ou « approuvés » (les meilleurs). Ces chiffres ne disent rien des catégories auxquelles les juments recensées appartiennent.

96Gayot reconnaît la faiblesse de l’effort consenti par l’État dans la circonscription de Cluny :

Pour féconder [les juments] (...) on trouve dans les 8 départements 78 reproducteurs de quelque valeur (...). En admettant que chacun de ces reproducteurs capables serve 40 juments, ou moins de 4 000, il en reste 19 000 qui sont livrées au premier entier venu, à ces étalons qui nuisent à l’espèce et qu’il faudrait écarter (...).
Quand on songe à ce fait que l’honneur et l’indépendance de la nation peuvent tenir à la nature des races produites, aux améliorations obtenues par une reproduction intelligente, on est effrayé de la responsabilité qui pèse sur les pouvoirs publics lorsqu’ils ne donnent pas au pays les éléments les plus nécessaires à l’utile appropriation de l’espèce, aux besoins les plus pressants de l’époque.

97Dans la puissante tradition de l’institution qu’il dirige, l’amélioration de l’espèce consiste une fois pour toutes à élaborer et propager le cheval « de sang », héritier du cheval « de tournure » du siècle précédent. A ce point du raisonnement, il renvoie la faute sur les éleveurs, coupables de préférence massive pour les gros chevaux :

La très grande majorité de cette population (sur l’ensemble de la circonscription) appartient au cheval de trait lourd et commun (...).
Essayé dans cette circonscription, le cheval de pur sang (...) convenait fort aux juments de race charolaise et morvandelle. Malheureusement ces races, à peu près destituées, se transformaient au lieu de s’améliorer (...), faisaient (...) place à la grosse espèce commune, au cheval de trait qui aurait fini par envahir la France entière, si le développement donné aux chemins de fer n’était pas venu faire obstacle à cette tendance, opposer une barrière efficace à ce goût par trop généralisé vraiment. »

  • 36 Gayot refuse brutalement à tous les chevaux de trait, le statut de la race (c’est-à-dire, implicite (...)

98Les éleveurs des animaux « de race »36, échappant à l’emprise idéologique des Haras, cèdent aux incitations du marché... Voilà qui justifie a posteriori, la faible assistance de l’État.

99Le défaut de dressage des chevaux fins susceptibles d’intéresser les marchés urbains de la région est l’autre grief adressé aux éleveurs :

Ce qui (...) manque le plus aujourd’hui au morvandiau et au charolais (qui auraient par ailleurs pris de la taille et de la tournure), c’est une éducation rationnelle qui les familiarise de bonne heure avec le travail (...). Lyon et Châlon sont des centres considérables où il suffirait de les amener, dociles et maniables, pour en obtenir des prix complètement rémunérateurs (...). Ces chevaux ont assez de figure et de moyens pour supplanter très avantageusement le mauvais cheval allemand que le luxe recherche faute d’autres.

100L’éleveur du Morvan déjà cité (Journal de la Nièvre, 30 octobre 1849) corrobore exactement ce point de vue, qu’il généralise d’ailleurs à la France tout entière :

[La remonte] n’a-t-elle pas encore été acheter à l’étranger tous les chevaux nécessaires à la gendarmerie de la Seine, au lieu de rendre un peu la confiance aux éleveurs de la Normandie, de la Lorraine, etc., en prenant leurs chevaux incontestablement meilleurs que ceux d’Allemagne ? Le luxe, avons-nous dit, ne veut pas des chevaux français ? La raison en est facile à trouver : c’est parce qu’ils ne sont pas dressés. Pourquoi les chevaux allemands qui inondent nos foires sont-ils, malgré leurs défauts, préférés à tous les autres ? C’est parce qu’ils nous arrivent doux, sages et prêts à être attelés.

PLANCHE 40. Des chevaux de selle élevés en sauvageons






Journal de la Nièvre,


illisible


xviiie



101Il faut essayer, dans cette histoire d’éducation chevaline, de démêler la réalité matérielle de l’élevage et l’idée que se font les gens de chevaux sur la bonne manière de les produire.

102Le contexte technique, d’abord : par tradition, on l’a vu, les chevaux destinés à la selle arrivent adultes sur les marchés, et à l’état brut. Dans son texte sur la circonscription de Cluny, Gayot nous dit que les morvandiaux et les charolais « n’étaient mis en service qu’à 7 et 8 ans et ne prenaient aucune part aux travaux de l’agriculture ».

  • 37 Dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, les agriculteurs de la plaine d’Alençon n’élèvent (...)

103De son côté, O. Delafond (1849 : 67) raconte un épisode, aussi bref qu’euphorique, de ventes à l’armée dans les Amognes et le Bazois, sous l’impulsion d’un responsable des remontes dynamique et compétent (le dénommé Legendre, capitaine). Des troupes de poulains de 3 ans arrivent alors du Limousin et du Bourbonnais ; ils séjournent dans les prairies, « derrière » les bœufs, jusqu’à la fin de leur croissance (5 ou 6 ans). Ce ne sont pas les emboucheurs du Bazois et des Amognes, prêts à saisir l’opportunité d’un commerce conjoncturellement avantageux, mais tout aussi prompts à lâcher une marchandise qui « ne vaudrait plus l’argent » (comme on dit dans la langue du négoce), qui se transformeront en dresseurs attentifs et avisés ! Les bandes effarouchées devaient offrir un spectacle équivalent à celui des foires pyrénéennes d’aujourd’hui, avec une conduite en bloc et au bâton37. Une technique adaptée à des conditions d’élevage qui ne développent aucune familiarisation chez l’animal : on ne lui dispense que des visites de surveillance espacées, et quelques rations alimentaires de soutien, au cours des hivers à haut risque.

104Sur le plan idéologique, cet appel à la réappropriation des races fines, à leur ré-inscription dans la sphère du quotidien, du compagnonnage au fil du dressage sous la selle, peut être interprété comme une inlassable protestation contre la dérive du cheval de selle (voir supra p. 68). Le refus, toujours, du changement de l’ordre social, de la perte de l’emblème de classe, de son acculturation par le peuple. Le refus, en fin de compte, de la réalité économique et sociale des élevages de chevaux.

PLANCHE 41. Des chevaux de selle et des châteaux



  • 38 « (...) sur 34 756 chevaux qui peuplaient la Nièvre en 1929, 200 juments uniquement affectées à la (...)

105La circonscription tout entière, et la Nièvre en particulier, reste sourde aux exhortations de la gent cavalière : fabriquer des bêtes fines38.

106O. Delafond justifie l’indifférence générale par une trop grande disparité entre le modèle des étalons et celui des juments locales :

Quant à l’amélioration que l’administration supérieure des haras cherche à introduire par l’envoi des étalons de selle et de carosse ayant plus ou moins de sang aux stations de Nevers et de Saint-Benin d’Azy, ces animaux peuvent être utilisés à la saillie de quelques belles juments, très distinguées, formant l’apanage exclusif de plusieurs riches propriétaires, mais ils ont été dédaignés et ils le seront toujours par les éleveurs du pays qui, à part quelques remarquables exceptions, n’ont obtenu de ces nobles reproducteurs (...) que des produits décousus et peu vendables.

  • 39 « Se dit du cheval aux parties irrégulièrement proportionnées entre elles » (Saint-Riquier et Delpo (...)

107Par son descriptif des poulains « décousus »39, Delafond confirme l’information de Gayot sur une jumenterie de base plutôt épaisse dans son gabarit, vers le milieu du siècle. Comme le notait déjà Drancy en Bresse dans les mêmes termes, et en écho à de nombreux témoignages à travers la France et à différentes époques, le croisement entre des reproducteurs de luxe, et une population locale plutôt rustique, ne pouvait satisfaire personne. L’élite du monde rural elle-même, qui accède seule aux juments d’un rang supérieur, ne manifeste aucun penchant pour la reproduction de cette espèce « distinguée ». Mais si les poulinières de belle prestance font l’exception dans la Nièvre, il ne faut pas en déduire que les attelages et les montures de luxe soient moins nombreux qu’ailleurs dans les écuries des grands domaines. Comme le suggère J. Mulliez, la clientèle de cette catégorie d’animaux s’adresse à des marchands spécialisés qui se les procurent en Normandie ou dans d’autres berceaux de races réputées (sans oublier l’Angleterre et ses vrais ou faux pur-sang) :

Si l’utilisateur est (...) riche, si c’est un noble, il n’a aucun intérêt à élever lui-même. (Tous les mémoires de la seconde moitié du xviiie siècle, insistent sur la difficulté et le coût extrêmement élevé des haras privés). Mais [il a] tout intérêt au contraire à acheter un cheval d’une race renommée, provenant d’une région où cette activité est rentable (Mulliez 1983 : 33).

  • 40 A. Sanson écrit : « Quant aux chevaux (les “ chevaux de selle, métis anglais ”) que t’ont naître le (...)

108Mais les observateurs de terrain, de Gayot à Drancy, ou encore à Delafond et Sanson40, ont repéré la raison fondamentale de la tiédeur des Nivernais pour l’élevage des chevaux, qu’ils soient promis à la parade ou au trait. Toute l’attention, tous les talents de l’éleveur de la montagne ou des coteaux s’attachent aux bovins, qui apportent le prestige et le confort matériel dans ce département où l’on a depuis longtemps trouvé le chemin des grands abattoirs urbains et de leurs concours bouchers. E. Gayot affirme par exemple :

Quand la population chevaline d’une contrée appartient à des types (lourds) communs et bâtards, elle excite peu l’intérêt du producteur. Les soins de ceux-ci se portent sur le bœuf ou le mulet (...). L’éducation du cheval est alors fort négligée. C’est ce qui arrive ici. Ce vaste territoire est en très grande partie cultivé par l’espèce bovine qui s’y trouve nombreuse et de belle espèce dans la Nièvre et une partie des départements de la Saône-et-Loire et de l’Allier ; dans l’Isère, le mulet prend une certaine part aux travaux de l’agriculture (Gayot 1850 : 27).

Une puissante culture technique du bovin

  • 41 Les références suivantes sont indicatives, dans une énorme bibliographie possible. On ne rappellera (...)

109De très nombreux auteurs ont raconté l’aventure des bœufs charolais dans la Nièvre du xixe siècle. Ils n’ont jamais manqué de citer leurs prédécesseurs qui soulignaient, dès le xvie siècle, l’importance du négoce de bestiaux dans une région pratiquant la seule traction bovine pour les labours et les charrois industriels, et l’embouche pour la consommation urbaine41.

110La Nièvre, ce piémont septentrional du Massif central, est en situation géographique privilégiée ; Guy Coquille, dans l’Histoire du Nivernais (1595), décrit la complémentarité de la montagne et de l’avant-pays collinéen :

Vray est que la chair et la gresse des bœufs et vaches nourris en Morvan n’est pas savoureuse et n’est pas si tost acquise aux bestes comme en celles qui sont nourries au plat pays, pour ce qu’au plat pays y a plus de soleil et l’herbe est naturelle, et en la montagne, à cause des bois et de la hauteur de la montagne, y a beaucoup d’ombre et peu de soleil et l’herbe y vient par force d’arousement. Aussi les marchans sont soigneux d’enquérir de quelle part vient le bétail qu’ils veulent engresser, et s’ils le mettent en herbe du plat pays et qu’il vienne du Morvan, ils sont asseurés de l’avoir incontinent gras et bon (...) (cité par J. Boichard 1971 : 120).

111Nous avons déjà rencontré le thème de la montagne morvandelle, perçue comme une pépinière d’animaux de souches réputées bonnes (voir supra p. 61) et bien valorisées par les coteaux proches, qui font transition avec les lieux de consommation (les villes de Bourgogne, de Champagne et Paris). Mais les prés du Bazois accueillent avec bénéfice d’autres grandes races du Centre (bêtes du Limousin et d’Auvergne — la Salers d’aujourd’hui, dite autrefois Mauriac ou Aurillac).

  • 42 Ces ouvriers réformés ont alors autour de 7 ans. Jusqu’au début du xixe siècle, la viande est moins (...)

112Cette province nivernaise à vocation herbagère précoce gère donc traditionnellement des animaux venus d’ailleurs, au moins autant qu’elle en produit. La Nièvre maintiendra cette fonction d’engraissement de bovins exogènes jusqu’au milieu du xixe siècle. Ce sont des animaux de travail, arrêtés dans leur carrière avant l’usure et le vieillissement, afin de préserver leur valeur à l’abattage42.

113En 1849, Delafond observe par exemple les attelages morvandeaux et leurs célèbres galvachers (les charretiers), ces migrants saisonniers qui descendent vers la Nièvre agricole et industrielle pour vendre leurs services ; ils y reviendront, entre les mains des herbagers, passer leurs derniers mois avant le grand voyage vers la ville.

114Suivant un raisonnement que nous connaissons bien — pour l’avoir déjà étudié chez d’autres auteurs à propos du bidet de même origine (voir supra p. 97) — Delafond encense généralement ce champion des races de trait, tout en lui prédisant le plus sombre avenir :

Le Morvan, contrée montagneuse (...) où l’agriculture est arriérée et semi-pastorale (...), doit conserver religieusement la petite race bovine rustique, sobre et éminemment travailleuse qu’il possède, et que les habitants de cette contrée savent si bien utiliser pour les charrois, jusqu’à ce que, dans un avenir agricole plus prospère (...), cette bonne et excellente race de travail soit croisée d’abord avec le taureau charolais, puis remplacée par la race pure (Delafond 1849 : 99).

  • 43 Le bœuf « barré » du Morvan, encore une race animale dont la réputation fait long feu, et qu’on ret (...)

115Et c’est avec satisfaction, en 1849, qu’il constate sa disparition effective des bonnes exploitations du « Bazois, des Vaux d’Yonne et de Montenoison » où il était auparavant très répandu. Autant de signes tangibles du progrès agricole !43.

  • 44 Il n’est pas inutile de rappeler ici la progression historique et géographique de l’embocagement he (...)

116Si la Nièvre reste fidèle à une solide tradition d’élevage bovin, elle est en passe d’en modifier radicalement les modalités. Parmi les courants qui la traversent, elle va s’attacher à celui qui lui vient du Brionnais, cette petite contrée du Charolais qui a déjà monétarisé son économie et embocagé son paysage. Dès le début du xviiie siècle, sous la pression des bouchers lyonnais, les herbages apparaissent, peuplés d’une race unifiée et améliorée (voir supra notes 16 et 4344).

117Ces bœufs dits « charolais » sont promis à une brillante carrière. Ils seront partie prenante des changements économiques du temps, tout à la fois cause et conséquence des processus en œuvre. Leur atout majeur : la polyvalence. Ils travaillent bien, et ils engraissent facilement.

118Sensiblement plus grands et plus forts, mais moins rustiques toutefois que les « barrés » du Morvan, les attelages blancs gagnent du terrain avec la réalisation du projet routier du préfet de région Badouix (1831-1941). Par leur force motrice combinée à leur valeur bouchère, on les voit alors jouer un rôle moteur dans l’ouverture économique de la région, servir les transformations industrielles et la monétarisation de l’agriculture.

119Suivons par exemple l’importante filière des entrepreneurs de transport de bois, charbon et fer vers les usines du pays :

  • 45 L’efficacité au travail du charolais ne fait pas l’unanimité, comme le montre ce commentaire de G. (...)

Aussitôt qu’il fut démontre aux cultivateurs et aux personnes qui entreprenaient beaucoup de charrois que les bœufs charolais ayant travaillé aussi bien et pendant autant de temps que les bœufs du Morvan se vendaient plus cher que ces bœufs sur les champs de foire de Nevers, de Saint-Saulge et de Châtillon, pour être engraissés dans les herbages, la vieille réputation du bœuf du Morvan commença à chanceler (Delafond 1849 : 115)45.

120Les maîtres de forge eux-mêmes, personnages riches et influents, adoptent franchement la race blanche :

Les transports de matières premières (...) de la grande usine de Fourchambault (...), de Guérigny, d’Imphy, de la Pique, de Pont-Saint-Ours, etc. et des hauts-fourneaux qui en dépendent, [qui] il y a 10 ans à peine, se faisaient exclusivement par les bœufs morvandeaux, auvergnats, bourbonnais (...), sont opérés aujourd’hui par des bœufs charolais purs ou des métis morvandeaux-charolais. Je puis vous assurer que parmi les 11 à 12 000 bœufs qui font les charrois de Fourchambault, et parmi les 3 000 bœufs à peu près qui exécutent les transits dans tout le versant de la Loire, aux environs de Nevers notamment, les deux tiers, et dans quelques lieux les trois quarts, appartiennent soit à la race pure charolaise, soit aux métis de cette race (ibid. : 116).

  • 46 « On voit un grand nombre de ces bœufs, attelés par paire à une voilure à deux roues, amener tous l (...)
  • 47 Le bétail charolais à proprement parler est abattu à Lyon ; le bétail Hivernais est dirigé vers la (...)

121La présence massive des bêtes blanches dans les effectifs industriels fournit la meilleure preuve de leur aptitude aux travaux les plus rudes46. Mais s’ils font gagner de l’argent par leur efficacité à la traction, ils en rapportent de plus en plus à l’embouche. L’industrialisation et l’urbanisation de la France font augmenter la consommation de viande, et soutiennent les cours. Les citadins, Parisiens en tête — leurs besoins vont peser singulièrement sur le destin du charolais —, préféreront bientôt une viande bovine, rouge, et maigre47. Habitué des abattoirs et du milieu éleveur, O. Delafond perçoit, dès le milieu du siècle, l’amorce du changement des goûts alimentaires :

Bien que l’usage des potages gras et de la viande bouillie soit généralement répandue en France, il faut s’attendre néanmoins à voir l’habitude de manger de la viande rôtie se répandre de plus en plus parmi la classe la plus nombreuse de la population.

  • 48 Noter cette étonnante désignation...

122La race charolaise se prête particulièrement bien à cette spécialisation bouchère. Le fameux concours boucher de Poissy, le premier du genre, qui va orienter une bonne partie de la production française à partir de 1844, la couvre de lauriers. Dès la première année, « six prix sur neuf », nous dit A. Thuillier (1974 : 76), sont attribués à des « Nivernais, pour des Charolais »48. La palme suprême revient à une bête de trois ans présentée par Louis Massé, un grand éleveur de Germigny (vallée de la Loire). Son animal est le plus jeune et le moins grand : preuve d’une conformation et d’une précocité excellentes.

123L. Massé demande une expertise publique à l’abattoir, dans le but de comparer les rendements de carcasse. Une véritable mise en scène qui lui permet de tirer un profit maximum de son triomphe. Il en fait une victoire collective, un véritable acte fondateur pour la race élevée en Nivernais, qui consacre la toute-puissance et le savoir-faire du réseau d’éleveurs qu’il représente à Poissy.

  • 49 Introduite officiellement en France en 1837, la durham est appréciée dans son pays d’origine pour s (...)

124L’enjeu est de taille et n’échappe pas aux observateurs. Sur la scène parisienne, L. Massé vient à bout des adeptes du croisement avec la « durham », une race anglaise portée aux nues jusque-là par tous les agronomes, et même soutenue par l’État49.

  • 50 A l’Exposition universelle d’animaux reproducteurs de Paris, en juin 1878, « les trois grands prix (...)

125L’élevage des bovins connaît donc, comme celui des chevaux (mais avec des accents différents) une bataille des races, qui met les anglomanes aux prises avec les zélateurs des populations régionales. Pour ostentatoire et théâtral qu’il soit, l’épisode parisien de Louis Massé est bien représentatif des motivations propres aux éleveurs de l’époque, fédérés en groupes de pression ennemis. Produire des bêtes de choix dans leurs diverses catégories régionales, aptes à concourir à Poissy, et bientôt à figurer dans les expositions internationales50, c’est une affaire d’intérêt national. Bon joueur, le président du jury qui légitime les bœufs du Nivernais en 1844, déclare :

les formes des bœufs charolais ont tellement été améliorées depuis quelques années que dans beaucoup de ses parties [ils se rapprochent] (...) extrêmement des races anglaises les plus perfectionnées » (cité par Thuillier 1974 : 77).


 »




Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre





xixe




Bulletin de la Société d’agriculture

126Un journaliste local se livre à une interprétation plus audacieuse : « Cette fête de la France entière fut celle de la Nièvre » (Annales de Poussery 1845, cité par Thuillier ibid.).

  • 51 C’est un concours annuel d’animaux gras, une riposte donnée à la manifestation instaurée en 1864 pa (...)

127Une rude concurrence se joue désormais dans les présentations officielles et les concours régionaux, dont le plus important siège à Nevers, haut-lieu de la race. Créé en 186651, il obtient un succès massif et immédiat. L’allure des champions qui s’affrontent pour l’épreuve spéciale dite des « animaux gras » reflète exactement celle de leurs homologues chevalins, « mastodontes adipeux, qu’on achète au quintal métrique » et qui choquent tant les gens de chevaux (voir supra p. 121).

  • 52 On retrouve, autour des bovins de concours, la dialectique du beau et du bon déjà posée pour les ch (...)

En 1974 (...) on remarquait des animaux de trois ans pesant jusqu’à 1 200 et 1 300 kg, et joignant à l’énormité de la taille le rare mérite d’une superbe conformation (Journal de la Nièvre, « Compte-rendu des expositions... », 1874)52.

128Mêmes effets, mêmes causes : attirer sur soi l’attention des acheteurs étrangers qui font monter les enchères sur les géniteurs de choix. Les prix remportés à l’Exposition universelle de Paris, en juin 1878, entraînent vers le concours de Nevers de la même année, de nombreux clients anglais, suisses, italiens et argentins.

  • 53 A. Thuillier donne la chronologie suivante. En mars 1863, Poissy privilégie le croisement durham et (...)
  • 54 Parmi les 27 grands labels régionaux identifiés et légitimés par l’existence d’un Herd-Book, c’est (...)

129Comme dans l’espèce chevaline (races de gros trait), une ardente compétition pousse à l’ouverture d’un livre généalogique (Herd-Book) en 186453. Le tableau chronologique général dressé par J. Bougler (1981 : 72) raconte à sa manière la guerre entre les races de grands animaux domestiques, et les rapports franco-anglais dans cette aventure. La durham dite « courtes-cornes » ouvre le jeu en 185554. La charolaise suit donc neuf ans plus tard, devancée par la seule gasconne (1856). Ces trois races précèdent de deux à trois décennies le gros de la troupe.

  • 55 « Beaucoup d’agriculteurs éleveurs tiennent aux poils blancs, blonds ou couleur froment, doux, four (...)

130Dans cette période de mise au point du standard, une polémique oppose les « croiseurs » durham aux « sélectionneurs » dans l’indigénat. La description du type (Thuillier 1974 : 64) est extraordinairement méticuleuse ; une chasse à l’« impureté s’organise, par le repérage des indices physionomiques. Parmi les caractères frappés d’interdit, la pigmentation des muqueuses et la coloration crème du pelage sont en bonne place55.

131Un héritier du maître de forges Brière d’Azy (le plus actif des propagandistes du croisement durham), écrit en 1891 :

Bien que les éleveurs nivernais protestent, de très bonne foi j’en suis persuadé, de la pureté du sang charolais de leurs animaux, lorsqu’ils achetaient les plus belles génisses blanches, ils rencontraient des petites-filles de Durham (Boichard 1971 : 127).

132On aura remarqué, à propos de cette polarisation sur la couleur, une nouvelle analogie chevaux-bovins, dans les catégories de luxe (concours) soumises à une vive concurrence sur les marchés, pour la vente aux étrangers. Noirs, tous les chevaux de trait — au grand regret de l’administration des Haras — sous le feu des fabuleux achats américains. Blanche, la race bovine qui triomphe à Paris, encensée en 1844 dans les termes suivants :

Nous prédisons que la race charolaise deviendra la race indigène du centre de la France et que l’étranger, moins dédaigneux que nous-mêmes de nos excellents produits, viendra sous peu de temps enlever les meilleurs animaux de cette race comme il le fait pour les étalons de certaines races chevalines » (Bourgoing, cité par Thuillier 1974 : 53).

133Et voici à présent comment un éleveur des environs de la Charité, voit le travail de Louis Massé, « père fondateur » du vrai charolais :

  • 56 Après la consécration du concours de Poissy, et la préférence de plus en plus marquée de la boucher (...)

(...) En dix-huit ans, [il] a pu balancer le succès de ses concurrents par des croisements judicieux en dedans tandis que les croisements en dehors qui avaient perfectionné la Durham ont demandé presque un siècle et l’Angleterre viendra, soyons-en sûrs, chercher un jour des taureaux dans plus d’une ferme nivernaise et berrichonne56 comme elle emprunte des étalons normands et percherons (Barbier, cité par Thuillier 1974 : 75).

PLANCHE 43. L’amélioration de l’élevage et la structure agraire en Nivernais




134Entre le Perche et Le Nivernais, d’une espèce à l’autre, l’analogie entre les parcours des grandes races se resserre.

135Barbier revendique orgueilleusement la brièveté de l’histoire des grands bovins, élaborés entre les mains expertes d’un tout petit nombre d’éleveurs, et dans un rayon géographique réduit. La vallée de Germigny, « fief » de Louis Massé, apparaît comme le microcosme de la sélection interne :

Elle avait un champion de la race charolaise en L.M., un des rares éleveurs qui avec ténacité cherchait à l’améliorer (...) par une sélection et une consanguinité soigneusement calculée (...). Avec ses voisins, Chamard et Philippe, il parcourt les foires de la Nièvre pour se faire une opinion et en 1825, ils achètent en commun un taureau et plusieurs génisses chez Paignon, à la ferme de l’isle à Mars-sur-Allier (Thuillier 1974 : 63-64).

136De son côté, E. Gayot dénigre l’émergence rapide de la race chevaline percheronne qu’il trouve artificielle (au contraire du cheval de sang inscrit dans l’histoire profonde, comme « donné » par la nature), fabriquée par le génie d’un groupe d’éleveurs (voir supra p. 124) :

Au commencement de ce siècle, le Perche ne possédait qu’une population chevaline rare et médiocre. L’origine ne remonterait pas au-delà de 1810 [et résulterait] de la rencontre (...) fortuite de nos races de trait de la Bretagne et de l’importante famille boulonnaise (...). De nos races de trait, celle-ci est la plus récente ; elle est née sous l’influence d’un besoin (...). C’est une création des circonstances, sortie de la main de l’homme (Gayot, in Moll et Gayot 1883).

137Dans les deux cas donc, l’histoire de la race de pointe qui conquiert les marchés internationaux est courte et glorieuse. Dans les deux cas également, les populations savamment sélectionnées sont en partie (en grande partie ?) exogènes.

138Il faut revenir ici, sur l’opposition « dedans »/« dehors » formulée par Barbier. Le « dehors », l’étranger, dans l’idéologie de l’éleveur, c’est l’Angleterre, et toute la stratégie du croisement, soutenue par le corps administratif et l’État central. Le « dedans », son contraire, c’est déjà une revendication régionale. Mais le discours sur la localité, sur l’indigénat, et sur la race, se construit à partir de l’appropriation d’une population animale originaire des contrées voisines. Les chroniqueurs du négoce chevalin ont créé un mot pour désigner cette opération de marquage, dans la traversée du pays fameux, traversée qui donne à l’animal son « cachet » et sa valeur marchande. C’est la perchisation des poulains, nés dans la péninsule armoricaine (voir supra La gloire du percheron, planche 28).









bandes prix de famille.

139Quelque chose d’exactement équivalent se produit en Nivernais. Car enfin, le bétail blanc est-il charolais ou nivernais ? Dans tout ce qui précède, on n’aura pas manqué de noter l’ambiguïté des termes utilisés, le malaise des différents auteurs pour désigner leur objet. L’intitulé initial du Herd-Book et la dichotomie qui sera faite ultérieurement sont fort significatifs.

140Première étape en 1864 : « race bovine charolaise améliorée de la Nièvre, dite race nivernaise ». Bien sûr, aucun de ces mots n’est arrêté au hasard. Les éleveurs de Saône-et-Loire (région de Charolles) fomentent une riposte cinglante (mais longue à venir). Elle arrive en 1887, sous la forme d’un label de « race bovine charolaise pure » (étant bien entendu que les autres portent la responsabilité de la tare du croisement).

141De mémoire locale unanime, rappelons-le, la source du processus de « nivernisation » des bovins charolais se tient dans la saga d’un riche négociant éleveur brionnais ; poussant ses bœufs vers le nord et le réseau des grandes villes sur la route de Paris (les lieux d’abattage), il s’installe en chemin dans ce Bazois aux riches potentialités herbagères, mais encore arriéré, dit-on, à la fin du xviiie siècle (supra pp. 43 et suivantes).

Selon la tradition, Claude Mathieu, né à Oyé le 9 octobre 1738, devint fermier de la terre d’Anlezy (...) et amena avec lui son bétail charolais et ses habitudes de travail. Fils d’un des plus gros commerçants en bœufs de la province, il avait des moyens financiers et avait pratiqué l’embouche en Charolais. Il arrivait dans une ferme où tout était à faire, mal entretenue et mal reliée au village, mais retrouvait un sol favorable, à savoir les mêmes terrains argilo-calcaires du lias que ceux de son pays natal (Thuillier 1974 : 59).

142Ce pionnier est l’incarnation même du progrès agricole venu du sud-ouest. C’est une figure légendaire, comme de nombreux auteurs l’ont souligné. Mais une colonie brionnaise, forte et structurée, s’établit bel et bien dans les décennies suivantes :

(...) Loreton à Sauvigny-les-Bois, Massin à Limanton, Monmessin à Montigny-sur-Canne et Jean-Baptiste Ducret, qui prit la succession de Mathieu d’Oyé à la ferme d’Anlezy. Les fils de Mathieu firent eux-mêmes fortune dans l’embouche : Antoine, l’aîné, était fermier général à Aunay-en-Bazois où (...) [il créa] un système d’irrigation permettant de multiplier les prairies naturelles. Quand il acheta un domaine à Saint-Pierre-du-Mont, (il le développa) si bien qu’on lui donna la Légion d’honneur. Son frère Claude Mathieu, marié à une fille Massin, vint s’installer au Château de la Cave, à Beaumont-Sardolles, où il fit une fortune considérable. Son cousin Camille était fermier à Espouilles, et reprit la terre d’Aunay (ibid. : 59-60).

143Les nouveaux venus consolident leur assise économique et sociale par une politique matrimoniale résolument endogame. Ils s’échangent également des bovins reproducteurs d’origine brionnaise « pour améliorer la race par le choix des sujets à croiser et par une consanguinité bien étudiée en achetant des reproducteurs tantôt chez l’un, tantôt chez l’autre » (ibid. : 60).

144Les représentants de l’État n’ont pas prise sur cette communauté étrangère qui fait bloc. En 1820, le préfet propose à Antoine Mathieu l’un des taureaux mis à la disposition des éleveurs par le ministre de l’Agriculture. Celui-ci décline l’offre avec fermeté :

Depuis longtemps, je m’occupe d’améliorer la race des bestiaux qui garnissent ma ferme et je suis dans l’intention de la conserver telle qu’elle est, je la trouve la plus favorable au climat que j’habite et (...) je prends le parti de m’en tenir à l’espèce que je possède (ibid. : 60).

  • 57 Il serait fort intéressant d’établir les généalogies de ces grands éleveurs, de repérer le réseau d (...)
  • 58 La dynastie « Mathieu » des temps héroïques de l’immigration est inconnue dans les concours : « Cho (...)

145A mi-chemin entre la chronique locale — et les histoires du cru ne manquent pas ! — et le mythe fondateur, telle est l’aventure des migrants brionnais et de leur bétail blanc au tournant du xviiie siècle. Le bétail qu’ils possèdent, et tout le système technique qui l’entoure, diffusent bientôt par le phénomène bien connu (et bien suivi par les historiens) de l’exemple. C’est alors que surgit le personnage de Louis Massé, à notre connaissance Nivernais de souche57, qui, dit-on, visite les foires et s’approvisionne finalement dans une localité de l’Allier, proche de la limite sud du département. La « nivernisation » proprement dite peut se produire, au sein d’une population d’origine charolaise déjà largement répandue par le négoce. La race régionale s’élabore, par acculturation, dans le jeu des concours58 qui mettent en scène la résistance opposée à l’administration et aux pouvoirs publics. Qu’importe si les hommes et les animaux des débuts sont allochtones ! De Moncorps, président de la Société d’agriculture de la Nièvre, peut dire au comice de Saint-Saulge, le 15 juin 1845 :

La race charolaise que nous pouvons désormais appeler nivernaise tant elle est implantée et perfectionnée dans le pays, est à peu près la seule que l’on rencontre (cité par Thuillier 1974 : 77).

  • 59 Il faudrait approfondir ce cas exemplaire de relations de voisinage difficile. Les Charolais et les (...)

146Plus tard, les éleveurs charolais ne manqueront pas d’épingler, cela va de soi, la tare du croisement anglais chez leurs voisins devenus célèbres avec leur propre bétail. Mais ils n’en viennent pas moins en grand nombre acheter les champions des concours de Nevers (période 1850-1880)59.

  • 60 Dans le groupe de leaders, la personnalité du comte de Bouille se détache. Grand propriétaire terri (...)

147Il n’a été question, dans les pages précédentes, que de grands marchands, de fermiers généraux, de riches domaines... La spécialisation herbagère, la construction d’écuries de concours qui représentent la race et qui attirent la clientèle étrangère sont évidemment réservées à une élite non paysanne, mais rurale. De comices en concours, et en journaux spécialisés, les hauts faits des lauréats retentissent dans les campagnes et dans les villes60. Le 5 novembre 1819, une circulaire ministérielle parvient aux maires, chargés de signaler et de récompenser les « meilleurs agriculteurs ». Décize et Château-Chinon déclarent respectivement :

Les propriétaires qui occupent la campagne ou y ont des réserves, s’y occupent beaucoup plus de l’éducation et de l’amélioration de leurs bestiaux que de culture. Les principaux fermiers des grands domaines sont occupés uniquement d’engraisser les bestiaux, ils augmentent le nombre des pâturages, mais ils diminuent d’autant les terres labourables (Thuillier 1974).

  • 61 Louis Massé correspond par exemple avec l’agronome théoricien Mathieu de Dombasle (l’inventeur de l (...)

148L’élevage des bovins améliorés est un puissant facteur de différenciation sociale. Comme on l’a dit à propos des grosses juments comtoises qui font leur apparition dans le nord-ouest du pays à la même époque, la pratique de l’embouche renforce l’inégalité économique. Les plus grands éleveurs se lancent dans un train de changements parce qu’ils sont riches et instruits, qu’ils ont le pouvoir de rompre la chaîne des baux courts, et qu’ils connaissent les principes de l’agriculture savante61 ; et ils tirent grand bénéfice de l’opération :

Brière d’Azy, maître de forges et grand propriétaire de Saint-Bénin d’Azy, était le fils d’un fermier des forges de Vierzon appartenant au Comte d’Artois ; sa fortune était de 150 000 F en 1803 et de 250 000 F à sa mort, en 1844 (Thuillier 1974 : 61).

  • 62 A noter, toutefois, que la population du département croît de 21 % en 30 ans, de 1801 à 1831 : 187  (...)

149L’embouche enrichit et couvre d’honneurs. Elle résoud, en outre, le grand problème de main-d’œuvre en Nivernais (voir supra p. 50)62. Avec la réduction de la surface emblavée, les propriétaires et les grands fermiers voient enfin s’atténuer leurs difficultés à s’assurer la présence d’un personnel qualifié pour les travaux de la terre.

  • 63 « Le sol frais et fertile d’Anlezy le [Mathieu d’Oyé] servit à merveille (...) et bientôt à la plac (...)

150Sous l’œil du maître et avec un personnel réduit au minimum63 les veaux grandissent tout seuls. On dira bientôt avec jubilation dans le pays que le grain est désormais devenu le « mal nécessaire » : l’antique prédominance céréalière est tombée !

151De sévères épidémies sévissent, conséquence logique de la concentration des animaux (par exemple, le typhus associé aux réquisitions en 1815-1816, et la fièvre aphteuse en 1866) ; mais elles n’enrayent pas la progression générale.

  • 64 Une crise durable s’installe toutefois à partir des années 1870 : sécheresse exceptionnelle des ann (...)

152L’engouement pour l’embouche dans la Nièvre et l’extension régulière des surfaces en herbe durant tout le siècle64 ne s’expliquent pas seulement par des facteurs écologiques et sociaux localement favorables. L’engraissement des bovins est partout en progrès. On a déjà évoqué l’accroissement de la consommation de viande (rouge et bovine en particulier), lié à l’industrialisation et à l’urbanisation. Les crises céréalières de 1820-1823 et de 1855-1856 provoquent de nombreuses reconversions herbagères. L’État y pousse également, en instaurant en 1822 un droit de 55 F par tête à l’importation de gros bétail (c’est le bénéfice moyen par sujet engraissé). Il encourage l’activité des sociétés d’agriculture, prime généreusement les concours bouchers de Poissy.

PLANCHE 45. En pleine période bouchère l’éloge des bœufs de trait




.

153Les fermiers trouvent auprès des banquiers (banques locales et bientôt Banque de France) d’excellentes conditions d’emprunt. Les emboucheurs sont assimilés à de « notables commerçants » — sans payer toutefois de patente. La ligne de chemin de fer Paris-Lyon via Nevers et Saint-Etienne est terminée en 1852 ; le transport rapide des bestiaux (deux jours pour Paris au lieu d’une quinzaine) nivelle les cours et la concurrence s’accroît. Les exploitations nivernaises demeurent compétitives, avec de faibles coûts de production.

  • 65 La tendance à la concentration des grandes écuries (et des « chasseurs de prime », comme on le dit (...)

154L’élevage de sujets de concours se concentre entre quelques grandes familles (avec un foyer de plus en plus actif dans l’Entre-Loire-et-Allier), qui gèrent savamment leur monopole ; certaines, vers la fin du siècle, en viennent à pratiquer la sélection et les concours comme une fin en soi65. Mais le bétail blanc de qualité se généralise dans toute la Nièvre. A. Thuillier avance par exemple (prudemment) les chiffres suivants pour les bœufs gras dirigés sur Paris : en 1818, 4 500 ; puis 10 000 en 1827, 12 800 en 1829 et 22 000 en 1842.

155Le pays tout entier baigne dans une culture technique du bovin. L’un des traits les plus forts en est sans doute la sagacité de l’éleveur, le coup d’œil savant, pour lequel le corps de l’animal n’a aucun secret, du veau qui préfigure le champion (chez le sélectionneur) au bœuf fatigué mais non usé, qui s’enrobera rapidement de chair pour le plus grand bénéfice de l’emboucheur (voir planche 46).

  • 66 Le rapporteur du concours gênerai de Nevers écrit en février 1886 : « Notre belle race nivernaise a (...)

156Sagacité du dresseur également. Les gens du Nivernais ont défendu la polyvalence de leur race jusque dans le rituel des concours66, à la fin d’un siècle qui voyait pourtant se parfaire une évidente spécialisation bouchère, se généraliser une herbe déjà vieillissante au détriment des terres labourées en même temps qu’apparaissait le cheval de trait.

PLANCHE 46. Une culture technique des bovins (trait-viande)




pissereau la veine,
veine ibid

157Portrait du bœuf à tout faire, dans une parfaite continuité historique. De l’ouvrier au champion de race, c’est l’animal qui structure la vie économique et sociale, détermine l’alliance matrimoniale et devient, dans les concours locaux et internationaux, l’« étendard » (selon l’expression de l’éleveur Barbier, voir supra p. 159) de la région et de la France tout entière. Un bastion difficile à prendre, il faut en convenir, pour les amateurs de chevaux de trait...

Notes

1 « Le cheval qui valait au commencement du siècle 500 à 600 F a passé successivement par les prix de 800 à 900 jusqu’à 1 500 et 1 600 F. Nous ne parlons que des chevaux de service, bien entendu, laissant de côté les animaux reproducteurs. Pendant les quelques années où l’agriculture souffrait dans toutes ses branches, l’élevage du cheval seul s’est maintenu à un prix rémunérateur » (Lavalard 1894 : 239-240).

2 Quelques éléments biographiques sont utiles pour situer le propos de ces trois auteurs (voir l’ouvrage du général Mennessier de la Lance) :
E. Gayot (voir supra note 24, p. 29), est une grande ligure de l’histoire équestre. Fils d’un vétérinaire militaire et hippologue renommé (C.-N. Gayot, dit Gayot de Fresnay), il suit la trajectoire paternelle : il devient vétérinaire, zootechnicien, et accomplit une carrière longue et remarquée dans l’administration des Haras (1834-1852), qu’il finit par diriger de main de maître. Il occupe par ailleurs des fonctions honorifiques dans de nombreuses sociétés savantes. Grand propagandiste du pur-sang anglais, il s’attache à la création de l’anglo-arabe dans la circonscription de Pompadour. Écrivain prolixe et passionné, il réalise une synthèse dense et complexe (à déchiffrer !) entre la culture équestre aristocratique et la zootechnie savante de son siècle.
E. Lavalard reçoit également une formation vétérinaire à Alfort ; il exerce d’abord dans l’armée, puis devient administrateur de la Compagnie des omnibus de Paris en 1866. Il en gère l’immense cavalerie selon une méthode scientifique, met en place un programme de recherche appliquée qui combine les facteurs de l’animal (race, sexe, âge), de son alimentation et du travail demandé, de la voiture, du harnais et même du revêtement de la chaussée. Quant à A. Richard, le général Mennessier de la Lance le dit à la fois « vétérinaire, médecin, hippologue et homme politique ». Il abandonne l’armée où il a débuté, pour enseigner à l’école des Haras dont il devient directeur en 1845. Il fonde, avec le naturaliste I. Geoffroy Saint-Hilaire, la Société zoologique d’acclimatation.

3 Cerner les caractéristiques physionomiques des populations régionales n’est pas une entreprise aisée ; elle suppose que l’on reprenne les sources locales dans le détail (pour la couleur, voir par exemple la Statistique des juments poulinières de l’an VIII, Statistique générale, Recensement des animaux). Le descriptif que Musset nous donne des poitevins montre bien la difficulté qu’il y a, dans la lecture des sources, à sérier le plan de la réalité matérielle et celui de la perception, avec le gauchissement idéologique (valeurs esthétiques de la culture cavalière traditionnelle).

4 Voilà un thème d’une grande richesse : la genèse d’un critère de couleur dans la stratégie de sélection d’une population animale. A partir de cette histoire simpliste du « percheron gris de la Poste », une monographie pourrait s’engager, qui mettrait cette idée toute faite (mais pas forcément fausse) à l’épreuve des différentes statistiques agricoles précisant la couleur des bêtes ; on pourrait également consulter les règlements de la Poste. En ce domaine, le comparatisme s’impose : d’une race à l’autre (contemporaines ou non) et d’une espèce à l’autre (en particulier les bovins). La note 52 de Musset appelle un semblable traitement (Musset 1917 : 115). Il y évoque, sans citer ses sources (contrairement à son habitude), une différenciation catégorielle sur la robe : dans toute la France du milieu du xixe siècle, le « trait lourd » serait de couleur sombre (noir principalement, et bai), le gris dominant chez les « trait léger ». Point de vue alléchant, mais sujet à caution.

5 Dans sa célèbre « statistique de la Compagnie des omnibus », Lavalard donne, pour la période 1877-1903, les pourcentages successifs de robes sombres par rapport à l’ensemble ; 1877 : 12 % ; 1880 : 22 % ; 1885 : 25 % ; 1890 : 48 % ; 1895 : 52 % ; 1900 : 60 % ; 1903 : 64 % (cité par Musset 1917 : 200, note 134). Ladite compagnie n’affiche pas de stratégie particulière sur la couleur (elle compose toutefois très soigneusement ses attelées) ; ces chiffres reflètent l’évolution des marchés. A noter qu’elle privilégie le Perche comme source d’approvisionnement (voir l’encadré Lu gloire du percheron, planche 28).

6 L’étude extraordinairement documentée de Musset reste qualitative sur ce point : on ne pèse pas les chevaux ; à la même époque, les rituels bouchers de Poissy enregistrent cérémonieusement les records obtenus par les bœufs. L’hippophagie, véritable révolution culturelle après 1 200 ans d’abstinence au moins en France, vient de naître à Paris et commence à passer dans les mœurs (ordonnance de police du 9 juin 1866).
Quant à l’intéressante question du régime alimentaire des bêtes domestiques, elle est peu étudiée d’un point de vue anthropologique. Le Léon, au début du xixe siècle, engraissait ses poulains avec des soupes à base de lait, de choux et de panais, suscitant l’étonnement dégoûté des voyageurs.
De telles pratiques paraissent liées au négoce : cette riche contrée bretonne tirait grand bénéfice de la vente de ses laitons, mais aussi de ses cochons (la parenté des façons de nourrir est d’ailleurs frappante). 11 s’agit d’une intensification précoce de l’élevage, exceptionnelle, on l’a vu, pour l’espèce chevaline. Les « sélectionneurs » bretons ont aujourd’hui plus que jamais la réputation d’être de redoutables soigneurs (on parle de pâtées de châtaignes et d’œufs...). Musset évoque de son côté, dans la grande aventure américaine du Perche, un copieux nourrissage au lait de vache (Musset 1917 : 203, note 144).

7 Mulliez critique Musset sur ce point : l’élevage percheron ne serait pas une innovation du xixe siècle commençant, mais une vieille tradition, selon les modalités classiques de « l’économie sauvage de cueillette ». Les bidets qui en résultaient avaient toutefois suffisamment d’étoffe pour labourer la Beauce (genèse précoce de l’étroite association des deux régions) (Mulliez 1983 : 67).

8 Musset précise : « Les Perriot sont les éleveurs les plus importants du Perche. » Quant à Mark Dunham, c’est le découvreur et le révélateur du percheron aux États-Unis : « En 1868, Mark W. Dunham importa ses deux premiers étalons : Success et French Emperor ( !). Il en achètera 6 en 1872, 20 en 1873, puis 41 en 1874. 60 en 1875, 390 étalons cl juments en 1883, payés de 4 000 à 6 000 F. Pendant vingt ans, il importera 100 à 150 étalons chaque année, allant... jusqu’à 20 000 F en 1885, année où 700 reproducteurs partiront du Perche » (Pelatan 1983 : 26).

9 La meilleure preuve en est que les grands importateurs américains, qui l’ont valoir à leur gouvernement la cause d’intérêt public, « obtiennent l’entrée en franchise du cheval percheron accompagné d’un certificat de la Société hippique percheronne attestant son origine. (Tout autre cheval paie des droits.) » (Musset : 192).

10 Ces manifestations consacrent la mondialisation des échanges et du modèle de développement à l’européenne. Londres ouvre la série en 1851, New-York suit de près (1853). Trente-six autres vont s’échelonner, organisées par les capitales du monde, dans la seconde moitié du siècle.

11 Deux auteurs américains écrivent en 1917 une énorme saga du percheron : A. Sanders et W. Dinemore, A history of the percheron horse. Venu acheter au concours de Mortagne en 1887, Mark W. Dunham tient le discours suivant : « Chaque nationalité a une préférence marquée pour les chevaux de son pays d’origine ; ceci a amené l’introduction des bêtes de races différentes de France, de Belgique, d’Angleterre, d’Écosse, qui ont été mises à l’épreuve dans des circonstances identiques : tous ont dû s’incliner devant la supériorité des percherons lorsqu’il s’est agi d’améliorer nos races américaines » (cité par Pelatan 1983 : 28).
La langue française ne dit-elle pas encore aujourd’hui cette préséance du percheron pour lequel — et pour lui seul — elle a substantivé l’adjectif ? « Le percheron », dit par exemple le Petit Robert, « est le cheval de trait (...). »

12 « De riches Américains achetaient, sur un coup d’œil, le percheron de la diligence qui les emportait [2 000 F or en 1865, par exemple]. Lors de leurs visites à Paris, celui que le Magasin de la Paix attelait à ses voitures publicitaires attirait leurs regards : né à la Fuye près de Bellême, il était issu des fameux étalons de Couesme » (Pelatan 1983 : 26).

13 Dans son avant-propos d’un long article paru par épisodes dans L’Indépendance de Clamecy en 1905, l’étalonnier P. Denis écrit : « A la grande Exposition de 1900, la commission chargée de classer les chevaux percherons et nivernais était composée, entre autres, de MM. Lavalard directeur de la cavalerie à la compagnie des omnibus de Paris et Beauclair, vétérinaire dans le Perche ; les autres membres de la commission, que je n’avais pas l’honneur de connaître, étaient probablement des inspecteurs ou directeurs de nos haras nationaux. »

14 On analysera ultérieurement leurs divergences idéologiques (infra : 121).

15 Ce processus d’« anoblissement » du cheval de trait, par la mise en adéquation progressive du cheval de trait à l’esthétique du cheval pur-sang, donnera bientôt le « demi-sang » : quelque part entre la population roturière et les chevaux d’élite. Ce demi-sang est voué aux transports, et, ce faisant, aux échanges sociaux. 11 assure la liaison entre la ville et la campagne, l’agriculture et l’industrie. A travers lui communiquent toutes les classes sociales et un grand nombre de corporations professionnelles. Cette position médiatrice dans la société française explique sans doute l’extrême attention portée à son corps, et la « régularisation » du modèle, pour employer le terme des hippologues (voir Lizet 1988 b).

16 Comme les « misérables » chevaux exclusivement agricoles, ou les « mauvaises poulinailles » servant pour le bât au siècle dernier (voir supra p. 37).

17 E. Lavalard écrit dans son ouvrage : « E. Gayot considère les races de trait comme des races communes et en l’ait une description peu flatteuse. Heureusement, les étrangers n’ont pas partagé la manière de voir de ce savant hippologue, qui connaissait beaucoup mieux les races de demi-sang et qui s’occupait relativement peu des chevaux d’agriculture. Il suffit de lire les journaux et ouvrages américains, ainsi que ceux des autres pays de l’Europe, pour voir à quel degré les éleveurs étrangers apprécient les qualités de ces races de trait » (Lavalard 1894 : 233).

18 Combattue, comme chez Lavalard et Gayot, ou tout à fait opérante comme chez O. Delafond, l’attraction pour les modèles de chevaux de trait de l’Europe industrialisée du nord-ouest apparaît comme un large phénomène culturel.

19 Si l’on en croit la carte 11 de Musset (voir planche 37), le pays vient de se mettre à la traction chevaline, comme sous la poussée du Nord. Mais quels sont ces chevaux ? Noter l’ambiguïté des cartes 11 et 7 de Musset (planches 37 et 36) : la Puisaye fait travailler des chevaux dont on ignore l’origine. Doit-on en déduire qu’elle produit à si petite échelle qu’elle ne figurerait pas comme « région de production » ? On a vu que l’« avant-pays » nivernais faisait naître de petits chevaux de bât et de selle rustique. Existe-t-il un rapport (biologique) entre ce petit élevage traditionnel et la nouvelle cavalerie de trait ?

20 J. Mulliez cite un rapport du Parlement de Besançon sur l’état des haras (1768), où il est question des circuits de vente internes à la Franche-Comté (« montagne » et « plat pays ») et étendus aux pays limitrophes : « Ces poulains (vendus à 6 mois par les habitants de la Montagne) passent en de premières mains, ils y restent 1 an ou 18 mois d’où ils sont vendus et livrés communément au labour, dans l’intérieur du Royaume (la Franche-Comté), de sorte qu’à 2 ans, un poulain se trouve déjà entre les mains d’un troisième propriétaire (...). La plus grande partie (dès 6 mois) est vendue aux habitants du plat pays (en Franche-Comté) où les fourrages sont plus abondants et ceux-ci les revendent le double aux marchands de Brie, de Champagne et du Nivernais qui sont dans l’usage de venir acheter chaque année les chevaux de Franche-Comté » (Mulliez 1983 : 24 et 353).

21 Pour une position de recherche sur la question du personnage social du maquignon, voir Lizet 1984.

22 Que se passe-t-il, sur le front des grandes races chevalines (percheron-comtois), à la limite de la Beauce et de la Brie, chez les paysans et chez les marchands ?
J. Mulliez (1983 : 165-166), qui critique Musset sur de multiples points, nous apprend incidemment que le Berry, d’après une source de 1715, élève des poulains (mâles) du Poitou et de Franche-Comté, et qu’ils servent au « labourage et au roulage ». Mais dans quelle proportion, par rapport aux bœufs ?

23 Rapport du Parlement de Besançon, 1768 (cité par Mulliez 1983 : 25).

24 Longtemps localisé (à la Bretagne, à la Normandie et à la Franche-Comté), il s’est généralise au xixe siècle (Musset 1917 : 57).

25 Prix sensiblement plus élevé que ceux donnés par de Soultrait (voir supra p. 41) ; fluctuations du marché d’une décennie à l’autre, augmentation des cours pour les sujets vraiment améliorés, ce qui attesterait la mise en place d’un élevage sélectionné ?

26 Dans la Nièvre, comme partout ailleurs, les agriculteurs « progressistes » forment une catégorie sociale séparée dans le monde paysan : ces anciens notaires, vétérinaires et autres marchands possèdent un bagage intellectuel souvent important et exercent un pouvoir social, voire politique. La presse locale (et bientôt avec les comices, les journaux agricoles spécialisés) propagent ces « bons exemples ».

27 Pour apprécier les progrès effectifs de la traction chevaline (et pas seulement l’augmentation des effectifs), il serait utile de suivre l’histoire locale du matériel agricole.

28 Le long portrait disqualifiant se termine donc par une note positive. En fin de compte, O. Delafond octroie aux chevaux de Puisaye le statut de « race » (une « souche assez bonne » dit-il de surcroît, c’est-à-dire susceptible d’améliorations). Ceux de la Nièvre, employés exclusivement au bât, sont-ils par contre trop petits et trop marginaux pour entrer dans sa grille de lecture des races régionales ? En Puisaye, la charpente est déjà plus forte, car les chevaux, nous l’avons vu, labourent.

29 En tous cas, ils se plaisent à l’affirmer et à jouir des nouveaux pouvoirs de spécialistes exclusifs.

30 L’étalonnier P. Denis, dont on a déjà parlé (supra p. 95), habite la même commune que Simon. Son affaire à lui, c’est la race noire qui voit le jour et pour laquelle il faut combattre. Mais la personnalité de son illustre prédécesseur l’a fortement influencé : voilà encore un beau sujet d’enquête : comment transmet-on un pareil héritage technique et symbolique ?

31 Avant d’engager cette démarche, il faudrait étudier à fond les monographies déjà existantes sur les éleveurs de bovins, par exemple Thuillier (1974 : 60-61) avec la descendance de Mathieu d’Oyé, ou encore cet Hervieu de Dompierre, ancien élève de l’école vétérinaire d’Alfort, qui tout à la fois ouvre une brèche avec ses prairies dans l’ancien système à jachère, se procure du bétail étranger et crée un haras de juments de trait ; ou encore, suivre la piste de « Simon de Lys » (sans doute celui du haras de la Coudraye) qui se fait remarquer à Poissy, en 1844, avec un bœuf engraissé par ses soins, dont le poids atteint 1 340 kg !

32 Des bœufs aux chevaux, de l’activité de naissage à l’embouche, la question du mode de faire-valoir et du régime foncier est à fouiller : quelle configuration pousse vers l’une ou l’autre espèce ?

33 Partisan convaincu du « trait léger », O. Delafond reconnaît la nécessité pour les éleveurs, même dans les Amognes aux sols assez meubles, de rechercher des gabarits puissants pour supplanter les bœufs : « Plusieurs propriétaires-éleveurs allèrent dans le Perche faire l’acquisition d’étalons d’un assez gros modèle. »

34 Plus herbager que céréalier depuis le moyen âge déjà, le Bazois réduit notablement sa surface cultivée dans les premières décennies du xix » siècle : « Les principaux fermiers des grands domaines sont occupés uniquement d’engraisser les bestiaux, ils augmentent le nombre des pâturages, mais ils diminuent d’autant les terres labourables » (Thuillier 1974 : 60).

35 L’usage de l’adjectif tride n’est pas anodin. Tire de l’espagnol trido, ce mot appartient au vocabulaire du manège équestre classique : « signifie qu’un cheval rabat ses hanches avec vitesse et agilité » (Garsault 1741). « 1611, équit. “prompt”... » (Nouveau dictionnaire étymologique et historique, Larousse, 1971). Ceci confirme bien l’origine sociale de l’auteur et son inscription dans la culture cavalière classique.

36 Gayot refuse brutalement à tous les chevaux de trait, le statut de la race (c’est-à-dire, implicitement, la race pure, l’élite, de « bonne origine ») : « L’Isère a successivement grossi sa race, qu’on nous passe ce terme impropre, jusqu’aux proportions du cheval de trait. » (C’est nous qui soulignons.)

37 Dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, les agriculteurs de la plaine d’Alençon n’élèvent pas autrement. Les chevaux sont commercialisés en foire à l’âge adulte, « presque semblables à des animaux sauvages » (Mulliez 1983 : 337).

38 « (...) sur 34 756 chevaux qui peuplaient la Nièvre en 1929, 200 juments uniquement affectées à la reproduction, pouvaient être considérées comme animaux de sang, et mille bêtes à des commerçants étaient de races variées. Le reste de la population chevaline appartenait aux animaux de trait. » Texte manuscrit accompagnant l’enquête agricole de 1929 (dans le dossier du même intitulé. Archives départementales de la Nièvre).

39 « Se dit du cheval aux parties irrégulièrement proportionnées entre elles » (Saint-Riquier et Delporte 1975).

40 A. Sanson écrit : « Quant aux chevaux (les “ chevaux de selle, métis anglais ”) que t’ont naître les éleveurs nivernais, passés maîtres comme éleveurs de bœufs, (...) il s’en faut de beaucoup qu’ils puissent ajouter à leur gloire. Les chevaux forment une population hétéroclite, sans caractères propres, tenant de toutes les races et n’appartenant à aucune, bons par occasion, médiocres ou mauvais, habituellement ; il suffit de les mentionner en faisant des vœux pour que l’espèce s’en perde » (Sanson 1887 : 120-121).

41 Les références suivantes sont indicatives, dans une énorme bibliographie possible. On ne rappellera pas celles d’O. Delafond, l’une des sources de base des paragraphes précédents, ni les ouvrages de Thuillier, déjà signalés.
— Travaux de synthèse : J. Boichard, La vie rurale entre Loire et Allier, 1971 ; A. Naudin, L’industrie de l’élevage dans la Nièvre, 1916 ; R. du Mesnil, De la race bovine charolaise (cité par Thuillier 1974).
— Monographies de grands éleveurs, d’après des archives familiales : par exemple, M. Dechambre, Quarante ans d’histoire de la race charolaise, l’œuvre de Louis Massé, 1792-1863 (cité par Thuillier 1974).
— Auteurs anciens : Intendant Le Vayer [R. de Lespinasse, « L’intendant Le Vayer, son mémoire sur la généralité de Moulins, en 1698 », Bull, de lu Société nivernaise, 1900 (cité par Thuillier 1974)] ; Guy Coquille, Histoire du pays et duché de Nivernais, 1622 (d’après Dupin 1864).

42 Ces ouvriers réformés ont alors autour de 7 ans. Jusqu’au début du xixe siècle, la viande est moins prisée que le suif avec lequel on s’éclaire ; puis survient l’invention du gaz et la préférence pour les viandes maigres et tendres (rôties, plutôt que bouillies, selon les façons traditionnelles).

43 Le bœuf « barré » du Morvan, encore une race animale dont la réputation fait long feu, et qu’on retrouve au cœur du folklore de la montagne, chanté par les poètes et les écrivains nivernais au début de notre siècle (voir en bibliographie J. el H. Drouillet, H. Bachelin, H. Bazin, J. Stramoy). Une anthologie du tiaulage, la « mélopée solennelle des fins toucheurs de bœufs » morvandeaux est à faire ; elle aiderait, parallèlement à l’histoire (reconstruite) du bidet, son alter ego, à comprendre ces processus de folklorisation.

44 Il n’est pas inutile de rappeler ici la progression historique et géographique de l’embocagement herbager, depuis le Charolais stricto sensu (région de Charolles), vers l’ouest et le Brionnais, d’où essaime le fameux « Mathieu d’Oyé ».

45 L’efficacité au travail du charolais ne fait pas l’unanimité, comme le montre ce commentaire de G. Heuze : « La race charolaise ou race nivernaise est répandue dans le Bourbonnais, le Nivernais, le Maçonnais et une partie du Berry (...). Elle n’est pas renommée pour le travail, mais elle s’engraisse très facilement. Elle est précoce » (Heuze 1870).

46 « On voit un grand nombre de ces bœufs, attelés par paire à une voilure à deux roues, amener tous les jours de 6 à 8 lieues, aux hauts-fourneaux dépendant de l’immense et admirable usine de Fourchambault, de i 500 à 2 500 kilogrammes de minerai ferrugineux ou de charbon de bois. Le retour, il est vrai, se fait sans poids ou avec peu de charge ; mais ces bons et rustiques animaux ne reçoivent pour faire ce travail pénible qu’une botte de foin de 4 à 5 kilogrammes par jour. La nuit, ils sont mis dans des herbages où ils ne trouvent souvent que fort peu à manger. Ces bœufs font ces rudes travaux pendant trois ou quatre ans. Après ce temps, ils sont mis au repos à l’étable et assez bien nourris durant les trois derniers mois de l’hivernage, puis ils sont placés au commencement d’avril dans les embouches, d’où ils sortent gras et vendables après quatre ou cinq mois » (Delafond 1849 : 154).

47 Le bétail charolais à proprement parler est abattu à Lyon ; le bétail Hivernais est dirigé vers la capitale.

48 Noter cette étonnante désignation...

49 Introduite officiellement en France en 1837, la durham est appréciée dans son pays d’origine pour sa précocité et une bonne capacité d’engraissement (on lui reprochera ultérieurement de faire plus de suif que de viande). « C’est l’État qui prend l’initiative de l’amélioration des animaux de boucherie avec l’importation d’animaux reproducteurs Durham et aussi leur diffusion. En 1837. 7 vaches et 1 taureau sont introduits à Alton ; en 1838, A. Yvart et Lefebvre Sainte-Marie (le Ier est inspecteur des bergeries des écoles vétérinaires) importent 12 mâles pour la vente à des éleveurs » (Théret 1981 : 4). Un grand maître de forges (et propriétaire terrien, comme souvent), Brière d’Azy (de Saint-Benin-d’Azy) « avait fait venir pour son propre compte, dès 1823, plusieurs bêtes durham « pures et améliorées », et avait été le premier à s’attacher les services d’un fermier anglais. Il fréquentait l’Angleterre pour ses affaires (Thuillier 1974 : 61). Il existait par ailleurs, et « depuis longtemps » dit Delafond, un courant d’importation de taureaux suisses dans le Bazois (à rapprocher des flux de chevaux franc-comtois ?), et un éleveur systématise l’essai (un échec), sous l’Empire, près de Nevers (Thuillier 1974 : 61).

50 A l’Exposition universelle d’animaux reproducteurs de Paris, en juin 1878, « les trois grands prix d’honneur attribués par l’État aux exposants français pour les plus beaux lots d’animaux reproducteurs des espèces bovine, ovine et porcine, ont été décernés à des éleveurs de la Nièvre et du Cher » (cité par Thuillier 1974 : 95, note 156).

51 C’est un concours annuel d’animaux gras, une riposte donnée à la manifestation instaurée en 1864 par le maire de Villeneuve-sur-Allier.

52 On retrouve, autour des bovins de concours, la dialectique du beau et du bon déjà posée pour les chevaux : « la rusticité n’exclut pas l’élégance et un sujet n’est jamais beau s’il n’est solidement campé sur des membres (...) étoffés. [La race blanche est reconnaissable] à l’uniformité de son pelage blanc, à la douceur de sa physionomie, à l’élégance de sa coiffure et à l’entournure gracieuse de ses hanches arrondies » (cité par Boichard 1971 : 128).

53 A. Thuillier donne la chronologie suivante. En mars 1863, Poissy privilégie le croisement durham et son leader du moment, l’éleveur Tiersonnier. Même rapport de force en défaveur des « charolais purs », au concours régional de Nevers en mai 1863 (animaux reproducteurs). Le comte de Bouille, maire de Nevers et grand notable (éleveur, sélectionneur, homme politique), riposte : il ouvre le livre généalogique, le verrouille presque aussitôt, et crée le concours d’animaux gras (Thuillier 1974 : 92).

54 Parmi les 27 grands labels régionaux identifiés et légitimés par l’existence d’un Herd-Book, c’est la seule figure étrangère sur le territoire français.

55 « Beaucoup d’agriculteurs éleveurs tiennent aux poils blancs, blonds ou couleur froment, doux, fourrés et frisés, de la race charolaise. Je les approuve. Le respect dû à la robe tend à conserver la pureté générale de la race. D’ailleurs, cette limitation de couleur assure l’uniformité dans les caractères typiques des charolais, et sous ce rapport elle est avantageuse. Les agriculteurs de la Nièvre, du Cher et du Charolais ne doivent donc point abandonner la livrée de pureté de leur excellente race après y être restés si longtemps fidèles » (Delafond 1849).

56 Après la consécration du concours de Poissy, et la préférence de plus en plus marquée de la boucherie parisienne pour les bœufs blancs, les régions avoisinantes (Allier, Loir-et-Cher, Indre, Yonne) viennent en nombre acheter aux foires de quoi renouveler leur cheptel. Le plus fort courant se produit entre 1850 et 1880 : la nécessité d’ouvrir un livre généalogique se fait sentir (1864) lorsque le territoire géographique de la « race » s’élargit et, du fait, la concurrence sur les marchés.

57 Il serait fort intéressant d’établir les généalogies de ces grands éleveurs, de repérer le réseau d’alliances entre Brionnais et Nivernais, afin de savoir exactement, au-delà de la légende, comment s’est effectuée l’intégration.

58 La dynastie « Mathieu » des temps héroïques de l’immigration est inconnue dans les concours : « Chose curieuse, aucun des Mathieu avant 1830 n’a présenté de bêtes (...) et jamais dans les discours des comices on ne parle de cette installation providentielle » (Thuillier 1974 : 59).

59 Il faudrait approfondir ce cas exemplaire de relations de voisinage difficile. Les Charolais et les Nivernais, frères ennemis quant à la race blanche, tissent des liens économiques et sociaux très riches, concrétisés entre autres par des échanges de bovins géniteurs.

60 Dans le groupe de leaders, la personnalité du comte de Bouille se détache. Grand propriétaire terrien près de Nevers (château de Villars), député sénateur, maire de Nevers, grand voyageur, il fait autorité dans la Nièvre ; mais sa réputation s’étend jusqu’en Angleterre, d’où il importe des durham (avant de les abandonner pour les charolais, achetés chez Massé). Il y remporte, au concours universel de Chelmsford en 1856, « le premier prix de taureau et le premier prix de vache... En 1867, on le fit officier de la légion d’honneur pour services exceptionnels rendus à l’agriculture » (Pazzis 1875 cité par Thuillier 1974).
Voici ce qu’écrit Salomon, rapporteur du concours général de Nevers de février 1881 : « Les animaux présentés hors concours par M. le Comte de Bouille dans cette classe (animaux gras) et dans celle des animaux reproducteurs de la race nivernaise-charolaise, étaient d’une grande supériorité. Mais M. le Comte de Bouille, qui a la direction du concours et qui fait don d’une grande médaille d’or pour le plus beau taureau nivernais-charolais, s’abstient de se mettre sur les rangs pour en disputer les prix... » (Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre 1881 : 18).

61 Louis Massé correspond par exemple avec l’agronome théoricien Mathieu de Dombasle (l’inventeur de ladite charrue). Fils de notaire, il recevra lui aussi la légion d’honneur.

62 A noter, toutefois, que la population du département croît de 21 % en 30 ans, de 1801 à 1831 : 187 500 h/227 500 (Charrier 1981).

63 « Le sol frais et fertile d’Anlezy le [Mathieu d’Oyé] servit à merveille (...) et bientôt à la place de terrains dont la culture dispendieuse ne laissait aux détenteurs qu’un bénéfice illusoire, on vit s’étendre d’immenses prairies couvertes de bêtes blanches dont l’exploitation dans sa plus grande simplicité n’occupait que quelques domestiques » (Chamard, cité par Thuillier 1974 : 59).
L’élevage « à l’auge » (dit aussi « à la crèche ») si cher aux agronomes, ne paraît s’être réalisé avec une certaine importance, que dans le nord-nord-ouest du pays (Thuillier 1974 ; Delafond 1849 : 55) et dans l’Entre-Loire-et-Allier. Partout ailleurs, domine massivement le régime de l’herbe et d’une très faible manipulation des bêtes dans les embouches.

64 Une crise durable s’installe toutefois à partir des années 1870 : sécheresse exceptionnelle des années 1869-1870, troubles de la guerre (réquisitions allemandes, épidémie de peste apportée par les troupes d’occupation) et enfin fortes importations de viandes américaines à partir de 1879.

65 La tendance à la concentration des grandes écuries (et des « chasseurs de prime », comme on le dit déjà) dans le sud du département s’explique en partie par la proximité de Nevers, et de son concours de reproducteurs d’élite.

66 Le rapporteur du concours gênerai de Nevers écrit en février 1886 : « Notre belle race nivernaise a deux aptitudes : le travail et l’engraissement (...). Chacune a son importance, et il est difficile de dire laquelle est la plus rémunératrice (...). La balance a penché tantôt d’un côté tantôt de l’autre, les uns préférant l’engrais, les autres le travail (...). Dans cet état de choses, ne serait-il pas utile de créer à l’avenir une catégorie spéciale aux reproducteurs destinés à fournir des bœufs de trait ? (...) 11 faut pour le travail une conformation spéciale qui ne doit pas se trouver chez l’animal uniquement destiné à l’engrais, et réciproquement (Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre 1881 : 21).
Le comte de Bouillé avait par ailleurs instauré dans ce même concours de Nevers, mais en 1874, un concours d’« attelages de bœufs ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3009/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 203k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search