Version classiqueVersion mobile

Sur la trace des suspects

 | 
Joëlle Vailly

Première partie. Pratiques et théories de la preuve

Étude empirique sur la place de l’ADN dans les procédures pénales

Julie Léonhard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Le droit français a introduit les méthodes d'analyse et d'identification par empreintes génétiques à l'occasion des lois dites de bioéthique de 19941. Quelques années après seulement, le législateur a imposé le recueil d’échantillons biologiques aux fins de constitution du Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG)2. L’utilisation de l’acide désoxyribonucléique (ADN) en France connaît alors le même succès que dans les pays anglo-saxons3 car les progrès scientifiques fondent l’espoir d’obtenir des certitudes là où il n’était possible jusqu’alors de raisonner que par présomptions ou suppositions4. Comme l’indique le rapport de la Mission de recherche Droit et Justice5 :

« “Faire parler” l’ADN présente un avantage considérable par rapport à la preuve privilégiée jusqu’alors (l’aveu) puisque la preuve matérielle est nécessairement objective et ne peut pas être extorquée : un homme peut oublier, se tromper, voire mentir tandis que l’indice matériel “ne ment ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search