Version classiqueVersion mobile

La bête noire

 | 
Bernadette Lizet

Chapitre 1. Avant la race noire : les « fameux petits chevaux » du Morvan... et les autres

Texte intégral

  • 1 Bidet : « petit cheval de selle » (Petit Robert 1978).

1Si l’on prête une oreille attentive aux discours sur les races chevalines du Nivernais, on parvient à distinguer quelques thèmes. Nous avons choisi l’un d’eux, qui fait du Morvan le lieu incontestable et originaire d’un type de bidet1, hautement prisé dans les temps passés, par le commerce en général, et l’armée tout particulièrement :

Dans le Morvan et dans la partie voisine du Nivernais, on faisait naître au xviiie siècle une variété de bidets, petits et résistants, dont les meilleurs pouvaient convenir à la cavalerie légère (...) les réquisitions, pendant la Révolution, décimèrent la race (...). L’ancienne variété s’éteignit obscurément dans les parties les plus reculées du Morvan. Elle fut remplacée par une variété nouvelle de trait, d’abord dans le Bazois et la Puisaye (...). En somme, il y a eu, dès la première moitié du xixe siècle, substitution d’une variété de trait à une variété de selle. Ce fait est unique à cette époque (Musset 1917 : 101-102).

  • 2 Certains travaux récents voient dans le régime de la propriété et le mode de faire-valoir l’un des (...)

2Tranchant sur le concert des louanges, une note cacophonique sera soigneusement étudiée (cf. Drancy, infra p. 7). La race morvandelle se perd dans le courant du xixe siècle, tandis qu’un nouvel animal prend corps, énorme, splendide sous son pelage noir, pur symbole de la modernité. Le terrain qui l’a généré n’est plus cette montagne « obscure » couverte de vastes forêts appartenant massivement à de riches citadins, enserrant de toutes parts un territoire agricole dur à vivre au menu peuple des petits propriétaires agricoles en faire-valoir direct2 ; c’est la demi-plaine des marches du Massif central tournée, au nord, vers le bassin de la Seine et au sud, vers le bassin de la Loire. La grande propriété agricole et la vaste exploitation y règnent de longue date ; la spécialisation herbagère s’affirme, avec l’embouche bovine pour l’assiette des citadins (Paris principalement). « Substitution d’une variété de trait à une variété de selle » : la formulation elliptique de R. Musset est riche de présupposés. Pour éclairer au mieux cette plage d’ombre et nous aventurer dans l’histoire profonde de la race, nous allons privilégier systématiquement les sources de première main — mais sans nous priver du recours aux documents modernes de synthèse (Charrier 1981 ; A. Thuillier 1974 ; G. Thuillier 1966).

L’enquête de Drancy en 1777 : Mémoire sur les haras de la province de Bourgogne3

  • 3 Manuscrit conservé aux Archives nationales.
  • 4 Une intéressante problématique, dans un domaine voisin et complémentaire du nôtre, s’ouvre ici : d (...)

3D’emblée, l’intitulé appelle des éclaircissements. La Bourgogne, bien sûr, n’est pas le Nivernais. La plupart des figures animales décrites par Drancy évoluent dans des territoires géographiques voisins de l’actuel département de la Nièvre (qui coïncide avec la province de l’Ancien Régime). Les « propriétés du Nivernais » figurent toutefois dans la liste des lieux d’approvisionnement. La montagne morvandelle, cette entité au statut très flou dans les textes et les esprits du xviiie siècle comme dans ceux d’aujourd’hui, est par contre analysée en détail4. Pourquoi, par ailleurs, prendre le dernier tiers du xviiie siècle comme point de départ de l’étude ?

4En premier lieu, la plupart des auteurs s’accordent à considérer la « race » des petits chevaux du Morvan comme encore vivante. On peut donc raisonnablement attendre un descriptif concret et précis, effectué de visu, et non transposé d’après ce qui en a déjà été dit ou écrit. La race existe, mais elle est déjà raréfiée, et l’incertitude pèse sur son avenir. Les dernières décennies du xviiie siècle sont une période de crise pour notre animal ; crise fortement ressentie par les différents auteurs consultés, qui ne manquent pas de livrer leurs interprétations des changements en cours.

5Pour mieux comprendre le microcosme régional et sa population équine, considérons les préoccupations intellectuelles de la France prise dans son ensemble.

  • 5 L’ouvrage récent de J. Mulliez (Mulliez 1983) donne tous les renseignements sur ce sujet.

6Cette fin du siècle des Lumières est traversée par un grand courant d’intérêt pour la question agricole, perçue comme l’une des clefs du progrès social. L’attention se fixe avec une intensité particulière sur l’élevage des chevaux, un des rouages essentiels de la vie économique à tous les niveaux de la société : ils sont les compagnons de travail des classes laborieuses, dans l’industrie, l’agriculture, les transports urbains et ruraux. Au cœur de la culture féodale, ils sont aussi les partenaires des loisirs de l’aristocratie, qui ne saurait s’en passer. En France, la production des chevaux est enfin une affaire d’État : les chevaux servent à faire la guerre, ils sont en nombre insuffisant depuis toujours, et l’augmentation des effectifs est devenue une véritable obsession pour la royauté qui crée une structure administrative spécialisée dès le milieu du xviiie siècle5, les Haras royaux, qui deviendront, plus tard, nationaux.

7La pensée agronomique, aujourd’hui commodément synthétisée dans l’expression courante de « révolution agricole », suscite de nombreux écrits. Ce sont souvent des spéculations théoriques, inspirées du modèle anglais et de son mouvement radical des « enclosures » ; parfois, ce sont aussi des états des lieux, destinés à rendre compte du « progrès » accompli dans les campagnes. Le Mémoire sur les haras de Bourgogne appartient à cette seconde catégorie. Il est le fruit d’une enquête demandée par H.-L. Bertin en personne, ministre et secrétaire d’État, l’un des promoteurs les plus actifs du changement agricole.

8L’auteur, le comte de la Chesnaye de Drancy, appartient sans conteste à son époque et à son milieu social. Il est convaincu d’œuvrer pour le « patriotisme et le bien public » ; il a ses idées sur la « question chevaline », car il connaît bien la communauté cavalière et sa passion exclusive pour le cheval de selle « distingué », cet « instrument essentiel de la constitution de la noblesse et de sa domination » (Mulliez 1983 : 8). Mais cela ne l’empêche pas, tout au long de ces trente pages manuscrites, de prendre grand soin d’observer la société et les paysages ruraux, de noter les différences d’une vallée à l’autre, d’un système économique micro-local à un autre. Il écoute les paysans et les marchands, cherche à comprendre leurs motivations, leurs systèmes de valeur. Il les confronte à ceux des agents de l’administration des Haras, réfléchit aux raisons de l’échec que cette dernière vient d’essuyer dans la région : divergences d’intérêts économiques et de points de vue sur le « bon » cheval à produire et à utiliser.

9Dans son analyse, il garde en général ses distances vis-à-vis de sa propre culture ; il ne se fait pas le porte-parole de l’institution qui le mandate, ni de son idéologie. Un tel document est évidemment fort utile pour notre propos : il s’inspire d’une démarche quasi-scientifique, et sa méthode s’apparente singulièrement à celle de l’anthropologie. Il permet en outre de poser sans attendre cette problématique large de la race animale, entre nature et société, annoncée dans l’introduction.

PLANCHE 1. L’openfield céréalier et les races de chevaux dans le nord-est de la France
Image
La campagne des environs de Tonnerre Gravure anonyme de la première moitié du XVIIIe siècle
Le troupeau ovin pâture sous la garde d’un berger collectif ; lorsque pousseront les céréales, les petits chevaux de labour les rejoindront sur le pâturage communal du premier plan. A gauche, l’arrivée de la Messagerie royale, dont les montures ressemblent aux frêles chevaux de trait de l’époque.
Image
Paysages agraires et animaux de labour à la fin du XVIIIe siècle
(Carte de F. de Dainville, Histoire de la France rurale, 1975 : 560, modifiée d’après Mulliez 1983 : 45-50)
« Dans le système d’assolement triennal, les races de chevaux dépendent (...) en grande partie (pour) leurs qualités du climat et de la nature des pâturages ; car dans ce système agricole, la vaine pâture forme la base de la nourriture des chevaux, soit dans les prairies naturelles, soit dans la dépaissance des herbes que la nature fait croître dans les chaumes des céréales. Pour l’hiver, le foin des prairies naturelles forme encore la base du régime alimentaire ; mais à mesure que l’étendue des prés a diminué, une portion (...) du foin a été remplacée par la paille des céréales (...) une ration toujours très faible d’avoine, et seulement à l’époque des plus forts travaux...
Si l’on excepte quelques cantons, où les pâturages sont particulièrement substantiels, c’est toujours le cheval constitué pour la selle (stature peu élevée, mais beaucoup de nerf et d’agilité), mais que l’on emploie aux attelages pour les travaux des champs, parce qu’on n’en a pas d’autres, et qu’on ne peut en produire d’autres » (Mathieu de Dombasle 1830 : 118-119).

10Drancy combine en effet autour de l’animal des informations sur le milieu naturel, sur la biologie et la génétique — telles qu’on peut les interpréter aujourd’hui —, sur la conduite économique des exploitations ; les rapports sociaux et l’idéologie apparaissent également entre les lignes, à divers niveaux de lecture possibles : à l’intérieur de la société locale, paysanne et marchande, et dans le face-à-face avec l’État — l’institution des Haras, la remonte militaire —, comme enfin dans les relations avec les classes dirigeantes et la culture savante.

11Son analyse repose sur la différence morphologique des bêtes observées, d’un lieu et d’un système à un autre. Ces petites « races » locales, peut-on dire dès à présent, se laissent déchiffrer, dès lors qu’on s’efforce — comme le fait Drancy — de relier l’apparence de l’animal aux desseins économiques des hommes qui les font naître, dans un environnement naturel et culturel et des structures d’exploitation donnés.

12Parmi les naisseurs, certains mettent au travail, d’autres pas ; certains ne font qu’élever des bêtes venues d’ailleurs, les finissent en modelant leur corps par une alimentation et un travail circonstanciés. Partout, les éleveurs, les utilisateurs et les marchands forment une communauté solide et complexe, qui négocie, souvent en s’opposant, avec un pouvoir politique central qui cherche à entraîner la production chevaline dans une direction contraire aux intérêts locaux.

En Bourgogne, deux grandes classes de chevaux : fins pour la selle, et généralement plus forts pour les charrois et les labours

13L’auteur repère et localise deux catégories de chevaux. La plus fournie, largement répandue, est celle des bêtes de charroi et de labour. L’autre groupe se rencontre seulement dans un croissant de collines herbeuses (parfois boisées) au centre-ouest de la province (Charolais, Brionnais, Morvan) ; ce sont des juments de selle, de fameuse réputation, très appréciées des remontes militaires. Cette jumenterie « fine » paraît homogène dans toute son aire géographique. La cavalerie de trait, au contraire, accuse de profondes variations, tant dans la taille que dans la corpulence, ou l’ampleur de la charpente.

Scènes de labour et de charroi

14Petites et légères, quoiqu’énergiques, les « laboureuses » de la plaine de Dijon ne font qu’égratigner le sol. On les voit bien vivre en sauvageonnes, une fois débarrassées du collier, sur les chaumes rendus à l’usage communautaire après la moisson, ou encore disputant aux autres espèces domestiques la rare pitance des pacages communaux « rongés par des milliers de bestiaux ». Avec leur type morphologique, leur fonction et leur mode de vie, elles sont tout à fait caractéristiques de ces populations produites par le système de l’openfield du nord-est de la France (voir L’openfield céréalier, planche 1). De très faibles réserves de foin, l’herbe spontanée mangée sur pied une grande partie de l’année, un labourage superficiel et donc des besoins limités en puissance de traction ; voilà ce dont le gabarit étriqué de l’animal est l’exact reflet. Drancy ne s’y trompe pas, qui conclut sur ce propos : « on ne doit pas se flatter d’en élever la taille tant que les choses resteront dans l’état actuel ».

15Avec ses terres « fortes » (argileuses), une spécialisation franchement céréalière (« les propriétaires (...) ne vendent point de gros bétail »), de bonnes prairies le long des rivières, l’Auxois utilise, lui, des travailleurs de force, indifféremment mâles ou femelles : « Ils ne veulent que des juments ou des chevaux près de terre, bien quarrés (sic), bien membrés. »

16On pourrait parier que ces athlètes prennent leur repos à l’écurie et renouvellent leurs forces avec l’avoine qu’ils contribuent à faire pousser. Une intéressante indication surgit à propos des attelages du comté d’Auxerre : les juments qui labourent et « roulent » les charrois de vin ou de minerai de fer viennent du Nivernais.

17Dans les terres du Dijonnais, de l’Auxois et de l’Auxerrois, tout ce monde travaille dur et les « maîtres déclarent n’avoir ni la volonté ni la possibilité de faire des élèves ». Et si les juments poulinent, ajoute l’auteur, « ce n’est qu’un calcul pour le renouvellement de leurs attelages au moyen de leurs pouliches et quelquefois un gain très médiocre sur leurs poulains vendus au sortir de la mamelle ».

  • 6 E. Le Roy Ladurie explique, au travers de l’œuvre autobiographique du Bourguignon Rétif de la Bret (...)

18Poursuivant sa progression vers l’ouest, sur Pouilly, l’observateur découvre l’ingéniosité des gens du vignoble (en plein développement à l’époque) qui alimentent un fructueux commerce du vin6 : les agriculteurs fréquentent les foires de la Suisse, d’où ils ramènent des juments charpentées pour le roulage et « fort bien moulées » ; ils vont aussi chercher des poulains bressans soigneusement « nourris au sec » pour bien terminer leur croissance.

  • 7 La Bresse — ou plus précisément la Dombes des étangs — est aujourd’hui connue par sa « race » de d (...)

19La Bresse — plutôt la Dombes — élève à grande échelle et se sert peu de sa cavalerie pour les tâches agricoles : c’est la seule région où la vente des équidés constitue une ressource primordiale. « Lourdes et épaisses », les poulinières circulent librement, « abandonnées dans les étangs et dans les bois »7. Pour la première fois, l’enquêteur trouve de ces véritables éleveurs de chevaux, hommes de foire et de négoce. Et pourtant, soulignons-le bien, la jumenterie vit de façon autonome sur les bords d’étangs et dans les bois.

Un élevage de petits chevaux lestes, courageux et résistants : l’idéal pour la cavalerie militaire

20Fidèle à sa mission d’évaluation des ressources et des potentialités pour la remonte militaire, le comte de Drancy détaille la description des régions qui élèvent la monture répondant à la demande pressante de l’État : par ordre d’intérêt, selon lui, ce sont le Brionnais, le Charolais et le Morvan. Il y trouve une population chevaline homogène, dont il donne les caractères : « petites, légères, nerveuses, pleines de feu ». Voilà des partenaires efficaces pour le soldat. Puis il étudie les paysages agricoles habités par ces plaisantes cavales :

  • 8 Aujourd’hui, l’Arconse. Dans la suite de la citation, les passages soulignés le sont par nous.

Le Brionnais, pays assez découvert qui n’a pas une plaine au milieu de tous ces coteaux adossés les uns aux autres dans toutes les expositions, qui ne compte que la vallée de la Reconce8, est fameux par lu quantité de ses pâturages. Ses coteaux parés de la verdure la plus agréable, pâturés par une multitude de bêtes à cornes contenues par des haies vives entrelaçant de grands arbres placés çà et là offrent à l’œil le spectacle le plus riant. Il s’embellira tous les jours par les terrains qu’on consacre à l’engraissement surtout depuis la permission accordée pour le partage des communaux. Aussi les bœufs gras qui sortent de ce petit pays se montent-ils aujourd’hui à 12 000 par an, tandis qu’il n’en partait que la moitié au commencement du siècle. La jument et le poulain vivent le long des chemins, celle qui est plus soignée est mise en été dans quelque paquais d’une qualité inférieure, et on lui accorde assez volontiers l’entrée des bonnes prairies à la fin du mois d’août.

  • 9 Une thèse récente d’histoire (Dotenwill 1973 : 224-227) confirme bien cette orientation herbagère (...)

21Ce passage est d’une grande richesse d’information, et nous allons nous y attarder. Il présente une petite région déjà spécialisée dans l’embouche, bien représentative de cet « individualisme agraire de pointe » qui résulte des améliorations agricoles en cours. Le bocage matérialise la progression d’une culture d’herbe soignée destinée à engraisser des bœufs de boucherie ; il matérialise également la victoire de l’usage privatif de la terre. Une victoire récente, au moins pour une partie de l’espace agricole : les terres appartenant collectivement aux villageois, les « communaux », viennent d’être appropriés, le bocage les gagne à leur tour9.

  • 10 Petit car peu nourri, le cheval ne pourra supporter le poids d’un cavalier ou d’une charge de bât, (...)
  • 11 Chemin dérive du latin populaire caminus, mot gaulois (Petit Robert). L’adjectif caminal, chez les (...)

22Précision remarquable, la poulinière mène une existence libre dans les chemins. Elle y vit, c’est-à-dire qu’elle y mange, y dort, s’y reproduit, au milieu de ses poulains encore immatures au regard du commerce10. Le texte ne renseigne pas sur l’éventuel travail qu’on lui demande. Ces « bœufs gras » qui partent en nombre vers les boucheries urbaines ont fourni au préalable plusieurs saisons de labour et de charroi, sur place ou dans les contrées proches. On peut aussi conjecturer, en suivant F. Sigaut (1984), que les petits chevaux remplissent localement des tâches complémentaires de celles réservées aux bovins : la selle, pour de petits déplacements, et le bât. Les phytogéographes parlent de flore caminale11, l’adjectif conviendrait singulièrement à nos juments ! Vouées au réseau viaire, elles le sont en effet doublement : par la fonction et par le lieu de vie. Mais le texte laisse entendre que les temps changent. Cette existence curieusement bornée aux chemins est le signe d’une évolution radicale de la structure agraire, et d’un avenir incertain pour les petites cavales. Le temps de l’openfield se termine et les contraintes de gestion collective se relâchent ; la pratique du libre parcours sur les champs après les récoltes tombe en désuétude, comme le consensus pour l’accès à l’herbe appartenant à tous et à chacun (le texte parle de la vente des communaux). La jument nourrie d’herbe sauvage et de chaumes de céréales n’en a pas encore disparu pour autant : la voilà confinée au réseau de communication. Telle est la condition la plus courante des petites juments de selle du Brionnais. Quelques-unes, mieux loties, accèdent l’été à de mauvais pacages (« quelque paquais d’une qualité inférieure ») ou même, comme une grâce extraordinaire, aux prairies mangées par les bœufs. Mais la saison de croissance végétative s’achève. A la fin du xviiie siècle, il est clair que le bœuf d’embouche constitue déjà la clef de l’économie agraire en Brionnais. Même améliorée dans son modèle et ses performances, c’est-à-dire plus grande, mieux étoffée et nourrissant un poulain plus lucratif, la jument n’entre pas en concurrence avec le bovin. Elle passe à l’arrière-plan : au sens propre, dans les plus médiocres pâturages, mais aussi au figuré, dans les esprits. Les élevages de chevaux sont décidément associés aux espaces les moins humanisés, les plus faiblement intensifiés, dirait-on dans le vocabulaire agronomique moderne (sous-bois, berges d’étangs, jachères et chaumes). Les faits relatés en Bourgogne confirment la théorie de J. Mulliez, reprenant Musset (1982 : 28) : en France, on fait naître des chevaux dans les terres et les milieux pauvres, par défaut de pouvoir y produire autre chose.

PLANCHE 2. Des chevaux dans les bois
Représentation allégorique de l’espèce chevaline à la posture et à la toilette maniérées, selon le goût de l’époque. Noter la ferrure, soigneusement figurée.
Le cadre forestier obéit également à une mise en ordre conventionnelle, peu naturaliste. Mais il se trouve qu’en Europe, au début du xviie siècle, les chevaux de luxe s’élèvent en forêt.
Image
Baret, R., 1654, Traité des chevaulx desdié à la noblesse française, Paris.
« Les pacages de la forêt de Mormal servent aussi à l’élevage des chevaux du comte. Les races étrangères n’étaient pas absentes. Thomas de Savoie avait fait venir des chevaux d’Espagne et des Pouilles au xiiie siècle. Vers 1334, Guillaume 1er d’Avesnes achète des juments en Lombardie et les installe dans des parcs. Les poulains et une partie des chevaux galopent en liberté dans la forêt de Mormal. Les intendants paient des valets pour les prendre. Ils vendent une partie des chevaux ainsi capturés.
Au xive siècle, l’élevage des chevaux comtaux garde encore bien des aspects extensifs. Celui des troupeaux de vaches paysannes des villages voisins de la forêt en conserve moins. Le pacage forestier ne fournit qu’un appoint » (Sivery 1977-80 : 321).
« (...) à l’instar de quelques riches particuliers d’Allemagne, on pourrait élever des chevaux sauvages dans les grands bois. En 1792, le roi de Bavière avait entre Düsseldorf et Hurdingen des chevaux sauvages d’une très belle race ; à trois ans, on les prenait dans des filets ; ils étaient amenés à Düsseldorf pour être apprivoisés et dressés. Infatigables et pleins de feu, on pouvait en faire d’excellents chevaux de chasse et c’était sans contredit les meilleurs chevaux qu’on pût rencontrer pour les diverses cavaleries... Il n’y a pas de doute que la nature du sol et des plantes ne puisse influer beaucoup sur la vigueur et la santé des élèves (...).
Ces chevaux ne sortent jamais des forêts pour aller dévaster, la nuit, les campagnes chargées de grains, fruits des peines et des soins des cultivateurs, qui peuvent se procurer d’excellents étalons dans ces races » (Houches 1866 : 66).
Image
Anonyme, 1539, Le jardin de santé, Paris
« En 1213, le vicomte de Rohan amena dans son fief neuf étalons qu’il avait reçus en présent du Soudan d’Égypte (...). Ces étalons furent placés à l’état sauvage dans les forêts de Quénécan et de Poulancre. Nés à l’écart de toute contrainte, les chevaux deviennent aussi farouches que les bêtes fauves qui font l’objet des belles chasses seigneuriales. (Pour leur capture) les gardes ont recours aux sujets riverains qui doivent, à titre de corvée, des journées pour courre et cerner les bêtes et les pousser dans (...) des clôtures de filets tendus verticalement. A la foire annuelle de Noyai, près Pontivy, il arrive plusieurs milliers de chevaux... Voulant conserver au pays l’avantage de sa race précieuse, Ollivier de Rohan fit défense d’exporter aucun mâle issu d’étalons arabes... L’exemple de Rohan porta partout ses fruits : dans la forêt de Brocéliande, l’abbé de Paimpont tenait « haras de chevaulx et juments privés ou sauvaiges » qui étaient marqués d’une « façon de croce » (1467).
Dans les forêts du sire de Quintin, le seigneur de Harmonet avait droit d’entretenir 500 juments (1549). Mais hélas, la race dégénéra quand les seigneurs s’éloignèrent de leurs terres, quand la Cour les appela aux honneurs et aux plaisirs (...) tant et si bien qu’en 1613, on ne signale plus dans la forêt de Loudéac qu’un troupeau peu important.
Le « haras sauvage », la reproduction à l’état libre, offre les meilleures garanties pour la formation d’une race saine et vigoureuse (...). Les conditions dans lesquelles s’est reproduite, pendant des siècles, la race bretonne, restent une des causes profondes de la rusticité et de la trempe des bidets de l’Argoat » (Saint Gal de Pons 1931 : 10-16).

  • 12 L’historien S. Dotenwill inverse, on l’a vu, ces images régionales de la modernité (Dottenwill 197 (...)

23Au regard du Brionnais — ce pays de cocagne de la prairie et de la viande destinée aux boucheries citadines, le nec plus ultra du développement rural de l’époque —, le Charolais, mais surtout le Morvan, font piètre figure12. Le caractère montagnard s’accuse, et avec lui les contrastes pédologiques excessifs : trop d’eau dans les fonds de vallées encombrées par les étangs ; pas assez d’humidité, profondeur et consistance insuffisantes dans les terres de l’amont, souvent coiffées par des bois ou des pré-bois :

Le Charolais (...) n’a que deux ou trois vallées assez fécondes pour engraisser deux à trois mille bœufs. Le reste, trop léger pour le froment a aussi plus de chevaux qui passent une partie de l’année dans les bois.

  • 13 L’hippiatrie traditionnelle, bien connue de Drancy, théorise en principes d’élevage les données d’ (...)

24Dans l’esprit du rédacteur du Mémoire, une association d’idées s’établit clairement entre la stérilité d’un terroir et l’abondance des chevaux occupés à la reproduction13.

25D’après Drancy, la forêt charolaise — et surtout celle du Morvan — servent de pâturage une bonne partie de l’année. L’information mérite qu’on s’y attarde ; elle ouvre une voie de recherche prometteuse.

  • 14 Le processus d’acculturation populaire du cheval reste entièrement à déchiffrer pour le domaine fr (...)

26Étonnante en effet, la persistance de juments poulinières qui « font race » dans les bois (voir Des chevaux dans les bois, planche 2). Déjà, les haras médiévaux de la noblesse et du clergé étaient tous établis dans de vastes domaines forestiers ; la capture des futurs palefrois et destriers s’apparentait à une véritable traque de gibier car les reproducteurs, pourtant sélectionnés sur leur modèle et sur leur origine, marqués au fer rouge comme toute bête de luxe, n’en étaient pas moins livrés à eux-mêmes jusqu’à l’âge adulte. Les chevaux d’élite élevés par les nobles dans les haras sylvestres étaient logés à la même enseigne (autonomie alimentaire, vie sauvage jusqu’à l’âge adulte dans des espaces faiblement humanisés) que les chevaux du peuple, lequel prend le relais de l’élevage quand la noblesse déserte les campagnes14.

27Séduit par la prospérité du Brionnais, sa vallée de la Reconce et son économie herbagère monétarisée, Drancy se montre allusif sur le Morvan, qu’il peint en quelques touches sombres :

Pays stérile aux dires de tous les historiens, singulier par la multitude de ses sources qui suintent de toutes parts à la surface de son terrain.

  • 15 « Stérile », le Morvan pouvait l’apparaître à un écrivain agromane du siècle des Lumières. Mais l’ (...)

28« Aux dires... » : le voyageur n’a donc pas pénétré dans le Morvan ; contrairement à son habitude, il se contente de reprendre un discours, celui de l’historien. Cela revient à dire, dans la représentation qu’il se fait du Morvan, que l’économie pauvre et largement autarcique serait condamnée à l’immobilisme et serait même déjà confinée dans le passé, faute de pouvoir suivre le courant d’innovations agricoles15.

29Aussi l’auteur du Mémoire s’étonne-t-il de la célébrité de ses chevaux :

[Il] a depuis longtemps la réputation de donner des chevaux excellents pour la fatigue. Je ne les crois pas meilleurs que ceux des deux derniers cantons [Brionnais et Charolais] (...) et il serait difficile de remonter à la source pour découvrir ici, comme partout ailleurs, pourquoi des deux cantons voisins qui ont la même espèce de chevaux, l’un a plus de vogue que l’autre.

PLANCHE 3. Les montures du menu peuple des campagne
Image
Un mariage en Corse
Image
Meunier des environs de Rostrenen (Côtes-du-Nord)
Image
« Montagnards du pays de Cornouailles, le bidet et son maître sont frustes, sans élégance, mais combien solides »
Image
« Le cheval blanc » de Wouwermans (1619-1668), peintre naturaliste hollandais (Baskett 1980 : 82)

30L’« espèce » (au sens biologique moderne de la race) tirerait donc sa notoriété (tenace, ancienne) d’une résistance exceptionnelle. La tiendrait-elle d’un mode de vie particulièrement rude dans les hautes sylves du Morvan ?

31Après avoir examiné tous les types de chevaux bourguignons et leur fonction dans la société locale, Drancy réfléchit sur le mode de fonctionnement des haras de la province et s’efforce de comprendre les raisons du violent conflit qui dresse alors les éleveurs contre l’administration.

La politique de l’administration des Haras : les vertiges du « beau » et du « bon » dans la théorie de l’amélioration des races

32L’objectif affiché par l’institution, et que personne ne saurait songer à contester dans son principe, consiste à pourvoir l’armée dans les meilleures conditions possibles :

La direction des Haras de Bourgogne s’occupa de perfectionner les races de chevaux utiles, d’en créer même de nouvelles et d’un genre convenable aux cavaleries destinées à la défense de l’État.

33C’est autour de la notion d’utilité que surgissent les antagonismes : les villageois clament leur colère d’avoir perdu de l’argent dans cette décennie 1766-1776, tout en désorganisant le négoce, pour avoir suivi les directives de l’administration. En quoi la cavalerie militaire se montre-t-elle donc incompatible avec la cavalerie civile ? Les petits chevaux courageux et rustiques du croissant sud-ouest, Brionnais-Charolais-Morvan, ne correspondent-ils pas exactement aux besoins de l’armée ?

34Ils sont trop petits, certes, comme tous les sauvageons issus de semblables systèmes d’élevage. Mais ils manquent surtout de « distinction ». Pourtant très attentif à se démarquer des hippologues, à éclairer leur idéologie, Drancy se laisse entraîner sur le périlleux terrain de l’esthétique chevaline :

(...) Ces qualités [influx nerveux, légèreté, résistance] désignent le degré de perfection où l’on peut conduire les juments de selle dans ces trois cantons [toujours le croissant sud-ouest] si les imperfections de la conformation et la petitesse de la taille peuvent être réparées.

35Quelles sont donc ces « imperfections de la conformation » ?

Le Brionnais et le Charolais, bien supérieurs au Morvan, sont les rares cantons où les races de chevaux fins et non pas d’attelage, comme on l’a écrit, peuvent prospérer, petits, légers, pêchant par la grosseur de la tête comme tout cheval abâtardi et par un corps levrété [sic] avec des extrémités à tendons faibles.

36Ce passage introduit plusieurs idées qui sous-tendent la stratégie de l’amélioration des races équines au xviiie siècle. Le cheval « fin » (réservé à la selle) se distingue de toutes les autres catégories, employées à tirer les voitures, charroyer et labourer. Celui-là ne doit pas seulement être bien fait, et doté du bon tempérament pour le service qu’on lui destine, il doit être beau. L’alliance de l’homme et du cheval, à la guerre et à la parade, est profondément inscrite dans l’histoire sociale de la France. Le couple cheval-cavalier est au cœur de la féodalité, dans une relation fusionnelle d’identification à l’animal (voir les planches 6 et 7). Cette monture qui est une partie de soi-même, comment la concevoir autrement que magnifique, quand on possède un statut social supérieur, et quand prime la fonction de représentation ?

  • 16 Cet énoncé évoque aussi l’idéal platonicien de la beauté : le beau, le vrai et le bien s’expriment (...)

37« La beauté du cheval est mathématique », disent volontiers les hippologues du xixe siècle. Formule étonnante qui montre le désarroi de l’homme de science et de cheval, dans l’effort d’objectivation du jugement porté sur la morphologie d’un animal-emblème16. La science des sciences — la mathématique — pourrait-elle enfin mettre en formules une réalité d’autant plus fuyante que les canons esthétiques, au sein de la communauté cavalière, varient notablement selon les époques ? Question complexe, encore très partiellement explorée (Grange 1981 : 40-63 ; Lizet 1985 : 39-54 ; Mulliez 1983). On recentrera ici l’analyse sur ce qui a trait à la tête, pour laquelle la norme devient particulièrement impérieuse. Longue et grosse, aux dires mêmes de Drancy, elle signale la dégénérescence.

  • 17 C’est le titre d’un chapitre du livre, dont voici un passage : « Il nous reste seulement à parler (...)
  • 18 Ceci renvoie aux recherches médiévistes sur le corps humain. Par exemple : « le corps humain était (...)
  • 19 En perdant sa fonction de travail pour devenir un objet de représentation, l’ancien cheval de labo (...)
  • 20 Par-delà ce bref développement, nous renvoyons à l’ensemble de la thèse d’Y. Grange (1981), qui li (...)

38Aux abords de cette riche problématique, nous nous contenterons ici d’une brève remarque. L’élite sociale s’emploie avec une attention extrême à sculpter la tête de ce cheval qui est tout à la fois le facteur et la marque de son pouvoir. Les longues faces chargées de chair, assimilées dans l’iconographie et dans la littérature hippologique à une spécificité de la « plèbe »17 (Moll et Gayot 1883 : 664), pourraient-elles être regardées comme le stigmate d’un déclassement de l’animal ? On a vu que le cheval représentait la classe dominante, nécessairement peu nombreuse : la tête, symbole absolu de pouvoir, au sommet du corps animal humain et social, doit rester courte pour que subsiste l’ordre social18. Le langage contemporain des éleveurs porte ces éléments symboliques lorsqu’il dit pour caractériser un cheval de trait au corps massif, mais à la tête fine et expressive : « Celui-là a du chef »19. Le langage courant a recours à une métaphore semblable, lorsqu’il compare une personne dotée d’une forte personnalité, à un « cheval de gouvernement »20.

PLANCHE 4. Chevaux et hommes de chevaux
Au milieu du xviiie siècle, le glossaire du Nouveau parfait maréchal de Garsault (1741) donne les définitions suivantes :
cheval : animal à quatre pieds, et le plus utile de tous les animaux qui sont au service de l’homme. Comme cet animal varie beaucoup, tant par son rapport à la conformation qu’au service qu’on en peut tirer, et à ses qualités bonnes ou mauvaises, on a été obligé, pour signifier le tout, de se servir de différents termes... [ils suivent, sur deux colonnes, et deux pages],
Bête Chevaline : c’est la même chose que le cheval ; cela ne se dit que d’un cheval de paysan ou de peu de valeur.
Image
Sont introduites ici deux idées importantes :
1) Dans leur perception de la société et du monde animal, les « hommes de chevaux », héritiers de la culture féodale, s’identifient comme l’élite ; et leur partenaire obligé, le cheval, occupe une position symétrique dans le monde animal.
2) L’autre idée découle de la précédente : le cheval étant d’essence noble, il sombre dans l’état animal, redevient « bête » entre les mains du peuple, y perd sa belle plastique. D’où le thème récurrent, comme une nostalgie jamais guérie de la féodalité, de la dégénérescence des chevaux, aux xviiie et xixe siècles, et jusqu’à aujourd’hui.
Image
Anonyme, 1672, Certamen equestre..., Stockholm
Un carrousel en l’honneur de Charles XI de Suède, pour son avènement au trône. Cette gravure est très représentative d’une culture de cour européenne au « Grand Siècle ». La noblesse est restée à cheval ; mais elle pratique une équitation de parade, « académique ». Sur ce document, la correspondance entre la codification vestimentaire des hommes et la toilette des chevaux est frappante.

PLANCHE 5. La norme esthétique de la tête du cheval au XVIIIe siècle
Définition du mot tête dans le glossaire de Garsault (1741) :
« Tête du cheval ; il y en a de conformations différentes ; savoir : de longues, de larges ou carrées, de courtes, de busquées ou moutonnées, de petites ; mais la beauté d’une tête de cheval est d’être petite, déchargée de chair, de façon que les veines y paroissent sous la peau ; celles qui approchent le plus de cette description approchent le plus de la beauté. Les têtes busquées ou moutonnées, c’est-à-dire, celles qui depuis les yeux jusqu’au bout du nez forment une ligne convexe, quand on les regarde de côté, passent pour belles ; mais celles qui, en les regardant ainsi, forment une ligne concave en s’enfonçant vers le milieu du chanfrein, et se relevant ensuite pour former les naseaux, sont les plus vilaines et les plus ignobles de toutes. C’est un défaut pour une tête d’être trop longue. Le front large qui fait la tête carrée n’est pas une beauté. La tête grosse est un défaut, aussi bien que la tête attachée ou mal pendue, c’est-à-dire, commençant un peu trop bas et au-dessous du haut du col ». (Les passages en italique sont soulignés par nous.)
Représentation du cheval taré et du beau cheval dans les planches gravées de Garsault
Image
Le pôle négatif : l’animal chargé de tous les défauts, dont la tête est inexpressive et de ligne concave. Ce pauvre cheval est libre et nu.
Image
Le pôle positif : un cheval « portant beau », selon le bon goût de l’époque. Il est chargé d’une multitude d’objets.

39Mais remontons le fil du temps pour reprendre le dialogue avec l’auteur du Mémoire sur les haras de la province de Bourgogne. Le trouble de l’aristocrate est fugace. On le voit combattre la tentation de fusionner avec l’emblème séculaire de son groupe social, se détacher à nouveau de son idéologie. Il reproche à l’administration sa folle prédilection pour le cheval fin, le cheval « de tournure » : « Dans le croisement des races, on a sacrifié (avec) le choix des (chevaux) allemands, la solidité et la bonté à une sorte d’élégance ».

  • 21 Le contexte historique, il faut le préciser, est bien particulier : « La Bourgogne entreprend effe (...)

40Idéologues, coupés de la réalité du terrain et des enjeux économiques de la production, tels nous apparaissent dans ce texte, les responsables de la réorganisation des Haras de la région21. Pour différencier les catégories d’animaux qu’il a vus, Drancy emploie un vocabulaire très révélateur : les chevaux construits comme des outils de travail, efficaces et solides sont dits « matériels » tandis que le cheval fin procède d’« idées spéculatives ». Le profond décalage entre la place effective du cheval dans la vie économique et sociale du pays (avec toutes ses variantes locales) et la théorie de l’amélioration de l’élevage édifié par les Haras, aura plusieurs effets négatifs. La jumenterie locale est ainsi totalement ignorée :

J’ai vu le cheval de distinction au milieu de juments pauvres, étiques, accablées de travaux continuels, sans espoir d’un autre sort ; celui d’une taille de cinq pieds et au-dessus (1,60 m environ) destiné à des cavales qui n’avaient pas quatre pieds quatre pouces (1,40 m). Un autre, avec les colonnes les plus faibles et les plus mal articulées, servir des femelles recommandables pour l’aplomb, la netteté et le bon contour de leurs membres (...). Les environs de Dijon étaient favorisés des meilleurs étalons, tandis que les placements éloignés de cette ville, mais bien supérieurs à tous égards, avaient été traités avec la dernière indifférence.

PLANCHE 6. Hommes de chevaux
Image
L’effigie du naturaliste Buffon (1707-1788)
Cette gravure, qui lui est un peu postérieure, le représente au centre de son œuvre : la description du monde animal. L’espèce chevaline est manifestement privilégiée. L’expression célèbre : « la plus noble conquête de l’homme » est de Buffon.
« Le cheval est de tous les animaux celui qui, avec une grande taille, a le plus de proportion et d’élégance dans les aspects de son corps ; car en lui comparant les animaux qui sont immédiatement au-dessus et au-dessous, on verra que l’âne est mal fait, que le lion a la tête trop grosse, que le bœuf a les jambes trop minces (...) que le chameau est difforme, et que les gros animaux, le rhinocéros et l’éléphant, ne sont, pour ainsi dire, que des masses informes. (...) quoique les mâchoires du cheval soient fort allongées, il n’a pas comme l’âne, cet air d’imbécilité, ou de stupidité comme le bœuf (...). Le cheval semble vouloir se mettre au-dessus de son état de quadrupède, en élevant la tête ; dans cette noble attitude il regarde l’homme face à face » (Buffon 1769 IV : 187).
Image
Un étrange procédé d’inclusion figure dans le Parfait maréchal de Garsault (1741) comme dans l’actuel Atlas du Cheval (1974), sur la planche dite « anatomie comparée » : si l’homme humanise la bête, il socialise aussi sa propre animalité. Ainsi naît le centaure, la chimère homme-cheval, aux racines même de l’antique culture équestre occidentale.
S’éclaire en même temps l’habitude, rigoureusement partagée par les membres de la société cavalière, au xviiie siècle comme aujourd’hui, de s’adresser au cheval comme à une personne, de désigner les différentes parties de son corps avec le vocabulaire réservé à l’espèce humaine : quel autre animal possède une « figure », un « bout du nez », des « jambes », du « cœur » et même une « âme » ?

  • 22 A l’époque, les Haras n’ont pas de personnel professionnel comme aujourd’hui. Ils cherchent des pa (...)

41Ceci revient à dire qu’en Bourgogne comme ailleurs (Mulliez 1983 : 341 et 348), on dépense de l’énergie en pure perte à se persuader que le naissage du cheval pourrait s’effectuer n’importe où. La présence de juments, on l’a vu, n’est pas synonyme d’élevage, et le goût pour faire naître, ainsi que le savoir-faire, ne s’improvisent nullement et ne peuvent être imposés au monde rural par une volonté extérieure. La seule région qui aurait pu tirer bénéfice de la présence de ces mâles fins et « bien tournés » est le fief des bidets qui produit déjà, pour la vente, un type morphologique proche de l’idéal recherché. Or le Morvan reste presque dix ans sans recevoir les services d’un seul de ces reproducteurs ! Aux dires de Drancy, aucun guide-étalon ne s’est en effet manifesté dans la population22.

42La situation est par contre débloquée en Brionnais-Charolais, par un fermier du nom de Mathieu, résidant à Oyé (en Brionnais). C’est un leader social. Après un séjour de six mois dans des écuries de Charolles, ignorés des agriculteurs, les étalons provinciaux étaient sur le point de regagner Dijon, lorsque le « sieur Mathieu » se prend au jeu : « (...) par sa position dans le canton, [il] détermine ses confrères. »

43Ce personnage qui subjugue la société paysanne locale tient une exploitation en plein cœur du Brionnais verdoyant, au bocage abritant des bovins gras promis aux étals des boucheries urbaines (voir supra note 16). Gageons que les bons prés s’ouvriront sans restriction aux juments du secteur ; la double influence de l’herbe nutritive et de pères bien charpentés, de joli modèle de surcroît, donnera sans doute ces poulains « fins » et grandis que l’armée et les Haras appellent de leurs vœux.

44Dans le sillage d’une personnalité exceptionnelle, une alliance s’est donc localement nouée entre les éleveurs et l’État. Une « race » nouvelle pourrait entrer en gestation, qui absorberait la précédente et représenterait l’exacte synthèse des nouvelles données écologiques, économiques et sociales de la petite région. Mais ne nous y trompons pas : elle resterait l’œuvre d’une petite fraction de la société paysanne, celle qui a les moyens de spécialiser son économie, et de la relier aux marchés urbains. Drancy l’a bien compris, seuls les gros fermiers peuvent s’autoriser le luxe et le prestige d’attendre les poulains légers jusqu’à l’âge de la commercialisation, en particulier pour la remonte :

Ces notes (...) sur les variétés de toutes les juments de la Bourgogne et sur la classe de leurs propriétaires, prouvent combien on s’est écarté des lois de la possibilité, par une répartition indistincte et trop multipliée d’étalons fins dont les productions trop lentes à se former, trop difficiles à élever pour le commun des laboureurs, plus difficiles encore à vendre dans une province qui n’est pas fréquentée par les marchands de la capitale, sont de toute inutilité pour les travaux rustiques et très onéreuses pour leurs possesseurs.

45L’alternative à la remonte militaire, apprend-on ici, est donc la clientèle parisienne. On retrouve par ailleurs la rivalité d’intérêts entre les groupes sociaux concernés par l’élevage chevalin, qui dresse l’éleveur contre l’État. Tardivement commercialisable, le cheval de selle est une marchandise spécialisée à l’extrême. Un temps séduits par les étalons allemands, les Bressans en font la dure expérience :

En Bresse, cette race étrangère, venue d’Allemagne, frappa une infinité de cultivateurs et plus particulièrement les commerçants en poulains (les naisseurs). Quand (les nouveaux poulains) parurent sur les foires, les acheteurs, accoutumés à ne faire emplette pour leur labour ou leur trafic (le roulage) que d’élèves de deux ans bien traversés, quarrés, plus ou moins matériels et prêts à être employés aux travaux rustiques, refusèrent des animaux dont la longueur du corps, l’étroitesse du poitrail et de la croupe, l’aplatissement des côtes, la ténuité et la faiblesse des extrémités rendaient incapables d’aucun service (...). Le cultivateur [le naisseur] trompé dans sa prévoyance [il escomptait améliorer ses bénéfices à la vente] (...), ses débouchés ordinaires absolument fermés et ses métayeries surchargées de poulains incommerçables, fit les représentations les plus vives (...). Il exprima [aussi] la difficulté de nourrir ces extraits trop haut montés pour pincer l’herbe des prés avec aisance, amendant peu avec la nourriture ordinaire des fermes, incapables de soutenir plusieurs jours de suite le service des attelages.

46La communauté rurale manifeste alors son mécontentement avec vigueur et l’argumente solidement. Le conflit prend corps :

(...) À la force de ces raisons, l’inspecteur [des Haras] opposa l’autorité de la loi (...). Tourmenté par les clameurs et les assauts qu’il avait à soutenir dans chacune de ses tournées, il se dispensa de visiter la Bresse les trois dernières années de sa vie.

  • 23 Voilà bien un terme de guerrier.

47L’autorité de la loi, c’est l’« annexement »23 auquel le propriétaire de la jument s’est une fois pour toutes engagé et dans lequel il doit persister malgré ses déceptions ; c’est aussi, pour le garde-étalon, l’obligation d’accepter et de monnayer, même (25 louis) un deuxième ou un troisième « provincial », alors même que le premier commence à chômer. S’il refuse, il risque la confiscation de ses propres jeunes.

PLANCHE 7. La figure sociale du garde-étalon en Nivernais à la fin du XVIIIe siècle
Image
Statistique des animaux ruraux de l’an VIII (1801), arrondissement de Clamecy. Liste dressée par le « citoyen Cougnot, artiste vétérinaire » (manuscrit déposé aux Archives départementales de Nevers).
Trois brèves remarques ici :
–le « métier » se fait par tradition (« de père en fils »),
– il suppose une incontestable aisance matérielle (« riche propriétaire », « bonne nourriture »),
– il est fréquemment le fait de marchands de chevaux.
Image
Définitions de Garsault :
garde-étalon : homme de la campagne à qui on donne un étalon pour lui faire couvrir les juments de son canton.
– haras : on appelle (...) les haras du royaume des étalons répandus dans tout le royaume un à un chez des fermiers, des bourgeois, etc. Ces étalons sont destinés à couvrir les juments qu’on leur amène, en payant une petite rétribution au maître de l’étalon.

48Le rendement des étalons est faible, car cette attitude autoritaire ne parvient pas à imposer l’obéissance : la jument est conduite à l’étalon dans la seule expectative de l’exemption de corvée (voilà une preuve supplémentaire du statut d’intérêt public pour cette opération) ; mais nulle rétribution n’est payée en contrepartie de la saillie. Parfois, c’est l’évitement radical :

Il a disparu [en Bresse] plus de 500 poulinières que l’ennuy de les voir abusées [non fécondées : autre reproche formulé contre les « provinciaux »], ou la crainte de la saisie si elles étaient prises en contravention ont fait vendre ou remplacer par des bœufs.

49Un moment séduits par l’attrait de l’exotique, les éleveurs retrouvent le goût de leurs mâles rustiques et familiers, aux formes et à la production bien contrôlées par des générations de conduites d’élevage et de pratiques marchandes. Une revendication, que l’on qualifierait aujourd’hui de « régionaliste », s’élabore :

Presque tous les arrondissements manifestent aujourd’hui avec éclat l’aversion qu’ils ont conçue pour les chevaux allemands. Depuis les pertes qu’ils ont essuyées sur la vente de leurs poulains, cette aversion encore fomentée par la persévérance qu’on avait eue à conserver ces chevaux et à multiplier les convois, ne se décelait jamais mieux que quand je n’approuvais pas un étalon du pays. Alors on se récriait que cette espèce était la seule convenable, que les provinciaux étaient la ruine des particuliers et les murmures ne s’apaisaient que lorsque je faisais entendre que je ne récusais pas le pays mais la tournure du cheval.

50Dernière manifestation de rejet de cette « greffe » de l’étalon fin et exogène sur le rustique étalon local : les propriétaires de juments de trait demandent l’autonomie complète pour le choix des reproducteurs.

51Le corps du cheval, avec son type morphologique, ses rapports de proportions, bref, sa personnalité propre, porte l’identité des éleveurs de la région et s’avère volontiers un prétexte à la revendiquer.

De ce Mémoire sur les haras de Bourgogne, rédigé en 1777, on peut donc retenir quelques idées-forces :
– l’apparence de l’animal élevé dans la région est le reflet de son mode de vie, de sa place dans le système de production et de commercialisation ;
– vaste province aux paysages ruraux diversifiés, la Bourgogne possède une cavalerie variée ;
– la présence de juments et de poulains n’est pas significative d’élevage pour la vente ;
– à la fin du xviiie siècle, d’importants changements agricoles modifient l’organisation du paysage agraire, l’allure des chevaux et le zonage des races ;
– une persistance tenace : sauf exception notoire, l’herbe des prés n’est pas destinée aux chevaux, mais aux bovins de trait ; l’élevage en grand des chevaux est associé à l’existence de mauvaises terres (montagne, étangs, jachère sur terres usées, communaux) ;
– la production du cheval suscite de fortes tensions sociales :
– toutes les classes sociales et de nombreuses catégories professionnelles sont directement concernées, mais leurs intérêts divergent (conflits sur le « bon » cheval : ambiguïtés du bon et du beau) ; la demande de l’armée est constante et pesante, car la pénurie en chevaux de selle incite l’État à les faire produire en grand, coûte que coûte, et partout ;
– en Bourgogne, les haras sont polarisés sur le type fin et élégant ; les pratiques sont autoritaires, mais la résistance des éleveurs et des marchands est bien organisée ;
– des alliances se nouent, à propos d’élevage et de stratégies de « race », entre les représentants de l’État et des figures de leaders sociaux et économiques ;
– la race morvandelle suscite une controverse quant à sa valeur : qu’est-ce qui fait la renommée de la race ?

Les remarques de l’inspecteur des Haras du Nivernais (1783)

52Transportons-nous maintenant en Nivernais par le biais d’un document signé de l’inspecteur des Haras, à peu près contemporain du Mémoire de Drancy (Soultrait 1783) : source importante, quoique beaucoup moins détaillée que la précédente. Elle rend compte d’un climat social plus calme et montre, par-delà les tendances générales au sein d’une administration, la diversité des situations régionales. La personnalité de l’inspecteur joue un rôle déterminant, car il possède une certaine latitude d’action, et peut négocier avec l’administration centrale.

53Au fil de son rapport, cet inspecteur De Soultray apparaît plutôt diplomate et volontiers enclin à respecter les rouages du négoce, quand il le voit bien structuré. Cela ne l’empêche pas d’avoir des idées bien arrêtées sur le « bon » cheval et sur la manière de le faire.

  • 24 Une expression réservée en général a la Bretagne, dans la littérature et la tradition orale.

54De fait, la province n’a rien d’une « mère aux chevaux »24, comme la Bresse ou la Franche-Comté voisines, et les enjeux de la politique qu’il mène sont bien moins importants. Ce n’est pas que l’herbe manque :

Le département du Nivernais ayant des herbages propres à élever de bons chevaux, il n’est pas douteux qu’on en peut tirer de grandes ressources pour les besoins du royaume.

PLANCHE 8. Les statuts des chevaux de trait dans l’iconographie (Gravures de Sawrey Gilpin, 1787)
Image
Cheval de gros camionnage, sur fond de paysage industriel urbain (Baskett 1980 : 114)
Image
Cheval de charrette à la campagne
Jusqu’au xixe siècle, l’iconographie européenne véhicule l’image stéréotypée d’un cheval de culture misérable et exploité (travail épuisant, nourriture insuffisante, absence de sélection dans l’élevage). Ce cliché tenace se retrouve dans la littérature écrite : une étude historique des races et des systèmes agraires se doit de confronter les faits biologiques, économiques et idéologiques.
Les chevaux de gros trait, c’est-à-dire ceux qui effectuent le roulage au pas dans le commerce et dans l’industrie (déjà très florissants en Angleterre), jouissent manifestement d’un statut économique et social bien supérieur.

55Mais voilà, comme dans une bonne partie de la Bourgogne, les prés leur sont presque partout interdits :

Les propriétaires trouvent plus d’avantage à élever des bêtes à cornes et c’est à cette préférence que l’on peut attribuer le peu de succès des Haras (...)

56Dans une scène devenue familière à l’imagination, reviennent les « mauvaises poulinailles (...) de la plus petite taille et de la plus faible conformation [qui] vivent de ce qu’elles peuvent attraper le long des rues ou dans les communes [prés communaux] qui sont bientôt rongées ».

57Cette population errante est d’autant plus menue qu’une forte concurrence alimentaire sévit :

Les propriétaires ont une grande quantité de juments dont ils ne diminuent pas le nombre, faute de débit » [il faut entendre par là que les poulains ne se vendent pas avant l’âge de trois ans]. Si les propriétaires voulaient se borner à n’avoir qu’une ou deux bonnes juments pour chaque domaine et les envoyer dans les pacages de leurs bœufs et taureaux (...) ils [en] tireraient plus d’argent que de cette immensité de mauvaises espèces qui ne leur produit presque rien.

58Les jeunes « trois ans » vont-ils servir de bêtes de somme pour le transport du minerai de fer et du charbon de bois vers les usines qui abondent dans la province ?

  • 25 Dans une source nettement postérieure (1849), un vétérinaire originaire de St-Amand-en-Puisaye, pr (...)

59G. Thuillier (1966 : 466) cite un rapport du préfet de la Nièvre accompagnant les résultats de l’enquête de 181125 :

Il existe une autre race de chevaux, c’est celle des chevaux de bât généralement employés pour le service des usines à fer. On ne peut voir une race plus défectueuse quant aux formes. Ils n’ont ordinairement que la peau sur les os, et cela ne saurait être autrement puisqu’ils n’ont d’autre nourriture que celle qu’ils trouvent eux-mêmes dans les bois où ils paissent constamment en toute saison. Ils restent entiers jusqu’à l’âge de 2 à 3 ans. Ils sont toujours avec les juments, en provoquent ainsi les chaleurs et les couvrent (Thuillier 1966 : 466).

PLANCHE 9. Des petits chevaux de bât élevés dans les bois pour l’industrie locale
Image
« Transport des bois »
(Source inconnue, fin xviiie siècle)
Image
« Recensement général des juments » canton de Decize
(Extrait de la Statistique générale de l’an VIII, 1801)

60Ce texte montre encore une fois que la notion de race est associée en bloc à celle de la fonction, du mode de vie, et du statut social de l’animal. Ces petits sommiers à la vie rude, tant dans le travail qu’on en tire, que dans les « loisirs » (subsister, se reproduire), qu’ont-ils à voir avec les bidets de selle recherchés par l’armée ? Les lieux de vie sont a priori les mêmes : herbes sauvages, arbustes des pré-bois, landes et chemins forestiers (cf. Lorry, infra p. 63). Mais les premiers triment, et il est bien connu qu’un cheval maigre et fatigué est laid aux yeux de l’hippologue, quelle que soit sa conformation. En outre, les seconds pourraient avoir été l’affaire des grands propriétaires aristocrates ou ecclésiastiques (tradition des haras sylvestres de chevaux de selle ; à vérifier ici). Étant principalement destinés aux remontes de l’armée, ils auraient été par ailleurs, et de longue date, l’objet d’une sélection sur de « jolis » modèles.

61La vue de ces minuscules poulinières grapillant une provende incertaine, fécondées à la croisée d’un chemin par quelque jeune mâle bientôt vendu, indispose à l’évidence l’inspecteur De Soultrait. Il justifie son antipathie par un raisonnement économique : comme Drancy, il réfute la logique extensive de cette production (les agriculteurs récoltent des poulains, sans frais, comme on s’empare d’un gibier) et ignore le débouché local. Son aversion déclarée pour ces modestes vagabonds tient sans doute aussi au statut misérable que l’on réserve, en leur personne, à une espèce d’essence « noble » (voir supra p. 24-25). La préférence des éleveurs, massive et ostentatoire, va partout au bovin. Mieux vaudrait, alors, faire purement et simplement disparaître ces représentants indignes de l’espèce chevaline, en les accouplant avec des baudets ; ce qui reviendrait à stériliser la population tout entière :

  • 26 Où l’on voit que l’âne, utilisé comme un procédé de destruction d’une jumenterie paysanne, est l’a (...)

Il n’y a dans tout le Nivernais qu’un seul baudet, de taille très médiocre, que M. le Comte de Berthier a établi dans sa terre de Bizy26 ; il serait à désirer qu’il y en eût un grand nombre pour occuper les mauvaises juments qui ne sont pas de taille et de conformation à être annexées aux étalons (...).
Il faudrait établir des baudets qui consommeraient la mauvaise espèce de juments d’une façon qui serait avantageuse aux propriétaires.

  • 27 L. Moll et E. Gayot décrivent le bidet breton dans ces termes : « Tantôt un seul petit cheval de l (...)

62« Avantageuse »... Peut-être les mulets ainsi « fabriqués » conviendraient-ils mieux aussi à la tâche roturière de porteur de minerai ? Car, il faut bien le souligner, les petits chevaux rustiques vivant dans les chemins, les jachères ou les bois, font l’unanimité sur leurs qualités de résistance et de courage au travail27.

63De Soultrait suggère, une fois réalisée la neutralisation de la petite race, d’en créer une bonne de toutes pièces, et demande que « le roy donnât des jumens, moyennant une modeste plus-value ». Il fournit alors des indications précises sur le modèle souhaitable :

On penserait que les étalons normands et les jumens normandes d’une conformation étoffée seraient la meilleure espèce dont on pût se servir dans les commencemens. On pourrait par la suite établir des étalons plus fins ; mais la première espèce serait d’une grande utilité pour la remonte des troupes et il serait peut-être plus à propos de ne plus la changer. D’ailleurs, elle se rapproche plus de l’espèce née dans le pays, qui tient aux herbages, et dont on voit la preuve par les productions que quelques particuliers nourrissent bien. Le débit des chevaux étoffés est infiniment plus facile que celui des chevaux fins, ils sont propres à beaucoup plus d’usages et conviennent mieux à tout le monde. Le moindre reproche qu’on a à faire à l’encolure ou à la tête d’un cheval fin diminue considérablement son prix, quand même les autres parties de sa conformation permettraient un bon service. Tous les chevaux pour la selle seraient enlevés à l’âge de trois ans, tandis qu’il faudrait garder plus longtemps les chevaux fins.

64Ce sont là des propos stratégiques, prudemment mais clairement formulés. Le cheval de selle par excellence, le type « fin », si cher à l’administration des Haras, se vend mal à la fin du xviiie siècle. On apprend ici que l’armée et le paysan lui préfèrent un sujet mieux charpenté, plus précoce et capable, nous laisse-t-on entendre, d’effectuer certains travaux rustiques. Voici le portrait d’un cheval que l’on dira bientôt « à double fin » : un honnête ouvrier, polyvalent, et dans le travail (plusieurs tâches possibles) et dans les fonctions sociales dont on l’investira (marquage de la différence sociale, de l’identité...). Le prix à payer est l’effacement de la marque originelle de distinction, la perfection de la tête. Le cheval « marchand », le cheval de tout le monde, pourra posséder une tête commune.

  • 28 Le rapport de l’enquête de l’an III (1796), par district, donne les indications suivantes pour La (...)
  • 29 Ce sont sans doute ces nivernaises que Drancy voit entre les brancards de rouliers dans le comté d (...)

65On a l’impression que l’inspecteur De Soultrait ne croit guère à l’avenir du cheval de selle dans le territoire qu’il gère. Mais il a trouvé des raisons de se réjouir avec les chevaux de grosse race. Vers le nord-ouest du Nivernais (il nous parle des foires aux environs de Cosne, de gros chevaux comtois et bressans), les animaux sont à la fois moins nombreux et bien soignés28. Dans chaque domaine, deux ou trois juments côtoient (enfin !) les taureaux et les bœufs « engraissés pour la provision de Paris ». Le commerce est à la fois structuré et lucratif. Les poulains valent, à dix-huit mois, quatre fois plus cher que les trois ans destinés au bât dont il a précédemment été question. Ces jeunes grandissent à la culture, jusqu’à trois ans : dressés, musclés, en pleine force de l’âge, ils atteignent alors leur valeur marchande maximale et deviennent des limoniers, pour le gros roulage29. Autre système de production, autres circuits marchands, autres rapports à l’animal...

66Admiratif, De Soultrait ne songe aucunement à prendre le contrôle de cette « machine bien montée » :

Les gardes achètent eux-mêmes leurs étalons, les élèvent ; plusieurs demandent la permission de les vendre après les montes (...). [Je ne me suis pas] aperçu que ces changements fréquents d’étalons fuient préjudiciables.

67Pas d’étalons royaux dans le secteur... L’inspecteur formule l’idée de s’orienter vers le type carrossier sur ce fonds de juments épaisses. Mais il n’est guère convaincu. Il évoque ensuite — sans y croire — la possibilité d’introduire quelques « gros chevaux du pays de Caux ». En définitive, il propose de laisser toute latitude à l’initiative privée pour les chevaux de trait, mais demande une aide massive pour « la partie des chevaux de selle ».

Les idées-clefs de l’inspecteur du Nivernais (1783) sont les suivantes :
–il existe deux populations et deux systèmes de production bien distincts dans la province :
1 – une cavalerie minuscule, nomade, interdite de pré, dont l’inspecteur tait la destinée marchande et la fonction économique (portage par le bât des petites industries métallurgiques ?) il la dit nombreuse ;
– il souhaite ouvertement sa disparition, par le recours à l’âne, qui stériliserait la descendance ;
2 – une forte cavalerie de trait apparaît vers le nord-ouest. Elle est :
Image
– insérée dans des circuits marchands complexes (naissage, élevage-dressage, traction puissante et spécialisée : trois propriétaires au moins pour les trois premières années de la vie d’un cheval) ;
– insérée dans une économie agricole intensifiée et tournée vers Paris (viticulture en Val de Loire et Donziais) ;
– intégrée dans les prés, car elle remplace les bovins dans la fonction trait (ceux-ci engraissent) ;
– en petit nombre dans chaque exploitation, mais bien soignée (représente un capital important) ;
– silence sur le Morvan et sur sa race à renommée variable :
– petite et à demi-sauvage, aux dires de Drancy, appartiendrait-elle à la première catégorie de De Soultrait, très dévalorisée ?
– on apprend que le cheval de selle (« fin ») traverse une crise grave ; la demande nouvelle et les tendances de l’élevage vont vers un type polyvalent (travaux agricoles/voiture légère/selle) ;
– l’inspecteur De Soultrait montre un état d’esprit étonnamment libéral, et favorable à l’initiative privée (surtout par comparaison avec ce qui se pratique dans les Haras de Bourgogne).

Chevaux et systèmes agricoles du Nivernais à la fin du siècle des Lumières et au début du XIXe siècle

  • 30 La plus monumentale de ces synthèses, une véritable mine de renseignements, est la thèse de géogra (...)
  • 31 Le concept réserve une bonne place aux conditions naturelles, et aussi aux choix économiques domin (...)

68Focalisé sur la seule espèce chevaline, le tableau brossé par De Soultrait laisse dans l’ombre des pans entiers de la vie agricole. D’autres témoignages directs les éclairent : quelques grands propriétaires terriens de la région (voir Des grands propriétaires terriens..., planche 10) ont commenté par écrit leurs expériences agricoles et évalué leur influence sur les lentes habitudes de la campagne. De telles sources sont fort utiles par leur échelle d’information (le domaine agricole, généralement replacé dans le contexte du canton) et par leur caractère bien vivant. Plusieurs synthèses géographiques et historiques en ont fait récemment leur profit30, ce qui permettra les allées et venues entre les différents niveaux d’analyse. Au plan géographique, nous bornerons à présent l’étude au centre-sud de la Nièvre, sous-région désignée par J.-B. Charrier comme le « Nivernais proprement dit »31.

Deux systèmes face à face : l’ancienne pratique extensive (largement dominante) et une agronomie aisée, savante, urbaine et anglomane

  • 32 M. Dupin, procureur général, ancien député de la Nièvre, et spécialiste du droit coutumier en Nive (...)
  • 33 Terme spécifique au Nivernais, considéré par P. Fénelon (Vocabulaire de géographie agraire, 1970) (...)

69Un réseau dense de bois abondamment parcourus par toutes espèces de bestiaux, de vastes champs de céréales (principalement du blé, un peu d’avoine et une orge rare) et beaucoup d’herbe sauvage. Une herbe plus ou moins éphémère (quelques années) dans les jachères32 et souvent installée pour plusieurs générations d’hommes dans les pâtureaux33, sortes de pelouses embroussaillées, qui fournissent la stricte ration d’entretien, une bonne partie de l’année, au cheptel efflanqué et menu. Enfin, quelques prairies, naturelles au sens le plus fort, car si elles sont parfois irriguées et toujours fauchées (réserve de foin pour le bétail), aucune charrue ne les a jamais retournées. Autour de ces prés et de quelques champs, des clôtures mal assurées, ravaudées au coup par coup lorsque les troupeaux errants les traversent. Les chèvres semblent quasi autonomes. Ces clôtures oscillent, fait significatif, entre le « sec » (barrières saisonnières de l’openfield soumis à la vaine pâture) et le vivant (affirmation d’une privatisation permanente de l’usage du sol).

70Tel se présente tout le centre-sud du Nivernais, des Amognes (un peu plus céréalières) au Bazois (pays d’élevage, depuis longtemps déjà) et aux marches du Morvan méridional (densément boisé).

PLANCHE 10. Des grands propriétaires terriens racontent leurs pratiques agricoles et celles de leurs voisins, éléments biographiques
Isaïe Bonfils
Né à la Nocle (canton de Fours) en 1697.
Père : intendant du seigneur Jacques du Puy-Montbrun, marquis de la Nocle, baron de Ternant, seigneur de la châtellenie de Savigny Poil-Fol.
Mère : au service de la même châtellenie et propriétaire de terres de maintenance au hameau de la Chauvetière, terres franches de tous droits seigneuriaux.
Construisent une maison « mi-château, mi-bourgeoise », flanquée d’un colombier et d’une girouette seigneuriale.
Isaïe exploite personnellement le domaine de la Chauvetière, de 1725 à 1740.
(Guéneau 1898).
J.C. Flamen d’Assigny (1741-1827)
Né à Nevers.
Père : maître des comptes du duché de Nevers.
Études de droit à Paris ; avocat au Parlement de Paris.
Voyage en Angleterre :
« Je crus revenir en France avec une tête mieux faite (...) une philosophie mieux réglée, car dans ce pays dont je visitai plus de 300 lieues au sud, à l’ouest et au nord, je vis clairement qu’il y avait une patrie, un grand esprit public et de l’aisance dans les classes inférieures, et j’en souhaite autant pour la France. »
Charge de conseiller-auditeur à la Chambre des Comptes de Paris.
Double résidence Paris/Nevers.
1784 : achète la terre et le château de Sury, dans les Amognes, s’y installe et l’exploite.
1790 : nommé commissaire pour la formation du département de la Nièvre.
1793-1795 : maire de Nevers.
1804 : maire de Saint-Jean-aux-Amognes.
1809-1819 : siège au conseil régional de la Nièvre (deux fois président).
Son frère, Gilbert (1743-1819) — militaire, puis diplomate — exploite un domaine près de Nevers ; membre de la Société d’agriculture de Nevers, correspondant de Vilmorin-Andrieux (membre du Conseil d’agriculture à Paris).
(Terline 1927).
Georges de Chambray
Marquis, général (fin xviiie - début xixe siècles).
Exploite deux grands domaines à St-Révérien et Parigny-les-Vaux.
(Chambray 1831).
Image
* Résidences des auteurs propriétaires terriens :
I. Bonfils, G. de Chambray
J.-C. Flamen d’Assigny

Paysages, densités de population, régime de la propriété et mode de faire-valoir

71Ce sont des paysages faiblement domestiqués, car la densité de population est l’une des plus basses de France. L’ensemble de la province souffre de faiblesse démographique ; mais le « Nivernais proprement dit », herbager et boisé, qui nous intéresse plus particulièrement, est nettement plus désert que le nord-ouest (céréalier et viticole, cultures « peuplantes ») :

Les hommes semblent flotter dans l’espace des domaines, trop grand pour qu’ils puissent être convenablement mis en valeur ; d’où ces assolements extensifs, ces étendues abandonnées qui, dans la seconde moitié du xviiie siècle, scandalisent successivement Quesnay, A. Young, Fouché et tous les autres visiteurs (Charrier 1981 : 229).

72Au contraire de l’ensemble de la Bourgogne et des régions est et nord-ouest du Nivernais (Donziais, Vaux d’Yonne, Morvan septentrional), on entre aussi, avec le « Nivernais proprement dit », dans le royaume de la grande propriété, à dominante nobiliaire dans le sud :

La Nièvre du centre et du sud appartenait (au moment du premier cadastre, établi entre 1820 et 1840) à un vaste bloc de latifundium. Neuf familles possédaient alors plus de 3 000 ha (chacune), elles détenaient (ensemble) plus de 40 000 ha ! L’un de ces immenses propriétaires, dans la première moitié du xixe siècle, est le vicomte de Bouillé (...). Sélectionneur réputé, (...) maire de Nevers, [il] possédait 3 700 ha (...) dans 16 communes de l’Entre-Loire et Allier, de la Sologne bourbonnaise et du pays de Fours (ibid.).

73Beaucoup de nobles possèdent une double résidence, nivernaise et parisienne. Le préfet Fiévée écrit en 1815 : « Quoique cette province compte beaucoup de noblesse, l’usage des nobles ayant une grande fortune n’est pas de vivre dans leurs terres, ils vivent à Paris. »

74Au début du xixe siècle, quelque 85 300 ha appartiennent à des Parisiens. Certains d’entre eux — particulièrement au moment de la Restauration — s’installent dans leurs terres. C’est le cas du marquis de Chambray, un des auteurs étudiés. J.C. d’Assigny, lui, opérera un retour vers l’agriculture juste avant la Révolution. Dans un style physiocratique « à l’anglaise », il exhorte ses pairs à suivre son exemple :

Aimons les champs, faisons-les aimer à nos enfants, vivons-y avec eux, jetons-les dans cette grande fabrique avec gaîté, avec suite, avec intérêt, jetons dans la terre tout notre luxe et ces petites dépenses qui ne donnent aucun plaisir et qui, répétées dans l’oisiveté des villes, ne laissent pas d’être une brèche à la fortune de la famille : la terre les rendra avec usure ; replaçons de même ces profits ; en peu d’années ils deviendront un capital qui, toujours placé en améliorations croissantes, doublera le prix du sol de notre pays.

75La Révolution, notons-le, ne change pas la structure agraire au niveau de la propriété. D’après J.-B. Charrier, certains transferts de biens s’effectuent, par lots entiers, de l’Église et de l’aristocratie vers l’État et la bourgeoisie.

76Les petits propriétaires qui constituent, dans toute la France, la « masse paysanne [avec son] économie parcellaire et familiale (Le Roy Ladurie 1975 : 591) », sont ici d’une rareté insigne. La mise en valeur directe par un « maître » est également exceptionnelle, ce dont J.-C. Flamen d’Assigny a clairement conscience : « Je crois être vraiment le seul dans le canton. Je cultive par moi-même environ 100 ha de terres labourables, prés ou pâtureaux » (cité par Terline 1927 : 15).

77Le propriétaire délègue en effet son bien à des métayers ou, parfois, quand la surface est importante, au fermier général, qui prend en bloc la gestion du domaine et traite lui-même avec des métayers. Ces fermiers généraux, J.-B. Charrier les dit fréquemment marchands et originaires d’autres provinces (Charrier 1981 : 296). À l’époque de la Révolution, ils sont en force dans les Amognes : « Je connais dans le canton [Saint-Sulpice] 38 domaines dans les mains des métayers, dont 23 dépendent de fermiers et 15 de propriétaires » (cité par Ter-line 1927 : 16).

  • 34 D’après M. Dupin, « les baux avec paiement de loyers en argent (...) n’étaient guère employés que (...)

78Et ce n’est sans doute pas par hasard que le fermage se paye dans les Amognes « presque généralement... en argent » (ibid : 16)34. La proximité de la ville de Nevers, seule agglomération importante de toute la province, explique sans doute aussi la monétarisation de la petite région, qui fait figure d’exception notoire dans l’aire géographique étudiée. Car l’affermage se fait très largement partout ailleurs, en nature et à mi-fruit.

Le bétail et l’économie d’échange

  • 35 « (...) les laboureurs (...) n’avaient aucune avance, aucun capital, qu’ils puissent employer à le (...)
  • 36 « Le commerce de bestiaux ne se fait pas seulement entre les différentes parties de la province, m (...)
  • 37 Il s’agit de Claude Mathieu, né à Oyé en 1738, « fils d’un des plus gros négociants en bœufs de Sa (...)

79Entre le maître et ses métayers (avec ou sans l’intermédiaire du fermier général), il ne circule que peu d’argent. Mais le partage du croît du bétail s’effectue toujours en numéraire (prix de la vente des jeunes animaux)35. Fait remarquable également, la location des prés — en dehors de l’affermage des domaines — se règle en numéraire, alors que celle du lopin de terre fait intervenir quelques mesures de grains. L’argent circule donc un peu avec le commerce de bestiaux, relativement actif en Nivernais36. Le négoce tend à ouvrir le pays sur l’extérieur, avec ces routes traditionnelles de toucheurs de bœufs, jalonnées de foires qui amèneront par exemple l’installation du grand « Mathieu d’Oyé » en Brionnais, salué par l’histoire locale comme l’introducteur37 en 1773, de ces bovins charolais appelés à un si glorieux destin dans la région (voir la planche 11).

PLANCHE 11. Route des toucheurs de bœufs charolais vers Paris (D’après les indications fournies par Thuillier 1974 : 59)
Image

80La tendance est à l’ouverture économique, mais le bétail est bien le seul à circuler sans trop de difficultés dans les chemins :

Dans ma commune, non plus que clans toutes les Amognes, il n’y a pas une seule route à laquelle la main de l’homme ait jamais servi. Nous sommes tout près des chemins qui conduisent de Nevers à Saint-Soulage et dans le nord du département, en Morvan et à Autun, eh bien ! les chemins qui nous entourent sont des abîmes au moins trois mois dans l’année. Toutes les communications vicinales sont trop étroites, obstruées par des pierres, des arbres, ou traversées par les eaux qui souvent, arrêtent le voyageur, ressemblent parfaitement à un pays sauvage ou abandonné (cité par Terline 1927 : 40-41).

81Les adeptes du changement agricole manifestent une vive sensibilité à cette question de l’enclavement, de l’autarcie, qu’ils relient toujours au thème obsédant de l’histoire immobile, comme bloquée, et de la pratique agricole archaïque :

Tant que le système agraire ne fut point percé de grandes routes, et que les chemins vicinaux furent impraticables, une partie de l’année, l’agriculture ne put sortir des routines auxquelles elle était livrée depuis un temps immémorial (Chambray 1831 : 27).

82La contrepartie logique du désir de rompre avec la tradition, de se lancer dans les expériences prônées par les théoriciens anglais (A. Young pour la culture, les frères Colling — les « pères de la race bovine durham » — pour l’élevage) est un appel à l’étranger :

Il aurait fallu que les propriétaires fissent valoir eux-mêmes leurs terres, mais il y en a bien peu qui l’entreprennent ; d’ailleurs la plupart d’entre eux étaient aussi attachés à ces routines que leurs métayers ; il n’y avait donc que des étrangers qui pussent changer promptement ce système de culture.

PLANCHE 12. Un siècle de décalage dans la croissance agricole des campagnes bourguignonnes et nivernaises
Bourgogne
« En Bourgogne, de 1715 à 1790, l’essor démographique est très marqué (+ 35 % à + 40 %)... grâce à divers facteurs positifs, en ce qui concerne l’expansion du produit campagnard. Parmi ces facteurs, figurent (...) :
– la fin des guerres (qui avaient été tellement atroces au xviie bourguignon) ;
– l’essor de la production des céréales obtenu par les défrichements (qui deviennent à leur tour une cause de disputes entre seigneurie et paysannerie) ;
– le développement du maïs (Bresse) et du bœuf (Charolais) ;
– l’expansion du vignoble (Côte-d’Or, bien sûr) ;
– la multiplication des routes, et leur allongement ; ainsi que la monétarisation de l’économie, qui lubréfie les échanges. » (Le Roy Ladurie 1975 : 591.)
Nivernais
« Sous le Ier Empire (1804-1815), le Nivernais n’a pas accompli sa révolution agricole » :
– faiblesse démographique ;
– faiblesse du réseau de communication ;
– faible productivité agricole, reposant largement sur l’économie céréalière extensive, avec assolement biennal ou triennal et vaine pâture, avec une grande surface en herbe sauvage (chaumes et pâtureaux) ;
– système général de la grande exploitation avec résidence alternée ville-domaine, métayage dominant, et quelques fermiers généraux (Charrier 1981 : passim).

83L’idée de progrès est en particulier assimilée à l’importation pure et simple de races animales (mâles et femelles). Voici dans quels termes le marquis de Chambray salue l’amorce du développement dans sa campagne :

Des propriétaires — le plus souvent des étrangers (...) — ont introduit de bons procédés de culture, soit en faisant valoir leurs propriétés, soit en les affermant à des propriétaires étrangers : ils se sont procuré de belles races de bestiaux (...) ils ont perfectionné la race de chevaux de trait que l’on élève dans le pays.

  • 38 « [Dans] ce mode d’affermage en nature (à condition de partage de fruit), [avec] les baux à courts (...)

84Les stratégies divergent donc suivant les espèces : si le bovin vient d’ailleurs, le cheval, à l’époque, s’améliore sur place. Ce qu’il importe surtout de relever ici, chez ceux que l’on appellera bientôt les agriculteurs « progressistes », c’est la volonté affichée d’en finir avec une agriculture coutumière, « routinière », « immémoriale », pauvre, pour embrasser une modernité centrée sur les échanges matériels et intellectuels avec la ville et reposant sur une hypervalorisation de l’exogène. Un tel rejet de la tradition locale — assimilée à un état de sauvagerie persistant depuis le fond des âges —, une telle volonté de changement s’expliquent sans doute par un net retard du Nivernais vis-à-vis de la croissance ambiante (voir Un siècle de décalage..., planche 12). Démographie stable (et faible), brièveté des baux (3 à 6 ans le plus généralement), large représentation du métayage dont on sait qu’il gêne l’innovation38, infrastructure routière toujours indigente : au bilan, et jusque vers les premières décennies du xixe siècle, « une paysannerie rare, sous ambiance féodale » au sein de « domaines qui peuvent se permettre de gaspiller l’espace » (Charrier 1981 : 250). Le ferment de la petite économie « parcellaire et familiale » française ne travaille pas en Nivernais centre-sud. Les installations de nouveaux fermiers — grands bénéficiaires du changement agricole —, les alliances nouées (sur la foi de baux nettement allongés) avec des « gentlemen-farmers » animés d’un état d’esprit capitaliste restent longtemps des initiatives isolées. Le meilleur sondage dont on puisse disposer réside dans un échange épistolaire daté de 1819, entre le ministre de l’Intérieur Decazes et le préfet De Vaines. Le ministre enjoint l’homme politique local de veiller au développement des sociétés d’agriculture. Voici la réponse :

Il existe depuis 1817 une société par arrondissement, mais le conseil régional a refusé toute subvention (...) l’agriculture n’est pas assez avancée dans la Nièvre pour que de semblables assemblées s’y forment.

La conduite des bêtes dans l’agriculture traditionnelle

85Dans chaque domaine, la surface en herbe domine donc largement. C’est une végétation spontanée, peu productive dans l’ensemble, sans être indifférenciée : les textes font allusion à diverses catégories de formations végétales qui possèdent chacune leur personnalité biologique, et qui occupent une place particulière dans le système d’exploitation. On peut les classer dans une échelle de domestication (en reconnaissant des degrés), suivant les traitements culturaux dont elles sont l’objet et suivant l’éloignement relatif aux bâtiments d’habitation et d’exploitation. La mieux contrôlée, dotée d’une flore nutritive et appréciée par les bestiaux, est la prairie naturelle de bord de rivière le plus souvent (rares sécheresses, inondations fertilisantes). L’exploitation de cette prairie naturelle est méthodique, l’alternance de la fauche de l’herbe (récolte du foin) et du pâturage constitue la règle et garantit une certaine stabilité floristique. L’admission du bétail, espèce par espèce et au fil des saisons, est par ailleurs soigneusement organisée. A défaut de cultures, le pré de sécheron (ou pâture) occupe les coteaux aux sols superficiels et sensibles à la sécheresse. Pas de fauche sur ces maigres pelouses de pente ; l’embroussaillement y est chronique, tout comme sur le pâtureau, une sorte de pré-bois instable qui végète sur les parcelles usées ou éloignées de la ferme :

On appelait pâtureaux des champs peu propres à produire de l’herbe par leur situation ou par la nature de leur sol, et qu’on laissait sans culture, pour y faire paître les bestiaux. On choisissait, pour les convertir en pâtureaux, les champs dont les récoltes étaient trop mauvaises pour indemniser des frais de culture (...). Les pâtureaux se couvraient de ronces, d’épines, de genièvres, etc. J’en ai fait défricher dont la création remontait à plus de quarante ans (Chambray 1831 : 19).

  • 39 Prairie naturelle à fromental ou avoine élevée (Arrhenatherum elatius Mert. et K.).

86Quant aux jachères (ou encore chaumes, ou étroubles), elles sont peuplées d’herbes sauvages venues sur les champs moissonnés. Elles forment une végétation hétérogène, variable, suivant l’âge de la friche et la charge pastorale : chaumes et repousses de céréales, flore adventice des moissons et cultures sarclées, « remontée » de la prairie rustique (arrhénatéraie39). Les bois usagers, enfin, sont peuplés d’essences feuillues et clairsemées ; ils laissent croître un sous-étage herbacé dense, entretenu par la présence des troupeaux et les coupes à blanc régulières pour la récolte du bois de feu.

87L’accès des herbivores domestiques à ces ressources végétales est très exactement révélateur de leurs statuts économiques et sociaux respectifs. Voici, dans les Amognes, les divers calendriers de pâturage :

  • 40 L’espèce chevaline paraît, plus que tout autre animal domestique, vouée aux loups. Elle erre aux c (...)

(...) le loin est rare ; pour peu que l’hiver soit long ou que les récoltes aient manqué, il n’y a plus ni paille, ni foin au commencement d’avril, souvent au 20 mars. Alors on conduit dans les bois, éloignés de plus d’une lieue pour le plus grand nombre des domaines, les bœufs et les vaches et on les y garde jusqu’à ce que l’herbe ait poussé dans les pâtureaux pour les bœufs et dans les jachères ou les rues (les chemins) pour les vaches (...).
Durant la résidence aux bois, les travaux sont suspendus, et une fois qu’ils reprennent le joug, les bœufs, toujours excédés de travail, toujours très faiblement nourris dans des pâtureaux très pauvres d’herbe, ne connaissent de véritable soulagement, que lorsqu’au commencement de vendémiaire (septembre-octobre), on les met dans les regains des prés que l’on laisse toujours pour eux et où ils vivent jusqu’à la saison de les établer.
Les vaches, qui ont toujours connu les jachères ou les étroubles après la moisson, ou les pâtureaux des bœufs quand ceux-ci n’ont plus rien à y manger, arrivent aussi dans les prés après les bœufs (...).
Les juments ont toujours vécu comme les vaches (...). On ne les met jamais à l’écurie, non plus que les jeunes poulains ou poulines, toutes courent par tout champ en jachère, pré, pâtureaux : seulement les plus soigneux les mettent à l’écurie pour la nuit et leur donnent un peu de paille. Le plus grand nombre leur donne, quand il y a de la neige sur la terre, seulement un peu de paille sous les porches des granges où elles viennent exactement rechercher cette nourriture (...). Il faut convenir que cette vie sauvage endurcit les animaux ; le loup l’ait seulement de temps en temps quelque ravage40, mais le laboureur s’en console facilement et ne change rien à cet usage (cité par Terline 1927 : 26-27).

88Quant aux brebis, minuscules, « guère plus de 12 livres, morte(s) et vidée(s), elles vivent toute l’année de l’herbe des champs, des chaumes et des rues (...). L’hiver, quand la neige couvre la terre, on donne de la paille dans la bergerie, et on en donne peu ». Les porcs sont tributaires de l’abondance de la glandée : « On n’engraisse rien dans les Amognes, excepté les cochons quand il y a des glands aux chênes (...), [dans ces années], il se fait dans le pays quelques affaires importantes en masse » (ibid. : 29-30).

89Près d’un siècle plus tôt, dans le pays de Fours, boisé et riche en châtaigniers, I. Bonfils tient cet élevage en haute estime ; dès les premières pages de son mémoire, il écrit :

La meilleure qualité d’un bon métayer est d’avoir un bon bouvier pour ses bœufs et de bons porchers qui paccagent bien ses porcs, parce que ce n’est qu’avec le nourri, de fréquentes et bonnes ventes, qu’on se tire d’affaire et non par le grain » (cité par Guéneau 1898 : 66-67).

90A propos des nombreux litiges sur les usages forestiers, M. Dupin évoque un abondant trafic de porcs engraissés dans les bois (Dupin 1864).

91Un véritable lamento s’élève enfin à propos des chèvres, diaboliquement insoumises, agents spécialisés, aux dires des auteurs, dans la destruction des haies. Car la chèvre est le bétail du pauvre, elle est comme un parasite insaisissable de l’agriculture en voie de sédentarisation et de privatisation.

  • 41 Il ne faut pas en déduire qu’il n’y a aucune vache de travail en Nivernais ! Mais ces attelages so (...)

92Dans ce contexte de pénurie chronique d’herbe, de soudures printanières difficiles, le bœuf (soigneusement distingué de la vache) fait figure de privilégié. Bœufs de trait, bien sûr41 : l’embouche reste un fait d’exception, elle se pratique sur les prés « réservés par des propriétaires qui engraissent [quelques bêtes] avec les regains et avec une partie de leurs foins » (Chambray 1831 : 18).

93Au voisinage de la montagne, dans le « Morvan-Nivernais », un véritable élevage est cependant déjà en place au début du xixe siècle. En 1819, l’année d’une recension générale de bestiaux en France, le sous-préfet de Château-Chinon assortit sa réponse des renseignements suivants :

  • 42 C’est nous qui soulignons.

On fait beaucoup d’élèves (...). Le nombre de bestiaux engraissés à l’étable à 8 ou 9 ans, reste faible ; on préfère vendre au printemps aux herbagers vulgairement appelés embaucheurs, les bêtes qui restent au pré jusqu’au début de juillet. On sélectionne alors les plus gras pour Paris ou Lyon et on épuise la série au fur et à mesure ; ensuite on met les vaches, puis les jeunes chevaux42 jusqu’à l’hiver (Thuillier 1974 : 57, note 18).

94L’arrondissement de Château-Chinon est une zone-frontière entre deux systèmes économiques dissemblables. A l’est, se dresse le Morvan granitique, royaume de la polyculture-élevage, de la petite propriété en faire-valoir direct, de l’attelage de vaches à tout faire (travail-reproduction-lait). En aval et à l’ouest, s’étendent le Bazois et le pays de Fours, peu propices à la céréaliculture, mais doués pour l’herbe, et heureusement placés sur la route des toucheurs de bœufs du Charolais (voir la planche 11). A l’est, un couple de vaches menues ouvre aisément l’arène granitique. A l’ouest, l’attelage de six bœufs, conduit par un employé du métayer ou du fermier, s’acquitte d’un labour pénible dans les terres lourdes. Mais les bêtes tendent à prendre de l’ampleur et de l’embonpoint, en même temps que la campagne s’embocage et que s’organisent les circuits du naissage et de l’embouche.

95Par-delà le contraste des situations, une constante historique, déjà observée en Bourgogne : le pré, ce paradis alimentaire du cheptel domestique aux places chichement comptées, ne s’ouvre aux chevaux que bien derrière les bœufs et les vaches. Cette société paysanne prend décidément les risques les plus élevés avec ses équidés :

  • 43 Sur la foi de ce pluriel, il ne faudrait pas penser que les juments pullulent dans les campagnes. (...)

Je ne souffre pas qu’un métayer mène ses juments43 aux moulins ni les prête à quelqu’un, parce que cela les tue, les ruine, notamment pendant l’hiver où il reste la moitié d’une journée au moulin. Pendant ce temps, la bête meurt de faim aussi bien que son poulain... Et s’il la menait malgré moi, je lui ferais faire sommation par huissier. Je veux qu’il prenne ses bœufs, car un métayer a plus de soin de ses bœufs que de sa jument et il peut mener sur sa charrette deux ou trois fournées et du foin pour ses bœufs (Guéneau 1898 : 70).

96Voilà un développement qui confirme bien l’autonomie alimentaire des équidés : pas question de donner à manger à la femelle allaitante après son travail ; les chevaux n’ont pas trop de la suite des heures, dans les journées d’hiver, pour absorber de quoi subsister. C’est aussi un portrait indirect de la jument, et des techniques d’attelage locales. Serait-elle trop petite pour tirer une charrette chargée de sacs de blé et juste bonne au portage ? Sans doute. Mais on peut aussi repérer une préférence absolue pour le bœuf dans les tâches de traction. Vaste question, activement débattue par les agronomes, dont le marquis de Chambray se fait l’écho : « Le labourage avec des bœufs me paraît plus économique que celui qui se fait avec des chevaux, dans les pays où il y a beaucoup de prairies et de pâturages et où l’on fait des élèves » (Chambray 1831 : 23). C’est en tout cas la règle locale : « On ne cultive qu’avec des bœufs dans le canton, on met généralement six bœufs sur chaque charrue » (Flamen d’Assigny : 16).

  • 44 La mesure de surface utilisée en Nivernais est le journal, soit le travail d’une charrue ou d’une (...)
  • 45 En matière de traction chevaline, le nord-nord-est de la France et de l’Europe ont une longueur d’ (...)

97« On labourait partout avec les bœufs » (Chambray 1831 : 11)44. La carte des « paysages agraires et des animaux de labour » (planche 1) établie à l’échelle nationale et les indications fournies par G. Derruau (1949 : 407) pour la région, paraissent bien confirmer cette assertion : le fief de la race noire du Nivernais fut massivement et longuement celui de la traction bovine. Dans les descriptions du xviiie siècle et du xixe siècle, les attelées de chevaux dans les champs évoquent irrésistiblement l’expérimentation onéreuse et ostentatoire, réservée à l’élite sociale. Il en est ainsi du marquis de Pracomtal (cité par Terline : 19). Dans les environs de Nevers, au tournant du xixe siècle, le marquis étonne son environnement avec une série d’innovations : la herse de fer (dite « herse de Picardie »45, la charrue « braquée », et... les chevaux. Mais les zélateurs du progrès agricole se montrent eux-mêmes réservés :

Le succès eût été complet si son système eut été basé sur l’économie qui convient à l’agriculteur, mais les chevaux (à l’exclusion des bœufs), les harnais, les domestiques, tout était trop cher ; et l’observateur qui se préparait à être imitateur a fait son calcul et a reconnu que le produit de la récolte ne pouvait couvrir les frais.

PLANCHE 13. Limite nord de l’utilisation des bœufs pour le trait au milieu du XIXe siècle
Image

98Dans le choix entre les bœufs et les chevaux pour sa région, de Chambray abandonne les premiers avant le terme de son raisonnement : trop forte est la tentation d’assimiler le progrès agricole, tardif et volontariste dans le Nivernais, au passage d’un mode de traction animale à l’autre ! Trop prégnant aussi l’attachement de la noblesse au cheval, qu’il prenne la forme d’une monture distinguée (et « distinguante ») ou bien d’une forte race de travail, améliorée par ses soins. C’est dans cette perspective que peuvent sans doute s’éclairer les deux passages suivants :

  • 46 La controverse sur les avantages comparés du bœuf et du cheval ne date pas d’hier. Au xiiie siècle (...)

Des propriétaires — la plupart étrangers — (...) ont introduit de bons procédés de culture (...). Ils se sont procuré de belles races de bestiaux (...). Ils ont perfectionné la race de chevaux de trait que l’on élève dans le pays (déjà cité, voir p. 51).
(...) il aurait dû y avoir (...) de l’économie à employer des bœufs pour le labourage ; mais je pense qu’il eût été avantageux de leur adjoindre, dans les fermes un peu considérables, un attelage de chevaux destinés principalement à faire les charrois, les herbages et les labours légers (Chambray 1831 : 30 et 24)46.

PLANCHE 14. Chevaux, niveaux de vie et paysages ruraux à la fin du XVIIIe siècle
Image
Les routes de la poste à la fin du XVIIIe siècle
« La France du cheval est aussi celle des bonnes routes, militaires et commerciales : soit la France du nord-est, dorénavant désenclavée, ouverte aux échanges de toutes sortes » (Histoire de la France rurale, II : 401).
Image
L’agriculture « progressiste » figurée sur une planche de l’Encyclopédie de Diderot

Légende de b :
Le perfectionnement des instruments aratoires est souvent associé au passage du bœuf de trait au cheval. Celui-ci va plus vite, mais il revient plus cher, d’autant qu’il ne vaut rien à la fin de sa vie. Pour l’agronomie savante, le modèle de développement restera toujours le système céréalier du nord de l’Europe, auquel appartiennent les attelées de gros chevaux.
Image

  • 47 F. Sigaut écrit à ce sujet : « J’ai (...) attiré l’attention (...) sur ces petits chevaux, plus pr (...)

99Mais il y a chevaux et chevaux. A l’intérieur d’une espèce très plastique, les animaux susceptibles de remplacer les bœufs au travail de la terre n’ont évidemment pas grand-chose à voir avec les petites juments errantes, assimilables à ce qu’on appellerait aujourd’hui des poneys47. C’est à elles que J.-C. Flamen d’Assigny fait vraisemblablement allusion dans une analyse croisée de l’attelage et du faire-valoir :

Dans la commune de Saint-Jean, il n’y a pas de petits propriétaires cultivant eux-mêmes avec leurs chevaux ou avec leurs bœufs, le peu qu’on en trouve dans les autres communes du canton ne cultive pas le centième d’une des cent parties supposées à tout le canton (Flamen d’Assigny : 15).

100Curieuse formulation, alambiquée à souhait, où essaie de se dire le caractère d’exception de la traction chevaline dans l’agriculture. C’est la seule allusion que l’on trouve chez cet auteur tandis qu’I. Bonfils (plusieurs décennies auparavant) confirme, peut-on dire, par défaut : il tempête contre la pratique du portage du blé au moulin, et l’interdit expressément à ses métayers.

101Le métayer n’est pas seulement surveillé dans l’usage qu’il fait de la jument du maître. Il l’est aussi, et bien plus étroitement, dans la conduite de ses bœufs, qui sont le pivot de la mise en valeur du domaine. Ces bovins dressés par paires aux labours et aux charrois portent, face au maître, tout le pouvoir du métayer, personne misérable par ailleurs ; sa survie alimentaire et celle de sa famille tiennent exactement à sa puissance de travail et à sa santé physique. Les baux stipulent avec insistance l’emploi exclusif des « attelées » pour le service du domaine :

(...) c’était un grand sujet de querelle entre le propriétaire et le colon quand celui-ci s’avisait de faire, en cachette de son maître, quelques journées de labour pour ses voisins ou quelques charrois dont il mettait l’argent dans sa poche, se souciant peu de fatiguer et d’amaigrir ses bœufs de travail ; parce que, pour lui, le produit qu’il touchait seul valait mieux que la moitié de la plus-value que ces animaux auraient eue si on ne les eut pas surchargés de travail (Dupin 1864 : 295).

102I. Bonfils tient un propos équivalent, et donne encore plus de relief à ce singulier pouvoir du métayer sur les attelages, au tout début du xviiie siècle :

Souvent un métayer chartonnard (qui fait des charrois) est sujet à faire gâter ses bœufs en voiturant de grosses voitures et ne s’en vante pas. Il le cache ainsi que ses voisins, car les paysans se cachent et se supportent les uns les autres. Si le maître s’aperçoit de quelque chose, on lui dira que l’accident est arrivé en labourant (...) ou même en conduisant une voiture du maître. Jamais un bœuf ne se fait de mal en labourant paisiblement (Guéneau 1898 : 69).

  • 48 Pas chez les plus pauvres, toutefois : ouvriers et journaliers n’ont pas accès à l’attelage de tra (...)

103En l’absence — fréquente — du propriétaire, et à son insu, le métayer gagne donc quelque argent de cette manière. Avec le labeur des « Joli », des « Noirot » ou autre « Caporal », un savoir technique en matière de menage s’élabore, de l’argent circule dans les classes sociales inférieures48, une solidarité face au maître s’établit à l’intérieur du milieu paysan. Ces informations nuancent quelque peu l’image manichéenne d’une petite paysannerie nivernaise exsangue (voir supra pp. 46-47).

104Que la tâche accomplie soit licite ou non, les bœufs travaillent dur. Les terres sont fortes dans tout le Nivernais centre-sud, et l’usage, dans les Amognes au moins, est de les conserver jusqu’à l’usure (9 ans). Une fois venue l’heure de la réforme, nous dit O. Delafond (Delafond 1849), ils entrent dans un circuit marchand qui les conduit en Bazois ; les bonnes prairies les envelopperont en quelques mois, non de cette chair que les citadins commencent à peine à consommer, mais plutôt de suif, la graisse animale dont le cours est encore très élevé au début du xixe siècle. Pour la relève des travailleurs arrivés en fin de carrière, on importe des provinces voisines. On aura noté le faible cas que l’on fait des vaches dans le système agricole ancien. Malingres, peu nourries et laissées à elles-mêmes pour la reproduction, elles donnent logiquement naissance à des veaux minuscules, exactement équivalents aux poulains honnis par de Soultray et voués à l’extinction biologique (l’« étouffement ») par l’hybridation (voir supra p. 39). Les bœufs de travail viennent donc d’ailleurs, et plus exactement du Massif central : Bourbonnais, Auvergne, et surtout du Morvan.

105L’intendant Le Vayer écrit dans le Mémoire sur la généralité de Moulins, en 1698 :

Tout le pays nivernais se livre à l’élevage et au commerce de bestiaux (...). Les bestiaux, surtout ceux de trait, s’achètent pour la plupart en Auvergne et se revendent dans les marchés du Bourbonnais, Nivernais et de la Marche (...). [Le revenu tiré] des bestiaux est si étendu et si considérable qu’il est inestimable (cité par A. Thuillier 1974).

106Vieille montagne dure aux hommes, le Morvan a façonné el trempé une population de bovins de trait (des homologues du bidet). De nombreux auteurs ont chanté ses louanges :

Petits, sobres, intelligents et travailleurs (...) aucune race sans doute, ne peut égaler l’adresse des bœufs morvandeaux dans les labours, sur les plans les plus inclinés dans les chemins difficiles et pénibles des montagnes et pour les transports, au travers des terrains abrupts et des ravins les plus dangereux (Delafond 1849).

107A cette date (1849), l’attachement à la race bovine morvandelle est d’autant plus exacerbé que le raz-de-marée charolais est passé sur le pays. En 1819, le commentaire du sous-préfet de Château-Chinon (voir p. 54) qui accompagne le relevé statistique des bestiaux, comporte d’intéressantes précisions sur cette subtile et complexe notion de race :

On fait beaucoup d’élèves, on ne livre au boucher que ceux dont la couleur n’est pas conforme : bête fleurie, rouge sur les flancs, le cou et la tête, blanc des reins et du ventre, cornes blanches, bien placées, assez longues, fortes à la base (Thuillier 1974 : 55).

  • 49 Certains pelages valent à leurs propriétaires une vie écourtée : « Ceux qui sont tout blanc ou tou (...)

108Dans la norme morphologique et physionomique de la race, qui compte autant, semble-t-il, que son comportement au travail, la couleur joue donc un rôle important49.

Quelques lignes directrices pour comprendre l’insertion des chevaux dans les systèmes agraires du Nivernais centre-sud, à la fin du xviiie et au début du xixe siècle :
– la région est fortement marquée par la grande et la très grande propriété (à dominante nobiliaire dans le sud) et par le faire-valoir indirect (à prédominance de métayage) ; les propriétaires sont doubles-résidents dans une alternance ville-campagne (Parisiens pour la plupart) ; les densités de population sont très faibles, et la petite paysannerie, eu égard au N.N.W. de la province déjà viticole, manque de cohésion.
– deux systèmes agricoles s’affrontent :
– un mode d’exploitation traditionnel, largement dominant, confié aux fermiers généraux et aux métayers : grandes surfaces faiblement domestiquées, où les pratiques agricoles et pastorales sont extensives ; échanges limités de biens et de personnes ;
– sous l’impulsion de quelques grands propriétaires-exploitants et fermiers généraux, une spécialisation herbagère se dessine, qui se matérialise dans le paysage par l’embocagement ; embouche bovine pour la consommation urbaine (Paris surtout, et Nevers), sélection des races ; modèle de développement exogène, savant, urbain, mais aussi marchand (grands fermiers, négociants en bestiaux) ;
– la conduite des bêtes se caractérise par les traits suivants :
– dans l’un et l’autre systèmes, préférence absolue aux bœufs : ils sont l’assise du pouvoir économique et social (celui du métayer, simple utilisateur de sa force de traction, du fermier général ou du propriétaire) ;
– élaboration précoce d’une culture technique du bœuf, avec un pôle E.S.E., et deux races (deux fonctions, deux époques) : Morvan et Charolais (travail, travail/viande) ;
– chevaux agricoles d’aspect misérable, car mal nourris (autonomie alimentaire par l’herbe sauvage dans les bois, les chemins et, rarement, les plus mauvais pâturages) ; rareté de ces chevaux (faiblesse de l’élevage) destinés à la selle rustique et au bât, à la ferme et dans les usines métallurgiques ;
– quelques grands propriétaires passent de la traction bovine à la traction chevaline avec de gros chevaux ; résistance générale.

109Une fois explorés ces paysages de la Bourgogne et du Nivernais, avec les espèces et les races animales qui leur correspondent, nous allons resserrer l’analyse sur le problématique petit cheval du Morvan.

Le bidet du Morvan, ou la mémoire longue d’une race tombée en désuétude

110Suivant la méthode définie en introduction et pratiquée dans les pages précédentes, nous avons choisi d’explorer une source dans le détail. Une fois de plus, la personnalité de l’auteur n’est pas indifférente au choix effectué. Il s’agit d’un homme de terrain, qui connaît bien la cavalerie morvandelle : il se présente lui-même comme « un des fournisseurs pour les remontes de la République ».

Les « idées du citoyen Lorry, artiste vétérinaire », recruteur de la cavalerie militaire

111La période considérée souffre plus que toute autre de pénurie de chevaux. Pas moins de quatre réquisitions en Nivernais en quelques années ; elles ponctionnent d’autant plus lourdement les effectifs que par décision du ministre de la Guerre, elles affectent, à partir de 1791, les juments pleines. Découragés, les éleveurs vendent. Et Lorry, fervent révolutionnaire, développe avec fougue l’idée du « cheval patriotique » :

Le succès de la guerre que nous soutenons, l’intérêt de la France exigent (...) que nous nous occupions de la production de cet animal utile qui, compagnon fidèle de l’homme, l’aide dans ses travaux en temps de paix, et partage en quelque sorte, sa gloire dans ses combats et ses dangers » (Lorry s.d.).

112Soutenir la production du cheval, c’est accomplir un service d’intérêt national. Les conduites d’évitement des éleveurs s’apparentent alors à une désobéissance civique. L’enquêteur Drancy avait déjà développé ce thème (supra p. 9).

L’ancienne race si réputée

113L’armée peine à s’approvisionner dans un pays jusqu’alors prodigue :

Il existe dans le département de la Nièvre, une contrée appelée ci-devant le Morvand, dont Château-Chinon est le point central. Il est notoire que de toute ancienneté la race des chevaux de ce pays a été employée avec succès dans nos armées (Lorry s.d.).

  • 50 Il faudrait pouvoir confirmer ce propos.

114L’auteur laisse entendre qu’il a jaugé des quantités de sujets « taille cavalerie », puisqu’il se vante d’avoir « livré jusqu’alors un tiers des remontes de la République, presque tout pris dans... le Morvand »50. Voyons quel portrait physique il en donne, et quelle théorie il en fait :

Ces chevaux sont forts, vigoureux, lestes, quoique légèrement étoffés, ils ont les qualités requises pour un bon service, c’est-à-dire, que leur tempérament est robuste ; ils ont l’œil bon, la dent excellente, point délicats, le pied solide, la poitrine large, de bonne haleine, et résistent long-tems au travail.

  • 51 Le vétérinaire J.-H. Magné, directeur de l’école vétérinaire d’Alfort de 1843 à 1861, écrit par ex (...)

115C’est l’exacte description d’une monture rustique, parfaite pour le service des armées. Selon les idées en vogue de son temps, il en attribue les mérites, pour une bonne part, au « terrein » (on dirait aujourd’hui au milieu écologique)51. Mais il poursuit bien plus avant l’analyse de la notion de race :

  • 52 Garsault écrit dans un chapitre intitulé « Des chevaux des différents pays, et de la durée des che (...)

On y remarque également que les poulains de ce pays transportés dans les (...) provinces d’Auvergne, du Limousin et du Vivarais [vaste fief du bidet de selle], ont toujours été leur race reconnue solide et bien formée, la source des bonnes remontes ; aussi les distingue-t-on par leur forme et leur étoffe, et sont-ils vendus dans ces différentes contrées, comme chevaux du Morvand52.

116Il fait, plus loin, la synthèse de ses idées sur la race, à l’occasion d’un véritable panégyrique de la « morvandelle » : « race connue, salubrité de l’air, terrain favorable, pureté des eaux, ressources multipliées pour la nourriture... »

  • 53 Voilà une divergence fondamentale dans les jugements portés sur le « bon » cheval, d’un côté par l (...)
  • 54 Le négoce du cheval a utilisé à fond, dans l’entre-deux-guerres, les potentialités du réseau ferré (...)

117Sous la plume de ce vétérinaire-recruteur, voilà une riche moisson de matériaux. Sa définition du cheval idéal nous porte, en premier lieu, à l’opposé du portrait-type de la bête fine et distinguée que recherchent, pendant les mêmes années, les Haras de Bourgogne (voir supra p. 22-35). Ici, point de considérations esthétiques en valeur absolue. La forme convient, est reconnue « bonne », pour autant qu’elle s’avère fonctionnelle dans le travail demandé53. En second lieu, dans l’esprit de cet observateur, une population animale donnée accède au statut de « race » lorsque ses caractères morphologiques et psychologiques paraissent stables, persistant dans le croisement avec les populations voisines. C’est cette personnalité bien établie que sanctionne un courant marchand régulier et un label sur le marché. Lorry en reste là sur ce dernier sujet, mais on peut aller plus loin par le jeu de l’analogie. Dans son ethnographie du Bourguignon Rétif de la Bretonne, E. Le Roy-Ladurie mentionne le nom du cheval de l’écrivain : « Bressan » (Le Roy-Ladurie 1975 : II, 44). Gageons, à l’image de tous les autres chevaux baptisés « Breton » par divers informateurs contemporains des quatre coins de la France54, que les bidets morvandeaux, transplantés ailleurs, apprendront à répondre au nom de « Morvan » !

118Mais les louanges du vétérinaire Lorry vont de pair avec un constat désolé : dans les années révolutionnaires, la montagne granitique a cessé d’être le paradis des petits chevaux, et donc, celui des remontes militaires. Les réquisitions ont affaibli la race, et la voilà « dégénérée ». Ce mot, ainsi que les théories qui s’y réfèrent, reviennent comme un leitmotiv dans la littérature hippologique des xviiie et xixe siècles.

La « dégénérescence » et ses causes

119Le signe tangible de cette dégénérescence serait la miniaturisation des animaux : « A la vérité [formule de transition, après la description dithyrambique], la taille de ces chevaux n’a pas été depuis long-tems très avantageuse ».

120La première cause invoquée est « la négligence et la perfidie de l’ancien gouvernement ». Propos partisans au premier degré, bien sûr, mais tout à fait révélateurs, chez Lorry comme chez bien d’autres auteurs, du processus (inconscient ?) d’assimilation entre l’Ancien Régime et le mode de fonctionnement des Haras, perçus comme un microcosme de l’ancien ordre social, brutalement remis en question.

PLANCHE 15. Hypothèses sur la présence de haras entretenus par la noblesse dans les forêts du Morvan
Image
W. Cavendish (due de Newcastle), 1657
La méthode nouvelle... de dresser les chevaux, Anvers.
Elle montre des reproducteurs d’élite dans un paysage de pré-bois, sous la surveillance d’un berger secondé par un chien. Ce sont des animaux de luxe : un étalon de belle prestance, au centre, porte une marque en forme de couronne à la cuisse. Dans l’arrière-plan, l’abri équipé d’un râtelier, ainsi que la meule de foin, montrent que le troupeau est nourri durant l’hiver.
Le vétérinaire Alix s’appuie sur des sources indirectes anciennes, pour attribuer un statut social supérieur aux chevaux du Morvan :
« Sous Louis XIV (...) le marquis de Blancas signalait le Morvan comme pouvant offrir, au point de vue de la production chevaline, d’immenses ressources à l’Etat (...). Sous le règne de Louis XV, cette race chevaline du Morvan, n’avait pas perdu sa brillante réputation, car le duc de Choiseul, alors qu’il était ministre de la guerre, s’en occupait tout spécialement dans le haras qu’il avait institué dans sa belle terre de Chassy » (Alix 1886).
En 1881, le vétérinaire M. Guerrin écrit dans le Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre : « Avant la création des routes, il n’y existait qu’une petite race, la morvandelle, d’origine noble, dit-on, qui s’étendait jusqu’en Charolais » (Guerrin 1880 : 94).

  • 55 La rubrique « haras » de l’Essai de bibliographie hippique de Mennessier de la Lance (1971) renvoi (...)

121Une bataille idéologique entre les divers intérêts particuliers et l’institution des Haras se dessine derrière ces quelques mots. Elle fera rage tout au long du xixe siècle. Une prose aussi copieuse que polémique en témoigne55.

122Mais voyons plus concrètement de quoi l’ancien gouvernement et les Haras du Bourbonnais, se seraient rendus coupables à propos de la race morvandelle. Absentéisme et désintérêt pour la montagne et ses productions : les reproches de Lorry rejoignent ceux que formule Drancy pour la partie morvandelle de la province de Bourgogne, à la même époque :

Le ci-devant Morvand dépendoit autrefois des Haras, du ci-devant Bourbonnais, et les abus de ce tems-là s’opposoient à ce que l’espèce Morvandelle fût soignée. L’inspecteur de ces Haras ne parrassoit jamais dans ce pays ; il n’y envoyoit aucun étalon : et comme si on eût dû anéantir l’espèce, il plaçoit sur différens points des garde-haras dont tout le salaire consistait dans la confiscation des poulins que les nourrisseurs lâchaient à travers les mères pour les couvrir. Alors, et par suite, les avortons étant les seuls qui restassent dans le pays étoient aussi les seuls étalons qui parcouroient les prairies le jour et la nuit, fécondoient les femelles.

123Par-delà le style militant et agressif du vétérinaire révolutionnaire — le texte est adressé à la Convention nationale —, on peut observer une nouvelle convergence avec Drancy : l’administration des Haras, en Bourgogne et en Bourbonnais (mais pas en Nivernais !), est autoritaire dans ses interventions (confiscation des mâles non conformes) et elle méconnaît l’économie locale.

124L’analyse de Lorry possède sans doute une part de vérité ; mais l’auteur sous-estime vraisemblablement l’aptitude des éleveurs à contourner ou transgresser les interdits, si la production en vaut la peine. Là nous semble résider le vrai problème : a-t-on intérêt, localement, à faire naître ces chevaux ? Le texte donne un embryon de réponse (négative) qu’il faudrait examiner à fond dans un éventuel prolongement de cette recherche :

  • 56 Furtage = furetage. « Autrefois, exploitation en jardinant » (parcourir les bois en extrayant les (...)

Qu’il soit libre à tous les propriétaires de jumens et élèves, de les jeter dans les bois nationaux, coupés en furtage56 à la deuxième feuille, et dans ceux exploités en coupe blanche et à la troisième, ils en éprouveroient d’autant moins de dommage, qu’il est de fait qu’un cheval nétoie un bois au lieu de le manger ; qu’il se contente de ramasser l’herbe qui croît sous la feuille et autour de l’arbre sans l’attaquer, ni les rejettons. Cet avantage étoit bien connu autrefois, et n’a pas peu contribué à donner une si grande réputation à l’espèce qui sortoit du ci-devant Morvand. On peut assurer que ce n’est que depuis que les bois appartiennent à de grands propriétaires, qui ont interdit cet usage et par suite la faculté de faire paître les jumens et élèves dans les landes, et sur les chemins qui sont au milieu de ces bois, ainsi que sur les bords des fontaines et ruisseaux qui serpentent près de ces mêmes bois, autour desquels on a vu l’herbe croître d’un à deux pieds, et se pourrir, en pure perte, pour eux et pour la république, que la race a dégénéré et s’est presque anéantie.

125Voici décrite, avec quelques détails techniques, l’articulation des deux anciennes fonctions de la forêt : la production de bois (et ses sous-produits), bien sûr, mais aussi le pâturage (voir Des chevaux dans les bois, planche 2). Derrière l’argumentation technique sur les ressources pastorales forestières qui seraient à discuter, peut se lire aussi le désir de renouer — peut-être à la faveur des bouleversements sociaux du temps — avec une tradition révolue depuis près de deux siècles : l’élevage des chevaux en forêt. Pour J. Mulliez, tous les hippologues regrettent l’âge d’or de la production chevaline aristocratique :

L’équation est presque un lieu commun de !a littérature hippique : tant que les seigneurs sont restés dans leurs terres, la France a eu les meilleurs chevaux d’Europe et en abondance. L’asservissement de la noblesse par Richelieu la conduisit à abandonner ses haras et entraîna une raréfaction de ses chevaux (Mulliez 1983).

126Ce schéma d’interprétation de l’histoire et les sentiments qu’il éveille sont ambigus : on note, d’un côté, la nostalgie persistante de « ces temps-là », celui de l’ordre social organisé autour de la féodalité rurale et guerrière ; mais d’un autre côté, puisque l’aristocratie abandonne l’emblème de sa puissance, elle laisse le champ libre à d’autres groupes sociaux (la bourgeoisie savante par exemple) pour accéder aux chevaux. Puis s’enchaînent, par association sur la personne du petit cheval du Morvan, l’idée d’un état forestier de sauvagerie harmonieuse, et la référence à une époque lointaine (d’avant les grands propriétaires ?) où les petits chevaux pullulaient, pour le plus grand bénéfice de la nation. Fantasmes d’une société égalitaire des origines, d’une race chevaline d’avant la « dégénérescence », parée de toutes les vertus ? Une telle hypothèse nous reconduit vers Drancy, et sa circonspection quant à la réputation — à son sens, usurpée — du bidet morvandeau (supra, p. 19). Ces petits chevaux seraient-ils idéalisés dans les représentations collectives, dans le processus même de leur disparition ?

PLANCHE 16. L’attelée de bœufs, clef de l’économie rurale et forestière en Morvan
Image
Portrait de charretier et de son couple de bœufs de débardage en Morvan
Image
« En Morvan : transport du bois, pour le flot »

PLANCHE 17. Le développement des routes en Morvan
Image
1830 (Hovelaque et Hervé 1894)
Image
1892 (Hovelaque et Hervé 1894)

  • 57 Un vaste terrain de recherche se dessine derrière cette analyse pour le moins cursive d’une abonda (...)

127La forêt, en effet, semble s’être refermée derrière eux. Pays d’invention du flottage des bois, principal fournisseur de la capitale en combustible, le Morvan pratique très tôt une sylviculture intensive et lucrative, soutenue par un appareil de lois et de décrets. Particulièrement nombreux au xviiie siècle, ils visent à restreindre les usages collectifs forestiers, jusqu’alors facilement concédés par les seigneurs aux communautés paysannes. Le pâturage en sous-bois figure parmi ces pratiques collectives, dont la remise en cause crée, souvent, de violents conflits57. Les modalités de la gestion forestière ne semblent pas troubler la vie sociale du Morvan. L’historien P. Cornu, dans sa thèse consacrée aux forêts du Nivernais (du xve siècle à la fin du xviiie) souligne le contraste entre la montagne morvandelle et les collines nivernaises :

  • 58 La question du régime foncier de la forêt morvandelle induit deux autres problématiques de recherc (...)

Le Morvan est un pays de forêts, non de bois. Aujourd’hui encore, tandis que les surfaces boisées du Nivernais sont morcelées en une infinité de petites propriétés particulières ou communales, celles du Morvan qui ne subissent jamais d’usages importants, sont demeurées par massifs étendus dans les mains de quelques grands propriétaires (Cornu 1981)58.

  • 59 M. Vigreux, historien du Morvan, spécialiste du xixe siècle, me dit qu’il n’a trouvé aucun renseig (...)
  • 60 Bernard Lavault, un « néorural » installé à Cussy-en-Morvan depuis 1985, se consacre à l’élevage d (...)

128Ce bidet du Morvan dont la présence en forêt devient franchement hypothétique59, ne peut certes prétendre conquérir une place dans la sylviculture et la petite polyculture locale, qui tirent pleine satisfaction des bœufs. L’armée peut battre la campagne ; la sauvagine peuple seule la forêt et le bœuf « barré », exactement calibré pour le débardage des bois et les travaux de la ferme, bien enraciné dans la culture technique du pays, ne risque pas d’être inquiété par les petits chevaux de selle60.

  • 61 Dans l’une des deux seules allusions qu’il fait au Morvan, J. Mulliez évoque la fidélité de l’ense (...)

129La source est donc tarie depuis longtemps ; mais l’armée, les hip-piatres et l’administration des Haras, peinent à l’admettre61.

130Ils refusent une réalité d’autant plus évidente que le support matériel de l’élevage — le milieu forestier — n’est pas le seul à se dérober. Les débouchés offerts au cheval de selle, partout en France, dans cette période de la fin du xviiie siècle au début du xixe, s’amenuisent irrésistiblement. En dehors de l’armée, acheteur fidèle, qui se désolera longtemps de la désorganisation du marché, les éleveurs ne trouvent plus d’acquéreur. L’inspecteur De Soultray le laissait déjà entendre en Nivernais (voir supra p. 40) ; avec la croissance agricole, le développement des échanges, l’amélioration des routes et de la technologie des véhicules hippotractés et l’apparition, enfin, du chemin de fer, les voyages à cheval tombent en désuétude. Les chevaux de selle sont donc devenus anachroniques.

131L’attitude libérale d’un De Soultray devant l’industrie privée et ses préférences pour une cavalerie de trait sont plutôt rares. L’« homme de cheval » cherche en général à protéger cette catégorie légère dont le commerce ne veut plus.

132Pourtant inspiré d’une idéologie patriotique révolutionnaire, le propos de l’« artiste vétérinaire » Lorry sur le bidet du Morvan, s’avère de même étrangement archaïsant, comme ceux de nombreux auteurs après lui. Parmi eux, des scientifiques : le célèbre A. Sanson, par exemple, fondateur de la zootechnie, auteur de nombreux ouvrages (dont le Traité de zootechnie). Il enseigne d’abord à l’école vétérinaire de Toulouse (1857), puis devient professeur de zoologie et de zootechnie à l’école d’agriculture de Grignon ; quant à Abel Hovelaque, il dirige l’école d’anthropologie de Paris dans la dernière décennie du xixe siècle.

Naturalistes et anthropologues à la recherche du petit cheval des origines

  • 62 On sait qu’ils ont été, avec la théorie de l’aryanisme germain, utilisés pour justifier des doctri (...)

133A. Hovelaque et A. Sanson, deux spécialistes de la « race », chacun dans leur domaine, entrent en contact au sein de la Société d’anthropologie de Paris, l’une de ces nombreuses sociétés savantes qui marquent tant la vie intellectuelle et sociale du siècle. Créée en 1859, celle-ci concrétise un nouveau courant de pensée, qui « constitue l’homme en objet de recherche (...), avec la réinsertion de l’animal homo dans les séries zoologiques, selon l’exemple d’Aristote (...), avec la démonstration sans cesse plus convaincante de la haute antiquité de l’espèce » (Poirier 1969-1984 : 33). Suivant la voie tracée par le chirurgien P. Broca (créateur de l’École d’anthropologie en 1875), les travaux des anthropologues portent essentiellement sur la craniométrie et sur l’inventaire et la classification des types raciologiques62.

PLANCHE 18. Des montures surgies de l’histoire profonde : la grande famille équestre asiatique
Image
Le « logo » du Pare naturel régional du Morvan, dessiné en 1969 par .1. Garcia. Il s’inspire de plusieurs monnaies éduennes (les Eduens, peuple gaulois, occupaient l’actuelle Bourgogne et avaient établi leur capitale en Morvan, à Bibracte).
Image
« Le gentilhomme hongrois » (Figuier, Les races humaines 1885, repris par Races imagées et imaginaires 1983 : 28).
Image
Une particularité de la Bretagne abondamment décrite par les folkloristes du siècle dernier : la course de bidets, dite « de clocher à clocher ». A droite au premier plan, le mouton enrubanné qui honorera le vainqueur. Voici ce qu’A. Sanson dit de ce bidet armoricain : « La vieille terre de Bretagne possède de temps immémorial une population d’une rusticité, d’une sobriété et d’une rigueur à toute épreuve, d’un aspect sauvage comme ses landes et ses halliers, qui se rattache de toute évidence au type arabe » (Sanson 1867 : 107).
« Un grand mouvement de chevaux s’est effectué à des époques antérieures à l’histoire, d’Orient en Occident, traversant toute l’Europe (...). Les chevaux ainsi partis de l’Asie sont venus se mêler à ceux qui occupaient déjà notre région occidentale, pour s’établir définitivement sur les points inoccupés où ils n’ont cessé de se reproduire » (Sanson cité par Hovelaque 1894 : 34).
Image
« Race lorraine » (Gayot 1850)

134Quant à la zootechnie, « étude scientifique de l’élevage des animaux domestiques » (Petit Robert), elle accorde une place centrale à l’entreprise d’identification et de classification des différentes catégories d’animaux, à l’intérieur d’une même espèce domestique. Elle s’appuie, pour ce faire, sur les caractères du squelette, et tout particulièrement, à l’instar de l’anthropologie humaine, sur la conformation de la tête.

135En 1894, A. Hovelaque publie un texte qui synthétise leurs idées respectives sur l’origine et l’histoire des hommes et des chevaux du Morvan (Hovelaque et Hervé 1894).

Les gens du Morvan et leur bidet, les Celtes et le culte du cheval arabe

  • 63 Une semblable problématique s’inscrit dans le droit fil des préoccupations des folkloristes de l’A (...)

136A. Hovelaque présente le Morvan comme un conservatoire de types humains et animaux très anciens, attribués au peuple celte, l’un des éléments du vaste groupe indo-européen63 :

Une très remarquable coïncidence [existe] entre la distribution de la race chevaline asiatique, à laquelle appartenait l’ancienne race du Morvan, et l’extension que les recherches des anthropologistes ont fait attribuer à la race humaine dite « celtique ».

PLANCHE 19. La perfection et la déchéance
Image
Le cheval arabe
Ordre des pachydermes. Famille des solipèdes
Genre cheval (Cuvier)
Le cheval ayant été fait pour l’homme, la nature a dû le doter de toutes les qualités qui doivent rendre son service précieux. En un mot, il aura été un cheval parfait ; (...)
Image
Le cheval de labour
Ordre des pachydermes (ibid.)
(...) et ce n’est que dans les dégénérations, suites ordinaires de la servitude, et dans le peu de soin et d’attention que l’on a apportés dans la multiplication de son espèce, que l’on a trouvé des individus quelquefois indignes de la nature, en même temps que les diverses espèces de chevaux, je veux dire les diverses conformations (...).
D’après le tableau succinct que je viens d’exposer, un beau cheval devrait être un bon cheval ; il a dû être ainsi dans les premiers siècles, et peut-être l’est-il encore en Arabie, ainsi que nous le verrons plus bas, parce que la race n’a pas ou presque pas dégénéré ; mais chez nous, je veux dire en Europe, |il a dégénéré] (...) (Noyés 1808 : 18-19).

137Notre petit cheval forestier appartiendrait donc à un ensemble « asiatique » ; le type même de l’espèce, Equus asiaticus, un sommet de la perfection plastique, serait l’arabe (voir L’arabe, paradigme de l’espèce..., planche 20).

138C’est le cheval des origines :

  • 64 Ce propos appelle une mise au point des connaissances actuelles sur l’origine de l’espèce et celle (...)

(...) l’espèce du cheval serait originaire du grand plateau central de l’Asie et de l’Afrique orientale, de l’Arabie heureuse, en un mot, ainsi du reste que tous les autres animaux domestiques64. Les traditions, l’histoire écrite, la linguistique et la philologie comparée, tout semble concourir pour l’établir (A. Sanson 1867, reprenant Buffon 1754).

139Voilà comment l’ancienne race chevaline du Morvan fut requise (parmi d’autres, comme élément d’un système) pour asseoir, au siècle dernier, une théorie de l’origine, construite autour de la personnalité adulée du cheval arabe.

140Buffon écrivait :

[En France] les meilleurs chevaux de selle viennent du Limosin, ils ressemblent assez aux Barbes, et sont comme eux excellents pour la chasse (...). Il y a aussi de très bons bidets en Auvergne, en Poitou, dans le Morvant, en Bourgogne ; mais après le Limosin, c’est la Normandie qui fournit les plus beaux chevaux (Buffon 1754 : 235).

  • 65 Un inventaire détaillé des introductions de chevaux orientaux dans les haras français (privés, roy (...)

141L’historien J. Mulliez explique la supériorité du Limousin par un courant continu d’importation d’étalons orientaux depuis le Moyen Age (Mulliez 1983 : 352, not. 9)65.

142A. Sanson s’appuie sur une méthode et un discours scientifiques que l’on dirait aujourd’hui pluridisciplinaires (de la linguistique à l’histoire naturelle, à la systématique et à l’étude comparative des squelettes dans la théorie de l’évolution). Les passages relatifs à la monture du « guerrier nomade » prennent cependant l’allure d’un poème lyrique :

Le cheval arabe pur de toute alliance hétérogène est le type achevé de la beauté plastique ou idéale dans son espèce. Nulle part ailleurs ne se trouve mieux réalisé l’ensemble harmonique de toutes les régions du corps. Le physique et le moral, tout est supérieur en lui.

143Il faut dire que le naturaliste Buffon, référence obligée de tout hippologue d’aujourd’hui et de naguère, avait ouvert la voie avec un postulat péremptoire : « les chevaux arabes sont les plus beaux que l’on connaisse en Europe » (Buffon 1769 : 229). Si le corps des coursiers du désert charme tant les naturalistes, c’est peut-être qu’il reflète un état d’ultime domesticité :

Chez les Sémites, le vrai croyant, défenseur de l’Islam, ne connaît (...) que la vie militante du guerrier. Il ne saurait être séparé de son cheval, instrument des anciennes conquêtes de sa race (...).
Le coursier arabe fait partie intégrante de la famille nomade ; il est le compagnon aimé du musulman, l’agent principal de sa puissance, et il inspire aux poètes de la tente, les chants les plus enthousiastes (...).
Il n’y a, sur aucun point du globe et dans aucune espèce, un animal plus complètement domestique que celui-là. [Il est] dès sa naissance l’objet d’attention et de soins qui ne l’abandonnent jamais (...). Ne voit-on pas dans ces pratiques, si minutieusement observées, une des formes les plus précises de la gymnastique fonctionnelle, dont nous avons constitué les principes à l’état de méthode zootechnique ?

144Le cheval arabe, paradigme de l’espèce domestiquée, aurait été introduit en Europe occidentale et ce « dès la plus haute antiquité (...), dans l’âge de bronze ». Il y aurait persisté et on l’y retrouverait en divers lieux (dont le Morvan !) :

Ce type naturel, profondément distinct de celui de toutes les races originaires du nord-ouest du continent européen, est le même qui se retrouve chez les derniers représentants de la tribu chevaline de notre plateau central, ainsi que chez les petits chevaux des landes de Bretagne, dont l’Armorique était peuplée avant l’époque gallo-romaine. Jadis nombreux en Lorraine et dans la basse Alsace (...), en Allemagne du sud (...), en Bohème, en Hongrie, en Pologne, dans la Russie méridionale où nous touchons aux confins de son aire d’origine.

PLANCHE 20. L’arabe, paradigme de l’espèce et de la domestication
Image
« Le cheval des steppes ou tartare »
« Le cheval des steppes de la Tartane n’est qu’à demi sauvage. Sa race est fort pure et il paraît, dit Brehm, avoir du sang de la race arabe. Doué d’une force et d’une vigueur extraordinaires, cet animal est surtout employé comme bête de selle. Les chevaux montés sont, d’ailleurs, seuls gardés à la maison et nourris de foin et d’orge ; les autres vivent toute l’année dans les steppes et doivent pourvoir eux-mêmes à leur nourriture » (Alix 1886 : 589).
Image
Le cheval arabe (gravure de V. Adam)
Les ambiguïtés de la pensée de Buffon : l’arabe est à la fois le plus ancien, l’idéal plastique de l’espèce et le point d’aboutissement du processus de domestication. Mais où le situer par rapport à l’état sauvage ?
« Les chevaux arabes viennent des chevaux sauvages des déserts d’Arabie, où on a l’ait très anciennement des haras qui les ont tant multipliés que toute l’Asie et l’Afrique en sont pleines (...). Tous conservent avec soin et depuis très longtemps, les races de leurs chevaux, ils en connaissent les générations, les alliances et toute la généalogie, ils distinguent les races par des noms différents, et ils en font trois classes ; la première est celle des chevaux nobles, de race pure et ancienne des deux côtés (...). Quand ils n’ont pas d’étalons nobles, ils en empruntent chez leurs voisins (...) pour faire couvrir leurs juments, ce qui se fait en présence de témoins, qui en donnent une attestation signée et scellée par devant le secrétaire de l’Émir, ou quelque autre personne publique et dans les attestations, le nom du cheval et de la jument est cité, et toute leur génération exposée ; lorsque la jument a pouliné, on appelle encore des témoins (...).
(...) Comme les Arabes n’ont qu’une tente pour maison, cette tente leur sert aussi d’écurie (...). La jument, le poulain, le mari, la femme et les enfants couchent pêle-mêle les uns avec les autres (...). Les Arabes ne battent point leurs juments, ils les traitent avec douceur, ils parlent raisonnablement avec elles » (Buffon 1769 : 239).

PLANCHE 21. La passion du cheval arabe et les représentations de l’Orient
Image
« Archer mamelouk à cheval » (C. Vernet, 1758-1836)
« Les Mamelouks formaient la classe dirigeante en Égypte lors de l’arrivée de Napoléon » (cette aquarelle et le commentaire sont issus de Baskett 1980 : 122).

145Mais il faut toute la perspicacité des naturalistes pour reconnaître sa vraie nature, son « type », sous les modifications, qualifiées de « secondaires », intervenues au fil des siècles :

  • 66 Brachycéphale : « qui a le crâne arrondi, presque aussi large que long. » Ant. : dolichocéphale (P (...)

M. Sanson reconnaît que le cheval brachycéphale66 (...) nous offre, sous les dégradations causées par la misère physiologique, les caractères non altérés du cheval asiatique (Equus caballus asiaticus). Seul, le cheval asiatique (...) paraît s’accommoder, par la sobriété dont l’a doué son origine, aux maigres pâturages des hauteurs du Morvan et à la vie rude qu’ils imposent (Hovelaque 1894).

  • 67 Ces idées, que l’on doit à Buffon, se diffusent rapidement pat le canal des sociétés savantes et d (...)

146Les hommes de science regrettent la disparition du petit animal des origines (l’ancienne monture du guerrier nomade), déformé et usé certes, par la sédentarité, la disette, les travaux forcés et le temps si long, mais toujours reconnaissable « au feu de son regard et à la rapidité de ses membres de fer »67. Aux fêtes de pardons bretons, voici les Celtes ressuscités, ancêtres de nos ancêtres :

Sous cette chétive apparence, il y a chez le cheval breton quelque chose de l’énergie indomptable qui caractérise son rustique cavalier. Elle est du reste puisée à la même source (voir Des montures surgies de l’histoire profonde..., planche 18).

  • 68 Le prix Goncourt 1907, Moselly (Émile Chénin) écrit dans son roman Terres lorraines : « Le bidet d (...)
  • 69 Ce thème de l’arabe, héros fondateur de certaines races, est de première actualité. Deux axes de r (...)

147Une chaîne d’association relie les idées de « nature » (le « type naturel »), nature idéale (car parfaitement domestiquée), nature dégénérée (« sous les dégradations causées par la misère physiologique »)68 mais nature triomphante sur le fond (« caractères non altérés du cheval asiatique ») : autant d’éléments pour un mythe des origines69 à propos duquel nous avons déjà rassemblé quelques informations chez divers auteurs analysés précédemment : Drancy, observateur circonspect, et ses questionnements sur la réputation de la race, qu’il juge anachronique ; Lorry, moins distancié, et ses vœux de réhabilitation des haras sylvestres archaïques.

PLANCHE 22. Un temps si long...
Image
« Évolution du cheval » (Ricard 1970 : 474)
Le cheval fut un « déclencheur » de la théorie de l’évolution, qui inséra l’animal dans les temps géologiques et posa, dans le même système d’analyse, l’idée d’une continuité entre le règne animal et l’homme.
Image
Couverture de revue 1862
Une des idées directrices en zootechnie, est que les substrats géologiques (terrains primaires, secondaires, tertiaires et quaternaires) déterminent les races, et singulièrement les races chevalines. Cette notion remonte d’ailleurs au vieux fonds de connaissances et de croyances hippiatriques européennes et continue à structurer bien des analyses.

La tête qui fait la différence

148On aura noté, chez le zootechnicien Sanson, l’importance de la morphologie de la tête comme critère distinctif des races chevalines.

  • 70 A propos de la race franc-comtoise (qui nous intéresse ici directement), A. Sanson écrit : « 11 no (...)
  • 71 « Partie antérieure de la tête du cheval et de certains mammifères, qui s’étend du Iront au naseau (...)

149C’était déjà vrai au xviiie siècle (voir La norme esthétique de la tête des chevaux..., planche 5). Un siècle plus tard, après les bouleversements de la Révolution, le « chef » des équidés reste court et sec (investi par une nouvelle élite sociale, la bourgeoisie savante70). Mais le profil du chanfrein71 s’est inversé : la ligne convexe ou « moutonnée » est désormais abhorrée, tandis que le style concave, si caractéristique des champions internationaux modernes, s’impose de plus en plus nettement. Par ailleurs, on valorise à l’extrême la largeur du front et l’expressivité de la tête : mobilité des oreilles, naseaux très larges, œil saillant (« à fleur de tête ») et pour finir, le regard vif et énergique, la physionomie « douce et fière ».

PLANCHE 23. L’inversion du code esthétique de la tête des chevaux
L’antique valorisation du convexe et la soumission à l’homme
Image
« Étalon normand d’avant 1830 » (Gayot 1850)
Image
(Lieb 1616)
L’arrondi de la tête semble faire écho à la technique équestre*, et à la représentation de l’ordre social : le cheval est à la fois soudé à la classe guerrière dirigeante, et totalement soumis.
* Le « ramener », jusqu’à « l’encapuchonnement », dans le parler cavalier.
Le concave ostentatoire et l’humanisation de l’animal
Image
Championnat du monde des pur-sang arabes au Salon du cheval 1985
Image
« Cheval arabe de pur-sang » (Gayot 1850)
Porté par les théories de la bourgeoisie savante, vers l’espèce humaine, l’irrésistible attraction du « pur-sang arabe ».

  • 72 Belle expression de F. Poplin (1984), dont on retiendra ici deux idées : « Le cheval a été un témo (...)

150Avec le recul du temps, sous la plume des naturalistes qui se disent « enclins à baser leurs raisonnements sur des documents scientifiques » (Sanson 1867), à « se servir du scalpel », les descriptions du « cheval supérieur » — et originel — apparaissent étrangement anthropomorphiques. La boîte crânienne (où loge le cerveau, siège de la pensée, fait remarquer F. Poplin, 1984) s’élargit, en même temps que s’affinent et se diversifient les mimiques faciales qui facilitent la communication avec l’espèce humaine. Parallèlement, se forgent et se consolident, d’une part, la théorie générale d’une « continuité biologique des animaux et de l’homme » (Poplin 1984 et Pelosse 1981) et d’autre part, l’idée que les hommes et les « petits chevaux du temps »72 sont liés depuis les origines à la culture indo-européenne — une culture guerrière, cavalière et nomade... Autant dire que l’alliance de l’homme et du cheval est profondément scellée dans notre histoire sociale puisque ni la Révolution française, ni la construction d’une pensée scientifique expérimentale ne modifieront vraiment le rapport d’identification entre une élite sociale (l’aristocratie héritière de la culture féodale / la bourgeoisie savante de la fin du siècle des Lumières) et l’animal emblème. Le pur-sang arabe, « bourgeois », face au pur-sang anglais, « aristocrate » ?

  • 73 De Buffon à Sanson, et à l’ensemble des hippologues, l’évocation des rapports entre l’arabe et son (...)

151Il y aurait ample matière à développer divers aspects de ce processus d’identification, cette concurrence entre deux classes sociales pour l’accès à l’animal totémique. On se contentera de deux brèves remarques à propos de la bourgeoisie savante et de ses relations avec l’arabe. La pensée naturaliste comporte deux contradictions logiques, chacune riche de sens. La première se tient dans le discours sur l’état sauvage et l’histoire de l’espèce : l’arabe est d’un côté l’idéal de la nature, l’idéal originel ; il incarne d’un autre côté, dans une symétrie obligée, le modèle d’une domestication accomplie73, qui vaut pour l’ensemble du règne animal. On aura remarqué par ailleurs (supra p. 68) le mouvement qu’il accomplit lorsque l’aristocratie devenu citadine l’abandonne : il gagne la friche écologique et sociale (marges agricoles, landes et forêts/état et fonctions roturières pour le bidet).

PLANCHE 24. L’emblème immolé
Image
« Étalon arabe gris appartenant à Sir Warkin Williams-Wynne. »
Peinture de Ward vers 1815-1820.
Image
Enseigne de boucherie chevaline
Un cheval hypersensible en posture d’alerte ; l’arabe-emblème serait-il comestible ? Il faut garder en mémoire que la croisade hippophagique fut le fait de la bourgeoisie savante, et tout particulièrement du naturaliste i. Geoffroy St-Hilaire, spécialiste d’anatomie comparée, fondateur de la Société d’acclimatation française, qui enseigna au Muséum d’histoire naturelle de Paris et à la Sorbonne.

152L’autre foyer de contradiction, et non le moindre, tient à l’aventure hippophagique. Elle est l’affaire de ces mêmes savants humanistes, au premier rang desquels le naturaliste I. Geoffroy Saint-Hilaire, qui s’en fait l’apôtre, depuis sa tribune de cours populaires au Muséum. La conquête de l’opinion publique et l’entreprise de destruction d’un tabou alimentaire vieux de plusieurs siècles sont efficacement conduites. Mais la trève sera éphémère : à peine plus d’un siècle de transgression de l’interdit, pour 1 300 années au moins d’abstinence quasi-totale ! (Grange 1981 : 326 et suivantes ; Lizet 1982 : 167 et suivantes). La pléthore du marché européen de la viande, la mutation des pratiques alimentaires n’expliquent pas à elles seules la crise hippophagique actuelle : n’est-ce pas l’arabe hennissant, à « physionomie douce et fière », tous les sens en alerte, hypersensible, si proche de l’homme et de sa sociabilité familiale (plus que domestique, familier) qui sert d’enseigne aux boucheries chevalines (planche 24) ?

Une guerre de classes par pur-sang interposés

153Dans un texte sur la manipulation du corps des chevaux exposés en vente, un vétérinaire militaire expose clairement les enjeux sociaux de l’arabomanie et de l’anglomanie :

  • 74 On a évoqué (note 71) le syncrétisme idéologique Asie-Orient dans les théories des hippologues sur (...)

Ce modèle bourgeois [est] un cheval tout rond, sans ligne, net et propre, sans vice ni vertus, qui trousse, piétine, tape quatre fois le même pavé74. Mais le vrai connaisseur, l’homme de cheval authentique, l’aristocrate, se reconnaît d’un seul coup d’œil à sa monture : ample charpente, grande silhouette, longues lignes heurtées de l’anglais ; le bon cheval, le tride et le train ! (Goyau 1885).

  • 75 Dans cette galerie de portraits chevalins (genet/pur-sang anglais/arabe), il faut garder à l’espri (...)

154On assiste en effet, tout au long du xixe siècle, à une « guerre du croisement » où s’affrontent deux idéaux esthétiques chevalins. L’ancien modèle (rond, filiation du genet/andalou des temps modernes à l’arabe du xixe siècle) est revendiqué par la bourgeoisie savante ; l’aristocratie renie cet ancien partenaire des académies et manèges équestres, pour s’emparer du pur-sang anglais : celui-là ne se fera pas battre à la course, il maintiendra la distance sociale !75.

155Comme beaucoup de savants de son temps appartenant à la bourgeoisie, A. Sanson critique violemment l’administration des Haras, son principe de dénigrement des races locales et sa passion pour les chevaux de course d’outre-Manche.

156Il prend la défense des bidets, doublement valorisés parce que roturiers, et précieux à la science ; il prône, spécialement pour ceux du Morvan, la sélection interne, une politique appelée à s’imposer dans les décennies qui suivront :

  • 76 ... par le croisement avec le pur-sang anglais. Drancy interprétait, lui, la dégradation de la pop (...)

Ceux-là, fort heureusement, personne n’a songé à les améliorer. Inconnus en dehors de leurs montagnes, serviteurs précieux et justement estimés de leurs maîtres (des charbonniers), ils ont échappé à la dégradation dont l’objet eût été de les anoblir76. Si quelqu’un songe jamais à les tirer de leur modeste condition, pour profiter des mérites qui les distinguent à un si haut degré, mérites de fond et non d’apparence, qu’il améliore leur conformation sans altérer le type par un croisement avec une autre race.

PLANCHE 25. Arabomanie et anglomanie équestres
Image
Le coursier du désert
Deuxième suite de chevaux, C. et H. Vernet, première moitié du xixe siècle.
« En 1839, H. Vernet avait visité Malte, l’Égypte, la Palestine et la Syrie (...). Il avait suivi plusieurs expéditions militaires » (Mennessier de la Lance, 1971 : 618).
Image
Le coursier des hippodromes
Dans les années 1880, le pacha d’Égypte lance un défi aux Anglais ; il propose une épreuve pour départager les prétendants au titre de champion suprême. Conviés à déplacer leurs vedettes sur l’hippodrome du Caire, et à les engager dans une épreuve de 100 km, les Anglais déclinent la proposition.
Image
« Godolphin Arabian » découvert en 1731 par Lord Godolphin
La tradition désigne ce « Godolphin Arabian », à l’encolure démesurée, l’une des trois têtes de lignées qui fondent la race anglaise de course (pur-sang) comme un « barbe », sans origine précise :
Voici, d’après l’Encyclopédie du cheval (1964), son histoire édifiante :
« Offert par l’empereur du Maroc à Louis XV, il devint cheval de voiture à Paris, fut remarqué par un gentilhomme anglais... ; (il joua) le rôle de boute-en-train jusqu’au jour où il féconda accidentellement Roxane (ascendance du « prodigieux » Éclipse). »
Une autre version précise l’état de déchéance de l’animal, entre les brancards d’une vulgaire « charrette de porteur d’eau » (Cler 1842). L’œil de l’homme de cheval anglais, ne s’y trompe pas ; ce « vilain petit canard », ignoré par les Français, devient le fameux fondateur de race que l’on sait.
Image
Extrait de l’ouvrage de l’écrivain et dessinateur humoriste Crafty (Gérusez 1884 : 23)

  • 77 Expression extrême de la marginalité sociale ! Les « gens du bois », bûcherons, charbonniers, tend (...)

157Par-delà l’argumentation savante, ce texte souligne le réseau des contradictions dans les discours sur la race morvandelle. Drancy jugeait sa réputation exagérée : Sanson la fait entrer dans l’anonymat... Il est vrai que plusieurs décennies ont passé ; mais un hippologue contemporain de Sanson, E. Alix, parle d’un flux important de « marchands étrangers » qui, malgré la « décadence », continuent d’acheter fort cher les poulains du Morvan (Alix 1886). Même divergence radicale entre ces deux auteurs à propos du statut social de l’animal : relégués à d’obscures tâches de portage entre les mains des charbonniers, au cœur des forêts, pour Sanson77, ils seraient bien au contraire encore tout auréolés du prestige de la production princière des haras locaux (par exemple, le duc et ministre Étienne de Choiseul), source de leur « brillante réputation », pour Alix. Mais n’oublions pas que Sanson adhère sans réserve à l’homélie ardente de Buffon par la « noble » conquête, qui serait comme la moitié, ou le double de l’homme. Ce dernier point ne simplifie pas le schéma de représentation de la race !

158L’édition de 1911 de l’Almanach des foires chevalines de C. du Hays fait cet étonnant commentaire sur la Nièvre :

Outre la race de gros trait, dont les établissements métallurgiques du département, les canaux et les rivières font une immense consommation, on trouve dans les foires de la Nièvre un grand nombre de poulains de cinq mois à deux ans, de la race précieuse du Morvan, renommée pour fournir d’excellents chevaux aux équipages de chasse.

159Texte anachronique ? Officier des Haras, passionné de foires et de négoce, l’auteur (1818-1898) a déjà disparu depuis treize ans lors de la parution de son ouvrage.

160Aussi discret soit-il dans sa réalité physique, le petit cheval du Morvan donne matière à penser. On a même l’impression qu’il prend d’autant plus d’importance dans les querelles idéologiques, qu’il est vraiment rare (« au xviiie siècle (...) le Morvan et l’Auvergne produisaient un petit nombre de chevaux de selle » [Musset 1917 : 80]) et petit (« dégénéré », se lamente Lorry) : ce type de « poney » est devenu anachronique, le système de production et de commercialisation s’est défait et, dans l’intarissable commentaire qu’il alimente, se lit le trouble d’une mutation historique mal vécue, auquel pourraient bien se rattacher le fantasme d’une race originelle parfaite (mais quelque peu déchue) et le culte des témoins du passé.

161Quelques voix s’élèvent toutefois contre cette inclination nostalgique. E. Gayot, personnellement mis en cause par les naturalistes en tant que gestionnaire des Haras et fervent adepte du croisement par le pur-sang anglais, ne se prive pas d’argumenter dans ce sens : « Le souvenir est longtemps resté fidèle aux races qui ont disparu » ; ou encore : « Parlons-en, de ces races qu’on a regrettées et que rien ne saurait jamais faire revivre aux lieux mêmes où tout a changé nombre de fois et de fond en comble » (Gayot 1883).

L’incorporation de l’antique bidet montagnard à la nouvelle race noire des coteaux herbagers

162A la génération suivante, dans le département du Nivernais, l’étalonnier P. Denis (de Lys, canton de Tannay), l’un des promoteurs les plus actifs de la nouvelle race noire, note avec agacement dans la presse locale :

Si, nous reportant à 50 ou 60 années en arrière, nous abordons la question chevaline avec des hommes qui, par leur âge, ont pu apprécier, ou plutôt ont beaucoup entendu parler des mérites de notre race primitive, nous sommes assurés d’avoir une même et invariable réponse, qui consiste à affirmer que les chevaux d’aujourd’hui ne valent pas, comme endurance, ceux d’autrefois (Denis 1905).

163D’une époque à l’autre, les propos passéistes se ressemblent... Denis procède ensuite à l’inévitable description-type : « Ces vigoureux coursiers étaient de taille moyenne, avec le dos de la largeur de la selle, et ayant pour les porter des jarrets d’acier ».

164Étonnante formulation. Ne dirait-on pas que le dos est fait pour la selle ? Toujours est-il que par opposition à cette corpulente bête de trait conçue pour le lent travail en force, que l’on s’applique à modeler au début du xxe siècle, l’autre équidé est présenté dans sa fonction spécifique : la selle (et par exception, la voiture) :

Étant donné le mauvais état des chemins et le peu de facilité des moyens de transport (...) leur résistance, jointe à une vitesse suffisamment accélérée en faisant à juste titre, une race précieuse pour nos pays du Morvand (Denis, ibid.).

165Dans la bouche d’un promoteur de la nouvelle race, ces mots semblent autant de louanges distribuées avec largesse, pour mieux signifier que la race morvandelle fut bonne pour les anciens, et qu’elle est périmée. Solide comme tout bon fruit du pays, elle sera par ailleurs le fondement même de l’animal moderne que l’on s’emploie à façonner. Le vétérinaire R. Guerrin écrit en 1880, dans le Bulletin de la Société d’agriculture de la Nièvre :

Mais à côté de (...) nos races de trait, la race locale n’a pas dû s’éteindre. Bien certainement, elle aura dû grossir sous l’influence des chevaux percherons et des gros herbages créés. C’est ce type de juments carrées (...). Quelques-unes ont conservé les robes rouannes et gris de fer qui dominaient chez le morvandeau.

PLANCHE 26. Le bidet anachronique tourné en dérision
Image
« Le marchand de chevaux normand » caricature de C. Vernet
L’artiste a donné un type arabe manifeste à ce « bidet d’allure » portant le marchand en campagne.
Le Trésor de la langue française, dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècles (1975), donne les définitions suivantes :
– « Petit cheval de poste, trapu et vigoureux, que montaient les coursiers,
– Petit cheval de selle ou de trait,
– Par extension, souvent péjoratif, cheval ».
« A cheval sur mon bidet, quand il trotte il fait des pets... » dit la chanson enfantine du folklore français...
Définition du « bidet d’allure » dans le Trésor de la langue française :
« Dans le pas dit relevé, ne relève les pieds que le moins possible, condition de vitesse. Tels étaient les anciens bidets de Normandie ».
Ils faisaient l’objet d’un commerce intensif, et étaient recherchés particulièrement par les marchands de bestiaux qui « villageaient » à plusieurs dizaines de kilomètres de chez eux pour acheter des bêtes.

166Il aura fallu encore une révolution sociale — aux dires de P. Denis, celle de 1848 — pour que le processus de modernisation s’enclenche, et que l’ancienne race lâche prise dans la réalité matérielle des faits :

Ce ne fut qu’après les époques troublées de 1848 à 1851, alors que l’industrie et le commerce prirent un développement pour ainsi dire instantané, que ces petits chevaux, malgré leurs qualités extraordinaires ne suffirent plus aux besoins immédiats (...). Les hommes destinés à mener à bien cette transformation nécessaire, surgirent heureusement, comme à souhait et l’on vit aussitôt les Simon, les Chapuis, les Raffault, les Carré et autres se lancer à la recherche d’étalons aptes à donner à notre race morvandelle la taille qui lui manquait, tout en lui conservant ses qualités.

167On ne peut mieux dire que l’amélioration de la race est une affaire d’hommes (au sens de l’espèce et du sexe, une histoire entre les hommes et les étalons). Il est clair également qu’un glissement s’est produit, depuis la montagne pourvoyeuse de bêtes éprouvées par la dureté de son économie, vers les coteaux qui s’ouvrent à la modernité : « Les ouvriers de la première heure (...) dirigèrent immédiatement leurs recherches à travers les plaines des environs de Chartres. »

  • 78 L’article du Dictionnaire d’agriculture de Barrai et Sagnier sur les bidets, s’achève sur cette or (...)

168La mutation morphologique, du petit trotteur vers le pesant tractionneur à robe noire éclatante, peut se lire comme un processus d’acculturation, d’ajustement à une nouvelle réalité économique et sociale, au cours d’une période de changements intensément vécus. Il y a ceux qui s’installent, eux-mêmes, dans l’histoire, et accordent une valeur intrinsèque à l’animal, qui devient tout à la fois l’emblème du passé, et une marque d’identité. Et il y a ceux qui rejettent le bidet du Morvan dans un passé révolu78.

169Pour ceux-là, la race noire est neuve, et résolument moderne, étroitement associée à une riche économie herbagère qui explore les marchés urbains, nationaux et internationaux. C’est sous cet éclairage qu’il faut comprendre le propos laconique de R. Musset, qui intitule ainsi un paragraphe de son ouvrage : « Exemple du remplacement d’une variété de selle par une variété de trait : le cheval du Morvan et du Nivernais » (Musset 1917).

Le bidet de l’ancien temps
Ce que dit Lorry, vétérinaire-recruteur pour la cavalerie :
– au moment de la Révolution, l’armée se remonte encore en chevaux de selle dans le Morvan (secteur de Château-Chinon) ;
– il décrit la race comme petite, menue, énergique, résistante et amélioratrice dans le croisement ; à divers titres, l’armée la recherche activement, mais aussi les éleveurs de contrées voisines et de nombreux marchands étrangers : sa réputation est excellente ;
– cette population chevaline traverserait une crise grave : effondrement numérique (réquisitions répétées — affectant même les juments — pour les guerres de la Révolution), amenuisement de la taille et du format (théorie de la dégénérescence), par défaut de sélection (les Haras n’auraient pas mis d’étalons dans la montagne).
La crise du bidet de selle est structurelle, il va disparaître :
– le type de chevaux auquel appartient la race morvandelle est, en cette fin du xviiie siècle, tombé en désuétude : on ne voyage plus à cheval (amélioration des voies de communication, généralisation des voyages en voitures hippotractées, impliquant un changement de race) ;
– il est probable que le mode d’élevage (haras forestiers de la noblesse et du clergé ? à vérifier dans les sources locales) ait été lui-même progressivement désorganisé au cours du siècle précédent (organisation d’un pouvoir central absolu, migration de la noblesse à la cour, avènement d’une sylviculture spécialisée).
A mesure qu’il disparaît, on l’installe dans les idéologies : variations autour d’un mythe de l’âge d’or :
– dans la littérature hippologique, nostalgie ambiante du temps des haras forestiers de la noblesse et du clergé ;
– autour de la Révolution française, au cœur des débats sur l’inégalité sociale, la bourgeoisie savante (ici : naturalistes, anthropologues) en fait l’animal des origines, vestige d’une civilisation fondatrice nomade et guerrière (paradigme de l’Arabie heureuse et de la famille chevaline asiatique incarnée par le pur-sang arabe) ;
– le pur-sang anglais contre le pur-sang arabe, ou la rivalité entre deux classes sociales pour l’accès à l’animal emblème : de l’aristocratie guerrière à la bourgeoisie savante, permanence historique du processus d’identification à l’animal ;
– du bidet morvandeau à la grosse race noire du Nivernais : les promoteurs du cheval de trait moderne rejettent le petit cheval dans la vieille histoire de la montagne, tout en l’incorporant par acculturation à la race noire, qui prend forme dans les riches coteaux herbagers.

Notes

1 Bidet : « petit cheval de selle » (Petit Robert 1978).

2 Certains travaux récents voient dans le régime de la propriété et le mode de faire-valoir l’un des traits distinctifs du Morvan (voir Charrier 1981).

3 Manuscrit conservé aux Archives nationales.

4 Une intéressante problématique, dans un domaine voisin et complémentaire du nôtre, s’ouvre ici : du Nivernais à la Nièvre, de la Bourgogne au Morvan, qu’en est-il, dans les connaissances actuelles, du concept géographique, historique, juridique et ethnologique de région ? L’inscription territoriale du Parc régional du Morvan, par rapport à la race noire du Nivernais, pose de multiples questions auxquelles on ne pourra répondre ici. Signalons toutefois qu’il n’est pas anodin que la race prenne le nom de la région.

5 L’ouvrage récent de J. Mulliez (Mulliez 1983) donne tous les renseignements sur ce sujet.

6 E. Le Roy Ladurie explique, au travers de l’œuvre autobiographique du Bourguignon Rétif de la Bretonne (La vie de mon père, 1788), le mécanisme et les incidences du développement du vignoble, prés d’Auxerre : multiplication des échanges de biens et de personnes avec la capitale, circulation de l’argent, goût du commerce, spécialisation économique. Dans les charrois, les travaux méticuleux de la vigne et par le jeu des changements fréquents de propriétaires dans un commerce actif, les chevaux sont au cœur du système (Le Roy Ladurie 1975 : II, 462-463).

7 La Bresse — ou plus précisément la Dombes des étangs — est aujourd’hui connue par sa « race » de demi-sang (un cheval de sport et jusque dans la première moitié de ce siècle, un cheval d’officier de cavalerie). Encore une mutation à suivre, du poulain de trait activement commercialisé dans les régions voisines où il sera fini d’élever, au « trois ans » de race fine, destiné à remonter l’élite militaire.

8 Aujourd’hui, l’Arconse. Dans la suite de la citation, les passages soulignés le sont par nous.

9 Une thèse récente d’histoire (Dotenwill 1973 : 224-227) confirme bien cette orientation herbagère pour les bêtes de boucherie sous la pression de la demande urbaine (Lyon) dès le début du xviiie siècle. Le bocage est peuplé d’animaux qui représentent un capital élevé, tandis que les cultures régressent. L’inégalité économique se creuse : la puissance des herbages grandit. L’argent circule autour des bêtes et des marchés de bestiaux. Centrée sur Charolles, cette évolution gagne l’ouest, le sud-ouest et le Brionnais.

10 Petit car peu nourri, le cheval ne pourra supporter le poids d’un cavalier ou d’une charge de bât, qu’une fois adulte. Les animaux d’un gabarit plus fort pourront au contraire, au fur et à mesure de leur croissance, accomplir différents travaux de traction.

11 Chemin dérive du latin populaire caminus, mot gaulois (Petit Robert). L’adjectif caminal, chez les phytogéographes, désigne la flore des chemins.

12 L’historien S. Dotenwill inverse, on l’a vu, ces images régionales de la modernité (Dottenwill 1973 : 224-227, note 16).

13 L’hippiatrie traditionnelle, bien connue de Drancy, théorise en principes d’élevage les données d’un système économique en vigueur aux quatre coins de la France. Les bons chevaux de selle, fins et élégants, conformes aux goûts de l’époque, ne sauraient « venir » dans les prairies ripariales où les bovins font merveille. Trop hâtés, les tissus musculaires et osseux y perdraient la « sécheresse » et la vigueur qui sont le propre des chevaux de « sang » ; ceux-là, il faut savoir les attendre longuement (jusqu’à sept ans, dit-on), abandonnés jusqu’à maturité dans un état de nature, sur les marges extrêmes des terroirs cultivés (voir par exemple Garsault 1741 : 59).

14 Le processus d’acculturation populaire du cheval reste entièrement à déchiffrer pour le domaine français. R. Musset (1982 : 80-81), .J. Mulliez et F. Sigaut ont repéré le déplacement social de l’élevage, sans approfondir l’analyse des mécanismes et des enjeux (voir Les montures du menu peuple des campagnes, planche 3).

15 « Stérile », le Morvan pouvait l’apparaître à un écrivain agromane du siècle des Lumières. Mais l’adjectif ferait bondir un forestier ! Le pays, on l’a vu, possède deux traits marquants : la minuscule propriété agricole et les immenses domaines forestiers. L’invention du flottage au milieu du xvie siècle, la restriction des droits de pâturage, la mise au point de techniques savantes de sylviculture ont déjà fait de ces bois, plus d’un siècle avant la rédaction du Mémoire de Drancy, un lieu de production intensive et lucrative, largement dirigée vers la capitale.

16 Cet énoncé évoque aussi l’idéal platonicien de la beauté : le beau, le vrai et le bien s’expriment dans la perfection géométrique.

17 C’est le titre d’un chapitre du livre, dont voici un passage : « Il nous reste seulement à parler du peuple, de cette partie considérable de la population, exclusivement employée au travail des champs, où elle s’use, tandis qu’ (...) elle ne devrait y passer que les premières années de sa vie. Produite comme une marchandise (...) ».
Précisons que Gayot est, au moment de la parution du livre, « ancien directeur de l’administration des Haras, de la Société nationale d’agriculture de France » (la couverture du livre, selon l’usage de l’époque, indique les titres des auteurs).

18 Ceci renvoie aux recherches médiévistes sur le corps humain. Par exemple : « le corps humain était la principale métaphore de l’ordre (...). Aux diverses parties du corps physique de l’homme correspondaient les catégories de la société laïque (...) » (Schmitt 1983).

19 En perdant sa fonction de travail pour devenir un objet de représentation, l’ancien cheval de labour (cheval paysan), au corps modelé par les concours de race, aurait enfin conquis ses titres de noblesse.

20 Par-delà ce bref développement, nous renvoyons à l’ensemble de la thèse d’Y. Grange (1981), qui livre une saisissante analyse des « aspects socio-politiques de la relation de l’homme et du cheval en France (1614-1914) ».

21 Le contexte historique, il faut le préciser, est bien particulier : « La Bourgogne entreprend effectivement, à partir de 1766, de réformer l’administration de ses haras, mais c’est sous la pression (...) du directeur général (...) » (Mulliez 1983 : 241).

22 A l’époque, les Haras n’ont pas de personnel professionnel comme aujourd’hui. Ils cherchent des partenaires dans la population locale, offrant divers avantages matériels en contrepartie de la garde des étalons. 11 serait du plus haut intérêt de suivre la trajectoire de quelques-uns de ces individus pour mieux cerner le fonctionnement de la chaîne de relations chevaux ↔ Haras/garde-étalon/société locale (voir La figure sociale du garde-étalon, planche 7).

23 Voilà bien un terme de guerrier.

24 Une expression réservée en général a la Bretagne, dans la littérature et la tradition orale.

25 Dans une source nettement postérieure (1849), un vétérinaire originaire de St-Amand-en-Puisaye, professeur à l’école d’Alfort et membre de diverses sociétés savantes, O. Delafond, écrit : « Bien que toutes les usines métallurgiques fussent situées autant que possible au voisinage des bois et des minerais, les transports de matières premières et des produits fabriqués nécessitaient un grand nombre d’animaux de trait. Or, à cette époque, les charrois ne pouvaient être opérés que par des chemins de traverse défoncés, boueux et souvent impraticables dans les saisons pluvieuses. Un grand nombre de petits chevaux de bât, tirés généralement du Cher et élevés dans l’arrondissement de Saint-Amand, les bœufs du pays (...) étaient chargés de ces nombreux, difficiles et pénibles transports... » (Delafond 1849 : 109-110). L’auteur n’indique pas la provenance de ces informations. Quels sont ces chevaux du Cher ? Ce type de chevaux n’est-il pas justement produit dans tout le pays, dans les bois et les jachères ? (voir Des petits chevaux de bât..., planche 9).

26 Où l’on voit que l’âne, utilisé comme un procédé de destruction d’une jumenterie paysanne, est l’affaire de la noblesse...

27 L. Moll et E. Gayot décrivent le bidet breton dans ces termes : « Tantôt un seul petit cheval de lande précédait, en arbalète, un couple de jeunes bœufs, tantôt trois petits chevaux bien maigres, à la tête carrée, à l’œil ardent, aux jambes sèches et nerveuses, avec le simple collier de jonc et les traits de corde... J’eus la curiosité de suivre, en 1835, un de ces attelages, d’un coteau à l’autre ; la montée était fort rapide, et je fus étonné de la force de ces quatre animaux, si chétifs en apparence. En causant avec le conducteur, j’appris qu’avant le départ il les avait pris sur la lande, leur lieu ordinaire d’habitation, qu’arrivés à Nantes, il leur donnait à peine quelques poignées de foin jetées auprès de la charrette, et qu’au retour à la ferme, il les rendait à la lande où la nuit les délassait de quinze à vingt lieues d’une rude journée » (Moll et Gayot 1883 : 515).

28 Le rapport de l’enquête de l’an III (1796), par district, donne les indications suivantes pour La Charité : « La nourriture ordinaire des chevaux consiste en du foin et de l’avoine, les bœufs paissent sur les lieux ordinaires et lorsqu’on est obligé de les garder à l’étable, ils mangent du foin et de la paille. En général il se fait peu d’élèves à cause de la rareté des foins et de leur mauvaise qualité. Dans cinq ou six communes, on élève beaucoup de jeunes chevaux assez forts, et assez bien tournés, pour le labourage, les charrois, l’artillerie et dont quelques-uns sont mêmes propres a la cavalerie... » (cité par Thuillier 1966).

29 Ce sont sans doute ces nivernaises que Drancy voit entre les brancards de rouliers dans le comté d’Auxerre (voir supra p. 13) ; lorsqu’elles en viennent au limonage, elles ont changé au moins trois lois de propriétaire.

30 La plus monumentale de ces synthèses, une véritable mine de renseignements, est la thèse de géographie régionale de J.-B. Charrier, Le Nivernais, les paysages, tes hommes et leurs activités (1981). Et, dans un registre plus précis : A. Thuillier, Économie et société nivernaises au début du xixe siècle (1974).

31 Le concept réserve une bonne place aux conditions naturelles, et aussi aux choix économiques dominants, qui impriment un style particulier au paysage : « Le Nivernais proprement dit, le plus étendu et le plus caractéristique [du département tout entier], [est] formé d’espaces argileux et sableux, imperméables (...). Sologne bourbonnaise et pays de Fours au sud, entre-Loire-Allier et grandes étendues marneuses des Vaux d’Yonne, du Bazois... [C’est] un ensemble de plateaux boisés, de dépressions (...) herbagères (...), un pays de vallonnement (...) [où l’on fit] un choix massif, au siècle dernier, de la prairie » (voir l’introduction de la thèse, puis le chapitre 2).

32 M. Dupin, procureur général, ancien député de la Nièvre, et spécialiste du droit coutumier en Nivernais, nous apprend que les baux « imposaient habituellement au laboureur la condition de laisser en jachère le tiers de ses terres » (Dupin 1864 : 206).

33 Terme spécifique au Nivernais, considéré par P. Fénelon (Vocabulaire de géographie agraire, 1970) comme synonyme de pâtis (terme du bocage vendéen) : « friches permanentes (...) c’est, en règle générale, un pâturage de médiocre qualité, ou bien une parcelle mise en jachère pour une longue durée ».

34 D’après M. Dupin, « les baux avec paiement de loyers en argent (...) n’étaient guère employés que pour les grandes terres et les propriétés les plus importantes » (Dupin 1864 : 294).

35 « (...) les laboureurs (...) n’avaient aucune avance, aucun capital, qu’ils puissent employer à leurs exploitations. Dans cette situation, le propriétaire confiait sa terre avec un cheptel de bestiaux à un laboureur, qui se chargeait à la fois de la culture des terres et du soin du bétail » (Dupin 1864).

36 « Le commerce de bestiaux ne se fait pas seulement entre les différentes parties de la province, mais des animaux maigres sont également achetés dans d’autres provinces depuis longtemps (cite une source de 1698...). Au xviiie siècle, le Nivernais garde et accentue sa vocation de fournisseur de marchés parisiens (Poissy et Sceaux) » (Thuillier 1974 cité par Charrier 1981).

37 Il s’agit de Claude Mathieu, né à Oyé en 1738, « fils d’un des plus gros négociants en bœufs de Saône-et-Loire, venu s’installer en 1773 à Anlezy (dans les Amognes) comme fermier, amenant avec lui son bétail blanc et ses habitudes de travail. Il devint fort riche, fut élu député à la Constituante » (Charrier 1981). Cette paternité lui a été contestée, les bovins charolais ayant sans doute pénétré dans le pays bien avant. Il n’en reste pas moins une haute figure comme son homonyme, un « pays » de surcroît, que Drancy évoque (voir supra p. 30) dans le processus d’alliance avec l’administration des Haras. Affaire à suivre...

38 « [Dans] ce mode d’affermage en nature (à condition de partage de fruit), [avec] les baux à courts termes, le cultivateur ne pouvait pas ou ne voulait pas se livrer à des améliorations dont il n’aurait pas profité seul. Mais d’un autre côté, un paysan, père de famille, qui n’avait que ses bras et ses enfants pour toute fortune, y trouvait l’avantage de les utiliser immédiatement : la famille trouvait un gîte dans la ferme ; elle s’y logeait, y vivait de son travail, et c’est tout ce qu’elle demandait : misère, et nulle émulation » (Dupin 1864 : 293).

39 Prairie naturelle à fromental ou avoine élevée (Arrhenatherum elatius Mert. et K.).

40 L’espèce chevaline paraît, plus que tout autre animal domestique, vouée aux loups. Elle erre aux confins de l’espace cultivé ou en forêt, où le risque est grand de se faire dévorer ; l’iconographie des ouvrages de louveterie font par ailleurs de sa dépouille, un appât désigné.

41 Il ne faut pas en déduire qu’il n’y a aucune vache de travail en Nivernais ! Mais ces attelages sont plutôt répandus dans le Morvan. J.-B. Charrier en repère quelques-uns dans les Amognes, et il conclut : « Le véritable labourage du Nivernais proprement dit est bien le labourage à bœufs — à six bœufs, quelquefois huit dans les terres détrempées — conduits par deux hommes ».

42 C’est nous qui soulignons.

43 Sur la foi de ce pluriel, il ne faudrait pas penser que les juments pullulent dans les campagnes. Au paragraphe précédent, on trouve une formulation toute différente : « Si un métayer a une jument (...) ». De Chambray ne parle pas des chevaux, à une importante exception près (Chambray 1831), que nous analyserons plus loin. Quant à J.-C. Flamen d’Assigny, il ne possède qu’une seule jument, contre 27 bovins (toutes catégories confondues) sur les 200 ha qu’il exploite.

44 La mesure de surface utilisée en Nivernais est le journal, soit le travail d’une charrue ou d’une charrette, attelée ordinairement de six bœufs, pendant une journée.

45 En matière de traction chevaline, le nord-nord-est de la France et de l’Europe ont une longueur d’avance (voir Chevaux, niveaux de vie..., planche 14).

46 La controverse sur les avantages comparés du bœuf et du cheval ne date pas d’hier. Au xiiie siècle, W. de Henley (aristocrate anglais, auteur d’un célèbre traité d’élevage), écrit : « Si le cheval doit être en forme pour faire sa journée, il lui convient d’avoir au moins la nuit le sixième d’un boisseau d’avoine ; prix : une maille, et au moins douze quantités d’herbe à un denier l’été ; et chaque semaine, une plus, une moins, un denier de ferrure s’il doit être ferré des quatre pieds. La somme est de 12 sous 5 deniers l’an sans le fourrage et la paille. (...) [Pour le bœuf], la somme est de 3 sous 1 denier sans le fourrage et la paille. Et quand le cheval est vieux et recru, on ne peut rien en tirer que le cuir. Et quand le bœuf est vieux, avec 10 deniers d’herbage, il vaudra pour le lardier ou bon à vendre autant qu’il coûta » (cité par Delort 1984 : 52).

47 F. Sigaut écrit à ce sujet : « J’ai (...) attiré l’attention (...) sur ces petits chevaux, plus proches des ânes que des chevaux proprement dits, par la fonction, le format, le mode d’élevage (...). Ce n’est pas avec des bidets qu’on tire la charrue. Sauf deux exceptions toutefois : les attelages mixtes, bœufs et chevaux en tête, qui sont si fréquents dans toute la région-frontière qui va de la Basse-Normandie à la Franche-Comté ; et les exploitations les plus pauvres » (Sigaut 1982 : 34).

48 Pas chez les plus pauvres, toutefois : ouvriers et journaliers n’ont pas accès à l’attelage de travail.

49 Certains pelages valent à leurs propriétaires une vie écourtée : « Ceux qui sont tout blanc ou tout noir sont rebutés et destinés à la boucherie » (cité par Thuillier 1966).

50 Il faudrait pouvoir confirmer ce propos.

51 Le vétérinaire J.-H. Magné, directeur de l’école vétérinaire d’Alfort de 1843 à 1861, écrit par exemple en 1862 un opuscule au titre éloquent : De l’influence des terrains sur la division de l’industrie zootechnique et sur la production des animaux. Il tente d’y expliquer la division de l’élevage chevalin des différentes régions françaises par la nature du substrat géologique.

52 Garsault écrit dans un chapitre intitulé « Des chevaux des différents pays, et de la durée des chevaux » : « Parmi les chevaux français (...), ceux de selle les plus estimés viennent du Limousin et de Normandie, quelques-uns du Poitou et d’Auvergne » (Garsault 1741 : 50).

53 Voilà une divergence fondamentale dans les jugements portés sur le « bon » cheval, d’un côté par les militaires de métier (valorisant la rusticité), de l’autre par le personnel des Haras (attaché à un code esthétique).

54 Le négoce du cheval a utilisé à fond, dans l’entre-deux-guerres, les potentialités du réseau ferré. L’une des conséquences a été la diffusion active, dans une grande partie de la France (petites exploitations), des sujets bretons (voir Lizet 1984).

55 La rubrique « haras » de l’Essai de bibliographie hippique de Mennessier de la Lance (1971) renvoie à plus de 400 auteurs pour le seul tome I. Il permet de se faire rapidement une idée de l’ampleur de la controverse. La privatisation de la reproduction dans l’espèce équine — contestation du monopole de l’institution des Haras — est au cœur des débats.

56 Furtage = furetage. « Autrefois, exploitation en jardinant » (parcourir les bois en extrayant les bois mal venant ou gênant pour les meilleurs sujets » (Plaisance 1975). Deuxième et troisième feuille : ce sont des expressions vigneronnes. « C’est du vin de 3 feuilles, c’est-à-dire de 3 ans, parce que devant ce temps-là les vignes ont changé 3 fois de feuilles » (Dictionnaire Richelet 1710). « Feuille (pour une année). Vin de deux feuilles ou de deux ans. Vin de 4 feuilles » (Dictionnaire Abbé Danet 1687).

57 Un vaste terrain de recherche se dessine derrière cette analyse pour le moins cursive d’une abondante documentation générale et régionale. Voir, en particulier pour le flottage, les délits et droits d’usage : Dupin 1864, Cornu 1981, Thuillier 1966, Kalaora 1980, Boissière 1980 et le groupe d’Histoire des forêts françaises 1982. La longue période considérée ici n’est évidemment pas un continuum ; la présence de bêtes en forêt dépend des fluctuations des cours du bois, de la demande de Paris, de l’activité concurrente des forges et verreries locales, grandes consommatrices de bois.

58 La question du régime foncier de la forêt morvandelle induit deux autres problématiques de recherche : la première concerne les races chevalines élevées en forêt, la fonction des bêtes, leur statut social ; la seconde pourrait porter sur le régime d’exploitation de la forêt, déterminant le paysage et la disponibilité en ressources fourragères (les deux seraient à combiner !).

59 M. Vigreux, historien du Morvan, spécialiste du xixe siècle, me dit qu’il n’a trouvé aucun renseignement sur ces élevages fantômatiques (communication personnelle, septembre 1987).

60 Bernard Lavault, un « néorural » installé à Cussy-en-Morvan depuis 1985, se consacre à l’élevage de chevaux de trait (petite race comtoise du Haut-Doubs), qu’il utilise pour éclaircir les forêts résineuses, et pour la randonnée touristique en roulottes. Il me faisait part récemment de l’étonnement de ses voisins (des agriculteurs âgés) à le voir travailler avec un cheval.
En 1909, le capitaine Levainville (Le Morvan) reproche aux Morvandeaux leur « mépris pour le cheval », animal de coûteux entretien, et « qui ne servait pas à grand-chose ». Il conclut en disant : « le bœuf est demeuré l’animal de transport et de travail, dans la plus grande partie du Morvan. »

61 Dans l’une des deux seules allusions qu’il fait au Morvan, J. Mulliez évoque la fidélité de l’ensemble de la communauté cavalière pour « les chevaux produits par le Morvan, les Ardennes et le Perche » (Mulliez 1983 : 66).

62 On sait qu’ils ont été, avec la théorie de l’aryanisme germain, utilisés pour justifier des doctrines racistes (Poirier 1969-1984). En 1894, le champ de connaissances ouvert par l’anthropologie physique incite un policier français, A. Bertillon, à mettre au point une « méthode empirique de classification des prisonniers fondée sur l’analyse de la constitution osseuse des individus » ; c’est le « bertillonnage » impliqué dans l’énorme « erreur » Dreyfus, que son inventeur se refusera obstinément à reconnaître (Roudinesco 1986 : 184-186).

63 Une semblable problématique s’inscrit dans le droit fil des préoccupations des folkloristes de l’Académie celtique, fondée en 1804, et dont l’activité et les publications dureront trente ans : « Académiciens et Antiquaires, membres de la Société Royale des Antiquaires (...) recherchent la spécificité [des coutumes observées) dans leurs origines (...). Partisans de l’unité nationale, les Académiciens, tout à la fois, glorifient la nation française par la mise en valeur de son passé mythique » (N. Belmont et M. Ozouf, cité in Cusenier et Ségalen 1986 : 7). En 1870, naît par ailleurs la Revue celtique (aujourd’hui Études celtiques), émanation de linguistes se réclamant d’une discipline déjà bien structurée, la philologie comparée, dont l’objet est l’étude comparative des langues et des cultures indo-européennes. G. Dumezil en fut le grand chef de file.

64 Ce propos appelle une mise au point des connaissances actuelles sur l’origine de l’espèce et celle de la domestication.
On sait, depuis Cuvier (le fondateur de la paléontologie : histoire des espèces) que le genre Equus apparaît au pliocène sur le continent américain, et qu’il donne l’espèce actuelle, Equus caballus, au terme d’une ligne évolutive remarquablement claire, qui a passionné les chercheurs (cf. Poplin 1984 : 45 et 52, note 8). A partir de l’Amérique, il envahit l’Afrique et l’Eurasie, par le détroit de Behring, puis disparaît d’Afrique et du continent américain.
La domestication serait intervenue en Ukraine vers 2500 ans avant J.C., plus de 3000 ans après celles du mouton, de la chèvre, du porc, des bovins et du chien. Il a pu exister d’autres foyers de domestication, mais aucune preuve sûre n’en subsiste et ils n’auraient pu avoir le rayonnement du premier. C’est à partir des steppes d’Asie centrale que les chevaux se seraient répandus par vagues successives, lors de mouvements de populations nomades vers les contrées occidentales et orientales. Leur présence à l’état domestique n’est attestée dans le Midi de la France qu’à partir de l’âge du bronze : ils y auraient été introduits plutôt que domestiqués sur place.
Il convient donc de bien distinguer les questions de l’origine de l’espèce et celle de l’origine de la domestication. A ce sujet, la pensée scientifique du xixe siècle opère, sur l’espèce chevaline, un amalgame entre l’Orient et l’Asie. Cette arabomanie chevaline, spécifique du xixe siècle, mériterait d’être analysée de près, à la lumière des travaux des orientalistes (Grand Larousse encyclopédique : « goût des choses de l’Orient et de leur représentation artistique »). Rappelons les relais classiques : intérêt médiéval pour l’hébreu et l’arabe (popularité d’Avicenne et Averroès) ; formation d’« interprètes du Levant » dans une École des jeunes, créée par Colbert ; succès des contes orientaux. Les Mille et une nuits, Lettres persanes... ; conquête militaire de l’Orient, expédition scientifique de Bonaparte en Égypte, etc.

65 Un inventaire détaillé des introductions de chevaux orientaux dans les haras français (privés, royaux et nationaux) est à faire (voir par exemple Michel 1860 : 6 et suivantes).

66 Brachycéphale : « qui a le crâne arrondi, presque aussi large que long. » Ant. : dolichocéphale (Petit Robert).

67 Ces idées, que l’on doit à Buffon, se diffusent rapidement pat le canal des sociétés savantes et des grandes enquêtes agricoles qui précèdent les premiers comices et concours. Dans son rapport sur l’enquête de 1811, le préfet de la Nièvre écrit par exemple : « Dans la montagne, les chevaux de race morvandelle avaient autrefois de la réputation et offraient des ressources assez considérables pour les remontes de la cavalerie légère (...). La race en est à peu près perdue ; mais il est à espérer qu’au moyen des étalons arabes, avec lesquels ils ont beaucoup d’affinité, on pourra les renouveler ou au moins s’en rapprocher sous des formes plus agréables que celles de l’ancienne race » (cité par Thuillier 1966).

68 Le prix Goncourt 1907, Moselly (Émile Chénin) écrit dans son roman Terres lorraines : « Le bidet de campagne qui était attelé au cabriolet avait une toison jaunâtre et boueuse, qui lui donnait l’air d’un animal sauvage. Mais il était résistant, sous cette apparence chétive, et menait un galop d’enfer. »

69 Ce thème de l’arabe, héros fondateur de certaines races, est de première actualité. Deux axes de recherche se dessinent :
– l’obsédante question de la légitimité historique s’est déplacée de la cavalerie « de sang » (chevaux de selle) à la cavalerie de trait. Quelle race de chevaux lourds ne remonte pas aux étalons aristocratiques de tel haras médiéval, à Charles Martel et ses coursiers orientaux, à quelque antique croisement qui annoblirait les sujets d’origine paysanne ? L’enquête sur les terrains de concours de la Nièvre, ces dernières années, a fait ressortir un sujet polémique entre les adeptes de « la vieille race noire » et ceux du percheron : celui-ci tirerait sa supériorité intrinsèque et marchande, sa « distinction », son « chef », la qualité de ses sabots petits et durs (arpenter l’histoire ?) de ses ancêtres arabes ; ainsi s’établissent, aujourd’hui, les critères morphologiques de races, qui permettent de dire qui appartient à « la race noire » et au « percheron ».
– l’autre voie de recherche concerne les concours internationaux de pur-sang arabe et leur mise en scène théâtrale, le négoce très spécifique de ces animaux, l’exceptionnel engouement, à l’échelle internationale, pour ce type de chevaux.

70 A propos de la race franc-comtoise (qui nous intéresse ici directement), A. Sanson écrit : « 11 nous reste à nous occuper (...) d’une race beaucoup moins importante que la plupart de celles dont il a déjà été question, mais qui n’en subsiste pas moins, malgré les nombreuses tentatives de croisement dont elle a été l’objet (...). Je veux parler de la race de la Franche-Comté, qui pourrait être citée comme un modèle de laideur (...).
Le type comtois, en effet, est un des plus dolichocéphales que nous ayons. La face très longue, étroite, aplatie sur les côtés, avec des orbites petites et aux arcades effacées, un chanfrein droit, donnent à la tête d’ailleurs mal portée par l’animal et dépourvue d’expression dans le regard, un cachet de lourdeur et de stupidité remarquable » (Sanson 1867 : 169).
Il faut souligner (voir Garsault 1741 : 50) que cette cavalerie franc-comtoise jouit, au xviiie siècle, d’une réputation à la fois vive et ancienne, à l’instar du boulonnais, pour les fonctions de labour et de tirage. R. Musset (1917) la donne pour décadente au xixe siècle, « comme tous les anciens chevaux qui n’ont pas pu s’améliorer » (d’après cet auteur, grandir, grossir). Disparaîtraient ainsi, vers la fin du siècle, les comtois, les berrichons et les poitevins (de trait). Après une période de traction bovine, la Franche-Comté se serait tournée à nouveau vers le cheval, avec une esthétique conforme au goût du jour (création d’un standard au lendemain de la guerre de 1914).

71 « Partie antérieure de la tête du cheval et de certains mammifères, qui s’étend du Iront au naseau » (Petit Robert).

72 Belle expression de F. Poplin (1984), dont on retiendra ici deux idées : « Le cheval a été un témoin privilégié de l’évolution technique, scientifique, politique, idéologique, philosophique et sociale dans le passage de l’Ancien Régime au Nouveau ». Et à propos du rôle spécifique que joue le cheval dans l’élaboration de la théorie de l’évolution : « Il n’est pas inutile de souligner l’importance (...) du cheval dans le déclenchement des idées en question et de montrer qu’il y était prédestiné à la fois naturellement et culturellement. Par nature, il a une main dont l’anatomie est comme une fulgurance du Transformisme par rapport à la main humaine (et l’évolution du cheval reste une des pages les plus typées de l’exposé de l’Évolution) en lui étant un extrême opposé, mais assez voisin pour qu’on puisse encore faire le rapprochement ; alors qu’entre un vertébré inférieur et l’homme, le rapport n’est pas évident au premier regard. La prédisposition culturelle, maintenant : animal distingué, privilégié sous le regard, il a été mieux pris en considération dans le champ de la connaissance et a particulièrement bien pu exprimer ses caractères aux yeux des savants » (ibid.).

73 De Buffon à Sanson, et à l’ensemble des hippologues, l’évocation des rapports entre l’arabe et son maître, son dressage et son mode de vie, sonne comme un éloge de la famille et de l’inscription dans la généalogie, comme un miroir du processus de socialisation. L’invention d’une race à origine contrôlée, dont les ancêtres sont nommés dans la mémoire orale ou écrite, est peut-être le point ultime du processus de domestication.

74 On a évoqué (note 71) le syncrétisme idéologique Asie-Orient dans les théories des hippologues sur l’origine et l’évolution du cheval ; voilà un autre amalgame qui reste à déchiffrer, à l’intérieur d’une aire géographique et culturelle plus réduite, et une période historique plus courte (époque moderne/époque actuelle) : comment est-on passé du genet arabe/andalou — qu’on reconnaît bien dans cette monture bourgeoise du xixe siècle — à l’arabe « vrai » (pur-sang), plus fin, aux tonnes moins noyées, et qui relève très haut sa tête expressive ?

75 Dans cette galerie de portraits chevalins (genet/pur-sang anglais/arabe), il faut garder à l’esprit le choc de 1789, avec l’émigration de la noblesse française en Angleterre, où elle admirait et enviait ses homologues restes à cheval de par leur mode de vie campagnard. Pour servir leur passion de la chasse à courre et des courses, ils avaient inventé un étrange spécialiste tout en lignes effilées, le « pur-sang », dès le début du xviiie siècle. En France, le culte du galopeur anglais s’enflamme au moment de la restauration des Bourbons.

76 ... par le croisement avec le pur-sang anglais. Drancy interprétait, lui, la dégradation de la population de petits chevaux de selle du Morvan, par l’absence de leaders sociaux tels que Mathieu d’Oyé en Brionnais, susceptibles de s’acquitter correctement de la fonction de garde-haras (Drancy 1777 : 32). D’une certaine manière, J. Mulliez partage cette opinion : « Certaines de ces régions (...) sont connues des hippiatres, de l’administration et des militaires, comme le Morvan, les Ardennes et le Perche. Mais pour une raison ou pour une autre, souvent la pauvreté même de ses habitants qui interdit toute action administrative, elles sont délaissées et le manque de documents précis ne permet pas d’en parler avec pertinence » (Mulliez 1982 : 66).

77 Expression extrême de la marginalité sociale ! Les « gens du bois », bûcherons, charbonniers, tendeurs, s’apparentent aux gens de l’eau (mariniers) ou de la route (« gitans » nomades, mais aussi colporteurs, marchands de bestiaux). Ils sont « d’ailleurs » tout à la fois méprisés et dotés d’un redoutable pouvoir. Voici ce qu’en dit, à la fin du xviiie siècle, un maître de forges du Nivernais : « Ils sont d’une indépendance intolérable (...), ils s’attroupent et quittent les bois si on ne leur donne pas ce qu’ils désirent » (cité par Thullier 1966 : 102).
Le roman de G. Sand, Les maîtres sonneurs, est centré sur une communauté de charbonniers circulant dans les forêts bourbonnaises et sur ses rapports (idéalisés) avec les agriculteurs sédentaires du Berry. L’un des héros de l’histoire est le Clairin, « petit cheval maigre qui avait une clochette au cou », dont le son rameute la bande de mulets de bât appartenant au charbonnier (Sand 1979).

78 L’article du Dictionnaire d’agriculture de Barrai et Sagnier sur les bidets, s’achève sur cette oraison funèbre : « La variété des bidets disparaîtra sans doute complètement. Quelles que puissent être ses qualités propres, il n’y aura pas à le regretter, puisque sa disparition sera due uniquement à l’inutilité de son emploi (Barrai et Sagnier 1886-1892).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search