Version classiqueVersion mobile

La bête noire

 | 
Bernadette Lizet

Introduction

Texte intégral

Un courant de recherche

1Trois dates. Trois tournants dans l’histoire d’un animal aussi massif qu’évanescent.

21880 : au cours de sa séance du 28 janvier, la Société d’agriculture de la Nièvre décide d’ouvrir un livre généalogique de la race chevaline nivernaise (Bulletin... 1881 : 69). C’est une première pour les chevaux de trait du territoire français. Elle est bientôt suivie par d’autres entreprises régionales de contrôle de la filiation et de l’origine : celle du percheron (1883), puis du mulassier poitevin (1884) et celle enfin, du boulonnais (1885). Depuis un demi-siècle déjà (1833), les « pur-sang » anglais nés en France possèdent leur état-civil, ou plutôt leur « stud-book », car jusque dans le vocabulaire, les éleveurs de bêtes de course reproduisent le modèle d’outre-Manche, élaboré dès le xviiie siècle.

  • 1 Les auteurs critiquent sans ambages l’émergence de toutes ces races locales et en contestent la lé (...)

31966 : la Société hippique percheronne, gestionnaire du second effectif de chevaux de trait français (derrière le breton), absorbe officiellement les populations localisées à la périphérie du prestigieux « Perche aux chevaux ». Les auteurs de Races chevalines de la France (Quittet et Blanc 1970 : 45)1 les désignent comme des « sous-races dérivées du percheron ». Le nivernais fait partie du lot. Faut-il croire qu’il n’a jamais obtenu le statut de race à part entière ?

  • 2 Chevaux de trait, ânes et mulets dans les Parcs naturels régionaux, projet de programme.
  • 3 L’ethnologue G.-H. Rivière — figure centrale de l’histoire des parcs et des écomusées en France — (...)

41983 : la Fédération nationale des Parcs naturels de France lance un appel d’offre pour une recherche sur les « chevaux de trait, les ânes et les mulets »2. C’est la concrétisation de l’intérêt porté aux races domestiques régionales, depuis une dizaine d’années, par la commission « muséologie » de la Conférence permanente des Parcs3. Le Parc naturel régional du Morvan manifeste alors son désir de mettre en place une politique conservatoire pour le « cheval noir du Nivernais », un animal jugé à la fois spécifique à la région et en voie de disparition : en tout et pour tout, 80 sujets de race lourde, toutes catégories confondues, sont recensés dans le département en 1984 (Lachat 1985 : 3).

  • 4 Le programme initial comprenait d’ailleurs deux volets : l’approche ethnologique, développée ici, (...)

5Dans l’esprit du commanditaire, le cheval noir de la Nièvre doit être préservé pour lui-même, en tant qu’élément du patrimoine régional et national. Il représente un capital génétique, et l’appel d’offre du Parc s’adresse prioritairement à des généticiens4. Il est également perçu comme un bien collectif, légué par des générations d’éleveurs, issu de l’histoire profonde.

6Avec sa couleur singulière — le noir parfait —, l’énorme nivernais est donc pensé comme un emblème de la région, et comme un produit spécifique de l’histoire et de la culture locales. Le monde rural assurant difficilement sa reproduction, les instances politiques et administratives régionales se sentent tenues de prendre le relais : en 1983, le Parc achète une poulinière et paie son tribut.

  • 5 Trichinose : maladie parasitaire provoquée par la présence de trichines (vers nématodes) dans l’in (...)

7Un tel jeu de projections sur une race chevaline fournit une riche matière pour l’analyse, mais avec une problématique inversée : l’objectif ne consiste plus à trouver comment conserver, mais pourquoi vouloir conserver ce produit anachronique. Car l’élevage du cheval de trait traverse, en France, une crise sans précédent. Le malaise des éleveurs et des institutions concernées en premier chef par cette production (syndicats d’éleveurs, de marchands, de bouchers, Haras nationaux...) n’a cessé de croître au cours de la dernière décennie. Depuis les années 1960, la reconversion travail-viande pour les animaux dits aujourd’hui de « race lourde » s’accomplissait laborieusement, grâce à une active politique de soutien des Haras nationaux ; mais manger du cheval n’est pas un acte anodin dans la société française... et le marché de la viande chevaline a été brutalement mis à l’épreuve par une information journalistique et télévisée qui a frappé de plein fouet la sensibilité des Français d’aujourd’hui. En 1982-1983, des scènes de transport d’animaux vers l’abattoir frappent l’opinion. En 1985-1986, quelques cas de trichinose5 en région parisienne, abondamment commentés par les médias, font chuter la consommation.

8En dépit d’une dure conjoncture nationale, tout un réseau d’éleveurs nivernais et d’institutions s’efforce de maintenir une population animale des plus réduites. La race régionale porte — c’est manifeste dans les concours — la fierté du producteur, et un profond attachement aux bêtes et aux rites de cette activité de prestige. Les éleveurs passionnés d’aujourd’hui possèdent une certaine image de la race. Rejoint-elle celle du Parc ? Rejoint-elle la perception qu’en avaient ses inventeurs, lorsque fleurissaient les « standards » et les « livres généalogiques » de la culture agronomique savante ? Voilà une première série de questions.

  • 6 Créée en 1984, l’Association française de Trait-Tract s’est fixée comme objectif de réhabiliter le (...)

9Par ailleurs, ces dernières années, le marché du cheval de trait connaît une légère relance. L’Argentine, les États-Unis, le Japon et le Maroc achètent des lots de reproducteurs, mâles et femelles, dans les régions d’élevage réputé, qualifiées de « berceaux de race ». La couleur noire a toujours séduit la clientèle étrangère... En divers points de l’Europe (Allemagne, Belgique, Suisse et France), des chantiers de débardage expérimentent des formes modernes de complémentarité du tracteur et du cheval. On retrouve la traction chevaline, comme outil spécialisé, dans certaines exploitations maraîchères ou chez des pépiniéristes. De nouveaux usagers se sont ainsi installés dans la montagne morvandelle. Leur cavalerie de travail sait tout faire : débarder le bois — avec la précision et l’ardeur requises —, tirer paisiblement les chariots et les roulottes menés par des touristes néophytes ; certains chevaux jouent même les cascadeurs dans les grandes fêtes hippiques dont raffole le public citadin, ou bien les « galopeurs » dans les courses de « trait-tract » récemment importées du Japon6. Les bêtes qui travaillent aujourd’hui dans la région — travail productif et effort « spectaculaire » — appartiennent-elles à cette fameuse race noire du Nivernais ? Encore d’autres questions.

10Pour y répondre — cent ans après la naissance officielle de la race — nous disposons aujourd’hui d’une abondante documentation sur la « standardisation » des animaux domestiques, tant pour l’Angleterre, où tout a commencé, que pour la France.

11Toutefois, à quelques exceptions près, les connaissances récentes rassemblées sur la question restent fragmentaires ; les auteurs ont largement privilégié les aspects zootechniques ou génétiques (la « race » est la spécialité de la zootechnie, aux origines mêmes de la discipline, et constitue l’un des objets de la recherche génétique). L’attention s’est donc le plus souvent focalisée, tantôt sur le seul animal et sa biologie, tantôt sur les composantes technique et économique de l’élevage. En nous plaçant dans une perspective ethnologique, nous nous efforcerons de relier ces niveaux entre eux et de considérer l’animal pour lui-même, mais aussi comme observatoire de la société locale, dans ses rapports avec la société « globale », c’est-à-dire les échanges divers avec l’extérieur. Les fluctuations des effectifs, les modifications de l’apparence de l’animal, la stratégie de la couleur, le choix et l’origine des géniteurs, la façon dont on élève les jeunes retiendront toute notre attention. Selon les sources et les époques considérées, nous conjuguerons ces faits à la structure foncière et aux modes de faire-valoir, au système d’exploitation agricole local, à la concurrence du bœuf charolais dans les mêmes exploitations, et aux enjeux techniques, économiques et symboliques du passage du bœuf au cheval dans un pays de solide tradition bovine.

12« L’éleveur aime d’amour sa poulinière », écrit J. Mulliez dans l’introduction d’un livre sur la France chevaline des xviie et xviiie siècles (Mulliez 1983 : 67). Passion d’un élevage hautement spécifique et distinctif, attachement à une profonde tradition : ce sont des traits caractéristiques d’un monde que nous nous efforcerons de comprendre et de restituer dans son unité, sa richesse et sa mobilité, en passant de l’homme à l’animal, et inversement. Car si l’animal possède une personnalité biologique propre, c’est bien, comme le disaient volontiers les hippologues du siècle dernier, « l’homme qui fait le cheval » !

Quelques précisions sur la méthode et la problématique de recherche

13Méthode globalisante, analyse historique : notre fil directeur sera donc chronologique, car une race à standard apparaît dans un contexte particulier qu’il convient de cerner.

14La définition de la race est par ailleurs bien loin de faire l’unanimité : elle varie selon les époques et selon les groupes sociaux qui s’y réfèrent. C’est au prix d’un élargissement de la perspective qu’on versera des éléments nouveaux au dossier de la race animale, et que se creusera la nécessaire distance vis-à-vis de l’objet de recherche.

Une recherche exploratoire

15Tracer à grands traits l’histoire de la race, montrer quels en sont et quels en ont été les enjeux économiques et sociaux dans la région et à l’échelle du pays : pour atteindre cet objectif et mieux appréhender le présent, nous nous efforcerons de rassembler les faits majeurs et de dégager les corrélations. L’animal en question est l’affaire d’une société tout entière, des hommes aux institutions : naisseurs, éleveurs, marchands bien sûr, mais encore rouliers, maîtres de poste et de forge, charretiers de la mine, usagers des transports urbains, officiers de cavalerie et sportmen...

16Sur la base d’un corpus de sources soigneusement choisi, nous accomplirons donc un parcours de reconnaissance et d’identification, en passant d’un registre d’analyse à un autre, d’une source écrite du xviiie siècle à la parole d’informateurs recueillie aujourd’hui, du contexte local au contexte national. Et chemin faisant, nous repérerons un large faisceau de voies de recherches complémentaires.

17Un autre facteur a motivé le choix méthodologique de l’analyse ethnohistorique et systématique : le caractère profus et fréquemment contradictoire de la documentation relative à la race noire du Nivernais.

Un dossier confus

  • 7 Michel Chauvet, chargé de mission au BRG (Bureau des ressources génétiques, créé en 1983, localisé (...)

18La difficulté, ici, ne vient pas du manque d’archives ou d’informations recueillies de vive voix ; elle consiste à l’inverse à se frayer un chemin dans un espace encombré, à donner sens et cohérence à la masse des indications éparses, souvent discordantes. Un exemple : aujourd’hui, dans une conjoncture hostile, l’élevage est devenu un acte militant. Parmi ses justifications figure en premier chef le sentiment de faire œuvre utile, presque un devoir national, en préservant coûte que coûte un patrimoine local dans la personnalité de cet animal superbe et d’entretien facile. Dans son appel à la recherche, le Parc naturel du Morvan se fait le porte-parole de ces éleveurs : il faut faire vivre les chevaux noirs de la Nièvre qui appartiennent à une race ancienne et prestigieuse, et participent de la richesse du patrimoine génétique national7. Et aussitôt se pose la question de l’identité du nivernais à livrée noire. Une ambiguïté tangible règne sur les terrains de concours : voici des sujets couleur de jais comme ceux de « l’ancienne race » ; là, des gris pommelés, signalant par la « robe » l’appartenance au noyau percheron. Et voilà encore un camaïeu de couleurs intermédiaires, du presque noir au presque blanc. Un nuancier qui alimente bien des commentaires ! Une chose est sûre : pour vendre à l’étranger — perspective matériellement avantageuse et fort gratifiante depuis toujours pour les éleveurs de chevaux — la carte percheronne prévaut. Mais les deux marques existent encore...

19L’image de ces mastodontes au poil luisant, au crin décoré de laines multicolores, au corps harmonieux « fait au moule » (selon l’expression consacrée), qui s’animent docilement lors de la présentation devant le jury, contraste curieusement avec le jugement qui tombe de la bouche de tel grand marchand parisien, un « ancien », interviewé en avril 1985 : « Le nivernais, ça vaut rien : beaucoup trop d’air sous le ventre, six mètres de long, les pieds à ferrer tous les deux jours, et durs comme des lions avec ça » (XXI : voir annexe 1).

20L’enquête sur le négoce local et dans la périphérie révèle vite, d’autre part, un phénomène d’auto-dévalorisation de la « vieille race du pays », dans la période de l’entre-deux-guerres et de l’immédiat après-guerre. Les poulains noirs se vendent alors nettement moins cher que les bêtes « de couleur » (les « rouges », dérivés de l’ardennais, une autre grande race venue de l’est de la France).

21En bonne méthode ethnologique, aucun de ces points de vue n’est à isoler, ou à prendre en valeur absolue. Pour accéder à une vue d’ensemble, il sera au contraire nécessaire d’expliciter chacun d’entre eux et de repérer à travers les discours énoncés, les points d’articulation entre la logique de l’élevage sélectionné et celle du négoce.

22Si les jugements divergent, c’est aussi parce qu’ils renvoient à des époques différentes. Au-delà du passé récent, l’histoire du cheval a été marquée par une série d’événements décisifs : à la fin du xixe siècle, l’ouverture du fabuleux marché américain pour les reproducteurs, une manne pour le Perche ; l’invention, en France, de l’hippophagie et l’engouement pour les concours de race ; le choc des deux guerres, avec l’hécatombe des hommes et des chevaux et la désorganisation de l’économie ; la motorisation généralisée des transports urbains, et enfin celle de l’agriculture elle-même. La race nivernaise n’est pas une entité immuable... Place à l’histoire donc, et au changement historique : après un bilan sur la situation des chevaux avant la race noire, nous étudierons les conditions de l’émergence de cette « fabrique fin de siècle », comme dit un étalonnier du pays et, enfin, les traits marquants de son parcours jusqu’à aujourd’hui.

Notes

1 Les auteurs critiquent sans ambages l’émergence de toutes ces races locales et en contestent la légitimité : « Il était permis de s’interroger sur la valeur zootechnique et l’intérêt économique de ces distinctions entre animaux de même type... »

2 Chevaux de trait, ânes et mulets dans les Parcs naturels régionaux, projet de programme.

3 L’ethnologue G.-H. Rivière — figure centrale de l’histoire des parcs et des écomusées en France — anime une série de rencontres au cours desquelles émerge, et s’affirme, le thème des races régionales à effectifs réduits, et celui de leur préservation. Ses deux promoteurs les plus actifs sont par ailleurs R. Laurans (fondateur et président de la Société d’ethnozootechnie), qui consacre trois journées d’études au thème des « races domestiques en péril » (1974, 1978 et 1983), et R. Pujol (Laboratoire d’ethnobiologie-biogéographie du Muséum national d’histoire naturelle).

4 Le programme initial comprenait d’ailleurs deux volets : l’approche ethnologique, développée ici, et une étude démographico-génétique (non réalisée).

5 Trichinose : maladie parasitaire provoquée par la présence de trichines (vers nématodes) dans l’intestin et les muscles de certains mammifères ; fréquent chez les carnivores, ce parasite infeste très rarement les herbivores.

6 Créée en 1984, l’Association française de Trait-Tract s’est fixée comme objectif de réhabiliter le cheval de trait (faire mentir, en quelque sorte, la nouvelle désignation « cheval lourd ») à des fins ludiques. Elle organise, à l’instar des Japonais, des courses de traîneaux lourdement tarés.

7 Michel Chauvet, chargé de mission au BRG (Bureau des ressources génétiques, créé en 1983, localisé au Muséum national d’histoire naturelle et rattaché à la mission scientifique et technique du ministère de la Recherche) précise que la gestion du « secteur animal » présente de nombreuses difficultés ; la demande est pressante, de style militant le plus souvent, ce qui ne simplifie pas la mise en place d’une politique conservatoire efficace. Ces remarques sont encore plus vraies pour l’espèce chevaline considérée isolément.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search