Version classiqueVersion mobile

Sur la trace des suspects

 | 
Joëlle Vailly

Première partie. Pratiques et théories de la preuve

Maintenir une infrastructure en droit : le rôle du comité technique du Fichier national automatisé des empreintes génétiques1

Vololona Rabeharisoa et Florence Paterson

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) fait partie des outils au service de la justice. Tous les jours, les profils génétiques de traces prélevées sur des scènes d’infraction ainsi que de « suspects2 » sont comparés et enregistrés au fichier. Aujourd’hui, le FNAEG comporte 2,9 millions de profils génétiques d’individus, dont 73 % sont ceux de « suspects », auxquels s’ajoutent un demi-million de profils issus de traces non identifiées3, ce qui en fait le deuxième plus gros fichier européen après le fichier anglais.

Pourtant, le FNAEG fait peu parler de lui. Les médias le mentionnent parfois lorsqu’une grande affaire criminelle a été résolue grâce à la comparaison du profil génétique de l’individu présumé coupable aux profils enregistrés au fichier. La presse s’est également faite l’écho du refus de certains activistes, notamment les « faucheurs d’OGM », de se faire prélever et enregistrer au FNAEG4. Quelques ouvrages ont également attiré l’attenti...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search