Version classiqueVersion mobile

Pauvre petit blanc

 | 
Sylvie Laurent

« White lives matter » : la haine de l’antiracisme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le slogan « Les vies blanches comptent » fut lancé en 2015 dans les cercles de l’extrême droite américaine en réaction au succès du mouvement Black Lives Matter. Le hashtag #BlackLivesMatter lancé en 2013 par des militantes queer antiracistes noires appelait à s’indigner publiquement des meurtres de plusieurs jeunes Africains-Américains par la police américaine. Des manifestations de colère face à l’impunité policière se multiplièrent dès lors dans le pays et l’affirmation de la valeur des vies noires prit la forme d’un cri de ralliement. Face à l’ampleur du mouvement, des suprémacistes blancs proches du Ku Klux Klan lancèrent une contre-offensive dont la voix la plus active sur les réseaux sociaux fut initialement une certaine Rebecca Barnette, cofondatrice du mouvement « Les vies blanches comptent » et présidente de la section féminine du Parti nazi américain. Dans ses discours, elle utilisait à outrance les arguments classiques du « grand remplacement » avec une haine raciale tou...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search