Version classiqueVersion mobile

Pauvre petit blanc

 | 
Sylvie Laurent

La présidence Obama : la blessure raciale, le Tea Party et la politisation du ressentiment

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’élection de Barack Obama en 2008 et plus encore son double mandat ont approfondi un sentiment de dépossession chez les Blancs. Sans aucun doute, la victoire d’un candidat africain--américain, porté au pouvoir par un électorat multiculturel, fut pour des millions d’Américains le signe que la suprématie blanche marquait le pas. Alors même que les observateurs pensaient que le pays s’était métamorphosé en État « postracial », qu’il était guéri de sa longue histoire de racisme systémique et de la xénophobie individuelle, la perte symbolique de l’autorité blanche sur le destin des États-Unis durant deux mandats catalysa l’amertume. En 2016, ils furent 60 % à voter pour Donald Trump1.

Pour un nombre significatif de Blancs américains, le fait qu’un Africain-Américain accède à la Maison-Blanche fut synonyme d’une déprise. Les premiers à exprimer cette amertume furent les commentateurs de la chaîne conservatrice Fox News. La vedette de la chaîne, Bill O’Reilly, déplora au lendemain du scrut...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search