Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni vue ni connue

 | 
Béatrix Le Wita

Annexe 1. Pourquoi Sainte Marien ? Qualité et défaut de l’éducation : Les appréciations de cinquante jeunes filles

Texte intégral

1Béatrice est entrée en 12e au collège Sainte Marie en raison de « la proximité et de la recommandation ».

2Deux sœurs à Sainte Marie, un frère à Franklin.

3— Qualité : « niveau d’études ».

4— Défaut : « peu ouvert sur le monde extérieur. Se croit le centre du monde. Non-mixité. Nullité de l’enseignement catholique. Pour moi, Sainte Marie forme des intellectuels, assez individualistes, pas toujours réalistes. Mauvaise préparation à l’après-bac ».

5— Reçoit le bulletin de l’association des Anciennes.

6Catherine est entrée en 1959 à Sainte Marie : « Ma mère est ancienne de Sainte Marie et en pense le plus grand bien ».

7Des tantes et une sœur de Catherine ont fait leur scolarité au collège Sainte Marie ; un frère à Saint-Louis de Gonzague.

8— Pour des raisons d’éloignement géographique, ses filles sont inscrites à l’école publique (maternelle).

9— Qualité : « ouverture d’esprit et curiosité ».

10— Défaut : « manque d’autonomie accordé aux élèves ».

11Pascale ne sait pas pourquoi ses parents l’ont inscrite à Sainte Marie : « N’ayant vu mes parents depuis la réception de votre papier, je ne peux malheureusement répondre à votre question, ne la leur ayant jamais posée par ailleurs. »

12Une sœur a été à Sainte Marie, un frère à Saint-Jean de Passy.

13— A propos de ses enfants qui sont dans des écoles libres : « Il n’y a pas de Sainte Marie à Reims. J’ai toujours soutenu que si je restais à Paris, je ne mettrais pas mes filles à Sainte Marie par désir de changement et pourtant, mon fils est rentré à Saint-Joseph de Reims qui a bien des points communs avec ce que j’ai connu autrefois ! ! »

14— Qualité : « un esprit d’organisation et de synthèse, bien utile dans la vie courante. Une méthode de travail ».

15— Défaut : « 1) un bourrage de crâne peut-être excessif, méthode avec laquelle je renoue à Saint-Joseph. A l’époque, cela m’apparaissait comme tel, et pourtant je vois aujourd’hui la différence entre les connaissances de mon fils et d’autres enfants (tout en râlant quelquefois sur tout le travail qu’on leur donne ! !) ; 2) un enseignement un peu trop intellectuel qui prépare mal aux aspects matériels d’un ménage (ex. : couture, etc.).

16— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

17Bénédicte est entrée en 1962 à Sainte Marie pour des raisons « morales et religieuses ».

18Des tantes et des cousines y ont été élevées.

19Frères et sœurs : Sainte Marie, Janson, Sainte-Croix de Neuilly.

20— Si elle avait des filles en âge scolaire, elle ne les inscrirait pas à Sainte Marie.

21— Qualité : « le sérieux ».

22— Défaut : « l’orientation ».

23— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

24Honorine est entrée en 1960 à Sainte Marie pour « le sérieux et la qualité de l’enseignement, la proximité du domicile à la suite d’un déménagement et pour la formation religieuse ».

25Ses sœurs sont allées à Sainte Marie, ses frères au lycée Janson de Sailly, collège privé en Auvergne, Passy-Buzenval à Rueil.

26— Inscrirait ses filles à Sainte Marie « pour une partie de la scolarité soit avant la 6e soit après. Cela dépendra de leur caractère et de leur capacité d’adaptation, ainsi que de la qualité générale de l’enseignement en France à cette date ».

27— Qualité : « la cohérence et le suivi ».

28— Défaut : « faire croire que le monde est parfait, juste et bon. Ignorer les combats nécessaires de la vie et les oppositions de personnes ».

29— Est membre de l’association des Anciennes.

30Blandine est entrée à Sainte Marie en 1968 « à cause de très mauvais résultats dans le public (redoublement de la 4e) et du manque d’encadrement ». Elle fut la première de la famille à entrer à Sainte Marie (par la suite une sœur et des nièces).

31Les trois aînés des frères et sœurs ont été dans le public.

32— Elle n’a pas inscrit ses filles dans un collège Sainte Marie pour des raisons d’éloignement géographique et « tout se passe bien dans le public ».

33— Qualité : « suivi personnel, chaque élève est prise comme un cas individuel et non comme un zéro parmi tant d’autres. Rôle du professeur de division ».

34— Défaut : « ? ».

35N’est pas membre de l’association des Anciennes.

36Hélène est entrée au collège Sainte-Marie en 1960 : « bonne réputation de l’établissement. Proximité du lieu d’habitation. Éducation religieuse ».

37Cinq frères et sœurs plus jeunes : les trois frères ont terminé leurs études secondaires à Franklin, école du Marais... Une sœur est dans une école de commerce, l’autre prépare son bac C au lycée St-James à Neuilly.

38— Ses deux filles sont inscrites à Sainte Marie de Neuilly.

39— Qualité : « la rigueur et l’exigence ».

40— Défaut : « un certain manque de souplesse. Les enfants doivent se couler dans un moule bien précis. Les caractères « difficiles » doivent être maîtrisés, matés ».

41— Est membre de l’association des Anciennes.

42Martine est entrée à Sainte Marie en 1966 pour « la qualité de l’enseignement ».

43Un frère au lycée Carnot, puis au collège Ste-Croix de Neuilly, une sœur à Sainte Marie de Neuilly.

44— Qualité : « les méthodes de travail ».

45— Défaut : « hypocrisie et élitisme ».

46— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

47Carole est entrée à Sainte Marie en 1970. Antérieurement elle était élève à St Pie X où il n’y avait pas de terminale C. Elle est donc passée en seconde à Daniélou sur les conseils de la directrice du lycée de Saint-Cloud.

48Ses quatre frères ont été à Franklin, une sœur à Pie X et une autre à Daniélou.

49— Habitant Bordeaux, elle ne pourrait inscrire ses filles à Sainte Marie.

50— Qualité : « l’attention portée aux élèves. Un exemple : pour des raisons de santé, j’ai été absente le premier trimestre et le début du second trimestre en terminale. Le soutien de toute la classe et des professeurs m’a permis de reprendre la scolarité progressivement et de passer mon bac ».

51— Est membre de l’association des Anciennes.

52Brigitte est entrée au collège Sainte Marie en 1970 à Rueil (nouvelle recrue). Raisons : « aînée de sept enfants, opportunité d’habiter chez des cousins à Rueil. Établissement religieux et niveau scolaire surtout par rapport aux établissements privés du Havre où habitaient mes parents ».

53Elle a une sœur qui a fait un second cycle dans un lycée du Havre, trois frères au collège de Passy-Buzenval de Rueil, deux sœurs au collège M. Daniélou de Rueil.

54— Si elle avait des filles, elle ne sait pas si elle les inscrirait dans un collège Sainte Marie.

55— Qualité : « niveau, qualité des professeurs ».

56— Défaut : « milieu peut-être trop protégé malgré une apparente ouverture sur l’extérieur ».

57— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

58Nicole est entrée en 1971 au collège Sainte Marie : « scolarité satisfaisante, cadre agréable et neuf, ouverture sur les autres ».

59Son frère est allé à Saint-Jean de Béthunes à Versailles (Bac 74), sa sœur à Sainte Marie (Bac 78).

60— Nicole habite la Bretagne, elle ne peut donc inscrire ses filles à Sainte Marie.

61— Qualité : « ouverture sur les autres et respect des autres ».

62— Défaut : « manque de liberté d’expression ».

63— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

64Laurence est entrée à Sainte Marie en 1972 pour « continuité d’études en collège privé et proximité du lieu d’habitation ».

65— Si elle avait des filles « elle ne les inscrirait pas spécialement à Sainte Marie mais sûrement dans une école privée ».

66— Qualité : « la rigueur de l’enseignement (avec tout ce que cela implique) ».

67— Défaut : « le sectarisme ».

68— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

69Corinne est entrée pour des raisons « d’éducation à la fois intellectuelle, religieuse, morale ».

70Ses sœurs sont allées à Sainte Marie de Passy, un frère à l’école de la Source (Meudon).

71— Qualité : « je ne vois pas ».

72— Défaut : « manque d’ouverture sur la vie, compétitivité ».

73— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

74Christiane est entrée à Sainte Marie en 1963 pour « la qualité de la formation tant morale que scolaire ».

75Une tante paternelle y avait été élevée.

76Frères : école Gerson, Saint-Louis de Gonzagues, une sœur à Sainte Marie.

77— Christiane inscrira ses enfants, à partir du primaire, à Sainte Marie.

78— Qualité : « respect des autres ; apprentissage de très bonnes techniques de travail ».

79— Défaut : « milieu un peu trop surprotégé ».

80— Est membre de l’association des Anciennes.

81Colette est entrée à Sainte Marie en 1970 : « J’ai eu envie de quitter le lycée ayant du mal à y travailler ».

82Ses frères et sœurs ont fait leurs études dans l’enseignement public (lycée et faculté).

83— Qualité : « donne une très bonne culture générale ».

84— Défaut : « trop sectaire et trop BCBG. Très difficile de s’intégrer à la faculté après un séjour relativement long à Sainte Marie ».

85— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

86Isabelle est entrée au collège en 1960 parce que « c’était un collège d’enseignement privé, proche du lieu d’habitation ».

87— Elle inscrirait ses filles « seulement dans les petites classes ».

88— Qualité : « bonne qualité pédagogique. Les matières sont enseignées par de bons professeurs ».

89— Défaut : « enseignement trop fermé, les élèves sont trop protégées et pas suffisamment mêlées ou averties des difficultés de la vie, enseignement trop intellectuel, au détriment du sport ou des classes de découverte... ».

90Muriel est entrée à Sainte Marie en 1966 « principalement pour la qualité de l’enseignement ».

91Des cousines étaient à Sainte Marie. Un frère au collège de Passy-Buzenval.

92— Qualité : « ce n’est pas seulement un enseignement mais aussi une éducation à la fois morale et religieuse qui y est donnée ».

93— Défaut : « ne sait pas ».

94— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

95Agnès est entrée à Sainte Marie en septembre 1970 : « Installation du collège dans la banlieue ouest, redoublement de la seconde. Maman pensait que j’avais le " profil " et le fait est que je me suis rapidement adaptée ».

96Deux frères au lycée de la Scelle Saint-Cloud, une sœur au lycée puis à Daniélou.

97— Inscrirait volontiers ses filles au collège Daniélou (éloignement). Ses enfants sont dans une école libre.

98— Qualité : « venant du lycée, j’ai surtout été frappée par le niveau de culture générale des élèves ».

99— Défaut : « moins bon au niveau scientifique ».

100— Est membre de l’association des Anciennes.

101Jeanne est entrée au collège Sainte Marie à l’âge de 6 ans. Deux sœurs plus âgées ont essayé d’y entrer mais ne furent pas admises, une cousine y est allée pendant quatre ans. « Cette école avait bonne réputation sur le plan du travail et de l’éducation ».

102Une sœur avec un handicap : régime spécialisé ; une sœur cours Victor-Hugo, plus Beaux-Arts en seconde, une sœur cours Maspéro, Mortefontaine, Dupanloud...

103— Ses filles sont inscrites à Notre Dame de Chatou et probablement au lycée du Vésinet l’année prochaine.

104— Qualité : « apprentissage d’une rigueur physique, intellectuelle, morale et spirituelle ».

105— Défaut : « l’envers de sa qualité, parfois trop de rigidité ».

106— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

107Claire est entrée au collège en 1971 : « mes parents voulaient que j’aie une éducation religieuse ».

108Frères et sœurs ont été au lycée de Saint-Cloud, école Saint-Jean de Béthune, collège Passy-Buzenval (Saint-Nicolas de Passy).

109— Qualité : « le choix des professeurs ».

110— Défaut : « le manque d’ouverture sur l’extérieur (tous les niveaux de classes sociales) ».

111— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

112Caroline est entrée en septembre 1971 au collège Daniélou : « Nous venions de nous installer dans la région parisienne ; le lycée le plus proche (lycée Saint-Cloud) avait mauvaise réputation (drogue). Mes parents ont donc choisi le collège Sainte Marie ».

113Ses frères et sœurs ont été élevés dans des écoles catholiques.

114— Qualité : « une certaine ouverture ».

115— Défaut : « trop axé sur l’intellect ».

116— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

117Maryvonne est entrée au collège Sainte Marie en 1963 : « proximité géographique et tradition familiale, ma mère et mes tantes y ont été élevées ».

118Ses sœurs ont été à Sainte Marie, La Tour, Les Oiseaux. Ses frères à Franklin, Gerson, Saint-Jean de Passy,

119— Maryvonne ne sait pas si elle inscrirait ses filles dans un collège Sainte Marie.

120— Qualité : « organisation du travail, générosité envers les autres ».

121— Défaut : « enseignement religieux, enrégimentement ».

122— Est membre de l’association des Anciennes.

123Odile est entrée en 1958 au collège Sainte-Marie : « c’était le plus proche de la maison ».

124Ses sœurs ont été élevées à Sainte Marie, son frère à Franklin.

125— N’inscrirait pas ses filles dans un collège Sainte Marie.

126— Qualité : « qualité des bases en français et culture générale d’un bon niveau ».

127— Défaut : « tout ce qui concerne le côté psychologique et religieux ».

128— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

129Betty est entrée en 1962 à Sainte Marie de Neuilly pour « la qualité des études, la garantie des résultats et une politique élitiste (souligné par elle) ».

130Des cousines y étaient inscrites.

131— Ses garçons sont dans une école privée.

132— Qualité : « intelligence de la pédagogie, obtention d’une méthode de travail, exigence morale et intellectuelle, pluridisciplinarité quelle que soit la section choisie ».

133— Défaut : « il ne convient qu’à des grosses têtes, la pédagogie au succès n’est pas très utilisée ».

134— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

135Pauline est entrée à 1966 à Sainte Marie : « sens poussé de l’éducation et de l’encadrement, éducation religieuse et morale qui va de pair, niveau d’études réputé solide en lettres comme en maths ».

136Elle a une tante qui a été élevée à Sainte Marie, elle est devenue religieuse et a fait don d’une propriété à la communauté Saint-François-Xavier.

137Ses quatre sœurs plus jeunes sont entrées à Sainte Marie (médecine, infirmière, école de commerce privée), une autre sœur qui a fait une partie de sa scolarité à Sainte Marie puis dans une autre école privée est devenue orthophoniste. Un frère à Franklin, prépare Louis-le-Grand et Janson.

138— Elle pense inscrire ses filles à Rueil.

139— Qualité : « bon niveau, valeurs morales (de comportement : penser aux autres, être ouverte à des problèmes sociaux, religieux, ouverture sur le monde et pas culte du moi comme mes enfants à l’école publique), la religion s’y respire comme l’air, fait partie de la vie quotidienne ».

140— Défaut : « sur le contenu aucun ; les profs de division ont un pouvoir bien au-dessus de leur Q.I. (sauf heureusement de belles exceptions) et sévissent plusieurs années de suite sur les mêmes élèves ; renvois abusifs vers la seconde (sur des critères différents de l’esprit de l’éducation) ».

141— Est membre de l’association des Anciennes et apprécie beaucoup les nouvelles des autres par le biais du bulletin Coup d’œil.

142Frédérique est entrée au collège Sainte Marie en 1965 pour des raisons de « proximité du domicile, enseignement religieux, non-mixité, une sœur avant elle au collège ».

143Sa mère avait été quelques années à Sainte Marie.

144Frères : lycée Janson-de-Sailly, une sœur à La Tour, une autre à Sainte Marie.

145— Frédérique n’a pas inscrit ses filles à Sainte Marie pour des raisons d’éloignement géographique et pour désaccord avec l’éducation.

146— Qualité : « sérieux ».

147— Défaut : « on nous a donné l’impression que nous faisions partie d’une élite ».

148— Est membre de l’association des Anciennes.

149Bérengère est entrée au collège Sainte Marie en 1966 pour « des motifs religieux ».

150Ses tantes l’avaient précédée. Ses sœurs sont allées également à Sainte Marie ; ses frères à Janson, Franklin, Buzenval.

151— Si elle avait des filles en âge scolaire, elle ne les inscrirait pas à Sainte Marie.

152— Qualité : « les méthodes de travail ».

153— Défaut : « l’hypocrisie ».

154— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

155Cécile est entrée en 1961 au collège Sainte Marie « pour les valeurs religieuses et qualité de l’enseignement ».

156Ses quatre sœurs y ont été élevées. Un frère à l’école Gerson.

157— Qualité : « qualité de l’enseignement intellectuel ».

158— Défaut : « trop de confort, manque de remise en cause, d’où une certaine fragilité, quand on est plongée dans la vie active. Absence de mixité. Parisianisme excessif ».

159Béatrix entre en 1960 au collège Sainte Marie « à cause de la proximité, de l’éducation religieuse et du niveau d’enseignement ».

160Sa mère, ses sœurs ont été élevées au collège. Son frère a Saint-Jean de Passy.

161— Béatrix n’inscrit pas ses filles dans un collège Sainte Marie à cause de l’éloignement géographique.

162— Qualité : « ouverture d’esprit ».

163— Défaut : « ne laisse pas beaucoup de temps disponible pour faire autre chose ».

164— Est membre de l’association des Anciennes.

165Marie-Chantal entre en 1960 à Sainte Marie pour « l’éducation religieuse et la « proximité du domicile ».

166Ses sœurs ont été à Sainte Marie et aux Oiseaux, son frère à Janson-de-Sailly et Franklin.

167— Ses enfants sont inscrits au jardin d’enfants près de leur domicile.

168— Qualité : « culture générale à dominante littéraire, apprendre à organiser son travail de façon autonome et responsable, à le présenter tant sur le plan oral qu’écrit ».

169— Défaut : « matières scientifiques. J’ai eu à Sainte Marie d’excellents professeurs de maths comme en physique mais c’est plutôt l’environnement qui pense plus aux choix des sections littéraires que mathématiques. Commentaire qui porte sur ce que j’ai ressenti lorsque je terminais mon secondaire en 1973 ».

170— Est membre de l’association des Anciennes.

171Sabine est entrée en 1966 au collège Sainte Marie parce que « c’était pour ses parents la meilleure école du quartier ». Une sœur à Sainte Marie, un frère à Janson-de-Sailly.

172— Elle inscrirait peut-être ses filles mais pas avant la 6e.

173— Qualité : « ouverture et rigueur ».

174— Défaut : « élitisme ».

175— Est membre de l’association des Anciennes.

176Elisabeth est entrée en 1960 au collège Sainte Marie pour des « raisons religieuses et morales ».

177Trois sœurs ont été élevées à Sainte Marie et à La Tour.

178— Pour des raisons d’éloignement géographique, sa fille est à l’école publique maternelle.

179— Qualité : « enseignement religieux et qualité du travail ».

180— Défaut : « manque d’ouverture sur certains mondes ».

181— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

182Julie est entrée en 1972 à Sainte Marie au moment où le collège s’installait à Rueil. C’est une nouvelle recrue (cf. entretien avec Mlle C, cadre de Sainte Marie).

183Son frère a été à l’école communale puis dans une institution privée : « Saint-Charles de Rueil ».

184— Qualité : « approfondissement de l’étude, importance de la réflexion et du travail personnel ».

185— Défaut : « peut-être un certain manque d’ouverture ».

186— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

187Clara est entrée en 12e à Sainte Marie parce que c’était « un collège religieux ».

188Sœurs à Sainte Marie, frères à Passy-Buzenval.

189— Ses filles ne sont pas inscrites à Sainte Marie pour des raisons d’éloignement géographique, elles sont à l’école de la Providence, rue de la Pompe (La Tour).

190— Qualité : « bonne organisation du travail ».

191— Défaut : « endoctrinement ».

192— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

193Perrine est entrée en 1961 au collège Sainte Marie, parce que « c’était une école religieuse de haut niveau de scolarité ». Une de ses cousines l’y avait précédée. Ses frères et sœurs ont été à Lübeck et Sainte-Croix de Neuilly.

194— Ses filles ne sont pas inscrites dans un collège Sainte Marie pour des raisons d’éloignement géographique. Elles sont actuellement à « Sainte Marie de la Madeleine-Fénélon ».

195— Qualité : « méthode approfondie des sujets ».

196— Défaut : « ouverture d’esprit pas assez grande ».

197— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

198Sandrine est entrée en 1962 à Sainte Marie pour « le bon niveau d’études, la présence de beaucoup d’enfants d’amis, la proximité ». Sœurs à Sainte Marie et à La Tour.

199— Sandrine n’inscrirait pas ses filles à Sainte Marie.

200— Qualité : « un très bon niveau de culture générale ».

201— Défaut : « enseignement trop peu ouvert sur l’extérieur et ne préparant pas les élèves à de futures études en fac ou autre. Professeurs très névrosés...

202— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

203Françoise est entrée en 1970 au collège Sainte Marie en première, elle redouble sa première et fait sa terminale (soit 3 ans), pour « les qualités des études et de l’éducation, plus de vieux amis à mes parents y ont élevé leurs quatre filles dont l’aînée avait un an de plus que moi et a beaucoup insisté pour que j’y entre ».

204Mes deux frères ont fait toute leur scolarité secondaire au collège Saint-Joseph de Reims. Ma sœur a terminé ses études aux Oiseaux à Paris.

205— Ne sait pas si elle inscrirait ses filles à Sainte Marie, « la diversité public/privé a du bon ».

206— Qualité : « j’ai eu beaucoup de chance, qualité de l’encadrement, des professeurs et des élèves ».

207— Défaut : n’a pas répondu.

208— Est membre de l’association des Anciennes.

209Sylvie est entrée dans une école Charles Péguy en primaire. Ses parents recherchaient un environnement structuré sur le plan culturel, en réponse à un environnement familial éclaté.

210Son frère a été à Passy-Buzenval.

211— Qualité : « squelette moral, un humanisme ».

212— Défaut : « avoir été obligée d’y être pendant toute ma scolarité, choix de mes parents qui n’était pas forcément le mien ».

213— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

214Suzanne est entrée en 1966 au collège Sainte Marie « probablement pour une raison de niveau d’études, réputé élevé à Sainte Marie, plus une sécurité par rapport au monde présumé décadent des lycées ».

215Ses frères ont été au lycée puis dans des collèges religieux. Si Suzanne avait des filles, elle ne les inscrirait pas dans un collège Sainte Marie.

216— Qualité : « rigueur et bon niveau des enseignants ».

217— Défaut : « trop orienté pour les matières littéraires — j’entends par trop orienté, trop traditionnaliste, trop fermé sur son milieu ».

218— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

219Odette est entrée en 1964 au collège Sainte Marie pour « le bon niveau d’instruction, qualité de l’enseignement. Influence certaine d’amis dont les filles étaient à Sainte Marie ».

220Un frère au lycée, une sœur à Sainte Marie.

221— Odile n’inscrirait pas ses filles à Sainte Marie.

222— Qualité : « la compétence, la rigueur et l’exigence des enseignantes ».

223— Défaut : « absence de mixité et attitude complètement dépassée et anachronique de l’encadrement vis-à-vis du sexe masculin (à mon époque du moins). Absence d’initiatives ou de responsabilités laissées aux élèves, ce qui les confine un peu dans l’infantilisme. On privilégie trop l’esprit. Pas assez d’éducation physique et sportive ».

224— A été membre de l’association des Anciennes pendant 5 ou 6 ans ; ne l’est plus.

225Louise est entrée au collège Sainte Marie en septembre 1972. « Je venais d’une autre école privée « Le Bon Pasteur » à Chatou où j’avais effectué cinq ans de scolarité ; voulant passer un Bac B et le réussir, le collège Sainte Marie faisant cette section paraissait le plus sûr pour réussir mon examen ».

226Une sœur jumelle au lycée puis au Bon Pasteur. Frères : Saint-Erembert à Saint-Germain-en-Laye et Saint-Martin de Pontoise, plus boîte à bac.

227— Louise ne sait pas si elle inscrirait ses filles dans les collèges Sainte Marie.

228— Qualité : « pousser les élèves au travail ».

229— Défaut : « pas de défaut évident (scolarité très courte, un an) ».

230— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

231Chantai est entrée en 1964 à Sainte Marie, ses parents l’ont mise là « par souci de lui donner une éducation religieuse et un enseignement qu’ils estimaient de qualité. Dans leur milieu, tout le monde mettait à Sainte Marie, Lübeck, La Tour ou les Oiseaux ».

232Frères : Franklin, Passy-Buzenval et Gerson.

233Sœurs : Sainte Marie et Valmorceau.

234— Chantai n’inscrira pas ses filles à Sainte Marie « pour désaccord avec l’éducation ». Elles sont à l’école publique.

235— Qualité : « apprentissage de la rigueur, de la gestion de son travail ».

236— Défaut : « un manque certain d’ouverture sur le monde extérieur ».

237— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

238Nadine est entrée en 1959 au collège Sainte Marie pour « le sérieux des études ».

239Ses trois sœurs y sont également élevées.

240— Qualité : « bonnes bases en français ».

241— Défaut : « avoir le même professeur de maths 4 ou 5 ans ».

242— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

243Constance est entrée en 1965 en 6e au collège ; pour des raisons « 1) de discipline ; 2) de bon niveau d’études, éducation religieuse comprise dans le cursus ; 3) des filles des amis des parents y étaient déjà ; 4) proximité du domicile (Sainte Marie de Passy) ».

244Sa mère avait fait ses deux dernières années de scolarité à Sainte Marie.

245Sœur : La Tour et les Oiseaux.

246— Sa fille est inscrite à la maternelle de la ville de Paris.

247— Qualité : « rigueur du travail, de la rédaction écrite surtout, qui aide bien en fac ensuite. Excellentes conférencières en voyage (Rome), des encyclopédies ambulantes ».

248— Défaut : « à cette époque, un enseignement uniquement orienté vers le Bac, à croire que le reste n’existe pas (surtout pas de vie sentimentale, etc.), un monde trop clos... ».

249— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

250Blanche est entrée à Sainte Marie « dès les petites classes. Éducation religieuse, bon niveau de scolarité, élèves du même milieu ».

251Sœurs : Sainte Marie ; frères : Sainte-Croix de Neuilly, une sœur au lycée.

252— Blanche n’inscrirait pas ses filles dans un collège Sainte Marie.

253— Qualité : « bon niveau de scolarité ».

254— Défaut : « manque d’ouverture sur l’extérieur, étroitesse d’esprit, autoritarisme, etc. ».

255— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

256Véronique est entrée en seconde en 1970 à Daniélou « pour le niveau d’études, celui du lycée baissait. Et peut-être le milieu social ». Ses sœurs ont été dans des écoles privées.

257— Véronique inscrirait ses filles dans un collège Sainte Marie « si la proximité le lui permet ».

258— Qualité : « la prise en considération de chaque élève, c’est-à-dire le contraire de l’anonymat, plus ouverture d’esprit ».

259— Défaut : « certaines parties de l’enseignement religieux ».

260— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

261Lorraine est entrée en 1961 à Sainte Marie « à cause probablement de l’assurance d’une éducation religieuse et d’un milieu homogène ».

262Une sœur à l’Institut de l’Assomption, un frère à Saint-Louis de Gonzague, deux sœurs à Sainte Marie.

263— N’inscrirait pas ses filles à Sainte Marie.

264— Qualité : « une sensibilisation à une certaine vie culturelle grâce aux expositions, visites, voyages, etc. ».

265— Défaut : « un trop grand intellectualisme au détriment de qualités artistiques, manuelles, etc. toujours considérées comme mineures, voire non existantes ».

266— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

267Anne est entrée en 1971 à Daniélou : « la réputation de bonne réussite scolaire ».

268Ses sœurs ont été à Sainte Marie de Rueil et à Dupanloud.

269— Anne a deux enfants ; elle ne les inscrirait pas à Sainte Marie pour « désaccord avec l’enseignement », elles sont inscrites dans une maternelle privée à Orléans.

270— Qualité : « culture générale, assiduité ».

271— Défaut : « trop dirigiste, trop sectaire et conformiste ».

272— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

273Marie-Paule est entrée en 6e au collège Sainte Marie, vers 1965, pour « la qualité spirituelle et intellectuelle essentiellement des demoiselles de Sainte Marie ».

274Ses quatre sœurs aînées étaient déjà à Sainte Marie.

275— Son fils est inscrit à Saint-Jean de Passy et Marie-Paule compte inscrire ses filles dans un collège Sainte Marie.

276— Qualité : « un enseignement approfondi avec de bonnes bases ».

277— Défaut : « trop moule Sainte Marie, trop rigide ».

278— N’est pas membre de l’association des Anciennes.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par