Version classiqueVersion mobile

Ni vue ni connue

 | 
Béatrix Le Wita

Conclusion

Texte intégral

1Cette étude est née d’un agacement personnel : pourquoi existe-t-il des gens dont la société dit, sans toutefois le dire vraiment, qu’ils sont bourgeois ? pourquoi ne peut-on pas nommer ce que tout un chacun perçoit d’évidence au cours de sa vie ? Enfin pourquoi une telle mise entre guillemets ?

2Une démarche, bien classique dans les sciences humaines, a donc consisté à partir du mot. On peut écrire à son propos ce que F. Braudel disait du capital : chassez-le par la porte, il reviendra tout aussitôt par la fenêtre. Derrière les figures de la calomnie et du déni s’agite, depuis huit siècles, un monde divers et complexe composé d’hommes et de femmes dont les destins s’inscrivent sur plus de trois générations. Ni leurs attributs sociaux ni leur qualité native ne permettent cependant de les dire bourgeois. Restait alors à se pencher sur leur culture.

3Pour l’atteindre : des informateurs qui n’auront certainement pas tout dit une fois pour toutes. Pressés de questions, forcés à se situer et amenés à se dire bourgeois, ils ont livré des mots. Du même coup, ils se donnaient à voir : l’insaisissable des comportements fut, pour une petite part, capturé et inévitablement réduit.

4Comment éviter alors de penser à l’aberration inouïe qui consiste à étudier ainsi, avec la loupe et le microscope, les usages d’un groupe à propos duquel furent noircies des milliers de pages, un groupe qui a dominé et largement investi l’ensemble du corps social ?

5Ces petits riens, détectés et très certainement grossis par la méthode, ont une fonction propre : créer de la distinction. Ils sont vécus par les personnes bourgeoises comme des traits spécifiquement humains. On retrouve ici la conception qu’Érasme se fait de l’homme. Celui-ci trouverait dans sa qualité d’homme quelque chose qui lui apparaît comme allant de soi, comme naturel et à quoi il se tient pour régler sa vie. C’est ainsi qu’il peut se délimiter une sphère dans laquelle il demeurera avec soi et les autres. Si autre chose vient à le surprendre ou à lui échapper, il se connaît : il est habitué à lui-même. Ses autres proches lui renverront une image exacte de ce qu’il faut être, la ritualisation de sa vie quotidienne le mettra à l’abri des redoutables faux-pas. Toute la personne bourgeoise, de son air aux inflexions de sa voix, est ainsi imprégnée des valeurs et schèmes culturels de son groupe. Et ce à quoi ces hommes et ces femmes tiennent tant est vécu par eux-mêmes comme appartenant en propre au genre humain, aux êtres « civilisés ». Le projet érasmien d’établir un code de comportements commun à tous les hommes, fondé sur la réduction des idiosyncrasies a échoué : les particularismes subsistent. Celui des bourgeois serait peut-être de placer à l’arrière-plan le « sujet » et ses aventures psychologiques. Particularisme notable dans une société où s’est développée une attention toujours plus soutenue, voire une hypertrophie du moi.

6Attentifs à une position médiane, ils imposent paradoxalement qu’on les saisisse dans le mouvement. Peut-être est-il impossible alors de les nommer : leur vie suffit à prouver qu’ils se placent au beau milieu de la vie. Qui peut alors déchiffrer un tel allant de soi ?

36. « Belle maison en vérité, qui n’est plus dans la famille... » : Le Gué Gaillard dessiné par Mariel (document prêté par Mme F.).

Table des illustrations

Légende 36. « Belle maison en vérité, qui n’est plus dans la famille... » : Le Gué Gaillard dessiné par Mariel (document prêté par Mme F.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 419k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search