Version classiqueVersion mobile

Ni vue ni connue

 | 
Béatrix Le Wita

3. Comment devient-on Laure

Texte intégral

Laure

1Juin 1986 : rencontre avec Laure. Je sais par le questionnaire qu’elle est mariée, âgée de 32 ans, mère de deux enfants et qu’elle travaille dans l’entreprise informatique que dirige son mari. Un rapide coup d’œil dans le Bottin mondain permet de repérer son capital familial. Elle réside dans la banlieue ouest. Durant cette enquête, je me suis familiarisée avec la gare Saint-Lazare d’où partent les trains pour Saint-Cloud, Chaville, Vaucresson, Louveciennes, Versailles. Banlieue riche et verdoyante. Jeunes enfants, la plupart de ces femmes habitaient le VIIIe, le XVIe, le XVIIe ou Neuilly. Hors de la capitale, elles se retrouvent (sans le savoir) dans la même aire géographique. Peu après leur mariage, à la naissance du deuxième enfant bien souvent, elles ont quitté Paris pour devenir propriétaires d’un espace suffisant et conforme à leur mode de vie (troisième enfant envisagé, 5 ou 6 pièces minimum). Laure habite une grande maison, entourée d’un vaste jardin. Une grille en ferme l’accès. Le soutien de la famille — le terme paraît ici inapproprié, il faudrait parler d’héritage anticipé — a permis l’acquisition de cette demeure estimée par la propriétaire « à environ 200 millions d’anciens francs ».

2Première vision : Laure, vêtue d’un jean, se tient sur le seuil de la porte. Le grand col d’un chemisier rose pâle orne un pull-over gris en laine fine. À ses pieds, des escarpins. Ses cheveux châtains, mi-longs, raides, sont noués hâtivement sur la nuque, ornés d’un catogan en velours noir. Le front découvert laisse voir un visage peu maquillé, hâlé. À son annulaire gauche, une émeraude sertie de diamants. Laure se présente ici en tenue décontractée, elle surveille en effet la pose d’une moquette dans le grand salon. Notons au passage une règle d’or de la tenue bourgeoise : même décontractée, elle permet de sortir ou de recevoir sans avoir à se changer.

3À 16 h 30, Laure enfilera une veste bleu-marine pour aller chercher ses enfants à la sortie de l’école.

4Ce portrait, vision immédiate, est une manière d’idéal-type. En effet, ce jour-là, Laure concentrait sur elle l’ensemble des signes distinctifs repérés isolément sur la plupart des jeunes femmes de sa génération. À quelques variantes près : on peut remplacer le jean par une jupe droite ou un kilt, le pull-over par un gilet.

5La bague fut le premier élément qui arrêta mon regard : une, deux, trois fois puis des dizaines de fois repérée, identique, sur des mains différentes. Parfois saphir, parfois émeraude, elles sont entourées de diamants et toujours serties sur une monture d’or blanc ou de platine. La pierre est souvent offerte par un membre de la famille et montée selon le choix du fiancé. Par delà les variétés introduites par ces montages, l’uniformité de cette « petite chose », portée en toutes circonstances, frappe l’observateur.

6Estampillant l’ensemble de la personne, comparable au service en argenterie posé sur un meuble, le bijou signifie de manière manifeste l’appartenance au milieu. Mais comme le font remarquer les enquêtes, « ce qui fait un bourgeois, ce sont des nuances à peine marquées. » Ainsi en est-il du catogan noir de Laure. Ce signe discret de coquetterie demeure acceptable parce que posé sur une chevelure restée naturelle (ni permanentée, ni coupée de manière trop originale). Le maquillage, à peine perceptible, renforce l’impression générale de modération ou de neutralité qui se dégage de ces jeunes femmes.

7Il y a jean et jean affirmait un jeune enquêté. En effet, le jean bourgeois — celui de Laure précisément — se porte de manière quasi permanente avec d’autres vêtements qui servent à annihiler son caractère trop adolescent, trop négligé, trop mode. Éléments neutralisants : les escarpins (petites chaussures fines en cuir sombre et à talons bas), le pull-over de laine fine (cachemire) ou moyenne (shetland) masquant la taille (cachant ainsi la marque du pantalon) avec dessous, un chemisier de couleur toujours pastel dont on laisse seulement voir le col. Comme les jupes « ni mini ni maxi », le jean doit s’adapter au physique de celle qui le porte. Ni trop étroit,

8ni trop large, ni trop long, ni trop court, le « jean bourgeois » se reconnaît également à ce qu’il laisse entrevoir chaussettes et chevilles mettant ainsi en valeur les éléments neutralisants que sont les mocassins ou escarpins.

Photo 12. Comment devient-on Laure ?

Photo 12. Comment devient-on Laure ?

« Pour grandir, l’enfant doit renoncer à ce qu’il est maintenant pour la figure indécise de ce qu’il sera ; or nul ne consent volontiers à être délogé de ses positions, à être mené par un autre. Il y a toujours quelque vert paradis à abandonner, quelque grand pays d’enfance à laisser derrière soi » (Léna 1981).

Des signes distinctifs

9Neutraliser : c’est parvenir à ce qui est ni l’un ni l’autre. Entre ces deux négations se développe un espace plein que l’on peut nommer mediocritas. « Ni efféminé ou mou, ni dur ou rustique, ni trop lent ni trop rapide, tel devait être le geste du citoyen d’après Cicéron. Mediocritas optima est » (Schmitt 1978).

10Comparable aux pôles contradictoires qui, attirant le balancier, lui donnent les possibilités de son équilibre, la bonne allure en matière de civilités s’exprime par le jeu de la double négation. Une des plus anciennes traditions de la littérature des bonnes manières tend à définir cette mediocritas à laquelle tout homme civilisé doit parvenir. Erasme ou J.-B. de La Salle, pour ne citer que les plus célèbres, s’adressent dans leurs manuels de civilité à tous les enfants sans distinction de rang. Ils proposent une présentation de soi et une manière de se gouverner qui assurent les possibilités de l’échange social. Il faut en effet parvenir à gommer les idiosyncrasies afin que toute expression corporelle soit reconnaissable par le plus grand nombre. À cette fin, on élabore un système d’attitudes basé sur la notion du juste milieu. C’est alors, d’après J. Revel, que « l’intimité ne serait prise en compte que pour être manipulée et conformée à un modèle qui est celui du juste milieu, du refus de tous les excès » (Revel 1986). Ce projet se colore d’une ambition de nature anthropologique : il propose de fonder le lien social sur l’apprentissage d’un code de comportements partagés par tous. Et les aristocrates ne s’y trompèrent pas lorsqu’ils firent de la nécessité d’apprendre la preuve de la non-éducation : un homme bien né n’apprend pas les bonnes manières, il les reçoit en don ou en grâce. Au cours des siècles, cet apprentissage devint la cible favorite de la satire antibourgeoise.

Photo 13. La bague

Photo 13. La bague

La bague fut le premier élément qui arrêta mon regard : une, deux, trois fois puis des dizaines de fois repérée.

11Mais aujourd’hui les bourgeois présentent volontiers leur éducation comme « une seconde nature ». Si le projet d’un code de comportements communs à tout le corps social n’a pas abouti, l’illusion qui le fondait demeure vivace. Pour preuve : les bourgeois considèrent leurs règles de savoir-vivre comme un état minimal auquel tout homme civilisé doit parvenir. Mais les particularismes subsistent, faisant de la mediocritas le propre de la bourgeoisie.

12Tailleur de tweed ou de drap de laine, jupe droite ou plissée, kilt, chemisier, gilet, pull-over en cachemire ou shetland, loden, mocassins, escarpins, foulard, petit sac en bandoulière, veste autrichienne constituent des éléments classiques de toute tenue bourgeoise. On n’en change pas au gré de la mode ; on sait où se les procurer. On peut ainsi les faire circuler entre les personnes, voire entre les générations. L’ordre règne dans l’intimité de soi à son corps. Foulards et accessoires divers agrémentent et personnalisent ces tenues. Mais en aucun cas, la vesture ne sert à exprimer un comportement idiosyncrasique, elle est conforme à ce que l’on doit présenter de soi. Elle crée ainsi de la distinction, entendue dans le sens de séparation : séparer le jean bourgeois des autres jeans.

13Ce devoir-être inculqué dès la naissance laisse penser qu’il ne fait l’objet d’aucun apprentissage. Ainsi use-t-on de la tradition pour expliciter ces comportements qui vont effectivement de soi. Car, comme l’écrit J. Pouillon, « la culture s’oppose à la nature mais se pense volontiers comme naturelle » (Pouillon 1975).

14Maîtrisant l’art du détail qui va les différencier et à la façon d’un rituel les consacrer, les bourgeois « se reconnaissent » dans la foule urbaine. Leur tenue vestimentaire témoigne de l’appartenance au milieu. Plus exactement, elle est repérée intuitivement comme telle par les pairs. En effet, la différence recherchée ne fonctionne peut-être pas tant par rapport « aux autres », elle permet avant tout à un bourgeois de reconnaître et se faire reconnaître par les siens. Autant de marques subtiles mais non futiles à une époque où les costumes ne signifient plus de manière officielle l’appartenance sociale. Ainsi, dans ces banlieues, éloignées de leur berceau parisien, ces jeunes femmes se repèrent à la sortie des classes ou sur le marché et reconstituent rapidement leur micro-milieu. Bridge, visites d’expositions, échanges de services autour des enfants viendront cimenter ces premiers contacts vécus comme des rencontres de hasard, laissant alors à penser que l’on fréquente tous les milieux.

15De même, à l’université ou dans les grandes écoles, par cette connaissance « innée » du code des apparences, les adolescents nouent-ils naturellement « de bonnes relations ». M. Georges H. (fils) déclare avoir pu échapper au mariage par rallye, mais non à cette loi de la reconnaissance/attirance.

C’est bête à dire, mais lorsque j’ai vu ma femme pour la première fois à Sciences po., je l’ai reconnue. C’était en 1967, la jeune fille bourgeoise classique : chignons bas sur la nuque, corsage de soie, collier de perles caché, gilet bleu fermé, un kilt, des bas, des escarpins.

14. Silver cross
La vesture est conforme à ce que l’on doit présenter de soi : elle ne sert pas à exprimer un comportement idiosyncrasique.

16Dresser la nomenclature — elle ne saurait être que nécessairement imparfaite — des éléments constituant l’habit bourgeois ne rend pas compte de ce qui permet, dans la rue, d’identifier telle jeune femme à une bourgeoise. Précisément, l’exemple de Laure paraissait topique dans la mesure où elle portait ce jour-là un jean, vêtement assez largement diffusé dans le corps social. Le regard pouvait donc s’exercer à percevoir ce qui distinguait Laure d’autres jeunes femmes. Mais tout aussi topique serait l’exemple de Florence. À son propos, il faudrait s’attacher au visage et à la chevelure. Le sien est allongé, marqué par une bouche nettement dessinée laissant voir une dentition parfaite. Les cheveux sont coupés au carré, séparés par une raie au côté, raides. Parfois colorés (blond foncé, mèches ou auburn), ils suivent avec vigueur, pourrait-on dire, les mouvements de la tête et du corps. Florence porte une gabardine beige, ample, épaulée et laissée entrouverte, un foulard Hermès autour de son cou, des boucles d’oreilles fantaisie, un sac en bandoulière, des bas noirs ou bleu marine, des escarpins. On peut rencontrer Florence ainsi coiffée et vêtue, un jour de semaine en fin de matinée, rue de Rennes par exemple dans le viarrondissement de Paris.

17La distinction (action de séparer ou état de ce qui est séparé) provient d’un subtil équilibre entre ce qu’on laisse entrevoir de soi et ce que l’on en masque. Pour traduire en mots cette nature travaillée par la culture — il s’agit en effet de paraître naturel — il est bien difficile d’échapper aux figures rhétoriques de la double négation et de l’association des contraires : maquillage léger sous lequel on perçoit le grain de la peau et la couleur du teint, cheveux naturels mais coupés et coiffés, ton de la voix ferme mais ouvert, gestes précis mais suspendus. Jamais à la pointe de la mode, ces femmes paraissent hors du temps sans pour autant être en dehors de leur époque. Comme les couleurs pastel qu’elles affectionnent, elles ont une allure générale inspirant, pourrait-on dire, un sentiment de longue durée.

18Mais cet état de mediocritas aussi divin qu’il puisse paraître s’apprend et se transmet. Il requiert une éducation fondée sur le gouvernement de soi et suppose une quasi-ritualisation de la vie quotidienne. Il faut, en effet, organiser les choses et les personnes afin de devenir, d’imposer et d’instituer le sujet dans son statut de « bourgeois ». Cette maîtrise passe par le contrôle des rapports entre enjeux individuels et enjeux collectifs.

Photo 15. Paraître naturel

Photo 15. Paraître naturel

La distinction provient d’un subtil équilibre entre ce qu’on laisse entrevoir de soi et ce que l’on masque.

19L’éducation bourgeoise repose, comme tout autre apprentissage, sur une tension et une contrainte permanentes, minutieusement contrebalancées par des aires de liberté. La cristallisation opérée aujourd’hui par la bourgeoisie sur son mode d’être physique et moral semble répondre à une fragilité née de sa mouvance et de sa variabilité historiques. Ainsi pourrait-on dire que la bourgeoisie n’a jamais été plus bourgeoise qu’aujourd’hui. Par une sorte de privilège de l’âge, elle peut désormais faire oublier qu’à l’origine de sa distinction — en tant que groupe social privilégié — se trouvent la fonction et la richesse, retrouvant ainsi la vieille conception du privilège, celle de n’être rien d’autre qu’un « titre » ; elle revendique aujourd’hui des qualités morales attachées à la « personne ». « Avoir trois générations de cols durs derrière soi », comme le dit M. Georges H. (fils), suffit à la mémoire collective pour transformer en qualité ce qui n’est, en fait, à l’origine qu’acquisition. Mais à qui croirait que tout lui est donné, opposons cette simple considération de N. Elias : « le bourgeois serait un être qui ne cesse de se contraindre » (Elias 1974).

20Certes l’intimité familiale, la présence des générations, les facilités d’accès aux règles sociales toujours explicitées, l’amplitude des réseaux de parenté, l’aisance matérielle de ces familles engendrent un sentiment de sécurité qui permet à l’individu de n’être pas la proie des aléas de son propre destin. Mais ces garanties essentielles ne sont pas suffisantes. Il faut encore apprendre à maîtriser et intérioriser des normes contraignantes. Le bourgeois croit que sa culture (ou ce qu’il est) devrait être universellement partagée. Vision naïve : les bourgeois n’ont pas conscience de leur particularisme. Ainsi leurs manières de table leur apparaissent n’être qu’un « niveau minimal » de politesse. On apprend à ne pas faire (manger la bouche ouverte, par exemple) et à faire (lever le bras pour porter un verre à sa bouche) par simple respect pour soi et pour autrui, par charité, affirme-t-on.

Lorsque le collège Sainte Marie de Passy s’est installé à Rueil, on a repéré les nouvelles recrues à leurs manières de s’habiller, à leurs manières de se tenir à table : elles bouffaient n’importe comment.

21Lorraine se montre sensible à ces signes distinctifs. Mais lorsqu’elle présente à ses parents un « petit ami » venu d’on ne sait où et que sa mère annonce, quelques jours après, qu’on ne pourra plus le recevoir parce qu’il se tient mal à table, Lorraine juge cela « intolérant ». En contradiction, dit-elle, avec les principes chrétiens et généreux de ses parents. Cette jeune femme témoigne ainsi du difficile équilibre à trouver entre les enjeux individuels (choix d’un petit ami « hors milieu ») et les enjeux collectifs (harmonie au sein du groupe familial et social). Sans malice d’aucune sorte, on peut ajouter que le dernier petit ami de Lorraine, rencontré par hasard en Hollande, a passé brillamment « l’essai à table ». Aventurier, il est aussi fils d’officier de marine.

22Pour anecdotiques qu’ils paraissent, les propos de Lorraine permettent pourtant de toucher du doigt les éléments vivants de la transmission des valeurs au sein de la bourgeoisie. Même là, rien ne roule sur l’or. Par exemple, s’il va de soi pour les parents d’inscrire leurs filles dans les collèges Sainte Marie, il ne va pas de soi pour celles-ci d’y rester sans affirmer, au moins une fois, la volonté « d’en sortir », « d’aller voir ailleurs ». Rappelons-nous la fascination qu’exerçait R. Garric sur Simone de Beauvoir et bien d’autres jeunes femmes de sa génération.

23La plupart du temps, l’intériorisation des contraintes passe ainsi par leur rejet. Il n’y a pas de reproduction sans hésitation ni bavure. Marie-Cécile, âgée de 38 ans, productrice d’émissions télévisées, s’est acharnée entre vingt et trente ans à sortir de son univers familial et social. Elle a, entre autres, vécu en concubinage avec un ouvrier dont elle a eu une petite fille ; puis elle s’est séparée de lui et vit actuellement avec « un artiste marginal ». Son mode de vie, qui s’est accompagné d’une rupture avec la religion, fut sévèrement jugé par le réseau familial. Elle fut même interdite de séjour dans la maison de famille mais jamais, dit-elle, laissée sans secours matériel. « On ne laisse pas tomber le petit dernier. » En fin d’entretien, elle déclare, non sans quelque dépit :

Actuellement dans le tourbillon du monde de la télé, vivant avec un homme venu d’ailleurs, j’ai l’impression de vivre un tel bouleversement, que j’ai très peu de points de repère. Et je suis finalement hyperreconnaissante à mes origines et à Sainte Marie de m’avoir donné des bases structurantes. Mais si je vis avec des autodidactes alors que je ne suis faite que de déterminismes, c’est que je n’ai jamais eu l’occasion d’aller voir ailleurs. Entre vingt ans et maintenant, je suis devenue hyperconsciente que je ne peux pas me passer de ce milieu ; je suis une bourgeoise et tant mieux.

La culture bourgeoise

24Trois éléments semblent pouvoir rendre compte de cette culture bourgeoise : l’art du détail, le contrôle de soi ou l’intériorité maîtrisée, la ritualisation du quotidien constitutive du passage de la sphère privée à la sphère publique.

L’art du détail

25L’attention portée aux détails peut être conçue comme l’aboutissement d’un long processus qui oppose la bourgeoisie aux mœurs de l’Ancien Régime. Comme nous l’avons signalé à plusieurs reprises, l’aristocrate montre ce qu’il est, et ce qu’il est suffit. Dans ce code des apparences, les « bagatelles » (pour reprendre une expression de N. Elias) ont des significations précises. L’aristocrate — dans la représentation « globale » de sa personne publique — attache bien évidemment une importance extrême aux détails. Mais ceux-ci font partie d’un ensemble de signes aboutissant à une reconnaissance immédiate de la qualité de la personne. Les détails du mode d’être de la personne bourgeoise visent eux à la discrétion et à la neutralité : « ne pas faire d’épate ».

26Il est tentant d’établir un parallèle entre l’évolution des modalités selon lesquelles s’exerce le pouvoir de punir et l’émergence de la personne bourgeoise. La punition du droit monarchique donne lieu à « un cérémonial, un spectacle lisible comme à livre ouvert » (Foucault 1975). L’auteur affirme qu’à la fin du xviiie siècle, un « modèle coercitif, corporel, solitaire, secret va se substituer au modèle représentatif, scénique, signifiant, public ». Au centre de sa démonstration : le détail, « la petite chose ».

27La discipline, poursuit-il, est « une anatomie politique du détail ». L’intérêt pour ces petites choses ne naît pas au xviiie siècle : toute une tradition philosophique de l’infiniment petit parcourt l’histoire.

En tout cas, le détail était depuis longtemps déjà une catégorie de la théologie et de l’ascétisme. Tout détail est important, puisque au regard de Dieu, nulle immensité n’est plus grande qu’un détail, mais qu’il n’est rien d’assez petit pour n’avoir été voulu par une de ses volontés singulières (ibid.).

28L’âge classique va étendre cette « microphysique » du pouvoir, cette fixation sur le détail à l’ensemble du corps social. L’institution scolaire sera un des lieux privilégiés d’épanouissement de « cet hymne aux petites choses ». Dans l’enquête sur les collèges Sainte Marie, on verra comment les jeunes filles, malgré le port d’un uniforme, apprennent, à travers des signes infiniment petits, à distinguer des microgroupes sociaux dans un univers d’une homogénéité assez dense.

Le contrôle de soi

29Cette attention aux détails et aux nuances, constituant l’ensemble d’une personne, est inséparable de la notion de contrôle de soi. L’ascétisme bourgeois est une méthode de conduite visant à surmonter « le status naturae », à soustraire l’homme à la puissance des instincts, à le libérer de sa dépendance à l’égard du monde et de la nature. Ce que Max Weber reconnaît comme spécifique au luthéranisme n’est pas, en fait, éloigné de l’ascétisme bourgeois catholique, inspiré par la pensée jésuite.

Tâche la plus urgente : le contrôle de soi dans le but d’anéantir l’ingénuité de la puissance instinctive et spontanée ; le moyen le plus puissant : mettre de l’ordre dans les conduites individuelles (Weber 1964).

30À propos d’un travail sur la confession, A. Hahn établit une comparaison entre la croissance de la maîtrise de soi intérieure et extérieure décrite par N. Elias dans le processus de civilisation et les racines religieuses qui sont également à l’origine de cette notion « d’auto-contrôle ». Si, dans le contexte « politico-courtisan », le processus d’auto-contrôle mène au voilement de ce que l’on est et de ce que l’on fait, alors que dans le contexte religieux, ce même processus conduit à la discipline des affects et à la connaissance de soi, « le but visé, dit l’auteur, est le même : discipliner et maîtriser les impulsions » (Hahn 1986).

31Cette maîtrise de l’intériorité qui règle les conduites privées et publiques s’acquiert. Dans l’intimité de son monde familial et des relations sociales qui l’accompagnent, le bourgeois se déplace, trouvant sur son chemin des marques ou points de repère qui deviendront ses « habitus ». La vie quotidienne est faite d’une succession d’actes, de gestes, d’habitudes suffisamment codifiées pour être qualifiées de rituelles.

Des pratiques quotidiennes ritualisées

32Le « ça se fait » de la bourgeoisie, à l’égal du « ça s’est toujours fait » de la tradition signifie l’aménagement d’un espace culturel autour de pratiques qu’il faut en permanence contrôler. Il est peut-être inutile de gloser à l’infini sur le sens à donner au mot « rite ». Deux citations délimiteront l’emploi fait ici du mot. Toutes deux insistent sur la fonction sociale du rite.

Dans un monde religieux comme dans les sociétés civiles, ils (les rites) ont pour but de réitérer et de renforcer des liens, exprimant parfois des conflits pour les dépasser (ce qui soulève le problème des réussites et des niveaux de l’intégration), de renouveler et revivifier des croyances, de propager les idées d’une culture et de leur donner une forme (ce qui renvoie à une dimension cognitive), de délimiter des rôles et de tenter de structurer dans des comportements la manière dont une société ou un groupe social se pense (Rivière 1983).

33[Le rite sert]

à séparer non pas ceux qui l’ont subi de ceux qui ne l’ont pas subi, mais bien plutôt de ceux qui ne le subissent en aucune façon et de cette manière instituer des différences durables entre ceux que le rite concerne et ceux qui ne le concernent pas (Bourdieu 1982).

34De l’apprentissage des manières de table où s’acquiert le contrôle des gestes, de l’appétit (ne jamais se resservir si la maîtresse de maison ne vous y invite pas), des paroles (chacun doit pouvoir s’exprimer), aux « rallyes », par exemple, on a bien affaire à une série de pratiques rituelles. Les manières de table (pratiques quotidiennes), les rallyes (pratiques exceptionnelles), servent à renforcer des liens, à perpétuer les idées et comportements d’un groupe, à distribuer des rôles et des places, à affirmer l’individu dans un statut. C’est pourquoi s’attacher aux manières de table n’est pas un exercice inutile. Le repas est, en effet, consciemment vécu comme un moment privilégié de socialisation autour duquel se concentre et se transmet l’ensemble des signes distinctifs du groupe familial bourgeois. On comprend alors que la mère du petit Édouard ne peut plus accepter, à ses « déjeuners-cantines », le fils de la concierge : « Je suis trop malheureuse pour lui, il se tient comme un goret. » La plupart du temps, tout se passe sans problème puisque les enfants rencontrent toujours le même genre d’enfants, ils apprennent sans s’en rendre compte (Le Wita, Sjögren 1987). Dans la bourgeoisie, comme le remarque A. Sjögren, le rituel du repas s’est profondément transformé entre le xixe siècle et aujourd’hui. Ainsi le « comme il faut » du siècle précédent ferait-il place aujourd’hui au « comme il nous convient ».

L’action du repas reste néanmoins essentielle dans la formation culturelle du groupe en contribuant à l’apprentissage des rôles, à la solidarité familiale et à la distribution sociale (Sjôgren 1986).

35Conviée à partager « à l’improviste » déjeuners ou dîners quotidiens, il me fut possible d’observer ces petits riens, ces fameux détails qui attestent la culture du groupe. Dans la cuisine, en présence du couple et des enfants, le repas se déroule vite et simplement. Cependant nous mangerons les petits suisses avec des cuillères d’argent, les coquetiers auront tous une histoire, Mathilde boira dans la timbale offerte par sa grand-mère, le pain sera rompu et mis dans une corbeille, on dira à l’enfant de ne pas mettre ces coudes sur la table, de rester en place, d’attendre ou de ne pas faire attendre l’autre. Tout se passera rapidement mais en ordre. Les principes fondamentaux sont distillés, invariables, avec ténacité mais sans énervement.

36Être invité à un repas de famille réunissant les parents, la fratrie, le cousinage, semble être pour l’observateur une rare preuve d’adoption. De manière générale, tout étranger n’est admis à partager ce type de repas qu’après réflexion : on ne veut pas exposer le groupe au risque d’être mis mal à l’aise face à des comportements inédits et différents. L’observateur invité se voit donc créditer de la capacité de pouvoir se conformer aux règles du groupe. C’est une épreuve initiatique car on entre dans l’intimité de la famille. Et l’on apprend ainsi que si les règles et usages sont communément partagés par les gens « bien élevés », elles font l’objet d’une appropriation locale : chaque famille cherche à développer ses particularismes. L’observateur se doit alors de les repérer rapidement : il doit savoir que l’arrière-grand-père coupait sa salade avec un couteau. Ces particularismes ne sont, en fait, qu’entorses légères faites aux normes. C’est une manière de montrer que l’on sait jouer sur les frontières du code. Le rituel n’existe que si les membres du groupe sont en mesure d’en signifier les limites. Le groupe se montre attaché à de telles vétilles : elles constituent en quelque sorte des idiosyncrasies familiales. Dans un monde où la représentation de soi donne lieu à des mises en scène codifiées et repérables, ces signes permettent au groupe de se sentir original et lui donnent la possibilité d’être nommé et reconnu pour lui-même.

Qu’est-ce que l’originalité ? Voir quelque chose qui ne porte pas encore de nom, qui ne peut pas encore être quoique tout le monde l’ait sous les yeux. Tels que les hommes sont d’ordinaire, c’est seulement le nom de la chose qui commence à la leur faire voir (Nietzsche 1950).

37Ces détails alimentent le système à plaisanteries qui argumente l’expression « pièces rapportées » : les alliées prennent acte que chez les X (patronyme de la belle-famille), la compote se mange avec une fourchette. De manière générale, ces petits riens participent à la diversite du milieu bourgeois. Dans cet espace culturel ainsi créé se font et se déploient les relations à l’autre : il faut bien circuler dans un monde fermé. Tenues vestimentaires, règles de politesse, manières de table communes à ce milieu sont ainsi agrémentées de touches fantaisistes donnant une toile de fond de facture toujours unique. Et nous verrons que la mémoire familiale se nourrit de ces singularités, qu’elle les perpétue et les érige en véritables emblèmes.

16. Le salon de Mme O. mère
Dans cet espace culturel se font et se déploient les relations à l’autre : il faut bien circuler dans un monde fermé.

38Mais les comportements obéissent bel et bien à une codification très rigoureuse. Ils forment un système et donnent lieu à des mises en scène si précises que l’on peut tenter d’en faire la description à travers deux usages : la traversée du salon et l’appel « à passer à table ». Ces deux moments de la vie familiale bourgeoise ont, elles aussi, valeur d’épreuves initiatiques dans la mesure où tout être extérieur — ignorant les règles du jeu — est immédiatement et implicitement repéré par les indigènes comme étranger.

39Pour traverser un salon, il faut en effet savoir, sans hésitation ni précipitation aucune, avec aisance et modération, évoluer dans un espace organisé pour le monde des adultes. Contourner, par exemple, les fauteuils qui encadrent la table basse, ne pas s’octroyer n’importe quelle place, sentir intuitivement celle qu’on peut occuper (surtout éviter de prendre la plus confortable), respecter par la mesure de ses propos et la retenue de ses gestes le monde des « grandes personnes » venues ici pour converser ou se détendre. Le jeune enfant, venu du jardin ou de sa chambre, courant à toute allure, sera arrêté par un regard et des paroles bienveillantes. En fait, la disposition même des meubles — table basse, fauteuils et divan, objets, tapis — dessine les trajets possibles et dicte les attitudes conformes. L’accès direct aux grandes personnes assises là est rendu difficile : l’enfant ne peut bien souvent que s’appuyer sur le dos d’un fauteuil ou se présenter de côté. On l’invitera, le tenant par l’avant-bras, à se mettre face à la personne qu’il désire voir. Il apprend ainsi à maîtriser le passage du dehors au dedans, à cheminer progressivement de l’agitation au calme, du bavardage à la parole contrôlée.

17. Le salon de Mme O. fille
Le jeune enfant venu du jardin et courant à toute allure sera arrêté par un regard et des paroles bienveillantes.

40Deuxième épreuve : le moment de passer à table. On assiste alors à une curieuse scène : le groupe est arrivé dans la salle à manger et reste en arrêt à quelques pas de la table. Il ne saurait être question d’y prendre place en ordre dispersé et avant l’arrivée de la maîtresse de maison. Or celle-ci va et vient à la cuisine pour y régler les derniers arrangements du repas. Entre le moment où l’on quitte le salon et celui où l’on sera enfin assis à table s’écoule donc un temps incertain et trouble qui pourrait engendrer du désordre. Car l’individu se trouve soudain plongé dans une relative solitude : il est isolé dans sa singularité. Facilités psychologiques et niveaux d’intégration au groupe déterminent les attitudes de chacun. Certaines personnes se rejoignent par affinité et bavardent librement, donnant l’impression « d’avoir quelque chose à se dire », d’autres au contraire semblent plus timorées et s’associent volontiers à ceux ou celles qui seront placés à leur côté pendant le repas. Chaque élément du groupe participe ainsi à la vacuité du moment. On pourrait comparer cette scène à une longue règle de politesse où chaque partie s’excuserait de faire attendre le tout. Évoluant discrètement autour de la table chacun patiente donc sans chercher à faire quoi que ce soit. Puis la maîtresse de maison entre « définitivement » indiquant par là que le repas peut commencer. L’attribution des places, doucement commentée par la maîtresse de maison, s’organise selon les conventions dépendant du nombre de parents réunis et de la présence ou non de personnes extérieures. Ce cérémonial n’a lieu d’être, en effet, que lors des réunions familiales élargies. Dans l’intimité du foyer, chacun connaît sa place.

18. Repas de famille
Une longue règle de politesse où chaque partie s’excuserait de faire attendre le tout.

41Sans de pareilles ritualisations, ni les bonnes manières ni le contrôle de soi ne peuvent véritablement s’acquérir. Parallèlement à ces usages qui règlent la vie quotidienne, les rallyes, eux, représentent un rituel à caractère exceptionnel, contrôlant minutieusement le temps de l’enfance et de l’adolescence.

42L’adolescence de Laure C. (fille) 32 ans : à 12 ans, elle entre au « Rallye confiture ». « La première année, dit-elle, il n’y a pas de garçons. Une sortie par mois est organisée le dimanche après-midi (promenades dans Paris, musées). » L’année suivante a lieu le « Rallye bridge » où les garçons entrent en jeu. On apprend le bridge pendant un an. « Il y a également un goûter qui se termine à 19 heures, ceci une fois par mois. » Puis Laure C. a été au cours de danse, « chez Baraduc, rue de Ponthieu » (la quasi-totalité des jeunes filles rencontrées ont fréquenté ce cours classé dans le Bottin mondain comme « cours de danse de société »). Laure C. déclare :

C’est génial, il y a deux grandes pièces au parquet ciré et des glaces. D’un côté : trente filles en robe du dimanche, en face trente garçons en costard et pompes vernies. Au milieu, un professeur qui nous apprend le rock et la valse.

43Commentaire de la femme de M. Georges H. (fils) : « Chez Baraduc, on apprenait la danse comme on allait à l’école. Imagine deux Gaffio entre toi et ton partenaire. »

44Après Baraduc, Laure C. (fille) entre dans le temps des choses sérieuses : les boums.

Ce sont toujours les filles qui invitent. On a un carton : X recevra de 18 heures à 23 heures. Les mères sont dans un salon. Après il y a le 8 heures-minuit avec sono et robes longues. Enfin les supertrucs, les rallyes.

45On reçoit dans son hôtel particulier ou dans une salle louée (le pavillon d’Armenonville, le Cercle de l’Union interalliée, le Pré Catelan ou le Tir aux pigeons). Ce sont de vraies fêtes.

À 6 heures du matin, on prend le petit déjeuner. Un bon rallye — pour les mères —, c’est celui où il y a le plus de particules et le plus de fric. Il faut faire des rencontres. Les rallyes servent à se constituer un environnement à la hauteur. À l’entrée, on demande ton carton et ta carte d’identité. Les mecs sont des fils à la con, gâtés, hyperpréservés, prétentieux et qui n’ont aucune expérience. Je me suis finalement fait des copains : quatre ou cinq que je revois encore (Laure C).

46Georges H. (fils), dix ans de plus que Laure C., raconte :

À Paris, il y a des familles leaders (aristocratie + fric) qui ont su s’irriguer avec la grande bourgeoisie. Il faut recevoir. Il faut aller au Pré Catelan, au pavillon d’Armenonville. Le must du must : recevoir chez soi. Je me souviens d’un rallye formidable près de l’Étoile, dans un hôtel particulier. Il y a donc imbrication de la bourgeoisie historique et de l’aristocratie friquée. Cela donne quelques bonnes femmes qui complotent ensemble pour réunir leurs fifilles, les têtes de familles, les greluches héritières. Pour une fille, après 21 ans, si elle n’a pas ferré un mec, c’est inquiétant. À Paris, il y a quatre-vingt familles qui sont fréquentables. Peu à peu, la période vulgaire est arrivée : le coup de la carte d’identité à l’entrée.

47La femme de Georges H. (fils) :

J’ai reçu avec L., ma copine. Je me souviens que Maman m’avait dit qu’elle était prête à dépenser [en 1967], 500 000 francs pour les petits fours. Si la réussite se mesure au fric dépensé, moi mon rallye était moyen, en particules aussi. Mais les rallyes ne sont pas plus exotiques finalement que les bals-musettes.

48Emilie E., 20 ans, a reçu et a participé de l’âge de 15 à 19 ans, à de nombreux rallyes, « parmi les plus huppés de Paris. » Comme il se doit, ses sorties ont commencé après son passage chez Baraduc.

Il y a des rallyes plus ou moins huppés : les plus huppés sont les plus fermés. Les parents qui reçoivent sont là : on te demande ton carton et ta carte d’identité. Il y a l’aboyeur qui t’annonce. Révérences aux parents et bonjour à la fille qui reçoit ce soir-là. Après, tu cherches les amis que tu connais. Tu bois, tu danses. Cela dure de 20 heures à 6 heures du matin. Les mecs sont moches, des dégénérés, des boutonneux et des noms à triple rallonge. Au rallye de X., il y avait tout le gratin parisien (les familles d’Estaing, Murât, le prince de Yougoslavie, les Perreire, le dentifrice Colgate, etc.). On connaît leurs noms ; les parents se connaissent plus ou moins. On sait toujours qui est qui. J’y suis allée tous les samedis pendant deux ans. C’est assez fantastique : le décor, la boisson, la musique. Il y avait des trucs somptueux dans des châteaux aux environs de Paris, avec des buffets fabuleux.

49Ces rallyes mettent face à face garçons et filles susceptibles un jour de s’épouser. Là régnent le flirt et l’interdit des rapports sexuels.

Il y a des tabous. Il ne faut pas qu’une fille soit allumeuse ou provocante. Si une fille a des rapports sexuels avec des garçons, on dit : « Tout Paris est passé dessus sauf le métro » (Emilie E.).

50Pour Georges H. (fils), les rallyes sont « le règne des demi-vierges, un frotti-frotta de nombrils en cadence ». Pour son épouse, « ce n’est qu’une tentative pour les familles bourgeoises de garantir une activité contrôlée de la danse ».

51Ces soirées sont une étape initiatique au cours de laquelle l’adolescente) entre dans son milieu. Les relations contrôlées par les mères constituent le capital social du futur ou de la future bourgeoise. La sexualité « en attente » est ainsi gérée. « Entre faire la fête et le passage à l’acte, il y a une véritable cloison. On fait semblant. On développe les signes » (M. Georges H. fils). Le plus souvent, on ne se marie pas à l’issue de cette étape. Les futurs époux se rencontreront « par hasard » dans d’autres lieux mais ils auront en fait fréquenté auparavant les mêmes soirées...

De 20 h à 6 h 19. (Photo parue dans Paris-Presse 1964) « Il y a des rallyes plus ou moins huppés : les plus huppés sont aussi les plus fermés » (Mlle Émilie E.).

52Toutes les familles bourgeoises n’entrent pas « dans le système des rallyes ». Il existe, certes, tout un jeu de distinctions sociales entre celles qui invitent, celles qui sont invitées mais n’invitent pas, celles qui ne seront jamais invitées. Mais à rang social comparable, certaines familles refusent ces rituels dispendieux au nom d’une éthique de la modération. Dans ce cas, d’autres formes d’activités contrôlées sont proposées aux adolescents. Voici l’exemple de Pierre I. (fils) qui raconte :

La rencontre entre ma femme et moi fait partie de l’éducation de la bourgeoisie. J’avais 17 ans, elle en avait 13. Il y avait un cours de danse, un groupe de trente personnes. Un professeur venait chez nous pour nous apprendre à danser la valse, le rock et le tango. Les écoles n’étaient pas mixtes, on connaissait les cousines mais on n’avait pas d’amies filles. Une mère de fille et une mère de garçon ont donc organisé ce cours de danse. Nous étions soixante et on dansait dans quatre pièces. On déménageait les meubles. Puis on s’est retrouvé ensuite par affinités. On formait un groupe de douze amis, on allait aux sports d’hiver, etc.

53Manières de table ou rallyes ne forment pas le tout des pratiques rituelles. Il en subsiste bien d’autres. La politesse, pierre angulaire des comportements bourgeois, en est une et pas des moindres. Le salut, la manière de se présenter, l’à-propos des remerciements, l’expression des sentiments forment un concentré de culture où se régulent la proximité et la distance que l’on doit entretenir avec l’autre.

54Citons, pour conclure sur cette présentation de la culture bourgeoise, des fragments d’un entretien où s’organisent, dans une étrange cohérence, ces trois notions énoncées plus haut : l’art du détail, le contrôle de soi et la ritualisation du quotidien.

55Geneviève, 38 ans, sociologue, a fait toute sa scolarité à Sainte Marie de Neuilly. Elle y fréquentait les camarades de sa classe, mais ne les considérait pas comme des amies intimes.

C’est après, dit-elle, que je les ai rencontrées à nouveau [toujours cette impression de libre choix]. Je me suis rendue compte que c’est très important d’avoir été dans le même collège, avoir reçu la même éducation. On a des clins d’œil, des réactions spontanées. On voit les gens de la même manière, à des petites choses, mais cela compte énormément. Par exemple S., mon ami (Genevière vit maritalement après avoir été mariée et divorcée) est un individualiste. Une de mes amies, élevée à Sainte Marie, réagit comme moi devant cet individualisme. Je n’ai pas été élevée à faire ce qu’il me plaît. Je décide que je me fais plaisir, mais je ne me laisse pas aller. Par exemple, on est invité chez les X., c’est prévu. Entre temps, on nous propose quelque chose de plus amusant. S. va aller du côté le plus amusant. Moi, si je m’engage à quelque chose, je fais en sorte que cela marche. C’est vrai, où est l’œuf où est la poule ? Je me sens toujours responsable ; c’est une idée qu’on a de soi-même dans le corps social.

20. Les trois générations
« Madame reçoit pour sa fille sous l’oeil attendri de la grand-mère. C’était en 1964. Maman recevait pour mes dix-sept ans. En 1989, je recevrai pour les dix-sept ans de ma fille » (Mme O. fille).

56Au cours de ce même entretien, Geneviève déclare :

On avait une belle maison avec un jardin à Neuilly, une ou deux personnes en permanence à la maison. On vivait bien, mais le principe était de ne pas gâter les enfants. Mais la vie nous gâtait.

57Le milieu familial a le souci d’intégrer l’enfant dans l’éthique sociale du groupe auquel il appartient. On institue l’individu dans ce qu’il est et doit devenir.

L’institution d’une identité, qui peut être un titre de noblesse ou un stigmate (« tu n’es qu’un... »), est l’imposition d’un nom, c’est-à-dire d’une essence sociale. Instituer, assigner une essence, une compétence, c’est imposer un droit être (ou d’être) (Bourdieu 1982).

L’éducation des filles dans les collèges Sainte Marie

58Comme dans beaucoup d’autres groupes sociaux, la femme bourgeoise joue un rôle décisif dans l’organisation de la vie familiale. Elle est en position de transmettre les traits fondamentaux de la culture du groupe. Une de ses fonctions et pas des moindres sera d’harmoniser les tensions nées des contraintes nécessaires à la reproduction du statut. C’est la mère qui maintiendra l’enfant, contre son gré parfois, dans les structures éducatives choisies : à cette fin elle ira pleurer plusieurs fois dans les bureaux de directeurs ou directrices d’établissements ; c’est elle aussi qui le guidera fermement sur les chemins des bonnes manières ; elle devra aussi gérer le temps de ses loisirs, n’hésitant pas alors à se transformer, tous les mercredis, en chauffeur de taxi déposant l’un à son cours d’équitation, l’autre à un goûter d’enfants. Elle veillera attentivement à ne pas se mettre « hors du coup » laissant pendant une période déterminée l’adolescente se révolter contre les jupes plissées... La grand-mère musicienne ou délicieusement cultivée n’est donc pas seulement le symbole du monde maternel où s’acquièrent de manière quasi innée, les signes distinctifs : elle est aussi, pour la personne bourgeoise, vision d’humanité ouvrant les portes de l’imaginaire. En bref, ces femmes font les verts paradis enfantins... Considérées comme essentielles au bon ordre de la société familiale, l’éducation de ces femmes devient déterminante. Dans ce milieu, on préfère qu’elle soit transmise plutôt qu’acquise : avoir derrière soi des générations d’hommes et de femmes civilisés constitue une solide garantie. Les devoirs de ces femmes sont à la mesure des pouvoirs que le groupe leur confère. Et pour les rendre aptes à leur fonction, on leur impose un certain modelage psychologique et physique. C’est pourquoi, et ceci est une parenthèse, les femmes paraissent davantage accessibles à l’investigation ethnographique que les hommes. Chercher à connaître les structures éducatives dans lesquelles elles ont grandi permet — c’est l’enjeu de cette enquête sur les collèges Sainte Marie — de voir comment l’on fait Laure.

Marthe et Marie-Christine

59Deux entretiens parmi une cinquantaine d’autres permettent de s’introduire dans les collèges Sainte Marie.

60Marthe et Marie-Christine sont toutes deux anciennes élèves de Sainte Marie de Passy. Leurs récits mettent en scène des expériences de vie dissemblables. Marthe, âgée de 34 ans, se présente comme une personne qui n’a eu de cesse, pendant et après sa scolarité à Sainte Marie, « d’aller fourrez son nez ailleurs ». Au contraire, le récit de Marie-Christine, âgée de 32 ans, illustre le parcours réfléchi d’une jeune femme « parfaitement conforme à l’esprit Sainte Marie ». Respecter ces différences permet de voir s’affirmer avec éclat les traits caractéristiques de ce système éducatif.

61« Tu étais là (à Sainte Marie) pour faire ton devoir » : c’est par cette formule que Marthe commence l’entretien. On ne peut mieux exprimer l’imposition précoce de la notion du devoir. Mais le chahut est aussi au rendez-vous, tout comme les jeux interdits, les petits mots qu’on fait circuler dans la classe, les fous rires pendant les retraites silencieuses, etc. l’intériorisation des normes passe par une saine gestion d’attitudes d’apparences contraires.

62Le père de Marthe est PDG, il appartient à une famille de médecins (arrière-grand-père et grand-père) et de rentiers. Il fut élevé en pension chez les curés, à Bayonne. La mère de Marthe vient d’une famille d’intendants de grands domaines en Algérie et en Tunisie. Le départ vers les colonies eut lieu après la dilapidation de la fortune familiale par son arrière-grand-père. La mère fut élevée aux Ursulines et appartient à une famille où, nous dit Marthe, la tradition religieuse est très forte.

Ma grand-mère maternelle était extrêmement croyante, elle faisait partie d’un ordre para-religieux qui se consacre à Dieu. J’ai une tante qui est entrée dans un couvent de clarisses à dix-huit ans. Ma mère était plutôt réservée. Pour elle, l’habitus religieux (Marthe est sociologue) est une fidélité à sa mère. Mon père était plus mécréant, il ne venait pas à la messe tous les dimanches.

63Notons que cette distinction entre une branche très pieuse dont les principes religieux imprègnent la vie quotidienne et une branche catholique dite de convention est très courante.

64Marthe a fait ses études primaires à La Tour, rue de la Pompe, à deux pas de chez ses parents. « Ils ne se sont pas posé la question une minute que j’aille ailleurs », dit-elle. En septième, la mère de Marthe décide que sa fille entrera en sixième à Sainte Marie. « Sainte Marie avait la réputation d’avoir le top-niveau intellectuel. La différence entre La Tour et Sainte Marie, c’est 98 % de réussite au bac (avantage Sainte Marie). » Pour cette inscription, la mère de Marthe a dû se rendre trois fois dans le bureau de la directrice.

65N’entre pas qui veut à Sainte Marie. Marthe réussit l’examen de passage et entre donc en sixième à Sainte Marie de Passy en 1963.

Il y a eu un changement d’uniforme, je suis passée du gris au bleu marine. On m’a inscrite en section A, latin, grec, allemand. Mon père avait fait pareil. L’allemand : c’est le début de l’Europe et comme c’est une langue difficile, il faut l’apprendre en premier ; le grec, c’est pour la culture ; l’anglais, j’irai en Angleterre et voilà.

66Très vite, Marthe a trouvé l’atmosphère sociale pesante. « On parlait des amis des amis des cousins. » L’aristocratie et la haute bourgeoisie dominaient en imposant des critères de distinction entre les filles. Comme la plupart de ses camarades, Marthe apprend très vite à détecter les infinies variétés de « bourgeoisies ».

Dans l’aristocratie, il y a celle qui est fauchée et celle qui appartient à la jet society ; dans la bourgeoisie, on trouve la très traditionnelle dont les filles travaillent bien et sont laides, ce sont les futures bonnes sœurs de Sainte Marie. Dans notre division, on s’en servait, on les martyrisait un peu. Socialement, elles sont plus modestes que les autres. Et il y a aussi la bourgeoisie très moderniste avec des alliances étrangères : ce sont les minettes. Entre tout cela, il y a une bourgeoisie traditionnelle, plus proche finalement de l’aristocratie fauchée...

67Marthe se situe à part, créant à cette occasion, une nouvelle sous-catégorie : « J’étais plus proche de la bourgeoisie très moderniste avec un peu moins de fric mais un peu plus que la traditionnelle. » Pas un entretien où ne furent abordées ces micro-divisions : on est toujours moins, plus ou presque pareil qu’un autre (bourgeois). Lorsqu’Éléonore âgée de dix-huit ans commente une photo de classe, elle élabore pas moins de neuf catégories de bourgeoises : pas très bourgeoise ; bourgeoise sage ; très bourgeoise ; très bourgeoise-très BCBG ; hyperminette bourgeoise ; petite bourgeoise ; bourgeoise cru Sainte Marie ; superbourgeoise ; aristo.

68Comme la plupart de ses camarades, Marthe pense que l’uniforme ne masque pas ces différences. Les jeunes filles doivent porter : une jupe ou un pantalon bleu marine, un chemisier blanc et un tablier bleu marine (chasuble qu’on enfile par la tête). Le maquillage doit être discret, les bijoux sont interdits. De cet uniforme, Marthe pense « qu’il est une vaste fumisterie ». En effet, les jeunes filles apprennent très vite à détecter les petits détails qui disent le degré de fortune et de conformité aux règles du milieu.

On sait si les habits sont neufs ou pas, les pulls tricotés ou non ; si les burlington (chaussettes) sont vraies ou fausses, les gabardines viennent d’Old England, Burberrys ou Halphen. Et puis à la messe, on n’avait pas le tablier, on pouvait donc observer comment les filles étaient habillées.

69Marthe affirme ne pas avoir été marquée intellectuellement par Sainte Marie.

Au niveau culturel, c’est zéro. On faisait des journées de réflexion. Je me souviens d’une journée sur Marx par exemple. Ça valait son pesant de cacahuètes. C’est ceci, c’est cela. Top, c’est fini. Le monde contemporain : c’était les groupes catho et l’aspect missionnaire.

70Marthe ne retient qu’une chose : « les trucs fumistes ne passaient pas ».

71En fait, ce qui prévaut, dit-elle, à Sainte Marie : « c’est d’avoir l’esprit », expression indigène couramment utilisée.

À Sainte Marie, on peut être digne de passer toutes les classes si on est sage et si l’on fait preuve d’esprit de groupe, de responsabilité, valeurs qui sont autant prises en compte que les notes. Dans les carnets, tu as : comportement dans le groupe, comportement individuel, travail.

72En 1968, Marthe traverse une crise d’adolescence.

J’en avais marre. Je n’avais plus la foi. J’en avais marre d’avoir deux ans d’avance. Les bonnes sœurs ne voulaient pas que je redouble. Je m’intéressais aux fringues, aux garçons, aux disques.

73Comme la plupart de ses camarades, Marthe souffre d’être enfermée entre sa famille et le collège.

On avait hâte de partir. Ma mère pleurait, alors je suis restée pour avoir la paix. Mais, c’était à étouffer. On ne sortait jamais du xviarrondissement. Moi, je suis allée au café le matin en seconde, place du Trocadéro. À midi aussi : c’était le grand vertige. J’ai eu un petit ami qui venait me chercher à la sortie, j’étais archi-fière. Ma mère le savait. C’était un savant dosage pour faire voir aux bigot-tes et pas trop aux bonnes sœurs. Avec mes parents, j’ai eu des rapports assez libres. Le coup de l’uniforme, ma mère était de mon côté. Mais au niveau intellectuel, il ne fallait pas laisser tomber. J’étais programmée pour travailler, pour faire des études supérieures.

74La rupture :

Après une année d’hypo à Henri IV, je suis partie en fac. Le lycée, c’était encore trop. En fac de philo à Censier, j’ai tout fait sauf de la philo. C’était en 1970. J’ai connu la drogue, la psychanalyse. J’ai eu honte de mes origines. Mais la coupure s’était faite à Henri IV. J’ai rencontré des mecs forts en gueule, des trotzkistes, etc. Ce fut une ouverture sociale immense : des gens très cultivés, une culture littéraire poussée, j’ai été initiée. Après j’ai connu une bande de gens, très intello, très politiques. À Censier, en fac, j’ai pris un an de vacances. Ma mère était allée m’inscrire à Sciences po. Ça a été le chantage : tu fais Sciences po après philo. J’ai donc passé l’examen, j’ai fait le mieux possible pour avoir la paix. J’étais gauchiste et féministe à Sciences po. J’avais une amie prolo. J’étais fringuée gauchiste. Je continuais à me droguer. La deuxième année, j’ai retrouvé une amie qui avait été à Sainte Marie. On s’est beaucoup entraidées. Un prof de sociologie nous a demandé de travailler avec elle ; à 20 ans, on prenait la filière CNRS.

75Malgré ces détours, Marthe ne s’est pas perdue. Elle est seulement « allée fourrer son nez ailleurs ». Ce faisant, elle a appris à reconnaître son propre milieu.

J’ai fréquenté un milieu social particulier et j’en suis sortie : maintenant je les repère à cinq cents mètres. Je connais leur fonctionnement. Je suis devenue plus tolérante aujourd’hui. Mais j’ai connu une période où j’ai vraiment eu honte de mes origines. Les amis d’amis de mes parents, je ne suis amie avec aucun. Il y a des cas où la transmission se fait sans heurt, ce n’est pas le mien. Alors, j’ai eu une haine féroce pour ces gens qui sont restés dans le droit fil. Je me suis mariée avec un fils d’universitaire, bourgeoisie juive du xviarrondissement. À Sainte Marie, il n’y avait aucun relativisme dans le savoir, il y avait la voie royale, être enthousiaste, trouver tout très bien.

76Le grand-père de Marie-Christine était notaire en province. Au courant des affaires immobilières, il avait acheté pour ses enfants un immeuble dans le xviarrondissement. Les parents de Marie-Christine y habitent encore. C’est, dit-elle, « une famille bourgeoise qui ne menait pas une vie de luxe. On était sept frères et sœurs. » Tous furent scolarisés dans des écoles libres. Les parents de Marie-Christine voulaient une école où « leurs sept enfants seraient bien tenus ». Si on adopte les critères indigènes, on peut dire de Marie-Christine qu’elle fait partie de la bourgeoisie traditionnelle, non fortunée : celle qui ne fait pas d’épate. En témoigne son commentaire à propos de l’uniforme :

Il y avait jupe et jupe, la Pierre Cardin et la bricolée. L’uniforme n’atténue pas les différences. Il y a une bourgeoisie qui se méfie du regard que les autres portent sur elle : on ne veut pas faire riche. À partir de là, il y a un étouffement de la coquetterie. J’étais trop sensible à cela et pendant longtemps je me suis foutue de mon physique. Mes pulls étaient les pulls scouts de mes frères teints en bleu marine.

77Marie-Christine, à 32 ans, semble toujours aussi peu coquette. Comme nombre de ses camarades, elle porte des vêtements qui lui donnent un aspect sage et modéré. Le jour de l’entretien, elle était vêtue d’un chemisier blanc, d’une jupe écossaise plissée. Son visage non maquillé portait les traces d’une maternité récente. Pendant notre entrevue, elle s’occupait de sa fille aînée, âgée de quatre ans, l’aidant à prendre patience devant un puzzle, s’interrompant pour apprendre la propreté à son petit garçon de deux ans tout en tenant dans ses bras un troisième enfant, un bébé de quatre mois. La modestie de son apparence extérieure était renforcée par la sérénité ou la maîtrise dont elle faisait preuve face à la situation. Pendant ces trois heures, elle éduquait ses enfants dans le respect de leur âge, régulant, sans jamais s’énerver, ce qui s’apparente aux caprices enfantins (jalousie du second face au bébé, volonté de l’aînée d’être la maman, etc.).

78Marie-Christine est entrée au jardin d’enfants à Sainte Marie de Passy. Elle y est restée jusqu’en terminale, en 1972. « J’étais dans la filière scientifique. On y mettait les filles qu’on considérait comme moins mûres. » Marie-Christine a passé le bac C, elle a appris l’allemand, l’anglais, arrêté le latin en seconde et n’a jamais fait de grec.

J’aimais énormément ce qu’on faisait. Je ne me suis pas ennuyée. J’ai le souvenir d’une certaine profondeur et d’une vraie recherche pédagogique. Les journées de réflexion, comme celle sur le marxisme par exemple, étaient formidables.

79Précisons que Marie-Christine a décidé d’être enseignante dans le privé après avoir exercé dans le public. Ses jugements sur l’éducation donnée à Sainte Marie s’en ressentent.

La différence principale entre l’enseignement libre privé et public, c’est qu’il y a des personnes qui s’occupent de suivre les élèves à un niveau autre que celui de l’enseignement. Les demoiselles de la communauté ont une certaine conception de l’homme et de l’éducation.

80Marie-Christine évoque alors les « avis ». On appelle ainsi la réunion, chaque matin, de toutes les classes d’une même division. L’élève n’entre pas directement dans sa classe. Elle est d’abord plongée dans l’atmosphère du collège : pendant ces avis, les jeunes filles sont placées de telle manière qu’une élève de section A se trouvera nécessairement à côté d’une élève de section C par exemple. Un professeur de division membre de la Congrégation anime ce rituel matinal. Elle contrôle les tenues et livre un message non nécessairement scolaire. Elle donne des nouvelles de camarades absentes ou évoque par exemple l’effort de carême. Elle fait parfois un bref exposé sur un problème moral ou religieux particulier. Pour Marie-Christine, ces avis témoignent « d’un souci éducatif au sens large ». L’installation du collège de Passy à Rueil en est un autre exemple :

Les demoiselles en avaient marre des familles du xviarrondissement. Elles trouvaient qu’elles avaient changé. Elles ne voulaient pas des familles qui inscrivaient leurs filles uniquement pour les bons résultats. Il fallait que les parents acceptent aussi une certaine éthique morale, une certaine conception religieuse de la vie.

21. Sainte Marie de Neuilly, 1957
Comme la plupart de ses camarades, Marthe apprend très vite à détecter des infinies variétés de bourgeoisies.

81Marie-Christine pense qu’elle fait partie de celles qui ont le moins souffert à Sainte Marie.

Je crois qu’il y a des filles qui ont très mal vécu leur passage dans le collège. Moi, j’avais une famille qui contrebalançait pas mal. On discutait beaucoup. Comme à Sainte Marie, c’est un milieu uniquement féminin, on rencontre des femmes remarquables et des femmes aigries.

82Comme Marthe, Marie-Christine a éprouvé, elle aussi, ce désir d’aller voir ailleurs. « Mes parents m’ont alors proposé de m’inscrire au lycée. Mais je n’ai pas eu le courage. » Après le bac, Marie-Christine s’inscrit en Sciences éco. à Nanterre. Elle obtient son CAPES.

Je voulais voir autre chose, j’avais une très grande envie de rencontrer des gens nouveaux. Pour réussir à Nanterre, il fallait être très motivé et avoir beaucoup de ressources personnelles.

83Marie-Christine pense que Sainte Marie lui a donné ces bases : « J’ai appris à travailler, à savoir prendre un livre et en tirer l’essentiel, à savoir organiser mon travail et avoir un certain appétit. » Pendant cette première année de fac, Marie-Christine reconnaît s’être reposée. Lancée par Sainte Marie, elle a cependant continué « à s’occuper des autres », en faisant de l’alphabétisation.

22. Sainte Marie de Neuilly, 1984
« L’uniforme : c’est une vaste fumisterie » (Marthe).

J’ai reçu une éducation religieuse sérieuse, mais la foi ne se transmet pas. C’est une relation personnelle à Dieu. À Sainte Marie, elles donnent une culture religieuse sérieuse, non plaquée. Leur foi est vécue comme vivante.

Un enseignement libre et de qualité

84Pourquoi Sainte Marie ? Enquêtant sur la mémoire familiale, j’avais constaté que les filles (et bien souvent les garçons) étaient éduquées dans des écoles libres aux noms évocateurs : La Tour, Lübeck, Dupanloud, Les Oiseaux, etc. Des noms qui symbolisent, en effet, plus d’un siècle d’histoire d’éducation des femmes dans le monde des élites. Sainte Marie fut toujours présentée comme « à part », atteignant le « top niveau intellectuel » de ce type d’établissements.

85Précisons, afin d’éviter tout malentendu, que les collèges Sainte Marie ne sont pas « des petits cours privés de luxe pour enfants de riches ». La création et l’histoire de ces établissements témoignent de leur profond ancrage dans le débat qui agita la société française sur l’éducation des enfants et plus spécifiquement celle des filles. En leur sein se développe une conception de l’éducation au sens jésuite du terme : on éduque l’homme. Les collèges Sainte Marie proposent donc un certain modelage de la personne jugé conforme à une éthique religieuse ou morale et intellectuelle. À ce titre, ils nous paraissent être, comme les portraits de Laure et de Florence, un exemple à valeur idéal-typique.

86Le but n’est pas ici de faire une monographie des collèges Sainte Marie. Comme je l’ai précisé, l’impossibilité d’y pénétrer et d’avoir accès aux archives a rendu le projet impossible. L’intention est d’établir un lien entre l’éducation reçue et le milieu social. Comme nous l’avons fait pour le mot bourgeois, arrêtons-nous un instant sur celui de collège. Les « indigènes » n’emploient jamais le mot institution (je fus mise en garde contre son usage), mais ceux d’école et de collège. Le mot institution est rejeté car contraire, affirme une demoiselle de Sainte Marie, aux principes mêmes de l’enseignement donné. À tous moments, les demoiselles veillent à éviter le poids de l’institution « qui freine en les figeant les éléments vivants de l’esprit ». Le mot institution est donc refusé, on lui préfère celui de collège. Cependant, institution semble parfaitement correspondre aux collèges Sainte Marie, si toutefois on lui confère le sens que lui donne P. Bourdieu :

Ayant rappelé, avec Poincaré, l’importance du choix des mots, je ne crois pas inutile d’indiquer qu’il suffit de rassembler les différents sens de instituere et de institutio pour obtenir l’idée d’un acte inaugural de constitution, de fondation, voire d’invention conduisant par l’éducation à des dispositions durables, des habitudes, des usages (Bourdieu 1982).

87Lorsqu’en 1913, Madeleine Daniélou fonde le collège Sainte Marie de Neuilly, nous sommes en pleine période de création de « l’enseignement libre de jeunes filles ». Ce mouvement clôt un long débat, qui a duré plus d’un siècle, portant sur l’éducation à donner aux femmes de la bonne société. À travers cette histoire (se référer aux travaux de Françoise Mayeur), on voit peu à peu l’image bourgeoise de la femme s’imposer et gagner contre l’image aristocratique. Un nom, parmi d’autres, à retenir, celui de l’évêque d’Orléans, Monseigneur Dupanloud.

Il faut donner une femme à un mari, une femme qui sache rester chez elle, qui puisse présider utilement à l’éducation des enfants, qui sache écouter un mari sérieux, tenir avec lui de douces et graves conversations, s’intéresser à sa carrière, à ses études, à ses travaux, l’encourager modestement toujours mais fortement. Voilà la femme qui sera celle de l’Écriture, une vraie compagne, c’est-à-dire une aide et un soutien dans la vie : socia adjutorium (Dupanloud 1880).

88L’évêque d’Orléans fut le protagoniste d’une réelle formation des femmes appartenant à l’élite sociale. Il s’adressait alors aux femmes de l’aristocratie, mais comme le remarque Françoise Mayeur :

Le thème de la mère éducatrice reparaît, avec une tonalité curieusement bourgeoise sous cette plume aristocratique : la femme, écrit Dupanloup, transmet l’esprit avec son sang... (Mayeur 1979).

89Gardons en mémoire les propos tenus par Dupanloud en 1880. Car nous les retrouverons sous une forme à peine modifiée, prononcés par les premières générations de femmes éduquées à Sainte Marie.

90En 1905, l’État interdit aux congrégations d’enseigner : on assiste au démantèlement du système traditionnel d’éducation des jeunes filles de la bourgeoisie catholique. Mais à l’intérieur même du monde catholique, des divisions existaient. C’est ainsi qu’une fraction éclairée s’élevait contre le manque d’instruction des enseignantes des congrégations et préférait inscrire leurs filles dans les lycées, courant le risque de leur faire perdre la foi... À la faveur du démantèlement de ces congrégations, des voix vont s’élever et trouver un écho, comme celle de Madeleine Daniélou. Elle ouvre alors l’école normale libre dont le but est de doter l’enseignement libre des jeunes filles d’un corps de professeurs aptes par leur formation religieuse et pédagogique à maintenir l’équilibre entre la foi et le savoir. Madeleine Daniélou raconte ce qui fut à l’origine de la révélation de sa mission :

À l’université, je fis connaissance d’une jeune fille qui venait d’un couvent de Notre-Dame. Elle était très pieuse, elle avait une statue de la Vierge dans sa chambre. Trois mois après environ, un jour que nous assistions ensemble à un cours, elle me dit brusquement : « Madeleine, on m’a fait lire France et Renan, je ne crois plus, j’ai ôté la statue de la sainte Vierge qui était dans ma chambre. « Cette parole me perça le cœur. Je me dis : il faudrait pourtant qu’il y ait une maison où des jeunes filles catholiques puissent faire leurs études supérieures sans que de telles choses arrivent. En un éclair, tout le projet de l’œuvre à faire se présenta à mon esprit (extrait des Cahiers de Neuilly 1956-1958).

91Madeleine Daniélou réussit à intéresser à ce projet les chefs du catholicisme libéral et des notables catholiques (aristocratie royaliste et haute bourgeoisie industrielle). L’œuvre de cette femme et sa vie intellectuelle sont à situer dans ce contexte religieux, social, politique et philosophique de la fin du xixe et du début du xxe siècle, brièvement rappelé ici. Le catholicisme mené (dans ses prérogatives institutionnelles et par le développement d’une morale laïque) va connaître, dans le milieu des élites aristocratiques et bourgeoises, un renouveau quasi mystique dont témoigne la retentissante conversion de Paul Claudel.

92En 1915, l’appel de Madeleine Daniélou est « si fortement entendu et si fidèlement obéi qu’une communauté apostolique en est née pour assumer et poursuivre l’œuvre entreprise » (Léna 1981). Il s’agit de la communauté apostolique Saint-François-Xavier à laquelle appartiennent les cadres de Sainte Marie, celles que l’on appelle les demoiselles. Pour Madeleine Daniélou, la création d’une institution où les jeunes filles pourraient former leur intelligence sans perdre la foi est un impératif quasi religieux, « un appel apostolique au service des jeunes, la passion du Royaume de Dieu à construire, et la certitude que l’éducation joue un rôle privilégié dans cette construction (Léna 1981).

93Comme l’analyse avec beaucoup de précision H. Peretz dans son article « La création de l’enseignement secondaire libre des jeunes filles à Paris (1905-1920) », c’est le caractère « très peu institutionnalisé » de cet enseignement qui constitue « le trait principal de la scolarisation libre en France de 1905 à 1959 » (date de l’obligation de passer contrat avec l’État). Le fait d’être si « peu institutionnalisés » marque durablement l’histoire de ces établissements.

94À commencer par la possibilité, pour les fondateurs, de choisir le nom qu’ils vont leur donner. Or, de ce choix dépend le public à venir. Collège et lycée font partie des termes interdits par la loi : les fondateurs d’écoles libres ne peuvent les utiliser. En fait, constate H. Peretz, « Mlle Pimor et Mme Daniélou adoptèrent les dénominations illégales de collège d’Hulst et de collège Sainte Marie » (Peretz 1985). Et les « indigènes » tiennent, comme nous venons de le voir, à cette appellation. Elle sert en effet à distinguer Sainte Marie de la masse des petits cours privés et indique, qu’en ce lieu, sera dispensée une éducation globale — scolaire et morale — à laquelle il faut adhérer et se soumettre. En choisissant ce mot de collège, Madame Daniélou contrôlait implicitement sa clientèle.

95Autre conséquence de ce caractère « très peu institutionnalisé » des établissements libres de jeunes filles : l’importance de la fondatrice. La personnalité de Madeleine Daniélou sert en quelque sorte d’emblème aux collèges Sainte Marie. Un élément de sa biographie retiendra l’attention : Madeleine Daniélou fut reçue première à l’agrégation de lettres en 1903, dix ans avant de fonder Sainte Marie de Neuilly. À en croire H. Peretz, ce petit détail la singularise de l’ensemble des fondatrices d’établissements. En effet, la plupart reprenait leur cursus universitaire après la fondation de leur institution. Autre fait biographique notable : Madeleine Daniélou était mariée à un journaliste devenu maire puis député. De cette union devaient naître six enfants. En bref, la fondatrice des collèges Sainte Marie était à la fois une femme hautement diplômée, une épouse et une mère de famille nombreuse.

96Depuis la mort de Madeleine Daniélou, en 1956, deux femmes se sont succédées à la tête des collèges Sainte Marie : Mlle d’Yngle-mare et Mlle d’Ussel. Toutes deux appartiennent à la communauté Saint-François-Xavier. Mais l’image de la fondatrice influence aujourd’hui encore le projet éducatif des demoiselles de Sainte Marie. En témoigne cet extrait du Bulletin des Anciennes publié en avril 1986 :

Un mot de Mme Daniélou :
En juin 1956, Madame Daniélou s’adressant aux élèves de première et de terminale — Dieu devait la reprendre en octobre suivant — leur disait, après avoir évoqué le présent de l’heure, déjà fort difficile : « Vous devez regarder l’avenir avec confiance. Vous êtes plus armées que d’autres par ce que vous avez reçu, pour vous orienter heureusement dans cette silve où vous vous engagez... Il y a quelque chose de grand à faire qui est de reconstruire sans cesse ce monde chrétien qui a toujours triomphé des barbaries comme des décadences, et pour lequel on a besoin de vous, car c’est vous qui serez là dans dix ans, dans vingt ans, quand nous-mêmes serons tombées avec notre mission ; vous tiendrez le flambeau, vous le porterez plus loin. »
Il y aura bientôt trente ans que cet envoi a été prononcé. Qu’il retentisse toujours parmi nous ; que la force d’en haut encourage et stimule les innombrables Anciennes qui s’engagent dans de grandes fidélités, dans de grands travaux, ou qui, patiemment, là où elles sont, égrènent le rosaire de leurs joies, de leurs souffrances, pour le Royaume de Dieu.

97La personnalité de Madeleine Daniélou incarne donc pour l’institution, l’évolution du statut de la femme dans le monde des élites. Et les générations de jeunes femmes éduquées dans son collège, âgées aujourd’hui de plus de 45 ans, se souviennent et évoquent le caractère exceptionnel de la fondatrice et celui, non moins exceptionnel à leurs yeux, du projet éducatif : donner aux femmes de la bourgeoisie et de l’aristocratie un haut niveau intellectuel. C’est la rupture consommée avec le xixe siècle.

98Gisèle, 48 ans, agrégée, professeur de philosophie dans un lycée reprend, en des termes proches d’un légendaire, l’histoire de Sainte Marie :

À cette époque (vers 1913), il était impensable qu’une femme fasse des études poussées sans perdre la foi. De plus, c’était une époque où les jeunes filles avaient un vernis ; elle [Mme Daniélou] a voulu montrer qu’il existait une relation entre le niveau culturel et la religion.

99Parlant de l’association des Anciennes, elle dit :

On se tient énormément. La plupart des anciennes ont épousé des hommes de valeur, elles agissent sur les leviers de commande. Ce sont des femmes qui ont parfois de hautes responsabilités, qui agissent sur le plan religieux et politique.

100Christine, 47 ans, ne parle pas de femmes appelées à de hautes destinées mais d’épouses intelligentes. Christine ne travaille pas, elle s’active en faisant du bénévolat et de la catéchèse. Actuellement, beaucoup de femmes de cette génération et n’exerçant pas d’activité professionnelle, consacrent une grande partie de leur temps à la vie paroissiale. Les propos de Christine rappellent étrangement ceux de Monseigneur Dupanloud :

Dans ma classe, dit-elle, la moitié n’a pas travaillé parce que pour finir on se marie très jeune et on élève des enfants. À Sainte Marie, elles [les demoiselles] estimaient que les hommes avaient besoin de femmes intelligentes. Dans cette bourgeoisie catholique, on pensait que les femmes devaient être éduquées.

101Deux niveaux d’analyse peuvent rendre compte de l’évolution du rôle de la femme bourgeoise dans la société française. Le premier : le droit aux études supérieures ; le second : la place de la femme dans le monde du travail et la mère éducatrice.

102Si les jeunes femmes de 32-34 ans n’évoquent que peu le légendaire de création, la plupart insistent sur les qualités intellectuelles de Sainte Marie ; « le top-niveau » de cet établissement devient un leitmotiv courant à travers tous les entretiens. Quelques exemples parmi d’autres :

J’ai pris conscience du haut niveau intellectuel de Sainte Marie, en en sortant. Lorsque j’ai commencé à travailler, je me suis rendu compte que 80 % des gens parlaient mal le français et n’avaient aucune culture générale (Colette). Ou : On sait écrire une lettre, on sait rédiger (Odile).

103Toutes les jeunes femmes évoquent avec insistance leur capacité « à savoir écrire un texte, rédiger une lettre ». Or dans notre société, malgré les efforts des éducateurs, la maîtrise de ces exercices demeure inégale et discriminatoire. Dans la culture bourgeoise, on accorde une très grande importance à l’art de la correspondance. L’échange de courrier reste une pratique courante, obligatoire dans certaines circonstances (invitation, remerciement, faire-part...). On ne doit pas ignorer, par exemple, les codes et formules permettant de signifier le degré de proximité ou de distance que l’on entretient avec le destinataire. Savoir rédiger, c’est savoir se présenter et se faire comprendre. Cet exercice est vécu comme une règle de politesse. Il serait intéressant d’étudier le déplacement de ces codes et formules dans la communication téléphonique. Car comme le remarquait Madame Pierre I., « on passe l’essai à table et au téléphone. »

104D’une manière générale les jeunes filles mettent l’accent sur la valorisation de « la chose intellectuelle » :

Elles ont une grande exigence intellectuelle et de logique. Elles virent les gens pas très intelligents. On le perçoit bien quand les filles partent : soit elles avaient mauvais esprit, soit elles étaient médiocres (Flo).

105Interrogées plus précisément sur ce que signifie « ce haut niveau intellectuel », elles rendent alors compte davantage de la méthode et de l’organisation du travail que de l’excellence du contenu, excellence à propos de laquelle les avis divergent (cf. les récits de Marthe et de Marie-Christine). Depuis 1959, date du contrat passé avec l’État, les institutions libres sont tenues de suivre les programmes officiels ; l’originalité de l’instruction ne peut donc s’exercer que sur les modalités de transmission de ce programme et non sur son contenu. Résumons à grands traits ce que l’on nous dit sur l’apprentissage méthodique de la « chose intellectuelle » : Apprendre à travailler seule, savoir organiser son travail, lire un livre et en tirer l’essentiel, faire un plan, apprendre à réfléchir, avoir une certaine rigueur d’esprit, remettre en cause ce qu’on lit. Et pour finir : « Elles développent, nous dit la maman de Flo, dans les deux dernières années, l’esprit critique au nom du principe jésuite : on devient quelqu’un quand on est capable de critiquer l’éducation reçue. » Pour la jeune génération, revendiquer inconditionnellement le bon niveau intellectuel, est une manière de perpétuer la réputation exceptionnelle de Sainte Marie. Aujourd’hui encore, pour la plupart de ces jeunes filles devenues mères, Sainte Marie demeure un « haut lieu » de la formation des femmes.

106Diplômées, exercent-elles une activité professionnelle ou demeurent-elles au foyer ?

107En 1960, Mlle d’Ynglemare s’adressait à une génération de femmes qui désiraient entrer sur le marché du travail. Cette conférence fut reproduite dans un bulletin des Anciennes datant de 1981. Les responsables de ce numéro précisent que même si tout a changé, ce texte exprime néanmoins « une intelligence profonde de la complémentarité de la femme et de l’homme ».

108Que disait Mlle d’Ynglemare en 1960 aux étudiantes de l’école normale et aux anciennes ?

Une femme normale et équilibrée est une femme de cœur. Dans ces perspectives, où situons-nous la vie intellectuelle ? Précisément au service du cœur ; car les forces de sensibilité peuvent dévier, sortir de la normale (...). L’effort intellectuel sert donc à maîtriser l’excès de sentimentalité. La vie intellectuelle suppose, elle, une véritable culture, qui doit être « vie de l’esprit, tournée vers les autres ». Or cette véritable culture ne correspond pas nécessairement à l’obtention des diplômes. La culture, la vraie, dans ce monde de techniciens, est peut-être menacée, elle reste aux mains des femmes. (...) Il faut situer la femme dans sa maison réelle, celle-ci est de fonder un foyer. Seules les femmes transmettent la foi aux tout petits et cette transmission est irremplaçable.

109Les jeunes filles éduquées à Sainte Marie expriment aujourd’hui encore l’ambiguïté de cet enseignement : mise en valeur de la chose intellectuelle et valorisation de la mission spirituelle incombant à la jeune épouse et mère. Ainsi, certaines affirment que Sainte Marie pousse à faire de longues études, tandis que d’autres pensent tout aussi fermement que, sorties de Sainte Marie, les filles se marient et font des enfants.

110Quelques données chiffrées : sur les 50 mères des jeunes filles de la promotion 73, 12 ont exercé ou exercent une activité professionnelle : gérante de société (mari : attaché de direction) ; comptable (après le décès du mari) ; secrétaire (mari : ingénieur) ; restauratrice de tableau (mari : député) ; graphologue (mari : directeur de société) ; responsable sponsoring UAP (mari : agent général dans la même entreprise) ; pharmacienne (mari : secrétaire général d’une entreprise) ; artiste-peintre (mari : PDG) ; journaliste (mari : conseil en organisation) ; fonctionnaire (mari : cadre supérieur) ; cadre (mari : cadre dans une grande entreprise) ; un couple de commerçants.

111Sur les 50 jeunes filles, 43 exercent aujourd’hui une activité professionnelle ; 47 ont obtenu des diplômes après une durée d’études se situant entre 3 et 6 ans, parfois plus. Professions exercées : documentaliste, expert-comptable, professeur, conseil en communication, institutrice, institutrice bilingue, journalistes, médecins hospitaliers, kinésithérapeute, infirmières, psychologue, psychomotricienne, cadre moyen, secrétaire bilingue, pharmacienne, ergothérapeutes, puéricultrice, directeur contrôle service fraudes chez X., ingénieur pétrolier, responsable des relations de presse chez Y., ingénieur commercial, cadre de gestion, responsable formation entreprise, inspecteur de police, conférencière dans les musées nationaux, rédactrice de revue, chef de produit, assistante de direction, architecte, chef de publicité, restauratrice de tableaux. (Voir en annexe les résumés biographiques de ces 50 jeunes femmes : études suivies, diplômes obtenus, profession, mariage, profession du conjoint, nombre d’enfants et professions des parents.)

112Sur les 7 jeunes femmes qui n’exercent pas aujourd’hui d’activité professionnelle, une seule n’a jamais travaillé : Pascale, licenciée d’histoire, mariée à 22 ans à un viticulteur et mère de quatre enfants ; trois ont arrêté d’exercer leur profession à la naissance du troisième enfant ; deux à la naissance du second et une à la naissance du premier. Rappelons que ces jeunes femmes ont entre 31 et 34 ans.

113Sur ces 50 jeunes femmes, 34 sont mariées religieusement (2 ont divorcé) ; 5 sont mariées non religieusement ; 5 vivent maritalement ; 5 se déclarent célibataires. Sur 39 femmes mariées, 26 le furent entre 19 et 24 ans ; l’une de ces 39 femmes a quatre enfants, 9 en ont trois, 19 en ont « deux pour l’instant » (précision portée par les intéressées sur le questionnaire), 6 « un seul pour le moment » et 4 n’en ont pas encore. Une seule femme vivant maritalement a un enfant.

114Fait incontestable, les jeunes femmes de Sainte Marie sont diplômées, exercent une activité salariée, se marient et font des enfants. Les brefs résumés biographiques attestent du niveau social aisé de ces jeunes femmes. Les facilités offertes par l’aisance matérielle et l’entraide familiale permettent à la plupart de travailler sans perdre le contrôle de l’éducation de leurs enfants et laisser la priorité à la carrière du mari. Certaines affirment travailler non par nécessité financière mais pour leur plaisir. Grands-parents et maisons familiales sont d’un grand secours : système d’entraides inconnu des générations précédentes qui usaient alors du service des domestiques, gouvernantes ou nurses. Ces grands-parents assurent la transmission des valeurs familiales, compensant parfois l’absence « physique » de la mère dans la journée.

115La petitesse de l’échantillon ne permet aucune généralisation et au-delà de ces considérations de nature sociologique, il faut revenir à notre problématique initiale : quelle relation existe-il entre l’éducation donnée à Sainte Marie et la culture bourgeoise ?

116Le texte qui suit en italique figurait en marge de la convocation :

117Vous n’avez pas répondu à la première invitation.

118Oubli, ou refus de participation ?

119Ayez l’amabilité de le faire savoir. Merci.

120C.

23. Convocation
Ce texte appelle à une journée de réflexion sur le rôle de la femme dans la société (Association des anciennes de Sainte Marie, 1988).

Table des illustrations

Titre Photo 12. Comment devient-on Laure ?
Légende « Pour grandir, l’enfant doit renoncer à ce qu’il est maintenant pour la figure indécise de ce qu’il sera ; or nul ne consent volontiers à être délogé de ses positions, à être mené par un autre. Il y a toujours quelque vert paradis à abandonner, quelque grand pays d’enfance à laisser derrière soi » (Léna 1981).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Photo 13. La bague
Légende La bague fut le premier élément qui arrêta mon regard : une, deux, trois fois puis des dizaines de fois repérée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2992/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Légende 14. Silver crossLa vesture est conforme à ce que l’on doit présenter de soi : elle ne sert pas à exprimer un comportement idiosyncrasique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2992/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Photo 15. Paraître naturel
Légende La distinction provient d’un subtil équilibre entre ce qu’on laisse entrevoir de soi et ce que l’on masque.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2992/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Légende 16. Le salon de Mme O. mèreDans cet espace culturel se font et se déploient les relations à l’autre : il faut bien circuler dans un monde fermé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2992/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende 17. Le salon de Mme O. filleLe jeune enfant venu du jardin et courant à toute allure sera arrêté par un regard et des paroles bienveillantes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2992/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende 18. Repas de familleUne longue règle de politesse où chaque partie s’excuserait de faire attendre le tout.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2992/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2992/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende De 20 h à 6 h 19. (Photo parue dans Paris-Presse 1964) « Il y a des rallyes plus ou moins huppés : les plus huppés sont aussi les plus fermés » (Mlle Émilie E.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2992/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende 20. Les trois générations« Madame reçoit pour sa fille sous l’oeil attendri de la grand-mère. C’était en 1964. Maman recevait pour mes dix-sept ans. En 1989, je recevrai pour les dix-sept ans de ma fille » (Mme O. fille).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2992/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 21. Sainte Marie de Neuilly, 1957Comme la plupart de ses camarades, Marthe apprend très vite à détecter des infinies variétés de bourgeoisies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2992/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende 22. Sainte Marie de Neuilly, 1984« L’uniforme : c’est une vaste fumisterie » (Marthe).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2992/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende 23. ConvocationCe texte appelle à une journée de réflexion sur le rôle de la femme dans la société (Association des anciennes de Sainte Marie, 1988).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2992/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search