Version classiqueVersion mobile

Ni vue ni connue

 | 
Béatrix Le Wita

2. Accablée de tous les mots

Texte intégral

1Mais qu’entendez-vous par bourgeoisie ? Quelle en est votre définition ? Deux questions identiques et lancinantes, deux oppositions rituelles que ne manque pas de rencontrer toute démarche de terrain visant à étudier la bourgeoisie. Comme si user du terme de bourgeoisie ne pouvait se concevoir sans l’assise sûre d’une définition.

2L’énoncé des mots paysan, ouvrier, noble n’appelle aucune exigence de cet ordre. Mais prononcez le mot bourgeoisie et aussitôt s’engage une chaîne de réactions faite à la fois de fascination et de doute scientifique. Tout essai de définition est alors voué à une opposition complexe. Car, les deux questions rituelles indiquées plus avant minent par avance « votre » réponse. Celle-ci est, en effet, pénalisée de ce qu’elle ne saurait être que personnelle. Étrange situation où la subjectivité est présentée tout à la fois comme recours face à la difficulté de cerner de manière satisfaisante un concept et comme preuve du caractère non scientifique de votre démarche (Le Wita, Sjögren 1986).

Une histoire de mots

3À la définition du mot bourgeois, il y a plus d’un siècle déjà, en 1867, les auteurs du Larousse ne résistaient pas au plaisir de citer « la boutade spirituelle de M. Nestor Roqueplan ».

Qu’est-ce qu’un bourgeois ? Telle est la question plus souvent brûlée que traitée sur laquelle il ne serait pas mal à propos de s’entendre. Ce qu’il faut d’abord remarquer, c’est que l’acceptation ridicule du mot bourgeois est spéciale à notre France (...).
Le Georges Dandin, le Sganarelle, le Jourdain de Molière, le Prudhomme de Henri Monnier, le bourgeois des artistes et des petits journaux, ce type où viennent s’incarner les petitesses de l’esprit, les idées obtuses, les incohérentes métaphores de toute une classe de citoyens que l’on met naturellement en dehors de l’armée et de l’Église, et à qui on assigne pour limites, en bas, la population ouvrière des villes et des campagnes, en haut, je ne sais quelle noblesse aujourd’hui très mêlée, ce type ne se trouve que dans notre littérature (...)
(...) D’où vient que ce type soit presque exclusivement propre à la littérature française ? Est-il de pure convention, ou le modèle, s’il n’existe plus, a-t-il jamais existé ? (...)
(...) Ces turlupinades contre la bourgeoisie allèrent en s’affaiblissant aux approches de 1789.
Les plaisanteries recommencèrent avec l’avènement des nouvelles idées en art et en littérature. Et comme, à côté de ce mouvement purement intellectuel, se produisait un mouvement politique, les attaques partirent des deux camps diamétralement opposés. Tout ce qui n’était pas pour l’art nouveau et pour la politique nouvelle fut traité de bourgeois. L’idéal de cette figure, en ce moment, fut complet. Encroûtement absolu dans certaines idées égoïstes et mesquines, recherche d’un art moyen et d’une politique moyenne ; le joli et le gracieux substitués au beau et au grand, l’ordre et le fait au progrès et à l’idée, la taquinerie et le bavardage à la discussion, le correct au véhément, la fausse élégance et les métaphores contradictoires au vrai style et aux images suivies, en un mot la sottise prétentieuse et immobile à la passion et à l’originalité.
Oui, certes, parmi les différentes effigies de la nature humaine, il en est qui répondent à ce portrait, mais elles n’appartiennent pas plus à la bourgeoisie qu’à la noblesse et aux classes populaires. Pourquoi donc lui avoir donné le nom et l’habit de bourgeois ? (...)
(...) « Ce n’est pas la bourgeoisie seule qui a fait le succès de ces portraitistes écœurants devant qui les dames du meilleur monde se sont empressées de venir poser. D’où sont sortis presque tous ces écrivains, ces artistes, ces orateurs, ces philosophes, ces hommes de guerre et ces hommes d’État qui ont élevé ce pays à la hauteur où il se trouve ? De la bourgeoisie.

4Toujours d’actualité, cette adresse satirique met en scène ce que R. Barthes appelle la « défection du nom » (Barthes 1970). En dévalorisant les mots bourgeois et bourgeoisie, les individus « qui en sont » interdisent en somme qu’on les nomme ainsi. La « classe » se met en cause elle-même : elle se pense dans son ambiguïté.

5Quiconque s’efforce de cerner sociologiquement la bourgeoisie est condamné en effet à voir s’effacer la réalité observée. Celle-ci disparaît derrière les statistiques socio-professionnelles. On la perd à vouloir la faire correspondre à des termes aussi divers que « classes aisées ou privilégiées », « classes supérieures », « upper middle class » ou « middle class ». On la perd encore en recourant aux distinctions internes telles que « parisienne ou provinciale », « industrielle ou financière », « catholique ou protestante », « haute ou petite », etc. La pluralité des directions n’engendre qu’une hémorragie de sens.

6Dans notre enquête de terrain tout a donc commencé par une histoire de mots, l’emploi du terme faisant problème tant dans le monde savant (exigences de définition) que dans le monde indigène (réactions de méfiance). Paradoxalement, l’observation ethnographique laissait, elle, entrevoir de manière sensible « la réalité existentielle » de la bourgeoisie.

7Mais faute de pouvoir, tout au long de ces années, prononcer le mot « bourgeois » sans devoir l’habiller de guillemets, il est apparu nécessaire d’aller traquer ses différents traitements dans quelques dictionnaires de langue. Aucun lieu en effet ne recense mieux les problèmes lexicaux. Envisageant le mot comme élément du stock disponible du locuteur moyen, ce type de dictionnaire en présente dans le discours parlé et écrit le véritable fonctionnement. Fixée selon des règles conventionnelles, la définition du mot est alors la traduction, sous une forme concise mais explicite, de tous les traits sémantiques qu’il contient.

8On n’aura pas par ce biais la naïveté de s’enquérir d’une définition de la bourgeoisie. Tentative vaine et vouée à l’échec. Il s’agit tout simplement de donner aux mots bourgeois et bourgeoisie « droit de bourgeoisie », c’est-à-dire de les reconnaître et les faire reconnaître tels qu’ils sont en usage.

9Notre intention est d’observer avec attention les diverses enveloppes et parures qui entourent ces mots. Chemin faisant, nous constaterons que sous ces couches alluvionnaires, la « chose » semble s’enfuir ou plutôt émerger dans le paradoxe.

10Le déroulement logique des définitions de dictionnaires offre le spectacle de cette gestion astucieuse jonglant avec les éléments étymologiques et historiques, l’essai de réflexion sociologique et le sens péjoratif. Leur lecture à travers le Trévoux (1771), le Bescherelle (1864), le Larousse du xixe siècle (1867), le Robert (1967), le Larousse du xxe siècle (1961), le Lexis (1975) met en scène une vision que la société française porte sur une fraction d’elle-même.

11Aucune langue n’est une simple nomenclature. Et derrière cette histoire de « mots » se cache, évidemment, l’appréhension symbolique de la réalité qu’ils désignent. Or le paradoxe est ici que le mot ne semble jamais pouvoir correspondre à la chose. En d’autres termes, bourgeois ne voudrait pas dire bourgeois, comme si tout se liguait pour produire une perte de sens, un interdit de l’usage.

12Cinq voies principales traversent l’aire sémantique des mots bourgeois et bourgeoisie. D’abord, l’avenue principale de tout bon dictionnaire : l’élément étymologique. Burger, burgis, bourg, le bourgeois trouve son origine dans la ville. Deuxième direction des définitions : la diversité des acceptions possibles (du riche marchand au rentier en passant par la figure du bon père de famille, sans omettre le détenteur des moyens de production). Troisième thème : la bourgeoisie comme classe intermédiaire. Ni noble ni militaire, ni paysan ni ouvrier, le bourgeois a bien du mal à se définir tout seul, sans le jeu de ces doubles négations. Quatrième voie, véritable artère innervant toutes les autres : le détour obligé par le sens péjoratif. « Cela est du dernier bourgeois, manières d’agir tout à fait bourgeoises, c’est-à-dire basses et populaires », etc. Le mot bourgeois a mille occasions de se dire par mépris. Enfin, on verra que l’adjectif bourgeois et ses usages spécifiques — qu’il s’agisse de soupe, de vin, de maison, de famille ou d’habit — offrent le spectacle d’une véritable culture.

13L’analyse de ces cinq éléments rappelle le jeu théâtral de Dame Gigogne. Sous les jupes de cette géante s’échappait une foule d’enfants. De même, lorsque l’on pense tenir un sens ou un caractère propre au mot, on le découvre ailleurs flanqué tout aussitôt d’une acception contraire ou brouillé par le dénigrement. Pour illustrer ce jeu des représentations, il est utile de donner ici une définition dans son intégralité. On verra ainsi, à la lecture du Trévoux, comment à la manière d’une fiction se combinent, bien avant le xixe siècle, présentation et représentation de la bourgeoisie.

La définition du Trévoux 1771

Bourgeois, bourgeoise, f. m8f. prononcez bourjois. Urbisincola. Dans la basse latinité on trouve Burgensis.

14Habitant de la ville et classe intermédiaire :

— Celui qui fait résidence ordinaire dans la ville, et qui a un degré de condition qui tient le milieu entre la Noblesse et le Paysan. M. l’Abbé Girard. La vraie politesse ne se trouve guère que chez les courtisans et les principaux Bourgeois des villes capitales. Voyez citoyen, habitant, leurs différences. M. de Voltaire dans ses remarques sur le Nicomède de Corneille observe que cette expression est bannie du style noble. Elle était admise à Rome, et l’est encore dans les républiques. Le droit de Bourgeoisie, le titre de bourgeois. Elle a perdu de sa dignité, peut-être parce que nous ne jouissons pas des droits qu’elle exprime. Un Bourgeois dans une République est en général un homme capable de parvenir aux emplois : dans un État monarchique, c’est un homme commun. Aussi ce mot est il ironique dans la bouche de Nicomède, et n’ôte rien à la noble fermeté de son discours.
— Ce mot vient de l’allemand Burger, qui signifie la même chose, ou plutôt, selon Pasquier, il vient du vieux mot bourg qui signifiait une ville.

15Sens historique : corps des bourgeois et gens du Tiers État :

— Bourgeois se prend aussi comme nom collectif, et signifie l’assemblage, le corps de ceux qu’on nomme bourgeois dans le vrai sens du mot (...).
— Bourgeois désigne aussi quelquefois tous les gens du Tiers État, à la distinction des Ecclésiastiques et des Gentilhommes qui jouissent de plusieurs privilèges dont le Peuple ne jouit pas. Les charges de l’État sont portées par le Bourgeois.
Laissez les bons
bourgeois se plaire en leur ménage : c’est pour eux seuls qu’Hymen fit les plaisirs permis. La Fontaine.

16Se dit aussi par mépris :

— Bourgeois se dit aussi par mépris pour signifier un homme qui n’est pas Gentilhomme, ou qui n’a nul usage du monde. Ce n’est qu’un Bourgeois, cela sent bien son Bourgeois.

17Sens historique et diversité des acceptions :

— On appelle en plusieurs coutumes Bourgeois du Roi, des habitants qui ont quelque privilège pour plaider seulement en la Juridiction Royale, et décliner la Juridiction des Seigneurs : ce qui a lieu dans les Coutumes de Troyes, de Champagne, de Chaumont, de Sens et d’Auxerre : ce que l’on appelle aussi droit de Juré, parce que ceux qui se rendoient justiciables du Roi, faisoient un serment par devant le Juge Royal ; et pour cela on payoit un droit de six deniers pour livre des meubles, et deux deniers des immeubles ; ce qui s’appeloit droit de Bourgeoisie.
bourgeois fieffé, c’est l’habitant d’une ville dont la Bourgeoisie, la Mairie, l’Échevinage et la Commune sont tenues en fief du Roi ; ou d’un autre seigneur. Ragueau.
— On appelle bourgeois du Roi ceux qui quoique demeurant dans des terres seigneuriales, dont tous les habitants sont serfs du Seigneur, communément appelés gens de pot et de main-morte, sont exempts de cette servitude au moyen de leur privilège qui les en excepte, et qui même en quelques endroits les soustrait à la Justice seigneuriale, et les rend justiciables du Juge-Royal en première instance.
— Ce privilège de bourgeoisie royale n’a été introduit que pour quelques endroits de la Champagne, où tout le Peuple est de condition servile, en sorte que, si quelque forain venoit habiter la terre d’un Seigneur, il deviendroit son serf : ainsi que ceux qui viennent s’établir dans quelque lieu de cette Province, pour se soustraire à la servitude du Seigneur du lieu, ont recours au Roi ou à ses Officiers qui leur donnent des lettres de Bourgeoisie et protection royale.
En termes de Marine :
— Bourgeois, en termes de Marine, est le propriétaire d’un vaisseau, soit par achat, soit qu’il en ait fait faire la construction (...).

18Usages populaires du mot :

— Les ouvriers appellent Bourgeois, celui pour lequel ils travaillent. Il faut servir le Bourgeois. Le maçon, l’artisan, tâchent toujours de tromper le Bourgeois. C’est en ce sens et en opposant les Bourgeois aux artisans, que le Roi dit dans l’Ordonnance de 1667, art. XI : Les Juges et les parties pourront nommer pour experts des Bourgeois ; et en cas qu’un artisan soit intéressé en son nom contre un Bourgeois, ne pourra être pris pour tiers expert qu’un Bourgeois.

  • 1 L’emploi du mot paraphrase fait référence ici à son usage lexicographique. La définition du mot-ent (...)

19Paraphrases successives1 : maison bourgeoise et famille bourgeoise :

bourgeois, oise, est aussi adj. dans les mêmes sens qu’il est substantif. Une maison bourgeoise, c’est une maison bâtie simplement et sans magnificence, mais commode et logeable ; et elle est également opposée à Palais, hôtel, et à cabane, ou maison de paysan et d’artisan. On appelle dans les bourgs et villages, Maisons bourgeoises, celles que les Bourgeois des villes voisines y ont, par opposition à celles des habitants du lieu. Dans les villages des environs de Paris, tout est plein de maisons bourgeoises très-propres. Une maison ou famille bourgeoise, est une famille qui n’est pas noble, mais au-dessus de l’artisan, par ses biens et ses emplois.

20Se dit aussi par mépris : façons de parler, manières d’agir, air bourgeois :

— On le dit aussi adjectivement dans l’autre sens. Cela est du dernier bourgeois. Mol. Corrigez-vous de vos façons de parler bourgeoises, c’est-à-dire basses et populaires. Il a des manières d’agir tout à fait bourgeoises. Vous allez voir entrer dans cette famille un air bourgeois qui n’en sortira de dix générations. Je ne vis jamais un corps composé d’atomes plus bourgeois. Mol. dans le Bourg. Gent.

21Usages spécifiques : garde, caution, vin, soupe bourgeoise :

franc-bourgeois. Voyez Franc. On appelle garde-bourgeoise, un droit établi dans la Coutume de Paris à l’imitation de la garde-noble, par lequel les père et mère, ayeul ou ayeule, ont droit de jouir des biens de leurs enfants mineurs sans leur en rendre compte, en les entretenant selon leur état, et en payant leurs dettes mobiliaires. Pupillorum tutela, E’hereditatis procuratio.

— On appelle aussi garde-bourgeoise, la milice des bourgeois qui font garde en quelque partie de leur ville. Civium excubia. On appelle caution bourgeoise, une bonne caution, et facile à discuter.

— On appelle vin bourgeois, le vin que les Bourgeois de la ville de Paris recueillent de leur crû, et qu’ils ont droit de vendre à pot chez eux. On le dit aussi du vin non frelaté qu’on a dans sa cave par opposition au vin de cabaret. On dit dans le même sens ordinaire, soupe bourgeoise, bonne soupe (...).

22L’adverbe : bourgeoisement :

— D’une manière bourgeoise, Agresliùs, simpliciùs, rudiùs. Il vit, il parle, il raisonne bourgeoisement. Sur le midi il dîne bourgeoisement, et en famille ; mais bien et avec appétit. Vign. Marv.

23Bourgeoise f.f. :

24Élément étymologique et sens historique :

— Jus civitatis. La qualité de citoyen. Ce mot suppose une ville et une société dont chaque particulier connoît les affaires, et aime le bien, et peut se promettre de parvenir aux premières dignités. Il faut une demeure de dix ans dans les villes franches pour acquérir le droit de Bourgeoisie et l’exemption de la taille. Le droit de Bourgeoisie à Rome, ou de Citoyen Romain, donnoit de grands avantages : on l’accordoit même à des étrangers. Lacédémone étoit si jalouse de son droit de Bourgeoisie, qu’Hérodote a observé qu’elle ne l’a accordé qu’à deux personnes. La Guil. Les François perdent le droit de Bourgeoisie françoise, en s’établissant dans les pays étrangers ; mais ils le recouvrent s’ils reviennent en France. Pimont dans le Nouveau Praticien François. Voyez dans l’Hist. de Lyon du P. Menef-trier, page 448, la manière dont on doit demander la Bourgeoisie et y être reçu.

bourgeoisie, se dit aussi en termes collectifs de tout le corps des Bourgeois. Cives. La Bourgeoisie est en armes, et c. La Bourgeoisie est toujours la copie de la Cour. Scar.

Le bourgeois et la ville

Un sens perdu et détourné

25On vient de le voir, étymologiquement, le mot bourgeois s’apparente au mot bourg (burgeis xiie siècle). « Citoyen, habitant d’une ville », redira, en 1867, le Bescherelle. Selon les dictionnaires, des développements historiques plus ou moins longs viendront étayer cet élément étymologique. Avec le Larousse du xixe siècle — il est vrai à vocation encyclopédique —, ce sens premier se voit ainsi étoffé de données historiques rappelant les diverses étapes du développement des bourgs et communes de France.

bourgeois, oise s. (bour-joi, oi-ze). M. de Brequigny, dans sa préface du douzième volume des Ordonnances des rois de France, assigne l’origine suivante au mot bourgeois. Au xe siècle, on appelait bourgs les simples villages qui n’étaient point fermés de murs. Les troubles qui agitèrent cette époque ayant obligé de clore de murailles ces habitations, elles continuèrent de porter le nom de bourg. Enfin, insensiblement, ce nom ne fut donné qu’aux lieux fermés de murs, et s’éloigna ainsi de sa signification primitive. Il en fut de même du mot bourgeois, qui servit d’abord à désigner les habitants des bourgs ou villages, qu’ils fussent ouverts ou fermés. Lorsque les bourgs fermés s’élevèrent au rang des villes, les habitants conservèrent le nom de bourgeois. Enfin, lorsque ces lieux obtinrent des privilèges pour leurs habitants réunis en corps, le nom de bourgeois devint propre aux individus de ce corps, à l’exclusion non seulement des habitants des lieux non privilégiés, mais même de ceux des habitants du lieu privilégié, qui n’avaient pas été associés au corps auquel le privilège avait été accordé. Par là on restreignit l’acceptation première du mot bourgeois : il n’avait exprimé originairement qu’une idée de position, on y joignit une idée de privilège (voir bourgeoisie). Personne qui habite une ville et jouit de certains droits particuliers analogues aux droits de cité : les bourgeois de Cracovie furent assez hardis pour fermer leurs portes au vainqueur (Volt.).

26Pour énoncer le sens propre, le Trévoux utilise le temps présent « celui qui fait résidence ordinaire dans la ville », tandis que le Bescherelle emploie l’imparfait « se disait autrefois collectivement de tout le corps des citoyens ou bourgeois d’une ville ». 11 n’est pas sans intérêt de remarquer que l’on passe, à travers les exemples choisis, d’un Bourgeois de Paris (Trévoux) à un bourgeois en Suisse (Larousse xixe siècle) : « En Suisse, le mot bourgeois continue à désigner les habitants d’une ville pourvus de certains privilèges qui forment la bourgeoisie. » Il n’est pas dans notre propos de soumettre les définitions à une analyse historique. Celle-ci fut d’ailleurs réalisée par M. Peronnet dans son étude sur les mots bourgeois et bourgeoisie à travers diverses éditions du dictionnaire de l’Académie. Nous ferons nôtres ses conclusions : au fil du temps, le rapport du mot bourgeois à la ville devient un archaïsme. À partir du xixe siècle, les dictionnaires ont tendance en effet « à faire de bourgeois un mot vieilli en France et encore d’usage seulement à l’étranger (...) » (Peronnet 1987).

27Tendance que traduit également la moindre part accordée au sens étymologique. Le Robert, par exemple, fait figurer cet élément de la définition sous la rubrique « classique et littéraire ». Le Lexis, quant à lui, abandonne toute référence historique et rappelle l’éty-mon sous la forme la plus concise qui soit : « Bourgeois(e), adj., de Bourg. » Les dictionnaires rendent ainsi compte du peu d’usage que tout locuteur fait du sens le plus ancien d’un mot. Et de toute évidence, le mot bourgeois n’évoque plus guère aujourd’hui « l’habitant, citoyen privilégié d’une ville » (Bescherelle).

28On insistera à ce propos sur le premier d’une longue série de paradoxes. En effet, ce sens étymologique dont on serait en droit d’attendre qu’il ne soit soumis à aucune interprétation de nature idéologique est, dans les faits, suivi de citations plutôt malveillantes. Après avoir indiqué le sens premier du mot, Le Bescherelle précise ainsi « qu’aujourd’hui, on appelle bourgeois ceux qui vivent sans rien faire, qui consomment sans produire (...) ». À l’appui de quoi prend place une citation de La Bruyère : « Ne parlez pas à grand nombre de BOURGEOIS, ni de guérets, ni de baliveaux, ni de provins, ni de regains, si vous voulez être entendu : ces mots, pour eux, ne sont pas français. »

29On retrouve semblable mise en scène dans le Larousse du xixe siècle, agrémentée de deux citations supplémentaires :

Personne aisée qui habite la ville, par opposition à celles qui habitent la campagne : Ne parlez pas à un grand nombre de bourgeois, ni de guérets, ni de baliveaux, ni de provins, ni de regains, si vous voulez être entendu ! Ces mots, pour eux, ne sont pas français (La Bruy.).
Un amateur de jardinage,
Demi-bourgeois, demi-manant
(La Fontaine).
Se croire un personnage est fort commun en France ;
On y fait l’homme d’importance,
Et l’on n’est souvent qu’un bourgeois
(La Fontaine).

30Dans le Robert, seule subsiste la première citation de La Fontaine. Contrastant avec le style économe de ce dictionnaire, sa présence paraît si ce n’est incongrue, du moins artificielle.

Bourgeois : I.N.//1° Anciennement. Citoyen d’un bourg, d’une ville, bénéficiant d’un statut privilégié. Les bourgeois d’une commune. Les bourgeois de Calais. Un riche bourgeois. — Personne affranchie de la juridiction féodale, seigneuriale.
Un amateur de jardinage,
Demi-bourgeois, demi-manant
(La Font., Fab., IV, 4.)

31Trace d’une représentation obsolète de la bourgeoisie, cette citation, en apparence déplacée, choque et interroge le lecteur. Quel sens donner à ces phrases qui évoquent le rapport du bourgeois à la campagne alors que précisément, c’est le rapport du bourgeois à la ville qui vient d’être énoncé ?

Le bourgeois hors les murs

32Né de ou dans la ville, habitant de la ville, le bourgeois se définit en fait comme celui qui peut s’en séparer et ce, depuis l’origine. Lorsque F. Braudel trace le portrait type d’un bourgeois du xvie siècle, il mentionne certes l’état économique (« être dans une relative aisance »), l’état moral (« vivre avec dignité »), mais aussi la nécessité « d’avoir acheté quelques terres autour de la ville » (Braudel 1979). Si l’on considère les Temps modernes, l’achat de domaines semble interprété par les contemporains et un grand nombre d’historiens comme le moyen le plus sûr de parvenir à la noblesse. Les citations de La Bruyère ou de La Fontaine exprimeraient alors le mépris dans lequel une société tient l’une de ces fractions lorsque celle-ci cherche « par tous les moyens » à pénétrer le corps des élites en place. D’où le sens de cette troisième citation figurant dans le Larousse du xixe siècle : « Se croire un personnage est fort commun en France (...) et l’on n’est souvent qu’un bourgeois (La Font.). »

33Le bourgeois veut-il bâtir comme les grands ? Il est d’emblée placé sous l’ombre minimisante de la noblesse. Il ne sera jamais un seigneur de la terre. D’où son premier antonyme : le noble. Propriétaire terrien, il ne peut être qu’un jouisseur paisible et paresseux des joies rustiques, ignorant tout des choses de la terre. D’où son autre antonyme : le paysan. Ni paysan, ni noble, il lui reste le jardinage, l’horticulture, l’amour des choses rustiques... Occupations qui seraient, d’après D. Richet, « projection hors des murs de la cité, d’un monde issu de la ville, y puisant sa sève, y renouvelant ses goûts, fasciné par ce qu’exprime le mot " civilisation " » (Richet 1969). Certes, comme le rappelle F. Braudel, il n’y a pas de ville en Europe dont l’argent ne déborde sur les terres voisines. Mais on sait que ce jardinage, objet de railleries, ne fut pas toujours dépourvu de préoccupations économiques. Il fit même, dès l’origine, l’objet d’une gestion attentive des terres et de leur productivité. Lorsque G. Huppert imagine une conversation entre Monsieur de Gouberville, bourgeois de son état, et Montaigne, il place dans la bouche du premier d’abondants propos sur ses cochons. Jusqu’à ennuyer mortellement l’illustre penseur. Mais, poursuit l’auteur :

Si un gentilhomme, habitué aux camps militaires et à la vie de cour, avait écouté avec indulgence ses propos rustiques, il aurait peu à peu découvert que ce gentilhomme, bien loin d’être un nigaud, était au contraire un technicien, qui gérait au nom du profit une vaste entreprise agricole, mêlant ainsi le travail de l’agriculture à l’esprit du bourgeois (Huppert 1983).

34Avoir maisons aux champs, c’était pouvoir se procurer du blé, du bois, des volailles, des cochons, des fruits... Aujourd’hui, seules certaines pratiques rappellent cette auto-consommation. Pommes ridées, prunes toujours un peu trop vertes ou trop mûres, poires du verger se retrouvent au moment du dessert à la table des bourgeois. Tout autre fruit semble banni de la maison. Pas un récit, pas un journal intime qui n’évoque ce plaisir à croquer, des après-midi entières, les fruits du verger. Ne demandez pas à un bourgeois pourquoi l’on sert toujours des pommes, des poires ou des prunes, vous provoqueriez soit une réaction d’étonnement : « les autres ne mangent-ils pas ces sortes de fruits ? », soit des propos calqués sur le modèle suivant :

Consommer ses pommes : la douceur de l’entre-soi jusque sur la table. Pommes à l’origine connue (« l’arbre de gauche en rentrant dans le clos », « le vieil arbre qui donne tant »), non traitées, mises en réserve sur des paillons, dont chacun connaît le goût et la consistance, aux défauts attendrissants, pommes intimes dont les rides n’altèrent pas la saveur, pommes sans apprêt ni fard, pommes qui disent les saisons, la chute des feuilles, le brouillard sur l’étang, les tulipes qu’Adrien (ou Jules) met en terre, la Toussaint et les petits cousins qui vont disparaître l’hiver durant... Pommes du dimanche soir — quand le domestique est sorti — pommes de bonne-maman : concentré de culture et de mémoire, fruits saturés de passé et de verts paradis (parties de croquet sous les tilleuls, récitation de poèmes, cousine Christine dont les seins poussent, draps froids et vieux WC, messe à huit heures dans la crypte de la cathédrale et chanoines respectueux, livres interdits...) (fragment de lettre).

6. Le vieil Adrien
« La chute des feuilles, le brouillard sur l’étang, les tulipes que le vieil Adrien met en terre » (fragment de lettre).

35En suivant le chemin de ces pommes consommées aussi bien dans les demeures familiales que dans les appartements parisiens où elles sont rapportées, savourées et distribuées à ceux et celles qui n’ont pu aller les chercher, on est amené à penser le rapport bourgeois/ville à travers la campagne. Et ce dans tous les sens. Car nombre de familles aujourd’hui bourgeoises sont nées de la terre. C’est, par exemple, l’histoire d’une branche de la famille L. Les ancêtres sont vignerons, laboureurs, cultivateurs. Mais attention, précise Bonne maman, auteur de ce récit : « Ils ne sont pas manouvriers, ni journaliers. Ils ne sont pas non plus propriétaires, il faudra attendre pour cela le xixe siècle (...). » Ils essaiment dans les villages de la Bourgogne.

L’un d’eux vient s’installer à A., à la fin du xviiie siècle, ils prennent femme et font souche (...). Ils sont alors recteurs d’école (ou instituteurs au xixe siècle) et vignerons, parfois les deux à la fois. On les trouve tonneliers et marchands, voire même négociants (à la ville voisine), et il faudra attendre la fin du xixe siècle pour qu’ils aillent chercher femme à Paris (Y. Latour 1975).

36Impossible donc de fonder le rapport du bourgeois à la campagne sur une simple méconnaissance ou une jouissance paresseuse comme le suggèrent les citations de La Fontaine. Et les références faites à Monsieur de Gouberville ou aux parfums des pommes ont pour but de rappeler quelques fragments d’une réalité que les représentations s’ingénient à masquer.

37L’acquisition de demeures, de fiefs et châteaux par des descendants de manufacturiers ou de négociants est perçue, la plupart du temps, comme la marque infamante de l’arrivisme social. Impossible, semble-t-il, de regarder le bourgeois conquérant autrement que sous les traits du parvenu. Dans une représentation de l’ordre social soumise à l’idéal nobiliaire, le bourgeois n’a pas, comme nous le verrons, sa place. Il est réduit à n’être qu’une pâle imitation du noble. Cette représentation domine parfois jusqu’à tenir lieu d’explication. C’est ainsi, par exemple, qu’Y. Pourcher décrivant minutieusement les mécanismes d’acquisition des terres en Lozère par d’anciens manufacturiers laborieux et épargnants parle de bourgeois « hantés par le préjugé nobiliaire » (Pourcher 1987).

Photos 7. Les maisons de famille

38Posséder une maison de famille est devenu un style de vie où se donnent à voir les marques du privilège.

39« Hantés par le préjugé nobiliaire » : toute la question est présente dès ce niveau étymologique de la définition. Si l’on accepte de penser que les bourgeois furent pendant une période donnée soumis aux lois de la société d’ordre, doit-on pour autant les réduire génériquement ou définitivement à n’être que des imitateurs ? On sait que le temps de la représentation a la vie plus longue que celui de l’action. Et si la citation de La Fontaine nous paraissait déplacée dans le Robert, c’est qu’elle n’y figure qu’au nom d’une tradition lexicographique qui s’impose de rendre compte de l’héritage d’un mot. Citer La Fontaine devrait permettre de mettre en évidence l’écart entre l’usage ancien du mot bourgeois et son usage actuel.

40Aujourd’hui, de telles représentations ne sont plus acceptables. Posséder une maison de famille est devenu un style de vie où se donnent à voir les marques du privilège.

Un style de vie : les maisons de famille

41Domaines, folies, maisons aux champs ou de famille, résidences secondaires, autant de manières d’appeler les différentes demeures des familles bourgeoises. « Elles (les maisons) réservent à quelques privilégiés et à leurs innombrables relations une portion du magnifique territoire national » (Tollu 1972). Ce n’est pas d’une maison dont il s’agit mais de plusieurs ; certaines situées à proximité de la capitale, d’autres plus éloignées.

42Distribué à travers les membres d’une parenté élargie, le patrimoine est là, non réductible à une seule propriété, à un seul propriétaire. Comme le précise F. Tollu :

Il y a les propriétés ancêtres, les propriétés cousines, les propriétés sœurs, et les propriétés filles qui n’ont pas encore de maisons mais qui vont en avoir, quand nos neveux et nièces auront fait des économies » (ibid).

43Chacune des familles enquêtées possédait en effet une ou plusieurs résidences situées aux quatre coins de la France. Au moment de nos entretiens, la grand-mère paternelle de Mlle Émilie E. laissait en héritage des appartements à Neuilly, une partie d’une zone rurale dans le Morvan, des propriétés et des terres en Normandie. À 22 ans, Emilie se trouvait ainsi propriétaire d’une petite ferme située dans ce domaine. Un de ses oncles héritait du haras et du château. Quant à sa grand-mère maternelle, elle possède une demeure en province, un appartement à Neuilly, une « petite maison » dans le Midi.

Photos 8. Les verts paradis enfantins

44Les bourgeois peuvent en partie échapper aux méfaits de la ségrégation de l’homme hors du milieu naturel.

45Les grands-parents maternels de Mme Laure C. sont propriétaires d’un hôtel particulier et d’un appartement à Paris. Plusieurs maisons d’un village proche de Paris et une propriété dans le Midi leur appartient aussi. Par d’autres filières généalogiques, Mlle Laure C. peut en outre avoir la jouissance d’un chalet « tante » en montagne, d’une villa « cousine » à Arcachon, etc.

46Sans anticiper sur le rôle que jouent ces maisons dans le maintien et la reproduction de l’histoire sociale et familiale, on peut dire qu’elles sont régulièrement vécues comme un immense privilège, voire même comme un des éléments de définition de la bourgeoisie.

47C’est ainsi que Mme Jean-Baptiste D., refusant, lors de notre entretien, l’adéquation supposée de la bourgeoisie au capital, insiste pour résumer ce qui fait le vrai privilège des gens comme elle :

Ce sont les études et une certaine facilité de vivre. Un exemple : mon grand-père louait, chaque année, une villa en Bretagne où nous nous retrouvions tous. Nous avons la grande maison de Fontainebleau où nous passons tous nos week-ends. Voilà les vrais privilèges.

48Presque tous les week-ends, M. Georges H. (fils), sa femme et leurs deux filles se rendent à N., un village situé à 40 km de Paris. Là, dans la maison familiale, ils travaillent ou se détendent pendant que leurs filles s’aèrent au contact des grands-parents, des oncles et tantes, des cousins et cousines. M. Georges H. (fils) fait même ses courses là-bas en grande surface et dans les fermes voisines. Gain de temps, d’énergie et d’argent, précise-t-il non sans humour.

49M. Pierre I. (père) a passé toutes les vacances de son enfance dans le Béarn, chez son grand-père, mais aussi dans les maisons de ses grands-oncles et grands-tantes : « C’était une fête perpétuelle : tennis, volley, promenades, rallyes pédestres, piscine. Tout était facile. » La famille possède encore ces demeures mais M. Pierre I. a préféré « se concentrer » sur le château de la famille de sa femme. Comme il est proche de Paris, ses enfants et petits-enfants y viennent facilement, de même que les amis et parents plus lointains.

50Tennis, volley, marche à pied, cheval, activités de plein air sont pleinement associées à ces week-ends répétés. Faire vivre son corps, le fatiguer, combattre l’indolence et la mollesse participent d’une certaine tradition de l’effort. On ne peut manquer d’évoquer à ce propos l’influence de la bonne société anglaise sur les mœurs de la bourgeoisie française dès la fin du xixe siècle. Conséquence anodine, mais repérable par l’observation ethnographique : l’aspect physique des bourgeois porte l’empreinte de ces fins de semaines, ou petites vacances passées dans leurs demeures. Bronzés ou colorés, régénérés ou reposés, ils peuvent, semble-t-il, échapper en partie, grâce à l’organisation interne de la vie familiale et sociale, aux méfaits de la « ségrégation de l’homme hors du milieu naturel », ségrégation qui constituerait, à en croire C. Lévi-Strauss, « une menace majeure pour la santé mentale de l’espèce » (Lévi-Strauss 1973). L’existence des maisons de famille situe le bourgeois à l’antipode du migrant. Son mode de vie urbain n’est pas fait de cassures ou de divisions déchirantes. Il ignore l’éclatement de la parenté, la séparation des générations, les week-ends passés dans la grisaille parisienne ou banlieusarde, les enfants confiés aux centres aérés. Par ses divers points d’ancrage, il maîtrise l’espace et n’est pas condamné à manquer de « nature ».

51On objectera que les bourgeois comptent pour peu dans les énormes flux qui encombrent périphériques et autoroutes les vendredis et dimanches soir. Certes, mais leurs migrations n’ont rien de comparable avec les pratiques liées aux résidences secondaires des milieux populaires ou des classes moyennes, pratiques sur lesquelles pèsent — pour un temps souvent long — les démarches et sacrifices de l’accession à la propriété. Là, l’ancienneté des demeures, le côtoiement des générations, l’enracinement dans les pierres, l’entraide entre membres de la parenté, la maîtrise de la gestion matérielle des choses font de ces week-ends un temps privilégié de repos s’apparentant à un véritable luxe. Il ne faut pas pour autant sous-estimer les tensions, les contraintes individuelles accompagnant le fonctionnement de cette vie tribale.

52Pesanteur des mœurs collectives, accroissement du nombre des héritiers, amoindrissement du patrimoine, soucis financiers obèrent l’avenir de ces maisons. La génération des cinquante ans n’est pas certaine d’assurer la relève. Devant la crainte de voir disparaître ces demeures familiales, la jeune génération, qui vit une réalité quotidienne comparable à celle des couches moyennes, les perçoit pour ce qu’elles sont : un de ses privilèges et non des moindres.

53Ces maisons de famille aujourd’hui débarrassées des signes infamants de mimétisme social (« bâtir comme les grands... ») fonctionnent comme un signe distinctif capital. C’est bien une affaire de style de vie. Et le style de vie, comme l’indique P. Bourdieu, n’est pas réductible au décor :

Le style de vie est la première et peut-être, aujourd’hui, la plus fondamentale de ces manifestations symboliques, vêtement, ameublement ou toute autre propriété qui, fonctionnant selon la logique de l’appartenance et de l’exclusion, donnent à voir les différences de capital (entendu comme capacité d’appropriation des biens rares et des profits corrélatifs) sous une forme telle qu’elles échappent à la brutalité injustifiable du fait, datum brutum, simple insignifiance ou pure violence, pour accéder à cette forme de violence méconnue et désirée, donc affirmée et reconnue comme légitime, qu’est la violence symbolique » (Bourdieu 1978).

54Simples insignifiances ou pures violences, ces demeures familiales séparent la jeune génération bourgeoise de leurs seconds sociaux, les couches moyennes. Dans ces maisons cernées d’anciens vergers, de potagers mal entretenus, de serres où le vieil Adrien ne vient plus soigner ses tulipes, les petits-enfants, les derniers-nés, ceux qui fréquentent l’école maternelle publique, apprennent à se sentir librement privilégiés. Près du court de tennis, ils respirent un air d’ancienneté générateur de distinction.

55Pour finir sur ce lien étymologique entre le bourgeois et la ville qui par le détour de la campagne nous fit entrevoir la complexité de son traitement, terminons par une dernière remarque. La quasi-totalité des études historiques sur la bourgeoisie des « bonnes villes » de France butte sur la difficulté d’une définition du bourgeois. Comme l’affirment G. Duby et bien d’autres, dès le xie siècle, le bourgeois échappe à toute étiquette sociale. Que les historiens aient peine à cerner « socialement » cet individu, c’est-à-dire, à faire correspondre au mot la réalité sociale qu’ils analysent, annonce avec force le deuxième élément caractérisant l’ensemble des définitions.

L’impossible mise en catégorie

Comment nommer ce qui bouge

56« Le mot subit une foule de variations », « le mot a aujourd’hui un sens vague et général ». Autant d’expressions paradoxales sous la plume de ceux dont on attend qu’ils énoncent :

les attributs qui distinguent une chose, qui lui appartiennent à l’exclusion de toute autre. On ne reconnaît en géométrie que les seules définitions que les logiciens appellent définition de nom, c’est-à-dire les seules impositions de nom aux choses qu’on a clairement désignées en termes parfaitement connus (Littré).

57Faudrait-il en conclure que les caractères propres de la bourgeoisie sont sa diversité, sa mobilité, sa variabilité dans le temps et dans l’espace et par là même, son impossible nomination, son invisibilité sociologique ?

58C’est dans ce sens que vont les remarques de P. Gay lorsqu’il évoque « l’acharnement anxieux » des historiens à définir la bourgeoisie du xixe siècle (Gay 1984) ou encore celles de R. Darnton : « À tous les niveaux de la recherche, les historiens ont répondu au mot d’ordre, chercher le bourgeois, mais ils ne l’ont pas trouvé » (Darnton 1985). Dans son étude minutieuse de la vie publique, des idées et actions politiques de la bourgeoisie française — entre 1604 et 1661 —, Ch. Normand confirme la complexité de ce monde social insaisissable :

C’est un organisme social, présenté à part pour apparaître en pleine lumière, dans sa complication curieuse de rangs, de dignités, de préséances, de traditions, de droits, plus ou moins contestés, de prétentions plus ou moins légitimes et, pour ne pas omettre le principal, d’ambitions et de convoitises qui tiennent moins aux individus qu’au milieu spécial où ils se meuvent (Normand 1908).

59Que leurs repères chronologiques se situent entre 1425 et 1450, ou dans les dix premières années du règne de Louis-Philippe, les recherches historiques concluent toutes à la mobilité de la société bourgeoise ou invitent à la penser comme « un milieu en expansion » (Daumart 1970). Dans une étude récente, cet auteur parle de la fluidité de la bourgeoisie qui « est un groupe qu’on ne peut définir à priori sauf à admettre un postulat, par essence indémontré et indémontrable » (Daumart 1987).

C’est ainsi que du Trévoux au Lexis, les éléments nouveaux entrant dans les définitions se rapportent exclusivement à l’évolution du système économique et social français.

60En 1791, le bourgeois est celui qui appartient au Tiers État tout en se distinguant de celui-ci par la puissance de certains privilèges. En 1858, le Bescherelle précise :

En général, on appelle aujourd’hui bourgeois, ceux qui vivent sans rien faire, qui consomment sans produire, et dont il n’est pas rare de voir l’existence inutile finir par être à la charge de la société, qui n’a reçu d’eux aucun service.

61Quant à la bourgeoisie, elle est définie par la diversité de ses acceptions :

  • Il s’emploie comme terme collectif et signifie le bourgeois en général, le corps des bourgeois, qui comprend les négociants, artisans aisés, marchands, artistes, rentiers, gens de loi, de finances, etc. La bourgeoisie fit des représentations. S’allier à la bourgeoisie.

  • Se prend quelquefois pour une sorte de mépris. Quoiqu’il n’y ait plus ni noblesse ni clergé, c’est presque une honte d’être de la bourgeoisie.

62En 1867, Le Larousse fait du bourgeois :

un individu de la classe moyenne, c’est-à-dire intermédiaire entre la classe ouvrière et la classe noble. Ce mot se prend souvent en bonne ou mauvaise part, selon que l’on compare le bourgeois à la classe inférieure ou à la classe supérieure. Si le financier manque son coup, les courtisans disent de lui : « C’est un bourgeois, un homme de rien, un maladroit ; s’il réussit, ils lui demandent sa fille » (La Bruy.).

63Suit un développement encyclopédique qui tente de rendre compte de la diversité du sens et de l’usage du mot bourgeois (innombrables distinctions entre grands et petits, bourgeois du roi ou bourgeois forains, bourgeois fieffés, de rivière, de parcours et « diverses autres sortes de bourgeois créés par des coutumes locales »). On peut lire en conclusion : « C’est depuis 1789 qu’ils ont disparu (nobles et privilégiés), en droit du moins, car, en fait il y en aura toujours. Le mot bourgeois fut dès lors employé d’une manière vague et générale. »

64Pour caractériser la bourgeoisie, le Robert met en avant deux éléments de nature différente. D’abord le bourgeois est présenté comme « une personne qui n’exerce pas de métier manuel et qui a le plus souvent une situation aisée ». Deuxièmement, l’appartenance à la bourgeoisie se lit à travers « la manière de vivre, l’attitude intellectuelle et l’instruction reçue ». Mais la citation de Bernanos ponctuant cet essai de définition sociologique renvoie du bourgeois, une fois encore, une image péjorative : « le petit bourgeois... dépend tout entier de l’ordre établi, l’ordre établi qu’il aime comme lui-même, car cet établissement est le sien ». Le Larousse du xixe siècle reprend cette même double perspective — niveau de fortune et manière de vivre —, ajoutant toutefois que « le bourgeois est l’opposé du prolétaire et le paysan reste pour le moment en dehors de la classification ». Seul le Lexis rend compte de l’héritage marxiste — la classe bourgeoise possède les moyens de production — mais spécifie que cette caractéristique ne concerne que la société capitaliste.

Classe sociale apparue en Europe au cours du Moyen Âge et qui, dans une société capitaliste, possède les moyens de production et par extension, classe sociale comprenant ceux qui n’exercent pas de métier manuel et ont des revenus ou des traitements relativement élevés.
« Quand la bourgeoisie agonisante entendra sous elle, à chacun de ses pas, éclater le pavé des rues » (Zola).

65Suit une extension de la définition semblable en tous points à celles du Larousse et du Robert ; l’accent est alors mis sur la diversité de cette classe sociale (haute, moyenne et petite).

66Si l’on ajoute à ces distinctions internes, les imprécisions que révèlent des expressions telles que « le bourgeois est celui qui gagne assez largement sa vie » ou encore « celui qui a un certain train de vie », on ne peut que constater l’extrême flou des définitions proposées dès lors qu’il s’agit de préciser les fonctions économiques et les principaux attributs sociaux du bourgeois. « Bourgeois diffère aujourd’hui de roturier en ce qu’il emporte avec lui une idée d’aisance chez celui que l’on désigne ainsi. » (Bescherelle.)

67Les dictionnaires de langue ne peuvent fixer dans le meilleur cas que « le dernier sens en date », d’où l’utilisation constante de l’expression « aujourd’hui bourgeois veut dire... » Hier, c’était autre chose, et demain ?

  • 2 Parlant de ce phénomène de défection du nom, R. Barthes analyse « l’idéologie » bourgeoise comme « (...)

68Tranchant en quelque sorte le débat, R. Barthes affirme : « La bourgeoisie se définit comme la classe sociale qui ne veut pas être nommée » (Barthes 1970)2. Ce phénomène de défection du nom doit être entendu non comme une volonté délibérée de la bourgeoisie de ne pas être nommée, mais comme une conséquence logique du processus de constitution de ce groupe social. Les conditions requises, à travers les siècles, pour être bourgeois donnent successivement priorité à des attributs hétérogènes : homme de ville, riche marchand, industriel, rentier, capitaliste, bon père de famille, etc. Les figures se succèdent, les modèles changent. L’acte de nomination-désignation implique classiquement que les individus puissent être repérés et reconnus dans un espace social donné. Or la bourgeoisie ne peut qu’échapper à cette mise en catégorie. Le statut de bourgeois ne peut se comprendre que dans le mouvement.

69Le premier souci des historiens qui veulent, pour la saisir, arrêter la bourgeoisie à un moment déterminé est de lui retirer ce nom générique. C’est ainsi que F. Braudel écrit à propos de la bourgeoisie du xvie siècle :

Cette classe ou cette catégorie réclame dans le vocabulaire des historiens un mot ou une expression qui l’individualisent aisément dans le cortège des formes sociales, entre le début du règne de François 1er et les débuts du règne de Louis XIV. Si vous ne voulez pas dire Gentry, vous ne direz pas non plus haute bourgeoisie.

70Brève allusion au travail de G. Huppert. Cet auteur utilise en effet le terme de « Gentry » pour qualifier ces hommes qui ont quitté leur condition de marchands bourgeois des villes de France pour vivre noblement (Huppert 1983). Autre exemple : entre 1815 et 1848 s’écoule une brève période où fortune, famille et savoir vont définir un type d’homme particulier, un bourgeois provincial ayant pouvoir local ; les historiens le nomment « notable » (Jardin, Tudesq 1973). Ce débat autour du mot juste pour qualifier le bourgeois de 1180 ou celui de 1815 n’est pas un jeu de savants pinailleurs. Il exprime un malaise à nommer un groupe social dont la caractéristique est d’être mobile. La mobilité est acceptable si elle demeure l’affaire d’un individu, voire d’une famille, on dit alors que les X ont monté dans l’échelle sociale, mais elle est intolérable lorsqu’elle devient le propre d’un groupe. Et pourtant, la bourgeoisie est mobile, par là même changeante et hétérogène. Les membres qui la constituent peuvent avoir, au gré du temps et des lieux, des fonctions différentes. Leur commune mesure sera leur capacité de se déplacer dans l’espace social, de préserver les acquis des générations précédentes.

Pas une bourgeoisie mais des destinées bourgeoises

71Tout récit généalogique témoigne de cette mobilité partiellement voilée, il est vrai, par le procédé narratif. Le principe généalogique — qui est mise en ordre successif des générations — obéit en effet à une logique génératrice d’illusoire continuité.

72Les Laure C. : une bourgeoisie ancienne, haute, incontestée

73Appartenant à la haute bourgeoisie industrielle, l’histoire des Laure C. est à ce point liée à l’histoire nationale que l’on ne peut évoquer celle-ci sans trouver trace de celle-là. C’est un bel exemple de mobilité — entendue comme capacité à parcourir l’espace social sans nécessairement changer de statut — où l’on voit comment il devient impossible de grouper sous un même label toutes ces femmes et tous ces hommes. Les C, nom obscur du Lorrain qui acheta en 1704, dans le Bassin moellan, une vieille forge tombée en ruines. Puis sept générations allaient se suivre, couvrant un quart de millénaire, pour assurer la continuité. À l’origine on trouve, raconte l’historien des C. (que nous ne pouvons citer sans révéler le nom de la famille), des sabreurs et greffiers, intendants de camps et armées du Roi, également un président général des Gabelles et un président au bureau des Finances. Puis vinrent les grandes écoles : les Mines, Centrale, Polytechnique. Enfin les sièges aux grandes assemblées nationales : conseil général de la Moselle, Chambre des députés, Sénat, Académie française, conseil des régents de la Banque de France, etc. Et l’auteur de conclure : « Pendant deux siècles environ, ils ont surmonté bien des obstacles (...). Dans les épreuves mêmes ils trempent leur résolution. »

74Héritière de cette histoire, Mme Laure C. (mère) la résume à grands traits, insistant sur les valeurs morales transmises au sein de cette vaste famille.

Ma famille maternelle était moderne dans ses conceptions. C’était une tribu. Tout était entre des mains exclusivement familiales. Il y avait les trois frères et mon père qui a été un peu coopté pour diriger un secteur de l’entreprise (empire industriel). Chacun avait ses demeures, ses participations, ses actions. C’était une société industrieuse et industrielle, austère, tournée vers le travail. On n ’aurait pas admis que chacun ne se fixe pas des objectifs de travail. Ma grand-mère maternelle a joué un immense rôle, intérêt pour les grands problèmes sociaux de son époque (formation d’infirmières et d’éducatrices). Au contraire, dans la famille paternelle, mon grand-père et son cousin germain ne vivaient pas d’activité salariée. C’était une autre atmosphère, une famille où l’on vit de ses revenus, une famille plus douce, plus traditionnelle. On se retrouvait tous, près de la région parisienne, pendant les vacances. Les deux côtés se connaissaient mais ils n ’avaient pas de goûts communs et une vision du monde différente. Ni les mêmes intérêts, ni les mêmes goûts. Pourtant, la famille paternelle était très aisée, ils avaient été très riches aux xviii et xixe siècles : textile de l’Est, banquiers, grands industriels. Ils s’étaient alliés aux banques qui avaient financé une grande partie du développement industriel. Leurs enfants ne se sont pas intéressés aux affaires.

75Madame Laure C. (mère) réside actuellement dans le XVIe arrondissement. Haut fonctionnaire, elle est veuve d’un avocat international issu lui-même d’une ancienne famille bourgeoise et noble du nord de la France. À son propos fut écrit une histoire de la famille, couvrant vingt générations, où l’on peut lire en introduction la citation suivante de P. Bourget : « L’individu n’est qu’un moment dans sa race. » Un moment dans sa race : tout se rejoue en effet à chaque génération, d’où cette diversité et cette nécessaire mobilité. Pour l’illustrer concrètement, citons quelques indications recueillies oralement auprès des trois générations de femmes de la famille Laure C. Ces indications concernent les situations sociales d’un certain nombre de leurs parents.

76Madame Laure C. (mère) a une sœur mariée au directeur d’une chaîne de radio ; ce couple a un fils en âge scolaire et réside à Paris dans le Ve arrondissement. Un autre frère a repris les secteurs non nationalisés de l’empire familial ; marié, père d’enfants en bas âge, il réside dans un hôtel particulier du Marais. L’informatrice a une autre sœur mariée à un PDG d’une importante entreprise de textile. Le couple a deux filles dont l’une est professeur d’anglais, l’autre aventurière, trois fils : l’un est propriétaire de magasins de prêt-à-porter, marié à « une femme issue d’une famille de l’industrie du papier ». Ils résident dans le XVIe arrondissement ; un second fils est producteur de films, le troisième fait Sciences po.

77Mme Laure C. (mère) a trois tantes maternelles. L’une est mariée à un inspecteur des finances retraité, « issu d’une famille noble ». Ils résident dans le XVIe arrondissement. Elle ne connaît pas la profession des enfants qu’elle voit pourtant trois fois par an. La grand-mère donne quelques précisions : ce couple a deux filles et un garçon : l’une des filles est mariée « à un énarque » et l’autre à un aristocrate qui « est dans les affaires, directeur du personnel », quant au fils il est critique littéraire. La deuxième tante de Mme Laure C. est morte des suites de son emprisonnement pendant la Deuxième Guerre mondiale. « Elle était résistante. » La troisième tante est mariée au comte X, inspecteur des finances : il est un des dirigeants des affaires de la famille. Ce couple réside dans le VIe arrondissement et a deux enfants. Le fils dirige une affaire industrielle et réside dans la même rue que ses parents ; la fille est mariée au marquis X., propriétaire terrien : ce couple a une fille, « le Pic de la Mirandole de la famille ».

78Enfin Mme Laure C. a une tante paternelle veuve d’un comte, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, collectionneur. Elle vit des revenus de ses terres et réside dans un hôtel particulier du VIIIe arrondissement.

79L’informatrice parle avec précision de ses grands-oncles et grands-tantes maternels et de leur descendance. On trouve un grand-oncle décédé, resté célibataire, ex-dirigeant de l’empire industriel ; un autre décédé il y a un quart de siècle, fut gérant de la Banque de France et sénateur. Ce grand-oncle a eu une fille qui a épousé son cousin germain, « le véritable patron de l’empire ». Le couple a eu huit enfants : des fils industriels, des filles psychiatres ou mariées à des ministres de la Ve République. Les deux autres enfants de ce grand-oncle sont mariés « à la haute aristocratie », Laure C. (fille) fréquence ses cousins, cousines. Il y a, dit-elle, une cousine sculpteur, une autre qui s’occupe du domaine, une autre mariée à « un nom à rallonge », un anthropologue, un cadre commercial, un illustrateur « marié à une aristocrate ».

80Ces informatrices ont aussi donné des renseignements précis sur les professions et les alliances des descendants de leurs grands-oncles et grands-tantes paternels. La branche paternelle a scellé de nombreuses alliances avec l’aristocratie terrienne. Certains descendants vivent aujourd’hui des revenus de leurs terres, d’autres sont PDG de grosses entreprises, directeurs généraux X de firmes, ingénieurs « mariés à des comtesses ».

81La diversité des professions n’exclut pas certaines limites : comme le précisent le Robert ou le Larousse, les professions manuelles sont absentes. Dans le discours des informatrices, profession et qualité de l’alliance sont mises sur un même plan. Cette famille présente toutes les caractéristiques de la haute bourgeoisie industrielle alliée depuis deux siècles à l’aristocratie terrienne.

Une bourgeoisie assurée et facile

82Le discours de Sandrine, âgée de 32 ans, sur ses origines familiales se révèle très technique, sans détails ni anecdotes qui le rapprocheraient du récit. Simplement, elle énumère les fonctions sociales occupées par certains hommes de sa famille. L’appartenance à la bourgeoisie va de soi.

Mon père a fait Droit, il était avoué, il est devenu avocat. Son père était industriel, colonel, résistant, fusillé en 44. Mon arrière-grand-père dirigeait la police parisienne. La mère de mon père était d’une famille tout à fait équivalente, les Y. Mon père et ma mère se sont rencontrés dans le Midi par l’intermédiaire de grands-oncles.

83La famille maternelle de Sandrine était constituée de notaires, en province, sur plusieurs générations.

84Les fragments de sa biographie, livrés au hasard de l’entretien devenu conversation, témoignent de l’extraordinaire continuité dans l’état de bourgeoisie, continuité vécue comme naturelle. Sandrine rencontre son mari dans un rallye à l’âge de 16 ans. Ils se retrouvent quelques années plus tard et s’épousent. Sandrine est alors âgée de 27 ans. Ils ont deux enfants. Sandrine travaille à mi-temps (adjointe d’un conservateur dans un musée, « pas pour des raisons financières mais pour mon plaisir », dit-elle. Son mari est commissaire aux comptes, associé dans un cabinet. La mère du mari leur a offert un appartement dans le VIIe arrondissement. « La famille de mon mari est aristocratique, mais c’est la même chose du point de vue de l’éducation. »

85Aux murs, des portraits d’ancêtres, quelques tableaux et aquarelles. Dans le salon, posée sur une commode, l’argenterie de famille. Un coup de téléphone : on apprend que Sandrine vouvoie sa mère, qu’elle doit se préparer pour aller chercher sa sœur et partir à B. passer le week-end, dans la maison de famille. Son mari la rejoindra plus tard dans la soirée. Il fait si chaud. Sandrine attend un second enfant et le premier a besoin de jouer, de s’ébattre avec ses cousins, cousines. Tout va de soi.

Une bourgeoisie classique

86Christiane fait un récit sans détails où tout coule de source.

Mon père, dit-elle, était directeur à la Banque de France ; sa famille est, à l’origine, vendéenne. Ce sont des militaires, des marins, des avoués, des hommes de loi. Le grand-père est venu à Paris et a fondé une compagnie d’assurances. La famille maternelle est composée de notaires sur quatre ou cinq générations. C’est une famille riche, une mafia bourgeoise, où tout se transmet, mais dans l’ensemble ça se passe bien.

87Deux des frères de Christiane sont militaires. L’un est marié avec « une fille de la bourgeoisie de Reims, une cousine au 2e ou 3e degré ». Un troisième frère, commissaire-priseur (la charge a été achetée avec la fortune de la famille maternelle), va se marier avec une jeune femme « de l’ancienne noblesse de Vendée. Ils se sont rencontrés dans la maison de famille ; elle est catholique très pratiquante — c’est une famille qui vit de ses terres. » Christiane, psycho-motricienne, deux enfants, est mariée à un chef de produit, issu d’une « famille bourgeoise mais sans descendance », précise-t-elle.

On est toujours le bourgeois de quelqu’un

88Mobilité, diversité : en somme, on est toujours le bourgeois de quelqu’un. À commencer par le cocher de fiacre ou l’ouvrier lorsqu’ils désignent bourgeois toutes personnes qu’ils servent.

— Se dit, parmi les ouvriers, des personnes pour lesquelles ils travaillent, quelle que soit leur qualité. Travailler chez ies bourgeois. Il ne faut pas tromper le bourgeois.

— Les garçons, les ouvriers et ouvrières des différents métiers, désignent ainsi le maître ou la maîtresse chez qui ils travaillent. Notre bourgeois. Son bourgeois n’est pas content. Sa bourgeoise l’a congédié.

— Dénomination dont se servent aussi les cochers de fiacre ou de cabriolet en parlant aux personnes ou des personnes qu’ils ont portées quelque part.

Bourgeois, où voulez-vous aller ? J’ai conduit ce bourgeois à la place Royale (Bescherelle).

89On le voit, les usages populaires du mot bourgeois assortissent à une conception simple de l’altérité : toute personne servie se nommerait « bourgeois ». Ces pratiques, peut-être dépassées, nous invitent à poser une question : quelle conception le bourgeois se fait-il de l’altérité ?

90Il y a d’abord les « radicalement autres ». Ce sont les étrangers, ouvriers ou juifs parfois, ceux que l’on ne connaît pas, dont on ignore même les modes de vie.

Nous étions dans l’ignorance totale de la façon dont vivaient les gens qui n’étaient pas comme nous. Enfants, nous n’avions aucun contact avec les enfants d’ouvriers (Mme Laure C, mère).

91Pour Mme Emilie E., le juif et l’ouvrier étaient des inconnus : « J’ai peut-être tort de dire cela, car mes enfants ont épousé des israélites, mais on ne savait pas dans notre milieu ce que c’était. Je trouve cela idiot mais c’était ainsi. » Cette même personne dit avoir vu un ouvrier pour la première fois lorsqu’elle est allée en province dans l’entreprise de son mari. Certains événements historiques provoquent la rencontre. Tel fut le rôle joué par la guerre de 14-18 dans la vie de Mme Arnold A. Elle prit du service comme serveuse dans une cantine fréquentée par des femmes d’ouvriers. « Je ne les connaissais pas du tout. On voyait seulement les gens de la campagne. En découvrant ces femmes, j’ai ressenti un grand décalage, je le ressens encore. »

92Les générations élevées avant guerre avaient conscience de cet isolement ; elles le déploraient.

On ne revoyait même pas les amies du cours Sainte Marie parce qu’elles n’étaient pas du même milieu. On aurait voulu aller à l’école sans chauffeur et sans chaperon, comme les autres. On voulait suivre R. Garric (Mme Laure C, grand-mère).

93Aujourd’hui, les jeunes générations affirment fréquenter tous les milieux. Cependant les fondements de l’éducation restent les mêmes et nous verrons comment les jeunes filles de Sainte Marie, par exemple, se sentent aujourd’hui tout aussi prisonnières de leur univers que l’étaient leurs grands-mères.

94À cette époque, on prêtait aux autres milieux des pratiques abominables. Non sans conscience ni révolte. En témoigne Simone de Beauvoir :

Les ouvriers en particulier appartenaient à une espèce aussi dangereusement étrangère que les Boches ou les Bolcheviks (...). J’étais particulièrement contente lorsque par hasard, j’avais affaire à des gens du peuple (...). Et je pensais à cet homme, R. Garric, différent de tous les autres, qui habitait un quartier inconnu, presque exotique : Belleville (Beauvoir 1958).

95Belleville : Laure C. (fille) y a précisément vécu après son mariage. Douze ans plus tard, elle déménage et s’installe à Neuilly :

Neuilly c’est fascinant, j’ai eu l’impression d’arriver dans du coton. Des gens souriaient, des femmes promenaient leurs enfants. Est-ce normal ? À Belleville, j’avais oublié cette civilité. Je remercie le Ciel d’y avoir vécu quelques années. Venue d’un milieu hyper-protégé, j’ai pu intégrer que la vie est difficile.

96La petite-fille avait réalisé ainsi le souhait de sa grand-mère...

97À cette vision d’un autre éloigné, répond celle d’un autre proche. C’est en constatant leur diversité interne que les bourgeois évoquent cette altérité peu lointaine. Celle-là même qui engendre l’illusion de fréquenter « tous les milieux ». On rencontre toujours un plus, un moins, un presque pareil bourgeois que vous. Ces différences mises à jour et consciemment repérées fonctionnent comme critères distinctifs ; elles visent aussi à assigner aux individus la stricte place qui leur revient.

98« On était amis avec les X., une famille en vedette en même temps que nous. » (Mme Arnold A.) « On était un peu plus riches que le milieu décrit par Simone de Beauvoir. » (Mme Émilie E.) « Je n’allais pas dans les rallyes. Dans le milieu industriel, il y avait beaucoup plus d’argent que dans la magistrature. À notre époque, on était pauvres. On était tenus par le traitement de mon père. La magistrature vivait plus de prestige moral que d’argent. » (M. Charles B.)

Il y a des bourgeois qui n’ont aucun sens de l’autre. Je parle d’une toute petite frange de la bourgeoisie, celle qui fréquente l’Automobile Club. Ils sont prétentieux. Il existe aussi une bourgeoisie fauchée, infiniment méritante, qui a souvent beaucoup d’enfants et pas d’argent, peu ou pas de maisons de campagne parce que c’est l’autre branche qui les a gardées (Mme Pierre L, mère).

9. Pièces rapportées ? Bru ou belle-sœur sont par exemple tenues à un certain devoir de réserve.

99M. Georges H. (fils) se présente comme « celui qui a un peu moins de tout, un peu moins de statut, un peu moins de fric ». À propos d’un de ses cousins, il déclare : « Celui-ci, c’est un vrai bourgeois. Il a eu une carrière logique, pas brillante mais logique. Il n’a pas fourré son nez ailleurs. »

100Cette vision de l’autre proche met littéralement en ordre les êtres et les choses. Elle remplit une fonction comparable à celle que décrit M. Augé à propos des sociétés lignagères.

[La conception de l’altérité y est] un jeu sur les frontières qui tend soit à assimiler l’autre et à relancer la dynamique interne de la différence, soit à l’expulser pour marquer les limites de l’identité (ainsi des pratiques abominables et antinaturelles sont-elles attribuées aux étrangers considérés comme absolument autres (Augé 1987).

101Soit relancer l’autre : prenons l’expression « pièce rapportée » couramment utilisée dans les familles bourgeoises. Elle désigne généralement les belles-filles (ce sont les parents qui parlent) ou belles-sœurs (ce sont les frères qui parlent). Pratiquement elle suppose une fratrie nombreuse. Utilisant ces mots, le groupe marque avec une infinie gentillesse l’étrangeté proche de ses alliées. Brus ou belles-sœurs sont par exemple tenues à un certain devoir de réserve ou de discrétion. Ainsi n’est-il guère convenable qu’une « pièce rapportée » évoque en public l’autoritarisme de la mère de famille ou commente le mode de gestion des choses. De cette manière « ceux qui sont unis par le sang » rappellent aux alliées qu’elles sont « intégrées ». D’où le rôle des plaisanteries (private jokes) ou citations qui circulent entre les membres du groupe comme autant de mots de passe devant rester étrangers aux dites « pièces rapportées ». Isolant dans sa singularité l’autre très proche, le groupe préserve son identité nécessairement « chatouillée » par l’alliance. Précisons que les brus ou belles-sœurs ne sont pas effarouchées par ce jeu. Issues de milieux « presque semblables », elles ont eu et auront maintes fois l’occasion d’être de l’autre côté de la scène. L’expression « pièces rapportées », en effet, ne s’applique pas aux mésalliances. Dans ce dernier cas, il n’est pas question d’intégrer qui que ce soit, sauf désir humaniste de la mère de famille. La plaisanterie perdrait alors de son charme : elle ne serait que trivialement vraie.

102Soit expulser l’autre : deux manières de faire sont couramment pratiquées. La première est, peut-on dire, un fait social brut : on ne fréquente pas tous les milieux, même si l’on en nourrit l’illusion. La seconde revient à élaborer de savants degrés de proximité. Tels amis, venus d’un ailleurs proche mais jugé trop éloigné, ne seront pas invités dans la maison de famille. Tels autres seront au contraire immédiatement présentés au groupe.

103Ce délicat jeu des frontières — qui alimente largement les conversations — suppose une réflexion permanente sur la régulation des rapports à l’autre : la bourgeoisie vit ainsi de sa propre diversité y puisant sans cesse son renouvellement.

104Dans les définitions des dictionnaires, cette diversité est clairement signalée par la multiplicité des acceptions du mot. Elle révèle une mobilité qu’on peut entendre comme une capacité, propre à une fraction sociale, de faire les choix les plus appropriés pour maintenir et développer les acquis obtenus par les générations précédentes. Ce serait alors, si l’on suit A. Touraine, un des traits fondamentaux d’une classe dirigeante :

Une classe sociale ne se définit comme dirigeante non à partir de son insertion économique mais par sa capacité à déplacer puis à maîtriser les enjeux sociétaux, bref par sa visée à contrôler l’historicité d’une société (Touraine cité par Bidou et alii 1983).

105La diversité peut aussi renvoyer à l’hétérogénéité. Érigée en postulat, cette affirmation conduit à l’impossibilité d’user du mot bourgeois et encore moins, de prétendre étudier « la bourgeoisie » en général. On se retrouve alors placé dans l’imbroglio initial : user du terme générique « bourgeoisie » réveille l’irritable susceptibilité de ceux qui en font partie et ramène immanquablement à la subjectivité naïve de ceux qui en parlent ainsi.

106Ainsi les mots bourgeois/bourgeoisie désignent une réalité mouvante. Ce caractère, qu’on doit considérer comme appartenant en propre à la chose désignée, ne saurait toutefois tenir lieu d’explication au tabou qui frappe l’emploi de ces mots.

L’émergence d’une culture

107La double négation, les usages spécifiques de l’adjectif bourgeois et l’emploi par mépris sont les trois derniers éléments caractérisant les définitions. C’est en les analysant ensemble même si l’on doit, pour la commodité de l’exposition, traiter à part le problème de la double négation, que l’on voit émerger, dans un fatras de significations, l’existence d’une culture bourgeoise.

108Les frontières incertaines entre les éléments permanents du sens des mots et leurs valeurs subjectives provoquent, ici, une dénégation dont il faut suivre les conséquences logiques.

109Quel sens doit-on donner, par exemple — l’exemple choisi est le plus topique — à la mise en rapport de la « position sociale aisée du bourgeois » (caractère flou mais permanent des définitions) avec « le culte du moi matériel » dont le bourgeois serait un adepte ?

110Adoptons la critique anthropologique formulée par M. Sahlins de cette conception des cultures humaines qui « seraient élaborées sur la base de l’activité pratique et de l’intérêt utilitaire » (Sahlins 1980).

111Bourgeoisie = classe productrice de biens matériels = absence de spiritualité.

112Bourgeois = possesseur de biens, être horizontal = dépourvu de verticalité.

113C’est un acte de déni faisant du bourgeois un être dépourvu de culture, un individu pour qui tout accès au symbolique serait organiquement impossible. Cette corrélation réduisant l’ordre culturel à la praxis est par trop caricaturale pour que l’on ne soit pas tenté d’en chercher les fondements et de repérer les éléments sur lesquels elle s’articule ?

La double négation : ni... ni...

114« Ni noble, ni militaire, ni paysan, ni ouvrier, tel est le bourgeois. » Une double négation définit donc la bourgeoisie comme classe intermédiaire, moyenne. Le Trévoux parle d’une classe qui tient le milieu entre noblesse et paysannerie. Le Larousse du xixe siècle évoque l’individu de la classe moyenne, c’est-à-dire intermédiaire « en classe ouvrière et classe noble ». Le Larousse du xxe siècle reprend les mêmes formulations : « de nos jours — personne de classe moyenne — intermédiaire entre le peuple et la noblesse, d’où personne non noble ». Le Lexis abandonne l’opposition à la noblesse pour détailler les distinctions internes propres à la bourgeoisie.

115Indiquant une position, la notion de classe moyenne désigne un terrain social vague aux contours mal délimités. En aucun cas, l’expression serait aujourd’hui exacte pour définir socialement et culturellement la bourgeoisie dotée d’ancienneté. En revanche, au niveau d’une éthique sociale et en ne retenant que l’adjectif « moyen », on peut retrouver des traits spécifiques à la culture bourgeoise. Le juste milieu, l’entre-deux, l’anti-héros furent des positions revendiquées très tôt par la bourgeoisie française. Il suffit de lire l’adresse faite au lecteur dans le Roman bourgeois de Furetière paru en 1666. L’auteur définit le genre de son roman comme opposé à celui des romans épiques ou des fictions poétiques. Il ne veut point, écrit-il, « écorcher l’anguille par la queue ». Il veut raconter

sincèrement et avec fidélité plusieurs historiettes ou galanteries arrivées entre des personnes qui ne seront ni héros, ni héroïnes, qui ne dresseront point d’armées, ni ne renverseront point de royaumes mais qui seront de ces bonnes gens de médiocre condition, qui vont tout doucement leur grand chemin, dont les uns seront beaux et les autres laids, les uns sages et les autres sots ; et ceux-ci ont bien mine de composer le plus grand nombre (Furetière 1981).

116Dans les définitions, le « milieu » est défini par des pôles extrêmes : le Grand et le Pauvre. La noblesse fait tomber sur la bourgeoisie une ombre minimisante tandis que le pauvre lui renvoie l’ombre d’une domination « honteuse » puisque illégitime. Si le xixe siècle formalise et fige la caricature bourgeoise, il n’en est pas le créateur. Une mise en perspective historique s’impose.

117Dès le xie siècle, écrit G. Duby, se pose la question de la place à donner à ces hommes, gens de ville, non réductibles aux pauvres et aux rustres. Impossible de les faire entrer dans la figure triangulaire, représentation idéale de l’ordre de la société.

  • 3 Le problème de la nomination — point de départ de nos interrogations — recouvre donc celui de la pl (...)

Ils (gens de ville) étaient postés aux sources de la postérité nouvelle, celle qu’entretenait la vivacité croissante des circuits monétaires (...)3. Où les placer ? Quel mot trouver pour qualifier ces gens ? (...) Finalement, à la fin du xie siècle, au temps de la première croisade, les rédacteurs de chartes insérèrent dans les listes de témoins entre le groupe des chevaliers et celui des paysans, dominés par ceux-là, surplombant ceux-ci, le groupe des « bourgeois et sergents ». Ces deux vocables n’auraient pas, remarquons-le bien, de connotation fonctionnelle. (...) Ne nous étonnons pas : l’émergence tardive, furtive, de cette catégorie au niveau de l’expression écrite, dans les actes dont le rôle était de fixer des droits, fut singulièrement perturbante. Elle troublait, en effet, et de plusieurs façons, la vision que les hommes capables de réflexion prenaient traditionnellement de l’organisation sociale. Classer à part les « bourgeois », c’était admettre que la campagne n’était plus tout, qu’il existait un espace social différent, de structure particulière, le milieu urbain, qu’on y trouvait des spécialistes de la troisième fonction, mais qui ne remplissait pas celle-ci de la même manière, ce dont il fallait tenir compte si l’on analysait en termes de fonctionnalité la société (Duby 1978).

118Mais les choses n’allèrent pas de soi parce que trente, quarante générations successives ont imaginé la perfection sociale sous la forme de la trifonctionnalité. « Cette représentation mentale a résisté à toutes les pressions de l’histoire. C’est une structure. » (ibid.)

119Dans l’institution de l’État monarchique prennent place le clergé, la noblesse et, selon Richet, « un ordre négatif qui se définissait seulement par ce dont il était exclu : non pas certes les privilèges mais le sang bleu et le service de Dieu » (Richet 1969). La forme syntaxique de la double négation utilisée dans les définitions témoigne de la vivacité de cette conception « négative » de la bourgeoisie.

120À la veille de la Révolution française, ce quatrième ordre — élément perturbateur de l’organisation idéale de la société — va chercher à conquérir sa place. En tout premier lieu, à s’imposer dans le légendaire chrétien qui organise l’ordre social entre le Grand et le Pauvre.

Dieu a créé le Riche, afin qu’il rachète ses péchés en secourant le pauvre, il a créé le Pauvre, afin qu’il s’humilie par le secours qu’il reçoit du Riche (...). Ainsi grands et pauvres dans la légende chrétienne, auront chacun des titres à faire valoir. Par contre, où sont ceux du bourgeois ? (Groethuysen 1977).

121Le bourgeois : un être sans providence de classe ; la bourgeoisie : un phénomène essentiellement profane. Caractéristiques qui ne manquèrent pas, dès le XIe siècle, de troubler « les hommes capables de réflexion » auxquels G. Duby se réfère. « L’Église saura-t-elle sacrer le bourgeois, saura-t-elle élever la bourgeoisie à la dignité d’un symbole religieux ? » (ibid.).

122Le travail de B. Groethuysen relate les diverses étapes du rapport conflictuel entre la bourgeoisie et l’Église. La bourgeoisie tente de mettre à mal une conception idéale de l’ordre social dont elle est exclue. D’abord, se débarrasser du Pauvre, lui ôter son caractère transcendant et proposer à tout individu de devenir « bourgeois ». C’est ainsi que « nul ne pourra vous reprocher de ne pas être duc ou marquis mais c’est toujours un peu de votre faute si vous n’êtes pas en état de bourgeoisie ». Le bourgeois veut être jugé sur sa vie de tous les jours, faite d’une honnête aisance, de prévoyance raisonnée, où le travail devient une vertu. Sur ce point, la bourgeoisie trouvera des prédicateurs à sa mesure. En revanche, elle se heurtera à l’Église quand celle-ci prêche l’humilité tandis que celle-là cherche à s’élever. « Les ambitieux dérangent l’ordre social, l’ambition nous porte à un rang où nous ne devons point aspirer puisqu’il est au-dessus de notre état », dit Bourdaloue, cité par B. Groethuysen.

123L’honnête homme sera moral sans le conseil de l’Église.

La bourgeoisie s’était créé une conception nouvelle de la vie ; pour la faire triompher, elle l’a présentée sous des aspects généraux et la fait remonter à un ordre universel (...). C’est sa propre existence qui sera son suprême argument et contre les dévots qui lui parlaient de la vanité des efforts humains devant la mort, lui (le bourgeois), il a cru à la vie, il a réussi (ibid.).

124La bourgeoisie est naturelle, elle n’émane pas de la puissance divine. Elle peut donc proposer sa morale comme universelle. Mais, elle s’est vite rendue à la raison en admettant qu’il n’est pas donné à chacun d’être honnête homme.

125« Pour le petit peuple, tout restera comme par le passé : il faut qu’il reste croyant. On ne doit pas se faire d’illusions à ce sujet, nous explique Necker, dans son livre sur l’Importance des Opinions Religieuses. » (ibid.) Mais en présentant son ordre culturel comme universel la bourgeoisie se met du même coup dans l’impossibilité de se nommer comme fraction privilégiée de la société française.

126C’est ainsi également que

l’idéologie bourgeoise se peut donc emplir tout et sans danger y perdre son nom : personne, ici, ne le lui renverra ; elle peut sans résistance subsumer le théâtre, l’art, l’homme bourgeois sous leurs analogues éternels ; en un mot, elle peut s’exnommer sans frein, quand il n’y a plus qu’une seule et même nature humaine : la défection du nom bourgeois est ici totale (Barthes 1970).

127Sans cesse en mouvement, et dans le mouvement, la bourgeoisie échappe à toute mise en catégorie, heurte de front une conception idéale de l’ordre social sans pouvoir en fournir une autre. Sa prétention à l’universel (mobilité supposée des individus au sein des rapports sociaux) sera battue en brèche tout au long du xixe siècle par les mouvements socialistes et les théoriciens marxistes.

128Dans la symbolique de l’État-Nation, la bourgeoisie ne sera guère représentée. Le quatrième ordre ne trouve pas sa place.

Toute société doit inventer et imaginer la légitimité qu’elle accorde au pouvoir (...). En effet, aucune culture et partant aucun pouvoir ne peuvent être déduits d’aucun principe universel, physique, biologique ou spirituel, n’étant unis par aucune espèce de relation interne à la « nature des choses » ou à « la nature humaine » (Baczko 1984).

129Cette absence symbolique au niveau de la représentation politique est à mettre en rapport avec le déni que fait la société française de l’existence d’une culture bourgeoise. Complexité ultime : la bourgeoisie participe à ce déni (écrivains bourgeois reniant, pour être reconnus et se reconnaître créateurs, leurs propres origines). Et pourtant la production n’est pas, comme l’écrit M. Sahlins, « qu’une logique pratique d’efficacité matérielle » (Sahlins 1980). Si tel était en effet le cas, pourquoi les Américains ne mangeraient-ils pas du cheval ?

130Au cours de sa démonstration, M. Sahlins ne peut passer sous silence un trait spécifique à la société occidentale : celle-ci excelle à masquer sa production symbolique. Elle serait, dit-il, « oublieuse de sa propre base culturelle ». Et l’on comprend ainsi pourquoi il intitule l’un des chapitres de son ouvrage : « La pensée bourgeoise, la société occidentale : une culture ». Par l’emploi de l’adjectif « bourgeoise », l’auteur conjure en quelque sorte le tabou que la société occidentale jette sur elle-même lorsqu’elle ne veut pas reconnaître l’existence d’un code symbolique dans la société capitaliste. Le sens péjoratif, qui traverse en permanence les définitions, n’est autre que l’expression de ce déni.

Se dit par mépris

131« La volupté esthétique de la bourgeoisie, qui est le ruminement. » (J. Giraudoux, Littérature, Grasset.)

132« Dans la langue de la bourgeoisie, la grandeur des mots est en raison directe de la petitesse des sentiments. » (E. et J. de Goncourt, Idées et Sensations, Flammarion.)

133« C’est une chose, je crois, toute particulière à la bourgeoisie que la lâcheté dans les relations sociales. J’entends par lâcheté le talent de ménagement et d’accommodements bas, qui empêche les gens qui se détestent de se fâcher. » (E. et J. de Goncourt, Journal, Flammarion.)

134« On a voulu à tort, faire de la bourgeoisie une classe. La bourgeoisie est tout simplement la portion contentée du peuple. Le bourgeois, c’est l’homme qui a maintenant le temps de s’asseoir. Une chaise n’est pas une caste. » (V. Hugo, Les Misérables).

135« Un bourgeois est l’océan du rien. » (E. et J. de Goncourt, Journal, Flammarion.)

136« Le Devoir, c’était le nom que la bourgeoisie avait donné à sa lâcheté morale. » (V. Larbaud, A.-O. Barnabooth, Gallimard.)

137« La vertu des hommes comme mon oncle Louis est la recherche d’un maximum d’approbation pour un minimum de risques. (« Quelle belle définition de la bourgeoisie ! » pensa Costals.) » (H. de Montherlant, Pitié pour les femmes, Gallimard).

138« L’horreur des bourgeois est bourgeoise. » (J. Renard, Journal, 1889, Gallimard.)

139« Je veux, avait-il (Nizan) écrit, combattre de vrais hommes. » Il pensait alors aux bourgeois, mais les bourgeois n’ont pas de visage : celui que l’on croit détester, il s’efface, et l’on retrouve la Standard Oil, la Bourse. » (J.-P. Sartre, Situations IV, Gallimard.)

140« Qu’est-ce qu’un bourgeois ? Je poserai cette définition : c’est quelqu’un qui a des réserves. » (A. Siegried, Tableau des partis en France, Grasset.)

141« Les bourgeois font de leurs filles un fumier pour les terres de gens de qualité. » (Chamfort.)

142« Laissez les bons bourgeois se plaire en leur ménage : c’est pour eux seuls qu’Hymen fit les plaisirs permis. » (La Fontaine.)

143Comme nous l’avons montré, à plusieurs reprises, du Trévoux au Lexis, le sens péjoratif colore de manière singulière et insistante les définitions. En est-il de même s’agissant du noble, de l’ouvrier et du paysan ? Non. Une exception toutefois s’agissant du paysan. On peut lire dans le Littré : « péj. et pop. : bouseux, culterreux, pécore, péquenot ; des manières de paysan : peu raffinées. » Notons que le sens péjoratif est associé au sens populaire, alors que l’usage populaire du mot bourgeois ne renvoie qu’à la condition sociale du locuteur : « C’est le cocher de fiacre ou l’ouvrier qui désignent bourgeois toute personne qu’ils servent. »

144Quels éléments cible le dénigrement ?

145La « personne » bourgeoise toute entière. De l’odeur (« cela sent son bourgeois ? ») au nom (« ce nom n’annonce pas que celui qui le porte soit d’une condition bien relevée ») en passant par ses manières de se mouvoir, de s’exprimer et de penser.

146Dans le tableau ci-après, nous mettons en parallèle, le contenu des entrées « emploi par le mépris » et « usages spécifiques de l’adjectif bourgeois ».

147Le sens péjoratif renvoie du bourgeois l’image d’un individu bien dépourvu. Il est en manque de... En manque de noblesse. « Le bourgeois n’est pas noble : c’est même l’une de ses définitions », écrit le duc de Brissac, en introduction au recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne. Cette sujétion de la bourgeoisie à l’aristocratie est une question quasi-obsessionnelle. Elle était présente dès l’analyse du sens étymologique. On ne peut donc la chasser d’un simple revers de main. Et pour en traiter convenablement il convient de se reporter à l’histoire générale de la bourgeoisie. Et cette histoire s’inscrit dans la longue durée : plus de huit siècles !

148Dans son livre, La persistance de l’Ancien Régime, A. Mayer soutient une thèse radicale : « Les bourgeois n’ont pas usé de l’influence qu’ils auraient pu avoir sur la création d’une esthétique et d’un esprit nouveaux. » Ils auraient même « contribué au maintien et à la reproduction du système culturel de l’Ancien Régime » (Mayer 1983). La bourgeoisie fut une victime consentante, ne cherchant qu’à être reconnue, assimilée par l’aristocratie. Cette thèse n’est pas contradictoire avec celle qui soutiendrait, qu’en sourdine, s’est épanouie une culture bourgeoise dont les racines sont précisément à chercher dans les siècles où, pour exister, la bourgeoisie cherchait à se faire oublier. La culture ou la formation d’une culture ne se résout pas à une simple comptabilité du plus ou du moins. Pourtant les définitions que nous avons vues reflètent cette conception mécaniste de la culture.

149La noblesse manque génétiquement au bourgeois, d’où la fixation du mépris sur la personne physique (air, odeur, mine, allure, manières de parler et de s’habiller, etc.). De l’absence de noblesse génétique à celle de noblesse morale, le pas est rapidement franchi. Le bourgeois est un être dépourvu de hauteur ou de largeur (d’esprit).

150Les traits distinctifs de la personne bourgeoise sont ainsi conçus comme une réponse adaptée à la place que le bourgeois occupe dans le monde de production capitaliste (cf. réduction de l’ordre symbolique à la praxis).

Une éthique impossible : l’entre soi

151En s’attachant aux usages spécifiques de l’adjectif, on entre dans les caractéristiques reconnues comme proprement bourgeoises, affectées, elles, d’un sens globalement positif. Les éléments de base de cette « culture » sont éminemment « matériels » : une maison, une cuisine, une comédie, un vin, un poisson, un foie de veau, un habit. Qu’ont-ils en commun dès lors qu’ils sont bourgeois ?

152La maison est simple, confortable sans magnificence. On peut l’opposer au luxe de l’hôtel particulier aussi bien qu’à la pauvreté des cabanes (cf. ni... ni...). Elle est comme bâtie entre deux représentations. (Se reporter aux travaux de J.-P. Chalinnes et à ceux analysant les corpus de recueils d’exemples d’architectes du xixe siècle où l’on voit répercutées, formalisées à travers l’organisation de l’espace de la maison, les transformations des modes et manières de vivre de la bourgeoisie.)

153Le vin bourgeois est celui que les bourgeois de Paris faisaient et consommaient eux-mêmes (opposé au vin de cabaret).

154La comédie bourgeoise est celle que l’on joue entre soi, pour soi avec des comédiens amateurs.

10. Boucles d’oreille
Arrêtons notre regard. L’habit bourgeois nous permet de suivre la formation et l’élaboration d’une véritable culture.

155L’art culinaire bourgeois, lui, est marqué de simplicité dans l’apprêt des mets.

156Simplicité, autarcie, neutralité : en bref, une mise en avant du domaine privé opposé à la sphère publique. Cette image « stéréotypée » de la bourgeoisie correspond à celle que s’est forgée le xixe siècle (cf. les études sur la bourgeoisie suédoise du xixe siècle).

157Mais aujourd’hui, et le Larousse du xxe siècle en témoigne, une maison bourgeoise signifie « une maison où l’on maintient un certain train de vie ». L’adjectif bourgeois suggère donc de nos jours le luxe, la richesse ou le privilège. Mais ne nous méprenons pas : le luxe bourgeois doit être vécu et montré avec modestie et humilité. Dans le cas contraire, on encourt le risque d’être assimilé à la détestable espèce des parvenus. Comme le déclare avec véhémence Mme Pierre I. :

À l’Automobile Club, c’est plein de gens snobs, de gens qui accordent à l’aspect extérieur, à la toilette, une trop grande place. Par exemple, je suis contre le vison et tout le tralala. Dimanche dernier, on était quarante-et-un au château. Il y avait des amis du groupe théâtre (ce sont des amis avec qui Mme Pierre I. organise des sorties régulières au théâtre), ils sont moins riches que nous. J’ai fait attention à être en tenue de campagne. Il ne faut pas écraser. Ce n’est pas la peine.

158Arrêtons notre regard sur l’exemple de l’habit bourgeois. Celui-ci nous permet de suivre la formation et l’élaboration d’une véritable culture. À travers l’histoire du costume, on observe ainsi comment la bourgeoisie substitue aux marques distinctes ostentatoires de l’aristocratie, des signes retenus, discrets, mais dont l’efficacité symbolique n’en est pas moins redoutable.

159La vesture bourgeoise est opposée à l’habit noble et à l’uniforme. Ces deux derniers ont en commun d’être visibles, directement repérables et significatifs sur la scène sociale. Ils permettaient facilement la lecture de l’état ou de la qualité des personnes qui les portaient.

Si le noble a tout donné quand il a présenté sa personne, le bourgeois, lui, ne donne rien et ne doit rien donner par sa personnalité. Le premier peut et doit paraître ; le second ne doit qu’être et ce qu’il veut paraître est ridicule et absurde. L’homme noble est une personne publique (...), il est public en vertu de la représentation qu’il incarne et c’est au sein de cette sphère qu’il se nimbe d’une aura personnelle (Habermas 1986).

160Dès 1840, le vêtement s’uniformise. On entre dans le règne politique de la bourgeoisie. Le code des apparences sociales change, la neutralité est recherchée. Imposture, comparable à celle par laquelle la bourgeoisie a voulu faire de son ordre culturel, un ordre universel. En effet, ce nouveau code s’appuie sur un système de signes relevant d’un art infini du détail. À ce propos, on lira avec plaisir les pages de Balzac, dans Autres études des femmes. Avec une extraordinaire minutie, l’auteur décrit comment, entre 1839 et 1842, on peut encore distinguer une aristocrate d’une bourgeoise, l’essentiel étant de prêter attention « aux petits détails ».

Les gens du xixe siècle vivent dans un monde où les lois régissant l’habillement ne sont pas accessibles qu’aux initiés. Et les signes déchiffrables par les initiés sont nés par un processus de miniaturisation. (...) Quand on ne connaît pas les règles qui régissent cette apparence, quand on ne sait pas lire un nœud de cravate ou un fichu noué autour d’un chignon, on ne peut jamais savoir à qui on a affaire (Sennet 1979).

161Entre le domaine du privé et la sphère publique, la bourgeoisie met en place un système de pratiques dans lequel l’apprentissage de ces signes distinctifs constitue un élément essentiel. Cette « culture » bourgeoise s’acquiert et se transmet, comme nous le verrons, dans l’intimité familiale et ses appendices institutionnels.

162Ridiculisés et trop conscients de leur diversité, les bourgeois d’aujourd’hui n’acceptent guère d’être désignés sous ce nom générique. Mais dès que posées les différences entre les X et les Y (preuves du non-sens du terme lui-même), les informateurs, par le jeu de l’entretien où s’entrecroisent les regards, reconnaissent, bel et bien, l’existence d’une culture bourgeoise.

Malgré des différences, nous sommes bourgeois et reconnus comme tels au nom d’une éthique et d’une éducation particulière qui permettent de ne pas déroger malgré des revers de situation (M. Georges H. père).

163Parole extorquée sans doute, mais prononcée avec d’autres mots par d’autres bouches « bourgeoises ». La définition indigène de la bourgeoisie met l’accent sur ce que l’on nomme effectivement « une culture ».

On n’est pas bourgeois par la fonction. J’ai un collègue qui a la même fonction que moi. Il est issu de milieu ouvrier. Sa façon de dépenser et de vivre n’a rien à voir avec la mienne. Je pense que la caractéristique maxi du milieu bourgeois, c’est d’avoir une conception morale commune car l’importance économique n’est que secondaire. C’est ainsi dans ma famille. Le petit dernier qui n’a pas réussi, on ne le laissera pas tomber (M. Pierre I. fils).
J’ai conscience d’appartenir à une famille notable et particulièrement douée. Pour produire des individus civilisés, il faut une certaine éducation et beaucoup de générations (Mme Laure C. mère).
On passe l’essai à table. On passe l’essai au téléphone. Un bourgeois, ça tient à quoi, ça tient à rien, c’est une manière d’être physique et morale (Mme Pierre I. mère).
Ce sont des nuances très peu marquées : il y a peut-être un certain comportement social dans le contenu du « ça ne se fait pas ». Mais il n’est pas toujours le même dans tous les milieux. Il y a des mots à ne pas dire, des fautes de grammaire à ne pas faire. La bourgeoisie de promotion fait très attention à ne pas dire « merde » parce qu’elle pense que c’est cela la règle du jeu. Mais les nuances sont plus fines
(M. Georges H. père).
L’éducation : ce sont des valeurs particulières, morales et civiles. Dans nos familles, on développait la qualité du leadership. Il y a bien entendu les manières de table, mais pour être civilisé, il faut une longue tradition transmise de génération en génération : sens du raffinement de la culture et de la courtoisie (Mme Laure C. mère).

164On peut affirmer, sans prendre trop de risques, que porter aujourd’hui son regard sur la culture bourgeoise est rendu possible par l’évolution récente de ce groupe social. Prenons pour conclure ce premier chapitre, l’exemple de la bourgeoisie textile du Nord. Bourgeoisie reconnue par les historiens et les bourgeois comme spécifique et représentative d’une tradition pure et dure. P. Cornuel et B. Duriez ont étudié l’histoire de cette bourgeoisie du nord de la France. Ils constatent que jusqu’au début du xxe siècle, elle ne peut pas être assimilée à une caste : trop grande est sa diversité, trop hétérogène son origine. Mais, remarquent les auteurs, après 1950, cette bourgeoisie accuse une nette tendance à la fermeture. Elle va jouer des stratégies d’alliances et se créer un outil efficace : le Livre des familles qui doit établir les généalogies bourgeoises. Il servit à répertorier et définir « nominativement » les membres qui constituent cette bourgeoisie textile du Nord. Il devint un bottin mondain local au service d’une endogamie souhaitée. Aujourd’hui, concluent les auteurs de cet article, les héritiers de ces dynasties industrielles « tentent d’autant plus d’affirmer leur appartenance bourgeoise commune que leurs fonctions économiques la justifient moins » (Cornuel et Duriez 1984).

165Débarrassée de l’ombre que lui faisait l’aristocratie et allégée également du poids d’une conception soumettant la culture à la praxis (allègement facilité par la perte de certains pouvoirs économiques), la bourgeoisie peut faire enfin état de son identité culturelle. Il devient alors possible d’écouter, d’observer, de regarder ceux-là mêmes qui, pour des raisons multiples et complexes entrevues au cours de ce premier chapitre, se sont tout à la fois cachés, déniés, imposés au cours de huit siècles d’histoire.

11. Miniaturisation
Quand on ne sait pas lire un nœud de cravate ou un fichu, on ne peut jamais savoir à qui on a affaire (Sennet 1979).

Notes de fin

1 L’emploi du mot paraphrase fait référence ici à son usage lexicographique. La définition du mot-entrée est constituée de paraphrases synonymes du mot-entrée. Chaque paraphrase correspond à une acceptation.

2 Parlant de ce phénomène de défection du nom, R. Barthes analyse « l’idéologie » bourgeoise comme « le mouvement par lequel la bourgeoisie transforme la réalité du monde, en image du Monde, l’Histoire en Nature ».

3 Le problème de la nomination — point de départ de nos interrogations — recouvre donc celui de la place à donner « à ces gens » que l’on appelle « bourgeois ». Le sens étymologique ne peut, rappelons-le, correspondre « au tout » de la réalité désignée.

Table des illustrations

Légende 6. Le vieil Adrien« La chute des feuilles, le brouillard sur l’étang, les tulipes que le vieil Adrien met en terre » (fragment de lettre).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2991/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2991/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2991/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2991/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2991/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2991/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 9. Pièces rapportées ? Bru ou belle-sœur sont par exemple tenues à un certain devoir de réserve.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2991/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2991/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2991/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2991/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 10. Boucles d’oreilleArrêtons notre regard. L’habit bourgeois nous permet de suivre la formation et l’élaboration d’une véritable culture.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2991/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 11. MiniaturisationQuand on ne sait pas lire un nœud de cravate ou un fichu, on ne peut jamais savoir à qui on a affaire (Sennet 1979).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2991/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 301k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search