Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni vue ni connue

 | 
Béatrix Le Wita

1. L’enquête

Texte intégral

1Cette femme aperçue à 16 h 30 rue Cler dans le VIIe arrondissement de Paris est sûrement une bourgeoise. Elle porte un loden bleu marine, des escarpins et un petit sac en bandoulière qui lui barre le dos. Cette autre vêtue d’un manteau de cuir noir souple doublé d’agneau, ouvert sur un col roulé en laine fine l’est certainement aussi. Qu’on le veuille ou non, toutes deux évoquent le mot bourgeois. Leur manière de neutralité, une diversité limitée, des détails emblématiques communs (escarpins, foulard, sac, bague...), autant de choses sensibles que reconnaît un regard exercé mais qui, en l’absence d’indices ostensibles, ne se remarquent pas. Ces deux femmes n’évoqueront peut-être pas, pour tous, le mot bourgeois. Et si tel était pourtant le cas, tous ne se rallieraient peut-être pas à la chose vue.

2Mais avant de jouer avec ces schèmes culturels, il fallut en passer par des étapes pleines d’incertitudes et de doutes où dominait la question de l’autre. Une donnée sociale indiscutable est à l’origine de bien des entraves à l’observation des pratiques quotidiennes : la vie privée est, dans notre société, ce qui de droit peut échapper au regard extérieur. Il ne serait même pas permis d’après le Littré de « chercher et de faire connaître ce qui se passe dans la maison d’un particulier » (Duby 1985). L’adjectif privé se définit donc par l’interdiction d’une pratique familière à l’ethnologue. Situation pour le moins paradoxale et non dénuée d’ambiguïtés. Avec le temps, on parvient à contourner ce type de difficultés même si persiste par-devers soi le vague sentiment de commettre une effraction. En revanche, analyser clairement ce qui se passe entre le chercheur et ses interlocuteurs dans la situation de terrain n’est pas chose aisée. En effet, il s’agit de considérer la situation d’enquête comme étant elle-même un fait social, c’est-à-dire, pour reprendre la définition des ethnométhodologues, un accomplissement pratique mettant en œuvre des savoir-faire et des procédures profanes. De toute évidence, il serait naïf de croire que les informateurs peuvent, le temps des entretiens, faire abstraction de leur propre « méthodologie ». Sous le terme de « méthodologie profane », A. Coulon désigne « ce qui va de soi pour l’acteur ordinaire, la façon dont il combine — au sens d’une combinatoire — ses allant de soi dans les interactions qu’il engage avec ses semblables » (Coulon 1986).

3Au cours de cette recherche, je fus, par exemple, amenée à constater que la culture bourgeoise se fonde sur une conception de l’altérité où précisément la question de l’autre est, comme nous le verrons, résolue avant même d’être posée. Dans ces conditions, il est difficile de ne pas s’interroger sur les effets de cet « allant de soi » dans le déroulement même des entretiens qui mettent arbitrairement la personne pressentie dans la position d’être un autre. Or cette situation est, pour un bourgeois ou une bourgeoise, socialement inhabituelle. Tous et toutes ont donc réagi pour résoudre pratiquement cette inversion sociale et culturelle produite par l’enquête. Selon les facultés d’interprétation des acteurs, diverses procédures furent ainsi mises en place.

4La première porte sur la question de l’identité : l’informateur veut savoir à qui il parle. L’enjeu n’est pas plus de faire connaissance avec le chercheur que de s’intéresser à ses qualités professionnelles. L’informateur cherche seulement à savoir si la personne qui est face à lui appartient ou non à son monde. Mais dans son monde, justement, la question ne se pose pas : ordinairement on sait à qui on a affaire. L’informateur va alors résoudre ce problème en s’inté-ressant aux relations qui unissent le chercheur à l’intermédiaire. « Vous devez connaître la grand-mère de Julie ? », « Vous êtes sûrement allée dans leur maison de famille ? », etc. Autant d’indices cherchés qui indiqueront à l’informateur le degré de familiarité ou d’intimité que le chercheur entretient avec « ce monde ».

5Autre manière : l’informateur fait usage de l’humour pour signifier — à n’importe quel moment — qu’il a conscience de se prêter à un drôle de jeu. Ainsi parvient-il à maintenir une distance entre sa personne et son récit ; entre lui et le chercheur.

Photo 3. Silhouette bourgeoise ? Une manière de neutralité, des détails emblématiques ténus, autant de choses sensibles au regard exercé.

Photo 3. Silhouette bourgeoise ? Une manière de neutralité, des détails emblématiques ténus, autant de choses sensibles au regard exercé.

6Enfin, troisième méthode : l’informateur s’incarne, le temps des entretiens, dans une des représentations possibles de la bourgeoisie (historique, morale, vertueuse, austère, mondaine, cultivée, industrielle, etc.). C’est ainsi que se comportèrent les informateurs qui, sans savoir pourquoi, se sentaient gênés de devoir parler d’eux. Car il va de soi, dans ce monde, qu’on ne doit pas se mettre en avant. Dans les modalités mêmes de la rencontre, ces hommes et ces femmes ont donc mis en œuvre leur propre capacité réflexive et interprétative. Ils ont cherché à limiter le désordre occasionné par une situation anormale : être un autre à ce point si étrange qu’il puisse faire « l’objet » d’une observation.

Des personnes

7Contrairement à une expérience plus lointaine où j’avais pratiqué le porte-à-porte (Le Wita 1983), il m’a fallu, ici, recourir aux intermédiaires, relations amicales ou professionnelles. En effet, sonner au hasard au troisième étage du 27 boulevard Delessert dans le XVIe arrondissement n’aurait eu aucun sens. Pour une raison évidente et troublante : rien ne peut assurer qu’en ce lieu demeure une famille bourgeoise. L’appel à des informateurs fut donc nécessaire. Parmi ceux-ci, certains se reconnaissant bourgeois et au courant du projet, ne se trompèrent guère sur la difficulté de l’entreprise. Et c’est ainsi que tout commença par une histoire de mots. Car si les termes « bourgeois », « bourgeoise », « bourgeoisie » furent entendus favorablement par les intermédiaires qui connaissaient la finalité de ma recherche, ils furent d’emblée critiqués par les futurs informateurs. Invariablement, la première prise de contact, par téléphone, portait sur l’usage et le sens de ces mots. Les informateurs pressentis craignaient en effet de s’exposer à la caricature : exercice implicitement accepté au niveau des représentations sociales mais jugé intolérable dès que l’on se place sur le terrain de la personne. Se posait, comme nous venons de le voir, la question de la place qu’ils pourraient bien adopter pour jouer à ce drôle de jeu.

8Madame Arnold A.

9Madame Arnold A. appartient à une famille de la bourgeoisie industrielle dont la fortune date de la seconde moitié du xixe siècle. L’intermédiaire, relation professionnelle, fait partie de la famille mais ne fut pas informateur. Mme Arnold A., âgée de 88 ans, délicieusement cultivée et doucement autoritaire, était présentée comme dépositaire de la mémoire familiale et garante de la transmission des éléments et signes constituant l’appartenance à la bourgeoisie. Dans cette famille, l’enquête tourna court. Il fut impossible de contacter, comme cela était prévu, d’autres membres de la parenté. Mon intégration ponctuelle et momentanée dans la vie de ce groupe était devenue gênante.

10L’intérêt des longs entretiens ponctués de déjeuners et de thés que j’eus avec Mme Arnold A. réside dans la vision panoramique qu’ils donnent de la société bourgeoise de l’entre-deux-guerres. Au moment de l’enquête, Mme Arnold A. résidait dans la maison de famille située à 80 km de Paris. Lors d’un retour en train, je notais : « Quelque chose ne va pas. Mme Arnold A. ne dit jamais je. Elle parle indifféremment de famille et de milieu. » Ainsi dès la première prise de contact avec le milieu bourgeois s’est imposée l’existence d’un « je » enserré dans un réseau complexe et dense de relations familiales et/ou sociales.

11Outre l’intérêt des entretiens, l’informatrice m’a signalé les ouvrages d’histoire des techniques et de l’industrie où sont consignées les principales découvertes de ses ascendants. Par ailleurs, cette femme a attiré mon attention sur les « bibliothèques », me recommandant même une lecture déterminante pour elle, l’œuvre de R. Kipling.

12Mme Arnold A. s’incarna dans une bourgeoisie triomphante mais passée : tennis, voile, régate, mariages arrangés, courage héroïque des hommes de sa famille pendant les deux dernières guerres mondiales, piano et sonates à quatre mains.

13Famille Charles B.

14Là, l’intermédiaire est informateur. M. Charles B. (fils), ami personnel, fait partie d’une famille de magistrats. Agé de 38 ans, il est correcteur typo, « nègre », journaliste à ses heures et écrivain (peu publié). Il vivait au moment de l’enquête avec une femme journaliste-pigiste n’appartenant pas à la bourgeoisie. Ils ont une petite fille de 7 ans et habitent le XIIIe arrondissement. M. Charles B. est aujourd’hui séparé de sa compagne. De nombreux déjeuners ou dîners ont prolongé nos trois matinées d’entretien. Que reste-t-il à Charles B. de sa bourgeoisie ? La réponse à cette question fut le fil conducteur de son récit : une enfance, une infinie distinction dans sa marginalité, un lourd passé d’archives familiales.

15Au cours de nos entrevues, j’ai pu consulté les archives de sa famille maternelle, un roman de Camus où intervient un membre de sa parenté, un bulletin de la Cour de cassation (Audience solennelle) où figure l’éloge funèbre d’un de ses oncles, l’arbre généalogique maternel, un numéro de la revue Orient-Occident (1950) où il est question d’une de ses cousines maternelles. M. Charles B. (fils) m’a surtout fait lire ses écrits personnels à tendance autobiographique. Il m’a permis également de rencontrer son père qu’il ne voyait plus depuis plusieurs années.

16M. Charles B. (père), âgé de 70 ans, est administrateur de biens. Nous nous sommes entretenus, à son étude, durant trois heures. La courtoisie de M. Charles B. (père) ne masquait pas son peu d’empressement à participer à cette enquête et son apport consista surtout en de nombreuses et précises informations sur les notaires et commissaires-priseurs parisiens.

17Familles Laure C. et Jean-Baptiste D.

18Pour ces deux familles, une seule et même intermédiaire, amie personnelle. Cette jeune femme est issue d’une famille de juristes du côté paternel. Son père est actuellement directeur de l’une des quinze plus grosses entreprises françaises. Sa famille maternelle (« aristocratie du bouchon ») appartient, elle, à la haute bourgeoisie viticole. Cette amie a servi d’intermédiaire auprès de deux de ses relations. Elle fut et demeure une informatrice précieuse.

19Famille Laure C.

20Laure C. (fille) appartient à la très haute bourgeoisie. Sa famille, qui connut un destin public, possédait l’un des premiers empires industriels français. Cette première informatrice (Mme Laure C. fille) est une amie d’enfance de l’intermédiaire : elles se sont connues à l’école Sainte Marie. Agée de 27 ans, architecte, elle est mariée à « un aristocrate », relieur d’art. Ils habitent Belleville et ont une petite fille de deux ans. Nous avons eu douze heures d’entretien, à son domicile aussi bien en journée qu’en soirée. Laure C. (fille) est aujourd’hui divorcée et habite Neuilly. Elle sera une intermédiaire essentielle pour l’enquête sur les collèges Sainte Marie.

21Dès les premiers contacts, Laure C. (fille) me confia l’histoire de la famille écrite par un historien ainsi que deux arbres généalogiques. Elle me fit également rencontrer sa mère. Celle-ci, âgée de 56 ans, est haut fonctionnaire de l’OCDE et veuve d’un avocat international. Le premier entretien se déroula à son bureau, le second à son domicile, dans le XVIe arrondissement, à l’occasion d’un dîner.

22Enfin Mme Laure C. (fille) me fit rencontrer sa grand-mère, âgée de 75 ans. Nous nous sommes entretenues pendant plusieurs heures à son domicile, dans le XVIe arrondissement.

23La sobriété des récits de Mmes Laure C. (grand-mère et mère) fut inversement proportionnelle à la notoriété de leur famille. De leurs parents, elles se contentaient de dire qu’ils étaient, tout simplement, « des être civilisés ».

24Famille Jean-Baptiste D.

25Mme Jean-Baptiste D., âgée de 53 ans, a accepté de me rencontrer pour un unique entretien et à la condition qu’on ne parlerait pas de sa belle-famille. Celle-ci appartient à la très haute bourgeoisie industrielle (à l’égal de la famille Laure C.) et tient « à rester à l’écart de toute publicité ». Mme Jean-Baptiste D. me précisa ses conditions lors d’un premier rendez-vous dans un café parisien. Puis nous eûmes un entretien de deux heures dans le domicile de sa mère dans le VIe arrondissement de Paris et non au sien (Neuilly). La famille de Mme Jean-Baptiste D. est composée d’hommes de lettres, de magistrats, de hauts fonctionnaires, et parisienne depuis quatre générations.

26Je ne pus rencontrer la mère de Mme Jean-Baptiste D., celle-ci étant à l’époque malade. Finalement, Mme Jean-Baptiste D. n’a accepté de me recevoir que par amitié pour la famille de l’intermédiaire.

27Apport de Mme Jean-Baptiste D. : conseil de lecture : Les Bous-sardel de Philippe Hériat, et conseil méthodologique : me renseigner sur l’achat des concessions au Père-Lachaise.

28Famille Émilie E.

29L’intermédiaire est une relation personnelle appartenant à une bourgeoisie récente. Le père occupait un emploi de responsabilité chez un agent de change ; le mari est directeur de banque. Cette intermédiaire me mit en contact avec la famille de la belle-mère de sa sœur.

30Mme Émilie E. (grand-mère), âgée de 75 ans, résidant à Neuilly, est issue d’une « lignée » de rentiers ayant vécu à Paris (originellement négociants dans le Bordelais). Elle est veuve d’un directeur d’une moyenne entreprise située en province. Nous avons eu quatre entretiens de quatre heures environ à son domicile. Madame Émilie E. se présenta volontairement sous les traits d’une bourgeoise mondaine légèrement superficielle et futile.

31Apport : références littéraires (Simone de Beauvoir, A. Siegfried) et quelques ouvrages sur les intellectuels de droite de l’entre-deux-guerres. Don de l’arbre généalogique de sa famille.

32Mme Émilie E. (grand-mère) me mit aussi en contact avec l’une de ses petites-filles, jugée la plus apte « en généalogie » et la plus douée « en mémoire familiale ». Cette petite-fille par le côté paternel appartient à une famille de la haute bourgeoisie financière alliée à l’aristocratie.

33Mme Émilie E. (petite-fille), orpheline de père, commence au niveau le plus bas une carrière dans la banque. Elle est âgée de 21 ans et habite Neuilly. Nous avons eu quinze heures d’entretien à son domicile, en matinées et en après-midi. Apport : arbres généalogiques du côté paternel.

34Mme Emilie E. (petite-fille) a tenté à plusieurs reprises de me faire rencontrer sa mère. Celle-ci est remariée et a toujours, pour des raisons personnelles, remis les rendez-vous. Il a semblé alors préférable de ne pas insister.

35Mme Émilie E. (petite-fille) a eu la gentillesse de me faire rencontrer l’ancienne gouvernante de sa famille paternelle, âgée de 80 ans. Au cours de l’entretien de cinq heures que nous avons eu, j’appris que cette femme était d’une « bonne famille » : son grand-père maternel était professeur agrégé de lettres à Janson et son arrière grand-père maternel professeur de philosophie. Du côté de son père, tous étaient notaires ; un cousin germain fut gouverneur de la Banque de France.

36A la suite du décès de son père, alors qu’elle n’était âgée que de 17 ans, cette femme a voulu travailler. Elle devint préceptrice et institutrice. Elle entra dans la famille Émilie E. en 1938 pour apprendre aux garçons à lire et à compter. « Il y avait en plus, dit-elle, deux nurses anglaises qui servaient avant tout à l’apprentissage de la langue et des bonnes manières. »

37La famille Grégoire F.

38Intermédiaire : un couple d’amis, avocats tous deux. Le père de l’homme est professeur de faculté, agrégé de droit, premier « bourgeois » de cette famille puisque les grands-parents appartenaient à la petite bourgeoisie commerçante. Le père de la femme est un haut fonctionnaire et sa famille maternelle possédait une moyenne entreprise en province. Ces avocats m’ont introduite auprès de M. Grégoire F., 39 ans, substitut du procureur de la République. Le père de Grégoire F., retraité, était avocat général à la Cour de cassation de Paris. Premier à occuper une fonction faisant entrer la famille dans la bourgeoisie. Mais M. Grégoire F. s’est défini lui-même comme le représentant d’une bourgeoisie administrative et non de naissance.

39M. Grégoire F. est devenu substitut du procureur de la République après une déception : « Avec un CAP de cuisinier, je fus embauché comme serveur... » Quant à son frère, il est devenu notaire après avoir obtenu un CAP de fabrication de chaudrons (le père, actuellement en retraite, s’occupe de la formation professionnelle des notaires). Seule « la sœur a donné totalement satisfaction » : elle est pharmacienne et a épousé un dentiste. Pourtant le père de M. Grégoire F. est avocat général à la Cour de cassation de Paris, son grand-père paternel, receveur des postes et son arrière grand-père paternel : instituteur. Toute cette lignée vit en province, exemple d’une parfaite filiation républicaine et d’une ascension sociale telle que la proposait M. Thiers. Mais alors pourquoi M. Grégoire F. refuse-t-il de se dire bourgeois ?

Je suis substitut du procureur de la République. C’est la bourgeoisie administrative : un des plus hauts salaires de la fonction publique. On finit le pantalon d’un costume avec la veste d’un autre. Mais enfin, c’est un métier qui a un certain relief social, surtout en province. A Paris, c’est anonyme et pour être bourgeois, il faut épouser la fille qui vous apporte l’appartement et le reste.

40Le père de M. Grégoire F. a épousé la fille d’un assureur en province. Quant à M. Grégoire F., il a divorcé d’une femme ingénieur et s’est remarié avec une « assistante de formation permanente ». « Au niveau des alliances, c’est clair, affirme-t-il lors de notre premier entretien, je ne suis pas bourgeois. » Nous nous sommes rencontrés à deux reprises, dans son bureau, au Palais de Justice.

41Pour les familles Louis G. et Georges H., l’intermédiaire fut un ami, architecte, appartenant à une famille de la petite bourgeoisie. En contact professionnel avec des personnes appartenant à la bourgeoisie, il m’a introduite auprès de deux de ses relations.

42Famille Louis G.

43Elle possède une institution privée — laïque — située aux portes de Paris. Depuis quatre générations, la propriété et la direction de l’institution scolaire se transmettent de père à gendre, puis de père à fille. Avec M. Louis G. (petit-fils), architecte, 27 ans, célibataire, nous avons eu deux entretiens, l’un à mon domicile, l’autre au sien, d’une durée de quatre heures chacun, en soirée (dîner). Avec M. Louis G. (grand-père), âgé de 88 ans, nous avons eu de nombreux et longs entretiens suivis de déjeuners « en famille ». Ce grand-père a vécu « la belle époque » de l’entreprise familiale et assiste actuellement à sa dégradation progressive puisque la jeune génération ne « reprendra pas le flambeau » (nombreux déjeuners pendant et après l’enquête). Actuellement le fils et la fille de M. Louis G. (grand-père) sont directeurs de l’institution. Pour des raisons familiales, je n’ai pu m’entretenir avec le fils de Louis G. (grand-père). En revanche, sa fille âgée de 56 ans m’a accordé quatre heures d’entretien.

44Apport de M. Louis G. (grand-père) : bulletins de l’Association des anciens élèves de l’Institution ; écrits personnels ; nombreux échanges sur la pédagogie (importance des valeurs chrétiennes dans une éducation laïque et libre).

45Cette famille est singulière dans mon échantillon. La fusion du lieu de travail et de l’espace domestique met en valeur le problème de la transmission et le partage des rôles et tâches entre hommes et femmes.

46Famille Georges H.

47Le premier enquêté de cette famille fut Georges H. (fils), âgé de 38 ans. Profession difficile à déterminer : journaliste, conseiller privé d’un ministre socialiste et, au moment de l’enquête, en chômage après avoir occupé pendant six mois un poste de responsabilité dans une entreprise nationalisée.

48Avec M. Georges H. (fils), nous avons eu de nombreux et longs entretiens à son domicile, dans le XVIIIe arrondissement ; je me suis également entretenue avec sa femme, professeur à la Sorbonne, née à Paris mais appartenant à une famille de la haute bourgeoisie provinciale. Ce couple a deux enfants âgés de 9 et 6 ans.

49Avec M. Georges H. (père), âgé de 70 ans, ancien cadre dirigeant d’une entreprise, nous avons eu trois entretiens d’une durée de quatre heures chacun, à son domicile, dans le XVe arrondissement. Sa femme, âgée de 67 ans, est fille d’une famille de notaires provinciaux depuis cinq générations. Nous avons eu deux entretiens de quatre heures en matinée à son domicile.

50Apport de M. Georges H. (fils) : Fritz Zorn, Mars en exil ; Emmanuel Berl, Le bourgeois et l’amour.

51Apport de M. et Mme Georges H. (père) : documents généalogiques, La Bible ; conseils de lecture : les mémoires d’A. Maurois, les romans de G. Duhamel.

52Cette famille occupe, dans l’enquête, une place toute particulière. Le père, le fils et la mère se sont prêtés « à ce drôle de jeu » avec beaucoup de gentillesse et d’intelligence, avec beaucoup d’humour aussi. Ils avaient tous la certitude d’être bourgeois. Mais de disposer d’un peu moins de fortune, de maisons, de réussite professionnelle que d’autres membres de leur parenté. Pendant les déjeuners qui suivirent immanquablement les entretiens, M. Georges H. (père) s’est plu à me donner « des leçons de choses » en manière de table, montrant ainsi qu’il pouvait prendre des distances avec le code.

Il y a des règles très précises : on ne mange qu’avec sa main droite, le pain à gauche ; on ne sauce jamais ; il y a des aliments que l’on doit piquer et d’autres pas. Si l’on doit ramasser, il faut que la queue de la cuillère soit placée au-dessus de la main, sinon on ramasse les foins (expression chère à ma mère). Les mains sont posées sur la table, au maximum jusqu’aux poignets. Il faut couper le fromage dans sa forme de manière à laisser et à prendre la même quantité de croûte...

53M. Georges H. (fils) choisit lui aussi de jouer sur les frontières : il voulut bien être informateur mais à la condition de pouvoir devenir interlocuteur. C’est ainsi que nous eûmes, pendant ou en dehors des entretiens, de longues conversations sur nos savoirs réciproques. Et La distinction de P. Bourdieu devint réellement l’enjeu « des regards croisés ». En bref, les Georges H. se firent « les autres » de l’ethnologue. M. Georges H. (père) a servi d’intermédiaire auprès de la famille Pierre I.

54Famille Pierre I.

55M. Georges H. (père) me mit en relation avec une de ses cousines germaines maternelles, définissant lui-même cette famille comme un exemple de « tradition et de classicisme bourgeois ». D’après lui, cette famille devait être pour mon enquête « un idéal-type ».

56M. Pierre I. (père), âgé de 60 ans, était secrétaire général d’une entreprise industrielle. II habite dans un immeuble du VIe arrondissement possédé par sa famille depuis trois générations (famille de médecins et de notaires).

57Avec M. Pierre I. (père), nous avons eu trois entretiens d’une durée de trois heures à son domicile, en matinée. Sa femme, également parisienne depuis plusieurs générations, appartient à une famille de petits industriels. Nous avons eu deux entretiens d’une durée de trois heures environ, toujours suivis de déjeuners.

58Apport : Mme Pierre I. m’a prêté le livre de François Tollu, Tableau d’une famille parisienne.

59M. Pierre I. (père) me fit rencontrer l’un de ses fils, M. Pierre I. (fils) âgé de 30 ans, ingénieur, résidant à Versailles, marié et père de trois enfants. Nous avons eu, un samedi matin, un entretien d’une durée de trois heures. La femme de M. Pierre I. (fils) assistait et participait à l’entretien. Le fait est à signaler. En effet, dans les autres familles, j’ai toujours été seule avec la personne retenue pour l’interview.

60Peut-on dire que cette famille fut, comme le supposait M. Georges H. (père) « un idéal-type » ? Globalement, la réponse est positive. En effet, la famille Pierre I. incarne « la bourgeoisie » : elle occupe la position médiane du balancier. Les forces contradictoires qui lui permettent de se tenir au milieu sont perceptibles. Assurés de leur bourgeoisie ancienne, les Pierre I. craignent pourtant de voir tout cet acquis remis en question. Alors que la transmission aux enfants s’est faite sans heurt, M. et Mme Pierre I. veillent très attentivement sur leurs biens immobiliers et sur leurs valeurs religieuses et culturelles. Les enfants sont tous propriétaires d’un appartement, ils occupent de bonnes professions, ils ont contracté « de bons mariages », la toiture du château de famille a été refaite, mais Mme Pierre I. craint le « divorce » — fait social de grande ampleur qui peut donc atteindre sa propre famille et la désorganiser. Quant à M. Pierre I, il craint le « mélange social » qui rend difficile le contrôle des relations et laisse la porte ouverte aux mauvaises influences. Dans cette famille où « tout devrait aller de soi », les valeurs bourgeoises furent constamment mises en avant dans l’espoir de conjurer, semble-t-il, la crainte de ne pas pouvoir s’adapter à l’air du temps. L’humour ou le jeu sur les frontières (en être, n’en être plus, n’en être pas) n’étaient pas de mise chez les Pierre I. C’est en ce sens que cette famille pouvait paraître à l’intermédiaire, M. Georges H. (père), « idéal-typique » c’est-à-dire sérieuse.

61Famille Henry J.

62L’intermédiaire, relation personnelle, était directeur d’une filiale d’une grande entreprise. Il m’a mise en contact avec un « collègue » de travail en retraite. Cet intermédiaire ne connaissait de son collègue que sa fonction dans l’entreprise et son enracinement parisien. Mais, phénomène semblable à celui observé dans la famille Grégoire F., il s’agit d’une bourgeoisie de « titre ». M. Henry J., âgé de 65 ans, appartient en effet à une famille de petits artisans du faubourg Saint-Antoine. Nous n’avons eu qu’un seul entretien, à son domicile, dans le XIIe arrondissement. L’informateur ne souhaitait pas parler « en détail » de sa famille ; il a refusé que je rencontre l’une de ses deux filles :

J’ai une fonction de bourgeois si vous voulez. Mais je ne suis pas apparenté à la bourgeoisie. C’est un critère dépassé. Les trois quarts des cadres de l’entreprise étaient d’origine modeste, arrivés par le travail. En France, depuis de nombreuses années, les gens courageux et intelligents se débrouillent. Il se crée une bourgeoisie du travail, pas obligatoirement issue des familles bourgeoises d’autrefois.

63L’une des deux filles de M. Henry J. est aujourd’hui médecin et mariée à un officier, l’autre est pharmacienne, mariée à un ingénieur. L’une d’elles a décidé d’entreprendre la généalogie familiale...

64Consciente de l’effraction que je commettais dans la vie privée de ces hommes et de ces femmes, impressionnée par la découverte d’un milieu où les règles du savoir-vivre sont sans cesse présentes et mises en scène, je me suis essentiellement concentrée sur les histoires de famille et sur les interactions qui s’engagent entre l’observateur et l’informateur. C’est ainsi que je me refusai, dans un premier temps, à noter ce que j’observais (décoration des appartements, gestuelle et comportement des personnes). Dans la seconde étape de cette recherche, je m’attachai au contraire à consigner ces impressions visuelles. Cette plongée dans le monde bourgeois me permit, chemin faisant, de construire un échantillon plus adéquat à mon projet : appréhender « la culture bourgeoise ». Délibérément, je choisis le monde des femmes de la bourgeoisie parisienne catholique et décidai d’étudier les collèges Sainte Marie.

65Les femmes éduquées dans cette institution, parfois depuis plusieurs générations, appartiennent en effet, pour la plupart, à des familles de la bourgeoisie catholique. Fraction qui, selon nous, permet d’appréhender l’importance des valeurs chrétiennes dans la bourgeoisie française. Nous verrons que, là encore, la relation établie entre les collèges Sainte Marie et la bourgeoisie irrite au plus haut point les « demoiselles » de cette institution (on appelle ainsi les cadres desdits collèges — elles appartiennent à la communauté apostolique Saint-François-Xavier).

66Malgré les recommandations d’anciennes, la directrice du collège Sainte Marie de Neuilly n’a pas accepté la présence d’une étrangère au sein de son établissement. A défaut de pouvoir réaliser une monographie sur cette institution, j’ai donc mené une enquête auprès d’anciennes élèves. Ayant conservé des relations avec l’intermédiaire des familles Laure C. et Jean-Baptiste D., ainsi qu’avec Laure C. elle-même, j’ai pu, grâce à ces deux femmes, rencontrer des anciennes du collège Sainte Marie de Neuilly et de celui de Passy, qui devint en 1970 le centre Madeleine Daniélou, et fut transféré à Rueil.

67Dans un premier temps, les intermédiaires furent à nouveau nécessaires. Une vingtaine d’entretiens furent ainsi réalisés avec des femmes d’âge divers (entre 18 et 48 ans), dont une « demoiselle » du collège de Neuilly et un professeur du centre Madeleine Daniélou. Puis Laure C. me conseilla d’écrire une lettre à toutes les anciennes de sa promotion (1973) dont elle avait conservé la liste. Sur cette liste étaient indiqués les noms et adresses de cent-trois jeunes filles.

68Me recommandant de Laure C, j’ai pu envoyer cent-trois lettres accompagnées d’un bref questionnaire visant à cerner le devenir matrimonial et professionnel de ces jeunes femmes. Laure C. lut et approuva ces documents.

69Sur soixante-dix-sept questionnaires semblant avoir atteint leur destinataire (vingt-six sont revenus portant la mention « inconnu à cette adresse »), cinquante réponses furent obtenues. Quarante jeunes femmes acceptèrent de me rencontrer pour un entretien (voir en annexe leurs profils sociologiques).

70L’accueil fut chaleureux : ces jeunes femmes témoignèrent toutes, en effet, d’un vif intérêt pour une recherche sur leur collège et racontèrent avec plaisir leur expérience scolaire. Mes relations avec elles furent encore facilitées par notre appartenance commune à une même génération et à un même sexe. C’est ainsi que je pus partager des moments de leur vie, passant parfois quelques jours dans leur maison de famille. A ces occasions, je pus écouter tout autant que regarder et noter leur comportement.

71Cette enquête s’est déroulée à Paris et en banlieue. On ne peut donc parler avec précision d’unité géographique du terrain si ce n’est, bien entendu, de celle qu’induit la correspondance entre le statut social des informateurs et leurs lieux d’habitation. Les plus anciennes générations résident toutes dans les VIe, VIIe, VIIIe, XVIe ou XVIIe arrondissements de Paris et à Neuilly. Les plus jeunes résident en banlieue Ouest, certains dans le XVIIIe ou le XVe arrondissement. Les modalités d’accession à la propriété de grands espaces président à ce relatif éclatement.

72Quantitativement, mes entretiens ont concerné une centaine d’hommes et de femmes. Pas assez pour prétendre couvrir la diversité de la bourgeoisie, mais suffisamment pour voir, en toute certitude, apparaître la répétition. Loin d’être accessoires, les différences constatées — tant au niveau de la fortune que des usages quotidiens — n’ont fait que plus clairement ressortir la signification des traits culturels bourgeois.

73La réelle difficulté méthodologique propre à ce type d’enquête en milieu aisé tient essentiellement au risque qu’encourt le chercheur d’être manipulé. Les enquêtes possèdent en effet, outre leurs diplômes, un capital culturel certain et savent l’utiliser à bon escient. Ils veulent maîtriser la représentation qu’ils vont donner d’eux-mêmes et cherchent alors à dominer la demande ethnographique, en passant par exemple du statut d’informateur à celui d’interlocuteur. Filiation, généalogie, éducation sont présentées au chercheur comme les éléments forts de la bourgeoisie. M. Georges H. (fils) déclare très simplement lors d’un entretien :

Il y a une bourgeoisie historique, c’est le nombre de cols durs qu’il y a au-dessus de vous. Le bourgeois vrai jouit de deux composantes : le pouvoir dont il dispose et le pouvoir donné par sa famille.

74Certes la théorie indigène ne peut être prise pour argent comptant. Mais un entretien conduit avec un indigène nourri d’œuvres sociologiques soumet le chercheur à une situation pour le moins inhabituelle.

75La quasi-totalité des recherches anthropologiques sont, en effet, orientées vers « ceux d’en bas » ou vers les « autres » étrangers et lointains. Non vers les classes supérieures de notre société. A l’origine, la discipline semble même s’être défini un « autre », « un total » :

L’homme de l’élite n’est pas simplement un homo-duplex, il est plus que dédoublé en lui-même ; il est, si vous voulez me permettre aussi cette expression, « divisé » : son intelligence, la volonté qui lui fait suite, le retard qu’il met à l’expression de ses émotions, la façon dont il domine celles-ci, sa critique — souvent excessive — l’empêchent d’abandonner jamais toute sa conscience aux impulsions violentes du moment (...). Mais ce ne sont pas ces hommes que nous, sociologues, avons généralement à étudier. L’homme ordinaire est déjà dédoublé et se sent une âme ; mais il n’est pas maître de lui-même. L’homme moyen de nos jours — et ceci est surtout vrai des femmes — et presque tous les hommes des sociétés archaïques ou arriérées, est un total : il est affecté dans tout son être par la moindre de ses perfections ou par le moindre choc mental. L’étude de cette « totalité » est capitale, par conséquent, pour tout ce qui ne concerne pas l’élite de nos sociétés modernes (Mauss 1968).

4. Les forteresses familiales
« Le bourgeois vrai jouit de deux composantes : le pouvoir dont il dispose et le pouvoir donné par sa famille » (M. Georges H. fils).

Photo 5. Les beaux quartiers La supériorité des interlocuteurs plane de manière implicite mais terriblement insistante (boulevard Delessert, Paris, XVIe arrondissement)

Photo 5. Les beaux quartiers La supériorité des interlocuteurs plane de manière implicite mais terriblement insistante (boulevard Delessert, Paris, XVIe arrondissement)

76Incontestablement, ethnographier ces hommes d’élite met l’enquêteur dans un état de tension permanente où il est lui-même remis en question. Car la « supériorité » de ses interlocuteurs plane de manière implicite mais terriblement insistante. Bien difficile pour un chercheur, nanti de diplômes, d’avoir, par exemple, oublié son latin ou d’ignorer l’auteur du poème qu’on lui récite si gentiment... Mais le chercheur possède un atout : observant et écoutant ses interlocuteurs, il apprend très vite, en empruntant leurs schèmes culturels, à se sortir de ces situations délicates. Et c’est ainsi que pour rendre compte de cette culture bourgeoise, il a fallu s’habituer à capter le mouvement, à jouer des contradictions, à penser le paradoxe et à déceler le détail jusque dans le futile.

77Mais étudier la bourgeoisie à travers ses us et coutumes fait encourir au chercheur le risque de paraître futile : noter ou relever ce que « tout le monde sait ». En effet, le bourgeois cherche à se présenter comme un « homme moyen » accessible à tous, à l’égal du bon sens qui serait la chose du monde la mieux partagée. Sa lucidité apparente trouble les règles du jeu. C’est ainsi que ses caractères culturels particuliers, toujours présentés comme universels, voire naturels, peuvent ne plus être perçus comme marques distinctives. Par là même, la bourgeoisie peut rester invisible. En construction permanente, elle se régénère sans cesse, échappant alors, comme nous allons le voir, à toute définition.

Table des illustrations

Titre Photo 3. Silhouette bourgeoise ? Une manière de neutralité, des détails emblématiques ténus, autant de choses sensibles au regard exercé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Légende 4. Les forteresses familiales« Le bourgeois vrai jouit de deux composantes : le pouvoir dont il dispose et le pouvoir donné par sa famille » (M. Georges H. fils).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Photo 5. Les beaux quartiers La supériorité des interlocuteurs plane de manière implicite mais terriblement insistante (boulevard Delessert, Paris, XVIe arrondissement)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2990/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 797k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par