Version classiqueVersion mobile

Ni vue ni connue

 | 
Béatrix Le Wita

Introduction

Texte intégral

1La bourgeoisie est toujours la copie de la Cour, dit Scarron et répètent après lui les dictionnaires de langue, soucieux de transmettre l’héritage. Soit. Mais quelques siècles plus tard, on peut sans doute créditer la culture bourgeoise d’avoir acquis une certaine autonomie. Les bourgeois, eux-mêmes, ne revendiquent-ils pas d’ailleurs une culture et n’affirment-ils pas aujourd’hui leur légitimité ? Ce long processus de légitimation n’est pas éloigné, au fond, dans ses modalités, de celui qui a présidé à la « fabrication » de la noblesse.

2Rappelons quelques faits : le mot noblesse ne triomphe de celui de gentilhomme, de magnat ou de riche homme que tardivement, dans la première moitié du xive siècle. Au xie siècle, la référence aux ancêtres ne définissait pas ce riche personnage. L’horizontalité, selon une formule de G. Duby, ne cédera que peu à peu le pas à la verticalité. D’une manière générale, les historiens concluent tous à l’extrême diversité de la noblesse même si ce monde social connut très vite le sentiment d’appartenir à un corps immuable et héréditaire (Contamine 1976).

3Dans les années 50 de ce siècle, la bourgeoisie se dote, elle aussi, de recueils généalogiques. Ce faisant, elle peut faire état, à son tour, d’une légitimité fondée non sur le sang mais sur l’ancienneté. Ces généalogies commencent d’ailleurs à se constituer au moment où s’affirme une continuité dans le statut de bourgeois. De laboureur à PDG d’une grande entreprise, le chemin parcouru nous éloigne, semble-t-il, du privilège de la naissance ou de la qualité native. Mais ce n’est pas le laboureur qui importe, ce sont les trois ou quatre générations qui précèdent le PDG. Manufacturiers, rentiers, diplômés des grandes écoles : la succession de ses ancêtres met en place une légitimité. Du sang on passera ainsi à la « civilisation ». Aujourd’hui ces familles « légitimement » anciennes ne sont plus nécessairement aux postes de commande. Reste leur qualité d’êtres civilisées. Et le bourgeois répond à la définition de l’héritier culturel : l’idée d’une compétence supérieure ne le paralyse pas. Comme l’écrit P. Veyne :

Un héritier est quelqu’un qui sait qu’il n’y a pas d’arcanes : il se présume capable d’en faire autant que ce que ses parents sont parvenus à faire et, s’il y avait des arcanes, ses parents y auraient eu accès (Veyne 1983).

4Au-delà donc de leur diversité, ces hommes et ces femmes se reconnaissent dans une culture qui leur est propre. De cette culture, on a longtemps fait la caricature. Ni noble, ni rustre, le bourgeois est un homme moyen, un médiocre. Prenons à la lettre ce trait spécifique : le bourgeois serait l’homme du milieu et ferait de ce délicat équilibre entre extrêmes sa niche écologique. Cette position médiane ne serait-elle pas la métaphore sociale d’une loi physique ? A l’exemple du balancier, le bourgeois tend toujours à revenir vers le milieu. Situation délicate et instable : l’attraction des pôles contraires engendre, par effet de rétro-action, l’attrait vers le centre.

5Nous chercherons à rendre compte de cette médiocrité, mettant l’accent sur des détails, ces vétilles qui font, écrit M. Foucault, l’homme de l’humanisme moderne (Foucault 1975).

6La bourgeoisie échappe à toute mise en catégorie. Là où l’on pense la saisir, elle se dérobe. Là où l’on croit pouvoir la nommer, elle se soustrait à la définition. Pour conjurer ces dérobades permanentes et bâtir une problématique, il nous fallut partir du mot. L’analyse des définitions de « bourgeoisie » et « bourgeois », dans divers dictionnaires de langue, orienta notre réflexion. Curieusement le mot ne semble pouvoir être défini qu’en passant par la figure de la calomnie (« Cela sent son bourgeois »). Constatant le regard malveillant que la société française porte sur une fraction d’elle-même, on s’est interrogé alors sur les faits visés par ce dénigrement. A partir de quels éléments s’alimente la calomnie ? Paradoxalement, la réponse fit émerger des valeurs constitutives d’une culture. Les choses se précisèrent donc : rendre compte de cette culture à travers l’étude de la personne bourgeoise. En clair : comment devient-on bourgeois ? Suffit-il de naître comme tel ou bien faut-il apprendre à l’être ?

7Vouloir affecter à la bourgeoisie une culture spécifique relèverait d’une présomption démesurée si l’on ne précisait pas avec force les limites de ce travail.

8C’est d’abord un trajet personnel dans un monde inconnu de l’auteur. L’approche méthodologique renseigne sur la nature de cette méconnaissance dans une société où se côtoient pourtant les différents groupes sociaux. Les bourgeois ne sont pas parqués dans un coin du XVIe arrondissement. Mais pour en trouver, il fallait en connaître quelques-uns. L’aventure se compliqua d’autant que ceux qui acceptèrent d’être intermédiaires auprès de leurs pairs appartenaient pour la plupart au milieu professionnel de la recherche. Mais fréquenter une, deux, trois personnes se reconnaissant « bourgeois », entre guillemets comme ils le précisent, n’équivaut pas à pénétrer leur univers familial, social, culturel et encore moins le « milieu » dont ils sont issus et dont ils font partie.

9D’aucuns se scandaliseront en entendant parler ici de milieu. D’abord les intermédiaires savants. Car il y a belle lurette que les espaces culturels doivent se penser en termes de relations, d’interpénétrations, de résistances, d’emprunts et non en terme de milieu, lequel procède de l’illusion d’une certaine fermeture des groupes sociaux ou des cultures. Puis les informateurs eux-mêmes. Les bourgeois refusent d’être catégorisés. Même s’ils évoquent, au hasard des conversations, « leur milieu », ils se déclarent « ouverts aux autres » ou « comme tout le monde ». Ainsi que le suggèrent les propos satiriques d’E. Berl, on est toujours le bourgeois de quelqu’un.

Le mot bourgeois est devenu, pour les bourgeois, une injure. Ils veulent une définition qui ménage, sur la sortie, une belle porte-tambour, avec blount et groom. Le mot de Flaubert : « le bourgeois pense d’une façon basse » les satisfait pleinement. « Façon basse ? dit le notaire ; il n’est donc pas question de moi ! » (Berl 1931).

10Cependant, la réalité existentielle d’un milieu original s’est imposée dès les premiers moments de l’enquête de terrain : aménagement et décoration de grands appartements, collection de canards ou d’œufs en onyx, vieilles et vastes demeures familiales, peintures et portraits d’ancêtres aux murs, rituel du thé pris au salon, inévitables pièces d’argenterie, promenades dans le parc, modes et manières d’être de ces hommes et de ces femmes polis, s’exprimant avec nuance ou ironie, cherchant sans cesse à maîtriser le jeu de l’entretien, citant les familles X ou Y comme s’il allait de soi que le chercheur les connût... L’individu disparaît, noyé dans un réseau dense de relations familiales et sociales. Ici le « je » est peu employé ; un « nous » royal signifie tout à la fois l’appartenance à un groupe et la distance du sujet par rapport à l’enquêteur.

1. L’argenterie
Le mot de Flaubert : « Le bourgeois pense d’une façon basse » les satisfait pleinement. « Façon basse ? dit le notaire ; il n’est donc pas question de moi » (Berl 1931).

11La position extérieure du chercheur permet à celui-ci de percevoir comme distinctifs les signes qui le séparent de ceux qu’il découvre. Mais elle peut aussi bien le mener à grossir des particularismes et le conduire, chemin faisant, à porter un regard naïf sur ce qu’il observe. Ce type d’écueil est, on le sait, propre à la démarche ethnographique et tout chercheur règle classiquement cette question avec lui-même.

12Mais ici, tout est différent. Quiconque peut demander à l’ethnographe de rendre des comptes. Au nom d’une connaissance que chacun, à des degrés divers, peut avoir du sujet, on ergotera sur ce qu’il a vu et entendu. La rupture avec le sens commun s’avère sur cet objet plus difficile peut-être qu’ailleurs.

13Première et pressante demande : de quelle bourgeoisie parlez-vous ? L’hétérogénéité et la complexité de ce groupe social suggèrent en effet une mosaïque de comportements possibles. Ceux qui seront ici isolés ne sauraient donc représenter que des fragments de la diversité bourgeoise. De quels individus sera-t-il donc question ? Pour répondre, selon le sens commun, d’hommes et femmes de tous âges, appartenant à ce que l’on a coutume d’appeler « la moyenne et haute bourgeoisie » parisienne. Précisons encore : catholique. Certains s’attacheront à cette délimitation, bien floue cependant, pour valider et limiter du même coup ce qui sera exposé tout au long de ce travail. D’autres voudront bien dépasser ces classifications arbitraires. Le projet est, en effet, de donner un sens culturel global à la bourgeoisie, au-delà des inévitables catégorisations : grande, petite, moyenne, provinciale, juive, protestante, ancienne, récente, basse, haute, etc. Toutes ces pré-notions participent d’ailleurs de la fuite de l’objet évoquée plus haut.

2. Les canards
Les deux plus beaux sont le canard coréen et le canard en argent mexicain. Cette collection date d’une quinzaine d’années. J’en ai eu assez et je m’attaque désormais aux grenouilles (Mme O. fille).

14Pour rendre compte de quelques éléments particuliers à cette culture bourgeoise, il a semblé pertinent de s’attacher aux formes d’éducation instituant une personne dans l’état de bourgeoisie. On naît bourgeois mais on apprend aussi à le devenir. Naître bourgeois, c’est entrer dans une culture, un déjà-là, aux valeurs ou modèles déchiffrables. Devenir bourgeois, c’est disposer de la capacité socialement héritée de maîtriser ces schèmes et, par là même, de les reproduire. On retrouve là l’ambiguïté fondamentale de la notion de culture : c’est un état mais aussi un procès d’acquisition individuel socialement modelé. La particularité bourgeoise serait de mettre l’accent ou de ne pas faire l’impasse sur la nécessité pour l’héritier de se réapproprier activement les valeurs du groupe. Le souci éducatif fait d’ailleurs de cette nécessité un impératif catégorique : devoir être bourgeois pour l’être. Attention portée aux détails, contrôle de soi ou intériorité maîtrisée, quasi-ritualisation des pratiques quotidiennes constitutives du passage de la sphère privée à la sphère publique caractérisent, semble-t-il, cette culture conçue et vécue comme un allant de soi, minimum indispensable pour quitter l’état de nature.

15De l’apprentissage à l’acquis, nous évoquerons également le rôle et la place symbolique occupés, dans ce groupe social, par le principe généalogique. En mettant en ordre les générations et en attribuant à chaque individu sa place, la généalogie fait de la fonction sociale un titre, et par là même la transforme en privilège.

16Dans l’état actuel de cette recherche, bien des aspects ne seront qu’effleurés ou pressentis. C’est que les fondations conceptuelles sont, elles aussi, à bâtir. Certes, la bourgeoisie est assez largement étudiée par les historiens français et anglo-saxons, mais ceux-ci s’attachent à la saisir dans un moment particulier de son histoire en relation avec l’évolution de la société qu’ils étudient. Difficile, dans ce cadre, de trouver les caractères spécifiques d’une culture bourgeoise dans la longue durée. Nous constaterons d’ailleurs que les historiens sont amenés, eux-mêmes, à voir échapper les bourgeois sous la réalité qu’ils analysent.

17Quant aux référents conceptuels utilisés en sciences économiques et politiques, ils ne sont d’aucun secours : les notions de classes sociales, privilégiées ou dominantes, celles d’élites ou de sous-élites fractionnent à l’infini ce groupe, redoublant alors l’opacité de l’objet. La bourgeoisie disparaît derrière ces multiples dénominations/dissections comme elle défie des limites chronologiques trop étroites.

18Pour mettre en place une vision globale et spécifique de la bourgeoisie, il nous a fallu l’affranchir des ombres projetées par deux représentations réductrices. L’une figure la bourgeoisie comme victime consentante de l’aristocratie, l’autre la décrit invariablement comme l’exploiteur éhonté de ses semblables. Cette fixation des représentations dans l’imaginaire collectif procède du fait même que la bourgeoisie a prétendu fonder son ordre social sur le principe de l’universalité. F. Engels écrit ainsi :

Nous avons vu comment les philosophes français du xviiie siècle, ceux qui préparaient la Révolution, en appelaient à la raison comme juge unique de tout ce qui existait. On devait instituer un État rationnel, une société rationnelle, tout ce qui contredisait la raison éternelle devait être éliminé sans pitié. Nous avons vu également que cette relation éternelle n’était en réalité rien d’autre que l’entendement idéalisé du citoyen de la classe moyenne, dont son évolution faisait justement un bourgeois (Engels 1973).

19Or tout ne fut pas raisonnable. Et la culture bourgeoise se trouva réduite pour longtemps à la fonction économique et sociale qu’une fraction triomphante de la bourgeoisie a occupée pendant un temps de son histoire. C’est à ce niveau qu’il faudrait réintroduire, pour la dépasser, la notion de milieu et observer comment un modèle culturel se construit, fait d’emprunts et de rejets, se diffusant de mille manières dans l’ensemble du corps social. Cette position toute particulière de l’objet bourgeoisie rend complexe la question de sa légitimité dans la discipline anthropologique elle-même. En effet, il n’est pas dans la tradition de celle-ci d’étudier un groupe dominant. L’ethnologie des sociétés modernes atteste à l’inverse une fascination pour le local, privilégiant bien souvent les couches les plus éloignées socialement et culturellement de l’observateur.

20Par suite, la difficulté majeure de ce travail réside dans le jeu croisé des regards entre chercheur et informateurs, avec le risque de penser toujours dans les catégories du savoir produites par le groupe observé. L’objet, la problématique, la démarche font de cette recherche un produit à mi-chemin entre la sociologie et l’ethnologie. Ni l’une ni l’autre ne seront satisfaites et devront consentir à un certain flou épistémologique.

21Une question se pose pourtant qui relativiserait le caractère novateur d’un tel projet d’étude. Cela fait des siècles qu’on crie : « A mort les bourgeois ! » et cela fait des années, une centaine environ, que sociologues, historiens, politologues annoncent prophétiquement la mort de la bourgeoisie. Or il se trouve que, depuis quelques années (est-ce l’approche du bicentenaire de la Révolution française ?), les bourgeois — tout comme les aristocrates — revendiquent haut et fort leur ordre moral et culturel. Cette cristallisation sur leur mode d’être et la manière d’exhibition à quoi elle donne lieu (développement de récits autobiographiques à succès) ne seraient-elles pas effectivement symptômes de leur disparition ? Un chant du cygne. Et dans ces conditions, étudier la bourgeoisie d’aujourd’hui reviendrait à faire une ethnographie d’urgence...

22Derrière ces prophéties alarmistes, auxquelles la jeune génération bourgeoise se révèle être fort sensible, se pose l’ultime question de l’atténuation réelle des privilèges. Les bouleversements démographiques pèsent et changent radicalement les conditions de la transmission des biens. Aujourd’hui, les héritiers attendent plus longtemps et plus nombreux qu’autrefois. En attendant, ils peuvent, libérés de l’ombre honteuse du capital, tout à loisir, développer et reconnaître leurs valeurs culturelles et envelopper — pourquoi pas ? — l’ethnologue dans leurs filets !

Table des illustrations

Légende 1. L’argenterieLe mot de Flaubert : « Le bourgeois pense d’une façon basse » les satisfait pleinement. « Façon basse ? dit le notaire ; il n’est donc pas question de moi » (Berl 1931).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende 2. Les canardsLes deux plus beaux sont le canard coréen et le canard en argent mexicain. Cette collection date d’une quinzaine d’années. J’en ai eu assez et je m’attaque désormais aux grenouilles (Mme O. fille).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2989/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search